Édition du
27 July 2017

Qu’est l’Algérie devenue…?


par Adel.H
L’Algérie est un pays qui, malgré ses richesses, donne l’impression de tourner à vide depuis près de 50 ans. Comme un individu étourdi, elle se lève, fait un pas, titube et retombe par terre. Et ainsi, d’année en année, les charlatans et les escrocs se sont succédé aux commandes sans que jamais rien de bon ne sorte de la machine au bout de la chaîne.

C’est comme si dans la formule, un élément fondamental qui assure l’efficacité était manquant. Le résultat est invariablement une régression, même s’il a l’apparence d’un progrès. Ainsi en est-il de notre système éducatif. Beaucoup d’écoles et d’universités ont été construites et le nombre d’enfants et d’adolescent scolarisés à tous les niveaux est impressionnant, mais ce facteur si important en théorie – l’élévation du niveau d’instruction – ne se traduit par aucun progrès notable dans la vie quotidienne. Les rues sont de plus en plus sales, la productivité toujours aussi faible, la bureaucratie tatillonne et inefficace, les commerçants malhonnêtes, la médecine approximative, etc. Notre « économie » n’a que deux fonctions : le pompage du pétrole et du gaz, d’un côté, et la spéculation effrénée alimentée par l’import-import, de l’autre. C’est un pipe qui déverse notre principale richesse naturelle à l’étranger et qui, en retour, inonde le pays en bouffe, produits de bazar et gadgets de toutes sortes.

On a beau chercher une amélioration notable dans le comportement de l’homo algerianus moyen, après 50 ans de « développement », on ne trouve rien qui mérite d’être signalé. C’est comme si tout ce qui lui est injecté par l’école, les médias et la mosquée glissait sur une carapace et n’avait aucun effet sur son être profond. Serait-ce là l’effet de forces contradictoires qui s’annihilent et s’annulent mutuellement?

L’Algérien d’aujourd’hui me donne l’impression d’être sans âme, sans personnalité propre. L’explication de cette curieuse évolution à rebours serait-elle dans le passé? Ce passé se caractérise effectivement par une série de ruptures. La première a eu lieu dès les premières années de l’indépendance et s’est accélérée avec la politique agressive des années 70, sous Boumédiène. L’abandon des campagnes et le grand rush sur les villes a sonné le glas de la culture ancestrale, déjà malmenée par la colonisation, mais relativement préservée. Cette culture dont la frugalité, la patience, la solidarité, la pudeur, le respect étaient les éléments les plus apparents et qui avait permis au petit peuple des villes et des campagnes de survivre malgré des conditions particulièrement difficiles, fut jetée aux orties.

La seconde rupture eut lieu à la fin des années 70, avec l’introduction d’une nouvelle façon de vivre l’islam dans notre pays. Ce fut le début d’un recul de l’implicite en faveur de l’explicite. Tout devint plus incisif et trop visible. L’islam discret, tolérant et accommodant dut céder la place à un islam plus exigeant sur le plan de la dévotion et des mœurs. Chacun fut sommé de choisir son camp : porter ou ne pas porter la barbe, le qamis, le hidjab; accepter ou refuser la mixité; dire « essalamou 3alykoum » au lieu de « Allo » ou « Sbah el khir ». Une frontière invisible, mais terriblement efficace, se mit en place. De nouveaux codes s’implantèrent. Une autre Algérie prenait forme, divisée, travaillée par une rivière souterraine de haine et d’exclusion.

Quand je revois dans ma tête le petit village où je suis né, perché sur une colline entre mer, rivière et montagne, quand je me remémore les moments passés avec ma grand-mère et mon grand-père au milieu des champs verdoyants, écoutant le bruit que font les vaches en broutant goulument l’herbe juteuse ou celui de la binette de ma grand-mère qui remue inlassablement la terre autour des pieds de pommes de terre ou tomates, j’ai l’impression que tout cela ne fut qu’un rêve. C’était il y a longtemps, à une époque à cheval entre les années 50 et 60, quand le peuple algérien était profondément enraciné dans sa terre et sa culture ancestrale, quand il avait une âme. Ce monde a disparu pour toujours.

L’Algérie d’aujourd’hui me donne l’impression d’être un perpétuel chaos, un perpétuel échec, un mouvement brownien sans but précis. Ce mouvement n’a pas pour objectif la réalisation de l’être à travers la domination de la nature par le travail, la création culturelle ou encore la communion avec l’invisible. Il ne vise que la jouissance immédiate et la possession de biens matériels en fournissant le moins d’effort, ou bien la sauvegarde d’un ordre moral apparent qui cache mal un profond désarroi.

Toutes les initiatives et toutes les bonnes volontés semblent buter sur une sorte de champ négatif qui les repousse ou les neutralise. La machine continue à tourner dans le vide. De temps à autre, quelques bribes de discours cohérents semblent prendre forme, puis le brouhaha et la cacophonie reprennent le dessus. Certains pleurent et se lamentent, d’autres rotent et continuent de s’empiffrer. Certains haranguent et menacent, d’autres se saoulent jusqu’au petit matin, distribuant les billets de 1000 dinars aux filles de joie, alors que le berrah hurle dans le micro : « Fi khater wlad… »

Bien sûr, cette Algérie n’appartient plus aux gens de ma génération, qui n’ont pas su la protéger et la mener vers des lendemains qui chantent. Nous n’avons pas su marier tous les ingrédients et produire une culture originale mais authentique. Je parle, bien entendu, des gens sincères, amoureux de cette terre et de sa lumière et qui rêvaient d’en faire un pays où les hommes et les femmes connaîtraient enfin la paix, de bonheur et la joie de vivre, après tant et tant de souffrances et de privations. L’histoire en a décidé autrement et notre échec servira peut-être de leçon aux nouvelles générations. Ce sont elles qui doivent assumer aujourd’hui la lourde tâche de construire une nouvelle Algérie. Nous n’avons pas pu conserver et leur transmettre la culture ancestrale, celle que nous avons connue enfants, à la veille de l’indépendance et quelques années après. Peut-être qu’elle devait disparaître, après tout. Ce qui fait mal, toutefois, c’est que nous l’avons perdue sans rien gagner en échange.


Nombre de lectures : 10138
41 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • fouad
    7 octobre 2011 at 21 h 27 min - Reply

    A chaque fois que je montre des photos d’algerie à des etrangers ils ont presque tous la même reaction : Comment peut-on quitter un pays pareil, qu’est que tu fous là ? Au debut je ne savais pas quoi leur dire, j’admirais leur innocence.je ne voulais pas les choquer en leur racontant la tragedie algerienne.Car s’il peuvent concevoir une guerre, il ne pourront pas concevoir le fait qu’une autorité puisse proceder à un genocide sur tous les plans contre un peuple sans aucune raison qui tiens la route.j’ai fini par leur inventer une phrase sans les choquer à leur raconter la tragedie algerienne : Il faut jamais sous estimer l’etre humain, quand il est machiavelique il peut transformer le paradis en un enfer. Et quel enfer…..




    0
  • Koulou
    8 octobre 2011 at 2 h 48 min - Reply

    « L’Algérie est un pays qui, malgré ses richesses, donne l’impression de tourner à vide depuis près de 50 ans…. »
    Non Monsieur Adel l’Algérie des années 70 ne tournait pas à vide mais à grand chantier, malheureusement la population n’a pas suivi.
    L’Algérie des années 70 faisait la fiérté des pays arabes et du tiers-monde et même de certains pays occidentaux développés qui jalousaient notre pays .
    De l’orient à l’occident il n’y a pas un qui ne souhaiterait venir travailler ou étudier en Algérie.
    Sauf que les charognards qui pilullaient autour du pouvoir d’antan en ont voulu autrement.La destruction de l’Algérie à commencé avec la prise de pouvoir de ses charognards qui ont planifié la destruction du pays après la liquidation physique de Boumédiene c-à-d à la fin des années 78.
    Nos universités étaient classées parmi les meilleures au monde, la preuve tous ses diplomés qui travaillent en ce moment dans les plus prestigieuses universités du globe.
    Il y a actuellement en France plus de 34000 cadres de la santé toutes catégories confendues qui travaillent dans des hopitaux et cliniques français(Statistiques vérifiables auprès du ministère de la santé Français).
    Nos étudiants (des annés 70)à l’étranger étaient les plus brillants de leur classe. Ils étaient la références des pays arabes et du tiers-monde.
    Les AlgéRIENs d’aujourd’hui, malheuresement et sauf respect pour les autres, ressemblent à de l’herbe à poux elle pousse partout mais ne sert à rien, même les animaux n’en mangent pas.c’est une plante allergène et dangereuse de part sa nature destructrice des autres plantes avoisinante.C’est malhuereusement le constat amère de cette Algérie tant chérie.
    Pour en finir Mr. Adel, l’ISLAM n’est pas la cause de notre malheur mais notre raison de vivre ne plaise à qui veut l’entendre.
    « Celui qui cherche la fiérté et le refuge en dehors de l’ISLAM vivra dans la misére à jamais. »




    0
  • adel133
    8 octobre 2011 at 3 h 31 min - Reply

    l’Algerie a fait un parcours sans faute depuis le 5 juillet 1962.50 ans apres elle a atteint tous les objectifs planifies par les muletiers qui continuent a la tracter,savoir:TERMINER fe ZEBBALA et occuper le rang qui lui est du,c’est a dire derniere de la classe.
    Quand la godasse et le fln font jonction,ils produisent des miracles comme assecher des oceans,transformer la banquise en sahara,semer des graines de ble pour obtenir du poison et faire d’une elite universitaire un ramassis d’analphabetes.
    la question qu’on doit se poser est: ou va l’Algerie(ALLAH YARHAMAK YA BOUDIAF)ET A QUAND NOTRE SOMALISATION.Avec ces criminels il n’y a point de salut.




    0
  • ahmed
    8 octobre 2011 at 11 h 37 min - Reply

    Bonjour Adel et tout le monde,

    Le problème algérien est politique . Cette crise politique remonte à la guerre de libération,son évenement fondateur est l’assassinat de Abbane Ramdane en 57 . La crise de tripoli et la démission du GPRA(Gouvernement provisoir) et la mise à l’écart de personnalités de valeur telles que Farhat Abbas,Ait Ahmed…ont coinfirmé l’entrée de l’Algérie officiellement dans ce que appelait Ferhat Abbas,le banditisme politique .
    Ce banditisme politique,dure depuis 50 ans et déboucha depuis des années sur une crise morale,sociale,économique et culturelle . L’échec est total .
    Chér Adel,vous parlez d’école . Je précise que les connaissances et l’éducation sont transmises par la famille,l’école et l’environnement . Le probléme est que les familles ont complétement démissionnée pour laisser l’éducation de leurs enfants à l’école . Il y a encore quelques années,l’école et l’éducation représentaient le deuxiéme budget de l’Etat aprés celui de la défense . Le malheur est que le budget de l’école se retrouve aujourd’hui largement derriére
    celui de la défense et de l’interieur .En plus du probléme budgétaire,je note la médiocrité des programmes qui ne sont ni efficaces ni d’actualité . Rajoutant à tout ceci le niveau d’intruction des enseignants qui ne fait que regresser . Il est à noter aujourd’hui que notre école ressemble de plus en plus à une école coranique dirigée par des enseignents qui ne connaissent que trés peu de choses sur l’islam . Tous ces ingrédients,expliquent l’échec de notre école .




    0
  • karim
    8 octobre 2011 at 13 h 24 min - Reply

    Une Révolution populaire ne se commande pas, elle s’impose d’elle-même une fois les paramètres qui lui sont nécessaires sont réunie.

    L’actuelle manipulation sociale qui se déroule en Algérie, grossière du fait de son décalage, ne fera, sans l’ombre d’un doute, qu’accélérer le processus. C’est une fois que la Révolution sera là que les patriotes, qui n’ont jamais perdu espoir de voir leur pays arracher aux mains des aventuriers, se doivent d’être unis autour d’un projet valable et fédérateur.

    Parce qu’à défaut d’être au rendez-vous de l’Histoire, c’est cette force –ou cette puissance- qui pourra récupérer notre Révolution à venir, qui aura la main mise sur tout le déroulement du ‘’printemps Arabe’’. Question d’approche géographique de la stratégie.

    citoyen karim




    0
  • W A H I D
    8 octobre 2011 at 13 h 28 min - Reply

    Deux propositions qui cherchent preneur parmi l’opposition ou parmi ceux qui veulent le changement pacifique du système politique et le pouvoir en Algérie.

    Une première proposition ( J’ai soumis le même texte sur LQA et au FCN, Kalima et j’en’ai eu aucun preneur. Le militantisme et l’appel au changement ce n’est pas uniquement des lettres, des mots et des phrases mais plus que ça, c’est un engagement sincère en actions concrètes ).

    Il s’agit d’un projet qui donnerait aux partisans du changement le MOYEN efficace pour faire barrage au projet de reformes du 15 Avril 2011 et pour empêcher les opportunistes de prolonger le drame Algérien lors des prochaines élections législatives, et pour obliger le pouvoir à opter pour une assemblée constituante.

    En d’autres terme c’est un contre projet du « Déforme Bolitic » de BensalahTouatiGhazi que les partisans du changement peuvent réaliser sans rentrer en confrontation avec le pouvoir.

    1
    Ce projet remettrait en cause la coalition RND-FLN-MSP,

    2
    Ce projet mettrait en avant de la scène la vraie opposition au dépend de la fausse opposition, une opposition issue de légitimé populaire,

    3
    Ce projet remodèlerait la carte politique, pour plus de représentativité et de légitimité.

    Pacifique et efficace sans que le peuple sort dans la rue, c’est un projet qui peut se faire entre Algériens pour changer le pouvoir et le système politique actuel.

    Pour le faire il suffit des hommes et femmes déterminés, sérieux, sincères et honnêtes sans aucune autres conditions.

    La deuxième proposition, c’est un projet nécessitant la mobilisation populaire, pacifique et qui exige l’engagement des forces politiques et la maturation politique de l’opposition, seulement cette dernière n’est pas possible puisque l’actuelle opposition n’a aucune force pour mener ce projet.




    0
  • mazighedine
    8 octobre 2011 at 13 h 34 min - Reply

    salem,azul

    bonjour tout le monde
    le probleme majeur de notre pays (humble opinion)ç’est tout simplement d’ordre moral et mental.
    moral;90% des algeriens sont des voleurs (hacha li maystahelche).
    mental;100% des algeriens ont un niveau culturel tres bas (a3rabes)tous veulent devenir des chefs ,comme l’a dit si bien le colonel si lotfi (rabi yarehmou).
    l’algerie pauvre algerie a subi une regression plus de 5 siècles,a l’epoque ou elle a été gouverné de main de fer par el rias otomans,la seule difference que ces derniers etait des marins, et ceux d’aujourd’hui des militaires ignares.
    cordialement.
    vive l’algerie independante.




    0
  • HOUARI
    8 octobre 2011 at 19 h 35 min - Reply

    L’Algerie est devenue ce que le peuple hypocrite(ILLA MEN RAHIMA RABBI) en a fait.
    L’Algerie est a l’image de son peuple.
    Que voulez que l,Algerie devienne avec un peuple divisé, hypocrite et haineux ?????????????????????.
    Que voulez vous que l’Algerie devienne avec un peuple qui n’a aucune personnalité,un peuple qui se comporte comme un bateau a voiles qui se dirige dans le sens des vents puissants ?????????????????????????????????.
    La pauvre Algerie est devenue ce qu’on a voulu qu’elle devienne.
    Mediocre, sous developpée, corrompu, insecure, injuste et sans valeures d’antan.
    Au royaume des voyous les mediocres sont roi.




    0
  • Adel
    8 octobre 2011 at 20 h 56 min - Reply

    @Koulou

    Bonjour, cher compatriote,

    Vous dîtes : « Pour en finir Mr. Adel, l’ISLAM n’est pas la cause de notre malheur mais notre raison de vivre ne plaise à qui veut l’entendre. »

    Je suis tout à fait d’accord avec vous et je n’ai pas dit le contraire. J’ai relevé une rupture dans notre façon de vivre l’islam par rapport à celle que nous avions connue dans notre jeunesse. A partir de là, la société algérienne s’est engagée dans une ère de confrontation de plus en plus violente.

    Quant au bilan des régimes de Ben Bella et Boumédiène, je le fais personnellement en partant du principe que lorsqu’on plante le bon arbre, dans la bonne terre et qu’on l’entoure de tous les soins requis, on récolte de beaux fruits. Si l’Algérie avait planté correctement durant les 16 premières années, elle aurait récolté de beaux fruits après cela, mais nous avons malheureusement eu droit à des fruits empoisonnés.

    Comment se fait-il que tout soit subitement devenu mauvais après la mort de Boumédiène? Où étaient passées les institutions sensées protéger la « Révolution »? Pourquoi n’ont-elle pas joué leur rôle? Comment se fait-il qu’un groupe malintentionné ait pu aussi facilement remettre en question toute l’œuvre passée? Pourquoi tous les cadres compétents formés durant cette époque glorieuse n’ont-ils rien pu faire pour redresser la situation?

    En vérité, cher compatriote, cette supposée époque glorieuse n’est qu’un mythe. Si vous analysez sérieusement la situation, vous verrez qu’il y avait beaucoup d’agitation, mais que le travail de fond n’existait pas. L’État achetait de la technologie clé en main et la posait sur le territoire national : El-Hadjar, les complexes de liquéfaction du gaz et de pétrochimie à Arzew et Skikda, Sonacome, ENIE, ENIEM, etc. Jusque là rien d’exceptionnel, vous payez et les entreprises européennes, américaines ou japonaises vous livrent les usines prêtes à tourner. Mais quel a été le résultat après? Là est toute la question.

    Lorsque j’ai fait le service national sur la Trans en 77-78, le capitaine, chef du groupement, nous disait au sujet de la réalisation de la route lorsqu’on soulevait des questions d’ordre technique : « kahhal ou fout! » C’est malheureusement ainsi que tout s’est fait dans notre pays, depuis 1962.

    L’autre grand désastre de l’époque « glorieuse » fut l’agriculture, qui a été littéralement liquidée.

    C’est le système dans sa totalité qui était mal conçu et c’est pour cela que l’effort de formation, malgré son ampleur, n’a pas eu d’impact réel sur la vie du pays dans tous les domaines. Seule une minorité pensait réellement à l’efficacité. La majorité – FLN et organisations de masse en tête – ne cherchait qu’à faire semblant et à donner le change. Seule la prédation et la course aux avantages intéressait les pontes du régime.

    C’est pour cela que j’ai dit qu’il manquait dans la formule un élément fondamentale qui la rendait inefficace. Cet élément est l’honnêteté intellectuelle, le courage de reconnaître ses erreurs, le respect des règles élémentaires de fonctionnement de l’économie, etc.

    La démagogie, la fuite en avant et le mensonge sont peu à peu devenus les seules méthodes de gestion et de gouvernement. Les résultats sont là. On ne récolte que ce que l’on sème.

    Cordialement




    0
  • W A H I D
    8 octobre 2011 at 21 h 29 min - Reply

    ……lisez les titres du journal TSA. au lieu de philosopher assumer vos responsabilité d’homme libre………

    La course aux agréments auprès d’un pouvoir sans légitimité, des partis qui cherchent de la légitimité, dans quelle merde nous sommes.

    1
    Il s’est dit confiant dans les propositions de Bouteflika sur la Constitution
    Le parti d’Amara Benyounes se positionne en vue des prochaines législatives
    A huit mois des élections législatives, la scène politique commence à s’animer. Ce samedi, l’Union des démocrates républicains (UDR) a tenu un conseil national au siège de l’UGTA à Alger. Son président, Amara Benyounes, a affirmé avoir…
    Samia Amine
    08/10/2011 à 19:16 | 0 commentaires Réagir

    2
    Ils voulaient déposer leur demande d’agrément
    Des membres fondateurs d’un nouveau parti refoulés du ministère de l’Intérieur
    Une délégation de membres fondateurs d’une nouvelle formation politique, dénommée Jil Jadid (nouvelle génération) n’a pu déposer, dimanche 2 octobre, le dossier administratif de demande d’agrément auprès du ministère de…
    Sonia Lyes
    08/10/2011 à 18:18 | 1 commentaires Réagir

    3
    Naissance d’un nouveau parti politique
    L’ancien chef d’El Islah lance le Front de l’Algérie nouvelle
    Djamel Benabdeslam, ancien secrétaire général du parti islamiste El Islah, a annoncé ce samedi 8 octobre, à Alger, la création d’un nouveau parti politique dénommé le Front de l’Algérie nouvelle. « Ce parti se veut…
    Hadjer Guenanfa
    08/10/2011 à 17:16 | 0 commentaires Réagir

    4
    Nomadisme politique, démission des ministres avant les élections, décentralisation
    Belkhadem en première ligne avec les élus du FLN
    Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem s’est refusé, ce samedi 8 octobre, à se prononcer sur son éventuelle candidature pour la présidentielle de 2014. Invité de l’émission politique Opinions et convictions, de la radio…
    Sonia Lyes
    08/10/2011 à 16:25 | 1 commentaires Réagir




    0
  • Adam
    8 octobre 2011 at 21 h 47 min - Reply

    Bonjour à tous les frères commentateurs

    Je suis resté coi, tellement vous ne m’avez laissé aucun mot qui tourne dans ma tête sans que vous ne l’ayez dit. Je ne peux rien ajouter, sauf préciser qu’un peuple sans repères qui se comporte ainsi, mérite de subir le diktat de ceux qui le gouvernent, comme le dit si bien la maxime: kama takounou youwalla alaikoum. Bravo à la crème du pays, qui me réconforte énormément à chaque fois que j’ouvre cette admirable page de LQA.




    0
  • W A H I D
    8 octobre 2011 at 22 h 27 min - Reply
  • halli
    8 octobre 2011 at 22 h 31 min - Reply

    @ Koulou

    Tout est dit . J’ajoute que c’est notre generation ( je parle des Hommes inclus la Femme integres et honnetes , pas de la Vermine qui , dejà commencait a s’infiltrer ) qui n’a pas voulu engagé le COMBAT contre ces arrivistes analphabetes quadrilingues sans DIGNITE , SANS HONNEUR , SANS RELIGION et s’est mise en retrait pour  » avoir la paix .. » comme il etait dit souvent




    0
  • W A H I D
    8 octobre 2011 at 22 h 42 min - Reply

    http://www.aljazeera.net/NR/exeres/A8491EED-D162-4AA6-8397-3FA4C6DCC144.htm?GoogleStatID=9

    Voici en quelques lignes de la biographie maléfique du sinistre Belkhadem dont l’accoutrement sur la photo revêt l’hybridité du personnage.
    Il a commencé sa carrière d’enseignant à SEUGGER dans l’ouest algérien avant qu’il ne devienne responsable administratif d’un établissement scolaire. A la fin des années 70, il est nommé directeur d’un établissement scolaire à BOUSFER grâce à ses accointances avec le parti cynique de l’époque le FLN. La chance de sa vie, l’a eu bienfait de la présence dans l’établissement scolaire de la fille aînée de l’un des chefs d’une Zaouia de MOSTAGANEM répondant au nom de HALIMA BOUROUKBA. C’est lors de l’inspection d’un projet militaire, en tant que chef de la seconde région militaire que le Colonel CHADLI BENDJEDID, futur président, rencontra la fameuse Dame lors d’une cérémonie familiale tenue chez un notable de la région. La chance, pour ne pas dire la baraka, tomba du ciel sur le Sieur KHADEM qui était convié en tant que représentant de la KASMA sur le quota du Wali. Sentant la faiblesse du Colonel pour la dame que le responsable de la S.M chargea El KHADEM d’approcher la fameuse dame. Ce qui est fut depuis tout le monde connaît la fin de l’histoire.
    En devenant président, CHADLI ramena El KHADEM au secrétariat de la présidence. En tant qu’arabophone, il était chargé de l’administration arabe. Depuis, El KHADEM a fait son chemin. D’un simple rabatteur au poste de premier ministre. L’histoire lèvera le voile opaque sur ses personnages d’un autre âge. Nous sommes plus puissants qu’eux, ils sont contrôlés, nous sommes indépendants. Ils sont les serviteurs de leur maîtres qui les ont crées, nous sommes maîtres de notre destin. Ils sont la nuit, alors que nous sommes le jour. Il sont synonyme du malheur, nous les porteurs d’espoirs. Il n y a point de secret que le temps ne révèle.

    Par Jeff

    http://afriquehebdo.com/sites/default/files/belkhadem.jpg

    http://algerie-petition.com/21.html

    http://setif.forumactif.info/t10138-une-image-a-commenter




    0
  • Koulou
    9 octobre 2011 at 1 h 35 min - Reply

    Bonjour Mr. Adel
    Je ne sais pas si vous essayez de convaincre les autres ou tout simplement vous convaincre vous-même.
    Vous savez on dit souvent qu’un mensonge reste toujours un mensonge et Il est vrai dans la mesure ou les gens l’oublient très vite et passent à autres choses,mais dans le cas qui nous concerne c-à-d l’Algérie c’est complétement différent parce que les enjeux étaient d’une importance vitale pour les gens qui avaient planifié la destruction de l’Algérie et de tout ce qui gravite autour.Comme disent les penseurs et analystes des temps modernes; « Répétez un mensonge 10 fois,il restera toujours un mensonge, Répétez le même mensonge 1000 fois et il deviendra une réalité ».
    Vous ne semblez pas convaincu que c’est les mêmes personnes qui ont détruit l’Algérie de l’après Boumédienne sont ceux-la mêmes qui continuent de le faire par leurs sales besognes de dégradations des ressources humaines et matérielles, de salissages et de propagandes à grandes échelles.Sinon comment ce fait-il que l’Algérien de l’après-guerre était combattant, intelligent, persévérant, travailleur et j’en passe soit devenu subitement un ringard, hypocrite, bras-cassé, égoiste et j’en passe.
    Je suis résolument convaincu que si vous poussez plus loin votre réflection et votre analyse, vous en arriverez à la même conclusion que moi cà-d à la plus grande conspiration du monde occidental contre l’Algérie et sa révolution.Parce que dans le monde actuel ou nous vivons et comme avait l’habitude de le souligner Feu H.B « Dans le monde Arabe et les non-alignés (Tiers-monde),il n’y a eu que trois grandes révolutions; La Révolution de l’Égype en 52 avec l’emmergence de la révolution de NASSER avec l’éviction du roi Farouk du pouvoir, celle de l’Algérie en 54 avec nos valeureux guerriers et combattants qui ont mis à genoux la France et son arsenal militaire contre une poignée de valeureux combattants dont il n’est pas question d’énumérer ici et celle du Vietman en 72 avec la fameuse bataille de DIEN BIEN FU ou les super puissants Américains et leurs alliés ont essuyé la plus grande défaite et humiliation de leurs éxistances. »
    Pour en revenir à votre commentaire que je cite:
    « Comment se fait-il que tout soit subitement devenu mauvais après la mort de Boumédiène? Où étaient passées les institutions sensées protéger la « Révolution »? Pourquoi n’ont-elle pas joué leur rôle? Comment se fait-il qu’un groupe malintentionné ait pu aussi facilement remettre en question toute l’œuvre passée? Pourquoi tous les cadres compétents formés durant cette époque glorieuse n’ont-ils rien pu faire pour redresser la situation? ».
    Cher Mr. Adel
    Vous avez mis la main dans un panier de crabes.
    En bon citoyen censé, la réponse à vos questions est d’une simplicité aveuglante.
    À coté du BIEN il y a le MAL vous en conviendrez avec moi je présume.
    L’Algérie de Boumédienne representait à elle seule une menage pour le monde occidental,c’était le fer de lance du monde arabe et des non-alignés. Si le monde arabe et les pays non-alignés faisaient front commun contre l’occident il s’en est fait de leurs supprématies et les occidentaux en bons élèves avaient compris la menace et de ce fait il était impératif de détruire la tête penssante des arabes et des non-alignés.La preuve avez-vous entendu parlé des pays non-alignés après la mort de Boumedienne? ma foi non.
    Pour en finir vous avez évoqué la Révolution agraire.
    Sachez Mr. Adel qu’après la mort de H.B les gens s’en sont rendu compte qu’il y avait dans les anti-chambres des ports d’Alger, d’Oran et Annaba on avait recensé plus de 4 Milliards de dollars de pièces détachés de toutes les machineries agricoles, c’était du sabottage à tout ce qui pouvait réussir en Algérie.Ou les tonnes de pommes de terre ensevelis dans les forets de mascara et avoisinants pour maintenir l’inflation et les crises et puneries de produits agricoles et laisser les pensées rétrogrades de certaines catégories de gens germés dans leur tête.
    Vous pourrez vous renseigner auprès du ministère de l’agriculture si vous en aurez le temps.
    OUA ES SALAM ALAYKOUM.




    0
  • D B
    9 octobre 2011 at 2 h 35 min - Reply

    Je n’ai jamais compris comment des gens visiblement sensés peuvent penser que l’époque Boumediène était comme ils la décrivent. C’est réellement incroyable. Boumediène est l’archétype du mal. Il est à l’origine de tout ce qui nous arrive, de la chute de nos valeurs vers les abysses. Il na rien laissé debout, rien ! Et le comble est qu’ils continuent à nous ressasser cette rengaine éculée d’une Algérie respectée, voire crainte, par l’occident, quand Boumediène la dirigeait. C’est désespérant.




    0
  • Koulou
    9 octobre 2011 at 6 h 02 min - Reply

    Ce qui est désespérant chez vous Mr. D.B c’est votre incapacité à voir les choses telles quelles sont. Vous êtes aveuglé par cette haine viscérale de l’architecte qui avait bati contre vent et marrée cette Algérie dont je suis en ne peut fier.
    vous n’apportez aucun argument censé quant à votre analyse aussi confue que débridée voire déroutante de la période mentionnée.
    Vous balancez des phrases pleines de haine et de mépris sans en apporter la preuve de ce que vous avancez.
    Soyons sage pour une fois et faisons une rétrospective sur l’ére Boumédienne et l’après Boumédiene.
    Mettons de coté nos différences d’opinions et analysons objectivement la situation telle quelle se présente actuellement.
    Feu H.B est mort en 1978.Il avait laissé derrière lui un coffre plein d’argent(17 milliards de dollars)avec une économie prospére(Le taux de chomage était insignifiant pour les universitaires et les cadres).
    Vient ensuite l’époque des charognards Chadli & co, après 10 ans de reigne les 17 Milliards ont disparus + une dette de 18 milliards de dollars qui ne cesse de gonfler depuis ce temps là et qui est maintenant de l’ordre de 50 milliards de dollars.
    Vient ensuite l’époque des généraux; et là commence la décapitation des richesses de l’Algérie et la dégradation des valeurs morales et psychologiques de l’Algérien jusqu’à en devenir un pantin entre les mains de ceux qui le dirigent.
    Vient ensuite l’époque boutef que certains milieux le qualifiaient de MESSI des temps modernes.Le sauveur de l’Algérie des années 90. Niet, Rien n’en fut sinon la descente aux enfers avec une vitesse inversement proportionnelle à notre mode de vie.
    Alors entre vous et moi je ne sais pas qui est en train de divaquer Mr. D.B
    Considérant un seul instant que notre indépendance avait été tronqué et détournée de ses objectifs.
    Alors pourquoi qu’on ne retrousse pas les manches et s’ateler au travail afin de remettre cette Algérie si chère pour tout le monde au lieu de pleurnicher sur les cendres des gens qui véhiculent ses idiologies vénimeuses et haineuses pour l’environnement de l’Algérie.
    Hitler avait non seulement détruit l’Allemagne son propre pays mais a également détruit toute l’Europe de l’Espagne juqu’au caucase. regardez l’Allemagne d’aujourd’hui. Ils ne sont pas en train de pleurnicher sur l’époque Hitlerienne.Il y va de même pour l’espagne, de l’Angleterre et j’en passe.
    la Russie socialiste ou communiste selon certains qui considére que le socialisme a détruit la Russie.Les Russes n’ont pas blamer Brejnev ou Croutchev ou je ne sais qui mais ont retroussé les manches et construit leur pays.
    Il n’y a qu’en Algérie que les gens critiquent et ne font rien pour améliorer leurs propres sorts.
    On n’arrète pas de nous bourrer le crane avec des révolutions ratées et des gouvernances arrachées du peuple et que ce même peuple n’a pas les couilles à la bonne place pour se lever et dire BASTA on en a marre. Le rang des chialeux n’arrète pas de s’élargir et de grandir à vue d’oeil au vu et au su de tout le monde sans que quelqu’un ne lève le petit doigt pour S’indigner du sort que nous ont réservé nos politiciens véreux.
    Alors entre vous et moi qui a tort et qui a raison Mr. D.B?
    Alors sans rancune and No hard feeling MR. D.B.




    0
  • Nazim
    9 octobre 2011 at 6 h 38 min - Reply

    L’article de Mr Adel H semble logique et cohérent dans son ensemble, mais il ne trouve pas d’écho chez moi et ce, dés la première phrase évoquant les «multiples richesses» de l’Algérie. Cette richesse qui, dans notre cas, s’est avérée être plutôt une malédiction. Car ce n’est pas la richesse qui compte, c’est ce qu’on en fait.
    En fait, ce qui fait la richesse d’un pays ce n’est pas ce que recèle son sous-sol, mais c’est aussi et surtout ses hommes (et ses femmes).Je pense en particulier à la qualité et au volume de ses élites, cette crème qui saura tirer vers le haut le reste de la société. Hors de côté-là, l’Algérie est bien pauvre, et à défaut de suivre une vraie élite, la population n’a jamais trouvé que des bandes d’imposteurs et de fausses élites autoproclamées à suivre.
    C’est que, pour qu’une élite se forme, il faut beaucoup de temps (au moins une génération). Malheureusement, dans notre pays, il y a un écrémage régulier qui empêche toute formation d’élite. Quand, malgré tout il commence à en apparaitre une, on procède à son écrémage par l’assassinat ou l’exil. Le plus grand de ces écrémages ayant sans doute été celui des années 1990, soit une génération après l’indépendance.
    Bien entendu, ce qui caractérise pour moi une élite c’est son degré d’instruction et sa capacité à influencer positivement le reste de la population.
    Un jour nous avons failli avoir un Président qui a compris cela. Ses dernières paroles furent à propos des nations développées «en quoi nous dépassent-elles (ces nations-là)? Elles nous dépassent par la connaissance ; et l’Islam…» commençait-il à dire, mais il n’a pu terminer sa phrase. Il venait d’être écrémé à son tour.




    0
  • fateh
    9 octobre 2011 at 8 h 44 min - Reply

    J’ai pres de 60 ans et j’ai vecu a l’etranger une bonne partie de ma vie, mais je dois dire que je n’ai jamais rencontre des effrontes comme les boukharoubistes…
    La valeur d’un homme se juge a son heritage. Or boukharouba symbole du banditisme politique et de l’assassinat des heros de la revolution vient d’etre deshabille par T.ZBIRI …Ce lache criminel n’avait aucun respect pour les Algeriens puisque comme le dit Zbiri il fallait ecraser ce peuple pour le faire marcher…Hitler -loin de moi l’idee apologetique- a inculquer aux allemands la fierte et le sentiment de la race superieur et boukharouba a fait de nous un peuple complexe, assiste et incapable de raisonner democratiquement…
    Je crois qu’il est temps que cet site LQA, engage un debat sur le boukharoubisme, comment il s’est empare du pouvoir, les assassinats politiques, le mepris envers le peuple Algerien, les mensonges du socialisme a la boukharouba, l’utilisation des DAFISTES, la prison Algerie et la securite militaire, la dependance economique et alimentaire dans lesquelles il a noye l’Algerie et enfin cet heritage du banditisme politique qu’il a institue en SUNNA…

    Frere benchenouf, je me permet de vous rappeler qu’il y a de cela 2 ou 3 ans vous aviez publie la premiere partie d’un article sur boukharouba et puis soudainement vous avez arrete la suite pour je ne sais quelle raison…

    Adm: Effectivement. Il se trouve que je n’ai pas retrouvé le texte. Ni la 1ere, ni la 2eme partie. Même sur LQA, la partie publiée a été effacée malheureusement.




    0
  • IRIS SAMY
    9 octobre 2011 at 9 h 30 min - Reply

    C’est de bonne augure que les langues commencent á se diluer.

    Le Canard enchainé vient de divulguer et documents á l’appui d’un des tous petits barons mini-stre au temps Zerowalou et toujours mini-stres apres Zerowalou les petites affaires … et ses comptes bancaires argent volé au peuple algerie.

    ET LES AUTRES?

    Plusieurs petits barons de 1962 á nos jours DONC PLUSIEURS MILLIARDS DE DOLLARS US …

    Reha Malek, Belaid Abdesslam, Sid Ahmed Ghozali, Ouyahia, Belkhadem, Nahnah et sa famille, les autres du MSP, Khalida Messaoudi, Sidi Said, Said Saadi,… la liste est si longue sans parler des officiers DAFistes et du DRS,…
    Chadli et sa clic, Zerowalou et cie, Betchine et cie ….

    PLUSIEURS MILLIERS DE MILLIARDS DE DOLLARS VOLÉS AU TRESOR PUBLIQUE

    il y’a les Bouteflika-S , frere du meme pere et ses demi-freres et soeurs de 3 autres peres differents …
    leur fortune se compte á plusieurs MILLIARDS DE DOLLARS US en liquide et IMMOBILIERS, EN EUROPE ET AUX PAYS DU GOLF,…

    Nous savions que deja en 1980, la BNP de Paris avait presenté son rapport trimestriel et avec ORGUEIL que sa situation economique etait reluisante et SEULEMENT les avoirs des Algeriens depassent les 22 milliards de dollars us!!!
    en 1980 !!!

    puis une revue parisienne enchaina en cette date que plus de 60 algeriens avaient des avions privés jets et environ 600 algeriens etaient millionnaires. SIC!
    en 1980 !!!

    Nous savons que le canard Enchainé peut mieux faire,

    Allez á vos plummes et il y’a que la verité qui prime.
    Vous allez rentrer dans l’histoire de l’humanité.

    Qui des medias qui veut inscrire son nom en OR contre ces VOLEURS de la terre?

    Le feu Boudiaf allah yarahmou, juste apres son installation á El-Mouradia, avait envoyé 2 officiers en France pour avoir une liste des millionnaires et non des milliardaires Algerien en France…

    savez-vous qu’est advenu á ces pauvres officiers?

    l’un fut assassiné par des terroristes á Badjarah et l’autre fut expedié dans le sud pour mission speciale “la muerta!”.

    C’etait ces medias pro eradicateurs qui tentaient par tous les moyens de nous faire avaler leur GIA á l’epoque…

    Nous attendons mieux du canard enchainé.

    Savez-vous que les fameuses banques etrangeres en algerie sont co-associées avec des generaux algeriens surtout les DAFistes?

    Nezzar etait meme dans une banque dans le comité directeur… puis il l’avait enlevé parce que des Algeriens l’avaient devoilé. SIC!

    Gracias Canard Enchainé, aller au suivant et vous allez augmenter votre tirage, qui dit mieux?

    La Revolution est en cours en Algerie, les tyrans mercenaires voleurs et violeurs seront jugés á la place des Martyrs en LIVE TV que leur miserable histoire a deja condamné á mort.

    La guerre des clans : la bataille décisive ?

    Après avoir subi, depuis quelques mois, les attaques frontales violentes de ses adversaires, qui ont failli l’emporter en provoquant notamment le limogeage honteux de Khelil et la neutralisation de Zerhouni et Temmar, le clan présidentiel réagit aujourd’hui avec force contre le clan adverse, en ciblant des éléments clés de ce clan, en l’occurence Sadi, Rahmani et Ouyahia.

    Le premier est ridiculisé par les échecs provoqués des marches contre Bouteflika, lancées tambour battant, le 22 Janvier et le 12 Février 2011 notamment, à travers la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie, la CNCD, que le clan présidentiel veut faire imploser à tout prix.
    Le second est sali avec des révélations-fuites publiées, hier, par Le Canard Enchainé sur sa fortune mal acquise.
    Le troisième est la cible privilegiée des baltaguia de Said Bouteflika et Djamel Ould Abbés, qui ne cessent, aussi bien à la place du 1er Mai, à Oran, dans les stades de football qu’ailleurs, de demander son départ de la tête du gouvernement, tout en louant Fakhamatouhou, malgré toutes ses carences avérées.

    La guerre des clans est-elle relancée ?

    Il ne fait aucun doute que la bataille finale a commencé.

    CHERIF RAHMANi, wali de tebessa dans les années 80, puis wali d’Alger puis N° 2 du ministére de l’intérieur d’El Hadi Khediri… Quasimment N° 1 de la police algérienne de 1965 à 1990…. quasimment les plus grands goinffres de la classe politique algérienne. Cherif Rahmani, tellement brillant dans la création de la corruption du systéme chadli que tous les présidents s qui vont suivre vont le garder…
    uNE INFO pour le blog, pour le canard ou pour tous les rebels indépendants : rahmani est une piéce maitresse de Chadli et sa longévitité montre que le systéme chadli est toujours là. Vous voulez savoir qui dirige vraiment la corruption en Algérie ? Demandez vous qu’est devenu Abdelaziz Khellaf ? Ah ah ah ah ah ! Abdelaziz khellaf, secretaire d’état au commerce extérieur de Chadli, puis ministre du commerce tout court avant de devenir ministre des Le fameux colonel du DRS, tué a Bachdjerrah à Diar El Dejmâa plus précisément en juin 1992 s’appelle Mokhtari.Il a été chargé par le président Boudiaf de remonter la filière du trafic de drogue et de tabac a partir de l’Afrique de l’Ouest et qui transitait par Tamanrasset.Il a été assassiné le jour même ou il devait partir en mission à Annaba,-une semaine avant la visite de Boudiaf a cette ville ou il fut malheureusement assassiné- pour
    “sécuriser sa visite”. Lui et son collègue tué durant la même semaine enquêtait parallèlement sur la maffia politico-financière dénoncée par feu Boudiaf un mois auparavant.

    on dit souvent sur cherif rahmani sachant qu il detient la nationalite francaise que :

    c est un francais pro algerien?pour ces minables algériens de corrompus et corrupteurs qui dilapident et volent des milliards aux insu et en vu de toute une complicité de cette tranche d’algériens qui se voit au dessus des lois mais il viendra le jour ou le peuple saura éditer la glorieuse épopée ou les vrais algériens ont pu chasser les français de chez nous,ces gens qui ont tous donner pour cette Algérie martyrs par ses dirigents corrompus sauront se réveiller et nous débarrasser de cette tranche de mafia qui laisse perplexe tout un chacun de nous algériens et algériennes de l’Algérie indépendante du point de vue terre mais pas l’homme.Que dieu garde notre chère Algérie de ces mécréants et nous unir pour l’appel de la patrie pour combattre ce fléau et nous débarrasser de cette mafia pour toujours et encrer une vraie démocratie ou la loi est au dessus de tout le monde. Vive l’Algérie, vive nos martyrs




    0
  • IRIS SAMY
    9 octobre 2011 at 9 h 35 min - Reply

    le Canard, acquis une résidence d’Etat pour une bouchée de pain avant de la revendre en réalisant une jolie culbute de 800 000 euros. Contacté par DNA à son ministère, le ministre n’était pas joignable.

    Sous le titre, « les refuges parisiens d’un ministre algérien », le journal français révèle les biens acquis par l’ex-gouverneur d’Alger. « Indéboulonnable au sommet de l’Etat depuis tente ans, cet ex-gouverneur d’Alger et ministre à répétition possède quelques bien dans le très chic XVIe arrondissement de Paris. Rue Singer, Rahmani dispose d’un 85m². A deux pas de là, rue Lekain, il est propriétaire d’un studio de 20m². Enfin rue des Sablons, d’un deux-pièces de 31m². La liste n’est peut-être pas close », écrit le journal français dans son édition de mercredi 16 février. « Ces trois appartements sont regroupés au sein d’une société civile immobilière, la SCI Fomm, au nom de Zoubida Bentahar, l’épouse de Rahmani », détaille Le Canard enchaîné.

    Celui-ci note toutefois une «bizarrerie ». « Tous ces biens ont été acquis à la fin des années 90 par des proches du ministre (y compris son chauffeur…), puis intégrés dans diverses SCI, dont les parts ont ensuite été recédées, en plusieurs étapes à des membres de la famille. Avant d’atterrir, in fine dans les mains de sa femme », explique le journal, l’un des plus anciens titres de la presse française

    Mais ce ne sont pas simplement les acquisitions immobilières parisiennes de Cherif Rahmani, 66 ans, qui intéresse le Canard. « A Alger, personne ne connaît de fortune personnelle au couple Rahmani. Lui a effectué toute sa carrière de haut fonctionnaire à Alger. Elle a également passé sa vie dans l’administration, mais dans les étages au-dessous, en commençant par dactylo dans les années 70. Depuis Zoubida Bentahar est entrée dans la carrière, et son nom apparaît aujourd’hui, à côté de ceux des amis de son mari dans trois entreprises algériennes de promotion immobilière, d’hôtellerie ou autres », écrit encore Le Canard enchaîné.

    Et de conclure : « Il y a une dizaine d’années, la famille Rahmani avait réalisé une belle opération à Alger : une propriété de l’Etat, située à proximité du palais de Bouteflika et abritant jadis l’ambassade du Pakistan, avait été cédée pour une poignée de dattes (quelques milliers d’euros) à un particulier. Lequel l’avait revendue à peine plus cher à Zoubida Bentahar, qui s’en était délestée pour quelques 800 000 euros. Une fort jolie culbute. Et de quoi continuer à investir modestement dans la pierre » .

    En introduction de l’article,le journal laisse suggérer que la justice française serait édifiée si elle prenait le temps de scruter les biens immobiliers acquis par des dirigeant algériens. « Les algériens qui commencent à crier « Bouteflika dégage ! » ne seraient pas surpris si, un beau jour, la justice française venait à s’intéresser au patrimoine immobilier de leurs chers dirigeants, comme elle le fait déjà pour les familles Ben Ali, Bongo, Nguesso et compagnie », écrit l’hebdomadaire satirique.

    Contacté par DNA pour confirmer ou infirmer les informations, Cherif Rahmani n’était pas joignable, nous dit-on. Premier coup de fil à 15 heures. Le département de communication du ministère de l’Environnement et de l’aménagement du territoire nous explique que le ministre est en déplacement à Monaco, dans le sud de la France, et nous prie d’envoyer un questionnaire par fax.

    Nouvel appel téléphonique, cette-fois, au cabinet du ministre. Le téléphone sonne dans le vide.

    Troisième appel au secrétariat du ministre. Là, un responsable nous répond enfin : « Le ministre est actuellement en réunion au Conseil du gouvernement. Laissez-nous vos coordonnées téléphoniques, ne nous les lui transmettrons. »

    Lire l’article original : Le Canard Enchainé, les 3 appartements parisiens et la culbute à 800 000 euros de Cherif Rahmani | DNA – Dernières nouvelles d’Algérie




    0
  • D B
    9 octobre 2011 at 15 h 06 min - Reply

    @Koulou
    Vous pensez ce que vous voulez. Pour ma part,il y a longtemps que je ne perds pas mon temps à vouloir convaincre les admirateurs de Boumediène qu’ils ont tort. Ca ne sert à rien, parce que s’ils étaient susceptibles de comprendre une évidence aussi criarde, ils n’auraient besoin de personne. Puisqu’il suffit juste de suivre cet homme à la trace, et de voir ce qu’il a fait du pays, et des meilleurs parmi ses révolutionnaires. Pensez ce que vous voulez. Grand bien vous fasse.




    0
  • Adel
    9 octobre 2011 at 16 h 22 min - Reply

    @Koulou,

    Bonjour, cher compatriote,

    « Alors pourquoi qu’on ne retrousse pas les manches et s’atteler au travail afin de remettre cette Algérie si chère pour tout le monde…. »

    Vous avez mis le doigt sur la plaie. C’est justement là le plus grand mal que le système de Boumédiène a fait au pays : il a tué le travail.

    D’autre part, je ne sais pas si vous parlez sérieusement lorsque vous dîtes que l’Algérie de Boumédiène représentait une menace pour l’Occident. Mais qui d’après vous nous avait vendu et installé les usines dont Boumédiène était si fier? Renseignez-vous et vous verrez que c’étaient des sociétés occidentales. A qui vendions-nous notre pétrole et notre gaz? A l’Europe occidentale et aux USA. L’Occident peut-il collaborer avec un régime qui le menace? L’Occident capitaliste avait-il aidé la Russie ou la Chine communistes? Leur avait-il fourni de la technologie?

    Lorsqu’un pays dépend à ce point de l’étranger, il doit assumer consciemment cette dépendance, comme l’a fait la Malaisie, et tirer le maximum du partenariat avec ceux qui disposent de la technologie et du savoir-faire et non pas agiter des discours creux.

    Pour ce qui est de la guerre de libération, je ne vois pas le rapport avec Boumédiène. Allah yarham ecchouhada…

    Cordialement




    0
  • aquerado
    9 octobre 2011 at 17 h 27 min - Reply

    Salam,
    Je voudrai apporter une reponse a mr Koulou, quatre presidents ont ete a l’origine de cet etat de deliquescence totale que vit actuellement l’Algerie. ben bella, boumediene, chadli et bouteflika qui donna le coup de grace a ce joli pays. Ces quatres presidents(sic) proviennent tous de la meme sphere oujdaienne. Tous sont imbus de leur personne, arrogants et paternalistes. Tous ont profites de l’ignorance de ce peuple en le gardant dans une misere intellectuelle la plus totale soit par une dictature pure et dure soit par un semblant de democratie. Aucun n’a un niveau universitaire comme cela est une obligation au Etat Unis ou d’en beaucoup d’autres pays, chose indispensable pour comprendre le monde actuel, ses technologies et les enjeux geostrategiques qui se dessinent a l’horizon afin de faire les bons choix pour son peuple et lui eviter au maximum les turbulences d’un monde extrement chaotique. Pour moi les pires ont ete boumediene et bouteflika qui sont des extremes dans leur vision des choses l’un socialiste stalinien plus ou moins honnete et l’autre liberal, libertin et tres corrompu, tout les deux sans posterite, mais qui se sont unis diaboliquement a un moment donne pour croiser le chemin de ce peuple magnifique. boumedienne est a l’origine du systeme de la pensee unique assassinant ou forcant a l’exile tous les opposants detruisant ainsi le pluralisme politique chose indispensable pour que puisse s’epanouir une nation. Les Russes qui ont connu 70 ans de socialisme dictatorial ont eu du mal a s’en remettre et continuent a subir les sequelles de cette affreuse ideologie, merci marx. Pour ce qui est de bouteflika vous le constatez de vos propres yeux: no comment.




    0
  • abdelatif
    9 octobre 2011 at 17 h 48 min - Reply

    Je ne vous cache pas mes intentions je suis pour la dictature…
    Dans un pays ou les marchands des foules et du hamasse finissent la vente de leurs produits avant ceux des journaux.. je suis très déséspéré de ce pays
    il faut un dictateur pour remettre les chose en mains




    0
  • Amel1
    9 octobre 2011 at 18 h 50 min - Reply

    salam,
    FERHAT ABBAS rabi yarahmou disaitt dans son livre L’Indépendance confisquée:
     » Par quels chemins tortueux l’Algérie indépendante est-elle arrivée à vivre sous un régime totalitaire?Les peuples ne choisissent pas le totalitarisme.Il s’impose à eux par la force et la ruse,et les réduit à l’état de figurants.Il faut que chaque citoyen en soit conscient.Ces régimes trahissent l’avenir,trahissent la morale et ses principes.Ils sont en contradiction fondamentales avec l’Islam et les droits de l’homme.En démocratie réelle, tous les citoyens participent effectivement aux affaires publiques.Le pouvoir émane de la volonté de tous,librement exprimé.
    à la page 22 du même livre il dit: »Certains penseront peut-être que Ben Bella comme Boumédienne étaient mus par la recherche du bien public et la volonté d’apporter un changement à l’Algérie.Mais en réalité ils n’ont fait l’un et l’autre que du paternalisme à bon marché. en s’appuyant sur une « mafia » de « petits copains » prêts à se servir plutôt qu’à servir.Sous leur régime, le slogan « par le peuple pour le peuple » est devenu,selon l’expression employée par Harbi, »Par nous et pour nous ».
    Alors mes frères il suffit seulement de penser que celui qui choisi la baionnette à la démocratie ne doit pas être glorifier car il a choisi de tuer,d’écraser,d’étouffer son peuple pour son seul JABAROUT,le Zaimisme au détriment de l’avenir et le devenir de toute une nation,et de millions d’hommes et de femmes enfants oppressés,persécutés,brisés,exilés,éttoufés,violés,
    volés,…la liste est longue mais malgré tout le combat doit continuer pour reconquérir cette indépendance confisquée, cette liberté volée en reprenant confiance en nous même et en notre peuple qu’on traite de tous les noms,la crème doit user de son intelligence et de son géni pour justement ne pas se faire « écremer » vous êtes les descendants de F.ABBAS,BEN M’HIDI,CMDT AZZEDINE,ZIGHOUT YOUCEF,DJAMILA BOUHIRED,ALI LAPOINTE,AMIROUCHE,….Ils ont donné la tréha à fafa
    et quelle tréha!!!LE VERBE ET L’EPEE!
    Gloire à nos martyres et tahya bladi.




    0
  • ahmed
    9 octobre 2011 at 18 h 57 min - Reply

    Bonjour tout le monde,

    Boumédiene est le fondateur du banditisme politique . Par l’intermédiaire de Bouteflika,Boumediene a pris contact avec les 5 leaders emprisonnés en France aprés le détournement de leur avion . Tout le monde a rejeté l’offre de Boumediene sauf Benbella . Cette offre avait pour
    objectif de mettre un civil connu sur le devant de la scène et le manipuler par le pouvoir reél à savoir l’armée des frontiéres dont le chef était un certain Boumediene . Ce projet destructeur fut rejeté par l’opposition et Farhat Abbas lui donna le qualificatif de banditisme politique . L’Algérie,aujourd’hui souffre de cette schizophrénie du pouvoir algérien . D’un côté nous avons le pouvoir apparent comme le dit le Pr Addi,ce pouvoir apparent est représenté par le président de la république . Ce pouvoir apparent n’a bien entendu aucun pouvoir car en face il y a un pouvoir réel et clandestin aux mains du DRS . Cet héritage pour les admirateurs de Boumediene,nous vient de leur protégé et de son ami Bouteflika qui se retrouve aujourd’hui dans la position de l’arroseur arrosé .
    Autre information,Boumediene et Bouteflika,n’ont jamais participé à la guerre d’indépendance . Dans un premier temps ils sont partis traiter leurs affaires à oudjda . Dés qu’ils ont compris que l’armée des frontiéres Est(frontiéres tunisiennes)était mieux équipé et plus forte que celle de l’interieur,ils se sont dirigés en Tunisie pour prendre le commendement de l’armée des frontiéres non pas pour libérer le pays mais pour se préparer à la prise du pouvoir . La seule guerre livrée par Boumediene et Bouteflika est celle qu’ils ont livré aux algériens à l’indépendance, en traversant les frontiéres pour aller prendre le pouvoir à Alger . En effet sur leur passage,ils ont tué de nombreux algériens qui leur reprochaient de ne pas avoir participer à la guerre en allant se cacher chez le voisin tunisien .
    Sur le plan efficacité de gestion,Boumediene avait les moyens de faire de notre pays,la Corée du sud d’Afrique. Par sa médiocrité et son inefficacité,il en a fait une nouvelle Somalie .




    0
  • aquerado
    9 octobre 2011 at 19 h 28 min - Reply

    Salam,
    @mr abdelatif, la dictature est aveugle, vous courez vous meme le risque d’etre broye en l’instaurant. Instruire le peuple et lui donner les moyens de s’eduquer en favorisant l’esprit critique sont les principales manieres de le sortir des tenebres.




    0
  • W A H I D
    9 octobre 2011 at 21 h 49 min - Reply

    Il s’agit d’un projet qui donnerait aux partisans du changement le MOYEN efficace pour faire barrage au projet de reformes du 15 Avril 2011 et pour empêcher les opportunistes de prolonger le drame Algérien lors des prochaines élections législatives, et pour obliger le pouvoir à opter pour une assemblée constituante.

    En d’autres terme c’est un contre projet du « Déforme Bolitic » de BensalahTouatiGhazi que les partisans du changement peuvent réaliser sans rentrer en confrontation avec le pouvoir.

    C’est pour éviter ceci: LISEZ comment pensent les opportunistes.

    http://ffs1963.unblog.fr/2011/10/08/amara-benyounes-sen-prend-aux-partisans-de-lassemblee-constituante/

    Vous allez lire pire les prochains jours, semaines et mois.

    Les requins…………………….. se hisser les échelons sur le dos des victimes, des torturés des exilés, la racaille.

    Les généraux putschistes ont sauvé la république a quelle prix, 200 000 Morts, 20 000 disparus, des milliers de torturés, des déplacés et des exilés.

    Le drame continu.




    0
  • Koulou
    9 octobre 2011 at 22 h 41 min - Reply

    Bonjour à tous,
    Alors Messieurs elle est ou la solution à tout ce marasme politique et idiologique?
    Il n’y a pas plus idiot sur terre que celui qui ne pense qu’avec ses oreilles.
    Éliminons en nous cette énergie négative qui nous empèche d’être optimiste au lieu du contraire.Un optimiste voit un verre d’eau à moitié plein alors que le pessimiste voit le même verre d’eau à moitié vide et pourtant c’est le même verre.Tout dépend de l’attitude et de la position qu’on occupe dans la vie.
    Mettons derrière nous les divergences de uns et des autres et trouvons ensemble une ALTERNATIVE à nos échecs politico-économiques.
    Mrs. les défenseurs des causes perdues avez-vous trouver un paliatif à cette dégringolade aux enfers.
    On parle ici bien entendu socialement, économiquement et politiquement pas moralement,parceque l’Algérien a dèjà perdu à jamais ses repères et ses balises qui jadis faisaient de lui un être censé aux valeures islamiques et universelles qui définissent l’individu en général.
    Si on continu à faire de la récupération politique en singeant les autres alors on n’est pas sorti du bois comme qui dirait l’autre.
    Parlant peu et bien Mrs.faisant un parallèle entre la Chine des années 70 et la Chine moderne du 3eme millénaire.Tout le monde s’accorde pour dire que le régime répressif de MAO TSE TOUNG était le plus sanguinaire qui peut éxister sur terre.Pourtant les Chinois d’antan ne juraient que par MAO et répétaient à qui veut l’entendre qu’après Mao c’est la fin du monde.Mais en peuple bien dressé, les chinois ne se sont pas recroquevillés sur eux-mêmes et accusaient à tort et à travers toute cette machine répressive qui les empéchait d’avancer,ils avaient entrepris leurs croisades économiques en achetant des usines clé en main telles que NIKE, IBM, HP et j’en passe pour ne citer que ses prestigieuses compagnies aux valeures libérales.Ils en ont fait quoi avec ses ramassis de ferrailles et d’immondis comme le qualifiaient certains intervenants? Ils en ont profité pour acquérir la technologie nécessaire et par la suite mis à la porte ces mêmes dirigents de compagnies qui leurs ont vendu ses usines et sont venues avec des idées préconsues de les exploiter.Toutes ses usines clé en mains qui jadis appartenaient aux occidentaux sont maintenant entre les mains des investisseurs Chinois.Ils ont renversé la vapeur à leurs avantages et réussi à en faire un cheval de bataille en défiants ses mêmes occidententaux avec leurs propres armes.
    Regardez maintenant la chine, son actif et arsenal financier en Europe seulement dépasse les 800 Milliards d’EUROS.
    Aux états-unis on ne jure que par les produits Chinois qui jadis et je le répéte encore étaient la propriété des puissances Américaines.
    Les créanciers Chinois ont étouffé le marché Américain dont la dette envers cette Chine et de l’ordre de Trillions de Dollars.
    Alors arrêtons de faire l’avocat du diable et revenons à la raison.S’il y a échecs c’est parce qu’on a voulu étouffer dans l’oeuf toute tentative mitigée de vouloir sortir de l’enfer qu’on a héritait du colonialisme. L’impérialisme psychologique nous a aveuglé pendant de décénies et continu de le faire il nous empèche de progresser.On se sent vide à l’intérieur et incapable de penser sans les autres.Les idées préconsues des ennemis de l’Algérie ne s’arrèterons que lorsqu’ils le jugent nécessaire.Et tant qu’il y aura des oreilles qui les écoutent,ils continuerons.
    Boumédiene n’est qu’un homme parmi la foule,avec ses valeurs et ses défauts,il a fait ce que sa conscience lui a dictée de faire en bien ou en mal.Ce n’est pas à moi de le juger,je ne suis ni son confident et encore moins son conseillé.
    Mr. Adel l’a bien souligné lorsqu’il parle de l’après Boumédiene. Quelles sont les raisons qui nous ont empéché d’aller de l’avant?
    A-t-on sciament bloqué notre faculté de penser positif et de pardonner aux gens qui nous ont fait du mal et empécher de progresser?
    A-t-on sciament coupé ses liens fraternels et affectifs qui jadis faisaient le fiérté des Algériens?
    A-t-on sciament voulu maintenir l’Algérien dans un état végétatif en le privant de ses facultés motrices.
    Pour toutes ses questions,Essayant de trouver ensemble et éliminer les tares qui nous empéchent de progresser et de bouger.
    Jetons le voile de l’insertitude et avançons pas par pas dans la bonne direction.
    Pour en finir Dieu n’avait dit dans son saint CORAN que celui qui s’avance vers moi d’un pas j’avancerais vers lui d’un métre,que celui qui viendra vers moi en marchant j’irais vers lui en courant.
    Donc Faisons le premier pas.




    0
  • W A H I D
    9 octobre 2011 at 22 h 52 min - Reply
  • BRAHIM
    9 octobre 2011 at 23 h 54 min - Reply

    Cher @Koulou , tu parles du niveau de l’université et des étudiants algériens d’avant la mort de Boumediene , donc avant 1978 où les enseignements se faisait surtout en français et accessoirement en arabe. Mais mon frère qui étaient les professeurs qui enseignaient à l’université avant 1978 et dans quelle langue ? Moi j’ai connu Monsieur Dowidar, égyptien agrégé d’une grande université Anglaise qui maîtrisé parfaitement trois langue arabe, anglais, français(et non El Azhar), Salama , agrégé spécialiste de l’histoire du Maghreb de 500 avant jésus christ jusqu’à nos jours, Monsieur Degrandcourt , agrégé en droit civil (+ docteur honoris causa ), Monsieur Soulier agrégé spécialiste en droit constitutionnel, Monsieur Benachnou agrégé d’économie, le professeur Issad, le professeur Mahiou pour ne citer que ceux là.
    Aujourd’hui que reste-il de l’enseignement supérieur anarchiquement arabisé et sans âme, où domine une culture au rabais et un esprit en « régression féconde » perpétuelle. A une vitesse Grand V ???!!!

    Voilà, par exemple, ce que j’ai pu lire sur un journal on line algérien, çà donne une idée que ce qu’est devenu l’université algérienne :
    « Pour ne parler que de Monsieur Issad, il faut savoir que c’est un professeur de droit qui possédait une forte culture juridique, et un sens aigu de l’Etat de droit dont il ne pouvait concevoir l’existence effective que par le mariage harmonieux et l’équilibre des trois pouvoirs : judiciaire, législatif et exécutif. Avocat, expert en droit des affaires et international, Mohand Issad , formé à «l’ancienne école », possédait également des compétences attestées dans le domaine du droit constitutionnel et figure, à côté du professeur Ahmed Mahiou, parmi les meilleurs juristes de l’Algérie indépendante. Deux personnages considérables, bien connus et appréciés à l’étranger par la qualité de leurs travaux, mais quasi inconnus de la presque totalité de nos étudiants des facultés de droit ! En faisant, il y a plus d’une année, un petit et rapide « sondage d’opinion » auprès des étudiants de la faculté du droit et de science politique de l’Université de Msila sur les figures marquantes de la science juridique algérienne, nul n’a pu me citer le nom de ces deux professeurs dont il question ». A méditer !

    Par ailleurs, je ne peux pas m’empêché de faire un raccourci sur l’esprit, le niveau culturel et le sens des responsabilité de ceux qui nous gouverne. Je prends l’exemple de Belkhadem, le détenteur de la « légitimité historique » du pays. Voici une de ses réactions type : Interrogé sur une femme qui vient de s’immoler à Oran, le SG du FLN Belkhadem a jugé “contestable” le recours à cette forme de protestation. “La revendication peut être légitime, mais la manière d’exprimer est contestable. C’est quelque chose qui a été importée, nous ne sommes pas des bouddhistes ou des sikhs qui croient à la douleur”, a-t-il dit. Pour lui tout e qui ne va pas est de la faute de la main étrangère qui « importe» dans notre pays des pratiques « en dehors de nos valeurs civilisationnelles arabo-musulmanes ».
    Où va-t-on , ya bou guelb ????? La petitesse d’esprit peut nous réserver encore beaucoup de surprise , plus que l’on pense. on est arrivé au fond de l’âbime mais ce n’est pas fini … car on creuse encore !




    0
  • adel133
    10 octobre 2011 at 5 h 01 min - Reply

    @Brahim,
    yarhamoualdik pour le rappel de cette glorieuse epoque qui fut la mienne jusqu’en 74 ou Mohamed essedik Benyahya etait ministre (MERS).Malgre toutes les critiques qu’on peut faire,c’est sous boumedienne que l’algerie a forme des bataillons d’univesitaires et des cadres d’une tres grande competence,meme si sa promesse de construire un etat perenne qui survivra aux hommes n’a pas ete realisee.nous etions pauvres,demunis,manquant de moyens pedagogiques,materiels et financiers,mais nous etions fiers et convaincus que notre sacrifice valait la peine pour construire notre pays et pas prendre des radeaux pour le quitter comme le font malheureusement et legitimement nos jeunes maintenant.faites le proces des gueux qui,depuis 1978 a ce jour ont fait de l’Algerien un zombie et de l’Algerie la mecque du vol et de la corruption…au lieu de sortir des squelettes du placard qui de toutes les manieres ne pourront pas parler.
    NB:loin de moi de faire l’Apologie de Boumedienne,je vous assure(c’est mon intime conviction aujourdh’ui soit 50 ans apres l’independance),que s’il n’y avait pas un chikour(pas au sens pejoratif)de type Boumedienne,l’Algerie aurait connu 1 coup d’etat tous les 6 mois.ils sont tous pareils.c’est des malades du pouvoir.




    0
  • Ali Biskra_Montreal
    10 octobre 2011 at 6 h 14 min - Reply

    Il n’y a rien à espérer de ce peuple tant qu’il y aura des personnes qui parlent du dictateur et criminel houari boumedienne comme si on parle de Abraham Lincoln ou de Gandhi, alors que tout le monde sais que c’est lui qui a semé la première mauvaise graine dans la terre de l’Algérie indépendante.




    0
  • fateh
    10 octobre 2011 at 11 h 42 min - Reply

    @koulou…

    Non,mais je crois rever en vous lisant…Vous osez par effraction essayer de comparer un lache assassin appele boukharouba qui a use de ruse et de ROUKH’S pour arriver au pouvoir, a des CHINOIS qui avaient la ferme conviction que le destin de leur peuple etait avant tout civilisationnel comme il l’a tjrs etait….
    De plus qu’est-ce que un pays de 800 millions d’habitants a avoir avec l’Algerie qui comtait a peine 9 millions…Si je me rappel bien un leader chinois avait bien signifie a l’ignare ben-bella que l’option socialiste en Algerie n’etait pas ce qu’il fallait vu que la Chine etait un continent de plusieurs centaines de millions d’analphabetes…
    Tant que boukharouba n’est pas mis a nu ainsi que toute la racaille qui l’a servi pendant 13 annees ,ministres etc…et denoncer les consequences de cet odieux system qu’il a erige en principe -cad- mensong assassina, corruption, torture et surtout la hogra au sens vermine -comme le dit si bien ZBIRI…jamais ce pays ne sortira des abysses dans lesquelles ce lache que vous venerez nous a plonge…




    0
  • Alilou
    10 octobre 2011 at 16 h 11 min - Reply

    @ Adel,

    Qu’est ce qui a rendu ce rêve obsolète ? Dans ce paragraphe (De temps à autre, quelques bribes de discours cohérents semblent prendre forme, puis le brouhaha et la cacophonie reprennent le dessus. Certains pleurent et se lamentent, d’autres rotent et continuent de s’empiffrer. Certains haranguent et menacent, d’autres se saoulent jusqu’au petit matin, distribuant les billets de 1000 dinars aux filles de joie, alors que le berrah hurle dans le micro : « Fi khater wlad… ») tu as oublié de citer la cacophonie matinale de 50 mouadine a 3 minutes d’intervalle et 5 mètres de distance les uns des autres, le cocktail des arabo-baathistes, des feuilletons Égyptiens, du wahhabisme et salafisme, de la rapines et de l’import-import et de hallal ou haram, de la rachwa, des criminels de guerre et de harkiyines des faux moudjahidines, etc… qui ont, la main dans la main, fait disparaitre le petit (OOH combien grand) souvenir de notre enfance et de notre culture, de nos coutumes ancestrales, de notre joie de vivre, de la niya, du savoir faire artisanal ou professionnel, du fellah qui aimait sa terre, du fonctionnaire qui faisait son travail honnêtement sans voler les heures, ni corruption, les écoles qui prodiguaient le vrais savoir et non l’endoctrinement et le lavage de cerveau, les imams qui prêchaient les vrais enseignements du Prophete (SAAWS) et non les faux imams et leurs fatwa qui appellent aux crimes, à la lapidation, au vitriol. Les mosquées étaient pleines de nos parents et grands parents de vieux M’Newrine leur visages a barbe blanche ou sel et poivre en Burnous ou Kechabiya et non de clowns en penta-court hirsutes et sales, les visages m’chenfines tu le vois le matin tu un cauchemar la nuit, nos mères et sœurs soit en vêtements de ville ou en traditionnelles habillées décemment et pas vulgaires, notre HAYEK de différents types d’Est en Ouest et du Nord au Sud typiquement issues de nos traditions et non de Burka et autre tchador et 404 bâchées, de nos fêtes ou le Couscous et la Zerna font la paire, baba salem, Boualem Titich et Fadila Dziria, El-Aanka Oua El Fekhardjia et le chaabi dyelna et non pas les danseuses de cabarets orientales, Inspecteur Taher et l’apprenti, sans oublier Moh Touri (Besnassi), Rachid Ksentini et Mahieddine Bachtarzi notre école de l’art n’a rien a envier aux feuilletons égyptiens et j’en passe mais surtout de la baraka des ancêtres. Qu’avons-nous a envier aux autres pour importer une culture et une religion qui ne sont pas les notres.

    Tout ca mes chers amis et compatriotes a été soufflé et brulé
    Réduit en cendres en une seule décennie,
    ALGERIE MA CHERE PATRIE,
    Tu es devenue la poubelle de l’humanité,
    Tu es riche au-delà des espérances,
    Tu es habitée par des hordes de vanupieds
    Venu d’où je ne sais ou, chargés de rebus collectés et amassés
    Dans les poubelles de lointaines contrées,
    Ramenés dans des valises de vendus et troquées contre ton Identité,
    Jeté par terre et piétiné par ceux qui ne méritent même pas d’exister,
    Au nom d’une religion et de valeurs qui ne sont pas miennes
    On t’a vendu pour une bouchée de pain rassie
    Par ceux qui sont complices, la main dans la main
    Responsables de ta descente aux abysses.

    Reveillez moi quand vous serez tous pret a tout changer, en attendant je fume mon thé car le cauchemard continu….




    0
  • BRAHIM
    10 octobre 2011 at 21 h 24 min - Reply

    Voilà à quel niveau « pataugent » certains de nos jeunes algériens !!
    L’article ci-après est publié dans El Watan on line d’aujourd’hui :
    [ ….Non contents de voir le dispositif Ansej allégé et les taux d’intérêt sur les crédits bancaires réduits à leur plus simple expression, certains jeunes désireux de souscrire à ce dispositif émettent encore quelques réserves. Ils se demandent en effet s’il est licite ou pas du point de vue religieux de souscrire à ce dispositif, considérant le taux d’intérêt de 1% appliqué par les banques sur les projets financés dans ce cadre, comme de l’usure (riba).
    J’avais l’intention de déposer mon dossier à l’Ansej mais un ami m’en a dissuadé sous prétexte que c’est h’ram (illicite), même si le taux est faible», nous témoigne un jeune rencontré près d’une agence de l’Ansej à Alger. Il est loin d’être le seul puisqu’il nous parle d’une «dizaine» de jeunes de son quartier à Belcourt qui sont dans la même situation. «Nous sommes allés poser la question à l’imam de notre mosquée, mais il nous a dit la même chose», explique-t-il, en précisant qu’il devra «renoncer à son projet de transport frigorifique à cause de cet obstacle».
    Interrogé sur le sujet, Nacer Hider, secrétaire général à Al Baraka Banque, déclare à El Watan Economie : «Beaucoup de jeunes intéressés par l’Ansej qui viennent nous voir souhaitent bénéficier du concours des banques par uniquement la nôtre sans qu’il y ait ce taux d’intérêt qu’on leur impose même s’il est insignifiant, parce ce que c’est une problématique religieuse et pas seulement financière».La préoccupation n’est pas anodine puisqu’elle a même donné lieu à la création d’un groupe sur le réseau social le plus en vue du moment, à savoir facebook. Se faisant appeler «30 000 signatures pour que l’Ansej annule le 1% d’intérêt», le groupe se donne pour mission de sensibiliser le plus grand nombre de personnes à cette cause ….]
    UN VRAI MASSACRE ! Le conseiller à l’emploi, chez nous, c’est l’imam ! SANS COMMENTAIRE !




    0
  • aquerado
    10 octobre 2011 at 23 h 22 min - Reply

    Salam,
    @Mr BRAHIM, je viens de tomber sur mon fondement alors que je lisais votre commentaire sur belkhadem le fakir de service qui a sans doute du avoir un probleme avec sa planche a clous dans son sommeil pour avoir blatere(chameau va!) une telle ineptie!:“La revendication peut être légitime, mais la manière d’exprimer est contestable. C’est quelque chose qui a été importée, nous ne sommes pas des bouddhistes ou des sikhs qui croient à la douleur” Si un chef de parti du nom moins prestigieux FLN a qui beaucoup de pays et organisations ont copies le sigle, repond d’une telle maniere! que doit etre la base? Ce parti est foutu les mecs, c’est comme pousser un ane mort, allez circulez ya rien a voir!




    0
  • Koulou
    11 octobre 2011 at 0 h 23 min - Reply

    Rebelote Messieurs Dames,
    1)Puisqu’on ne semble pas prendre au serieux la situation dans laquelle le pays tout entier est en train de patauger à contre courant,alors essayant une autre approche en espérant que cela trouvera échos chez des gens aux oreilles attentives.
    Once uppon a time ou plus terre à terre,il était une fois dans un village lointain dans une commune du Titteri pour ne pas divulguer l’endroit éxact pour des considérations purement humanitaire.
    Alors donc Il y avait un groupe de personnes aux ambitions on ne peut plus honnêtes qui essayait de convaincre un des leurs de commencer à faire la prière avec eux parcequ’il était le seul () du groupe à ne pas prier, Ils essayèrent toutes les approches et ruses possibles sans pouvoir arriver à aucun résultat,finalement ils en sont arrivé avec une dernière solution qui était de lui imposer de faire la prière et en contre partie pour son acceptation on lui verserait un montant d’argent à la fin de chaque mois. Notre accolyte trouva la ruse à son goût et daigna accepter le deal (l’offre).
    Un mois passé à faire semblant de prier,il s’en alla rejoindre le groupe et demander sa paye pour ses efforts consenti à prier. Alors là un des groupes lui rétorqua qu’ils sont arrivés à cette conclusion dans le seul but de l’inciter à prier,ils n’avaient aucunément l’intention de le dédomager pour ses efforts à prier mais espérant qu’il trouverait gout à vouloir prier. Mais à la grande surprise du groupe, l’accolyte leur répond d’une ferme conviction: Si vous pensez m’avoir eu avec votre stratagème vous vous mettez le doigt dans l’oeil,alors si c’est comme ça moi aussi je faisais la prière sans ablutions.
    À vous de trouver la morale de l’histoire.
    HADITH.
    2) DIEU parla pour la dernière fois à MOISE;
    OH MOISE, Le Pharaon t’a imploré plus de milles fois de le sauver de la noyade mais tu as refusé de le faire;
    OH MOISE si le Pharaon m’avait imploré ne serais-ce qu’une fois de le sauver du déluge je lui aurais sauvé la vie.
    Comme quoi la vision du créateur dépasse de loin la pensée d’un être ordinaire aussi sage soit-il.
    Morale de l’histoire. « Mieux vaut s’adresser au bon DIEU qu’à ses saints ».

    SALAM ALAIKOUM




    0
  • Adel
    11 octobre 2011 at 0 h 56 min - Reply

    @BRAHIM

    Bonjour,

    Il y a quelque chose qui m’échappe. Si El Baraka Bank offre des prêts sans intérêt, alors pourquoi les jeunes ne la sollicitent-ils pas?

    Cordialement




    0
  • AlgeRIEN
    11 octobre 2011 at 14 h 05 min - Reply

    Boumediene c’était le « pêché originel » de l’Algérie.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique