Édition du
30 March 2017

Le procès d’un dictateur ou le pari de la révolution égyptienne

Abdelkader DEHBI

En ce mercredi 3 Août 2011, correspondant au troisième jour du mois sacré de Ramadan – 1432 – vient de s’ouvrir au Caire, par devant une juridiction ordinaire, un procès qui, lui, est extraordinaire à plus d’un titre :

 

–          Primo : de par la qualité des prévenus, puisqu’il s’agit rien moins que de juger l’ex dictateur égyptien en personne, Mohamed Hosni Moubarak et un certain nombre de personnages symbolisant la nomenklatura du régime : à commencer par ses deux fils, A’ala et Djamal Moubarak, ainsi que l’ex ministre de l’Intérieur Habib El-Adli, et plusieurs hauts responsables civils et militaires du régime aboli ;

 

–          Secundo : de par la gravité des chefs d’accusations multiples retenus contre les prévenus accusés en particulier d’avoir commandité et ordonné des vagues de répression sanglante et massive ayant entraîné des centaines de morts, de blessés et de disparitions forcées, à l’encontre de populations civiles manifestant pacifiquement contre les abus du régime ; sans compter les dizaines d’affaires de détournements massifs de deniers publics, d’accaparements de patrimoines de la nation ou de cas de haute trahison couplée au sabotage criminel de l’économie nationale, comme le montre l’exemple du bradage d’énormes quantités de gaz naturel égyptien, livré clandestinement depuis des décennies, à  l’entité sioniste ennemie ;

 

–          Tertio : de par le caractère historique de ce procès, puisque ce sera bien la première fois dans l’Histoire contemporaine des pays arabes, qu’un ex Chef d’Etat et ses proches collaborateurs déférés devant la justice, comme n’importe quel citoyen, en raison de leurs crimes innombrables et de leurs forfaitures.

 

En dépit de nombreuses interrogations qui restent encore en suspens, quant à l’issue de ce procès, il ne fait plus aucun doute désormais, que le seul fait d’avoir traduit le criminel Moubarak et ses complices par devant un tribunal pénal égyptien, constitue en soi une grande victoire pour le peuple frère égyptien qui vient de signer là, une première historique et un précédent politique et psychologique aux conséquences les plus prometteuses pour la marche irrésistible de nos peuples, vers la liberté et la dignité, la démocratie et la justice.

 

L’ère des tyrans – qu’ils fussent rois, émirs ou présidents – touche désormais à sa fin, qui ont spolié la souveraineté des nations, confisqué la liberté des peuples et attenté à la dignité des citoyens, en s’accaparant des richesses de la nation et en bradant les ressources du pays, avec la complicité de puissances étrangères dont ils espéraient en retour, la complaisance, sinon la protection.

 

S’agissant en particulier de notre pays l’Algérie, cette image planétaire du pharaon boursoufflé du Caire, piteusement allongé sur sa civière aux cotés de ses complices, derrière les grillages d’une véritable cage aux fauves, va sonner comme un premier avis de passage, sonnant la fin de l’impunité, aux oreilles d’un Bouteflika et de sa fratrie, de leurs compères Belkhadem, Soltani, Bensalah et autres Ouyahia. Sans oublier bien sûr, leurs parrains militaires que sont les généraux-dafs comme les Nezzar, les Toufik, les Guenaïzia, les Ghezyel et toute la sinistre cohorte de tortionnaires et de miliciens à leur botte, qui ont plongé notre pays dans la guerre civile, au lendemain du Coup d’Etat du 11 Janvier 1992,

Tout ce beau monde aura à répondre un jour ou l’autre, collectivement et solidairement, des crimes imprescriptibles commis contre le peuple algérien ainsi que des pillages du patrimoine national et des détournements à grande échelle des deniers public, se chiffrant par milliards de dollars. Car, il n’est nullement écrit que le peuple algérien qui a payé le plus lourd tribut humain de l’Histoire de la décolonisation et subi l’une des guerres civiles récentes les plus meurtrières, restera à l’écart de la marche de l’Histoire. Et ce ne seront, ni les miettes de la rente pétrolière distribuées de manière régalienne, ni les augmentations et autres « rappels » à coups de millions de dinars en faveur des corps de sécurité, ni encore moins la pitoyable mascarade dite des « réformes » qui achèteront une quelconque paix civile d’où le peuple est absent.

 

En tout état de cause, la Justice de Dieu est indivisible. Elle passera pour tout le monde. Nécessairement.


Nombre de lectures : 2794
37 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Le procès d’un dictateur ou le pari de la révolution égyptienne
    3 août 2011 at 19 h 05 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: dictateur, d’un, égyptienne, Pari, PROCÈS, Révolution […]




    0
  • fateh
    3 août 2011 at 20 h 10 min - Reply

    Avant tout merci au peuple Egyptien de nous avoir re-donne espoir qu’il peut y avoir justice meme dans un systeme des plus fermes qu’il soit, comme c’est le cas aujourdhui en Algerie.
    Moubarak et ses deux fils auront beau nier toutes les accusations a leur encontre, mais ils ne peuvent echapper au cours de la justice c’est a dire etre derriere des barreaux meme si par miracle ils seront declares non-coupable..Je pense que le plus important c’est que nous Algeriens puissions garder espoir que bouteflika et ses souteneurs de generaux ainsi que ses complices comprennent que si le cas saddam etait du a l’invasion americaine, moubarak lui est bel et bien derriere les barreaux par la GRACE d’ALLAH AVANT TOUT et ensuite celle d’un peuple dont les racines historiques sont plus que millinaires…
    INNA ALLAH YOUMHIL WALA YOUHMIL




    0
  • HAMMANA
    3 août 2011 at 20 h 17 min - Reply

    Le jugement du dernier pharaon d’Egypte et de ses acolytes est la meilleure réplique à tous ceux ou celles qui ont douté de la capacité de ce peuple à la civilisation millénaire de faire aboutir sa révolution malgré les contraintes externes et les turpitudes internes des supports d’un système agonisant.Les peuples qui investissent les rues par dixaines de millions ne peuvent échouer.Aussi,cet évènement singulier mais hautement symbolique est pour ceux qui au départ ont tenté désespérément d’y jeter le discrédit, une gifle retentissante qui sapera leur orgueil et les contraindra à se rendre à l’évidence que la volonté des peuples est irrésistible.Seuls ceux qui ne veulent pas évoluer continueront à réver d’un concours providentiel pour les libérer du mythe de la dictature qui ,de ce fait, a encore de beaux jours.




    0
  • W A H I D
    3 août 2011 at 21 h 16 min - Reply

    Saha Ramdhanek, Monsieur Abdel Kader Dehbi.

    « achèteront une quelconque paix civile »

    Dernière phrase de ce billet, serait le prochain défi de cette lutte enter la revendication populaire devant l’autocratie et la kleptocartie.

    La défi de demain, pour ceux qui vont gouverner serait comment opérer le changements dans le système économique, pour que cette masse populaires observe la calme, cette jeunesse éduquée et appauvrie recouvrent ces droits et ce pays retrouve la paix civile.

    Ce n’est pas évident, la transition démocratique, la nouvelle configuration du pouvoir, quel modèle économique et quels seront les rapports politiques, économiques au delà du changement du sommet de la pyramide et le cercle restreint du système de pouvoir de Moubarek.

    Rien n’est acquis, il reste beaucoup à faire et le voyage sera long et pénible, exigences de la construction des NATIONS.

    Je souhaite à ce peuple et à cette nation la réussite.

    Saha Ftourek;




    0
  • Djahida
    3 août 2011 at 21 h 34 min - Reply

    le peuple égyptien vient de démontrerqu’il n’a pas rompu ses racines hautement civilisationnelles malgré plus de 6 décades de pouvoir « instinctif » appuyé par une plèbe violente et inculte.L’Egypte EST EN DROIT d’être le leader positif du Monde arabe et de réunir autour d’elle des Etats démocratiques avec des INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES ARABES PUISSANTES capables de défendre véritablement les intérêts des arabes.




    0
  • Ferhane
    3 août 2011 at 22 h 10 min - Reply

    Le criminels contre leur peuple finissent toujours par payer
    GUATEMALA : 6 060 ans de prison pour les auteurs d’un massacre durant la guerre civile(1960-1996.)
    Quatre anciens militaires accusés du massacre de 201 paysans entre le 6 et le 8 décembre 1982 ont été condamnés, mardi 2 août, à six mille soixante années de prison chacun. C’est la première fois que d’anciens militaires guatémaltèques sont condamnés pour un massacre commis durant la guerre civile (1960-1996).
    Quatre anciens militaires accusés du massacre de 201 paysans entre le 6 et le 8 décembre 1982 ont été condamnés, mardi 2 août, à six mille soixante années de prison chacun. C’est la première fois que d’anciens militaires guatémaltèques sont condamnés pour un massacre commis durant la guerre civile (1960-1996)…(suite dans le Mondefr,3 juillet 2011)
    (A QUAND LE JUGEMENT DES GÉNÉRAUX ALGÉRIENS POUR LEURS CRIMES COMMIS DANS LES ANNÉES 90)




    0
  • cherifi
    4 août 2011 at 0 h 16 min - Reply

    Salut, Encore mille excuses auprès de mes amis lecteurs,un autre geste maladroit m’a fait perdre le controle du clavier et le commentaire inachevé fut posté.
    Donc je disais que les égyptiens sont conscients et vraiment décider à réaliser les objectifs de leurs révoltes à savoir :Faire passer les AlMoubarak et leurs valets devant une juridiction neutre et équitable qui condamnera,sans le moindre doute,le potentat sa progéniture et son entourage à la pendaison ou,au moins,un emprisonnement à perpétuité.Quant à la succéssion,je suis encore plus pessimiste,quand je vois les bras droits ,les yeux, les oreilles et surtout les mains du monarque-dictateur prendre le pouvoir pour assurer une transition vers la démocratie en Egypte.
    Oui beaucoup d’interrogations restent en suspens et je crains que ce pouvoir de transition joue sur l’usure pour faire éssouffler les révoltes et on finira par se contenter d’une victoire au gout d’inachevé qui signifie une véritable défaite à l’échelle du monde arabo-musulman.
    Quant à la libye et la syrie,je suis convaincu que c’est une autre histoire fomentée par l’occident impérialiste(n’en déplaise au »moderniste »)
    qui veut vider la coquille de la ligue arabe de son inutile contenu,casser l’union africaine et surtout sécuriser israel.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    4 août 2011 at 0 h 23 min - Reply

    @ — W A H I D :

    «  »Rien n’est acquis, il reste beaucoup à faire et le voyage sera long et pénible, exigences de la construction des NATIONS. » »

    Vous avez répondu à l’interrogation essentielle. Rien n’est jamais acquis d’avance en effet. Mais il n’empêche que, en réussissant à faire chuter le régime quasi pharaonique de Moubarak, le peuple frère d’Egypte, a déjà accompli lui, une étape majeure vers sa dignité, sa liberté et sa souveraineté.
    C’est à mon avis un objectif en soi, que de faire tomber d’abord la dictature.




    0
  • sami
    4 août 2011 at 0 h 50 min - Reply

    Merci pour votre courage A. Dehbi. Nous attendons, sans perdre de foi en la justice divine, le jour ou ces criminels de guerre qui ont dévasté notre pays comme un tsunami,le jour ou on les conduira devant le TPI.Ce jour là, vous saurez qui de vos soutiens internes et externes viendra à votre rescousse. Ce n’est que parti remise, on ne peut sévir à l’infini dans l’infini. Je l’ai dit à vos courtisans de moindre envergure à Paris, je le dirais tant que Dieu nous prête vie! Alors dégagez, le peuple vous vomi jusqu’au tripes!

    Sami Paris




    0
  • batni
    4 août 2011 at 2 h 23 min - Reply

    J’espere qu’ils vont juger le systeme et non un vieillard malade et impotent.
    Le pouvoir egyptien fera tout pour détourner les regards vers la famille Moubarek. Le systeme dictatorial Egyptien s’en sortira t-il ?

    Mes respects,




    0
  • Abdelkader DEHBI
    4 août 2011 at 5 h 54 min - Reply

    L’opinion d’un représentant du régime d’Alger :

    Me Farouk KSENTINI, Président de la Commission Nationale Consultative de promotion et de protection des Droits de l’Homme :
    « « On ne peut pas juger un homme politique par ses adversaires.» »
    «Le procès du président Hosni Moubarek va être politique. Je suis contre les procès politiques car un homme politique ne peut pas être jugé par ses adversaires. Ce procès va être des plus injustes et des plus stériles. Outre le respect de l’institution – la Présidence – qu’il a incarnée durant des années, il est préférable de destituer Moubarek de ses droits et de le laisser en paix. Son cas ne relève plus de la justice des hommes mais d’une AUTRE JUSTICE. L’Égypte doit faire l’économie de ce procès et passer aux réformes tant attendues par le peuple égyptien. Je souhaite également que le monde arabe revienne à la raison.»
    Même si le préposé du pouvoir algérien aux Droits de l’Homme, n’est plus à une forfaiture près, cette déclaration outrageante est une véritable insulte au peuple égyptien, à sa révolution et aux centaines de victimes du régime corrompu et félon de Moubarak.
    Par ailleurs on aura noté sa formule inusitée, voire sibylline : « Son cas [de Moubarak] ne relève plus de la justice des hommes, mais d’une AUTRE JUSTICE » – A croire que pour ce monsieur bouffi de sa propre suffisance, le seul fait de parler de Justice de Dieu, pouvait comporter un risque pour lui, aux yeux de ses employeurs….




    0
  • mohand ibn echahid
    4 août 2011 at 10 h 57 min - Reply

    Allah Allah Allah…………Elhaq you3la oua layou3la 3alih
    Merci Mr Dehbi merci LQA.Je demande a LQA et aux militants d´une Algerie libre et democratique de dés maintenent localiser ts les criminelles (tt crimes confondus) d´algerie de localiser leur tres proches et leur lakés leur bien en algerie et a l´etranger partout. IL N Y A AUCUN DOUTE LA JUSTICE LA VRAIE JUSTICE LES RATRAPPERA « HADA LA RAIBA FIH ». Les tres proche de ces memes criminelles c eux ki continuent a piller le pays et font un mal attroce aux algeriens principalements nos jeunes avec leur mercedes , BMW voyages etc etc etc




    0
  • Le procès d’un dictateur ou le pari de la révolution égyptienne midipress
    4 août 2011 at 11 h 11 min - Reply

    […] état de cause, la Justice de Dieu est indivisible. Et elle passera pour tout le monde.Lectures: 1 ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • nomade
    4 août 2011 at 11 h 40 min - Reply

    l’un des enfants de la vache qui rit, a laa moubarak , tenait le coran dans sa main gauche,
    on se rappelle l’islam et le coran qu’une fois coffré
    dans une cage a tigre.
    il a oublié combien de musulmans son père a massacré.

    les moubarak et leurs amis n’éprouvaient aucune pitié envers leur peuple , il est arrivé le jour ou il faut etre sans pitie envers ces criminels crapuleux.
    c’est le temps de passer la caisse pour payer la facture de vos crimes

    EDDENIA DOUARA.ya saadek ya faal el kheir.

    KAMA TOUDINE … TOUDÈNE.

    dommage que belkheir a échappé a la sentence populaire.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    4 août 2011 at 11 h 43 min - Reply

    Dans la foulée d’une enquête sur les liens mafieux-financiers de Sarkozy, je viens de poster sur « Médiapart » le commentaire suivant:

    C O M M E N T A I R E :

    04/08/2011, 11:14 par Abdelkader Dehbi

    Suggestion à Edwy Plenel,

    Puisque vous êtes en train de dénoncer « la racaille » comme dirait quelqu’un…. et sur un tout autre volet du même sujet – celui de la sarkozie – auriez-vous des choses à nous dire sur la visite effectuée en Novembre 2006 à Alger, par M. Nicolas Sarkozy, (alors Ministre de l’Intérieur) au président algérien M. Bouteflika ?

    Tout le monde à Alger, connait les liens étroits entre M. Sarkozy et son homologue algérien d’alors, le Ministre de l’Intérieur M. Zerhouni (aujourd’hui vice-Premier Ministre) qui venait de passer une longue période hospitalière de plusieurs mois – pour implantation d’un rein – et au cours de laquelle, Sarkozy lui rendait régulièrement de longues visites, assorties tout aussi régulièrement de chocolats, de revues et même de fleurs. Cela crèe forcément des « recherches de projets communs » et des « complicités d’Etat » si on ose dire….

    Tout ce que l’on sait c’est que c’est le même Zerhouni – en guise de retour d’ascenseur – qui a introduit chez Bouteflika, en Novembre 2006, le candidat Sarkozy qui cherchait désespérément du financement pour sa campagne Et ce qui devait arriver arriva, quand on devine les capacités de pression – et pourquoi pas, de chantage ? – qui ont pu s’exercer sur un autre malade-débiteur M. Bouteflika, qui venait lui « aussi », d’être longuement soigné au Val de Grâce. Résultat donc : Le Chef de l’Etat algérien ordonna dans les semaines qui suivirent, et d’une manière totalement illégale, le placement de quelque 40 milliards de nos excédents en pétrodollars sur la place financière de New-York dont la quasi totalité, sous forme de Bons du Trésor américain, par le truchement du célèbre cabinet juridique et fiduciaire newyorkais: « Baker & McKenzie, dirigé alors par la non moins célèbre Madame Christine Lagarde, qui ristourna à son commis-voyageur, quelque 7 millions de dollars de commission vaillamment gagnée. Et la boucle fut ainsi bouclée…

    modifier
    recommander(2)
    répondre
    alerter




    0
  • laifaoui
    4 août 2011 at 12 h 07 min - Reply

    C’est un message adressé a tous ceux qui jouent avec les biens publique, ceux qui trichent les factures, qui humilier leurs peuples en les retardant, qui volent, en gros les corrompus, ainsi sera leur fin, dans une cage très humiliante, faut-il aller chercher Khalil, et ceux qui continuent a nous sous développer?




    0
  • abon
    4 août 2011 at 13 h 28 min - Reply

    Salam-3alikoum.
    Pour ceux qui pensent justice et équité, pensent que Moubarak & Co risquent une iniquité, qu’il se rassure, puisque les premiers à les avoir jugés et condamnés, sont ceux justement qui les soutenaient et glorifiaient aujourd’hui les traitent de tous les noms d’oiseaux (dictateurs, assassins) et passent leurs images en boucle … Maintenant quand à l’avenir des égyptiens, il sera difficile certes mais ils ont la chance d’avoir commencé et n’ont pas détruit leur système éducatif tel que nous l’avons fait. La formule est rigueur et justice, rigueur et démocratie, rigueur et rigueur. Reconstruction par et dans la Rigueur et la Justice. Rupture avec tous les vieux slogans.
    Saha F’tourkoum.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    4 août 2011 at 13 h 47 min - Reply

    COMMENTAIRE posté par le Pr. Chems-Eddine CHITOUR dans alterinfo :

    http://www.alterinfo.net/LE-PROCES-DE-MOUBARAK-UN-DEFI-DE-LA-REVOLUTION-EGYPTIENNE_a61896.html?com

    3. Posté par Pr. C.E. Chitour le 04/08/2011 13:22

    Belle analyse que je vais tenter de compléter.

    C’est en effet la première fois dans l’histoire récente et post coloniale que les gouvernants rendent comptent au peuple. A contrario cela ne veut pas dire que les monarques d’avant mouraient dans leur lit. Il est connu que les transitions dans les pays arabes mais pas seulement-, on pourrait dire les pays maintenus en esclavage- se font par l’émeute. l’histoire des potentats arabes n’est qu’une suite de meurtres, et de tueries de palais. Le coup d’état n’est en fait que la version moderne de l’émeute. Le monopole de la violence étant disproportionné par rapport à la force classique, il vient que le pouvoir se transmet à la pointe des baïonnettes ..
    Le procès de Ben Ali a laissé un goût d’inachevé, ne serait ce que par les charges qui lui sont reprochés- trafic de drogues, rapines- après 30 ans de gestion par le goulag. Moubarak a perdu sa baraka et avec lui les potentats arabes savent que plus rien ne sera jamais comme avant. Il n’y aura plus d’impunité.
    Ceci étant dit, la stabilité est loin d’être acquise car les problèmes des pays arabes, -au delà des dictateurs- restent entiers: Comment faire émerger une élite fascinée par l’avenir qui n’a pas la science infuse et qui n’est pas de droit divin. La question reste posée

    Prof Chems Eddine Chitour




    0
  • Ferhane
    4 août 2011 at 15 h 09 min - Reply

    A Abon
    (Ta premiàere phrase):Toujours un rabat-joie qui vient nous enlever le plaisir de voir un criminel être jugé et condamné.Proverbe d’alger: »Hyini lyou oua khalini N’mout ghadwa ».En passant un mot aux rabat-joie:Aller semer votre pessimisme et  »négativisme » ailleurs.Les Algériens ont
    besoin d’entendre parler d’optimisme, de confiance, d’espoir et de lire des paroles qui les poussent à aller de l’avant, les pousse à croire que c’est possible de se débarrasser de la dictature des généraux: »Yes,we can »…




    0
  • ahmed
    4 août 2011 at 16 h 08 min - Reply

    L’intérêt de l’Etat,est que tous ses enfants se réconsilient,le bon sens le recommende,l’humanisme l’exige . Ce qui se passe en Egypte,ne relève ni du bon sens,ni de l’humanisme . Nous sommes dans la vengeance et le populisme . Les premiéres heures de l’indépendance algérienne furent sanglantes,des algériens ont tué d’autres algériens au nom de la vengeance,du nationalisme et de la légitimité…
    Cinquante ans aprés,le résultat est connu de tous,l’Algérie est en faillite . L’Egypte doit profiter de l’experience algérienne et éviter la chasse aux sorcières . Juger Moubarek,ne réglera en rien les difficultés des égyptiens . La grandeur d’un Etat,c’est aussi sa capacité à mobiliser tous ses enfants etout en les protégeants et s’il le faut tout en leur pardonant .




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    4 août 2011 at 16 h 30 min - Reply

    M° Farouk KSENTINI, ne rend pas service à ses employeurs, lorsqu’en tant que « défenseurs des droits de l’homme … (au pouvoir) », il prétend qu’il faille laisser mourir le pharaon égyptien, sans lui demander aucun compte, puisque la Justice immanent d’Allah, le ferait, sauf que lui ne le rappelle pas, mais il situe sa défense de l’un des hommes les plus corrompus de la planète, en nous régurgitant un principe éculé, à savoir que « les adversaires d’un prévenu ne peuvent lui assurer un procès équitable et neutre ».
    Si, en théorie, nous pouvons nous rallier à ce préambule, force est cependant de prendre en compte, que Moubarek, qui aurait été élu et réélu advitam eternam, ne s’est point présenté contrit devant ses « électeurs », mais bien au contraire, il continue de mépriser ce peuple égyptien auquel, tel pharaon, il s’est imposé des décades durant, par le fer, le sang, le détournement des institutions de l’État, à son seul profit et celui de ses suppôts, et enfin par la corruption aussi bien des mœurs, que de l’économie tant politique, que sociale et financière, ou industrielle.
    En effet, l’Égypte ne brille pas pour ses réalisations industrielles, ou l’augmentation du niveau de ses populations, et aucun projet « pharaonique » n’est venu un tant soit peu, marquer son époque, contrairement aux pharaons dont il se voulait le clone, mais bien au contraire, il n’a su que transformer la région de Sharm al-Shaykh, en en lieu de luxure, pour les touristes venant des pays qui ignorent le peuple égyptien, mais ne voient de l’Égypte, que les pyramides et le Sphinx..
    Il est tout de même, remarquable que cette Égypte, qui recèle des potentialités humaines enviables parmi les pays musulmans et arabes ou africains, en soit encore à dépendre industriellement de pays qui ne recèlent aucune des ressources scientifiques égyptiennes, celles-ci ayant été contraintes à l’exil économique, par un pouvoir prédateur, qui a opté non point pour l’industrialisation, ou pour une économie agricole qui transforma le delta du Nil, ou l’aval du barrage d’Assouan, en paradis agricole et maraîcher, mais au contraire le système Moubarak, a opté pour un modèle capitalistique, qui a transformé l’Égypte en « super marché » pour recycler, les gains des exilés économiques et politiques qui nourrissent avec leurs mandats, l’Égypte, en palaces au profit de la Nomenklatura et en investissements boursiers au profit de la fratrie du Raïs.
    Oui, il appartient au peuple égyptien spolié, d’exiger aux Moubarek de rendre gorge, de leurs détournements massifs, et il appartient aux vrais « élus du peuple », c’est-à-dire, ceux qu’il a plébiscités, tant sur la place Tahrir au Caire, qu’ailleurs, partout en Égypte, de traduire leurs bouchers, ceux qui les ont subjugués, soumis, contraints, asservis, opprimés, tyrannisés, et muselés, devant des tribunaux respectueux de ce peuple au nom duquel ils prétendent formellement, juger, avant qu’ils ne fussent « privatisés », pour juger au nom du système Moubarek.
    Le coup de tonnerre de la Justice populaire, enfin légitime du Caire, ne peut être dénoncée au nom de spéculations à caractère partisane, comme celles de ces pays qui condamnaient les révolutions égyptienne du 23 juillet 1952, algérienne du 1 novembre 1954, irakienne du 14 juillet 1958, ne peuvent que faire long feu, et si notre « droit de l’hommiste, Ksentini », n’y venait pas à tourner la page, il risquerait lui aussi, d’être pris dans la tourmente, à défaut de la tornade qui pourrait venir mettre fin à ses illusions chimériques de perdurer à son poste dont le seul objet est de travestir la réalité des droits de l’homme, aux yeux des observateurs « neutres », un mot qui doit écorcher les courtisans, comme les partisans prêts à des discours apologétiques et dithyrambiques des thuriféraires des régimes rentiers, qui savent nourrir les ménestrels

    En Sionie Land, ils doivent regretter  » L’ami », qui savait les aimer et les « réchauffer », GRATOS…

    Allahouma Salli ‘ala Sayidina Mouhammad wa ‘ala Âlihî attayibîn attâhirîn.




    0
  • Alilou
    4 août 2011 at 17 h 17 min - Reply

    Excusez-moi par avance, mais je vais mettre mon grain de sel comme d’hab.

    A lire vos commentaires felicitant le peuple egyptien de son exploit et en priant le bon dieu que ca nous arrive aussi, moi je peux vous garantir sans peur de m’avancer sur les sables mouvants, que ca ne nous arrivera pas de si-tot, a la difference entre nous et le peuple egyptiens, eux ils se sont mit d’accord et ont bougé comme un seul homme, nous, nous sommes dispersés comme les grains de blé sur un tapis d’osier….
    Eux ont des hommes qui ont defié les armes et avaient la foie en leur cause, nous, nous sommes une gang d’opportunites, d’imitateurs qui veulent avoir ce que la nomenclatura possede, on veut les egaler dans leur richesses, mais nous n’avons pas le courage de tous sortir dans la rue et reclamer la tete de nos maitres, pour le reste c’est juste une therapie de groupe sur le net….

    Je continuer de fumer mon thé….désolé pour ma franchise




    0
  • nomade
    4 août 2011 at 17 h 58 min - Reply

    30 ans apres sa mort , on continue a faire le proces de boumedienne, le supposé tueur de abane et krim, et on continue a le condamner sans appel .
    mais on verse de chaudes larmes de crocodiles sur le sort de l’ex famille regnante du dernier des pharaons,
    dont les milliers de cadavres de leurs victimes ne se sont pas encore refroidi.
    une tolérance mal placée.
    je suppose que meme nacer el jenn aura ses sympathisans qui le pleurnicheront une fois arreté et condamné

    que la fin de moubarek et son clan serve d’exemple a tous ceux qui nous ont écrasé.




    0
  • NEDJMA
    4 août 2011 at 18 h 23 min - Reply

    Je ma passionne et positionne pour les peuples coupeurs de tête de leurs tyrans.




    0
  • HOUARI
    4 août 2011 at 18 h 47 min - Reply

    Qui dit qu’il n’y a pas de justice divine, revient en arriere pour s’informer sur la fin de FERAOUN.
    Qui dit qu’il n’y a pas de justice divine revient en arriere pour voir comment la puissance de Hitler s’est eteinte.
    Qui dit qu’il n’y a pas de justice divine qu’il revienne sur la vie et la fin de Saddam .
    Qui dit qu’il n’y a pas de justice divine qu’il se rappel comment s’est effondré le regne de Ben Ali.
    Qui dit qu’il n’ya pas de justice divine, qu’il constate comment est la fin de celui qui en Libye a prit le pouvoir par la force pour opprimer son peuple pendant 40 ans.
    En fin aujourd’hui en Egypte, Dieu le tout puissant repond a ceux et a celles qui ne croient pas a la justice divine par comment fini un tyran qui en costume cravate faisait beaucoup de mal .
    la gloire en politique est le salaire de l’injustice.
    Et oui quand la justice n’est pas juste, l’injustice est exacte.
    OUALA TAHSEB ANNA ALLAH GHAFEL AAMMA YAAMAL ADHALIMOUN INNAMA YOUAKHIROUHOUM ILA YAOUMIN……A LA FIN.
    Chez nous a ORAN on dit MA YABKA FEL OUED GHIR HJAREH.
    El hamdoulillah aala niaamate el islam.




    0
  • D B
    4 août 2011 at 19 h 18 min - Reply

    J’ai particulièrement apprécié ce passage: « … le seul fait d’avoir traduit le criminel Moubarak et ses complices par devant un tribunal pénal égyptien, constitue en soi une grande victoire pour le peuple frère égyptien qui vient de signer là, une première historique et un précédent politique et psychologique aux conséquences les plus prometteuses pour la marche irrésistible de nos peuples, vers la liberté et la dignité, la démocratie et la justice. »




    0
  • Nazim
    4 août 2011 at 20 h 04 min - Reply

    @batni, Tout comme vous, j’espère qu’ils vont juger la dictature et pas seulement l’ancien dictateur. Mais, il faut avouer que je ne suis pas très optimiste personnellement. L’histoire récente est pleine d’exemples de dictateurs «jugés » (Ceausescu en Roumanie, Saddam en Irak, Videla en Argentine, etc.) et condamnés, sans que cela change grand-chose dans la future gouvernance dans ces pays-là.
    En vérité, comme je l’ai déjà dit précédemment, j’ai bien peur que le «printemps arabe» ne soit qu’un leurre orchestré de l’extérieur et destiné à détruire à partir de l’intérieur les pays ciblés. Un scenario identique à celui vécu par notre pays (1962, 1965, 1988, 1992) et dont nous n’avons pas fini de payer le prix.
    @Prof Chems Eddine Chitour , j’aime bien votre questionnement sur «Comment faire émerger une élite fascinée par l’avenir qui n’a pas la science infuse et qui n’est pas de droit divin».
    Mais, une telle élite a-t-elle jamais existé quelque part?

    ==================================
    Nous avons la manie de voir des complots « impérialistes » partout pour couvrir notre sécheresse intellectuelle et politique.
    1962 a été un complot interne mené par les imposteurs planqués aux frontières.
    1965 a été un complément de coup d’Etat interne des mêmes imposteurs pour chasser la potiche politique.
    1988 a été une vaste manipulation sanglante d’un clan qui avait utilisé notre jeunesse sans repères pour régler son compte à l’autre clan dit conservateur. Une vaste supercherie démocratique s’en est suivie pour se terminer par une faillite sanglante.
    1992 : a été un complot contre la volonté populaire représentée par les 3 fronts vainqueurs des 1eres élections libres depuis l’indépendance.

    Pour ne pas tromper l’opinion publique, il faudrait savoir que la Roumanie post-Ceausescu est un Etat développé, démocratique, membre de l’Union Européenne.
    L’Argentine post-Videla est également un pays stable avec un Etat démocratique.
    L’Irak post-Saddam est entrain de payer les erreurs criminelles de son despote sanguinaire qui avait, en envahissant en haggar son voisin le Koweit permis l’intervention de l’armée américaine et son installation définitive dans la région.
    Salah-Eddine




    0
  • chenoui
    4 août 2011 at 20 h 08 min - Reply

    Ce n’est pas tant réjouissant toute cette mascarade au pays des pharaons, cela ressemble à tout sauf à une justice dans toute sa noblesse. Encore une fois, le peuple Égyptiens vient d’être roulé dans la farine en ce sens que l’on veut se contenter des se payer la tête de Hosni MOUBARAK tout en prenant soin d’épargner tous ses ex-collaborateurs, civils et militaires non moins coupables de tous les chefs d’inculpation dont on accable le Rais.

    Qu’on ne se détrompe pas, la chute de MOUBARAK est essentiellement l’œuvre des chefs de l’Armée Égyptienne qui voulaient se débarrasser de lui et de tout son clan familial depuis un bon bout de temps déjà. Ils ont ainsi saisi l’opportunité de la révolte des tunisiens pour le botter en touche et mettre, par la même occasion, un terme aux aspirations de l’un de ses fils d’accéder au trône.

    Dans ces circonstances,il est recommandé aux Égyptiens d’avoir de la retenue et de la lucidité pour exiger que Moubarak soit jugé mais dans la dignité.

    Il est fort à craindre que ce pays puisse connaitre, à quelque chose près, le même scénario que celui de l’Algérie post 1988, à savoir le sabordement de la démocratie par les militaires et les salafistes réunis malgré eux pour contrer les valeurs de liberté, de justice et de progrès.

    =====================
    Si on s’occupait un peu plus de la situation déplorable et déliquescente de notre Algérie, au lieu de donner des conseils à nos frères égyptiens qui ont donné au monde entier et pas seulement aux pays sous-développés que nous sommes, des leçons de révolution pacifique et de démocratie.
    Salah-Eddine




    0
  • abon
    4 août 2011 at 20 h 40 min - Reply

    @Ferhane.
    Il faut commencer par se poser la question : Pourquoi un changement ? Est-ce pour la continuité tels tous les changements qu’a vécus notre pays où chaque changement a distillé son lot de malheur et de souffrance. Abassi Madani et ses copains n’ont jamais prôné une Algérie démocratique, juste, progressiste, citoyenne avec des droits égaux et garantis à tous les citoyens ; en lieu et place ils ont utilisé les mêmes arguments que ceux qu’ils prétendaient combattre –la violence- Poser des bombes dans les marchés, les bus, déchiqueter un groupe de jeunes scouts dans un cimetière ou des agents de la circulation n’est pas une forme de révolution à laquelle j’adhère. Encore moins en Algérie contre des Algériens! J’observe ce qui se passe de part le monde et je suis très jaloux de la démarche des Norvégiens, Etat et Citoyens, face au drame qui vient de les frapper. Si vous n’acceptez pas ceux qui refusent les danses macabre et si la justice, la rigueur et l’effort vous rebute, alors nous ne serons jamais copain. Saha F’tourkoum.




    0
  • Amel1
    4 août 2011 at 22 h 44 min - Reply

    salam,
    Même les israeliens n’étaient pas contents de ce procés pourtant si JUSTE pour le peuple révolté Egyptien alors Le Ksantini des DENIS DE L’HOMME ….. on le comprend!!!
    Bonne continuation aux fréres Egyptiens « CE QUE LE PEUPLE VEUT DIEU LE VEUT »
    WA A3TABIROU YA OULI ALALBAB!
    Takabala allahou mina wa minkoum salih el a3mal.




    0
  • AS
    4 août 2011 at 23 h 56 min - Reply

    Ca reste symbolique car il est coupable de tout comme dirait l’autre et cela sert de diver-sion a l’escrocde Tantawi qui etait un des bras droit de Moubarak si je ne m’abuse…commeles militaires juges a 160 ans de prison au Chilie, nos haraks de la france-israel finiront dans les poubelles de l’histoire, mubarak aussi… ben ali et autres tyrants arabes et leurs mentors sionistes occidentaux




    0
  • Djahida
    5 août 2011 at 0 h 16 min - Reply

    Hosni MOUBAREK ne doit pas être jugé seulement pour avoir fait tuer 200 manifestants ou fourni du gaz à des prix dérisoires aux sionistes mais le Raïs déchu doit être jugé pour complot contre la grande Nation égyptienne car il a
    • Détruit le mouvement associatif , école de la citoyenneté
    • Détruit les partis, institutions nécessaires à la pratique démocratique
    • Stérilisé le champ politique pour y mettre des gens qu’on a vu à l’œuvre lors des manifestations(chameaux, pierres , voitures fonçant sur des passants innocents etc..)
    • Eliminé les élites quelles soient islamistes , laïques, nassériennes ou nationalistes
    • Muselé les médias
    • Livré l’économie à la mafia politico-financière et à la garde présidentielle en mettant à sa tête ses 2 zygotos
    • Réduit le peuple égyptien à la misère (la majorité des égyptiens exercent 2 à 3 activités différentes par jour pour arriver à subvenir au minimum physiologique
    • Assuré un soutien zélé à l’ennemi qui a humilié son pays à maintes reprises
    Et la liste est longue.

    La preuve de la lâcheté des Haggara en chef arabes , c’est qu’il n’ont pas assez de courage de se faire hara kiri comme le grand amiral Tojo ou se filer une petite pilule de cyanure comme le grand Rommel .Il préfère continuer à leurrer leurs peuples en jouant sur leur sentimentalité et le côté affectif .Même si Saddam a eu quelques réactions de pitié à son égard , malheureusement pour Moubarek , le mépris des masses arabes a été quasi-total.




    0
  • chenoui
    5 août 2011 at 1 h 46 min - Reply

    Bonsoir,

    Pour ma part, je préfère attendre pour connaitre les tenants et aboutissants de ce qu’on appelle  »la révolution Égyptienne  ». Je ne pense pas qu’il puisse y avoir des mouvements spontanés dans les pays Arabes. La manipulation n’est pas à écarter dans de telles situations. De là à parler de démocratie, c’est aller vite en besogne.

    Quant aux leçons des  »frères » Égyptiens, cela fait 50 ans que nous sommes bien servis et voilà justement où nous en sommes.
    Comme référence en la matière, vous conviendrez qu’il y’a beaucoup mieux. Pourquoi ne pas citer plutôt les nouvelles démocraties d’Amérique Latine ou bien le pays de MANDELA. Celui-ci a par contre bien appris ses leçons auprès de nos valeureux maquisards de la glorieuse ALN.

    Il ne faut pas désespérer d’un pays qui a enfanté des ABANE, BEN-M’HIDI, BOUDIAF et consorts.

    Mes salutations distinguées.




    0
  • Alilou
    5 août 2011 at 3 h 38 min - Reply

    @Djahida,

    L’amiral Tojo a ete pendu le 23 Decembre 1948 pour crimes contre l’humanité que les americains ont choisi comme bouc-émissaire afin d’eviter de pendre l’empereur de l’epoque Hirohito (126 eme) et Rommel n’avait pas trop le choix.

    Les notres n’ont aucun honneur, ils sont encore la avec l’aide des amerloques et ils ont le choix de continuer a nous pomper notre honneur qui les fait éterniser au pouvoir….

    Pour le reste c’est de la poudre aux yeux,
    excusez moi Dr Sidhoume, même si conspiration ya pas mais la donne a changé, les chamboulements actuels sont le prélude d’un long épisode de course pour la nourriture, l’eau et l’énergie pour ceux qui savent de quoi sera fait demain….quand la population mondiale aura doublé dans les prochaines années, il faudra nourrir toutes ces bouches et on le sait tous qu’il n’y aura pas assez pour tout le monde, alors…ils se préparent….et nous on fait quoi..seront nous les futures anchois de leur pizza ????

    Amicalement




    0
  • Si Tchad
    5 août 2011 at 12 h 09 min - Reply

    D’après Moubarak, les accusations du procureur sont des histoires à dormir…allongé.

    Si Tchad




    0
  • Abdelkader DEHBI
    5 août 2011 at 12 h 47 min - Reply

    @ — Alilou :

    C’est la foi qui nous manque le plus. A nous tous, y compris mon humble personne. Et je parle ici de la foi, dans l’acception la plus large du mot, à commencer par la foi en Dieu bien sûr, en tant que musulmans, mais aussi la foi dans la sincérité de nos aspirations pour notre pays, la foi dans notre propre engagement pour le changement et la foi dans nos capacités – qui sont réelles – pour contribuer à ce changement, voire à le provoquer.

    «  »ومن يقنط من رحمة ربه إلا الضٌالون » » (سورة الحجر 56)

    Le minimum que nous puissions faire – أضعف الإيمان – c’est la contestation incessante du régime illégitime en place et la dénonciation permanente, à travers toutes les tribunes accessibles, des crimes imprescriptibles qu’il a perpétrés contre le peuple algérien et des pillages quotidiens du patrimoine national auquel notre pays est livré.

    Vous évoquez avec raison les « chamboulements » en cours. Mais pourquoi ne pas y voir plutôt une aubaine historique pour nous les pays faibles, dans la mesure où les « protecteurs » étrangers de nos régimes – je veux parler des puissances de l’Occident, en particulier les Etats-Unis et la France – vont avoir fort à faire pour sauver leurs propres pays, dans les mois, voire dans les semaines à venir ? C’est dans une telle perspective qu’il nous faudra réfléchir et agir désormais, pour saisir toutes les opportunités historiques qui ne manqueront pas de s’offrir, afin de ne laisser aucune échappatoire ni aucune chance de survie au régime criminel.




    0
  • Alilou
    5 août 2011 at 13 h 48 min - Reply

    @-Mr DEHBI,

    Je suis tout a fait d’accord avec vous, mais combien de personnes comme vous et les autres sur LQA représentent comparé a cet ensemble hétéroclites d’algériens qui ne pensent qu’a comment arriver a la fin du mois sans aller chercher dans la poubelle et combien d’algériens sont au courant que le temps est enfin venu afin que nous nous unissons pour une Algérie meilleur, combien d’algériens cesseront d’être des me, my self and I, combien d’algériens sont détermines a tout risquer comme individu pour que l’ensemble puissent enfin jouir de dignité???? autant de questions qui meritent d’avoir une réponse et la réponse est simple, nous avons besoins d’une élite qui soit visible afin de donner espoirs et rallumer la flamme qui est entrain de s’éteindre dans nos coeurs par épuisement au quotidien, cette élite existe mais elle n’arrive pas a sortir de son cocon.

    Comme vous dites les USA et la France sont dans un tourbillon d’eau chaude, rien qu’hier toutes les bourses du monde ont fait une chute spectaculaire avec l’annonce de la bankroute de l’ITALIE 3eme pays mondilement endetté apres les USA et le Japon, 2.2 trillions de dollars, l »Irlande, l’Espagne, le Portugale sont dans l’eau chaude aussi cette semaine, tous ces pays sont en course pour sauver leur population et NOUS ????notre peuple continue a courrir apres le couffin de ramadan.

    La foie certe nous fait defaut et on ne fait rien pour y remedier a ce mal et pourtant, et pourtant le nombre de mosquees est collossale, dites moi SVP c’est quoi ce mal qui nous ronge a qui on n’arrive pas a trouver de cure ????

    Amicalement




    0
  • Congrès du Changement Démocratique