Édition du
29 July 2017

Syrie : 400.000 manifestants à Deir Ezzor, des défilés dans d’autres villes

AFP

22.07.11

Plus de 400.000 personnes étaient rassemblées vendredi à Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, tandis que des défilés se formaient dans plusieurs autres villes du pays pour une journée de mobilisation hebdomadaire contre le régime syrien, selon des militants.
« Plus de 400.000 personnes sont sur la place al-Hourriat à Deir Ezzor et les gens continuent de s’y rassembler », a affirmé Rami Abdel Rahmane, chef de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Les manifestants ont scandé des slogans en faveur de la chute du régime et exprimant leur solidarité avec Homs, une ville du centre où des violences meurtrières se sont récemment produites, a-t-il ajouté.
A Homs, en dépit des intenses opérations sécuritaires de ces derniers jours, « des milliers de personnes ont défilé dans plusieurs quartiers », a déclaré M. Abdel Rahmane.
Plus de 12.000 personnes ont également manifesté à Idleb (nord-ouest) en soutien à Homs et pour la chute du régime, selon le militant.
A Jablé, sur la côte, une importante manifestation s’est déroulée près de la mosquée al-Mansouri et des jeunes en provenance des régions voisines s’y sont rassemblés, a-t-il précisé.
A Deraa (sud) où est née la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad le 15 mars et où des agents de sécurité ont été massivement déployés autour des principales mosquées, « des jeunes ont défilé dans la rue al-Koussour et des tirs nourris étaient entendus », a déclaré M. Abdel Rahmane.
« Des centaines de manifestants ont commencé à défiler dans les localités kurdes » du gouvernorat d’Hassaké (nord-est), a indiqué Abdel Karim Rihaoui, chef de la Ligue syrienne des droits de l’Homme.
A Soueida, dans le sud, des centaines de personnes ont aussi manifesté après la prière musulmane hebdomadaire.
A Damas, dans le quartier Midane, devenu le point de ralliement des contestataires dans la capitale, environ 5.000 d’entre eux ont défilé près des mosquées al-Daqaq et Zein al-Abidine. 400 autres manifestants ont été dispersés à l’aide de gaz lacrymogène près de la mosquée al-Hassane.
Dans un autre quartier, celui d’Hajar al-Assouad, des milliers de personnes sorties de trois mosquées ont manifesté pour la liberté.
Les forces de sécurité sont « déployées en grand nombre dans les quartiers de Qaboune et de Roukn Eddine » de Damas, a signalé M. Rihaoui, faisant état de points de contrôle aux entrées de ces quartiers.
Comme chaque semaine depuis la mi-mars, les militants ont appelé sur leur page Facebook « Syrian Revolution 2011 » à manifester vendredi contre le régime syrien.
Le 15 juillet, des centaines de milliers de contestataires avaient manifesté en Syrie, en particulier dans les villes de Deir Ezzor, de Hama et de Damas, pour demander la libération des détenus et la chute du régime. La répression avait fait 28 morts, principalement dans la capitale et dans ses environs.

AFP

Nombre de lectures : 1293
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Syrie : 400.000 manifestants à Deir Ezzor, des défilés dans d’autres villes
    22 juillet 2011 at 15 h 08 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: 400.000, dans, défilés, Deir, d’autres, Ezzor, manifestants, Syrie, villes […]




    0
  • Rédaction LQA
    22 juillet 2011 at 17 h 18 min - Reply

    In Libération.fr

    Monde 22/07/2011 à 13h06 (mise à jour à 16h08)

    Syrie: des centaines de milliers de manifestants à Hama et Deir Ezzor

    La télévision publique syrienne a démenti une telle mobilisation, affirmant que seulement 2.000 personnes avaient participé à la manifestation à Deir Ezzor. Les restrictions à la circulation imposées par les autorités syriennes n’ont pas permis à l’AFP de vérifier ces informations de manière indépendante.

    Selon M. Abdel Rahmane, les manifestants ont scandé des slogans contre le régime et exprimé leur solidarité avec les villes assiégées par les forces de sécurité, en particulier Homs (centre), théâtre de violences meurtrières depuis une semaine.

    Les violences n’ont d’ailleurs pas cessé dans cette ville à laquelle la mobilisation était dédiée ce vendredi.

    «Un manifestant a été tué par les tirs des forces de sécurité qui ont dispersé une manifestation dans le quartier al-Khalidyé» à Homs, a annoncé Abdel-Karim Rihaoui, chef de la Ligue syrienne des droits de l’Homme (LSDH).

    En outre, «un manifestant a été tué par un coup de couteau devant la Mosquée Amné à Alep (nord) par des milices pro-régime qui ont pénétré dans la mosquée et attaqué les fidèles», a précisé M. Rihaoui, faisant état de dizaines de blessés et d’interpellations.

    A Mleiha, dans la province de Damas, «deux manifestants ont été tués par les tirs des forces de sécurité, et d’autres ont été blessés», a affirmé M. Abdel Rahmane.

    M. Rihaoui a aussi mentionné des tirs des forces de sécurité qui ont fait plusieurs blessés à Idleb (nord-ouest).
    5000 manifestants dans un quartier de Damas

    A Damas, où seize manifestants avaient été tués le vendredi précédent par les forces de sécurité, des milliers de militaires ont été déployés tôt vendredi matin, isolant de quartier de Roukn Eddine où vit une importante communauté kurde.

    Des milliers de personnes ont cependant manifesté dans la capitale après la prière musulmane hebdomadaire. Ils étaient environ 5.000 dans le quartier Midane et des milliers d’autres sont sortis de trois mosquées du quartier Hajar al-Assouad en scandant des slogans réclamant la liberté.

    A Douma, une localité à 15 km de Damas où les communications téléphoniques et l’électricité étaient coupées selon un militant, les forces de sécurité quadrillaient le marché et la place de la Grande Mosquée. «Beaucoup d’habitants ont quitté la localité de crainte d’arrestations arbitraires», selon l’OSDH.

    Des centaines de manifestants ont défilé dans les localités kurdes du gouvernorat d’Hassaké (nord-est), ainsi qu’à Soueida (sud) et plus de 12.000 personnes ont manifesté à Idleb (nord-ouest), selon des militants.

    «Nous ne nous tairons pas sur la servilité, ni sur l’injustice, ni sur le despotisme, quel que soit le prix», ont scandé des jeunes manifestants à Jablé, sur la côte.

    A Deraa (sud) où est née la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad le 15 mars, des agents de sécurité étaient déployés autour des principales mosquées mais «des jeunes ont défilé dans la rue al-Koussour et des tirs nourris ont été entendus», a déclaré M. Abdel Rahmane.

    A Homs, en dépit des intenses opérations sécuritaires de ces derniers jours, «des milliers de personnes ont défilé dans plusieurs quartiers», a-t-il ajouté.
    Hommage à Homs

    Dans leurs appels à manifester, comme chaque vendredi, contre le régime, les militants de la page Facebook «Syrian Revolution 2011» avaient dédié la journée à Homs, où la répression a fait plusieurs dizaines de victimes civiles cette semaine.

    Dans cette ville, la troisième du pays, les forces de sécurité ont abattu deux civils jeudi, tandis qu’au moins 50 autres ont péri entre samedi et mardi, touchés par des tirs de l’armée lors de funérailles ou tués dans des affrontements entre opposants et partisans du pouvoir, selon des militants.

    Dans un communiqué, les Comités de coordination de la Révolution syrienne, qui chapeautent les manifestants, ont mis en garde contre les tentatives du régime syrien d’«attiser» le confessionnalisme.

    «Le régime criminel au pouvoir en Syrie va continuer de provoquer les dissensions confessionnelles. Il planifie des assassinats et des explosions de voitures devant des écoles et autres dans différentes régions, visant des communautés particulières», dénonce le communiqué.

    «Le régime va continuer d’armer certains habitants de la communauté alaouite (à laquelle appartient M. Assad), en leur faisant croire qu’ils sont menacés par les autres communautés», ajoute-t-il.

    (Source AFP)




    0
  • Elforkan
    23 juillet 2011 at 13 h 55 min - Reply

    Où sont les gens du FLN, ces nationalistes(??) grands révolutionnaires toujours au coté des causes justes ?
    Où sont ces gens du Paradis, authentiques musulmans, Gens du Moudjtamaa es’silm (HMS)défenseurs des opprimés sur terre ?
    Où sont les gens du RND le grand inconnu du peuple et pourtant majoritaire dans l’assemblée!!!!!
    Où sont tous ces gens,ne peuvent-ils pas, dénoncer la barbarie du régime lâche et criminel de Béchar , ou bien la trouveront -ils normal…..certainement, ils la trouvent normale, du moment que si un jour, ils se retrouveront dans la même situation que Bechar, ils feront pire !! ….enfin, ils ont raison de se taire, parce que même s’ils dénoncent, personne ne va les croire….les maffieux et les criminels, quelques soient leurs couleurs et idéologies, sont des alliés naturels..




    0
  • A CONTRE-COURANT
    23 juillet 2011 at 17 h 23 min - Reply

    Pour ceux qui voudraient sortir des informations de la grande presse, des agences d’informations et prendre du recul sur les évènements, je leur propose aimablement un livre fondamental :

    “Quand la Syrie s’éveillera…”, de Richard Labévière (1) et Talal El-Atrache.

    Par Georges Stanechy.
    Publié cette année, agréable surprise tant le niveau de qualité de la production d’études géopolitiques françaises sur ce pays et sa région est traditionnellement “nul”, il présente l’avantage d’avoir été rédigé par deux véritables « connaisseurs » de la Syrie. Précisons que Talal El-Atrache est l’arrière petit-fils de Sultan Talal El Atrache, l’un des prestigieux chefs de la « grande révolte Syrienne » (1925-1927) contre l’occupation française.

    Ouvrage remarquable par la pertinence de ses analyses, sans complaisance à l’égard de chacun des acteurs, et la richesse de sa documentation : références, bibliographie, cartes réalisées par Hugues Dumont. Un régal d’intelligence : comprendre les enjeux actuels des luttes ouvertes et souterraines à partir d’un contexte historique sciemment masqué, enfoui, par la propagande de l’Occident. Percevoir l’extraordinaire héroïsme du Peuple Syrien face aux entreprises impériales permanentes souhaitant sa mise sous tutelle, son éclatement en une mosaïque d’ethnies en guerre permanente.

    Caramel sur la chantilly, il bénéficie d’une décapante préface d’Alain Cholet, ancien directeur du “Service de Renseignement de la Sécurité – chargé de la lutte antiterroriste, de la contre-criminalité et du contre-espionnage à l’étranger” de la DGSE .

    Note : Richard Labévière, né à Thonon-les-Bains en 1958, est un journaliste français qui a travaillé comme rédacteur en chef à RFI . Il est actuellement rédacteur en chef de Défense, la revue de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).




    0
  • tacili
    25 juillet 2011 at 16 h 36 min - Reply

    دافع عن رجال الأمن الذين يجبرون المعتقلين على القول إن « بشار ربهم »
    إحراق كتب البوطي في دير الزور بعد فتواه بجواز السجود على صور الأسد

    دبي – العربية.نت
    أحرق متظاهرون في مدينة دير الزور كتب الشيخ محمد رمضان سعيد البوطي في جمعة « أحفاد خالد »، احتجاجاً على فتاويه التي اعتبروها مؤيدة للنظام، وكان أغربها بحسب رأي الكثير من المحتجين إجازته السجود على صور الرئيس السوري بشار الأسد. وكان د.البوطي رئيس قسم العقائد والأديان بكلية الشريعة في جامعة دمشق أفتى بجواز الصلاة على صورة بشار الأسد ردا على سؤال وُجه له عبر موقع نسيم الشام وقال البوطي في فتوى حملت الرقم 15449 ردا على سؤال لسائل من دوما يسأل عن حكم الإثم الذي لحقهم بعد إجبار الأمن لهم بالسجود على صورة بشار: اعتبر صورة بشار بساطا.. ثم اسجد فوقه.

    وبحسب موقع « زمان الوصل » فإن سؤالا وجّه للبوطي في موقع نسيم الشام من قبل شخص لم يذكر اسمه، وجاء في السؤال:  » ما حكم توحيد غير الله قسرا كما يحدث في فروع الأمن عند الاعتقال وإجبارهم على القول أن بشار الأسد إلهنا وربنا، فجاء الرد بحسب الفتوى رقم 14658: « إن ذلك يحدث بسبب خروج هذا الشخص مع المسيرات إلى الشارع والهتاف بإسقاط النظام وسبّ رئيسه والدعوة إلى رحيله ».

    وكان البوطي في فتوى سابقة لم يحرم إطلاق النار على المتظاهرين ردا على جندي يسأله عن حكم إطلاق النار على المتظاهرين فأجاب بأنه إذا علم المجند أنه تسبب بقتل فعليه الدية للورثة؛ وأن يصوم شهرين وإن لم يستطع فإطعام فقير لمدة شهرين. أما إن كان تسبب المجند بجروح فله أن يدعو الله أن يسامحه أصحاب العلاقة. وجاءت الفتوى في نفس الموقع المذكور وحملت الرقم 14375.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique