Édition du
26 July 2017

Bled Miki : le syndicat d’Air Algérie négocie avec le cabinet Ouyahia, sans la participation de la direction et décide de reprendre le travail !!

Fin de la grève à Air Algérie

LEMONDE.FR avec AFP | 14.07.11 | 21h39   •  Mis à jour le 14.07.11 | 21h54

 

 

La grève des personnels navigants d’Air Algérie a pris fin jeudi 14 juillet à la suite d’une médiation engagée par le bureau du premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia. AFP/-

Après quatre jours de conflit, la grève des personnels navigants d’Air Algérie a pris fin jeudi, à la suite d’une médiation engagée par le bureau du premier ministre Ahmed Ouyahia, a annoncé le président du syndicat, Yassine Hamamouche. Un premier vol national et un autre sur Paris sont prévus vendredi matin à la première heure, a assuré M. Hamamouche.

Les personnels navigants exigeaient notamment des augmentations de salaires et une amélioration de leur statut. Leur mouvement a bloqué des milliers de voyageurs, notamment à l’aéroport parisien d’Orly.

DES TRACTATIONS ENTRE SYNDICATS ET GOUVERNEMENT

Des tractations ont eu lieu entre l’Union générale des travailleurs algériens – la centrale syndicale officielle –, le syndicat non reconnu de M. Hamamouche et le bureau du premier ministre.

M. Hamamouche a par ailleurs indiqué que le bureau du premier ministre « s’est engagé à lever toutes les sanctions contre les grévistes et à l’annulation des décisions de licenciement contre les meneurs de la grève ». Le quotidien algérien El Watan avait annoncé jeudi que 46 stewards et hôtesses de l’air avaient été licenciés, citant une source proche de la direction d’Air Algérie. L’agence de presse algérienne avait elle fait état de 20 grévistes licenciés sur 900.

« Le premier ministre s’est aussi engagé à renouer le dialogue et à lever tous les blocages », a assuré M. Hamamouche. Il a précisé que les tractations avaient eu lieu sans la direction d’Air Algérie.


Nombre de lectures : 2680
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • amel
    15 juillet 2011 at 1 h 13 min - Reply

    Quand un petit morveux qui n’a même pas le Bac négocie avec le gouvernement Ouyahia
    Quelle honte ? cela veut dire que tout a été manigancé depuis la nomination du demeuré de Bouabdella,seulement Boultif est venu contrecarrer le plan diabolique visant à mettre à terre Air-Algérie
    Et c’est comme cela que la direction, qui a pourtant pris les mesures qui s’imposaient, s’est vue infliger la pire des humiliations; passagers et PDG humiliés,déconsidérés ,piégés par des mafieux
    Merci monsieur Ouyahia ,,c’est comme cela qu’on gère un drame national,en encourageant des harkis,des renégats,des incompétents qui exigent des salaires supérieures à ceux des médecins que vos baltaguias ont tabassé




    0
  • Rédaction LQA
    15 juillet 2011 at 11 h 52 min - Reply

    Fin de la grève à Air Algérie
    Les vols reprennent aujourd’hui
    El Watan, 15 juillet 2011

    Il aura fallu quatre jours de conflit. Des images de centaines de passagers excédés d’attendre un hypothétique vol sur Alger et d’un chef d’escale d’Air Algérie qui se fait gifler et qui ne doit son salut qu’à la protection de la police française pour qu’enfin, le gouvernement décide de prendre les choses en main.

    Hier, à 18h, le secrétaire général de l’UGTA, M. Sidi Saïd, a entamé des négociations avec le porte-parole des grévistes, Yacine Hammamouche, à la demande du collectif. Au cours de la réunion, le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, s’est joint par téléphone aux tractations et s’est engagé à satisfaire la principale revendication des grévistes, à savoir la reprise, ce dimanche, des négociations sur le statut du personnel navigant, principal revendication des travailleurs.

    Il a aussi été décidé de la suspension de toutes les procédures pénales prises, durant cette grève, par la direction de la compagnie à leur encontre. «Nous sommes satisfaits. Nous avons eu les garanties nécessaires pour que les pourparlers avec la direction d’Air Algérie se fassent à partir de la plate-forme du collectif», a affirmé Yacine Hammamouche. En négociant directement avec le collectif du personnel navigant, le Premier ministre a désavoué publiquement le PDG de la compagnie nationale, Mohamed Boultif, qui sort affaibli de se bras de fer et est sommé de négocier directement avec le porte-parole du collectif, qu’il a toujours refusé de recevoir depuis le début de la grève.

    Pourtant, la veille, mercredi, deux délégués du personnel gréviste avaient rencontré, dans un lieu tenu secret de l’aéroport Houari Boumediene pendant quatre heures, M. Beriani, le responsable financier de l’entreprise. A l’issue de la réunion, les deux délégués étaient confiants et un début de sortie de crise semblait se dessiner. A 2h30, M. Beriani a averti les deux délégués que l’entreprise refusait leurs revendications.
    La tension était à son comble hier :

    Aéroport Houari Boumediene, hier avant la fin de la grève. L’agent d’Air Algérie tente une sortie. Il s’avance vers les voyageurs qui attendent, depuis des heures, un hypothétique départ. Immédiatement, des passagers se jettent sur lui. L’agent s’arrête comme pétrifié devant ces mains qui se tendent et ces visages marqués par la fatigue.

    Il aura juste le temps de rebrousser chemin et de reprendre sa place derrière le comptoir d’enregistrement pour éviter le pire. A l’aéroport international Houari Boumediene, l’ambiance est électrique. Des centaines de personnes prennent leur mal en patience. Le plus souvent livrées à elles-mêmes, sans aucune information. Assises sur des chariots ou carrément sur leurs bagages.

    D’autres ont eu la chance de trouver un banc pour pouvoir se reposer. Ni les responsables de l’aéroport ni ceux d’Air Algérie n’ont tenté d’atténuer leurs souffrances. Pas de sandwich ni de bouteille d’eau… «Nous avons passé la nuit ici. Nous devions embarquer mercredi à 15h pour Montréal, mais le vol a été annulé. Depuis, on attend sans savoir si un départ est prévu pour aujourd’hui», témoigne Redouane, père de quatre enfants.

    Amin regarde les écrans des départs et ce qu’il voit ne le rassure pas. Aucun vol n’est programmé pour Ankara. Accompagnateur pour une agence de tourisme, il doit rassurer une trentaine de personnes qui veulent savoir si leurs jours de vacances perdus leur seront remboursés. «C’est l’enfer et je ne sais plus quoi faire ! Mon patron tente de négocier avec les Turcs, mais c’est difficile, parce que tous les hôtels sont déjà complets.» Devant le comptoir de la compagnie nationale, les gens se pressent. Une jeune hôtesse tente de calmer les esprits mais le personnel au sol d’Air Algérie est incapable de fournir la moindre information. «On ne sait rien.

    Comment voulez-vous qu’on renseigne les passagers alors que nous-mêmes nous n’avons aucune information ?» se plaint une hôtesse d’accueil sous le couvert de l’anonymat. Jeudi matin, un seul vol a été enregistré à Dar El Beida. Un vol Alger-Tlemcen-Paris.
    Salim Mesbah




    0
  • HOUARI
    15 juillet 2011 at 16 h 30 min - Reply

    C’est faux, ce n’est pas le bled qui est MIKI, c’est le peuple qui est MIKI.
    Ne dit-on pas : ALLAH IKETTAR ETNOUHA BECH IAAICHOU EL JIYAH.
    SVP le bled y est pour rien, il est tout simplement a l’image du peuple.
    Un peuple hypocrite donne un bled anarchique.




    0
  • djaffar
    15 juillet 2011 at 23 h 42 min - Reply

    Non, il a suffit a fafa d’élevé la voix a traver son ministre raciste des transport « thierry mariani », pour libérer ses aeroports pour que tout rentre dans l’ordre.




    0
  • air chemma
    17 juillet 2011 at 8 h 18 min - Reply

    La seule solution pour air Algerie c’ et sa disparition!! Suissair WA MA ADRAKA!! a disparu,a cause de problemes financier, l’ etat suisse a préferé la solution radicale.la suisse sans suissair,se debrouille mieux qu’ avant. dans air couscous il y a plus d ‘ employers que de passagers,c’ est une entreprise nationale FAMILLIALE si tu ne connais pas klk1 qui y travaille,impossible d y travailler malgré tes diplomes.et en plus le perssonnel navigant (qui est majoritairement impoli avec les passagers et surtout les vieux les 3aroubia comme ils les appellent eux!)1 vol sur 10 est en retard d’ une dizaine de minutes ( c ‘ est a dire à l’ heure) les magouilles avec les bagages,l exportation de produits frais , poissons etc..c’ est une veritable MAFIA qui gere tout cela, et comme cela ne leur suffit pas ils voyagent gratuitement aux frais du contribuable!tout le monde sait cela , mais qui peut faire klk chose???
    air Algerie est dirigée de la meme maniére que l’ Algerie el meskina! c’ est el houkouma pouri qui nome les directeurs etc..qui sont tous non elus et militaires ou qui ont vendus leurs ames au generaux,
    malgré ce qui ce passe autoure de nous el houkouma continue a mentire au peuple par le billet de la television Algerienne,la N:éme preuve est la couverture de la gréve sauvage comme ceux ki l ont préparée pa la chaine EL MAHTOUMA. le message a faire passer :est : BOYCOTEZ AIR ALGERIE AIR HOUKOUMA!




    0
  • zizo
    17 juillet 2011 at 15 h 23 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique