Édition du
22 July 2017

Pourquoi l’Algérie cherche-t-elle à déstabiliser la Tunisie?

In Kapitalis.com

Mercredi, 06 Juillet 2011 07:45

Les services algériens cherchent-ils à déstabiliser la Tunisie en laissant transiter des éléments armés à travers la frontière et en distillant des informations infondées pour noircir la situation sécuritaire dans notre pays?


Depuis deux semaines, des médias algériens colportent des informations totalement infondées sur de prétendues agressions sexuelles subies par des touristes algériennes en Tunisie. On est en droit de nous interroger sur l’identité des commanditaires de ces campagnes d’intox et sur leurs desseins secrets.

Rien de vérifié, rien de précis, rien d’officiel
Sous le titre alarmiste, ‘‘Des Algériens fuient la Tunisie’’, le blog ‘‘Algérie Info’’, hébergé par le très sérieux site du ‘‘Nouvel Observateur’’, parle de «plusieurs familles algériennes [qui] ont fait l’objet d’agressions, vol d’argent et de véhicules dans la capitale et dans plusieurs autres villes tunisiennes.»
L’auteur, utilement anonyme, évoque des «informations sur des agressions sexuelles qui ont été rapportées par plusieurs personnes et relatées par divers médias». Ces «informations», dont on appréciera l’imprécision, auraient été «confirmés par des sources sécuritaires».
A la vérité, l’auteur n’avance rien de vraiment vérifié, rien de précis, rien d’officiel… Son unique source, c’est «un quotidien arabophone ‘‘Annasr’’», qui citerait, de son côté, des «sources sécuritaires». Quelles sont ces sources? Algériennes ou tunisiennes? Y a-t-il eu des communiqués officiels relatifs à des faits aussi graves (agressions, vol d’argent et de véhicules, agressions sexuelles…)?
Les lecteurs avisés n’auront pas de mal à débusquer l’approximation caractéristique de la désinformation. Mais la grande masse des lecteurs, qui n’est pas outillée intellectuellement pour faire le tri entre une bonne information et une manipulation, risque d’avaler ces contre-vérités, sans discernement, et sans soupçonner la volonté de manipulation sinon la campagne de dénigrement dont elles participent.
Le pseudo-journaliste, honnêtement et courageusement anonyme, parle non pas d’un cas isolé d’agression, ce qui aurait été plausible, mais de «plusieurs cas d’agressions sexuelles sur des femmes algériennes […] enregistrés sur le territoire tunisien». Il va jusqu’à en désigner les auteurs: «des agents de sécurité tunisiens et des groupes de malfaiteurs». Les premiers, on le sait, ont bon dos: on peut tout leur attribuer, et parfois même, n’importe quoi. Quant aux seconds, ci-devant qualifiés de «malfaiteurs», on aurait beaucoup de mal à les identifier et à les débusquer. Et pour cause: ce sont des fantômes nés de l’imagination d’un désinformateur professionnel.

La Tunisie est-elle devenue un pays dangereux pour les Algériens?
«A leur retour sur le territoire algérien, plusieurs femmes ont indiqué qu’elles avaient fait l’objet d’agressions sexuelles mais refusent de porter plaintes, craignant la réaction violente de leur époux et de leurs parents, a indiqué la source», écrit encore ‘‘Algérie Info’’. Les «femmes algériennes» (ainsi au pluriel) témoignent mais, curieusement, ne portent pas plainte! Si elles craignent vraiment «la réaction violente de leur époux et de leurs parents», pourquoi parlent-elles, et si elles ont réellement parlé, à qui ont-elles raconté leur mésaventure? Pas à leurs époux ou parents. Et encore moins à la presse. Et si elles ont confié leur mésaventure à des sources sécuritaires, algériennes dans ce cas, pourquoi ces sources gardent-elles le silence sur des abus aussi graves?
L’auteur n’indique pas, par ailleurs, si les femmes soi-disant agressées voyageaient seules en Tunisie, ce qui aurait été très étonnant, eu égard aux  habitudes de nos frères (et sœurs) algériens. Si elles étaient accompagnées de leurs maris ou parents, ce qui serait plus crédible, il aurait été difficile à des «agents de l’ordre» ou à des «malfaiteurs» tunisiens de les «agresser sexuellement», sans que cela provoque une grave crise diplomatique entre les deux pays.
Le journal ‘‘Annasr’’, cité par ‘‘Algérie Info’’, évoquait également – tant qu’on y est, pourquoi se priver? – «le cas d’une femme originaire de l’est algérien qui a été enlevée alors qu’elle était en compagnie de son mari. La jeune femme a été séquestrée pendant deux jours avant d’être jetée dans la rue.»
Dans un autre article intitulé ‘‘Une jeune mariée enlevée à Sousse’’, le même ‘‘Algérie Info’’ raconte l’aventure qu’un couple de nouveaux mariés originaires de la Wilaya de Sétif aurait vécu dans la ville balnéaire de Sousse: l’épouse S. Fatima, 26 ans, enlevée par des inconnus, et l’époux S. Chadli, 35 ans, agressé à l’arme blanche jusqu’à en perdre conscience !

Des terroristes infiltrés par la frontière algérienne
La Tunisie étant ainsi devenue un pays très dangereux, particulièrement pour les Algériens – car, à l’exception des Algériens, il n’y a pas eu de ressortissants  d’autres pays qui se seraient plaints d’avoir été agressés dans notre pays –, «le même quotidien a indiqué qu’une autre femme âgée de 37 ans originaire d’Annaba a été enlevée alors qu’elle se promenait dans la capitale tunisienne.»
Cette dernière information publié par le tabloïd algérien ‘‘Al-Khabar’’, et reprise sans vérification par des médias tunisiens, a obligé le ministère tunisien de l’Intérieur à rendre public un démenti formel. «Nous avons mené notre enquête partout et non seulement à Sousse et il n’y a eu aucun enlèvement. C’est totalement infondé. C’est une rumeur, voire une campagne orchestrée contre la Tunisie et notre tourisme», a affirmé à Kapitalis un responsable dudit ministère.
Comment expliquer cet acharnement de certains médias algériens, qui s’échinent à vouloir noircir davantage la situation sécuritaire en Tunisie? Seule explication plausible: ce sont les services de renseignement algériens qui distillent ces rumeurs infondées via les médias qui lui sont inféodés.
L’Algérie officielle, celle du gouvernement Bouteflika et des généraux de l’Armée nationale populaire, ont, il est vrai, de bonnes raisons d’appréhender tout changement démocratique en Tunisie, car cela pourrait donner de «mauvaises idées» aux Algériens. La crainte de l’effet de contagion démocratique semble avoir incité cette Algérie là, dont on soupçonne les velléités d’ouverture démocratique, à multiplier les actes inamicaux (c’est un euphémisme) en direction de la Tunisie.
Parmi ces actes, on pourrait citer l’infiltration, par la frontière algérienne, d’éléments terroristes affiliés à Al-Qaïda, dont deux ont été tués à Rouhia et  d’autres arrêtés dans d’autres régions. Une quantité d’armes a aussi transité par la frontière, que les services de sécurité tunisiens ont découverte dans des caches dans les régions frontalières du sud et du sud-ouest.
La campagne de désinformation sur la situation sécuritaire en Tunisie et sur les vraies fausses agressions à l’encontre de touristes algériennes participe de cette même volonté de déstabiliser la Tunisie et de noircir davantage l’idée que l’opinion algérienne se fait de la situation dans le pays. L’objectif visé: dissuader les Algériens de passer leurs vacances en Tunisie, comme ils ont l’habitude de le faire, et aggraver ainsi la situation économique dans notre pays.
On peut parier que la Tunisie, qui a toujours eu une place dans le cœur des Algériens, restera toujours, pour ces derniers, un havre de paix, chaleureux et accueillants. Les régimes passent, les peuples restent: et ce sont eux qui forgent leur histoire.

Imed Bahri


Nombre de lectures : 1875
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Sami
    6 juillet 2011 at 21 h 16 min - Reply

    Le régime de DRS d’alger, des le début, complote et utilise tous les moyens pour empêcher le succès de la révolution en Tunisie et un succès pour le peuple a renverser le régime dictateur Ghadafi !! Il a réussi a freiner les deux révolutions, mais esperons que les tunisiens et libyens soient intelligents pour contrecarrer ces complots malgré le fait que les occidentaux, et comme d’habitude, ont apparemment appuyé le régime d’Alger secrètement afin d’orchestrer et d’activer les groupes armes pour parasiter le mouvement aux pays voisins . Un grand complot est mis en oeuvre contre les révolutions des peuples arabes, et le régime d’Algérie dirige la contre-revolution dans le Maghreb !!!!
    C’est triste mais c’est la réalité qui se manifeste, un occident hypocrite et nos régimes sont des prédateurs qui ne s’arrêtent devant rien !
    Si les revolutions des deux peuples, libyens et tunisien, échouent ou dévient çela pourrait constituer un impact immense sur l’opposition du peuple algérien et il aura a vivre encore fois soumis a ce régime prédateur avec une nouvelle façade et de nouveaux slogans sans changement réel pour une longue période malheureusement !!!
    Il est très clair que le peuple algérien n’acceptera pas de vivre sous la tyrannie au moment ou les peuples freres vivent sous des régimes légitimes et démocrates..
    Ca reflète la puissance de nuisance du régime de la maffia d’Alger qui est prêt a s’allier à Satan pour réprimer toute opposition ou mouvement de contestation réel.
    Maintenant qu’est ce que peut faire l’opposition pour sauver la situation d’un echec qui serait fatal en cas ou le DRS réussissait a plonger la Lybie et la Tunisie dans le chaos, c’est ca la question ????????
    Cordialement

    ==========================
    Faisons confiance aux peuples frères de Tunisie et de Lybie. Tout comme ils sont pu abattre le Rat de Carthage et le Fou de Tripoli, ils sauront déjouer les complots de notre voyoucratie.
    Salah-Eddine




    0
  • Elforkan
    6 juillet 2011 at 23 h 27 min - Reply

    Allah lai3ad echaab ettounsi, wa ech chaab al djazairi !!
    Chaque peuple mérite son sort, parce que les peuples , à part une minorité, sont des lâches , y’a qu’à voir en Tunisie, une fois le Ben Ali parti, et au lieu de s’attaquer aux choses sérieuses……que fait la minorité de laïques, à la solde de la France et du sionisme,à n’a trouvé autre chose que diffuser un film  » Ni Allah, ni maitre !!! » »
    Que chercherait cette minorité, à la solde de la France et du sionisme, pousser les gens à réagir violemment et donner ainsi l’occasion rêvée à leur maitre d’intervenir sous prétexte de présence d’éléments d’el qaida en Tunisie!
    Ce genre de provocation est très grave, et ses conséquences sont incalculables, et pourrait pousser les gens non pas à l’extrémisme…..mais, bien au-delà !




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADi
    7 juillet 2011 at 12 h 05 min - Reply

    Pour permettre à ceux qui se posent des questions pertinentes sur la possibilité pour la Tunisie de voir son « printemps arabe » avorter, je les prie de méditer sur cette interview de Mohamed Talbi, le premier doyen en 1955, de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Tunis, actuellement âgé de 90 ans, qui, non seulement ne radote pas, mais considère l’Islam comme essence de la liberté, « Allah ayant créé Adam, LIBRE ».
    Ce grand sage, d’origine algérienne, son père étant né à Tunis cependant, qui a été bercé des litanies du Coran, du fait que sa maison natale était voisine d’une zaouïa, a su s’extirper du gel des consciences et contrairement à son collègue Abdel Madjid Chorfi, il a su faire la différence en entre Islam, et donc sacralisation du Coran, et « doute » positif à propos des hadiths.

    Ce maître dont je suis les écrits depuis de très longues années est pour moi, un second Malek Benabi, dont nous n’avons plus de pareil.

    Remettre en question la « sacralité » de certains textes fondateurs, ne veut point dire verser dans une laîcité béate, ou dans une condamnation à contrario de la sécularité qui plonge ses racines dans la pratique des « pères fondateurs », de la Ouma islamique, qui firent appel à la raison pour juger des « narrations » rapportées, tout en se donnant le pouvoir de les critiquer ou de les adapter à notre pratique tant dan le fiqh, que dans l’administration et la gestion de la Ouma islamique.

    Aujourd’hui, et heureusement que notre expérience « démocratique » se déroule en Tunisie et en Egypte, terres de zitouna et d’Al Azhar, après avoir subi la levée de boucliers quand elle a été pour d’autres raisons tentée en Iran, et subi la haine des « notres » et de ceux qui ne nous voient qu’au prisme impérialiste de l’anti-Islam, me donne de l’espoir.

    En effet, voila que des intellectuels de talent OSENT dépoussiérer notre histoire, y compris toucher aux sacro-saints « hadiths » et aux « compagnons » pour nous inviter à une lecture positive des hadiths et autres textes fondateurs, et ils nous invitent à positiver sur le sens de la liberté fécondante.

    Avant de revenir à la discussion, je vous invite ou plutôt ceux intéressés, à lire cette interview, non explicite pour ceux qui n’ont pas lu les livres de Si Mohamed Talbi, mais Ô combien riche d’enseignements implicites pour ceux qui comme moi, croient y avoir vu les signes précurseurs du « nour », cette Lumière du même type que celle qui éclaira une Europe pour la sortir d’une Renaissance qui tout en la promouvant, la maintenait entre deux rives, celle de l’obscurantisme médiéval et celle de la modernité rationnelle.

    المفكر محمد الطالبي(رئيس بيت الحكمة) يستقبل »اليوم » في بيته:
    **حاوره:محمد بوغلاب
    هذا إلتباس… لست خصما لحركة النهضة بل خصم لتقديس الصحابة الذين نقلوا خرافات عديدة مثل تشبيه أنس بن مالك خادم رسول الله للإسلام بالحية التي خرجت من جحرها و ستعود إليه بعد جيل أو جيلين أو ثلاثة فكيف أقدس من يقول كلاما كهذا؟ ولا اقول رضي الله عنه لأني حكمت على الله مسبقا بالرضى عنه إنما أقول كما أقول في كل الناس رحمه الله وغفر الله ذنوبه وتجاوز عن سيئاته وعن سيئاتنا…

    http://tunisitri.wordpress.com/2011/07/07/mohamed-talbi-a-coeur-ouvert-a-mohamed-boughalleb/#more-3380

    N’y voyez aucune malice de ma part, sinon l’envie qui me prend de partager avec vous cette envie soudaine de croire que notre avenir n’est pas le choix entre un « islamisme salafi » tourné vers les pays monarchiques ayant pour missel, la lecture passive et subie d’une histoire qui s’est imposée à nous, et l’autre face de la médaille que constituerait un asservissement à défaut d’un plagiat des « recettes occidentales », ou pour être moins péjoratif l’adoption de leur modèle de société et de gouvernance « qui seul, en se défaisant du carcan de l’islam obscurantiste », peut nous mener au développement, la « modernité étant incompatible tant avec l’islam », par crédo « contraire à la démocratie ».

    Qu’Allah, Lumière des Cieux et de la Terre, nous guide vers Ses Lumières.




    0
  • HAMMANA
    12 juillet 2011 at 12 h 29 min - Reply

    On peut destabiliser un gouvernement qui a accédé au pouvoir par la supercherie et le mensonge mais jamais un peuple solidaire et déterminé à faire aboutir sa révolution quelque soient les turpitudes des Janviéristes.
    Les TUNISIENS et les EGYPTIENS sont assez conscients pour déjouer les complots qui les visent et sont de ce fait à l’abri des basses manoeuvres de la DRS.
    Les services secrets algériens se trompent s’ils croient pouvoir réussir à faire renoncer les Tunisiens de la voie salutaire sur laquelle ils se sont engagés.Un peuple qui a mobilisé des millions de citoyens dans les rues pour se faire respecter(et pas 2000 bonhommes sur 36 millions d’habitants)n’est pas manipulable.L’histoire est là pour corroborer cette vérité:Avant la Tunisie et l’Egypte,nous avons l’exemple de l’Iran et du Vénézuela qui continuent à donner du fil à retordre non aux gueux de la DRS mais à la redoutable CIA.




    0
  • nomade
    12 juillet 2011 at 19 h 09 min - Reply

    @ MR HAMANA:
    HUGO CHAVEZ , el -moulhid, s’est déplacé personnellement a Alger pour dissuader boutef , el mouslim, bâtisseur de la plus grande mosquée de la terre.il l’a dissuadé de retirer la loi des hydrocarbures.une loi scélérate, faisant don des puis de pétrole aux multinationales sionistes.
    boutef voulait dire par cet acte ,aux sionistes:Laissez-moi au pouvoir est faites ce que vous voulez de ce pays.

    On ne peut pas prévoir d’où el kheir pourrait provenir, d’un moulhid ou d’un musulman ?

    Quant aux iraniens … ils ont mis leur pays sur orbite.
    Est ce qu ‘ il y a un pays arabe , les pays aux zouaamas, peut dire mieux ?




    0
  • HAMMANA
    21 juillet 2011 at 21 h 59 min - Reply

    A Mr Nomade
    Je n’ai jamais dis le contraire.J’ai toujours considéré qu’etre musulman ne signifie pas seulement porter un nom qui s’apparente à l’Islam ou la gandoura ou encore moins une longue barbe ou de se reférer hypocritement à longueur de journée aux hadith du prophète(QSSL)mais de penser en tant que musulman et d’honorer ainsi son appartenance à la religion d’ALLAH.
    Vous avez bient fait de citer l’exemple d’HUGO CHAFEZ et à mon tour je vais vous dire qu’il m’a été donné de travailler avec des universitaires arabophones qui vouent à la civilisation musulmane et aux compagnons du prohète'(ridhwan allah alaihoum)un mépris qu’on ne perçoit pas meme chez les plus zélés des laics.
    Ce n’est pas une question de religion,c’est une question de vertu.La preuve est que les poètes de l’antéislam sont de très loin plus vertueux,plus justes et plus correctes que nous.
    Pour rappel,GEORGES GALLOWEY,le sénateur britanique a été le seul à défier le blocus imposé à l’Irak pour venir en aide au peuple du pays du »héros de l’arabisme »Sadam hussein.Ou étaient à ce moment là les musulmans?Dans les casinos de LAS VEGAS sans aucun doute.
    Aussi,qui vous a dit que BOUTEFLIKA est un musulman?




    0
  • Congrès du Changement Démocratique