Édition du
26 March 2017

Algérie : une Enclosure à ciel ouvert

Ahmed Kaci

In Kalimadz

10 août 2011

 


 

L’affaire du Bois des Pins d’un quartier populaire de Hydra où un bout de forêt est saccagée pour permettre la construction d’un parking à étages et même, paraît-il, d’un centre commercial, malgré l’opposition des riverains et leurs protestations montrent une nouvelle fois la nature autoritaire du régime en place et son caractère antisocial. Pour seule réponse, les habitants du quartier ont eu droit à une armada de policiers anti-émeute et de flics en civils belliqueux, agressifs et orduriers. Des dizaines d’habitations saccagés, des hommes, des femmes, des vieilles personnes tabassées et des arbres centenaires arrachés à la tronçonneuse.

Cette affaire n’est pas unique dans les annales algériennes. La rue de Tripoli que bordaient  de chaque côté du trottoir des arbres centenaires a été défigurée pour le passage du tramway alors que des alternatives existaient pour éviter cet ignoble attentat contre la nature.  Preuve en est que dans les années 40 le tramway circulait sans nul besoin de sévir contre la nature. Le Parc National d’El-Kala est, lui, sous la menace du tracé de  l’autoroute Est-Ouest. Malgré les protestations et les pétitions adressées aux responsables pour contourner le site qui abrite des centaines d’espèces animales et végétales comme le cerf de barbarie, le lynx caracal, la hyène rayée, le renard roux ou doré, la mangouste menacées d’extinction et classé sur la liste du patrimoine national et réserve de biosphère par l’UNESCO en 1990, et depuis  1983, l’inestimable patrimoine naturel de cette région est mis sous protection par la création du Parc National d’El Kala (PNEK).  A l’Ouest d’Alger, rien n’arrête  la bunkérisation du régime et des ses clientèles. Des terres appartenant à des exploitations agricoles collectives (EAC) sont rognées, voire carrément confisquées par la construction d’une nouvelle résidence d’Etat et l’extension de la résidence du Sahel. Un épisode qui s’inscrit dans le long feuilleton de la défiguration systématique du paysage forestier de Bouchaoui et agricole celui de la Mitidja au profit de riches hommes d’affaires et de la voracité des adeptes de la culture du béton. Il ne s’agit là que d’affaires médiatisées et plus ou moins connues du grand public. Il en existe certainement de par le pays des centaines d’affaires similaires et surtout conclues dans des circonstances plus violentes.

Toutes ces affaires et de façon caractéristique celle du Bois des Pins rappellent l’histoire connue sous le nom d’enclosures qui a pour théâtre au moyen âge et ce, jusqu’au 18ème siècle l’Ecosse et particulièrement l’Angleterre lorsque les terres soumises  à un droit d’usage communautaire ont été confisquées aux paysans et aux bergers et clôturées passant ainsi dans le domaine privé. «Toute  la  société,  le  monde  rural  de  production,  les paysages britanniques seront bouleversés par ce qui ne fut pas une simple transformation technique, mais  une guerre sociale, menée manoir par manoir pendant plus d’un siècle (et qui recommencera dès 1660) par les grands propriétaires contre leurs paysans… L’exploitation d’une fraction croissante des terres commence à se faire pour le profit des maîtres et tous les moyens sont bons, de la loi à l’intimidation, de l’achat à la violence,  pour  concentrer  les  terres,  accaparer  les  communaux,  chasser  les  tenanciers,  clôturer  « l’open field » pour y pratiquer l’élevage des moutons, puis même pour y cultiver du blé lorsque à la fin du siècle les prix  des  céréales  flambent  avec  la  croissance  de  la  consommation  urbaine » (Dockès et Rosier ,  «Rythmes  économiques  :  crises  et  changement  social  une perspective historique», Coll. Economie critique, éd. La Découverte, Paris [1983], p. 29). Autres époques, autres mœurs, en Algérie de 2011, on y pratique ni l’élevage ni la culture de la laine, mais on érige des parkings, des centres commerciaux, on remplace les cultures vivrières par des blocs de ciment et de béton, on construit des voies rapides de transport de masse, mais au détriment de l’intérêt de ceux pour qui prétendument on les réalise. Et pour cause, la logique des toutes ces infrastructures est aiguillée pour ne pas dire aiguisée uniquement par le profit, le lucre et l’appropriation.

Pour l’histoire, n’appelait-on pas  l’enclosure des communs  « la révolution des riches contre les pauvres ».  Les massacres de 1997 s’inscrivent, selon toute vraisemblance, dans cette logique de prédation. En réalité,  depuis 1992, c’est toute l’Algérie qui est devenue une immense enclosure aux mains de groupes sans foi ni loi bénéficiant de l’impunité totale, sévissant au grand jour et se servant comme bon leur semble dans le « bien commun » qu’ils ont privatisé par le fer et le sang. C’est sans aucun doute les enseignements qu’on peut tirer des affaires telles que celle de Khalifa, de Brown & Root Condor , de Sonatrach, de l’autoroute est-ouest, de celle qui a valu l’emprisonnement par les cercles mafieux du maire de Zéralda Mouhib Khatir, etc.

A.K


Nombre de lectures : 1129
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Ali Menter
    10 août 2011 at 20 h 18 min - Reply

    Très bonne comparaison didactique après le terrorisme pédagogique , l’enclosure. Le pouvoir DRS a pratiquer toutes les formes historiques de terreur de masse et de prédation, d’horreur…Il porte en lui et en son sommet le mal absolu que ne laveront pas des milliers de Houdja ou de Omra.Car bien sur les monstres s’affublent de si el hadj souillant par la même le sacré…Il finissent parait-il (espérons-le) dans les souffrances infinies des ténèbres entre la vie et la mort a revoir toutes leurs horreurs…Les révélations terribles de Karim Moulay et de anp.org sur Abdelkader el djen donnent toutes la démesure de l’horreur sur laquelle règne en maître un véritable suppôt du diable qui n’ose même pas montrer son visage et dont ne circule qu’une seule vielle photo révélée par un des ses pairs au détour de quelques sinistres différent de pouvoir…Veut-il comme le diable nous faire croire qu’il n’existe pas comme ultime ritournelle? L’on ne comprendra jamais que face à l’abondance de témoignages fait aux périls de la vie de leurs auteurs l’ont continue a disserter sur le sexe des anges, l’éradication, la réconciliation, la politique…Nous sommes face à une machine de mort et de destruction qui s’est juste mise un peu en veilleuse prête à reprendre son sinistre ouvrage au moindre signe de danger quant à sa main mise absolu.Les fauves sont toujours en poste , impuni les mains pleines de sang et d’ailleurs ceux qui s’avisent à les serrer se retrouvent eux-même maudits paraît-il. Le système Toufik( qui n’est même pas bachelier ce qui fait de lui le chef de service au backround le plus faible de l’hémisphère nord et sud) est basé sur la prébende, la manipulation,la corruption etc Un véritable capo de tutti les capi avec rite d’allégeances compris.Toufik et sa clique ont consommé deux présidents et en ont assassiné un.Bouteflika semble leur donner un peu plus de fil à retordre.Ils sont pressé s’en défaire pour placer leur monstre froid civil Ouyahia et nous remettre en coupe réglé.Il vont utiliser les mêmes mécanismes si ce n’est nous replonger dans la guerre civile pour durer encore un peu et exercer leur folie mégalomaniaque dans laquelle se sente l’égal de Dieu…Stade ultime de la folie!




    0
  • Abdelkader DEHBI
    10 août 2011 at 22 h 21 min - Reply

    @ — Ahmed Kaci :

    J’aurais personnellement plutôt parlé d’anschluss…. Non pas parce que l’enclosure se faisait sans violence mais parce que dans l’anschluss, il y a une connotation nazie, qui va comme un gant aux gangsters aujourd’hui au pouvoir dans notre pauvre pays.




    0
  • Ali Mansouri
    10 août 2011 at 23 h 11 min - Reply

    L’exode rural des années 1990 dans l’Algérois, fut provoqué par les mafieux du régime, qui ont concocté un plan machiavélique pour chasser toutes les populations paysannes de leur terre, par un terrorisme barbare, commis par les islamistes infiltrés par le DRS (voir sur Youtibe »Vérités sur les massacres en Algérie (France 2):Manipulation de Djamel Zitouni et des GIA par le DRS »), vers les centres urbains: le but était, pour les gens du régime et leurs amis, de s’approprier des terres agricoles et devenir de grands propriétaires terriens comme il en existait durant l’époque coloniale. En plus bien sûr pour le pouvoir de mafieux et de criminels, afin de s’assurer du soutien des populations dans les grands centres urbains notamment tout l’Algérois,il a organisé en provenance des autres régions,le transfert au sein des institutions de populations fidèles et dévouées. Le phénomène de l’exode rural existe dans le monde, mais comme le dit l’étude de Mr Aristote, en ce qui concerne l’Algérie il a été provoqué sciemment et avec une rapidité incroyable dans un but bien précis : le pouvoir en manque de légitimité populaire, doit s’assurer la pérennité au pouvoir. Il n’y a qu’à voir l’indifférence des envahisseurs de l’Algérois lors des appels à manifester, ces gens « envahisseurs » de l’Algérois sont tout simplement des clientèles assurées pour le pouvoir qui les a récompensées par l’attribution de logements sociaux gratuits en plein centre de la capitale, alors que l’Algérie a une superficie de 2 250 000 km2.
    (liens:aristote-algeria.com,Textes 28-29-30)
    et salah-Eddine Sidhoum:Chronologie des massacres 1992-2002,algeria-watch.org)




    0
  • nadia
    13 août 2011 at 20 h 53 min - Reply

    En ce moment à Bouzereah du coté de Beausejour ,faisant face à Bou-Hammam ,une foret dense de pins plus que centenaires est sujet à l’abattage ,une partie est deja terrassée prete à etre batie .Personne ne semble etre derangé par ce massacre visible de toutes parts. J’ajouterai à titre de rappel le massacre qu’on a fait subir aux beaux et magnifiques vergers de Tixeraine ,remplacés aujourd’hui par des constructions ( maisons et locaux commerciaux ) sans aucun style architectural. Il n’y a donc aucune force qui puisse mettre fin à CES CRIMES ?




    0
  • Samy Ghashy
    14 août 2011 at 18 h 35 min - Reply

    Juste pour apporter une correction a cet interessant article, c’est depuis 1962 que cela dure et non pas depuis 1992.




    0
  • mohamed
    16 août 2011 at 11 h 10 min - Reply

    Salut,

    Meme si j’applaudis toutes les denonciations de ce regime et les crimes humains, materiels, environmentaux, politiques commis depuis l’independance, ces actes ne sont plus choquants, c’est devenu mere nature et le vivre quotidien de tout les citoyens. Rien ne choque, tout est devenu ordinnaire et quotidien. je suis sur au meme moment que cet article a ete publie, d’autres crimes ont ete commis ailleurs dans le pays. Nous vivons dans ce delire devenu habituel qui reveille un orgeuil et un sentiment d’incapacite insuportable. L’injustice ne fait que cultiver la rage et prepare de meilleurs jours. Seulement pour qu’un changment arrive, il faut que ce peuple se secoue. malheureuseument, comme je l’ai mentionne ailleurs dans ce forum, le peuple Algerien n’est tout simplement pas pret. il continue de profiter de cette prosperite economique et s’inquiete beaucoup plus a courrir apres l’argent qu’apres les principes. et nos chefs le savent, tant qu’ils continueront a alimenter cette economie anarchique, le peuple Algerien restera occuper a courrir apres la richesse. L’ignorance fait que ce peuple n’est pas conscient de la vraie realite economique de l’algerie. Un pays tant fragile et febrile sur tout les aspects. il suffit que ce maudit petrole baisse de prix. Mais tant que l’Algerien peut vivre, rien ne changera. Le changement a un prix, et ce prix ne se chiffre pas en dollars malheureusement…nous n’avons pas encore toucher le minima…




    0
  • Elvez Elbez
    16 août 2011 at 13 h 29 min - Reply

    Nous nous sommes tus comme des lâches, à ce jour, lorsque femmes, enfants, vieillards, jeunes et adultes ont été massacrés à Raïs, Bentalha, Benimessous, Mascara, Médea…, Lorsque parmi les meilleurs de cette Algérie algérienne Djaout, Mekbel, ,Matoub, des journalistes, des écrivains, des médecins et des hommes et des femmes ont été liquidés par le terrorisme pédagogique….
    Alors tout est permis pour eux, car la vie d’un Algérien et d’une Algérienne ne valent pas mieux que leur conteneur de l’import import…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique