Édition du
25 July 2017

La fin du rat de Tripoli

Adel Herik

Gaddafi continue, alors que la bataille finale pour la prise de Tripoli par les insurgés est engagée, à traiter ces derniers de «rats sales et puants, traîtres qui se sont mis au service de Sarkozy et des Croisés de l’OTAN».

Je suis au jour le jour les évènements en Libye depuis 6 mois sur les chaînes satellitaires (Al-Jazeera International et Al-Alam) et j’ai vu dans les rangs des insurgés de jeunes Libyens tout à fait ordinaires et normaux, dont beaucoup étaient des cadres qui ont quitté leur travail pour participer à la lutte contre Gaddafi et son armée. Ils sont inexpérimentés mais résolus et décidés à en finir avec celui qu’ils ont toujours considéré comme un tyran.

La guerre, ils ne l’ont pas choisie; c’est Gaddafi qui l’a imposée, appelant ses sbires à en finir avec les «rats». Malheureusement pour lui, les «rats» vont finir par le déloger de son trou comme un rat! Son inconscience – de même que celle de ceux qui le soutiennent – est proprement ahurissante et dénote une déconnexion totale de la réalité. Cet homme est prisonnier de son délire.

Il aurait pu, dès le départ, éviter toutes les épreuves qu’il a fait subir à son peuple et la destruction de son pays, en acceptant de dialoguer avec les insurgés et en les traitant tout simplement comme des êtres humains et non comme des «rats». Ce sont pourtant des Libyens, comme lui, et tout ce qu’ils ont demandé c’est la démocratie et le droit de décider de leur sort en toute liberté. Mais Gaddafi considère la Libye comme sa propriété privée, qu’il compte léguer à ses enfants.

Hélas pour lui, tous ses calculs se sont avérés faux.

Ne vous laissez pas influencer par sa propagande pseudo-nationaliste et pseudo-révolutionnaire. Un homme qui préfère engager son pays dans une guerre civile plutôt que de céder le pouvoir qu’il détient sans partage depuis 42 ans ne mérite aucun respect. Un homme qui dit ne détenir aucun pouvoir et qui envisage de laisser le pouvoir à son fils, qui parle déjà comme un chef d’État alors que personne ne l’a élu, ne mérite aucun respect.

Pour ma part, j’ai plus de respect pour ceux qu’il appelle les «rats» et j’ai confiance en leur capacité à ramener rapidement la paix et la concorde en Libye, une fois Gaddafi et ses sbires partis.

Après les Tunisiens, les Égyptiens, les Yéménites, les Bahreinis, les Libyens et les Syriens, je crois que ce sera inéluctablement au tour des Algériens de décider s’ils veulent continuer à vivre éternellement sous la botte des généraux et de la clique qui les soutient ou relever le défi et s’engager sur la voie de l’honneur et de la dignité. La liberté ne se donne pas.

Cordialement


Nombre de lectures : 2106
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • NEDJMA
    21 août 2011 at 21 h 22 min - Reply

    Quand les peuples arabes se mettent en marche sous la noirceur ils déterrent l’espoir,la dignité et le courage de vaincre.

    Au tour de mon peuple et de mon pays solaire.

    À bas les les traîtres de l’interieur et de l’exterieur.




    0
  • mohammed
    21 août 2011 at 22 h 33 min - Reply

    dapres les information lassin kadafi sest enfuis en algerie




    0
  • Rédaction LQA
    22 août 2011 at 0 h 34 min - Reply

    Selon Al Jazeera (23h 30), deux avions sud-africains auraient atterri à l’aéroport de Tripoli.




    0
  • Salah-Eddine SIDHOUM
    22 août 2011 at 0 h 45 min - Reply

    Il n’y a pas, mon cher Adel, que Keddafi qui insulte les jeunes résistants et les traite de traîtres. Notre abrutigentsia locale, au service de l’ignorance au pouvoir s’y met aussi doctement pour insulter le peuple libyen et crier à un complot impérialo-sioniste contre le Rat de Tripoli et le Lapin de Damas. Triste image que donnent certains de nos alphabétes. Soumission, allégeance et aplat-ventrisme pour la khobza.




    0
  • Afif
    22 août 2011 at 0 h 58 min - Reply

    @ Adel :

    Vous dites : « Ce sont pourtant des Libyens, comme lui ».

    Etes-vous sûr que lui, il est lybien ?




    0
  • SAMI
    22 août 2011 at 2 h 03 min - Reply

    Notre tour à nous algériens et puis marocains de se détacher de notre servitude volontaire. Les régimes ne sont forts que parce qu’on est complice de nos compromissions et nos lâchetés. A nous de libérer ensuite le Maghreb du protectorat français et de ses gendarmes: les régimes illégitimes et ses acolytes, les bourgeoisies compradores.




    0
  • aquerado
    24 août 2011 at 18 h 14 min - Reply

    Salam,
    Voila la fin d’un dictateur qui aura dure plus de 40 ans qui voit partir avec lui une certaine epoque ou ideologie ou on voulait melanger le socialisme a l’islam pour en faire une theorie insipide. Le livre vert en est un exemple frappant d’arrogance et de suffisance. A l’exemple du baathisme de l’Irak ou de la Syrie, ces ideologies construites sur de faux postulats sont en train de s’effondrer ou deja mortes. Tous ces regimes qui dans les annees 70 avaient le vent en poupe sont en train de tomber un par un sous l’effet du printemps arabe non pas que ces dictateurs soient devenus faibles ou plus humains, mais parce que les arabes ne croivent plus a leurs ideologies et mensonges et sont pret a mourir pour leur liberte. Aides par les nouvelles technologies, l’information circule plus vite, les Lybeens ont reussi finalement a deloger ce pantin qui s’avere etre un minable mettant serieusement en danger l’integrite de leur territoire. A l’heure actuelle il est tres important que les Lybeens reste la tete froide et evite la barbarie ou la vengeance et juge d’une maniere equitable les fauteurs de troubles car l’avenir de leur pays est en jeu, il ne s’agit pas aussi de traiter kadafi comme saddam hussein ou mussolini mais de le juger humainement et laisser le peuple decider de son avenir. Par la meme j’envoie mes felecitations et mes meilleurs voeux de reussite au peuple Lybeen.




    0
  • Djahida
    24 août 2011 at 22 h 04 min - Reply

    Quand on voit le fameux palais bunker dar el azizia on comprend la grande malédiction des arabes (et des africains aussi)un palais sans aucun style des arbres sales , non élagués entourés de buissons touffus et sales,des pelouses alopéciques des murs aux couleurs repoussantes, des constructions hétéroclites dysharmonieuses.Voilà quand un « rural » imbu de sa petite personne tarée wald el badia , el khaima gouverne un pays des plus riches au monde 5 fois millénaire;
    bab el azizia est l’échantillon représentatif des dictateurs arabes et africains avec la médiocrité , l’ignorance et la méchanceté avec la lâcheté et la hogra du peuple en plus.Bravo pour la jeunesse lybienne.Quoiqu’il advienne la Lybie sera nettement mieux qu’avant.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique