Édition du
27 July 2017

Des Algériens victimes du racisme dans leur propre pays.


Le militant des Droits de l’Homme et syndicaliste Yassine Zaïd nous informe que plusieurs membres du CNDDC ont été arrêtés tôt le matin par des polirciers qui avaient encerclé la Maison des Syndicats, où les protestataires avaient passé la nuit. Ces interpellations de ces chômeurs protestataires, venus du Sud du pays, avaient pour but d’empêcher un sit-in qui devait se tenir à El Mouradia, devant le siège de la Présidence de la République.

Les policiers avaient visiblement reçu la consigne d’arrêter les chômeurs venus du sud, mais plutôt que de demander aux gens de présenter leurs pièces d’identité, ils optèrent pour la sélection à partir de la couleur de la peau. Tous ceux qui étaient très bruns ou noirs de peau furent interpellés sans ménagement, sans autre forme de procédure.

Et ainsi, après avoir subi une discrimination à l’emploi, au logement, voire même au respect, sur leurs propres terres, voici que ces compatriotes du Sud, qui avaient cru venir dans leur capitale, pour protester de l’injustice qu’ils subissent depuis l’indépendance du pays, se voient-ils traités comme des colonisés, voire des esclaves, par les policiers du régime qui les opprime.

On chercherait à provoquer un problème séparatiste qu’on ne s’y prendrait pas autrement. ATTENTION !

DB


Nombre de lectures : 2220
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • fhamtelmeqsoud
    9 octobre 2011 at 17 h 23 min - Reply

    il faut comprendre que nous avons dans la sphère du pouvoir des émules de guéant et Cie du côté français. C’est normal avec leur double nationalité ils ne peuvent qu’être racistes envers les algériens authentiques.
    Dieu ne regarde la couleur de la peau, mais ce qu’il y a dans le cœur.




    0
  • Nazim
    9 octobre 2011 at 20 h 17 min - Reply

    Le racisme est profondément enraciné en nous. Nous sommes nourris à son sein dés notre plus tendre enfance. C’est pour ça, qu’une fois adultes, on est plus volontiers «arabe», «Kabyle», «Chaoui», «targui», «turc» (et oui, j’en ai rencontré), etc., qu’Algérien. C’est dire qu’on s’identifie plus facilement à la «race» à laquelle on croit appartenir qu’au «pays» dont chacun voudrait s’accaparer.




    0
  • izem
    9 octobre 2011 at 20 h 26 min - Reply

    souvenez voud du racisme anti kabyles dpendant la marche du 14 juin 2001 ou les algerois nous jetter des balcons tout sorte dobjet et pourtant ces kabyles sont venus les liberer de la junte criminel du pouvoir.pauvre peuple




    0
  • abd el allah el muslim
    9 octobre 2011 at 22 h 12 min - Reply

    mes freres algériens ,n’ya t’il pas un adage qui dit¨
    diviser pour règner ¨?aolrs moi j’ose dire que l’union
    fait la force et ceci vient d’un ALGÉRIEN POUR TOUT LES
    ALGÉRIENS ET ALGÉRIENNES VIVE LES ALGÉRIENS(NNES) ET
    VIVE L’ALGÉRIE LIBRE.




    0
  • maissa
    10 octobre 2011 at 22 h 51 min - Reply

    le racisme ce n est pas uniquement les spheres du pouvoir, un exemple, j attendais patiemment mon tour dans une salle d attente et je recois un coup de telephone de ma nièce a qui je reponds forcement dans la langue par laquelle elle s est adressée a moi. Une dame me regardas, attendis que j ai finit et dit(je traduit):ces kabyles, ils nous mangent ces kabyles, et dire que Said Saadi a voulu organiser des emeutes.heureusement et bien fait pour lui les jeunes ont vite fait de lui dire de rentrer chez lui à » Bejaia ».
    Quand a moi, celui qui fait du mal a l Algerie, je le tue oui je le tue….
    je lui reponds alors que Said Saidi est chez lui partout en Algérie, que si on ne partage pas ses idées on se contente de ne pas le suivre,qu il n est pour rien dans les tueries de la decennie noire a laquelle la violence de ses menaces aurait d abord du s appliquer.
    Puis, j ai preferé quitter la salle d attente




    0
  • SAID
    10 octobre 2011 at 23 h 45 min - Reply

    On s’emeut du comportement raciste de certains europeens et on oublie que nous avons plus de racistes qu’eux : EL-DJEHL !!!!!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique