Édition du
23 July 2017

Guémar: Quand Les Coupures Du Courant éLectrique Font Des Siennes.

 

Les habitants de la wilaya d’El-oued vivent depuis des années(fait singulier) avec la psychose des ruptures inopinées et quotidiennes de l’électricité à l’approche de chaque saison d’Eté ou les fortes chaleurs influent sur les ouvrages électriques réalisés évidemment en infraction avec les normes internationales par des entrepreneurs habitués à verser dans la magouille.

Cette situation avec tous les désagréments causés pour les usagers et les dégats déterminés sur les équipements domestiques semblent ne pas inquiéter outre mesure les autorités locales puisque les ruptures du courant persistent toujours et ce malgré l’enveloppe financière conséquente affectée par l’Etat pour la rénovation du réseau.Celle-ci malgré lancée,s’effectue toujours en contradiction avec le cahier des charges et sans prendre en considération les sérieuses mises en garde faites par des spécialistes en la matière originaires de la ville et qui ne cessent d’attirer l’attention de qui voudrait les entendre sur les graves conséquences issues des imperfections dans la réalisation des dits ouvrages à éviter ainsi que sur les dangers encourus et par les citoyens et par le réseau lui-meme et à l’égard desquelles on continue de faire la sourde oreille.

Pour rappel,la ville d’El-oued a été l’année dernière le théatre de graves incidents entre les forces de l’ordre et les citoyens en colère pour la meme raison et qui menacèrent d’incendier la centrale électrique si leurs doléances ne soient pas prises immédiatement en charge.

Les promesses faites par le Wali semblent avoir été honorées puisque la capitale de la wilaya n’a plus enregistré de coupures depuis.Mais il y va différemment pour le reste des communes pour lesquelles le calvaire continue et qui se sont trouvées dans la contrainte de manifester pour se faire entendre.

Cet état de fait a été perçu par les citoyens lésés comme un message tacite sur la nécessité qu’i y a d’investir la rue pour faire aboutir le dialogue.

En effet,dans la nuit du 10 au 11 juillet courant vers 21h50mn(juste après la prière d’EL ICHAA et suite à une cinquième coupure),une vague humaine de trois cents citoyens en colère a déferlé sur l’artère principale de la ville(la RN 48) ou des pneus ont été brulés au passage en guise de protestation avant de progresser vers le siège de la Daira qui a subi des dégats malgré l’intervention des forces de police qui essaya de les en dissuader et qui ont du faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les émeutiers après que les tirs de sommation s’avérèrent insuffisants pour contenir la colère de la foule en ébullition.

Un incident analogue a eu lieu à Réguiba(une daira située à quelque trente kilomètres au nord d’El-oued) au meme moment et ou les citoyens semblent emboiter le pas à leurs compatriotes .

Etant donné la gravité de la situation,il est difficile de présager de la tournure que pourraient prendre les évènements surtout qu’on a à subir les aléas d’une gestion catastrophique de la question énergétique pour encore un mois et demi.

Affaire à suivre.
Guémar,le 11 juillet 2011
Une correspondance de Rossignol.


Nombre de lectures : 2999
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ferhat ait ali
    12 juillet 2011 at 10 h 37 min - Reply

    C’est ce qui arrive à tout peuple assisté qui au lieu de s’impliquer activement et logiquement dans ce qui concerne son quotidien et et son devenir, ne reagit que quand les resultats sont là et de manière parfois barbare et destructrice
    La non gestion à tous les niveau, erigée en norme d’etat, n’a d’egal que la nonchalance des populations qui croient que tout tombe du ciel, sans aucun facteur objectif
    Cd que tout le monde a l’air d’oublier, est le fait que le cout de l’electricité aligné sur le niveau de vie et non sur le cout d’exploitation, ne permet pas à la sonelgaz d’inestir sur ses fonds propres,et necessite des investissements publics enormes, ces investissements publics sont de l’ordre approximatif d’un million de dollars le megawatt/heure, sans compter les retards, les combines, et les defaillances d’ici et d’ailleurs,
    Si la popuplation et surtout ses elites, donnaient leur avis de manière argumentée et constructive en temps utile, au lieu de se partager entre les applaudisseurs professionnels, et les apotres de la guerre totale à l’etat reduit à quelques generaux et deux ou trois clans se predateurs, on en serait pas à cette situation
    La consommation d’electricité en Algerie s’est multipliée par 5 en 10 ans, et la production n’a pas suivi malgré les investissements, cette consommation est presque reservée aux menages et autres utilisations non rentables economiquement, 40% des consommations ne sont pas reglées car volées, personne parmi ceux qui habitent les zones desertiques, y compris les milliardaires qui depensent leur fric dans les cabarets ou dans des campagnes de soutien n’a eu l’idée d’installer ne serait ce qu’un panneau photovoltaique sur son toit, tout le monde attend l’etat providence, qui lui ne fait rien d’autre que promettre et gerer les effets des desillusions, tel pouvoir tel peuple.
    Meme en mettant toute leur ville à feu et à sang, ils ne changeront rien à la donne, le pannes seront toujours au rendez vous, quand la logique est ailleurs,n’importe quel faineant peut tenir un meetings an costume ou en Kamis, invitez les gens à une communication utile d’un ingenieur de sonelgaz, et vous verrez les resultat
    Si le pouvoir en Algerie est une tare reversible, l’etat d’esprit de certains administrés est une tare qui commence à devenir irreversible
    Les Algeriens devraient etre tous envoyés en famille en excursion dans les pays bien gerés et mentalement evolués, et dans les pays auquels ils se refèrent tout le temps, pour les questionner sur les pannes d’electricité, ils sauront là que grace aux charlatans il n y a pas de panne d’electricité dans ces pays, tout simplement parcequ’il n’ y a pas d’electricité dans la plupart des foyers, mais tant qu’il y a le petrole tout le monde peut parler à sa guise, quant il n y en aura plus il faudra payer pour dire des aneries, et peut meme juste pour exister




    0
  • Hajar
    13 juillet 2011 at 11 h 45 min - Reply

    Bonjour. La lecture du titre m’incite à faire une simple remarque en matière de syntaxe : je pense qu’il aurait fallu titrer : « Guémar: Quand les coupures de courant électrique font des leurs » (c’est une seule coupure qui fait des « siennes »). Ce possessif s’accorde généralement au sujet. Par exemple, on s’adresserait à un enfant qui a fait des bêtises en lui disant: « tu as encore fais des tiennes, aujourd’hui ? », etc., etc.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique