Édition du
24 March 2017

A jijel, El-Tarf, Alger et Annaba Les émeutes du logement font rage

Par : T. BOUDJEMAA/A. ALLIA/M. SAOU, Liberté, 2 juillet 2011

Les sièges de l’APC et de la daïra d’El-Kala ont été complètement saccagés, puis incendiés.
Des archives se rapportant à cette ville ainsi que des documents tels que passeports,
cartes grises, cartes d’identité ont été  détruits.
Plusieurs régions de l’est du pays vivent ces derniers jours au rythme des mouvements de protestation et de contestation qui se transforment en émeutes après l’affichage des listes des bénéficiaires de logements sociaux. à El-Tarf, précisément dans la petite ville d’El-Kala, des émeutes ont éclaté à la suite de l’affichage de la liste des bénéficiaires de 124 logements.
La contestation a atteint son paroxysme, hier, après que trois des contestataires aient menacé de se suicider en faisant exploser une bonbonne de gaz, à l’intérieur du siège de la daïra. La veille, plusieurs centaines de personnes ont investi la rue. Ces dernières ont même coupé l’accès menant au chef-lieu de la daïra d’El-Kala, avant de prendre d’assaut les sièges de l’APC et de la daïra qui ont été complètement saccagés et incendiés par la suite. Des archives se rapportant à cette ville datant de plus d’un siècle, se trouvant à l’étage supérieur de la daïra, ont été détruits ainsi que des documents officiels à savoir passeports, cartes grises, cartes d’identité… etc.
à Annaba, suite à l’affichage, mercredi, d’une liste de 186 logements sociaux au profit des habitants des quartiers des Lauriers roses et du gazomètre, plusieurs dizaines de personnes ont coupé, avant-hier, l’avenue Didouche-Mourad, l’artère principale menant vers le centre-ville d’Annaba. Les protestataires, un peu plus d’une centaine, exclus de cette liste, entendaient par ce mouvement obtenir l’annulation de ladite liste et la désignation d’une commission d’enquête de la wilaya. Ils dénoncent l’exclusion de plusieurs familles réellement méritantes, selon eux, de la liste au bénéfice d’une centaine, selon leurs dires, de parfaits étrangers à leurs quartiers respectifs. Empêchés d’avancer en direction des rues menant vers les sièges de la wilaya et de la daïra par un imposant dispositif de sécurité, les manifestants, des jeunes notamment, se sont mis à saccager des abribus et des poteaux électriques et à lancer des pierres en direction des éléments des brigades antiémeutes. Certains automobilistes ont fait les frais de ce caillassage en règle. En milieu d’après-midi, les services de sécurité ne sont toujours pas intervenus pour rouvrir cet axe routier, alors que les citoyens en colère exigeaient en vain de prendre langue avec les émissaires de l’administration, exigeant du wali en personne qu’il vienne à leur rencontre.
La situation ne s’est apaisée que vers 15h après que des personnes influentes aient réussi à convaincre les plus réticents des manifestants à rentrer chez eux. Par ailleurs, à Jijel, les non-bénéficiaires de logements sociaux ont barré, mercredi, la route devant le siège de la wilaya et ont ainsi empêché la circulation du trafic routier. Ces derniers se sont sentis lésés par les autorités concernées en ne trouvant pas leurs noms sur la liste des bénéficiaires des 511 unités distribuées récemment.
“Je vis dans des conditions précaires”, dira un citoyen en colère. “Des jeunes moins nécessiteux que nous ont vu leur nom affiché sur la liste, tandis que nous sommes marginalisés”, ajoutera-t-il. Les protestataires n’ont pas démordu, car après avoir barré la route, ils étaient des dizaines à observer un sit-in qui a duré toute la journée. Les autorités, de leur côté, ont affirmé que les non-bénéficiaires ont la possibilité de faire des recours. Ils ont également affirmé qu’environ 300 logements seront encore distribués avant la fin de l’année 2011.




Nombre de lectures : 2357
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction LQA
    2 juillet 2011 at 13 h 59 min - Reply

    El-Kala, Djelfa, M’sila et Annaba: Le logement de toutes les colères

    par A.Ouelaâ, Bekaï A. & Merzougui M., Le Quotidien d’Oran, 2 juillet 2011
    La contestation qui a éclaté dans l’après-midi du mercredi dernier suite à l’affichage de la liste des 175 logements et s’était soldée par le saccage des sièges de la daïra et celui de l’APC d’El-Kala, wilaya d’El-Tarf, et le blocage de plusieurs routes, s’est poursuivie jusqu’à une heure du matin pour reprendre de plus belle dans la matinée du jeudi.

    En effet, les choses ont pris une autre tournure avec l’incendie provoqué par les émeutiers au siège de la daïra et celui de l’APC qui réclamaient à leur tête l’annulation pure et simple de cette liste et de parler au wali retenu par la session de l’APW. Suite à ces événements, El-Kala en cet après-midi du jeudi donnait l’impression d’une ville morte avec la gare routière fermée, le jet d’eau récemment inauguré incendié et des tas de pierres jonchant la chaussée que les forces anti-émeutes de la police avaient dégagés, sans oublier les magasins qui ont baissé rideaux. Vers seize heures, les familles qui avaient pris position dans le jardin public faisant face à la daïra après les bons offices des notables de la région sont rentrées chez elles et ne restaient que ces jeunes en groupes discutant entre eux. Par ailleurs, notre confrère d’El-Watan a été agressé et son appareil confisqué et cassé quand il a voulu prendre une photo du siège de la daïra. Enfin, beaucoup parmi les habitants d’El-Kala ont estimé que le moment était inopportun pour l’affichage des listes en ce début de la saison estivale fortement compromise.

    D’autre part, à Djelfa, et comme à chaque fois qu’une liste de bénéficiaires de logements est affichée, ceux qui ne trouvent pas leurs noms sont mécontents, manifestent et créent des perturbations dans la ville. Ce fut le cas ce mercredi où une liste de 507 bénéficiaires a été affichée pendant la nuit. Le matin, et après la lecture de la liste, plusieurs personnes ont commencé à former des groupes dans plusieurs quartiers de la ville et le tout se retrouva devant le siège de l’APC. Aucun élu n’était présent pour les recevoir. Un petit attroupement se forma devant le domicile du président de l’APC pour le faire sortir, mais sans succès. Les manifestants se sont alors dirigés vers le siège de la daïra. Le premier responsable de cette structure décida de les recevoir par groupe et de leur donner des explications. Cette initiative calma les esprits et les manifestants commencèrent à quitter les lieux. D’autres mécontents se son retrouvés au rond-point Rouini et ont sensiblement perturbé la circulation, allant jusqu’à se coucher sur la chaussée. Le calme revint dans l’après-midi après qu’un impressionnant service d’ordre fut mobilisé encadrant la ville par des éléments et des véhicules anti-émeutes.

    La contestation a aussi gagné M’sila. En effet, l’affichage de la liste des 320 bénéficiaires des logements sociaux et ruraux dans la commune de Maadhid, située à 35 km à l’est de M’sila, a provoqué un mouvement de contestation de la part des non bénéficiaires des localités de Bichara, Khaloua et Ouled Chaib. En effet, des dizaines de personnes, pour déverser leur colère, ont saccagé le siège de la mairie afin d’attirer l’attention des pouvoirs publics quant à l’annulation de la liste en question où, selon certains mécontents, figurent des indus bénéficiaires et que le P/APC a pris son congé le même jour de l’affichage. La réaction du chef de daïra ne se fit pas attendre, puisqu’il promettra d’étudier les recours au cas par cas et de prendre les mesures adéquates.

    A Annaba, la publication d’une liste de 134 bénéficiaires de logements publics locatifs (LPL) a provoqué la colère de citoyens à la cité Didouche Mourad, a-t-on constaté. Les protestataires, s’estimant « lésés », ont bloqué toutes les issues menant à leur cité, perturbant fortement la circulation automobile vers le centre-ville et vers la côte ouest de Annaba. Pendant que les forces de l’ordre investissaient les lieux pour prévenir d’éventuels débordements, le wali de Annaba a reçu une délégation représentant les protestataires à qui il a assuré « une étude objective des recours introduits ». Des mouvements de protestation similaires avaient été enregistrés mercredi au quartier des « Moulins d’Hippone » après la publication d’une liste de 54 bénéficiaires de logements sociaux. La ville de Annaba a bénéficié d’un total de 1.960 logements publics locatifs, ont précisé les services de la daïra, soulignant que la totalité de ces logements seront attribués « avant la fin de l’année 2011 ». Un total de 40.000 logements, tous segments confondus, a profité à cette wilaya à la faveur du programme quinquennal en cours, rappelle-t-on.




    0
  • Amel1
    3 juillet 2011 at 15 h 10 min - Reply

    salam,
    A QUAND L’EMEUTE POUR LA LIBERTE,LA DIGNITE ET LA VRAIE INDEPENDANCE ???????QUESTION POUR 1 DA SYMBOLIQUE!




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    4 juillet 2011 at 0 h 34 min - Reply

    Avec des maires voyous,comment pourrait-on esperer que les logements destinés à une certaine classe sociale ne soient pas détournés au benefice de la chippa, logiquement avec la politique bananière en vigueur en toute logique, il faudrait pour prevenir les abus des biens sociaux mettre les maires élus juste aprés leur élection durant trois mois au minimum en prison, peut-étre que cela evitera ce que nous voyons aujourd’hui dans le domaine de la distribution des logements sociaux




    0
  • ahmed
    4 juillet 2011 at 18 h 57 min - Reply

    L’erreur est dans l’idée même du logement social . Pourquoi un logement social pour les gens qui travaillent et qui ont un revenu,on devrait vendre des logements avec un crédit à rembourser en 15 à 30 ans .Bouteflika cofondateur du système socialiste avec le dictateur Boumédiéne,veut faire du neuf avec des idées socialistes et toujours médiocres .Il combat l’état providence tout en le préservant !
    Le peuple se réveillera un jour pour réclamer non pas des logements mais la fin de ce régime .




    0
  • Congrès du Changement Démocratique