Édition du
27 March 2017

URGENT : BACHAR AL ARNAB lâché par ses Maîtres occidentaux !

WASHINGTON (AP) 18 août 2011. 16h — Barack Obama a appelé jeudi le président syrien à quitter le pouvoir.

Bachar el-Assad doit démissionner pour le bien du peuple syrien, a déclaré le chef de la Maison Blanche.

C’est la première fois que Barack Obama demande explicitement le départ du dirigeant, alors que plus de 1.800 personnes sont mortes en Syrie dans la répression depuis le début du mouvement de constestation contre le régime à la mi-mars, selon des organisations de défense des droits de l’Homme.

Le président syrien « emprisonne, torture et tue son propre peuple », a lancé Barack Obama.

La secrétaire d’Etat Hillary Rodham Clinton doit s’exprimer dans la journée sur la position plus dure adoptée par Washington, qui a déjà pris des sanctions contre la Syrie en raison de la répression. AP

=============================

Obama,Merkel, Sarkozy et Cameron: « Il est temps que Bachar el Assad parte »

Par LEXPRESS.fr avec REUTERS, publié le 18/08/2011 à 09:25, mis à jour à 16:00

Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et David Cameron appellent le président syrien Bachar al-Assad à « quitter le pouvoir » et se prononcent pour « de nouvelles sanctions fermes » contre son régime, ce jeudi.

Barack Obama a pour la première fois signifié ce jeudi que le temps était venu pour le dirigeant syrien Bachar al-Assad de « se retirer » et a annoncé de nouvelles sanctions très dures contre le régime.

« Nous avons à maintes reprises expliqué que le président Assad devait mener une transition démocratique ou démissionner. Il n’a pas mené (cette transition). Dans l’intérêt du peuple syrien, le temps est venu pour le président Assad de se retirer », explique Barack Obama dans un communiqué, ajoutant que les Etats-Unis respecteront la volonté de changement du peuple syrien.

Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et David Cameron ont eux aussi appellé le président syrien à « quitter le pouvoir » et se sont prononcé pour « de nouvelles sanctions fermes » contre son régime, jeudi dans une déclaration commune. Les trois pays « estiment que le président Assad, qui a recours à la force militaire brutale contre son propre peuple et qui porte la responsabilité de la situation, a perdu toute légitimité et ne peut plus prétendre diriger le pays ». « Nous l’appelons à tirer les conséquences du rejet total de son régime par le peuple syrien et à quitter le pouvoir, dans l’intérêt supérieur de la Syrie et de l’unité de son peuple », affirment-ils également. « La violence en Syrie doit cesser maintenant », ajoutent-ils.

La fin des opérations des forces armées démenties

Bachar al Assad avait assuré mercredi à Ban Ki-moon que les opérations des forces armées contre les manifestants avaient cessé. Mais les opposants syriens ont annoncé jeudi que de nouveaux massacres s’étaient produits dans la nuit de mercredi. Les milices pro-Assad ont abattu deux manifestants à Homs, après les prières du Ramadan, et les forces de sécurité ont bombardé des quartiers de Hama et de Damas. Le président français Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton ont exprimé la même demande ce jeudi.

Lors d’un entretien téléphonique avec le président syrien, Ban Ki-moon avait auparavant « exprimé son inquiétude face aux dernières informations faisant état de violations répandues et continues des droits de l’homme et de l’usage excessif de la force par les forces de sécurité syriennes contre les civils, y compris dans le quartier d’Al Raml à Lattaquié, où vivent plusieurs milliers de réfugiés palestiniens« . Ban Ki-moon plaide pour l’ouverture d’une enquête indépendante sur la mort de manifestants et sur les actes de violence.

Session spéciale du Conseil des droits de l’homme lundi

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU tiendra lundi une session spéciale sur la situation en Syrie, à la demande de l’Union européenne, des pays arabes, et des Etats-Unis. La demande de session spéciale, une procédure peu fréquente, a été déposée par 24 pays membres, soit plus du tiers nécessaire pour convoquer les 47 membres du Conseil des droits de l’homme dont le siège est à Genève.

Les membres du Conseil devraient s’accorder sur une résolution condamnant la répression et demandant l’ouverture d’une enquête sur les violences des forces syriennes contre les opposants.

Alors que la répression s’intensifie, l’ONU avait annoncé mercredi avoir retiré de Syrie environ 25 membres de son personnel international et des dizaines de membres de leurs familles en raison de craintes de plus en plus aiguës concernant leur sécurité.

La Turquie manifeste son impatience

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a comparé la situation en Syrie à celle de la Libye. « Nous avons fait ce qui était en notre pouvoir en Libye, mais cela n’a donné aucun résultat probant, a déclaré Recep Tayyip Erdogan. Aujourd’hui, la situation libyenne est devenue un problème international. »

Toutefois le ministre turc de la Défense, Ismet Yilmaz, a démenti mardi que la Turquie avait pas l’intention de créer une zone tampon sur sa frontière avec la Turquie, comme l’ont affirmé des médias turcs. La Turquie héberge actuellement quelque 7.000 réfugiés syriens dans des camps dans la province de Hatay.

Offensive contre les quartiers sunnites de Lattaquié

Obama,Merkel, Sarkozy et Cameron: "Il est temps que Bachar el Assad parte"Idé 

Mercredi soir, les forces de sécurité syriennes ont encore tué 9 personnes à Homs, selon des organisations de défense des droits de l’homme. Par ailleurs, selon des habitants, les forces syriennes ont lancé une offensive contre les quartiers sunnites du port de Lattaquié et ont conduit des dizaines de personnes dans un stade de la ville, et dans un cinéma, selon des organisations de droits de l’homme. Lundi, six civils sont morts à Lattaquié où 26 personnes avaient péri dimanche.

Selon les organisations de défense des droits de l’homme, plus de 2 000 personnes sont mortes en Syrie depuis le début de la contestation populaire déclenché mi-mars.


Nombre de lectures : 2145
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Nazim
    18 août 2011 at 21 h 49 min - Reply

    Le président syrien « emprisonne, torture et tue son propre peuple », aurait donc lancé Barack Obama. Dois-je conclure par là, qu’il est licite d’emprisonner, torturer et tuer les autres peuples ?
    Assurément, et les actes plus encore que les propos du président américain (prix Nobel de la paix !) sont on ne peut plus explicites à ce sujet. Le gendarme du monde sévit aux quatre coins de la planète, emprisonnant par-ci, tuant par-là, mais surtout : manœuvrant et pillant partout.
    C’est pour ça que dans tous les cas, devant toute «UNE» de l’actualité, il est souvent instructif de se poser la question de savoir «à qui profite le crime ?».
    Et maintenant que ledit «BACHAR AL ARNAB» (pourquoi ce sobriquet ?) a reçu l’injonction de partir, qu’adviendra-t-il de la Syrie. Va-t-on aller, comme en Irak vers des décennies de destruction systématique, une cinquantaine d’années d’instabilité et un siècle de paix gagnée pour Israël ? Puis, une fois la Syrie mise hors d’état de nuire, ça sera le tour de qui ?
    Je ne veux pas dire par-là, que Saddam Hussein ou le Dr Bachar (il a au moins le mérite d’avoir fait des études) soient de malheureux innocents. Mais, ils ne sont pas plus coupables que tous les autres dirigeants «arabes». Tous, comme ils sont, ils utilisent tout ce qui est à leur portée pour museler, brimer et tyranniser leurs peuples. Pour cela, ils instrumentalisent tout (la religion, la culture, l’histoire, le «sang des martyrs»,…). Et, cela dure depuis des lustres. Les hommes passent, les habitudes persistent et se renforcent.
    Cela-dit, c’est un fonctionnement qui n’est pas la propriété exclusive de nos gouvernants (qui ne viennent pas de la planète Mars), il est aussi celui de la majorité de notre peuple.
    En faisant mon marché ce matin, j’ai senti encore une fois combien le problème est difficile et le mal profondément enraciné en nous. Je rentre chez le boucher et une fois arrivé mon tour d’être servi, Une voix s’élève derrière moi pour demander qu’on s’occupe «bien» de moi : «T’hala fih Ahmed. Hada h’bibna, Tawe3na !». C’est-là une de ces banalités auxquelles on ne fait presque plus attention, mais qui montrent, si on réfléchi un peu, combien nous sommes : Faux, hypocrites, perfides et méchants.
    Avec de tels esprits et une telle culture de base, peu importe qui sera aux commandes ( Kaddour ou Boualem) et peu importe le système en place (république, royaume ou théocratie), le résultat sera toujours identique : Le chaos programmé. C’est je crois, Bennabi qui parlait de colonisation et de «colonisabilité».




    0
  • NEDJMA
    18 août 2011 at 23 h 02 min - Reply

    @nazim

    Les peuples arabes sont capables de destituer leurs despotes et tenir une position anti-imperialiste et anti-sioniste incountournable.

    Je peux marcher sur mes 2 pieds et macher de la gum pas vous?

    cordialement




    0
  • Andalousya
    19 août 2011 at 0 h 23 min - Reply

    Que dire des prisonniers musulmans innocents de Gawantanmo torturés ,par les bourreaux americains ?
    A ce sujet,à quand une ingerence humanitaire pour sauver des hommes emprisonnés loin de chez eux ?!!!
    Il n’y a pas que bachar el assad, and co !
    les occidents doivent payer de leurs crimes contre l’humanité tout comme moubarak, ben ali el assad ali saleh etc etc…alors il suffit !




    0
  • Nazim
    19 août 2011 at 0 h 55 min - Reply

    @Nedjma
    Effectivement, les peuples «arabes» peuvent destituer leurs despotes et ils l’ont montré à plusieurs reprises. En revanche, ils n’ont jamais été capables de destituer le despote qui est en eux et cela aussi, ils l’ont montré. D’où la suite ininterrompue de despotes remplaçant d’autres despotes dans la plupart (pour ne pas dire tous) des pays dits «arabes».
    Par ailleurs, s’il vous arrive marcher et mâcher de la Gum en même temps, je suis bien content pour vous. Mais je ne considère pas cela comme un super exploit, du moment que c’est quelque chose qui est à la portée que n’importe quel ruminant.
    En revanche, il faut savoir qu’en face de nous, il existe des gens qui font non pas deux, mais trois choses en même temps : ils peuvent réfléchir, nous faire marcher et nous vendre de la Gum tout en n’ayant l’air de rien. Ceux-là, utilisent leur cerveau et pas seulement leurs pieds et leurs mâchoires. C’est à ça qu’on devrait aspirer nous aussi et à ça que je faisais allusion dans mon premier commentaire.




    0
  • mohammed
    19 août 2011 at 8 h 47 min - Reply

    bientot un mandat d’arret international contre ce lapin
    puis va venir le tour de bouteflika et sa mafia




    0
  • NEDJMA
    19 août 2011 at 20 h 36 min - Reply

    Pour vous et (les gens d’en face qui savent tout)l’histoire des arabes est un bain de sang continu;
    le despotisme et le colionisé en vous n’est pas absurde il signifie l’amalgame et la généralisation.

    l’histoire obscurantiste occidentale,les fascismes et les colinialismes et l’imperialisme sont-ils comparables au despotisme arabo-musulman?

    Les gens d’en face,votre spécificité est dans l’impasse.




    0
  • Hakkai
    21 août 2011 at 20 h 20 min - Reply

    Il y a dans certains titres et commentaires, quelques excès de langage démesurément irrévérencieux et totalement injustifiés. Jusqu’à preuve du contraire, le Président Bachar Al Assad est le président d’un pays souverain, membre fondateur de l’ONU, de la Ligue des Etats arabes, de l’OCI, et de bien d’autres organisations régionales et internationales. A ce titre, un minimum de respect lui est dû, sinon pour sa personne, du moins pour le peuple qu’il représente. Je n’accepterais pas, moi, que le président de mon pays, -même si je le haïssais au plus haut point-, fasse l’objet d’insultes de la part d’étrangers, quels qu’ils soient.
    Soit ! Tuons et décapitons nos dictateurs, chacun le sien, mais ayons le courage de le faire par nous-mêmes. A défaut de quoi, restons vautrés dans notre veulerie et notre lâcheté et abstenons-nous de nous immiscer dans les affaires des gens, ou de leur donner des leçons dont ils n’ont que faire !
    Les évènements actuellement en cours en Syrie ont donné à voir au monde entier,-à l’exception des aveugles qui ne veulent pas voir-, que la légitimité de ce président est incontestable et que sa cote de popularité est, en cette période précise, de loin supérieure à celle de Barak Obama, de Nicolas Sarkozy ou de celle de David Cameron, dans leur pays respectif.
    Dès lors, de quel droit ces dignes représentants de nations colonialistes prédatrices et génocidaires peuvent-ils bien se prévaloir pour décréter la légitimité ou non, d’un chef d’Etat de pays étranger souverain ?! Rappelons tout de même qu’il y a à peine un peu plus d’une année, le Président Bachar Al Assad était l’invité d’honneur de N.Sarkozy, aux côtés duquel il s’est tenu tout au long du défilé militaire du 14 Juillet sur les Champs Elysées, à Paris.
    Cela pendant que M. Mouammar Kadhafi s’occupait, lui, de dresser sa tente dans les jardins du Palais du Quirinal, à Rome, après l’avoir dressée plus d’une fois auparavant, sur les pelouses de l’Elysée!
    Qu’est ce qui a bien pu provoquer leur soudaine disgrâce? Pour ce qui concerne le Président Al Assad, juste le fait qu’il ne soit pas un « Arnab », mais plutôt un homme de grand courage, -d’aucuns diraient : folie suicidaire-, pour avoir osé rejeter les injonctions américaines : 1.de rompre ses liens avec l’Iran, 2.de cesser de soutenir le Hezbollah libanais et … 3. de reconnaître l’Etat d’Israël ! Ce sont les trois conditions qui lui ont été posées très officiellement sur la table et auxquelles il était TENU de donner suite au plus vite s’il veut avoir la paix ! C’est que, après celui de l’Iraq, du Soudan, de la Tunisie et de l’Egypte, – en attendant celui, inéluctable, de l’Algérie, du Maroc et du Liban, – le tour de la Syrie était déjà arrivé ! Voilà tout le « secret » de Polichinelle qui entoure la chose.
    La menace est prioritairement américaine, mais les seconds couteaux chargés des basses oeuvres sont, en premier lieu la Turquie, suivie de la France et de l’Angleterre, toutes trois ennemies héréditaires des Arabes.
    Qui peut-être encore assez sot aujourd’hui, pour croire que notre liberté nous serait larguée de sous les ailes des chasseurs-bombardiers américano-franco-britanniques ?
    Regardons un peu du côté de la Libye ! Ce pays hier encore relativement heureux et prospère, – avec un niveau de vie bien supérieur à celui de l’Arabie Saoudite-, est aujourd’hui totalement dévasté et ruiné par la grâce d’un quartet d’essence mafieuse, soudainement soucieux de la liberté des citoyens arabes, après que les avions de l’OTAN,- cette Organisation Terroriste de l Atlantique Nord-, les eût « génocidés » des années durant.
    P.S : Sait-on que la Syrie est encore le seul pays arabe en état d’autosuffisance alimentaire et exempt de toute dette extérieure ? ».
    ========================
    Je crois que nous n’avons aucune leçon d’éthique politique et encore moins d’éducation tout cours à recevoir de quiconque et à plus forte raison d’anonymes. Les voyous criminels, qui dirigent certains pays du Maghreb et du Machrek venus au pouvoir par des coups d’Etat, qui mènent des guerres contre leurs propres peuples en utilisant blindés et Scuds et qui traitent leurs peuples de « rats » et de « microbes », ne méritent aucun respect des femmes et d’hommes dignes et libres de ces pays. Ils ne méritent qu’un profond mépris. Désolé, ces criminels et autres voyous ne représentent nullement les peuples. HACHA. En aucun cas nous ne porterons atteinte à des Hommes d’Etat tels que Wade, Walesa, Obama, Vaclav Avel, Atta-Mills, Mahathir, Lula Da Silva et autres chefs d’Etat du Monde, élus démocratiquement par leurs peuples souverains.
    C’est votre droit enfin de tirer vos conclusions concernant notre site.
    Cordialement.
    La Rédaction de LQA




    0
  • Congrès du Changement Démocratique