Édition du
28 March 2017

Le pouvoir fait dans l’humour : l’Algérie est une démocratie!

In lanation.info
Ahmed Selmane
Lundi 29 Août 2011

Vous pensiez que trois dictatures qui tombent en Afrique du nord donneraient à réfléchir à ceux qui tiennent le pouvoir en Algérie ? Vous avez raison… Ils ont tellement pensé, pensé, pensé qu’ils ont fini par trouver qu’ils ne sont pas si mauvais comme ça et que l’on peut continuer indéfiniment tant que le pétrole est là… et qu’il donne de possibilités de faire des arrangements avec des amis blancs qui, on le voit, finissent à la moindre bourrasque importante par devenir des « ex-amis »…

Ceux qui nous gouvernent n’ont pas le sens de l’humour. Mais le communiqué du Conseil des ministres publié dimanche 28 aout et 28 Ramadhan n’en manque pas pour qui sait lire… Vous pensiez que l’Algérie est un pays où la politique est une fiction et l’alternance une virtualité non virtuelle, le communiqué vous le confirme. Vous pensiez que vous ne vivez pas en démocratie et que des appareils sécuritaires managent un peu trop au corps les partis et tout ce que nous comptons, encore, comme élites, là vous entrez en territoire interdit, tabou. Et le communiqué, plein d’humour du Conseil des ministres, vous fait la mise au point : on est bien une démocratie. La preuve on vous aménage la loi sur le système électoral et on vous donne tout ce que vous voulez : une présence plus importante de vos observateurs dans les urnes, des PV de dépouillements illico-presto et, tenez-vous bien car c’est une révolution, les magistrats vont superviser de bout en bout l’opération électorale. Bref, nous vous donnons les moyens de vérifier que nous ne fraudons pas et on veut faire de vous les témoins que nous sommes en démocratie. Cela ne vous donne pas le sourire ? Vraiment, que demandez-vous de plus ? «J’espère que tout cela mettra fin au doute sur la transparence des prochaines élections, ou sur la possibilité d’une alternance au pouvoir par la voie des urnes, chaque fois que le peuple souverain le décidera ». C’est sérieux ! C’est le président Bouteflika que le dit, ne persiflez pas… Vous baignez depuis 20 ans dans la démocratie sans vous en rendre compte. Il n’est donc pas question de changer quelque chose.

Le pouvoir fait dans l’humour : l’Algérie est une démocratie!
Un chouia par ci, un chouia par là

Bien sur, on peut réformer un chouia ici et là et on distribuera un autre petit chouia ici et là, mais sinon que demandez-vous de plus ? Une discussion sur les raisons qui ont fait que jamais dans ce pays la Constitution (et les lois) ne s’est imposée comme une règle impérieuse aux détenteurs du pouvoir? Mais non, surtout pas ! Nous avons fait une « réconciliation » – le peuple « souverain »l’a adopté – pour qu’on ne remue pas le passé, qu’on n’ouvre pas les couvercles des puits, pour qu’on ne déterre pas les cadavres enfouis dans les placards… Et puis ça sert, à quoi ? Quand les « intérêts supérieurs » du pays l’exigent, il faut avoir la possibilité de régler les choses en dehors des « carcans » de la Constitution et des lois. Tout est question d’habillage. Ouyahia est pour la limitation des mandats présidentiels aujourd’hui et il a été un grand bendir-man du troisième mandat de Bouteflika. L’explication, il nous l’a donnée il y a quelques semaines avec un sens de l’humour bien involontaire : le peuple « a demandé un troisième mandat pour le président et non pas l’amendement de la Constitution et l’ouverture des mandats ». Mais Ouyahia est prudent. Pas question d’enfermer les « décideurs » – décidemment ! – dans la vulgaire obligation de respecter la loi : si on rétabli la limitation des mandats cela ne veut pas dire que nous ne pourrons pas en ressortir un jour. « En cas de conjoncture particulière dans l’avenir qui nécessiterait une gestion extraordinaire, l’Algérie pourrait revenir au système de plus de deux mandats présidentiels ». Gestion extraordinaire ! C’est beau n’est-ce pas ? C’est à l’aune de l’utilisation saisonnière de la loi qu’il faut apprécier les assurances données par le Conseil des ministres. Après avoir combattu les réformes pendant vingt ans, le régime a décidé qu’il fallait réformer – des textes – pour ne pas faire de changement. N’est-ce pas qu’ils ont du sens de l’humour…. ?

Le pouvoir fait dans l’humour : l’Algérie est une démocratie!
Terrorisme et éradicateurs attardés

Le ramadhan a pris fin par un attentat contre le mess des officiers de l’académie interarmes de Cherchell. La Kabylie a connu une situation sécuritaire tendue et des morts. Comment est gérée la sécurité des algériens aurait été, dans un système démocratique non-spécifique, un débat brulant. Ailleurs, on aurait demandé des comptes avec précision à des gens précis, ici on n’a que le néant. Et un vieux discours de quelques éradicateurs idéologiques attardés qui se sentent floués par le fait que les arrangements, opaques, conclus par leurs amis « républicains » avec leurs ennemis «islamistes » le réduisent à un rôle folklorique. Les éradicateurs idéologiques n’ont toujours pas compris que le système conclut des arrangements pour lui-même, pas pour eux. Et surtout ces éradicateurs en remettant au gout du jour les appels au bannissement des islamistes orchestrent la plus formidable des diversions. Cela fait 20 ans que l’on est en guerre contre les islamistes et les terroristes « résiduels ». Un temps si long sans en finir aurait normalement amené à poser des questions élémentaires : utilise-t-on les bonnes méthodes ? N’est-on pas devant un grave problème de compétence ? Ceux qui subissent le « résiduel » qui dure n’ont pas besoin d’un débat idéologique. Ils ont besoin de comprendre pourquoi cela ne « marche pas ». Dans une démocratie non spécifique, ceux qui sont en charge de la sécurité seraient contraints de s’expliquer sur leur action…ou leur inaction. Ils rendent des comptes. Les débats sans fin sur l’islamisme sont une grande diversion. C’est comme mener la guerre à la Hidjama alors qu’une grosse pénurie de médicaments sévit dans le pays. On finira par accuser la Hidjama… et disculper ceux qui sont en charge de la santé publique. Gageons que cela ne déplaira pas à Ould-Abbès.

Le pouvoir fait dans l’humour : l’Algérie est une démocratie!
Libye – Kadhafi dans la nature, Alger est sans voix

Kadhafi est dans la nature et Alger est sans voix. Ou alors réduite à l’exercice hautement méritoire d’occupation de l’espace par le porte-parole des affaires étrangères, M.Amar Belani. C’est vraiment, le seul héros officiel algérien de cette guerre libyenne. Avec les limites du genre. On sait que dans les codes non-écrits du régime qui se pense une démocratie, ceux qui n’ont pas le pouvoir tout court n’ont pas le pouvoir de dire. Et quand leur fonction est de dire, on imagine parfaitement leur dilemme et les contorsions linguistiques qu’ils doivent faire pour qu’ils puissent dire sans dire… Amar Belani est le héros officiel d’une grande vacuité de la diplomatie algérienne. Kadhafi est en fuite et nous déployons des forces à la frontière avec la Libye. Une mesure qui suffit à elle seule à démontrer que la Libye n’est pas une affaire étrangère. Bien sur, on ne sera jamais de ceux qui veulent aligner l’Algérie sur l’Otan. La réserve, contrainte dans l’expression, de l’Algérie à ce sujet se défend. A défaut d’intervenir au tout début en soutenant la population contre les menaces terrifiantes de Kadhafi, l’Algérie s’est contraint à une posture purement passive. La fameuse diplomatie algérienne en a été réduite à compter les coups et à recevoir les admonestations des rebelles. Il n’est pas nécessaire de revenir sur la gestion de « l’affaire étrangère libyenne » dans laquelle le gouvernement algérien n’a pas voulu « s’ingérer ». Il faut plutôt constater que la leçon évidente de l’affaire libyenne n’a pas été tirée : à savoir que l’adhésion libre des citoyens est le fondement absolu d’une vraie politique de sécurité nationale. Et quand on affirme que l’Algérie est déjà une démocratie, cela veut dire qu’on n’est pas prêt à avoir la hauteur de vue nécessaire. Celle de la stratégie nationale et non celle de la stratégie de pouvoir.


Nombre de lectures : 4686
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • clandestin
    31 août 2011 at 9 h 10 min - Reply

    Les USA par le biais d un communiqué en date du 28 aout 2011 condamnant le double attentat de cherchell ont conclu : »…nous allons continuer à soutenir l’algerie et ses partenaires dans la région contre ceux qui cherchent à nuire à la democratie et à la liberté ».
    Humour noir americain .Depuis les attentats du 11 septembre qui ont fait 3000 et quelques morts americains , la vengeance americaine a fait à ce jour selon des decomptes reels plus de 500000 morts en IRAK et ce n est pas encore fini !et pourtant rare sont les democrates americains qui disent halte basta .
    quand aux notre du pouvoir qui se prennent pour des democrates , c’est normal , à force d entendre RADP , radp radp radp radp radp radp , on fini par se croire en democratie …




    0
  • mohamed
    31 août 2011 at 11 h 06 min - Reply

    L’ algerie une democratie? Pourquoi alors brouiller La chaine al jazeera hier mardi à 20 h qui avait organisé un debat avec Zitout , mohamed amir ex conseiller des presidents algeriens? etc????pourquoi emprisonné des syndicalistes, des journalistes, des maires, des membres d’ONG qui denoncent la corruption?Pourquoi interdire à des ONG de tenir des meetings?pourquoi refuser des passeports a des citoyens qui n’ ont jamais été condamnés par la justice? pourquoi refusez des agrements a des nouveaux partis? Pourquoi truquez et falsifiés les resultats des elections(bourrage des urnes)d ‘ailleurs je voudrais poser une question: qui d’ entre nous n’ a pas participé aux trucages lors des operations de votes?Qui d entre nous n’ a pas contribué a la falsification de ces operations de vote ? Pourquoi la justice n’ est elle pas independante? Pourquoi toute la presse est sous controle du DRS? Pourquoi n’ y a t il pas de journaux reellement independants en algerie? pourquoi n’ y a t il pas de chaine de TV ou de radios prives en algerie? Pourquoi, pourquoi!!! Quand vous remplirez toutes ces conditions, alors là, vous pourriez, peut etre, affirmer que nous sommes une democratie.




    0
  • Djahida
    31 août 2011 at 12 h 00 min - Reply

    Arrêtons de tergiverser !
    Si vraiment ce peuple voulait la démocratie ,c’est-à-dire se diriger lui-même, il y a longtemps qu’il l’aurait eu mais malheureusement avec un lourd et long passif de FERDA et il est tellement intoxiqué qu’il a « appris » à avoir peur du « madj’houl ».a7yini el youm ou ouqtoulni ghadda eh bien ! MOUUUUT ! car on est déjà demain.
    Le véritable problème des pays sous dev , a dit Tagore , ce n’est pas la faim , ce n’est pas l’ignorance , c’est la PEUR . Cette peur est alimentée, entretenue et consolidée par les lâches, les traîtres, les renégats , les girouettes , les bandits, les transfuges , les escrocs , les frustrés , les fous, les pervers , les rapporteurs , les prétentieux , les superstitieux , , tout un maelström au service volontaire ou involontaire , rémunéré ou non du pouvoir qui a toujours pensé et exprimé depuis 1962 un « dezzou ma3ahoum »condescendant , permanent , direct et clair qui n’est imperceptible que pour les c..nnards et les demeurés.Un comportement QUI SE VEUT impérial avec un puissant relent de dédain avec du vent comme assise et l’esbroufe comme crédo . Et quand un membre du système , petit ou grand , qui ,par réveil de conscience , penche pour ce PEUPLE-OBJET et tente de lui témoigner un soupçon de respect , ILS lui disent DEZZ OU ZID DEZZ m3a elli rahoum dezzou.Qui peut faire mieux.Belzébuth mourrait de jalousie.




    0
  • abdelkader
    31 août 2011 at 12 h 24 min - Reply

    c’est vrai l’Algérie et une démocratie mais pas pour tout le monde c’est a dire 75% de la population
    seule les 25% restants profite bien du système ROOOOOOOOOTTT hamdoula !!!




    0
  • Ferhane
    31 août 2011 at 12 h 42 min - Reply

    Djahida
    Tu vis dans un trou? en citant Tagore,tu dis »le véritable problème c’est la peur »Trois révolutions viennent de mettre fin à des dictateurs sanguinaires sans compter les Syriens qui se battent contre leur régime avec un courage incroyable ainsi que les Yéménites et vous parlez de peur.Allons.Allons.Sortez de votre livre de Tagore dans laquel vous vous êtes noyée.




    0
  • fhamtelmeqsoud
    31 août 2011 at 12 h 49 min - Reply

    C’est toujours la même rengaine contre le Peuple. Je ne sais pas si Djahida est un homme ou une femme, avec le langage utilisé on a l’impression que c’est un homme. peut être je me trompe.
    Mais la passivité de ce Peuple n’est pas fortuite. Le régime a habitué les gens à vivre dans la soumission et l’obéissance, même à l’intérieur de ses appareils. Les conditions de la fin sont à relire chez Ibn Khaldoun. Pour l’instant les recettes pétrolières ont permis d’augmenter la solde des militaires et des policiers, pour le convaincre à défendre le clan au pouvoir qui est atteint, après 49 ans de règne, par les maladies chroniques de la vieillesse. Il ne viendra à personne de se révolter pour l’instant, de plus seul un parti religieux peut mobiliser le Peuple, ceci a été prouvé et déjoué par le régime. A la prochaine Inchallah.




    0
  • Le pouvoir fait dans l’humour : l’Algérie est une démocratie!
    31 août 2011 at 14 h 21 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: dans, démocratie, fait, l’Algérie, l’humour, pouvoir […]




    0
  • Mouloud Y
    31 août 2011 at 15 h 02 min - Reply

    Jamais un parti, à lui tout seul mobilisera le peuple, Il faut impérativement une coalition, et comme disait Lénine, la conscience des travailleurs est l’oeuvre des travailleurs elle-même. Chez les citoyens algériens à « 75% », l’urgence est dans le besoin matériel primaire : bien manger, bien dormir, bien se reposer, puis vient : bien s’instruire, bien se cultiver et c’est à la fin que la démocratie prend la forme revendicative !




    0
  • Djahida
    31 août 2011 at 15 h 02 min - Reply

    @ fhamtelmeqsoud
    Dans les nouveaux livres de la rentrée scolaire en France ,les écoliers vont apprendre que le sexe humain n’est pas différenciable par l’anatomie mais par le cerveau.Cordialement et en respectant votre point de vue.




    0
  • Djahida
    31 août 2011 at 15 h 36 min - Reply

    @Ferhane
    Tunisiens , Egyptiens ,Libyens ,Yéménites et Syriens ONT VAINCU LEUR PEUR après des décennies de soumission totale PAR PEUR.Allah rabi la 7al idoum.
    Un des facteurs essentiels qui a encouragé ces peuples c’est la peur bleue de Benali à la TV.La peur a changé de camp.Pour les tunisiens c’est le spectacle choquant et spectaculaire de Mohammed BOUAZIZI chez un peuple écrasé,peu habitué à la violence. .Cordialement.




    0
  • Kamel Bouras
    31 août 2011 at 16 h 31 min - Reply

    Derniere nouvelle:  » M. Medelci participe à la Conférence sur la Libye à Paris »…

    Esperons seulement que notre ministre « par tres intelligent » (comme il l’ecrit dans son CV) mettra son costume transparent avant de partir, on ne sait jamais, les douaniers francais pourraient agir avec lui de la meme facon que leurs homologues americains…

    Kamel




    0
  • Mouloud Y
    1 septembre 2011 at 1 h 00 min - Reply

    Pourquoi doit-on faire comme les autres ?
    Une Constituante, Une Constituante, Une Constituante, Voilà le mot d’ordre qui vaincra la peur !




    0
  • Nazim
    1 septembre 2011 at 7 h 23 min - Reply

    Le chemin de la démocratie est long et semé d’embuches.
    En attendant, le futur lointain où cela adviendra (j’espère être encore de ce monde), j’apprécie beaucoup le style de M. Ahmed Selmane et le contenu de La Nation.info.




    0
  • ahmed
    2 septembre 2011 at 6 h 28 min - Reply

    Le Qatar,dont la superficie globale,fait à peine la moitié d’une wilaya du nord algérien et dont la population,ne dépasse pas le million de personnes,vient aux portes de l’Algérie réaliser des performances diplomatiques et ulteriérement commerciales . Après avoir pesé dans les tractations diplomatiques et militaires ,le Qatar se prépare à signer des contrats avec la nouvelle Libye dont les réserves en devises sont estimées à prés de 170 milliards de dollars . Entre temps,Abdarrahme Belaayat, âgé de prés de 80 ans,explique aux algériens dont la moyenne d’age ne dépasse pas 20 ans,les secrets de « la stratégie diplomatique algérienne »!
    Pinochet a renversé les communistes dans les années 70 au Chili par un coup d’Etat militaire . Quarante ans
    après,ce pays comme l’ensemble des pays d’Amérique Latine,sont devenus des démocraties dirigées par des civils . L’armée chilienne a regagné ses casernes et la génération de Pinochet s’est retirée de la vie politique . En Algérie,quand Boumediéne a fait son coup d’Etat militaire,Bouteflika,Belaayat,Dahou ould Kablia et les autres été aux commandes et ils le sont toujours .
    L’armée algérienne qui a le mérite d’avoir libéré le pays,exerce depuis des décennies une tutelle destructrice sur les algériens . Cet embargo politique bloque le pays et empêche les algériens de s’émanciper .Au moment où David Brown,Obama,Sarkozy,Zapatero,ont tous entre 40 et 53 ans,le plus jeune de nos dirigeants a 72 ans . Ce contre sens,retarde la relève et prive le pays de très nombreuses compétences .




    0
  • Alilou
    2 septembre 2011 at 12 h 24 min - Reply

    @Ahmed,

    C’est normale chez nous d’avoir toujours de tres vieux dirigeant tu sais pourquoi ???

    On reste trops longtemps chez nos parents avant de voler de nos ailes, nous avons trops peur de nous casser la gueule…nous vivons toujours sous la tutelle paternel…comment veut-tu diriger une nation quand a 45 ans tu es toujours chez papa et maman ??? on est des eternels immature, alors avoir un President vieux c’est normal…




    0
  • aflatouch
    6 septembre 2011 at 22 h 20 min - Reply

    Je suis d’accord avec l’auteur de l’article, la question est dans la loi. Celle-ci est mauvaise et son utilisation est politique. Il suffit que les algériens écrivent leur propre loi et les choses avanceront.
    A commencer la loi fondamentale.
    Il faut lancer des forums où les a
    algériens proposent des textes de lois écrits par eux et où ils peuvent les discuter




    0
  • Congrès du Changement Démocratique