Édition du
25 March 2017

Émeutes et affrontements à Hydra

La police déloge violemment des habitants qui refusent la construction d’un parking
Émeutes et affrontements à Hydra
Par : Nabila Afroun, Liberté, 11 juillet 2011

Des violentes émeutes se sont déclenchées hier dans le quartier Bois-des-pins, à Hydra, sur les hauteurs d’Alger, entre la police et des citoyens qui réclamaient la préservation d’un espace vert mitoyen à leurs habitations, après l’abattage d’une cinquantaine d’arbres cinquantenaires.

Après un week-end plutôt agité, les habitants du quartier Bois-des-pins d’Hydra, sur les hauteurs d’Alger, ont été réveillés hier, tôt le matin, par le bruit de scies électriques coupant les arbres d’un espace vert. Pas moins de 50 arbres cinquantenaires (pins et eucalyptus) ont été abattus dès 7h du matin pour la construction d’un parking haut de 14 étages, mitoyen à l’immeuble G de ce quartier. Le litige entre les habitants et les autorités locales, autour de cet espace vert, ne date pas du week-end. Selon des citoyens, les affrontements d’hier ne sont que la goutte qui a fait déborder le vase. Un vase qui a été longtemps rempli, selon les habitants, par des passe-droits et intimidations policières. “C’était carrément un assaut de la brigade d’intervention contre des citoyens pacifiques. Intervention à 7h du matin. Ils ont coupé l’électricité de la cage 1 de l’immeuble G avant de défoncer les portes de l’immeuble ainsi que celles des terrasses”, témoignent plusieurs citoyens. Pire encore, selon eux, la brigade d’intervention a fait irruption dans plusieurs appartements et a embarqué plusieurs jeunes et agressé les parents.
“Je n’ai rien compris, je suis sorti le matin comme d’habitude pour aller travailler, soudain j’étais surpris par des policiers sur mon palier. Ils m’ont demandé de faire demi-tour et lorsque j’ai demandé des explications, ils m’ont poussé à l’intérieur de mon appartement et ils m’ont roué de coups. Même ma mère n’a pas été épargnée”, témoigne Mohamed Z., dont le dos porte encore les stigmates de la bastonnade. Son voisin, agent de sécurité à Sonatrach, a eu droit au même traitement. “Je rentrais de mon service de nuit et ils m’ont chopé à l’intérieur de notre cage d’immeuble et j’ai eu droit aux insultes, crachats et matraquage des jambes”, nous dira-t-il. Ses voisins viennent le rejoindre, les uns après les autres, pour nous faire part de ce qu’ils ont vécu en début de matinée. Les témoignages se succèdent et se ressemblent : injures, obscénités, bastonnades, arrestations et destruction de bien privé. “Comment voulez-vous qu’on ne réagisse pas ? ils rentrent chez nous, ils arrêtent nos frères et frappent nos mères. Cette télévision a été cassée avec un coup de matraque”, nous dira un autre citoyen. Selon les habitants de cet immeuble, 7 personnes ont été interpellées chez elles. Vers 8h, les jeunes du quartier ont riposté à cet “assaut” en barricadant les différentes issues du quartier et en jetant des pierres et autre projectiles sur le service de l’ordre qui était en surnombre.
En quelques heures, la cité bois-des-pins, connue pour sa tranquillité – pas loin du siège de Sonatrach, Hydra –, s’est transformée en un véritable champ de bataille : jets de pierres, pneus brûlés, et une voiture calcinée. La riposte était plutôt “disproportionnée”. La brigade d’intervention a fait usage de chasse-neige, de balles en caoutchouc, de pistolets électriques et de bombes lacrymogènes dont le gaz s’est même introduit à l’intérieur des appartements. Certains policiers se sont même autorisés à lancer le fameux “bayte-bayte, dar, dar et zinga zinga”, de Khadafi, ou encore : “Fatiha porte ton foulard, on arrive.” Bilan : une vingtaine d’arrestations et plusieurs blessés du côté des citoyens et une dizaine du côté du service de l’ordre. Plusieurs citoyens blessés ont décidé de porter plainte contre certains policiers, notamment un commissaire, pour agression, infraction et destruction des biens privés.
Ce n’est que vers 13h30 que les affrontements se sont calmés. “Tous cela pour un projet de parking qui ne profite qu’aux gros bonnets de sidi-yahia qui ont l’intention de construire un centre commercial sur un terrain Habous du côté du cimetière. Nous refusons de lâcher notre espace vert ; c’est notre seule évasion de nos F2 en cette période de grandes chaleurs. En plus, ce parking va complètement nous priver de nos balcons et de la lumière du jour, car il ne prévoit que 5 mètres de distance”, nous dira Smaïl R. membre du conseil des sages du quartier.
Il précisera que plusieurs démarches ont été faites pour préserver ce bois dont une pétition de 4 500 signataires. des rencontres concernant ce litige ont eu lieu avec de hauts responsables politiques dont M. Belkhadem et M. Ziari. “Cela fait plus de 52 ans que ce bois existe, ces pins ont été plantés à l’époque coloniale et ces eucalyptus nous les avons boisés à l’époque des grands volontariats des années 1970. Nous nous sommes battus pour cette espace vert”, nous dira un sexagénaire natif du quartier.
Il insiste sur le fait que ce bois a fait l’objet, en 1984, d’une circulaire interministérielle pour sa préservation. Une délégation du comité des sages du quartier a été, hier après-midi, invitée par le wali d’Alger pour des pourparlers.


Nombre de lectures : 14937
25 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • B. Salim
    11 juillet 2011 at 15 h 16 min - Reply

    http://www.youtube.com/watch?v=ChkAc0MNvO4&NR=1

    Salam to all

    Spectacle de désolation hier au quartier bois des pins à Hydra. Le seul petit espace vert qui restait a été détruit saccagé. Tous les arbres centenaires, ces pins majestueux ont été sciés en 5 minutes. Ils ont ramené les gros moyens : des spécialistes de la destruction soutenus par un renfort impressionnant de police et de force anti émeute. Des dizaines de camions et de blindés de police. Les pauvres habitants ne pouvaient rien. 2 semaines qu’ils résistent vaillamment, tout seuls, jour et nuit. Même les femmes ont été tabassées et embarquées et plusieurs dizaines d’arrestations et de blessés parmi les jeunes du quartier. A coup de Bombes lacrymogènes, balles en caoutchoucs, matraques et jets de pierres : ils ont pu déloger les pauvres habitants qui tentaient vainement d’empêcher ce crime écologique. J’ai vu les arbres abattus.. Ils pleuraient… c’est la première fois que je vois des arbres pleurer!. Les habitants contemplaient impuissants de leur balcon ce triste spectacle. Mon Dieu quel gâchis u !!! c’est tout une partie de nos souvenirs d’enfance qui disparait avec cette petite forêt… Un conseil ne retournez jamais dans une forêt détruite que vous avez vue dans votre enfance. Le choc serait terrible. Un spectacle de désolation et un sentiment de gâchis irrémédiable …

    Il parait que les grands stratèges prévoient un parking et bien sur des locaux « LAHOUANITE » comme ils disent. Pour entretenir le réseau de beggarines et de trabendistes qui deviennent de plus en plus exigeant !!! SIDI YAYA Ne suffit plus….

    Qu’Allah protège notre pauvre pays….




    0
  • belka
    11 juillet 2011 at 15 h 40 min - Reply

    meme hydra.




    0
  • clandestin
    11 juillet 2011 at 16 h 33 min - Reply

    on ne respecte mem pas les humains , que dire des arbres !!!!!!!!!!!!!!c est des insensés , ya plus d arbres à Alger ! sidi yahia ya bougelb , degdegtoulna lebléd ya el beggaras ya el kerrouchs ya les maquinons!que dire du bois de boulogne confisqué à toute la population du golf de la colonne et de hydra , que dire des arbres arrachés de la rue de tripoli pour un tramway nommé desir ?alors qu en parallele la lighne agha boumerdes pouvait servir largement pour les trains et pour les trams !mais comment voulez vous que yathaléb les cavés qui dirige el bled ?mes parents sont enterrés dans le cimetiere de sidi yahya , a chaque fois que je voyais le joli bois des pins je me disais comment ce quarier ancien et populaire tient t il encore entre les nouveaux riches de sidiyahya et les beggaras et garnds voleurs nouveaux debarués , et bien voila c est fait le parking va les remplacer ………..




    0
  • ramdane
    11 juillet 2011 at 18 h 04 min - Reply

    Alors la! moi je suis tout à fait d’accord avec les habitants, il n’est pas acceptable qu’un espace vert transformé en parking???!! comment vont -ils faire nos enfants où vont jouer, c’est qui est grave dans le cas, sont les autorités qui sont montrés du doigts, or ça doit- être le contraire, comme disait l’autre bled Mickey.




    0
  • moufdi
    11 juillet 2011 at 21 h 13 min - Reply

    La decision d’abattage d’une cinquantaine d’arbres est un crime !mais ce qui est pire est le second crime :l’irruption des voyous de hamel dans les appartements ,bastonades,insultes arrestations coupure d’electricite et tout cela avant 7h c’est a dire il n y avait aucune violance ou vandalisme et encore meme si c’etait le cas cela ne justifierait jamais le comportement des voyous de ce corps de voyous .il y a eu des milliers d’interventions depuis janvier des ripoux algeriens est ce qu’ils ont ete une seule fois je dis bien une seule fois commander par des officiers ou responsables  »s’il y en a dans ce corps  »plus ou moins sage et qui se conforment avec la loi en appliquant stricetement la loi JAMAIS ce sont tous des voyous depuis leur plus haut responsable jusqu au dernier mercenaire .




    0
  • moufdi
    11 juillet 2011 at 21 h 29 min - Reply
  • sami
    11 juillet 2011 at 22 h 44 min - Reply
  • Ali La Pointe
    12 juillet 2011 at 11 h 44 min - Reply

    Il faut lire la Moukkadima de Ibn Khaldoun pour comprendre la mentalité de la pègre qui nous mène tous à la faillite, des bédoins qui ne laissent sur leur passage. Ils ne respectent ni surface verte, ni normes architecturales … eddab rakeb moulah.




    0
  • Clément
    14 juillet 2011 at 15 h 35 min - Reply

    Bonjour à tous,

    Je suis Français et je peux vous dire que ce genre de situation était monnaie courante en France jusque dans les années 80.
    Je ne connais pas cet endroit à Alger, mais c’est toujours triste de couper des arbres, surtout si on les remplace par un parking bien moche! Il faut essayer de monter des associations (lobby) de citoyens suffisamment puissantes pour faire plier l’administration… sinon c’est peine perdue malheureusement.

    Allez courage les gars, lâchez rien !




    0
  • Mohamed Lamari
    14 juillet 2011 at 15 h 59 min - Reply

    Le grand problème à Alger c’est que des dirigeants, walis et maires ne sont pas originaires d’Alger qui viennent de l’intérieur du pays et n’ont donc aucune connaissance de la culture algéroise, mais viennent avec leur propre culture pour l’appliquer aux Algérois. Les vrais algérois sont de plus en plus marginalisés.




    0
  • Ali Mansouri
    14 juillet 2011 at 22 h 43 min - Reply

    De Ali Mansouri**Le grand problème chez beaucoup d’Algériens c’est qu’ils ne semblent pas du tout connaitre l’Algérie et encore moins l’Algérois. Plusieurs informations dont le texte suivant, confirment que l’Algérois a été envahi par les Marocains du clan d’Oujda**.
    Jeudi 12 mai 2011
    Texte 30: Les Algérois de souche marginalisés, le clan d’Oujda s’approprie l’Algérois
    (Ébauche)
    Présentation
    L’étude suivante, qui fait suite à la précédente ‘’Les Kabyles embouteillés par le clan d’Oujda et Bouteflika’’(Texte 29 dans Aristote-algeria.com), porte sur la région de l’Algérois, région qui, avec la Kabylie, constitue l’Algérie-centre. A partir de 1962, la politique du pouvoir, a suivi deux axes :d’un côté enraciner, ancrer et contenir les Kabyles ainsi que le fait Kabyle en Kabylie (texte 29) et de l’autre, marginaliser les Algérois de souche,s’approprier l’Algérois et le peupler de populations amenées d’autres régions. Cela dit, l’étude qui suit est le complément de celle publiée dans http://www.Freealgerie.com,Forum de débats du journal, »lematindz » sous le titre  »L’invasion-L’Algérois, une chasse-gardée du clan d’Oujda : Vers une disparition des Algérois de souche’’(Texte 28). Cette dernière trace les tendances générales de l’évolution de l’Algérois depuis 1962, une tendance marquée, d’un côté, par la marginalisation des Algérois de souche et, de l’autre, par la venue croissante, dans le cadre institutionnel(administratif, armée, police) de migrants sous l’autorité du groupe d’Oujda (Texte 29). L’augmentation des populations en provenance des autres régions d’Algérie ne découle pas d’un MOUVEMENT DE MIGRATION NATUREL vers Alger, en raison du fait qu’elle est la capitale, mais d’un transfert organisé dans le cadre des institutions( armée, administration, police) qui amène à dire que le clan d’oujda a élaboré un plan visant à peupler l’Algérois par une population qui lui vouera une fidélité sans faille et qui ne remettra pas en question son pouvoir. Cela dit,quatre grandes lignes se dégagent dans l’évolution de l’Algérois ((ex-wilaya 4,zone autonome d’Alger)):La Mitidja, wilaya d’Alger,La wilaya de Blida, La willaya de Boumerdes, willaya de Tipaza,Chlef:
    1)-Les massacres de populations : Dans les années 90 et au début des années 2000, l’Algérie a été le théâtre d’un nombre important de massacres de population. De nombreuses études sur ce sujet ont été publiées sur le site http://www.algeria-watch, sections  »massacres », parmi lesquels celle de M. Salah-Eddine Sidhoum. La liste des massacres établie par ce dernier dans son étude  »chronologie des massacres en Algérie (1994-2000) » donne le tableau suivant : sur environ 300 massacres entre 1994 et 2002, 3 ont eu lieu dans le Constantinois, aucun en Kabylie, 44 dans l’Oranie (sud surtout), 10 au Sahara, et 243 dans l’Algérois.

    2)-Déplacement des populations vers les villes environnantes : durant les violences qui ont secoué l’Algérie au cours des années 1990 et au-delà, des centaines de milliers de personnes, ont fui leurs lieux d’origine. Il est question d’un million à un million et demi de personnes, un chiffre mentionné par Bouteflika dans un discours prononcé en avril 2004, qui ont migré vers les villes(Alger,Blida…) pour s’entasser dans des bidonvilles. Nombre de ces réfugiés ne se sont jamais réinstallés dans leurs villages désertés.Un constat fait en 2010 relève qu’une grande partie des gens ayant fui leurs villages vivent toujours dans les bidonvilles et les baraquement autour des villes(Alger,Blida…)

    3)-Le peuplement de l’Algérois par des populations non-algéroises de souche:La venue dans l’Algérois, après l’indépendance de populations en provenance des autres régions a débuté en 1962. Les premiers arrivants à Alger à partir de cette date sont venus dans le cadre de l’armée des frontières, en provenance du Maroc. Ce mouvement s’est élargi aux autres institutions (admnistration,parti,police).Timide jusqu’à la fin des années 80, il prendra une tournure massive à partir des années 90 car il deviendra un élément clé dans le processus de contrôle rade l’Algérois, région, de par sa position géographique centrale, hautement stratégique. Ce plan sera favorisé par la fuite, vers les villes, des villageois soumis aux massacres, une évolution qui entraînera l’État-major de l’armée à mettre en place un plan global visant à quadriller l’Algérois et à le peupler par une population transférée des autres régions et vouant, au pouvoir, une fidélité sans bornes. Cette arrivée massive a fait réagir les locaux, comme les Algérois qui parlent de  »disparition d’Algérois de souche et d’invasion ».Les blidéens aussi ont noté cette évolution.Le témoignage suivant d’un blidéen est assez éloquent. »Qui a massacré la Mitidja, créé sur ses terres fertiles des willayas, de pseudo villes nouvelles, de pseudo zones industrielles et qui, pendant ce temps, manipulait les dossiers des logements, déracinait les Algériens par familles et les dispersait via des camions dans Blida et sa région (la Mitidja) juste pour REMODELER LA DONNE DÉMOGRAPHIQUE LOCALE? Le DRS, le bureau de recrutement ? Qui a élevé au rang d’une institution la spoliation du Blidéen, de son droit au logement ?Qui détournait les logements et les distribuait à des gens n’ayant aucun droit ni lien à Blida, ni même en sa région et qui a créé des cités dans la cité blidéenne? et pourquoi?(site: Blidarjel, jeudi 27 janvier 2001). Le même constat peut-être fait au sujet d’Alger. Une grande partie des gens n’ayant aucun lien avec Alger ont été ramenés de l’extérieur de l’Algérois et se voient accorder des logements alors que les Algérois de souche en sont privés(Climat de France,Diar el Mahçoul…). Ce fait connu depuis des lustres prend une tout autre dimmension quand on sait que cette situation existe dans toutes les villes de l’Algérois.(Ce qui se passe à Tipaza, actuellement,ne serait-il pas en relation avec ce schéma?).Ceci étant dit, On en arrive à la conclusion que l’État-major de l’armée a mis en place un plan de peuplement de cette région par des individus transférées des autres régions et fidèles au pouvoir.

    4)-Le quadrillage de l’Algérois par un réseau de casernes militaires, de brigades de gendarmerie et postes de polices… (Algérie :La machine de mort :Rapport établi par Algeria-watch et Salah-Eddine Sidhoum, octobre 2003, google.com)-Dans les années 90, dans la grande banlieue d’Alger étaient stationnés plus de 100 000 soldats, sans compter les effectifs de la police et de la gendarmerie.Ces faits vont dans le sens L’accaparement de l’Algérois par le clan d’Oujda et de son peuplement par une population transférés dans le cadre des institutions et vouant une fidélité absolu au pouvoir.

    Site:aristote-algeria.com




    0
  • Ali Mansouri
    15 juillet 2011 at 0 h 34 min - Reply

    CORRECTION;Désolé mais une erreur s’est glissée dans la phrase que j’ai ajouté au texte d’Aristote-algeria..( »Ce qui se passe à Tipaza, actuellement,ne serait-il pas en relation avec ce schéma? »).Au lieu de Tipaza, je voulais dire Zéralda en référence à l’article suivant: »URGENT : Il dénonce la corruption……il se retrouve en prison !!! Arrestation du maire de ZÉRALDA »
    Posté par Rédaction LQA le juil 7th.




    0
  • Atala Atale
    15 juillet 2011 at 11 h 47 min - Reply

    L’article de M. A. Mansouri est corroboré sur le terrain. N’importe quel observateur attentif au mouvement de peuplement ou « exode rural » remarquera ce phénomène qui se confirme de plus en plus. En effet, comment se fait-il que l’on tolère la formation de bidonvilles autour de la capitale par une population à la recherche de travail ou autre, pour ensuite l’installer définitivement dans le cadre du logement social à Alger. Les Algérois ne sont pas prêts, par pudeur, à aller loger dans ses baraques de fortune, dans le but d’avoir un logement décent, quitte à rester à l’étroit. Bien sûr beaucoup ont préféré quitter Alger que d’avoir une proximité agressive sur tous les plans. Machiavélique ! Ces « foutouhate » se font par le biais du parti, de l’administration etc…
    Quel gâchis mes amis !!!!!!!!!




    0
  • Nabil daid
    15 juillet 2011 at 14 h 36 min - Reply

    En parcourant rapidement quelque commentaires, je suis tombé de ma chaise. Des gens nous parlent maintenant de « l’algérois de souche » du vrai et du faux « algérois » et surtout les différences culturelles entre le sud le centre et le nord de l’Algérie. Moi je vous répond que vous vous réveillez en retard comme d’habitude, lorsqu’on vous parle de système de régions en Algérie qui offre l’occasion à chaque régions de s’auto-gérer selon ses cultures locales; vous criez au régionalisme, au racisme et même à l’indépendantisme. Alors pensez à ce grand projet qui peut propulser l’Algérie dans la cours des grand et la sortir à coup sûr du tiers-monde.




    0
  • Sadek
    15 juillet 2011 at 15 h 02 min - Reply

    La question qu’il faut se poser est : qui est ce baron ou qui sont ces barons du régime qui sont derrière cette razzia moyenne-âgeuse? Il y a certainement une affaire de gros sous dans l’implantation d’un parking dans ce cartier.

    =========================================
    Le quartier de Sidi Yahia s’est transformé en une décennie en un vaste quartier du commerce de luxe et des « affaires » entre les mains de puissants beggarines du système. Les jeunes de Bir Mourad Raïs l’appellent d’ailleurs les Champs Elysées d’Alger. La transformation de cette forêt en parking entre dans cette stratégie d’extension de ce quartier « d’affaires ». Certains « lieux » ressemblent d’ailleurs étrangement à ceux du « centre commercial » de Zeralda. Nos parents enterrés au cimetière du même nom doivent se retourner continuellement dans leurs tombes, en voyant ce qu’est devenu ce quartier de leurs aïeux. A quand la récupération du cimetière par ces beggarines? En Algérie, kul chay mumkine.
    Salah-Eddine




    0
  • fhamtelmeqsoud
    15 juillet 2011 at 22 h 05 min - Reply

    Sidi Yahia ce lieu de pique-nique jadis prisé par nos parents pour aller se détendre dans son air oxygéné par la végétation de ses arbres séculaires, hélas ceux qui n’ont pas de pudeur se l’ont accaparé sans état d’âme. mais un jour ils payeront leurs méfaits au détriment des autochtones qu’on veut réduire à l’indigénat. Mais chers frères et soeurs n’a t’on pas voulu trop grossir cette affaire. Toutes les collines environnantes d’Alger d’autrefois ont disparu sur les traces du béton. A t’on idée qu’on veut occulté le combat qui est celui de faire dégager ce pouvoir. Avez vous vu la cité Bois des Pins dans quelle désolation elle se trouve. Les habitants de cette localité ne peuvent ils pas se soulever pour leur dignité, contre les sales conditions de vie et de promiscuité dans lesquelles ils pataugent au lieu de faire face à une question moins importante. Un bois on peut le reconstituer mais une vie de misère qui vous détruit c’est difficile quand on a à faire à un pouvoir tyrannique.
    Que Dieu nous assiste




    0
  • Petit Omar
    15 juillet 2011 at 22 h 31 min - Reply

    Petit Omar
    A Mohamed Lamari. D’abord chapeau pour ton sens de l’observation dans ton message : « Le grand problème à Alger c’est que des dirigeants, walis et maires ne sont pas originaires d’Alger qui viennent de l’intérieur du pays et n’ont donc aucune connaissance de la culture algéroise, mais viennent avec leur propre culture pour l’appliquer aux Algérois. Les vrais Algérois sont de plus en plus marginalisés ».. fait ressortir une évolution qui fait partie d’un plan plus global visant tout l’Algérois (Alger-Blida-Tipaza-Mitidja…). C’est développé dans les textes suivants:
    Texte 30: Les Algérois de souche marginalisés, Le clan d’Oujda s’approprie l’Algérois (texte repris ci-dessus par Ali mAnsouri)
    Texte 28: Alger-Algérois et le clan d’Oujda-l’invasion : vers la disparition des Algérois de souche… (publié dans Freealgérie, forum de débats du Matindz)
    Site: aristote-algeria.com




    0
  • Ali Mansouri
    16 juillet 2011 at 12 h 20 min - Reply

    L’exode rural des années 1990, fut provoqué par les mafieux du régime, qui ont concocté un plan machiavélique pour chasser toutes le populations paysannes de leur terre, par un terrorisme barbare maniooulé par le DRS, vers les centres urbains.Le but était, pour les gens du régime et leurs amis, de s’approprier des terres agricoles et devenir de grands propriétaires terriens comme il en existait durant l’époque coloniale. En plus bien sûr pour le pouvoir de mafieux et de criminels, de s’assurer du soutien de ces dites populations dans les grands centres urbains notamment tout l’Algérois. Le phénomène de l’exode rural existe dans le monde, mais comme le dit l’article de Mr Aristote, en ce qui concerne l’Algérie il a été provoqué sciemment et d’une rapidité incroyable dans un but bien précis : le pouvoir en manque de légitimité populaire, doit s’assurer, par tous les moyens, la pérennité au pouvoir. Il n’y a qu’à voir l’indifférence des »envahisseurs » de l’Algérois lors des appels à manifester, ces gens sont tout simplement des clientèles assurées pour le pouvoir qui les a récompensées par l’attribution de logements sociaux gratuits en plein centre de la capitale, alors que l’Algérie a une superficie de 2 250 000 km2.




    0
  • Mohamed
    16 juillet 2011 at 22 h 35 min - Reply
  • fhamtelmeqsoud
    17 juillet 2011 at 13 h 26 min - Reply

    Je donne une nouvelle fois mon avis. Je dis et je répète que les gens qui se sont soulevés tapent à côté. Je suis un ancien habitant de cette cité dès la fin 1960. Après l’invasion nous avons dû fuir vers un endroit plus clément. Ces gens n’ont rien à voir avec un bois (ils ne connaissent rien des bienfaits oxygénants d’un bois). Celui ci était rempli d’immondices de toutes sortes, peut-être les drogués y trouvaient du plaisir en s’isolant à cet endroit. Moi j’invite ces habitants de cette cité à mettre plus d’ardeur et de ferveur à nettoyer leurs cages d’escaliers (pire que gitanos)et à remettre en marche leurs ascenseurs en déliquescence. à nettoyer leur environnement immédiat (plein d’immondices) pour permettre à leurs enfants de jouer normalement? J’invite les responsables de l’Etat à éduquer ce Peuple, et non le laisser livrer à lui-même Le reste n’est que foutaise. Mes respects pour les anciens qui y sont demeurés.




    0
  • Sadek
    17 juillet 2011 at 15 h 32 min - Reply

    @ fhamtelmeqsoud

    Arrêtons la démagogie svp, ce n’est pas d’un refuge des drogués ni de cages d’escaliers en déliquescence qu’il s’agit mais d’un espace vert raflé par les prédateurs du système pour faire fructifier leur business comme l’explique si bien Salah Eddine Sidhoum.




    0
  • fhamtelmeqsoud
    17 juillet 2011 at 20 h 06 min - Reply

    @sadek
    J’ai dit peut-être les drogués y trouvent refuge. mais nous prendre des photos des cages d’escaliers de cet endroit. C’est une honte pour ses habitants qui n’ont pas le minimum d’esprit collectif pour prendre en charge le nettoyage des escaliers, la mise en marche des ascenseurs et l’entretien de leur environnement. C’est une honte pour ces responsables de la culture et de la religion qui n’arrivent à éduquer ce Peuple qu’on laisse paître dans sa prairie d’immondices. C’est à vous d’arrêter la démagogie. Il faut commencer à balayer devant sa propre porte le reste suivra.




    0
  • Sadek
    17 juillet 2011 at 21 h 36 min - Reply

    @ fhamtelmeqsoud
    Donc selon vous c’est le peuple qu’il faut blâmer et non pas ceux qui squattent les espaces publics et qui accélèrent le bétonnage de la cité ? Drôle de raisonnement!
    La saleté dans les immeubles n’est pas propre à cette cité, on la voit partout en Algérie, ça c’est un autre sujet. Encore une fois svp ne détournons pas le débat, point barre !




    0
  • fhamtelmeqsoud
    17 juillet 2011 at 23 h 41 min - Reply

    @Sadek
    Le Peuple est à blâmer, les dirigeants sont à blâmer, tout la société algérienne est à blâmer. Vous parlez d’espace public. Depuis la décennie noire toutes les valeurs sûres ont été balayées. Cheikh Sahnoun (Allah yerrahmou)les avaient prévenus : rentrez chez vous, ils ont les chars et vous n’avez rien.
    Je suis pour la lutte intelligente et quand on se fixe un objectif il faut être gagnant. Le FLN a fait la révolution intelligemment et il a été gagnant. Si on veut faire une opposition contre le bétonnage comme tu dis, il faut agir avec non violence et comme ça on peut rallier le maximum de gens, des pétitions, internet, etc.. Mais la violence engendre la violence et ces policiers sont surarmés et tu ne peux rien faire contre eux pour un petit bois. Si demain tu prépares ta révolution et ton ascension pour être intelligent tu boiseras des centaines de forêts et de parcs. Regarde l’Europe, les chinois grâce à leur génie et combien ils ont détruit pour construire la ville mais ils ont érigés des super parcs de détente où toutes les animations sont possibles, sinon un bois à l’état naturel c’est fait pour les sangliers les lièvres,ou les oiseaux, moi je te souhaite mieux. El hijra, voilà ce que nous enseigne notre religion, quand on ne peut affronter un plus fort que soi, il faut fuir en attendant d’aiguiser de bonnes armes. La biologie appelle cela l’autocinèse. Je leur souhaite un parc grand comme Alger mais d’abord qu’ils aient un logement décent et un travail pour élever leurs enfants.
    Un proverbe algérois de chez nous dit : tramou fel belâa, oua ihaouass âala dellâa.
    respectueusement




    0
  • hassan,vrai sidiyahia
    26 février 2014 at 14 h 01 min - Reply

    Les anciens sont tous parti,morts ou exode,mais c’est des anciens de sidi yahia qui ont ouvert les portes à ces djianines,parce-que algérois qu’on.va quelque-part,on ne s’impose pas,on s’intègre sinon ,on cherche ailleurs.jadis on vivait berahmate rabi,il y avait une très bonne communion et surtout el horma s’imposer de force, élan yerham eridjales comme med.zazou ami rat etc..j’ai mal au coeur,nostalgie quand tu nous tiens




    0
  • Congrès du Changement Démocratique