Édition du
21 July 2017

Gaver le peuple pour éviter l’explosion et…..la Révolution !

Rentrée sociale : La stratégie du pouvoir…
El Watan, 2 septembre 2011

Cartables pour les écoliers , opération spectaculaire de relogement à Alger, des locaux commerciaux pour les vendeurs informels , recrutement massif des chômeurs du Sud… Le gouvernement a passé l’été  à préparer un plan pour contrer toute contestation à la veille de la rentrée sociale , El Watan  Week-end  décortique la stratégie du pouvoir.

«Agitée et bouillonnante», la rentrée sociale 2012 annonce un bras de fer houleux entre le pouvoir et la société civile. Si celle-ci s’apprête à passer à l’offensive, le gouvernement quant à lui réserve des réponses à tout. Ainsi une stratégie a été mise en place par le pouvoir pour parer à d’éventuelles manifestations ou mouvements de colère. «Les consignes sont claires, chaque département ministériel doit impérativement débloquer les dossiers en suspens. Les directives du Président ainsi que celles du Premier ministre insistent sur le fait de procéder immédiatement à des négociations avec les partenaires sociaux, procéder à la distribution des logements finis, pousser les entreprises à créer de l’emploi, combattre la bureaucratie sous toutes ses formes et réserver le meilleur accueil aux citoyens. Pour cela, les walis sont mis à contribution pour une prise en charge accrue des besoins des citoyens», révèle une source du palais du gouvernement. Au ministère de l’Intérieur, on se prépare aussi à faire face aux mouvements de protestation.

«Le gouvernement entamera bientôt une série d’annonces pour une meilleure prise en charge des besoins des familles, notamment celles ayant des enfants scolarisés. Le gouvernement est conscient de la rentrée difficile pour nombre de chefs de famille. Une enveloppe budgétaire a été prévue à cet effet, tout cela pour dire qu’aucun sit-in, manifestation ou mouvement de colère – comme vous avez l’habitude de les qualifier – ne seront pas tolérés et les forces du maintien de l’ordre ont reçu des instructions claires, interdire tout rassemblement, en respectant les lois de la République. Je pense qu’il est temps de privilégier le dialogue et les négociations au lieu de sortir dans la rue, je le réitère toutes les voies du dialoguesont ouvertes», nous a annoncé une source proche du cabinet du ministre de l’Intérieur. Et des mesures, le gouvernement en réserve à satiété, à en croire nos sources, à commencer par le logement.

Alger, hermétique durant une semaine

Alger connaîtra à partir de demain sa plus grosse opération de logement depuis l’indépendance, quelque 3000 familles algéroises habitant des logements de fortune ou précaires, et celles des chalets du séisme de 2003 seront relogées dans des cités nouvellement construites, éparpillées dans la banlieue d’Alger. Pour ce faire, Alger sera quadrillée par un important dispositif sécuritaire qui s’ajoutera à celui déjà mis en place. «Les cités connaîtront durant les quatre prochains jours cette opération de relogement, un déploiement des forces du maintien de l’ordre et les issues seront fermées. Les entrée et les sorties dans ces cités seront contrôlées afin de parer à d’éventuels mouvements de protestation des familles non bénéficiaires et des intrus. Les précédentes opérations ont été riches en enseignements, nous ne pouvons plus renouveler ces expériences», nous explique une source à la DGSN. Allusion aux troubles qu’ont connus certaines localités du pays avant le Ramadhan. Notamment celle d’Alger, à l’image de Diar El Kef, Diar El Mahçoul, Diar Echemss, Baraki, Les Palmiers de Bachdjerrah… Les autres wilayas suivront dans les prochains jours ; Constantine et Oran seront les prochaines.

Marchés informels, en attendant la régularisation

Concernant la problématique des marchés anarchiques installés un peu partout dans le pays, notamment ceux des grandes villes, à leur tête Alger, les autorités locales ont été instruites pour procéder immédiatement à la distribution des 100 locaux promis par le président Bouteflika pour chaque commune. La création de marchés de proximité réglementés sera également, selon nos sources, «la priorité tracée par le gouvernement pour réglementer ces  marchés anarchiques et permettre une meilleure réorganisation de l’espace public et le retour au calme. Car depuis janvier dernier, nous avons observé que ces étals sont devenus une source de nuisances et de troubles jusqu’à enclencher des émeutes». Les autorités locales sont tenues de trouver, en l’espace d’un mois, des assiettes foncières pour installer ces nouveaux marchés et procéder au recensement des vendeurs informels pour leur régularisation, des mesures fiscales – exonération d’impôt – ont été aussi prises à leur profit. «Cela permettra de créer de l’emploi pour le fonctionnement de ces marchés», assure notre source des services du Premier ministre.

L’huile et le sucre…à table

Les mesures prises au lendemain des émeutes de janvier dernier, lors du Conseil des ministres, seront reconduites. Les exonérations d’impôts et autres encouragements fiscaux aux profits des producteurs et surtout des importateurs ont été consolidées dans la loi de finances  complémentaires 2011. Ainsi, les pouvoirs considèrent ces deux produits de première nécessité comme étant la source n°1 des mouvements de contestation, même si sur le terrain, rien ne l’a prouvé. Les conclusions du rapport de l’enquête parlementaire diligentée en avril dernier n’ont pas été rendues publiques «à la demande du gouvernement», affirme une source. Pour d’autres, le rapport pondu par la commission d’enquête parlementaire n’est qu’un règlement de comptes, les visées renseignent sur le profil de certains députés affairistes à la solde du pouvoir, selon des députés issus de l’Alliance présidentielle elle-même.

Métro…faut qu’il roule

Amar Tou, ministre des Transports, devrait impérativement faire marcher le métro à la date annoncée, soit le 31 octobre prochain. La raison, faire oublier aux Algérois leur désarroi quotidien, la capitale manque cruellement de moyens de transport et le secteur connaît une anarchie en plus du dispositif sécuritaire qui étouffe la vie des habitants et des voyageurs. Le lancement du métro d’Alger après trente ans de travaux constitue une chance inespérée au pouvoir pour redorer son blason. L’ENTV et les autres médias publics ou privés proches du pouvoir seront mis à contribution pour amplifier l’événement. Ainsi le lancement sera inscrit dans les injazat (réalisations) du président Bouteflika.

Des billets à volonté

Le ministre des PTIC semble avoir trouvé la solution pour endiguer la crise de liquidités qui perdure depuis des mois. Il a annoncé la création prochaine d’une banque postale qui permettrait, selon lui, de recycler l’argent des épargnants dans le circuit courant, ainsi les citoyens seront à la fois les principaux pourvoyeurs de liquidités et les premiers bénéficiaires. Selon le gouverneur de la Banque d’Algérie, les ménages épargnent plus que les gros comptes. Un déséquilibre qui s’ajoute aux nombreuses anomalies constatées dans le système financier algérien. Le gouvernement avait aussi annoncé qu’un système interbancaire reliant la poste allait être mis en place. Il permettrait d’assurer l’argent dans toutes les agences à travers le pays.

Certaines banques et agences postales continuent toujours de refuser l’octroi de somme dépassant les 50 000 DA pour les banques et 20 000 pour les bureaux de poste. Autre solution envisagée et médiatisée ces derniers temps, la généralisation du paiement par carte et le paiement électronique. Une campagne médiatique sera incessamment lancée, selon nos sources, pour promouvoir les bienfaits du paiement par carte. En attendant, les TPE (terminaux de paiements électroniques) n’ont pas encore vu le jour dans les agences de Sonelgaz et de l’Algérienne des eaux, ni d’ailleurs dans les grandes surfaces.

Vite, vite distribuez les cartables !

Pour la deuxième année consécutive, la rentrée scolaire coïncide avec la fin de Ramadhan et l’Aïd El Fitr, un mois de forte consommation où le budget des ménages est lessivé. En plus de l’enveloppe supplémentaire octroyée par les pouvoirs publics pour parer aux dépenses des familles démunies, selon plusieurs sources, les autorités ont demandé aux entreprises publiques et privées de procéder immédiatement «à la distribution de cartables et autres fournitures scolaires aux employés dans le cadre des œuvres sociales», atteste une source à la wilaya d’Alger. Certaines grandes entreprises, à l’image des opérateurs de téléphonie mobile, et les grands industriels, tel Cevital, ont été priées de contribuer à «l’effort et à la solidarité nationale» pour une rentrée scolaire confortable. Certains grands commerçants ont été aussi sollicités pour participer à l’opération cartable et fournitures pour chaque écolier, dont le nombre a atteint les 8 millions cette année.

«Le maire m’a demandé de participer à la campagne de solidarité au profit des familles démunies pour l’achat de fournitures, tabliers et cartables, ce que j’ai accepté sur-le-champ et j’ai même sollicité d’autres amis pour ce faire», confie un gros commerçant de Sétif. Même le ministère des Affaires religieuses a été mis à contribution pour réussir l’opération et «calmer ainsi les esprits», «les associations à caractère social et religieux en plus des zaouïas seront de la partie pour venir en aide aux familles nécessiteuses. Nous avons commencé le recensement avant Ramadhan. La même liste des familles qui ont bénéficié du couffin de Ramadhan sera reconduite. Maintenant l’opération est entre les mains de la société civile», révèle une source proche du ministère des Affaires religieuses et des Wakf.Le ministère de l’Education nationale et celui de la Solidarité nationale travailleront ensemble pour distribuer les dons et autres allocations prévus par la loi de finances 2011

Des emplois… à gogo

Tout pour endiguer la crise qui se profile, les chômeurs du Sud, à en croire nos sources, devraient attendre leur tour devant les bureaux de main-d’œuvre au lieu d’observer des sit-in devant les sièges des daïras et des wilayas de Laghouat et de Ouargla. C’est ce qu’a indiqué en tout cas notre source au Palais du gouvernement. «Le gouvernement a ordonné aux différentes entreprises du Sud, notamment dans les régions pétrolières, de recruter pas moins de 22 000 chômeurs locaux dans le cadre des différentes formules de soutien à l’emploi de jeunes décidées par le président Bouteflika lors du Conseil des ministres du mois de février.»
Pour les autres wilayas, l’Ansej demeurera la Mecque des chômeurs après le succès atteint le premier semestre de 2011. Les pouvoirs publics ont donc décidé des rallonges budgétaires au profit des différentes antennes de l’Ansej à travers le territoire national. Oran vient de bénéficier d’une enveloppe supplémentaire de 27 milliards de dinars.

Education

La rentrée sociale 2011-2012 s’annonce chaude, si l’on se réfère aux appels aux mouvements de protestation, lancé par les différents syndicats du secteur de l’Education. Et c’est la Coordination nationale des intendants du secteur de l’éducation nationale affiliée à l’UGTA qui ouvrira le bal avec une grève nationale reconductible pendant les trois premières semaines de l’année scolaire, à savoir, les 5,6,7,12,13,14 et 19,20,21 septembre. Les grévistes réitéreront les points constituant la plateforme mise en place le 21 février dernier. Les intendants ne s’arrêteront pas à cette action, puisqu’ils prévoient également de tenir un rassemblement devant les différentes directions de l’éducation à travers le pays, le 11 du moins courant, et ce, pour dénoncer, entre autres, l’écart entre les salaires des travailleurs de l’éducation, par rapport aux autres secteurs.

Le dossier des services sociaux figure également sur la liste des doléances de la coordination. De son côté, le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) indique, dans un communiqué, que les représentants des 31 wilayas ont convenu, lors de la dernière réunion du 23 juillet, d’observer un débrayage le 11 septembre à partir de 9h devant le ministère de l’Education. Le SNTE tient à rappeler ses principales revendications qui tournent autour de la révision du statut particulier avec une classification de ce corps à la catégorie 10 et la révision de la gestion des œuvres sociales.

Zouheir Aït Mouhoub , Lamia Tagzout


Nombre de lectures : 1609
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Gaver le peuple pour éviter l’explosion et…..la Révolution !
    2 septembre 2011 at 17 h 55 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: et…..la, éviter, Gaver, l’explosion, peuple, pour, révolution […]




    0
  • abd el allah el muslim
    2 septembre 2011 at 18 h 00 min - Reply

    les vieux demons sont de retour quadriage des citées barrages, controls colonialisme quand tu nous tient.




    0
  • A.L
    2 septembre 2011 at 18 h 07 min - Reply

    Est-ce vraiment le peuple qu’on est en train de gaver pour le calmer?Pas sûr.
    Par contre on donne encore plus aux barons et spéculateurs des denrées alimentaires ,qui s’estiment insuffisamment servis,auquel cas ils s’organiseraient pour affamer le peuple.On donne plus de droits et encore plus d’avantages à ceux que le non-droit faisait vivre à l’instar de cette faune constituée par l’ensemble des gérants de l’informel du pays et qui n’ont jamais contribué au bien-être de la communauté ne serait-ce que par un petit impôt.
    Etes-vous sûr que ces les familles démunies qui vont profiter des la distribution des fournitures scolaires par le biais des oeuvres sidi-said?A mon sens les nécessiteux ne doivent pas pointer chaque fin de mois avec leur fiche de paie sonatrach.
    Le comble c’est ce métro.Financé par les deniers de tous les al-gé-ruinés et qui profitera par le prix du ticket subventionné (vu le prix qu’il a coûté ,dans 100 ans ,il ne sera pas encore rentabilisé )aux seuls alger-rusés.




    0
  • NEDJMA
    2 septembre 2011 at 18 h 16 min - Reply

    La peur des gueux

    La rente comme seule et étroite marge de manoeuvre permet au régime un ajustement tactique,rien n’est changé quant au fond.

    Avec les révolutions arabes l’hiver sera glacial pour le régime,l’Algérie restera-elle sous la coupe des militaires ? le seul problème réside dans comment? pour preuve les changements en libye, les manipulations,intimidations et les préssions du régime d’Alger ont échoués.

    La peur du vide n’est-il pas temps de le garnir d’échaufaudages mêmes branlants?




    0
  • LIBERTÉ ET JUSTICE
    2 septembre 2011 at 18 h 23 min - Reply

    ET C’EST CLAIRE ET NET ET SANS BAVURE…C’EST LA FIN DES DICTATURES ARABES INCHALLAH, LA FIN DE L’INJUSTICE, CORRUPTION , ET DILAPIDATION DES BIENS DU PEUPLE ALGÉRIEN PAR LA MEUTE DE GÉNÉRAUX ET BENI-AMISTE ACCROCHÉS ILLÉGITIMEMENT AU POUVOIR DEPUIS 1962, POUR RÉDUIRE L’ALGÉRIE À ZÉRO ET EN FAIRE UN ARATOIRE D’ÊTRE HUMAIN À CIEL OUVERT SANS AUCUNE JUSTICE , NI ENQUÊTE…ILS SE PRENNENT POUR DES ÉTERNELS …C’EST TERMINÉ , APRÈS BENALI, MOUBARAK, KADAFINAR…VOTRE TOUR APPROCHE VITE ET SUREMENT……ET VOUS PARTIREZ PLUS VITE DE BENALI, CAR TOUS LES ALGÉRIENS(CIVILS ET MILITAIRES, GENDARMES, POLICIER, SERVICE, JEUNES DÉLINQUANT…) VOUS HAÏSSE ET VOUDRONT QUE VOUS DÉGAGIEZ VITE VITE *****
    ***********************************************
    DÉGAGEZ, DÉGAGEZ, DÉGAGEZ….PLUS AUCUNE CONFIANCE AUX MONSTRES, AUX FOSSILES VIVANTES, AUX CRIMINELS, AUX CRÉATEUR ET GESTIONNAIRE DE GROUPES TERRORISTES DIRIGÉS CONTRE LES PLUS DÉMUNIES DES ALGÉRIENS, AUX RESPONSABLES DE LA FAILLITE GÉNÉRALISÉ DE L’ALGÉRIE, AUX RESPONSABLES DES 300 000 MORTS ET DISPARUS DEPUIS 1991, AUX RESPONSABLES DE LA DESTRUCTION DE L’INDUSTRIE, ET ECONOMIE ALGÉRIENNE, ET LA DESTRUCTION DU PRÉSENT ET DE L’AVENIR DE LA JEUNESSE ALGÉRIENNE.
    PLUS AUCUNE CONFIANCE AUX RESPONSABLES DES MILLIARDS DE DOLLARS DE DILAPIDATIONS , DÉTOURNEMENT ET GASPILLAGE DU TRÉSOR NATIONALE ALGÉRIEN , PROPRIÉTÉ DU SEUL PEUPLE ALGÉRIEN.
    ***********************************************
    DÉSORMAIS…LA PEUR À CHANGÉ DE CAMP, VOUS NE POUVEZ PLUS ASSASSINER, ÉLIMINER, ENLEVER, KIDNAPPER , TERRORISER LES ALGÉRIENS COMME VOUS L’AVEZ FAIS DANS LES ANNÉES 1991-2011.
    *************************************************
    VOUS ALLEZ ÊTRE JUGER POUR TOUS VOS CRIMES, TOUTES LES DILAPIDATIONS ET DÉTOURNEMENT , TOUS LE MAL QUE VOUS AVEZ FAIS, VOUS ET VOS AMIS, VOS FAMILLE…PAYER DEVANT UNE JUSTICE LIBRE ET TRANSPARENTE DU NOUVEAU ÉTAT ALGÉRIEN LIBRE , SOUVERAIN ET DÉMOCRATIQUE, OU RÈGNE LA JUSTICE, LA PAIX, LA SÉCURITÉ ET SURTOUT LA DIGNITÉ ET HONNEUR.




    0
  • aquerado
    2 septembre 2011 at 19 h 09 min - Reply

    Salam,
    Je pense que toutes ces mesures sont inutiles a l’heure actuelle. Il est trop tard, le replatrage ou le fait d’apposer un pansement sur une jambe de bois ne changera rien a la situation. Le malaise est beaucoup plus profond ce n’est pas un bidon d’huile ou quelques kilos de sucre qui changeront l’etat d’esprit d’un peuple, car l’Algerien n’a jamais creve de faim ou cela n’a jamais ete un probleme pour lui. Le probleme est structurel c’est le fondement meme de l’etat, de ses hommes de sa moralite de son economie qu’il faut revoir. Ce regime a trahis le peuple depuis 1962 par ses mensonges et ses crimes et ce dernier ne lui pardonnera jamais cette forfaiture. Ce gouvernement reste incapable de ramener la paix et la securite sources essentielles de stabilite et de devoleppement. Le fait qu’il est commis un genocide pour un choix electoral prouve qu’il ne peut proteger ce peuple et assurer son avenir hormis proteger leurs familles et leurs richesses accaparees d’une maniere violente et peu scrupuleuse comme leur vis a vis Kadhafi. Meme le ministre des affaires etrangeres sense proteger les interets de la nation est d’un ridicule decevant. Lorsqu’un pouvoir ne defend meme pas les interets fondamentaux d’une nation que reste t’il a faire? Il ne s’agit pas de se leurrer ou de se mettre la tete dans le sable a l’instar de l’autruche, enormement d’affaires viennent nous rappeler que ce gouvernement est injuste, faible et decousu dans la maniere de traiter les evenements. Dernierement mourad medeleci c’est comporte comme un gamin face aux medias etrangers, il ne represente aucunement les aspirations du peuple et sa volonte, il n’arrive meme pas a liberer les 17 marins qui sont otages depuis 7 mois par les pirates somaliens ou n’en parle pratiquement pas dans les medias afin de faire du forcing pour ameliorer leur detention. L’affaire du maire de Tipaza, l’affaire de l’universitaire assassine en debut d’annee, l’affaire du docteur de Ghardaia emprisonne injustement, l’affaire de Madjnoun enferme 12 ans sans proces… des milliers d’injustices que le peuple subit quotidiennement sans qu’elles soient eclaircis ou resolus ne peuvent conduire ce regime a perdurer ou a etre defendu. Toute injustice a une fin 50 ans ca suffit.




    0
  • sphynx
    2 septembre 2011 at 21 h 12 min - Reply

    salam,
    Trop tard,la chute du régime approche a grand pas,elle est inévitable…




    0
  • mohal
    3 septembre 2011 at 10 h 14 min - Reply

    On gave toujours les mêmes personnes et le peuple ne récolte que les miettes,il faut dire aussi, qu’une partie de populace trouve son compte,que n’ a t on pas vu des gens qui habitaient hier dans des taudis,et qui résident aujourd’hui dans des villas et autres palais assez sophistiqués!Ces gens sans scrupule aucun affichent ostentatoirement leurs richesses et biens mal-acquis,ces gens n’ont jamais été à l’école,ce sont des illettrés notoires mais ils détiennent des fortunes mirobolantes…Ces gens font l’affaire des responsables car tout comme ceux-là,ils sont dénués de principes;nous sommes le seul pays au Monde dans lequel l’intellectuel est marginalisé ,survit difficilement et est matraqué s’il revendique quoi que ce soit!Pour revenir à notre « gavage »,j’estime que ce sont les mêmes qui en profitent quant à l’intellectuel,le fonctionnaire ou au pauvre retraité,c’est cette catégorie qui en pâtit le plus.




    0
  • Amel1
    3 septembre 2011 at 13 h 55 min - Reply

    salam,
    Gavez wala matgavich!ma petite nièce qui n’a que 2 ans a une chanson favorite qu’elle a appris de je ne sais où, » ECHAAB YOURID ISKAT ENIDHAM « yaw attafret!c’est trop tard!Ce pouvoir est le dernier de la classe même en histoire ya ajaba!




    0
  • HAMMANA
    3 septembre 2011 at 14 h 34 min - Reply

    Décidément,nous devons une fière chandelle à nos frères Tunisiens et Egyptiens qui par leur soulèvement ont introduit de nouveaux rapports dans les relations Gouvernements-citoyens.Jamais le régime algérien n’a été enclin au dialogue qu’il l’est aujourd’hui.Les largesses des autorités bien qu’elles ne procèdent pas d’une prise de conscience sur le respect des droits constitutionnels du peuple'(qu’elles n’ont pas hésité à bafouiller voilà seulement une décennie lorsque la conjoncture leur étaient favorable)sont pour nous un acquit tant on n’est pas habitué à cette bienvelance de leur part.Toutefois,et il est très important de le souligner,cette ouverture dictée évidemment par leurs soucis d’anticiper sur un inévitable et imminent soulèvement populaire,ne doit pas nous faire oublier les intentions mafieuses de nos dirigeants pour que le désir de récupérer notre dignité ne s’estompe pas aussi convoitantes que leurs avances soient-elles.Le relogement des familles,le secours des familles nécessiteuses à l’occasion de la rentrée sociale, qui s’inscrivent dans le cadre de leurs obligations constitutionnelles sans etre une prouesse de leur part ,ne doit pas occulter de notre esprit les victimes de la tragédie nationale qu’aucun geste ne saurait consoler.On ne devient pas du jour au lendemain soucieux des difficultés du citoyen auquel on contestait depuis seulement quelques années sa citoyenneté tout court.Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une tactique tendant à résorber la fureur populaire en décongestionnant ainsi la société par l’administration d’un éventail de soporifiques..Pour redenir,une fois les choses rentrées dans l’ordre,plus cruelles que jamais.Cette trève forcée et qui ne dit pas son nom me rappelle l’histoire que nous avons reçue alors qu’on était élèves du chat pélerin qui voulait se passer pour un repenti voulant conclure la paix avec les souris……




    0
  • Athmane
    3 septembre 2011 at 20 h 13 min - Reply

    Il faut admettre que le peuple algérien n’est pas aussi révolutionnaire qu’on le laisse entendre. on était les derniers à faire la révolution anti colonialite, le peuple était contraint par la force et le terreur de choisir le FLN.
    en 1992 même cas le peuple était sommé par la force de choisir entre le FIS et l’armée.
    Il ne faut donc rien attendre de ce peuple el khaouéf y compris moi même ni de nos intellos du fessti.
    Le peuple se soulévera lorsqu’il aura vraiment faim, il faudra donc espérer une vertigineuse chute des recettes pétrolières comme dans les années 80 sans cela echaab wallah méye bougi.




    0
  • HAMMANA
    4 septembre 2011 at 14 h 22 min - Reply

    Je suis de l’avis de Mr Athmane.En effet,la manne pétrolière offre au pouvoir la planche de salut chaque fois qu’il se trouve en difficulté.C’est pourquoi,j’ai souligné dans un précédent commentaire que les généraux de la DRS ne lacheront prise qu’une fois le pays en ruine et sans ressources tel le Mozambique ou le BANGLADESHE.Dans ce cas seulement nous n’aurions pas besoin de faire une seconde révolution pour le passage du nécolonialisme à la démocratie.Que feront-ils alors d’un pays qui n’aura plus rien à leur offrir?Les américains ont eu tout ce qu’ils voulaient(deux bases dans le sud(Tamanrasset)une pour la NASA,l’autre pour l’AFRICACOM qui leur sert de point d’appui dans la lutte contre……El Qaida!!!!Donc,de ce coté le pouvoir en algérie n’a plus rien à craindre de la part de l’oncle SAM qui est de son intéret que le régime en place se perpétue car rien ne leur assure autant de privilèges qu’un gouvernement légitime pourra mettre en cause si une révolution éclaterait.Mais cela ne les empeche pas de lancer de temps à autre certaines mise en garde à l’adresse des autorités;histoire de dire au peuple algérien qu’on est pour le changement et qu’on fait tout ce qu’on peut pour vous aider dans ce sens.Aussi paradoxale que cela puisse paraitre,l’émergence d’un gouvernement populaire(et par conséquence anti-impérialiste)n’arrange pas les affaires de l’occident qui est contraint de gérer le chaos en assurant un certain équlibre entre les deux parties(gouvernement et peuple)de façon à ce que ni l’une ni l’autre ne soit en mesure de constituer une menace quelconque pour ses intérets.Si le pouvoir prend le dessus de telle sorte que les atrocités ne peuvent plus etre occultées,ceux sont les droits de l’homme qui sont évoqués.Si c’est l’autre partie qui manifeste des aspirations allant à l’encontre de leurs privilègesils fourniront tout le soutien logistique et la couverture diplomatique(apposition du véto au conseil de sécurité pour entraver toute résolution condamnant le génocide du pouvoir qui se trouve relégué au second plan tant la lutte contre le danger intégriste se fait sentir.Voilà pourquoi le changement doit émaner de l’intérieur en ce sens que le peuple doit s’inscrire dans la logique du printemps arabe s’il aspire à une vraie démocratie.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique