Édition du
22 July 2017

Khobzisme, larbinage, parachutage ou la belle vie de ce qu’on appelle nos « hauts-fonctionnaires » !!

Leur régime indemnitaire prévoit des augmentations de salaire conséquentes
Les hauts fonctionnaires grassement servis
El Watan, 20 juillet 2011

Au moment où les employés de la Fonction publique revendiquent un salaire digne et une augmentation conséquente, les pouvoirs publics ont décidé de revoir à la hausse les rémunérations des hauts fonctionnaires de l’Etat à travers l’introduction de deux nouvelles indemnités dans leur grille de salaires.

Les titulaires de fonctions supérieures de l’Etat ont eu droit à une indemnité de responsabilité et à une indemnité spécifique d’astreinte. En effet, dans une note classée «confidentiel», adressée par le ministère des Finances à l’ensemble des secrétaires généraux des ministères et aux walis, relative au règlement du régime indemnitaire des titulaires des fonctions supérieures de l’Etat, il est demandé aux concernés la création au sein de la nomenclature des budgets de fonctionnement de chaque institution ou administration publique concernée, deux articles pour abriter les crédits destinés à la prise en charge des deux nouvelles indemnités. Celles-ci seront servies aux hauts fonctionnaires mensuellement sur la base du traitement, à des taux variables entre 40% et 65%, alors que l’indemnité de responsabilité varie entre 40% et 60% pour la seconde indemnité, et ce, selon les grades et les sections allant de A1 jusqu’à G.

C’est en exécution des dispositions du décret présidentiel  n°11-41 du 7 juillet 2011 instituant le régime indemnitaire des cadres titulaires de fonctions supérieures de l’Etat (non publiable), lit-on dans la note ministérielle, que les hauts fonctionnaires bénéficient de ces nouvelles indemnités. Faut-il préciser que l’indice de base majoré en fonction des années d’exercice est de 2900 pour les catégories A1, alors que pour la catégorie G, qui est une section unique, il est de 4700. Dans la note ministérielle, les responsables de la direction générale du budget et de la comptabilité informent les destinataires de la décision que le paiement des sommes dues au titre de l’année 2011 est servi sur l’exercice en cours. Mais s’agissant du rappel couvrant la période allant du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2010, il sera servi en deux tranches : 50% sur l’exercice 2011 et le reste sur l’exercice 2012.

Une question que d’aucuns se posent : pourquoi une réévaluation des salaires des hauts fonctionnaires de l’Etat en ce moment, d’autant qu’ils ont bénéficié d’une augmentation au même titre que les autres fonctionnaires, en 2007, avec la promulgation de leur régime indemnitaire ? Les avis divergent sur ce point. De l’avis de certains observateurs, l’augmentation des salaires des hauts cadres s’imposait eu égard aux augmentations opérées dans plusieurs secteurs. «Des médecins, des magistrats… ont été augmentés. Il fallait bien discerner entre les hauts fonctionnaires et les bas fonctionnaires», réplique ironiquement un syndicaliste. Pour d’autres observateurs, ces deux nouvelles indemnités, octroyées aux cadres de l’Etat, vont inévitablement doubler, voire tripler leur salaire, et l’écart entre les hauts et les «bas» fonctionnaires se creusera davantage. Rappelons que les premiers et les seconds ont des grilles de salaire totalement différentes et n’ont aucun lien.

La valeur du point indiciaire n’est pas la même, celle des «simples» fonctionnaires est de 45 DA et est restée à 19 DA pour les hauts fonctionnaires, contrairement au nombre de points indiciaires du salaire de base qui a gonflé. «La valeur du point indiciaire des hauts fonctionnaires n’a pas subi de changement sans doute pour esquiver les comparaisons entre les deux distinctes grilles en question», notent nos sources. Ces derniers expliquent que le régime indemnitaire des hauts cadres de l’Etat a été immédiatement et systématiquement revalorisé. «Dans l’ancienne grille des hauts fonctionnaires, les indemnités s’exprimaient en pourcentage par rapport au traitement variant de 40 à 50% ; lorsqu’on les translate par rapport au salaire de base, le taux se métamorphose par miracle entre 40 et 83%. Cela relève de l’aberration», s’offusque notre source.
Pour ce qui est de l’Indemnité d’expérience professionnelle (IEP), les hauts fonctionnaires de l’Etat bénéficient d’un échelon supplémentaire tous les 2 ans, soit les 12 échelons en 24 ans. Pour les «simples» fonctionnaires, ce sont trois durées réparties entre 2 ans et demi et 3 ans et demi, soit 12 échelons en 42 ans au maximum ; presque deux carrières en une.

Nabila Amir


Nombre de lectures : 2581
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Khobzisme, larbinage, parachutage ou la belle vie de ce qu’on appelle nos « hauts-fonctionnaires » !!
    20 juillet 2011 at 14 h 46 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: appelle, belle, Khobzisme, larbinage, parachutage, Qu’on, « hautsfonctionnaires » […]




    0
  • F. Sabrina
    20 juillet 2011 at 18 h 35 min - Reply

    Je ne sais si on peut parler de belle vie pour ces aplat-ventristes. Désignés par le DRS, brillant par leur couardise, leur lêche-bottes et leur médiocrité, ils sont l’oeil et l’oreille des srabess dans les administrations. En tant que chef de bureau à la DG de la fonction publique à Souidani Boudjema, j’ai eu à connaître un archétype de ces hauts-chiyatines en la personne du sieur Djameleddine Kharchi, ex-directeur général de la fonction publique. Hautain, haggar, imbu de sa minable personne, il a été parachuté au temps de Zeroual grâce à l’appui du général K. un parent à lui, de Sétif. Durant plus d’une décennie, il faisait la pluie et le beau temps dans la boite. Tous les statuts des différentes corporations étaient gelés dans ses tiroirs. Il ne réglait que les problèmes des parents de ses protecteurs, par simple coup de téléphone. De simple directeur d’un hôpital de Blida, il deviendra grâce à la bénédiction de la kasketta, DG de la FP. Merci au journaliste d’El Watan d’avoir régigé ce papier sur les privilèges des hauts-chiyatines.




    0
  • Mokhtar
    20 juillet 2011 at 23 h 09 min - Reply

    Après avoir bien rempli leur besace de dinars et de dollars sur le dos de la nation et sentons le changement proche , ils se servent un salaire « halal » pour pouvoir continuer à entretenir leur parc immobilier , leur parc automobile et leur harem.La force de Boutef c’est laisser traire (l’algiré)et laisser braire.Entre temps il Dooooooors.Pour prolonger sa vie.




    0
  • nina
    20 juillet 2011 at 23 h 46 min - Reply

    salam

    merci pour le journaliste sur cet article qui a bien décrit le haut fonctionnaire qui detruit le pays par sa mediocrité ce qui se passe dans les établissements publics est grave que de la hogra et de l’humiliation du simple fonctionnaire . drole de pays le monde passe par une crise financière et cherche des solutions et chez nous on produit rien en dehors des hydrocarbures et on augmente les salaires pourquoi ???????????pour gagner du temps et etouffer la situation c’est une forme de maquillage a l’algerienne mais le changement viendra inchaallah. dawam el hal min elmouhal




    0
  • mimi
    21 juillet 2011 at 13 h 37 min - Reply

    et oui au lieu d’augmenter le salaire du médecin au moins au triple environ 150000 DA PAR MOIS ET D ‘augmenter l’ indemnité de contagion de 1500da a 30000da et de rajouter une deuxième indemnité que personne n ‘a penser c’est celle du risque (indemnité de risque)normalement 50000da ) que chaque médecin subit tous les jours de la part des patients fous et toxico surtout les gardes(payées a 690da) c’est grave




    0
  • liane sorya
    22 juillet 2011 at 15 h 39 min - Reply

    on parle ,on insulte,on dit des vérités mais on ne fait rien.jusqu’à quand vont ils continuer à nous spolier et à mépriser le peuple?et surtout jusqu’à quand le peuple va t’il continuer à se taire,à plier l’échine et à digérer toutes ces abbérations ?ces faux algériens qui nous gouvernent s’en fichent de nos états d’ame ,de la hogra,des meurtres, d’une belle ALGERIE qui se dégrade et pour tous ceux qui rampent c idem.l’ALGERIE doit etre sauvée par ses propres enfants qui doivent cesser leur hibernation.ceux qui ont tué le peuple froidement pendant une deccenie sont toujours là et ils n’ont pas à etre là.




    0
  • cara
    24 juillet 2011 at 17 h 09 min - Reply

    le peuple c’est avant tout une minorité agissante.

    Cordialement

    ali




    0
  • Congrès du Changement Démocratique