Édition du
29 March 2017

Bavure de la gendarmerie nationale à Bordj Sabat (Guelma) Les habitants réclament une commission d’enquête

El Watan, 23 août 2011

Les affrontements qui ont duré toute la nuit de dimanche et la journée d’hier, entre les éléments de la Gendarmerie nationale et les habitants de Bordj Sabat, située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Guelma, se sont soldés par la mort d’un père de famille et une vingtaine de blessés parmi la population.

Après la mort de la victime, des habitants ont réclamé hier dans la matinée une commission d’enquête. «Nous avons bloqué pacifiquement les axes routiers menant à Bordj Sabat pour attirer l’attention des autorités locales, car nous sommes sans eau depuis le début du mois de Ramadhan, mais contre toute attente nous avons été chargés par les brigades antiémeute de la gendarmerie avec usage de gaz lacrymogène», nous relatent des habitants.
Et d’ajouter : «Il y a eu mort d’homme ; la victime a reçu au visage une bombe lacrymogène à bout portant, alors qu’elle se trouvait à quelques pas de son domicile.» Un triste sort pour Souillah Miloud, un ex-militaire rescapé de la guerre israélo-arabe. Il n’est pas mort sur le front en Egypte, mais chez lui. Il a laissé une veuve et sept enfants orphelins. Hier, en début d’après-midi, les habitants de cette commune ont maintenu le blocus de leur agglomération.

C’est un village sinistré que nous avons découvert. Aucun magasin ouvert et le siège de l’APC a été fermé. Des barricades et des pneus brûlés sont visibles dans chaque coin de rue. Des personnes blessées au visage et aux membres racontent ce qui leur est arrivé. «La gendarmerie n’a pas fait dans la dentelle», nous dit-on. «Les jeunes ont été pourchassés jusque dans les domiciles», ont affirmé des témoins.
Au moment où nous mettions sous presse, les habitants réclamaient également la venue du wali de Guelma. En fait la population crie au complot. Un rapport erroné des services de sécurité aurait fait état de la mise à sac du siège de l’APC et de la brigade de la gendarmerie. Ce qui a conduit à une mesure répressive aveugle, concluent nos interlocuteurs.

Karim Dadci



Nombre de lectures : 2626
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • balak89
    23 août 2011 at 16 h 36 min - Reply

    La liste des « bavures » est tres longue,elle est toujours ouverte.En fait l ‘impunité ,de facto, dont jouissent les services de securité les encouragent a se debarrasser de toutes les personnes qui les genent.Citoyens ne vous exposez pas,nous sommes au Far west ou si vous preferez dans la jungle.




    0
  • A.B
    23 août 2011 at 18 h 09 min - Reply

    COMMISSION D’ENQUÊTES !!! QUI VA ENQUÊTER !!! PAR QUOI COMMENCER …!!!!Y A T-IL EU UNE SEULE COMMISSION D’ENQUÊTE JUSTE ET ÉQUITABLE EN ALGÉRIE DEPUIS 1962 ????!!!!
    CEUX QUI CROIENT ENCORE EN LES ACTUELS DICTATEURS-CRIMINELS-RATON …ILS PEUVENT ATTENDRE…PEUT ÊTRE JUSQU’À ÉPUISEMENT DU PÉTROLE ALGÉRIEN.




    0
  • belka
    23 août 2011 at 20 h 06 min - Reply

    encore ce corps decidement, et comme c pas la kabylie c sous politisé ds kk jours en passera a autre chose dommage oulach smah oulach.




    0
  • kezako
    24 août 2011 at 15 h 14 min - Reply

    une blague qui a circulé dans les années 90 disait:  » celui qui ne s’est pas instruit sous le regne de Boumediene ne sera jamais instruit; celui qui n’a pas volé sous le regne de Chadli ne volera jamais rien; celui qui n’est pas mort sous Zeroual ne mourra jamais » et la blague s’arrete la, car on était en 90.
    pour l’actualiser, il faudrait ajouter:  » celui qui n’a pas corrompu ou n’a pas reçu de pots de vin sous le regne de Boutef 1er (Dieu nous preserve d’un 2èm ou d’un 3èm) risque de finir centenaire ».
    En 2011, on meurt de tout et si facilement. quand la route ne vous tue pas, il y a le terro qui vous attend plus loin. si par miracle, on parvient à en rechapper, l’innocent remede dont vous attendez soulagement vous emportera. et si malgré tout, vous persistez à demeurer vivant, une balle perdue vous arrachera à cette vie de mort-vivant et à cette terre d’Algérie encombrée de tous les maux, à croire qu’une malédiction est suspendue au dessus du pays et qu’elle ne se relachera jamais.
    une lueur d’espoir à l’horizon? j’ai beau ecarquillé les yeux, je n’en vois pas.




    0
  • HICEM
    25 août 2011 at 15 h 15 min - Reply

    Ceux qui nous gouverne nous prenne pour des brebies




    0
  • belka
    26 août 2011 at 22 h 06 min - Reply

    @kezako c vrai en fini par penser que c une terre maudite.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique