Édition du
26 March 2017

La pagaille d’Air Couscous touche les aéroports français

Grève à Air Algérie : jusqu’à 1.500 personnes bloquées en France
France Info – Hier, 21:30
Jusqu’à 1.500 passagers souhaitant se rendre en Algérie ont été bloqués aujourd’hui dans les aéroports français, à cause d’une grève du personnel naviguant d’Air Algérie. Plusieurs centaines le sont encore ce soir. La période est traditionnellement très chargée à cause des vacances. Et la tension est montée face au peu d’avions qui décollent. La grève va continuer mercredi.

La tension commence à monter dans les aéroports d’Orly, Lyon, Nice et Marseille, où jusqu’à 1.500 personnes au total se sont retrouvées coincées par une grève du personnel naviguant d’Air Algérie. Ce soir encore, près de 700 s’apprêtent à passer la nuit dans un aéroport, la seconde pour certains. La période étant traditionnellement très chargée en raison des départs en vacances, il est difficile aux voyageurs de trouver d’autres solutions.

A Orly, la tension était palpable à cause de la grève d’Air Algérie. Mathieu Auger était sur place.  (0’45 »)

Ils n’ont d’autre choix que d’attendre un hypothétique vol rescapé d’Air Algérie, ou des rotations supplémentaires mises en place par Air France. 215 personnes ont pu être acheminées à Sétif aujourd’hui, et Air France a programmé un vol supplémentaire de 172 places. Rien de plus.

A Marseille, six vols d’Air Algérie ont été annulés. Le récit de Marie-Christine Lauriol.  (1’06 »)

Les agents de la compagnie en sont donc réduits à tenter d’organiser des passagers de plus en plus tendus, certains ayant passé la nuit à l’aéroport. Ils essayent d’établir des listes de priorité, sans satisfaire. “On ne pourra pas prendre tout le monde !”, a prévenu un agent d’Air Algérie, sous escorte aujourd’hui à Orly.

La tension monte donc chez les naufragés : On veut des avions, on veut des avions !, scandent des passagers devant le comptoir à Orly-sud, où huit vols ont été annulés, alors que les forces de l’ordre les empêchent d’avancer. A Marseille, des renforts de CRS ont dû être acheminés quand les passagers furieux ont voulu forcer le barrage de police, six vols ayant été annulés.

La grève doit se poursuivre ce mercredi. La compagnie compte proposer des départs par bateau depuis Marseille.

Grégoire Lecalot, avec agences

Nombre de lectures : 4844
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction LQA
    13 juillet 2011 at 19 h 32 min - Reply

    Actualités : LES AVIONS D’AIR ALGÉRIE CLOUÉS AU SOL PAR LA GRÈVE DES PNC
    La détresse des voyageurs

    Le Soir d’Algérie 2011

    La plupart des vols nationaux et internationaux de l’unique compagnie nationale ont été annulés, retardés ou suspendus. Les clients désemparés, en quête d’informations, ont été abandonnés à leur propre sort. C’est la catastrophe !
    Irane Belkhedim – Alger (Le Soir) – Hier, c’était la débandade à l’aéroport international d’Alger. Les voyageurs de la compagnie Air Algérie ne savaient plus où donner de la tête. Abandonnés à leur sort, sans informations, sans orientations et sans prise en charge, beaucoup d’entre eux sont agacés par cette situation. «Je suis à l’aéroport depuis lundi, je suis venu à 17h. J’ai passé la nuit ici, dans le hall comme un chien et je ne sais toujours pas si mon vol est maintenu !», s’est emporté un jeune voyageur. Traînant son cabas derrière lui, harassé et fatigué, il s’est disputé avec un agent d’Air Algérie qui a été incapable de l’informer et d’assurer sa prise en charge. «Que vais-je faire ? Où vais-je passer la nuit ? Comment vais-je faire ?», lui a-t-il demandé. Aucune réponse. Sans même le ménager, un gréviste, s’emporte, le réprimande et lui fait savoir qu’il ne sait rien avant de traverser la foule de clients qui l’entoure et de disparaître, indifférent, dans le hall. Une Libanaise qui souhaitait s’informer est vite découragée par cette scène. «Qu’allons-nous devenir ? Ce n’est pas vrai ! Mais qu’est-ce qui se passe ? Où doit-on aller ?», interroge- t-elle les gens qui, comme elle, sont perdus et désemparés. «Ils nous ont assurés que nous aurions des avions ce matin et ce n’est pas vrai ! C’est pour cela que j’ai passé la nuit ici. Les services passagers ont enregistré les bagages, les clients ont embarqué et les voyageurs ont été ensuite contraints à redescendre ! C’est quoi cette mascarade !», confie Lamia épuisée. «Des images insupportables. Des bébés en larmes, des enfants affamés, par terre et des personnes âgées malmenées !». Elle a du mal à contenir sa colère. «C’est un manque de considération ! Nous sommes des humains !» A l’entrée de l’aéroport, une queue interminable de passagers, des Algériens et des étrangers. Des parents avec leurs bébés assis sur leurs bagages ou affalés sur le sol, en attente, désorientés. «On nous a rien donné ! Quelques bouteilles d’eau seulement ! C’est une catastrophe !» peste Mohamed, il montre son enfant de quatre ans qui se repose sur le caddie, et affirme qu’il attend depuis 9h du matin, pour embarquer pour la France. «Qu’on nous libère ! Qu’ils nous disent que c’est annulé ou pas pour que l’on sache quoi faire !». Il n’est pas le seul dans cet état, la plupart des voyageurs que nous approchons sont irrités. D’autres sont venus attendre leurs amis ou leurs proches et sont restés sans nouvelles. Impossible d’avoir une information fiable. «Depuis deux heures que je tente de me renseigner sur le vol provenant du Canada, j’attends ma fille et je ne sais toujours pas si c’est parti ou pas ! A la réception, on me dit que le vol a été suspendu ! Pas annulé ! Je ne comprends plus rien ! Suspendu jusqu’à quand ? Je ne sais pas !», raconte Wahiba, une quinquagénaire et qui a couru d’un service à un autre sans résultat. Dépassé, le personnel d’Air Algérie a du mal à calmer la colère. Sur les écrans, on peut juste lire que les vols sont retardés ou annulés. Sans plus d’informations. Hier, sur les 25 départs internationaux, seuls deux vols ont pu être assurés. Il s’agit du vol Alger- Roissy et Alger-Lille. En Revanche, les vols à destination de Moscou et de Djeddah ont été annulés.
    Pas de vol d’Alger
    «Nos vols sont toujours perturbés mais certains en partance d’Alger, de Sétif et d’Oran à destination de la France et de Londres ont pu être assurés», a affirmé à la radio algérienne, le directeur des opérations au sol d’Air Algérie Abdelhak Tobal, précisant que la compagnie tente d’affréter des vols pour mettre fin au calvaire des milliers de passagers bloqués dans les différents aéroports du pays. Au niveau de l’aéroport national, moins de monde mais aucun vol domestique n’a décollé. Les clients ont été fortement pénalisés. «Je ne savais pas qu’il y avait grève ! Oh Mon Dieu, que faire maintenant !». Nadia et sa sœur devaient se rendre à Oran et ignoraient qu’il n’y a pas de vol. Arrivées vers 16h30 à l’aéroport, elles sont revenues bredouilles. Un jeune agent tente de les calmer et leur conseille d’y aller par route. «Avec la nouvelle autoroute, c’est rapide», suggère-t-il. Tous les écrans affichent des retards. Installés dans les cafétérias ou affalés sur les sièges, certains ont préféré attendre. Un groupe d’ouvriers asiatiques, à même le sol, attend désespérément. «Il se peut que des vols puissent décoller, on ne sait jamais. Je suis là, j’attends», confie Réda qui devait se rendre à Hassi Messaoud, il y travaille. Provoquée par la grève nationale et illimitée du personnel navigant de la compagnie, la situation risque de perdurer. Les mesures annoncées par le P-dg d’Air Algérie, Mohamed-Salah Boultif, n’ont pas calmé la colère des travailleurs qui exigent du concret. Les négociations entre les représentants des travailleurs et les responsables de l’administration se poursuivent. En fin d’après-midi, aucun accord n’avait encore été conclu entre les deux parties. Entamé lundi passé, le mouvement a sérieusement perturbé le trafic aérien. La revalorisation des salaires, l’amélioration des conditions socioprofessionnelles et l’élaboration d’un statut pour le personnel navigant sont les principales revendications.
    I. B.

    La section syndicale UGTA Fret appelle à la sagesse
    Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la section syndicale UGTA Fret «appelle à la sagesse et à la concertation pour le règlement de tout problème soulevé. Afin de parvenir à une justice salariale dans la compagnie, il est demandé la synergie des efforts de tous les syndicats de la compagnie pour aider ensemble l’instauration d’un équilibre salarial, à l’instar des grandes compagnies aériennes». Le syndicat ajoute que son conseil s’est réuni le 11 juillet et que l’ensemble des membres ont débattu «sereinement et librement» les points inscrits à l’ordre du jour. «Tous saluent unanimement le changement opéré à la tête de l’entreprise et se déclarent disponibles à coopérer dans l’objectif salutaire de redressement de notre compagnie». Les syndicalistes ont rencontré le P-dg le 5 juillet et le patron d’Air Algérie s’était «clairement engagé à régler progressivement les problèmes soulevés». «Comme première mesure, la direction générale a consenti une augmentation de 20% à l’ensemble des travailleurs et le lancement d’une étude sur la hiérarchisation des salaires».
    Synthèse B. I.




    0
  • amel
    13 juillet 2011 at 23 h 51 min - Reply

    CARNAVAL FI DECHRA
    Pauvre NOUVEAU PDG,il récolte la m..de laissée par son prédécesseur,qui va pouvoir licencier ces rejetons pourris: sans éducation,sans aucun niveau,sans culture,sans respect ni pour la profession ni pour les passagers; ils méritent non seulement le licenciement mais qu »ils soient surtout ester en justice; n’est-ce pas criminels que de livrer des milliers de citoyens à un sort aussi pitoyable ?
    Mais au fait oû sont les responsables de l’état ?ne sommes-nous pas devant un DRAME NATIONAL ?




    0
  • le tonnerre
    14 juillet 2011 at 8 h 44 min - Reply

    La revolution d´abord, les affaires et les vacances apres!
    Continuez à dormir, vous en verrez de toutes les couleurs.

    VIVE la REVOLUTION!




    0
  • ben
    14 juillet 2011 at 9 h 06 min - Reply

    tbahdila pour notre pays il faut denoncer ce genre de pratique




    0
  • said
    14 juillet 2011 at 10 h 23 min - Reply

    Cet article que je salue l’auteur, c’est l’exemple typique dont les Algériens en « Exile » sont traités, il va de même dans nos ambassades…
    personnellement je les déchu de leurs nationalité algérienne.
    Cordialement said




    0
  • Rédaction LQA
    14 juillet 2011 at 10 h 54 min - Reply

    Les meneurs du mouvement de grève licenciés: Des milliers de passagers bloqués dans les aéroports

    par Z. Mehdaoui, M.Yacine, Le Quotidien d’Oran, 14 juillet 2011
    La situation se corse à Air Algérie, au troisième jour de la grève du personnel naviguant commercial.

    La direction générale d’Air Algérie a dû affréter plusieurs avions des compagnies Air France et Aigle Azur notamment pour transporter les voyageurs coincés à Alger et dans certains aéroports français et européens. La situation est devenue tout simplement chaotique dans les aéroports de Paris, Lyon, Marseille, Montréal notamment. Les voyageurs algériens dans ces aéroports, après trois jours d’attente, se sont «révoltés» et s’en sont pris à des agences d’Air Algérie, avons-nous appris de sources syndicales. «Il y a eu de la casse dans ces aéroports» nous a déclaré hier, Hamamouche Yacine, représentant du collectif du personnel naviguant commercial. Ce dernier affirme qu’il était «pris en otage» à l’intérieur de l’aéroport international d’Alger et qu’il ne pouvait pas sortir de l’édifice au risque de se voir retiré son badge d’accès. Intervenant sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, le P-DG de la compagnie, M. Mohamed Salah Boultif, a annoncé le licenciement des meneurs de la protesta, appelant les grévistes à reprendre le travail et à instaurer un dialogue constructif.

    M. Hamamouche souligne que le nombre de personnes licenciées au niveau des aéroports d’Alger, Oran, Annaba et Constantine est très important. A Oran, tout le personnel naviguant commercial a été licencié, soutient le syndicaliste. A Alger, 23 personnes étaient «quasiment licenciées» ajoute notre source. Le personnel naviguant licencié dans les aéroports de l’intérieur du pays a rejoint hier, la capitale, poursuit Hamamouche qui dénonce une volonté de pousser au pourrissement de la part de la direction d’Air Algérie. 500 agents du personnel naviguant étaient à l’aéroport d’Alger pour faire le piquet de grève, affirme Hamamouche, en soulignant qu’un «compromis» avait été pourtant trouvé, dans la nuit de mardi, avec la direction de la compagnie à travers le comité de participation qui a joué l’intermédiaire. «Nous avons revu à la baisse nos revendications et le comité de participation nous a donné rendez-vous à 9 h (hier ndlr) puis plus rien» a déclaré Yacine Hamamouche.

    Ce dernier nous a déclaré que le P-DG d’Air Algérie «refuse catégoriquement de discuter avec nous». «Je suis dans mon rôle de syndicaliste et la base m’a élu pour représenter le collectif», tonne Hamamouche qui ajoute «qu’il était anormal de trouver de l’argent pour affréter des avions étrangers et refuser d’augmenter les salaires des Algériens».

    De son côté, la direction générale d’Air Algérie a minimisé le mouvement de contestation du personnel naviguant commercial. D’après la responsable de la cellule de communication de la compagnie nationale, plusieurs vols étaient annulés hier mais d’autres ont décollé normalement vers Nice et Madrid notamment. Selon des chiffres recueillis auprès de sources proches de la compagnie, seuls 35 vols sur les 150 prévus hier ont pu décoller. La responsable de communication a confirmé en outre, le licenciement de certains agents du personnel naviguant commercial, sans pour autant donner leur nombre. Certaines sources avancent le chiffre de 92 agents licenciés, au niveau national.

    Air Algérie a dû faire appel par ailleurs, à des «saisonniers» pour faire face à la grève et à la crise qui secoue, depuis 3 jours, la compagnie nationale. A l’aéroport d’Es-Senia, à Oran, aucun des 5 vols d’Air Algérie programmés n’a décollé hier. En colère, les passagers sur place se plaignaient d’absence d’informations. Certains affirment avoir passé toute la journée à l’aéroport dans l’espoir d’être embarqués. Selon l’Aps qui cite un agent d’escale d’Air Algérie, une vingtaine de vols ont été annulés, durant ces trois jours de grève. À Constantine, un avion qui a fait hier la liaison Alger/Nice a rejoint l’aéroport Mohamed Boudiaf, d’où il a embarqué les voyageurs en partance pour Marseille à destination de Nice. Mais, c’est une goutte d’eau dans un océan. A cet aéroport la direction d’Air Algérie a licencié 3 grévistes, selon des sources concordantes. «La direction d’Air Algérie a durci sa position en recourant à tous les moyens pour casser la grève», a déclaré l’un des employés licenciés. Celui-ci nous apprendra sur un air désolé que la compagnie aérienne a affrété des avions de deux compagnies étrangères, Tunis Air et Egypt Air, en l’occurrence, qui vont commencer à transporter les voyageurs en attente dans les aéroports du pays, et casser ainsi le mouvement de grève du personnel navigant. Ces décisions ont provoqué l’indignation du PT de Louiza Hanoune, qui selon les termes d’un communiqué transmis à notre rédaction, trouve que «de telles pratiques sont inadmissibles, et constituent une atteinte intolérable au droit constitutionnel de grève». Pour le PT, le licenciement des «meneurs» est une «déclaration de guerre et un point de rupture qui rappelle le traitement scandaleux réservé à la grève des pilotes durant la décennie noire». Le bureau politique de ce parti en appelle au président de la République pour qu’il «ordonne que soit dégagée l’enveloppe financière nécessaire pouvant combler cette incapacité de la compagnie d’augmenter les salaires à 100 %, comme le revendiquent les grévistes».

    Un ministre français s’en mêle

    Dans les aéroports français les passagers bloqués à cause de la grève se comptent par milliers, a déploré mercredi dans un communiqué le ministre français des Transports Thierry Mariani. «Face à l’annulation des vols de la compagnie Air Algérie qui entraîne le blocage de milliers de passagers dans plusieurs aéroports français», le ministre a réuni, mercredi matin, «des représentants de l’ambassade d’Algérie en France, de la compagnie Air Algérie, des Aéroports de Paris et des services de l’Etat». Lors de cette réunion, il «a insisté sur les obligations de la compagnie envers ses clients, notamment le devoir d’assurer l’information la plus complète des passagers afin notamment, d’éviter qu’ils ne se rendent inutilement dans les aérogares». Par ailleurs, Air Algérie doit «mettre en oeuvre tous les moyens alternatifs d’acheminement que ce soit par les airs ou par d’autres modes (train/bus + bateau) à destination de l’Algérie», a réclamé Thierry Mariani. Compte tenu de la pression sur cette destination, en cette période de vacances estivales, Air France va affréter mercredi, deux avions supplémentaires pour Alger, selon l’Afp. Un vol partira vers 16h00 (14H00 GMT) de l’aéroport parisien d’Orly et un autre partira de Lyon (Centre/Est), à la même heure. Ces deux vols s’ajouteront aux quatre vols quotidiens assurés par la compagnie française entre l’aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle et Alger. «Air Algérie remet ses clients sur des vols Air France», a expliqué le porte-parole de la compagnie cité par l’Agence française, précisant qu’elle appliquait les accords de coopération prévus au sein de l’association internationale du transport aérien IATA, dont les deux compagnies font partie.




    0
  • A.L
    14 juillet 2011 at 11 h 51 min - Reply

    Un pays en faillite.Des solutions de facilité prise de façon irréfléchie.Un syndicat aux ordres pour défendre,non pas les intérêts des travailleurs,mais ceux des maitres qui leur jettent de temps en temps un os,comme à des chiens.Des responsables têtus qui occasionnent des pertes énormes à l’économie nationale par la rigidité de leur position et la volonté avérée de son pourrissement avec ces licenciements arbitraires,leur dernier souci étant la sauvegarde des intérêts de la communauté.Le pétrole coule à flot et déverser quelques millions de barils en plus n’est qu’un simple pipi de chat.
    Entre temps,ces algériens que personne n’a jamais défendu,continuent de payer les pots cassés.Auparavant,de par le gestion chaotique de cette compagnie boiteuse et maintenant par les conséquences d’une grève sans pareille,qu’on continue d’ entretenir jusqu’à faire baver de rage tous ces bougres-masochistes qui ont eu le malheur de choisir leur compagnie nationale pour voyager.
    Ca fait douze ans que je n’ai pas pris un avion et que je n’ai pas renouvelé mon passeport.Mon Dieu!que je suis tranquille.




    0
  • omar54
    14 juillet 2011 at 14 h 12 min - Reply

    Salam ou3alikoum,
    S’il va falloir licencier beaucoup du personnel commercial et navigant,espérons qu’ils vont pas remplacer ça par des muletiers et des baggarines,sait-on jamais !
    quoi-que, je trouve un peu exagéré la revendication : hausse de 100% des salaires…
    C’est comme si on on doublait l’effectif avec du personnel virtuel,et au lieu d’avoir un pilote et un co-pilote,on aura 2 de chaque,pareil pour les chefs de cabine,stewards et hôtesses,le 2 en 1 quoi ! sauf que les usagers,eux,seront toujours vrais et que le tarif du billet sera multiplié par…2,et qu’ils seront TOJOR les dindons du…..couscous.
    En parlant de couscous,je vais m’en taper un,avec une bonne tranche de pastèque.One,two,three………




    0
  • cortex
    14 juillet 2011 at 17 h 57 min - Reply

    Les voyageurs n’ont que ce qu’ils méritent.Ah la douche froide.Cela fait des lustres que cette compagnie mafieuse se fout de notre gueule,que le personnel nous nargue, que les retards sont devenus la norme,que la crapulodouane nous humilie bref un résumé frappant de ce qui se passe en AMCI(Algerie mafieuse crapuleuse et impopulaire)et les moutons hypocritement nationalistes prennent encore cette compagnie de m.Bien fait,chhhheh…..




    0
  • Ourida
    14 juillet 2011 at 19 h 01 min - Reply

    Bien d’accord avec Cortex…
    La 1re fois que j’ai pris Air Algérie pour Montréal-Alger, c’était presque le bonheur: atterrir à destination sans escale, depuis le temps qu’on l’attendait! Tout de même, l’ambiance « familiale » à bord, si elle ne m’a pas vraiment déplu, m’a laissée un peu sceptique: un personnel de bord « relax » qui se hélait d’un bout à l’autre de l’avion, du désordre (mais bon, sur ces vols transat, faut pas se plaindre), le repas quelque peu difficile à digérer (un morceau de viande de boeuf coriace impossible à découper)… Bref, mais tout de même, y’avait pas d’escale… Quelques années + tard (à peine 2 ou 3): la pa-gai-lle! racontée par les amis : les retards devenus la règle, les voyageurs oubliés (bien simple: à l’aéoroport de Montréal, ce sont les derniers à partir – quand ils partent!- aux petites heures du matin) la réputation à ce point ternie qu’on a honte de dire qu’on va avec Air Algérie, à bord, on ne distribue plus d’écouteurs (il n’y en a pas pour tout le monde), pas de films, repas immangeable et surtout aucune considération pour le voyageur qui s’est saigné pour payer son billet… Bref autant de raisons pour voyager avec la RAM, Air France ou toute autre compagnie qui, au moins, vous transportera avec le respect… (et l’escale, mais c’est le prix à payer). Et un jour que j’écrivais à peu la même chose dans un forum, je me suis fait vertement tancer par ces nationalistes à la noix qui sont prêts à mourir (de loin) pour leur pays, et à prendre Air Algérie pour « contribuer à l’effort (de guerre) national »!




    0
  • Aliouette
    14 juillet 2011 at 20 h 56 min - Reply

    Commentaire d’un internaute

    « Des mercenaires au pouvoir

    Ce ne sont pas des algériens qui sont au pouvoir, et cela tout le monde commence à se rendre compte, mais des traitres et des mercenaires étrangers en mission commandée de l’étranger notamment la France : détruire l’Algérie, ces mercenaires ont déjà détruit son peuple, il l’ont divisé, l’ont abruti dans les écoles, c’est une oeuvre machiavélique concoctée avant l’indépendance. Ou est la fibre patriotique révolutionnaire qui animait ceux qui ont combattu le colonialisme pour libérer le pays? qu’est devenu le peuple algérien? il ne réclame rien, un peuple complètement anesthésié par le clan d’Oujda qui a imposé des ministres de ce même clan, des incompétents qui ne s’inquiètent nullement de perdre leur poste, un président mourant sénile, une mafia politico financière en casquette et en civile vendue à la France qui permet à cette dernière de s’ingérer dans un conflit interne et nous maintenir sous son dépendance économique. Les pseudos intellectuels qui manifestent en rangs dispersés ne pensent qu’à s’approprier les miettes de la rente pétrolière, rien n’est fait pour rassembler le peuple en un seul homme pour demander la chute pur et simple du pouvoir. Des manifestants qui disent nos revendications ne sont pas politiques, mais nous demandons des augmentations de salaires, pourtant ils savent que ces demandent hypothèqueront l’avenir du pays, au lieu de demander un changement de régime et un système démocratique qui profitera à tout le peuple, nos martyrs doivent se retourner dans leur tombe, ils ont donné leur vie pour un peuple déjà mort depuis 1962. »




    0
  • Dr. Cherif Ghalizani
    15 juillet 2011 at 4 h 20 min - Reply

    grève à Air Algérie s’enlise, cauchemar pour des milliers de
    Air Algerie depuis 1965 n a jamais été bien gérée. Les PDG de cette société entrent et sortent du système a chaque changement de saison. Plusieurs facteurs contribuent au chaos sauf pour les pilotes et techniciens. La formation du personnel laisse a désirer. Il n y a pas assez de délégation d’autorité et responsabilité chez les cadres. Le système est trop centralise. L’interférence des membres du gouvernement et de leur famille et amis, des militaires hauts grades ne font que contribuer a la gestion chaotique de cette organisation. Peut être Air Algerie devrait s associer a une compagnie aérienne etrangere comme ça se fait couramment entre les grandes compagnies. Par exemple Air France associée a KLM etc…cependant la gestion d Air Algerie devrait être laissée a son associe




    0
  • Congrès du Changement Démocratique