Édition du
28 March 2017

Affaire de trafic d’héroïne 18 mois de prison dont 11 avec sursis contre les 7 prévenus

El Watan, 6 septembre 2011

Mise en délibéré pour le 4 septembre, l’affaire de trafic d’héroïne, dans laquelle sont impliqués Alioua Lotfi, fils du général à la retraite, et Fahsi Belayat, fils de l’ancien ministre Abderrahmane Belayat, ainsi que cinq autres jeunes, a connu son épilogue dimanche en fin de journée.

Le tribunal de Bir Mourad Raïs près la cour d’Alger a condamné l’ensemble des prévenus à une peine de 18 mois de prison, dont 11 mois avec sursis. Le juge n’a finalement pas retenu le délit de commercialisation de drogue contre les mis en cause, qui ont été jugés et condamnés uniquement pour la consommation et la détention de stupéfiants. Pour leurs familles, c’est le soulagement.
Depuis le début de cette affaire, celles-ci n’ont cessé de plaider l’innocence de leurs enfants, arguant que les capsules d’héroïne trouvées en possession de certains d’entre eux étaient destinées à leur propre consommation, vu leur état de dépendance vis-à-vis de cette drogue, et non pas à la commercialisation. Lors du procès qui s’est tenu au début du mois d’août dernier, le procureur général a, quant à lui, requis la peine maximale de 20 années de prison ferme contre l’ensemble des prévenus.

Mais à la barre, Belayat Fahsi, étudiant, Hafsi Sofiane, commerçant, Alioua Lotfi, étudiant, Kaci-Ousalah Mehdi, étudiant, Cheli Réda, commerçant et Bouabdellah, fonctionnaire, avaient tous nié le délit de trafic de drogue, se contentant de reconnaître leur statut de «consommateurs d’héroïne» qu’ils se procuraient auprès d’un Nigérian installé en Algérie, du nom de Hassan. Celui-ci ainsi qu’un de ses compatriotes, Brahim, ont été entendus lors de ce procès en tant que témoins, en attendant qu’ils soient déférés devant le tribunal criminel près la cour d’Alger pour «commerce international de drogue».
Lors des plaidoiries, les avocats ont présenté leurs mandants en tant que jeunes toxicomanes nécessitant une cure de désintoxication et non pas la prison, où ils ont été incarcérés pendant plus de sept mois.
Salima Tlemçani


Nombre de lectures : 4124
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • F. Leila
    6 septembre 2011 at 22 h 50 min - Reply

    A lire cet article de Tlemçani, la justice a rendu le plus normalement son verdict. Il s’agit du procès du fils d’un officier supérieur en retraite et du fils d’un ex-ministre et fonctionnaire du FLN. En tant qu’avocate, j’ai suivi depuis 7 mois cette affaire et j’ai assisté au procès où le fils de Belayat a reconnu dépenser entre 10 000 et 35 000 DA par jour dans l’achat de ses doses de drogue. Le verdict est taillé sur mesure : 18 mois de prison dont 11 avec sursis. Donc il leur reste 7 mois de prison ferme, c’est à dire la période couverte par la détention préventive. Ils sont donc libres.
    Je demanderais à Salima Tlemçani, journaliste d’investigation d’aller enquêter sur le sort des courageux policiers qui ont procédé à l’arrestation du fils de Belayat. Que sont-ils devenus? Chiche madame la journaliste. Et vous découvrirez une grosse surprise. Bon courage.




    0
  • Nazim
    6 septembre 2011 at 23 h 16 min - Reply

    Maître @F.Leila,
    Excusez ma curiosité,mais pourriez-vous nous en dire plus «sur le sort des courageux policiers qui ont procédé à l’arrestation du fils de Belayat»?
    Je pense que s’il y a des informations à apporter à l’opinion publique, il serait honnête de les porter à la connaissance de tous.On se fera alors notre propre opinion. En attendant,il serait trop facile de vous dire: Chiche Mme l’avocate.




    0
  • Affaire de trafic d’héroïne 18 mois de prison dont 11 avec sursis contre les 7 prévenus
    7 septembre 2011 at 1 h 02 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie Tags: AFFAIRE, avec, contre, dont, d’héroïne, mois, prévenus, prison, Sursis, TRAFIC […]




    0
  • belka
    7 septembre 2011 at 1 h 43 min - Reply

    un gars du kartier a été arrete comme CONSOMMATEUR pour un join
    il a pris…………….10ans il avais 22ans justice de merde.




    0
  • rien
    7 septembre 2011 at 13 h 26 min - Reply

    pour du crack 7 mois de prison vous etes surpris peuple Algerien ca ca s’appelle les grandes reformes de la justice elle doit etre au service des forts. qui etes vs comme a dit Kadafi? vs n’etes que des jordanes mgamlines taisez vs




    0
  • abon
    7 septembre 2011 at 14 h 48 min - Reply

    C’est la nouvelle échelle des valeurs, voler une miche de pain pour vous nourrir et vous saurez ce qu’est la justice. On les appel aussi Magistrats, je peux même vous dire qu’ils sont fière de l’être.




    0
  • elforkan
    7 septembre 2011 at 18 h 02 min - Reply

    …..et pourquoi un fils de général ou fils de ministre qui ne manque de rien se drogue ????
    Accepteriez-vous que votre fils se drogue ? non vous ne l’accepterez jamais, parce que c’est votre fils, c’est une partie de vous même !
    La question : Alors pourquoi ce ministre et ce général ça ne les dérangent pas du tout que leurs enfants se droguent ils leur donnent même de l’argent (10.000 à 35.000 Da )pour se procurer de la drogue ???? ………alors pourquoi ?????
    vous avez bien compris, c’est bien ça !!!




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    7 septembre 2011 at 19 h 18 min - Reply

    Et dire que j’ai purgé neuf mois de prison pour avoir dénoncé des disparitions forcées (affaires des disparus)après avoir été atrocement torturé dans les locaux du commissariat central d’Alger, et voila que des voyous consommateurs, dealeurs, grossistes, pollueurs, nuisibles sont condamnés à sept mois de prison, à ce stade le mieux à faire serait la dissolution du ministère de la (in)justice.
    Justice, que de crimes sont commis en ton Nom.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique