Édition du
23 July 2017

Au club des lapins, refuge de la lâcheté au pouvoir

Plages fermées, foncier convoité et bidonvilles
Résidences d’Etat : Côté cour, côté jardin
El Watan, 27 juillet 2011

Bientôt, ils vont élever un mur aussi haut que celui qui sépare la Palestine et Israël et ils vont décréter toute cette zone milkiya khassa (propriété privée) », assène Ahmed, un épicier rencontré au village agricole dit El Qaria, situé à la lisière de l’EGT Sahel de Moretti et à un jet de pierre de la résidence d’Etat de Club des Pins.

Voilà qui résume le sentiment des habitants de la commune de Staouéli qui vivotent à la périphérie de la «Principauté» de Club des Pins et autres bunkers de luxe des environs. El Qaria, littéralement «le village», désigne l’ancien village socialiste érigé sous Boumediène durant l’âge d’or de la «thawra ziraîya». Situé en bordure de la route qui relie Staouéli à Moretti, le village se trouve «pour son malheur» planté dans la zone du littoral la plus convoitée du pays. Alors que sur les routes de la mer, les vacanciers, lunettes de soleil et torse hâlé, s’en vont joyeusement faire la java sur la plage, au hameau El Qaria, le temps semble figé, comme s’il s’était arrêté aux années 1970. Les gens se sentent en marge de toutes les réjouissances.
Nous nous sommes intéressés à ces poches de vie dans les interstices laissés par cette vaste mainmise sur ce segment du littoral. C’est ainsi que nous avons découvert, au fil de notre reportage, comment des dizaines d’habitants qui sont installés dans la région, depuis l’indépendance pour certains d’entre eux, ne sont toujours pas régularisés, et les biens qu’ils occupent n’ont pas le moindre titre de propriété «alors que le dernier sous-fifre se retrouve du jour au lendemain avec résidence secondaire et villa cédée pour une bouchée de pain», s’indigne-t-on. C’est précisément le sujet de la colère des pensionnaires de l’ex-village socialiste de Moretti.

«Boumediène avait siroté le thé ici»

«Vous savez, à l’époque, c’était en 1977 exactement, le président Boumediène était venu lui-même inaugurer ce village, et il avait siroté le thé dans la maison que vous voyez là.» Le vieux ammi Mokhtar qui nous fait cette confidence a aujourd’hui 70 ans. Sa maison fait partie de la trentaine de haouchs qui composent ce hameau. «Un an après l’inauguration du village socialiste, Boumediène est mort, et les choses sont restées en l’état. Nous n’avons pas d’acte de propriété à ce jour. Personnellement, je veux achever ma maison, mais je ne peux pas le faire à défaut d’un permis de construire. Nous avons juste un acte de location. Et cela dure depuis 34 ans. Il faut que les autorités nous trouvent une solution !» martèle ammi Mokhtar. «Nous n’avons ni école, ni mosquée, ni dispensaire, ni rien. Moi, j’ai fait la guerre de Libération nationale et ce n’est pas pour cette Algérie-là que nous nous sommes battus. Nous avons trahi le sang de nos martyrs.» Allusion à peine voilée au luxe jugé «indécent» affiché par les voisins d’en face. «J’ai sept enfants. Ils ont des diplômes, mais aucun d’eux ne travaille. J’ai dû leur aménager cette petite épicerie pour subvenir à leurs besoins», poursuit le patriarche. «Ce n’est pas juste que quelqu’un touche 40 millions et un autre à peine 8000 DA», soupire-t-il encore en référence aux émoluments de nos parlementaires et autres ministres de la République.

Un peu plus loin, à hauteur du lieudit domaine Chikirou, nous croisons Mohamed, 45 ans, agriculteur de son état. Il fait partie d’une EAC qui compte 15 fellahs qui se partagent une superficie initiale de 19 hectares. L’exploitation agricole fait quasiment corps avec l’hôtel Sheraton Club des Pins. D’ailleurs, l’imposant hôtel barre une bonne partie du paysage. La résidence d’Etat est à quelques encablures d’ici, ce qui n’est pas pour flatter l’ego de notre fellah. «On ne sait plus comment travailler !», fulmine Mohamed. «Moi, cela fait 40 ans que je suis ici. Depuis qu’il y a tous ces projets, on ne sait plus quoi faire. Bled mafia ! Alors que nous disposons d’une concession de 99 ans, nous ne pouvons rien faire. Ni nous n’avons le droit de construire, ni de cultiver la terre à notre guise. Ils nous interdisent même d’ériger une clôture autour de nos terres !» Et de nous montrer un poulailler vide. «Voilà à quoi on est réduits : nous n’avons pas le droit d’élever du bétail, ni des poules, ni de faire de l’apiculture ni rien ! C’est pour ça qu’el fellahin rahoum facheline.

Les agriculteurs sont découragés.» Evoquant les expropriations parfois arbitraires qui frappent les fellahs de la région, Mohamed témoigne : «Nous-mêmes, nous avons été victimes d’une amputation injuste de notre EAC. Du temps de Zeroual, on nous a enlevé d’autorité 8 hectares pour construire les chalets que vous voyez là-bas, et qui servent en réalité de lieux de débauche. Ce sont des gens puissants qui ne manquent pas de résidences en tout genre, et à qui on a ajouté ces chalets pour s’y adonner à leurs plaisirs, alors que nous, c’est de notre gagne-pain qu’il s’agit ! On avait promis de nous indemniser à concurrence de 800 millions de centimes. Nous n’avons pas perçu un centime à ce jour.» Mohamed insiste, en outre, sur le triste sort des paysans déracinés qui se sont vus délogés et recasés ailleurs : «Un fellah qui avait une exploitation à côté a été exproprié de sa maison et a été relogé dans un  immeuble à Souidania. Il continue à venir travailler son lopin de terre ici, mais il habite désormais dans un bâtiment. Citez-moi un seul pays dans le monde où un paysan est niché dans un immeuble. Par définition, un fellah a un rapport viscéral à la terre. Ils t’affectent à Souidania ou à Tessala El Merdja, après, tu perds tout ton temps sur la route au lieu de t’occuper de la terre. C’est une volonté délibérée de casser l’agriculture dans notre pays alors que c’est elle la base de tout.» Une opération de recensement a été effectuée auprès des riverains, ce qui a alimenté toutes les spéculations : «Là on ne sait pas où on va, quel va être notre sort. Ils sont venus nous recenser. J’espère que ce n’est pas pour nous exproprier !», prie Mohamed.

«WILAYA 49»

«Rana m’qabline lemrefhine wahna meytin bechar ! (nous frayons avec les riches et nous végétons dans la misère).» «Ces gens sont en train de nous pousser à bout. Ils veulent que le peuple se soulève. Dans tous les cas, ce sont nous les perdants. Eux, ils n’ont rien à perdre. Là-bas, là où il y a l’hôtel, c’était une belle forêt. Aujourd’hui, nous n’avons plus accès à la plage. L’autre jour, j’ai envoyé ma femme et mes enfants profiter un peu de la mer. Un gendarme les a rabroués comme des pestiférés. J’ai dit naâl bouha, manberdouche ! Décidément, c’est devenu la ‘’wilaya 49’’, cette zone. Sous Chadli déjà, il y avait son gendre qui faisait la loi ici et voulait tout accaparer.» En nous approchant de l’EGT Moretti, un chantier stoppe net notre course. C’est un projet de construction d’une trémie. Tout autour de la forêt de pins de Sidi Fredj, des panneaux annoncent en grande pompe le projet Emiral portant sur la réalisation d’un village touristique de 2004 lits baptisé «Forum El Djazaïr». «Sans vouloir rentrer dans les dessous de ce projet, moi je m’interroge : comment a-t-on pu démolir un bijou comme l’hôtel El Menzeh qui est l’œuvre de l’architecte Fernand Pouillon sans que cela ne choque personne !», déplore un architecte. Des PV d’huissier tapissent les murs de l’APC de Staouéli, faisant état d’un contentieux entre la société algéro-émiratie Emiral et un exproprié de la forêt de Sidi Fredj. Nous voici maintenant au domaine Mellal jouxtant l’Institut technique des cultures maraîchères et industrielles (ITCMI).

Une trentaine de familles vivent la même situation que celle de l’ex-village socialiste de Moretti. «Ma famille est établie ici depuis 1962 et nous n’avons toujours pas de papiers !», lâche M. Amarouche, agriculteur lui aussi. «On a fait des mains et des pieds pour être régularisés, en vain. Aujourd’hui, on est complètement bloqués.» Les habitants du domaine Mellal s’étonnent par ailleurs que certains parmi leurs proches voisins aient parfaitement leur acte de propriété «alors qu’ils sont venus après nous». Cela s’explique en vérité par le statut de l’assiette foncière sur laquelle ces habitations ont été élevées, nous explique-t-on à la mairie. La même litanie revient sur leurs lèvres : «Nous n’avons aucune commodité. Nous n’avons même pas d’adresse officielle et nous recevons notre courrier à l’ITCMI», dénoncent-ils. «Regardez cette cité», lance un jeune. «Constatez par vous-mêmes que la plupart des volets sont fermés. C’est que la moitié de ces appartements sont vides. Ils servent en réalité de résidences d’été à des ministres, des députés, des généraux et des chefs de parti. Eux, d’un claquement de doigts, ils obtiennent tout ce qu’ils veulent. Leur alimentation en électricité leur vient directement de Club des Pins. Houma ouled eddoula wahna ouled el harka !»

Mustapha Benfodil


Nombre de lectures : 5578
30 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Au club des lapins, refuge de la lâcheté au pouvoir
    27 juillet 2011 at 14 h 20 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: CLUB, lâcheté, lapins, pouvoir, refuge […]




    0
  • Aristote-algeria
    27 juillet 2011 at 15 h 45 min - Reply

    Ceci est un reflet de ce que nous avons développé dans notre étude paru dans Freealgerie.com journal de débats du Matindz sous le titre de: »L’invasion:Alger,Algérois et le clan d’Oujda »(texte 28)et texte 30.Le constat de base qui ne ressort pas dans l’article est le suivant:l’origine des agriculteurs et habitants hors la willaya 49 et l’origine de ceux au pouvoir. qui sont membres de la willaya 49.Une étude de cet aspect montrera que les individus de la willaya 49 qui s’accaparent l’espace dans cette région et étendent leurs tentacules dans le cadre l’Algérois, en général, sont:
    1)-Membres des institutions( armée,parti…)
    2)-Ils sont arrivés après 1962,dans le cadre de l’armée des frontières.
    l’étude montrera en outre, que ceux qui sont lésés dans leurs intérets, chassés,impitoyablement, de leur terre, « expropriés »par la force ,sont les habitants qui étaient là avant 1962.Omar Aktouf dans son livre « la curée et l’exil »raconte des cas ou des paysans ont été chassés manu-militari par des gens du pouvoir,dans les années 80(déjà)…
    Lire textes 28 et 30 sur mon site:aristote-algeria.com
    lire aussi:Salah eddine Sidhoum: »chronologie des massacres en ALgérie-1992-2002 qui montrent que sur 300 massacres en Algérie drant cette période 248 ont eu lieu dans l’Algérois,(section »Pages’sur notre site aristote-algeria.com)




    0
  • Atale Atale
    27 juillet 2011 at 16 h 48 min - Reply

    Le quotidiendalgerie pourra t-il nous parler de ces plages fermées aux citoyens du foncier convoitées et des bidonvilles là où la France a mis le pied un certain 5 juillet 1830 ? Faut-il comprendre qu’il s’agit d’une nouvelle occupation et que cette fois ci. La Justice, la vraie devra combattre avec toute sa rigueur.
    Il y a je crois même des espèces de murs ou de muraille qui délimitent le butin foncier, si beau et si cher près de la mer. Mais enfin ont-ils conscience qu’ils sont en train de diviser en 1er et 2e collège voire 3e.
    Argent du pétrole qu’as tu fait de notre pays, toutes les consciences s’achètent, et lorsque l’injustice arrive à ce stade, il y a péril en la demeure, comme lemontre l’article




    0
  • HOUARI
    27 juillet 2011 at 17 h 52 min - Reply

    c’est un club oui s’en est un, c’est une mafia oui s’en est une, c’est un pouvoir pourri oui s’en est un
    Et apres ou sont alors ceux qui sont contre ?????????
    Que font alors ceux qui sont contre ?????????????????
    Que fait l’opposition fantoche qu’une grande partie du peuple applaudit ????????????????????????????????
    Parler d’un MAL c’est une bonne chose, mais agir pour changer c’est encore mieux.
    Ne dit-on pas ESSOUKOUT AALAMAT ERRIDHA ????????????
    Donc a quoi bon le bla bla bla?????????????????????
    ALLAH IKETTAR ETNOUHA BECH IGHICHOU EL JIYAH
    Le courage n’est pas l’absence de peur, c’est plutot la capacité d’agir devant la peur et pour cela il faut
    agir en homme de pensée et de penser en homme d’action. Mieux vaut agir quitte a s’en repentir que de se repentir de n’avoir rien fait.
    Autrement dit vivre consite a agir.




    0
  • fateh
    27 juillet 2011 at 20 h 09 min - Reply

    Dans un magazine anglais consacre a l’elevage des animaux,une recette formidable detaille comment developper un elevage d’ALIGATORS…
    Il me semble qu’il est temps de se mettre au travail pour cette elevage…parceque ce qui est interessant dans cette article c’est que meme l’ALIGATOR s’adapte a l’odeur tout comme le chien policier…
    Alors faisant en sorte que chacun prenne ses precautions et qu’il eleve une paire et apres 6 MOIS il peut la balancer dans le club des lapins..et il est certain que avant 2012 donc 50 ans de lachete le pays sera en partie purifie en attendant de passer a l’elevage des mangeurs de CROCODILES…




    0
  • ahmed
    27 juillet 2011 at 20 h 14 min - Reply

    Bonjour tout le monde,

    Club des pins ou pas,le probléme se situe ou exactement ?
    Peut on avoir une analyse globale de la situation depuis 1954 avec le déclenchement de la guerre de libération,le départ des troupes françaises,l’arrivée de l’armée des frontières au pouvoir et la marginalisation de personnalités de valeur comme Farhat Abbas et Ait Ahmed…

    Boumédiéne que vous citez avec fierté,celui qui a siroté le thé au village,peut on parler un jour de son bilan catastrophique et du mal qu’il a causé à notre pays . Il n’y aura pas de changement sans condamnation du Boumédienisme . Ce faux prophète et ses amis ,ont conduits le pays à la faillite . Un bilan sérieux du règne de Boumediene nous aurait permit d’éviter la médiocrité de Bouteflika et de ses soutiens civils et militaires .
    Quand je rentre dans nos cafés et boutiques et que je vois le portrait de Boumediene,je constate que le changement n’est pas pour demain car aucun bilan de cette phase obscure de notre histoire n’a été fait .
    L’arrivée des déserteurs de l’armée française (D.A.F) au pouvoir en 92 est le fruit de la politique de Boumediéne qui s’est servis d’eux en 65 sachant qu’ils n’avaient aucune légitimité et qu’ils ne pouvaient pas le renverser . Boumediéne ne s’est pas contenté de promouvoir les D.A.F,il a conduit le pays vers le conservatisme,l’immobilisme et la médiocrité . Ses choix politiques,économiques et culturels,nous ont conduits vers la situation actuelle . L’injustice que vous symboliser par le club des pins a commencé en 57 avec l’assassinat de Abbane Ramdane et en 62 avec l’éviction de Farhat Abbas et de Ait ahmed . Nous devons nous éloigner de la critique pationnelle qui consiste à critiquer telle ou telle situation ou personnalité pour aller droit au but en faisant une analyse globale et surtout un bilan des différentes étapes .




    0
  • Aristote-algeria.com
    27 juillet 2011 at 20 h 15 min - Reply

    A Houari
    Je comprends ton impatience mais  »Il faut semer meme dans le désert »pour reprendre les parole de Moncef Marzouki,opposant tunisien.Un beau principe qui a abouti au renversement du tyran Ben Ali.La révolution algérienne a commencé bien avant 1954.Résistance passive après 1871,résistance active à partir de 1926,explosion nationale et révolutionnaire en 1954 et finalement victoire et indépendance du pays en 1962.




    0
  • Elias
    28 juillet 2011 at 6 h 53 min - Reply

    Salam
    Boukharouba and co ont surtout siroté le sang des algériens. Ce dictateur a ruiné l’Algérie Avec sa politique démagogique des 3 révolutions qui n’ont laissé ni agriculture ni culture ni industrie. Les habitants de Club des lapins ne sont que ses émules…




    0
  • ca21dz
    28 juillet 2011 at 10 h 30 min - Reply

    @ Ahmed et Elias

    Mille merci pour votre analyse

    Le jours ou les alge-riens jugeront le bilan de Boukharouba et constateront l’ampleur des dégats on pourra peut etre pretendre a sauver l »ALGERIE.

    Le mec a 70 ans loue encore les merite de Boukharouba qui a detruit ca vie 34 ans apres il n’est meme pas proprio,




    0
  • kamal H
    28 juillet 2011 at 17 h 12 min - Reply

    Oui C’est bien melzi hamid le 1er responsable qu’il faut enlver (DEGAGE HAMID)
    il es a l’origine de tous les maleheurs du CDP et de morreti DEGAGE MELZZZIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
    ET OUYAHHIIIYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAA




    0
  • Elforkan
    28 juillet 2011 at 18 h 40 min - Reply

    « Tu les croirait unis, alors que leurs cœurs sont divisés. C’est qu’ils sont des gens qui ne raisonnent pas. » Coran.
    Ces personnes qui habitent le club des des pins sont plus divisés que n’est le peuple, ils sont tout le temps les uns entrain de comploter contre les autres; s’ils sont unis pour spolier les biens de la nations, ils ne sont jamais unis pour diviser entre eux équitablement le butin, chacun essaye de prendre plus que l’autre, et puis, il y a cette crainte que d’autre prédateurs surgiront du système et convoiteront, à leur tour, ce club des pins ….ils vivent dans l’angoisse,et la crainte l’incertitude du lendemain,parce qu’ils savent pertinemment que dawam el hal mina elmouhal et un bien mal acquis, le haram n’a jamais procuré un quelconque bien être pour le haraymi.




    0
  • HOUARI
    28 juillet 2011 at 20 h 02 min - Reply

    @ aristote-Algeria.com

    Cher ami, je tiens a te rassurer au sujet de mon impatiencce.
    Que ce pays change de systeme ou pas cela ne me deramge nullement, car en bon musulman El hamdoulillah
    je me debrouille doucement, honnetement, intelligement et surement et ce , tout en luttant durement depuis bientot 18 ans de vie professionnelle contre des hypocrites et des corrompus .
    Mais si je commente cher ami, c’est uniquement par RAS LE BOL d’entendre des Algeriens de classe moyenne s’il y en a une en Algerie et les plus demunis parler pour ne rien dire, critiquer pour le plaisir de le faire, se plaindre sans agir, denoncer la corruption alors qu’ils mangent dans la meme marmitte que les corrompus. Mon ami, mon impatience c’est vrai, mais de voir ces hypocrites se taire, de les voir cesser de donner des lecons de resistance, de nationalisme, de changement,,,etc, de faire semblant d’esperer au meilleure sans la moidre volonté. Alors que ces hypocrites sont les plus touchés par la voyoucraie et les seules victimes d’un pouvoir pourri. Voila mon impatience.
    Autrement, les intellectuels, les commercants , les affairistes, les hauts fonctionaires, kles bourgeois, les voyoux, les corrompus, les escrocs,,,etc tout se beau monde tire tres bien son epingle du jeu malgres la voyoucratie, la corruption et la mafia qui gangrene le pays.
    Secondo, pour ce qui est de ton exemple de la Tunisie, non merci je n’en veux pas, moi je prefere semer dans une terre fertile. Les Tunisiens eux, avec leur bonne volonté ils ont effectivement semer dans le desert car lE POUVOIR MILITAIRE pour les calmer leur a fait croire qu’il distribuerait des terres fertiles pour que chaque Tunisien puisse recolter les fruits de leur revolte. Non mon ami SVP ne prenez pas comme exemople les pays qui parlent de democratie en uniforme.
    Par contre pour ce qui est de ta lecon d’histoire sur la revolution Algerienne, et bien mon cher, c’est la raison pour laquelle je commente dans LE QUOTIDIEN D’ALGERIE pour faire entendre une verité qui est de ne pas parler juste pour saliver mais de parler pour convaincre.
    De reflechir, d’ecouter, de s’organiser pour ensuite parler a fin d’agir. C’est ce qu’ont fait nos martyrs des années 1871, 1926, et en fin 1954 pour que nous autres gneration post-independance vivions en paix.
    Beau parler n’ecorche pas la langue. C’est faire en homme sage de ne parler jamais en superlatifs, car cette maniere de parler blesse toujours, ou la verite ou la prudence. C’est notre grande maladie de parler pour ne rien voir.




    0
  • titiche
    28 juillet 2011 at 21 h 44 min - Reply

    I still do not understand the people of Algeria my people.
    We are moaning all the time.
    The only time we had together to chase these unions was in October 88 and we missed our chance.
    Therefore seems to be accepting our fate.
    Unless within 20 years of other revolutionaries will have to do it.
    Just to finish stop gratify the first Algerian dictator, i named Boukharouba.




    0
  • fhamtelmeqsoud
    28 juillet 2011 at 22 h 51 min - Reply

    Houari rak mhaoual. Club des pins on y a vécu, à l’époque c’était le tourisme populaire.Aujourd’hui ce sont la nomenklatura qui l’occupe et après. Le problème c’est de ne pas réserver d’autres endroits pour le peuple, car l’ALgérie appartient à tous. Malheureusement le pouvoir culmine dans le luxe, c’est le point de départ de la décadence, et il imite les autres nomenklaturas des pays arabes. Quelqu’unes sont tombées, la suite viendra. Il faut parler juste mais pas beaucoup. Li yahdar bezzaf, imoute bezâaf. Quand on voit un mounkar, il faut le redresser de force, sinon de parole, sinon de coeur (le stade inférieur de la Foi).
    On leur souhaite un Tsunami à club des pins. pourquoi pas.




    0
  • clandestin
    29 juillet 2011 at 7 h 24 min - Reply

    @Ahmed , barak allah oufik !oui ,pour un veritable changement, il est imperatif de condamner l’ideologie du boumedienisme .Revolutions politiques ratées -agriculture-industries-culturelles- dictature feroce- personnalité de l ‘algerien ratée car la doctrine de boumedienne etant marxiste -leniniste – avec sa politique khorti des partages des benefices de societés nationales en faillite , du souk el fellah et des villages agricoles avec fellah smicards sans retourner ni ses manches ni la terre.Il a fait une mentalité d Algerien feneants et assistés .Tous ces ratages on fait que meme notre glorieuse revolution nous semble ratée !




    0
  • omar54
    29 juillet 2011 at 12 h 52 min - Reply
  • Ferhane
    29 juillet 2011 at 15 h 50 min - Reply

    A Omar 54:
    Merci pour le lien.Il brosse en 4 minutes le non-respect de la loi par les militaires et leurs proches qui osent s’accaparer d’une région, d’une plage qui doit être ouverte à tous les Algériens.De plus en plus, on sent au niveau Algérois un retrécissement de l’espace accordé aux citoyens.A se demander si les idées développées dans le site aristote-algeria.com sur l’appropriation de l’Algérois par la nomemlatura ne sont pas vraies.Une telle situation existe-t-elle dans les autres régions ou touche-t-elle essentiellement l’Algérois,région de pouvoir, région centrale hautement stratégique?




    0
  • elforkan
    29 juillet 2011 at 17 h 30 min - Reply

    Voulez vous le beurre …ou l’argent du beurre, mais pas les deux ??? à vous de choisir :

    Vivre au club des pins au bord de la mer et avoir des épouses, filles et sœurs débauchées, des droguées, ,et frères ou fils efféminés,khountha, fils à maman …
    ou bien
    vivre, comme vit le commun des honnêtes citoyens, honnêtement et humblement en préservant son honneur et sa dignité

    Je crois que le choix est vite fait pour celui qui sait que l’honneur et la dignité n’ont pas de prix.

    Moralité :
    Rendez grâce à Dieu qui ne vous a pas fait locataires de ces lieux de débauche et de perdition !




    0
  • Alilou
    29 juillet 2011 at 19 h 56 min - Reply

    @Elforkan,

    Moi je veux, le beurre, l’argent du l’embalage et la fermiere….

    Je veux aller ou je veux dans mon pays sans me faire interdire un quelconque endroit de mon pays. Sinon je serai quoi ????

    Dieu m’a cree libre pourquoi veulent-ils m’enfermer et me priver de ma liberté?

    Cet endroit que tu decris mon ami comme un endroit de debauche, Dieu l’a cree sans, mais l’homme la transformé a sa guise….

    On aurait ete maitre de notre nation, jamais cet endroit paradisiaque ne serait devenu un lieu de debauche, mais un lieu ou nous pourrons tous nous y rendre en famille dans la dignité et le respect.

    Alors rendon a Dieu ce que Boutef croit lui appartenir…Autrement continuons a saliver….

    Mon ami Elforkan, moi j’aimerai bien siroter une bierre sur la plage et fumer mon thé tranquilement au club des lapines…..




    0
  • elforkan
    29 juillet 2011 at 21 h 16 min - Reply

    @Alilou
    « Moi je veux, le beurre, l’argent du l’embalage et la fermiere…. »

    et la santé cher ami ?? la santé et surtout la santé c’est grâce à la santé qu’on est en train de faire des commentaires ici et de la politique; les malades, les pauvres, ils sont détachés de ce monde, ils vivent dans un autre monde,ils ne parlent que de leurs analyses, leurs radiographies, la maladie que les médecins ont suspectée…
    Ceci pour dire qu’on n’a pas tout perdu tant qu’on jouit de la bonne santé……inchallah elle nous accompagnera jusqu’à notre dernière demeure !




    0
  • omar54
    29 juillet 2011 at 22 h 30 min - Reply

    Salamou 3aleikoum
    @Ferhane,bien-sûr mon ami que tout a été planifié,et ce depuis les années 80,je crois.Auparavant c’était un peu discret, mais c’est à cette époque que l’on a introduit officiellement le rai !Déculturer Alger de ses traditions;Vider Alger et la remplacer par un nouveau genre,ça a porté atteinte aux valeurs que nous ont inculquées nos parents ;respect d’autrui,respect des vieilles personnes,respect de la gente féminine,respect du voisin,du frère,de la soeur,respect de l’arbre (sic) et de la nature en général.Combien de raclées avons- nous reçues pour avoir abimé ou cassé une branche.Bien-sûr,on essaye d’éduquer nos enfants selon siret el-waldine,mais dehors ya akhi,cest la jungle !
    Alger n’est plus Alger,un nouveau genre a squatté la ville et ses alentours,les caves se sont rebiffés,et nous dans tout ça,on a que les yeux pour voir,et quelque fois pour pleurer.
    Qui se souvient des « deménagés » de Dergana,qui se souvient de Draria,de Douéra,de Baba-h’ssen,de Dély-ibrahim;de la Bouzaréah,Sidi-yahya,des sables d’or de Zéralda,des Dunes,et,et,et………..Même la Kabylie n’a pas échappé à cette destruction,à l’instar d’autres régions,le rai a envahi les hameaux les plus reculés,aujourd’hui on voit des choses qu’on aurait jamais vues ,il y a 30 ans.
    Tous ces « fessedes » et cette détérioration des moeurs,sont-ils les prémices de quelque chose de terrible qui va arriver à ce pays ?ALLAHOU A3lem !
    Salam.




    0
  • clandestin
    29 juillet 2011 at 23 h 32 min - Reply

    ils ont choisi sidi ferruch palm beach moretti , les neo colons ! staoueli sidiferruch de violents combats contre les colons ont eu lieu en 1830 avec des centaines et des centaines de morts d algeriens dans les premieres batailles a staoueli et les environs…




    0
  • brisevague
    30 juillet 2011 at 10 h 22 min - Reply

    croyez moi, je ne vous mens : c’était l endroit traditionnel pour ses promenades durant les années 70. il s agit de notre feu président H.Boumedienne allah yerahmou. Il se promenait a l’heure du thé (coucher du soleil). un jour, nous avions parlé ensemble quelques minutes alors que je rentrais a pieds vers la station de bus. c’était a l’allée des pinèdes. je garde le secret du sujet de notre conversation mais je vous avoue qu’honnête et sincère je le ressentais du profond de moi même. allah yerahmou. el youm, c’est 100 commentaires. le CLUB est parmi l un des endroits ou …… il ne fait pas bon de vivre c’est tout.




    0
  • Ali Biskra_Montreal
    31 juillet 2011 at 5 h 34 min - Reply

    le peuple algériens récolte la politique pourri de boumedienne et compagnons qui gouvernent jusqu’a aujourd’hui le pays, ce même peuple qui a applaudi la nationalisation d’honnêtes algériens et vrais agriculteurs de père en fils en 1973 paye maintenant le prix, car comme on dit un bien mal acquis ne profite jamais, et c’est le cas de la majorité des algériens malheureusement.




    0
  • Aksil
    1 août 2011 at 20 h 04 min - Reply

    Je crois que ce phenomen a debuté pendant l’ere de Chadli.
    Vivement la revolution!




    0
  • abon
    2 août 2011 at 0 h 59 min - Reply

    @Ali Biskra_Montreal: Salam-Alikoum et Saha f’tourkoum.
    Le pays récolte en partie quelques erreurs de feu Boumediene, mais le véritable criminel de cette époque est un certain Abdeslam Belaïd. Boumediene nous savons comment il est arrivé au pouvoir et comment il s’y est installé ; cependant, faisait confiance aux hommes et avait ceci de différent avec les présents patrons du pays Algérie : il l’aimait ce pays. Il aimait le peuple Algérien.




    0
  • wghrive
    2 août 2011 at 19 h 06 min - Reply

    Salam et Saha ftorkom.
    Ce phénomène a commencé pendant l’avènement de Listiaamar(L’indépendance) en 62 , les francais ont commencé a vider les lieux, et nos mafiosi ont commencé le squatte des immeubles et appartement ,j’ai habité un appartement a alger centre , son propriétaire l’a eu avec un petit canif il avait barricadée la porte personne ne rentre sauf sortir , et actuellement il en 3 ou 4 immeuble a Alger et ainsi que bon nombre d’algeriens se sont accaparé des biens immobiliers pendant que les algeriens fetait l’independance eux autres squattaient les appartement et villas dire que notre pays est fondé sur la trahison que ses fondations sont basées sur l’anarchie ,elhogra, la trahison, et la haine de l’autre développée par le pouvoir afin de mieux diriger , un troupeau non discipliné, mal dirigé et voué au lynchage par des prédateurs. A l’époque de Chadni on m a raconté un événement, un algerien (biensur pas comme les autres) il voulait se marier , alors sur la route en voiture il a annoncé la nouvelle a son oncle (pas comme tous les oncles) colonel ,il rajoute mais j’ai pas un appartement pour moi , le colonel ordonna au chauffeur de se diriger vers les hauteur d’alger une rue paisible dominante et pleine de végétation celle qui relie el biar a Hydra, au cour de route le neveu remarqua une belle villa , il a juste fait la remarque a son oncle que cette villa est belle sans aucune idée de vouloir l’avoir , le lendemain ,le colonel a envoyé deux camions militaire et ont déplacé les occupants dans un appartement en ville , ceux ci dit que hout yakoul houte . Et un peuple qui se prononce musulman et qui s’éloigne des directives de dieu se trouvera égaré ,mahgor, par ces ennemis et ceux de dieu , car les directives de dieu sont juste, regardez l’injustice et le profit en plein mois de ramadhan ces commerçant ces délateurs ce pouvoir , ces ministres a la co.. qu’est ce qu’ils font pour le peuple, ou le peuple qu’est ce qui pour lui meme, etc etc
    Qui sème le vent récolte la tempête, Kama tadinou toudane.
    et salut si on commence a écrire et parler jusqu’à laid sghir je ne m’arrêterais pas.
    saha ramdankoum pour ses fideles et salut salam pour les autres




    0
  • mohal
    2 août 2011 at 19 h 56 min - Reply

    Tous les dirigeants ont fauté et le peuple ,crédule à outrance, a applaudi à leurs fautes et ça continue;sauf qu’aujourd’hui tout le monde en fait à sa tête et essaie de trouver son compte,personne ne fait confiance à personne,les disparités s’accentuent,seuls quelques « téméraires » y croient encore au renouveau,nous aussi on s’accroche en espérant dénicher quelques « épris de justice et d’égalité » qui changeront le cours des choses parce que vraiment tout va mal…




    0
  • clandestin
    21 août 2011 at 12 h 47 min - Reply

    Selon le quotidien d Oran , lAlgerie est le premier consommateur de pains au monde avec 49 millions de baguettes vendues par jours ! que veut lepeuple ?
    DU PAIN ,DU PAIN, DU PAIN !!!
    Et bien on nous a entendu au Club des Pins et nous voila le « Pays des Pains »




    0
  • Bella
    29 août 2011 at 0 h 23 min - Reply

    Extremley helpful article, please write more.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique