Édition du
21 July 2017

Adel Sayad, Poursuivi pour «atteinte» au président Bouteflika



Journaliste impertinent, poète écorché vif et cyber-opposant, Adel Sayad se sent désormais l’âme d’une bête traquée.

«Par la maffia de Tébessa», dit-il, apeuré. Paniqué, craignant pour sa propre sécurité et celle de sa famille, l’auteur de l’insolent recueil Ana Lastou Bikhir (Je ne suis pas bien) a échoué hier à Alger, cherchant désespérément soutien et assistance.
Adel Sayad se dit «menacé», ciblé par un «appel au crime», désigné à la «vindicte populaire» pour avoir critiqué et croqué sur facebook des barons et potentats locaux et de hauts dirigeants du pays. Lundi 3 octobre, Adel Sayad est auditionné par la police de Tébessa suite à une plainte pour diffamation émanant de l’homme d’affaires Mohamed Djemai, député de Tébessa et vice-président de l’Assemblée populaire nationale (APN) qui lui reproche, entre autres, la distribution de tracts dénigrant sa personne.

Adel Sayad, redevenu depuis quelques jours chroniqueur à la radio de Tébessa – après avoir été débarqué de son poste de directeur de cette même station suite aux pressions d’un ancien wali de Tébessa – est aussi poursuivi pour atteinte au président Bouteflika et au ministre d’Etat, représentant personnel du président de la République et secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. Lors de son audition, les policiers lui ont montré des captures d’écran de son compte facebook où apparaissent des commentaires au vitriol postés à la suite du discours présidentiel du 15 avril portant sur les «réformes politiques». «A la sortie du commissariat, un pick-up Hilux, sans immatriculation, comme ceux qu’utilisent les contrebandiers, m’a pris en filature. Ses occupants, pour me narguer et m’intimider, arboraient des portraits du président Bouteflika», raconte-t-il. «Veut-on me faire passer pour un enragé, un ennemi de la nation, pour ensuite me liquider ?», s’interroge le journaliste.

Et d’ajouter : «Toutefois, je suis honoré qu’on me tienne de tels griefs. Et je ne m’arrêterais que lorsque Bouteflika, un homme malade qui a violé la Constitution, et Belkhadem, un islamiste wahhabite, détenteur d’un projet obscurantiste, sortiront de la vie des Algériens et jugés pour les dégâts incommensurables infligés aux générations futures !» Adel Sayad exige la «protection» de l’Etat. «Cet Etat de droit dont on se gargarise aujourd’hui, prompt à épingler internautes et petits chapardeurs, peut bien m’assurer une protection. A moins que Tébessa ne se soit véritablement ‘hors République’», ironise-t-il.

Adel Sayad, qui entame depuis peu une carrière politique au sein du Mouvement des nationalistes libres (parti en attente d’agrément), a écumé plusieurs rédactions comme chroniqueur. Le verbe haut et corrosif, il a sévi dans les colonnes de plusieurs journaux, dont le défunt hebdomadaire El Khabar Al Oussebouî, Al Djazaïr News et tout récemment pour le quotidien Al Djazaïr. Dans ses chroniques, le journaliste mettait régulièrement à nu les pratiques de la maffia locale et de ses ramifications nationales, décrivait avec des mots justes le quotidien sordide de l’Algérien de Theveste. En 2010, à Bouchebka, sa ville natale, à la frontière tunisienne, le barde a convié la presse locale et des chaînes de télévision étrangères, dont Al Arabia, pour assister à une procession funèbre symbolique. Adel Sayad a enterré tous ses ouvrages, dont un sur les milliardaires d’Algérie, et s’est mis depuis en «grève de la vie» !

Mohand Aziri

SOURCE


Nombre de lectures : 5226
28 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • D B
    11 octobre 2011 at 18 h 57 min - Reply

    Adel est un écorché vif. Poète jusqu’à l’âme, opposant à un régime qu’il a toujours dénoncé sans nuances, il a énormément souffert de la grande mafia politico-financière de Tebessa, particulièrement lorsqu’il a pris fait et cause pour son collègue Abdelhaï Beliardhouh, qui s’était suicidé après avoir été humilié, séquestré et torturé par un potentat local. Il fut limogé de son poste de Directeur de la Radio locale, et jusqu’à aujourd’hui, il est persécuté inlassablement. Adel est un ami très cher pour moi. Je connais sa valeur, et j’enrage de ce qui lui arrive, dans ce pays où les Hommes sont jetés en pâture à des chiens.




    0
  • elforkan
    11 octobre 2011 at 19 h 41 min - Reply

    à tous ceux qui se disent opposants si vous voulez que les gens vous soutiennent et vous prennent au sérieux évitez ce genre de raccourci : »un islamiste wahhabite, détenteur d’un projet obscurantiste. .etc »
    parce qu’en général ceux qui tiennent ce genre de discours ne font de l’opposition que parce qu’ils n’ont pas été convié au râtelier…
    Tous ceux qui sont en prison ne sont pas obligatoirement victimes d’une injustice et tout ceux qui qui critiquent le régime ne sont pas obligatoirement des opposants au sens noble du terme !




    0
  • Mouloud Y
    11 octobre 2011 at 19 h 58 min - Reply

    Encore un algérien opposant au régime que l’on veut faire taire.
    Durant les années de guerre civile, le pouvoir et les terroristes ont éliminé beaucoup d’intellectuels qui s’exprimaient très bien et qui pouvaient drainer les foules vers le changement.

    Aujourd’hui, on ne les assassine pas mais on les empêche de s’exprimer de peur qu’il fassent la révolution.

    Le compatriote Adel, dans ce Forum me répondait par rapport à ceux qui peuvent exprimer la révolte et ceux qui peuvent mener la révolution, et disait :
    « Il y a un saut qualitatif qui s’opère entre la revendication pour la satisfaction de droits de base comme le travail, le logement, etc., et la lutte politique consciente et organisée pour la construction de l’État de droit. C’est ce saut qualitatif qui fait la différence entre une révolte et une révolution. L’histoire montre que ceux qui affrontent quotidiennement les mille et une difficultés de la vie peuvent difficilement formuler par eux-même une alternative politique. »

    Il reste au pouvoir actuel d’arrêter tout algérien qui peut formuler une alternative politique !




    0
  • Aomar
    11 octobre 2011 at 20 h 13 min - Reply

    Mr Adel,j’eprouve beaucoup de sympathie pour vous,car j’estime que nous menons un meme combat pour la liberte.Malheureusement,j’hesite a vous supporter.Vous ignorez volontairement que la plus grande partie du peuple algerien opterait fierement pour cette tendance que certains diabolisent.En qualite de journaliste
    engage,mesurez vos propos et menagez toutes les sensibilites.




    0
  • TIZI HIBEL
    11 octobre 2011 at 20 h 38 min - Reply

    A Elforkan,
    Je suis surpris de votre reaction.
    En effet je considere que ce qui est dit sur Belkhadem n’est pas denue de fondement,si on se refere a ses positions et son parcours .Maintenant si vous avez des arguments prouvant le contraire ,on aimerait bien les connaitre a moins que vous ne considerez que le wahabisme est un rite musulman au meme titre que que le malekisme largement majoritaire au Maghreb.
    Pour ce qui est de votre opinion sur la justtice de notre pays qui met en prison les coupables,soit vous etes un naif reveur soit vous prenez les intervenants sur ce site pour des imbeciles.
    Par respect et prejuge de bonne foi je prefere envisager la premiere hypothese.
    Sans rancune.




    0
  • salem
    11 octobre 2011 at 20 h 47 min - Reply

    le probleme de bouteflika c’est qu’il pens que tout le monde et lache comme ceux l’entoure,il ne veut plus comprendre qu’en algerie ,il y a des hommes et des femmes qui ne se mettrons jamais a jenou,et que le jour viendra ou ce malade et sa clique d opportunistes et hypocrites auront a répondes de tous les crimes commis contre ce peuple depuis 62.




    0
  • samham
    11 octobre 2011 at 22 h 55 min - Reply

    Etre islamiste c un projet de société au même titre les autres courants qui ne mérite pas d êtres cites .le système n a rien d islamiste mais c est un grand corrupteur puisque il a pu nous avoir depuis 1962
    changeons arrêtons les insultes ,critiquons avec respect,et dire les bonnes actions des autres
    ALLAHOMA AHDINA




    0
  • BRAHIM
    11 octobre 2011 at 23 h 18 min - Reply

    @elforkan, si tu connais le VRAI projet politique de Belkhadem (tu as l’air de bien le connaître) tu en fais part aux internautes s’il te plait. Cà va faire avancer le débat !




    0
  • hakimM
    12 octobre 2011 at 3 h 14 min - Reply

    Je doute que Bouteflika est au courant des poursuites contre Adel Sayad.
    M Adel écrivez et réécrivez des lettres a tous les organismes nationaux et internationaux contre cette mafia qui doit tomber. La liberté d’expression s’imposera contre tous les corrompus d’hier et d’aujourd’hui.
    Le régime a peur des influences des occidentaux.




    0
  • winathe
    12 octobre 2011 at 4 h 07 min - Reply

    Antonio Banderas dans Zorro.
    Rabi yestrak quand on est sincère avec son pays et sa dignité même la mort sera douce et bienveillante , donc Eli yetkel ala rabi amrou ma ykhaf Bonne chance bon courage Jespere que rabi ikoun maak et les algeriens aussi




    0
  • ariahcene
    12 octobre 2011 at 5 h 29 min - Reply

    l’algerie a besoin de beaucoup de vrais algeriens intelligents qui vont d’abord essayer de sortir notre peuple de cette maladie que cette pouvoir voyou, mafia et criminel a fait semer. En suite le grand jour viendra.




    0
  • aures
    12 octobre 2011 at 6 h 53 min - Reply

    « un islamiste wahhabite, détenteur d’un projet obscurantiste »…belkhadem se travestit,avec ses tenues clouwnesques à la khadafi est surtout un () à l’algerie,lui qui émargeait à l’embassade des mollahs pendant les évenements du FIS.Cet avatar primaire est plus dangereux que tous les islamistes réunis.




    0
  • IRIS SAMY
    12 octobre 2011 at 8 h 30 min - Reply

    de Larbi BELKHEIR a Bouteflika

    Ne à Frenda dans l’ouest Algérien en 1937 ce fis de caïd était un enfant de troupe comme son père, il a toujours servi sa mère patrie : la France, il rejoint l’ALN en 1958 ( Promotion Lacoste ) au poste frontière de Garn El Halfaya ( sud de Kef ) en passant par la base de FLN à Tunis; il n’a donc jamais porte les armes contre les troupes coloniale,Belkheir a été affecté au camp d’instruction de Oued Meliz ( près de Ghardimaou).il était charge de former le 45éme Bataillon.
    En compagnie d’un autre enfant de troupe Guenaizia il a tenu la fameuse réunion avec les officiers de l’ ALN à la frontière Tuniso-algérienne destiné a repartir les tâches a la tête du commandement de l’armée.
    A l’indépendance il est capitaine et chef de sous groupement stationné à Constantine, on l’envoie s’instruire à l’école d’état-major en URSS et devient directeur de l’infanterie

    1965- 1975 : chef d’état- major à Ouargla et enfin chef d’état-major à la 2e région militaire pendant dix ans. région militaire commandée par Chadli Bendjedid
    1975 – 1979 : il obtint le grade de Commandant, et dirige l’ENITA ( l’École National des Ingénieurs et Technicien d’Algérie ) la ou fut tenu le conclave ou il a été décide l’intronisation de Chadli Benjdid a la tête de l’état Algérien et non au siége du Conseil de la Révolution, comme on a laisse croire.

    Larbi Belkheir a fait l’essentiel de sa carrière sous l’ombre de Chadli qui est également ancien officier de l’armée Française , il le rejoint logiquement a la présidence et obtint le poste de chef du haut conseil de sécurité et de la défense (HCS )en 1979.Pendant dix ans,( 1979 – 1990 ) il occupe les postes suivants : Chef du HCS, secrétaire générale de la présidence et enfin directeur de cabinet du président Chadli.
    Il s’occupe a diviser les services secret Algériens, la S.M, commandé par Kasdi Merbah, car Belkheir savait qu’il fallait diviser pour régner, il commence par saboter puis dissoudre la DCSM ( Direction central de la sécurité Militaire ) grâce au soutiens de ses hommes place aux postes stratégique des services, il crée la DRS ( Département des Renseignements et de la Sécurité ) et met a sa tête son homme de main a l’époque le Colonel Tewfik en 1990.
    Juin 1991 : en prévision de coup d’état contre Chadli, il se proclame ministre de l’intérieur dans le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali pour ne pas éveiller les soupçons et charge le ministre de la défense Khalled Nezzar d’organiser le coup d’état.
    Après l’assassinat de Mohamed Boudiaf a Annaba en Juin 1992, Larbi Belkheir qui était parmi les instigateurs soupçonner du meurtre de président, se retire de la scène politique, en juillet, pour se consacrer entièrement à ses affaires.
    Mais il reste en contacte permanent avec les autre décideurs ces derniers organisent en Juin 1998 l’assassinat du chantre de la cause Berbére Matoub Lounes pour chasser Zeroual de la présidence de la république
    Fin 1998, sa résidence à Hydra est le siége des tractations entre Bouteflika et les généraux pour la désignation de celui ci à la présidence de l’état.
    En décembre 2000; il devient le chef de cabinet de Bouteflika malgré le refus de ce dernier de le nommer officiellement a ce poste, il a du céder sous les pression de si Larbi.
    Larbi BELKHEIR est l’homme araignée, il est le proche confident des islamistes et des soit disant éradicateurs, il a ses pions dans tous les camps. Il a mené les négociations avec le FIS en 1991.
    Il est l’agent de l’Elysée ( la France ) par excellence, c’est l’homme de main de Jacque ATTALi , le conseiller politique de françois MITTERAND, il a appuyé la France sur maintes et un dossier délicat concernant sa politique algérienne. Un de ses frères est d’ailleurs un militaire haut gradé dans les services se sécurités de l’armée française, ce dernier a jouer un rôle important pendant le règne de Mitterand.
    C’est aussi, l’homme de la » déboumedianisation ». Il a activement contribué à effacer, tous ce qui avait attrait à l’Algérie de Boumédienne alors qu’il a fait l’essentiel de sa carrière en prêtant allégeance a ce dernier.

    C’est le serviteur attentionné de la famille du président Chadli . Il se rapproche de la seconde épouse de Chadli, Hlima Bendjedid, et devient ainsi un intermédiaire influent. Un « Chayate » ( servile laudateur ) par excellence, Il a été le point nodale des familles Chadli / Bourekba / Lahouel .
    Il nomme et il gomme les gens qui font partie du système. Avec Hlima, Larbi forme un duo terrible qui sévira pendant longtemps jusqu’as ce que Chadli somme sa femme de ne plus s’immiscer dans la politique.
    Belkheir à toujours su profiter des occasions qui se présentait, c’est lui qui a repêché Smain LAMARIi (qui est actuellement un des décideurs ) quand le général Betchine l’avait viré en 1990. L’actuel patron des services secrets, Mediene dit Tewfik, a une dette envers lui, Belkheir l’a mis à la tête de ce département.
    Il est connu d’être le parrain de la Mafia politico-financière algérienne, en 1992 il prend sa retraite pour s’occuper de ses affaires entre Alger et les grandes capitales occidentales. Pendant cette période, il a su se faire petit et faire oublier les doutes qui entaché ses mains sur l’assassinat de Boudiaf.
    Son retour en force actuellement avec son poulain Bouteflika, prouve que sa retraite fut intentionnelle et rentre dans le cadre d’une stratégie élaboré par un cabinet noir qui préside aux destinées du pays.
    Tous le monde sait sur Alger, que c’est lui le principal ciment et jointure entre Bouteflika et les généraux Algériens.

    Comme par enchantement, le général fait un revirement total de position et apporte sa caution au candidat Bouteflika, Belkheir était passé auparavant beaucoup de temps pour convaincre Nezzar, de la nécessité de l’avoir comme président de la république.
    Après quelque « gaffes » du président Bouteflika, Belkheir décide de s’approcher de la présidence pour mieux surveiller son poulain qu’il a imposé aux décideurs et faire la jonction entres le président et le pouvoir réel Algérien. Belkheir est actuellement directeur du cabinet du président Bouteflika Il a tissé un réseau de relation extrêmement puissant et efficace dans le monde entier, surtout en France.
    Larbi Belkheir est le vrai président de l’état Algérien




    0
  • IRIS SAMY
    12 octobre 2011 at 8 h 31 min - Reply

    Mohammed LAMARI
    Général des corps d’Armée

    Le plus  » Fou  » des généraux mafieux, il doit son ascension a sa grande gueule et a son audace mais sûrement pas a ses compétences et sa bravoure.
    Mohamed Lamari est né a Alger le 7 juin 1939, mais il est originaire de Biskra, avant de rejoindre l’ALN en 1961 au Maroc quelques mois avant la signature des accords de cessez le feu, il avait suivi une formation à l’école de cavalerie de Saumur en Françe.
    A l’indépendance, il a été officier instructeur, avant d’occuper le poste de chef d’état major dans les différentes unités opérationnelles qu’a eu a diriger l’Ex président Liamine Zeroual.
    feu président Boudiaf se méfiant de lui ordonna sa mise en retraite en mars 1992, mais son ordre n’a jamais été exécute, au contraire les généraux putschiste lui ont confie le commandement du COLAS ( Centre Opérationnel de la lutte Anti- subversifs ) dans la foulée il est promu Général de corps d’armée le 1er Novembre 1993.
    Mohammed Lamari se distingua lors de la réunion des chef d’états majors et des commandants des régions militaires a la fin du mois de décembre 1991 juste après l’annulation des résultats du premier tour des élections législative, en approuvant les idées du ministre de la défense a l’époque Khalled NEZZAR, sa loyauté fut très vite récompense.
    Aujourd’hui il est l’un des décideurs du sort de tous le peuple Algérien.
    on l’appel  » l’éradicateur » car il prône l’éradication total des groupes armés islamiste alors que d’autres généraux majors comme Belkheir et Touati préfèrent utiliser ces cellules terroristes pour se maintenir au pouvoir et continuer a utiliser le prétexte du terrorisme islamique.
    complément d’informations sur
    MOHAMED LAMARI
    Chef d’état-major de l’ANP
    Né le 7 juin 1939, à Alger, dans une famille originaire de Biskra, dans le sud-est algérien, Mohamed Lamari est un homme massif au regard autoritaire et aux manières cassantes. Issu de l’armée française durant la guerre d’Algérie, il a été formé dans la cavalerie à l’Ecole de guerre de Saumur en France.
    Il rejoint l’Armée de libération nationale (ALN) en 1961. Il suivra plus tard une formation d’artilleur à l’Académie militaire de Frounze (ex-URSS), puis d’officier d’état-major à l’Ecole de guerre de Paris.
    Tour à tour officier d’instruction, directeur d’école, commandant d’unités opérationnelles, chef de région militaire, Mohamed Lamari se distingue tout particulièrement en janvier 1992 lors d’un conclave réunissant prés de 200 officiers, où il demande, de façon tonitruante, au président Chadli Bendjedid de démissionner. Il estimait, après la victoire du FIS aux législatives de décembre 1991, que la gestion du « péril islamiste» passait avant tout par le départ du président.
    Écarté un moment par le président Boudiaf en 1992, il est chargé de la création d’une « task-force » anti-terroriste de 15 000 hommes. Le commandement de celle-ci lui vaudra de prendre la direction de l’état-major en juillet 1993 dans la foulée de la nomination du général Liamine Zeroual au poste de ministre de la Défense.
    Depuis, il est au centre de toutes les promotions militaires. Il est promu au grade de général de corps d’armée et devient de fait le ministre de la Défense lorsque Liamine Zeroual est désigné à la présidence de la République




    0
  • IRIS SAMY
    12 octobre 2011 at 8 h 32 min - Reply

    Général Major Mohamed Lamine MEDIENE dit « Tewfik »
    Chef de la D.R.S

    Le plus énigmatique de nos généraux mafieux, c’est normal le général major Médienne dit Toufik a passé toute sa vie dans les services secrets Algériens.
    Né en 1939 à Gueznet dans la petite Kabylie, il grandit à saint Eugène ( Bologhine ) il rejoint les rangs de l’ALN en 1961 dans l’est algérien quelques mois avant la signature du Cessez le feu, a l’indépendance il intègre la direction des services secrets ou on l’envoie en stage de formation en URSS au sein du KGB.
    De retour il nous d’exélentes relations avec le futur président de la république Chadli Benjdid et son chef de cabinet Larbi Belkheir dans la 2 eme Region militaire. en 1978 il est capitaine et homme de confiance de Chadli, il réintègre la direction central de la SM et prend la tête de la sous direction de la sécurité de l’armée sous le commandement du général Lakehal Ayat directeur Central de la sécurité militaire.
    en 1987, sous l’influence de sa belle famille, le président Chadli signe un décret pour lequel le sous lieutenant – colonel Tewfik est désigné pour la succession du général Hocine benmalem a la tête de la DADS ( département des affaires de défense et de sécurité ) il aura sous a coupole tous les services de sécurité du pays ( police, Gendarmerie, sécurité militaire )
    Après le départ ( mutation ) de Lakhal Ayat, il devient directeur central de la sécurité de l’armée en remplacement du général Betchine, la démission de ce dernier en octobre 1990 lui permet de mettre sous sa coupe tous les services de sécurité en créant la D.R.S ( Direction du renseignement et de la sécurité ).
    Le général Major Mediene toufik est le patron des patron des services secret Algérien depuis plus de douze ans, il a détourné des milliards de dollars et a orchestre plusieurs opération de « nettoyage » , il s’est occupé entre autres d’organiser l’assassinat de Boudiaf en juin 1992 et de Kasdi Merbah un an plus tard avec son adjoint a l’époque le général Smain
    complément d’information sur …
    MOHAMED MEDIENE
    Directeur du Département renseignements et sécurité
    Le général-major Mohamed Mediene est issu d’une famille kabyle originaire de Guenzet dans l’est Algérien. Plus connu sous le surnom de « Toufik », il n’émarge pas au MALG – ancêtre des services de renseignements algériens – dans les années 50, à la différence de la plupart des patrons du renseignement algérien.
    A l’Indépendance M. Mediene fait partie de la promotion « tapis rouge » qui suit ses premières classes dans les écoles du KGB. Affecté, avec le grade de lieutenant, à la deuxième région militaire, dirigée depuis l’Indépendance par le colonel Chadli Bendjedid, Mohamed Mediene est nommé officier de sécurité de cette zone frontalière du Maroc. Sous le commandement du colonel Bendjedid, il effectue un long chemin de compagnonnage avec un capitaine influent, Larbi Belkheir, alors chef d’état-major de la deuxième région militaire.
    Sous la direction de Medjdoub Lakehal Ayat, patron de la Sécurité militaire (SM), qui le trouve encombrant, il est nommé attaché militaire à Tripoli en 1983. De retour de son « exil » diplomatique, il dirigera brièvement la Direction centrale du génie militaire. En 1986, il devient chef du Département défense et sécurité à la présidence de la République, où Larbi Belkheir occupe la fonction de directeur de cabinet du président Chadli Bendjedid.
    Lorsque la Délégation militaire de prévention et de sécurité (DGPS) est créée en mai 1987, il y devient directeur de la Sécurité de l’armée (SA), la police politique de l’Armée nationale populaire. À la dissolution de la DGPS en septembre 1990, il prend la tête du Département de recherches et de sécurité (DRS) qu’il dirige à ce jour.
    Sa carrière démarre réellement avec la destitution du président Chadli Bendjedid en janvier 1992 et la montée de la menace islamiste. Dirigeant à la fois la sécurité intérieure, les renseignement extérieurs et la SA, Mohamed Mediene a un poids considérable dans le système politico-militaire algérien.
    Cet amateur de cigares qui apparaît rarement en public possède, par le biais de ses réseaux et de sa fonction, un puissant ascendant sur les médias, les partis politiques, les lobbies d’affaires et les différents courants de l’armée.




    0
  • IRIS SAMY
    12 octobre 2011 at 8 h 39 min - Reply

    Un groupe d’intellectuels algériens vient de lancer une pétition pour demander au Conseil Fédéral Suisse de geler les avoirs financiers des dirigeants algériens dans des comptes bancaires suisses.

    « Nous avons appris, par des sources proches du pouvoir algérien que, alertés par la décision salutaire, et admirable, du Conseil Fédéral Suisse, de geler les avoirs financiers de la famille Moubarak, les caciques du régime algériens, ceux appartenant au clan Bouteflika, à la junte, ou à leurs clientèles et parentèles respectives, ont commencé à retirer leurs fonds des banques suisses, et à les virer vers des destinations qui échappent à tout contrôle digne de tout Etat de Droit », ont-ils écrit.

    Selon les signataires, des responsables algériens tentent, en Suisse, en Amérique et en Europe, d’éclipser ou de dissimuler leurs fortunes, et de les rendre invisibles, avec une traçabilité impossible à réaliser. « Ces fortunes s’élèvent à des centaines de milliards de dollars et sont la propriété du peuple algérien. Il serait opportun, et juste, pour le peuple algérien, de ne pas attendre que ce régime tombe, pour geler ses avoirs », ont-ils ajouté.

    Pour les signataires, geler ces avoirs financiers indus sera une décision à l’honneur du peuple suisse et de son Conseil Fédéral. « Ce précédent heureux contribuera, non seulement à préserver un patrimoine financier subtilisé au peuple, parfois au prix du sang, mais aussi, et surtout, a dissuader d’autres régimes prédateurs de piller leurs peuples. Ces fonds contribueront à relancer l’économie algérienne, et à soulager les souffrances de larges couches de la société », ont-ils relevé. « La morale, le bon droit, et la loi commandent de demander à quiconque détient des fortunes considérables, sans aucun rapport avec ses revenus déclarés, d’où il les tient, et de justifier les voies et moyens qui lui ont permis de les amasser. A plus forte raison lorsqu’il est de notoriété publique que cette personne s’est accaparé ces fortunes, souvent colossales, en les pillant au pays dont il a pris le pouvoir, souvent par la fraude électorale, la force des armes, et la manipulation », ont-ils encore souligné.

    PREMIERS SIGNATAIRES:
    Djamaleddine BENCHENOUF. Journaliste France
    Noureddine BELMOUHOUB
    Abdelkader DEHBI. Universitaire Alger
    Amar OUERDENE Universitaire. Montréal
    Mhamed MEDJERI
    Med Tahar HAMROUCHI
    Med Tayeb HAMROUCHI
    Hocine HAMROUCHI
    Nacer HAMROUCHI
    Abdelmadjid BOURAS
    Abdelkader SOLTANI
    Salah-Eddine SIDHOUM. Chirurgien. Alger (Algérie).
    Meryem MEHDI
    Abdelkader BOUHAS Enseignant Montréal (Canada)
    IRIS SAMY Enseignant Chirurgien (NEW YORK)




    0
  • guerriere de la lumière
    12 octobre 2011 at 11 h 49 min - Reply

    Je condamne fermement la façon donc cet honnête citoyen est traité ou plutôt « traqué »! Quelque soit sa pensée idiologique. Rien ne justifie un tel acte!!!

    Apprenons à nous respecter mutuellement d’abord, apprenons à penser, à écouter, à observer, à discerner, à analyser, à nous remettre en question.

    Apprenons à maitriser nos nerfs, à respirer profondément avant de porter un jugement sur une situation ou une personne!

    Prenons du recule et revoyons nos erreurs passées!

    @ EL forkan!

    Mr Belkadem est loin, même très loin de ce qu’est un musulman! cessez de defendre l’indéfendable.Il est complice et coupable au premier degré de nos malheurs.

    Personne ne veut d’un « islam wahabite » à la tihoudite! Il ya qu’un seul vrai Islam, celui décrit par notre prophète « Mohamed » SAWS!

    Cessons cette hypocrisie maladive, libérons nos esprits de ces moules qu’on veut nous façonner et ces chapeaux qu’on veut nous faire porter!

    S’il y avait de vrais musulmans, ceux qui ont compris le message de Dieu et l’appliquent, tu crois que l’on serait caché dernière nos claviers pour dénoncer ces injustices! Voyons….soyons honnetes pour une fois.

    Un trouillard, craint l’homme plus que Dieu!!! alors ???




    0
  • yanis
    12 octobre 2011 at 19 h 39 min - Reply

    C’est dommage d’associer à tous les débats la noble religion qui n’appartient à personne et qui est destinée aux citoyens du monde entier.La preuve; regardez le nombre de pratiquants en Indonésie.

    En ce qui concerne l’Algérie ne doit-on pas déjà être tous unis sur le fait que le pays appartient à son peuple ce qui signifie que les revendications suivantes doivent être le fer de lance de tout un chacun:
    – les citoyens sont égaux en droits et devoirs
    – L’état doit leurs assurer la sécurité, l’école, la santé,la justice, le logement et le travail.
    – Le respect de la liberté d’expression qui est encore une pratique méconnue.

    Enfin, que faut-il faire pour remettre ce pays entre des mains « propres »?

    Mettre en place des normes peut commencer par réguler nos comportements, se respecter.

    mes salutations aux AHRAR




    0
  • elforkan
    12 octobre 2011 at 20 h 42 min - Reply

    @TIZI HIBEL,BRAHIM et guerrière de la lumière .

    Si vous croyez que je défends Belkhadem, vous faites fausse route, L’adage dit : « qui se ressemble s’assemble » !!!!!!
    Je ne suis pas du tout choqué par des critiques qu’on porterait sur une personne, tout est critiquable sauf Dieu, l’Islam et son Prophète(saws), seulement j’étais choqué par « projet obscurantiste » et j’ai cru comprendre que cela insinuait projet d’une société musulmane authentique (et non islamique folklorique).
    Combien de fois on a dit SVP cessons de taxer d’Islamiste tout ceux qui se prétendent l’être. l’islamiste ou le musulman vous le reconnaitrez à son comportement,et à ses actes, et surtout à son opposition à l’injustice même si elle est commise envers de non croyants (individus ou nations) et non à sa djellaba, ni à la longueur se sa barbe ni la femme à son niqab( quoique la pudeur et la decence sont recommandées ).
    Non l’Islam n’est ni moi, ni Belkhadem, ni le FIS ni encore moins le HAMS, ni X, ni Y, l’Islam c’est la croyance en Dieu ,en son Prophète (bien sûr) et en LA JUSTICE et en la JUSTICE et qui n’est pas JUSTE et HONNÊTE ne mérite pas le qualificatif de musulman mais celui hypocrite…….le FIS d’ailleurs ne doit sa défaite qu’à l’hypocrisie de la majorité de ses membres, et s’il était sincère Dieu lui aurait certainement donné la victoire conformément à la vérité suivante : « Ô vous qui croyez! si vous faites triompher la cause d’Allah, Il vous fera triompher et raffermira vos pas »




    0
  • BAMAKO TAHYA L´EMO
    12 octobre 2011 at 21 h 30 min - Reply

    dans notre pays il y a trois races de jounalistes, il y a des journalistes serieux,hônnetes et nationalistes, il y a des journalistes béni oui-oui,et corrompus. il y a aussi des journalistes traitres a la nationet aux services de la propagandes des franco-sionistes!!!.




    0
  • elforkan
    12 octobre 2011 at 21 h 41 min - Reply

    Rejoindre l’ALN en 1961 !!!!!
    POURQUOI EN 1961 ??
    ette date est elle fortuite ????
    1961..196(6-1)=1965….19/6/65 !!!! coup d’état des franc maçons !!
    Les franc maçons, infiltrés en 1961, ont pris le pouvoir en en Algérie en 1965..et le sont jusqu’à nos jours……Regardez (vu d’avion)les hotels Hilton, Sofitel et autres constructions et vous saurez que ce n’est pas de la fiction, mais bien une RÉALITÉ !!
    Le régime algérien jouit du soutient du sionisme et de la franc maçonnerie, c’est pourquoi les choses chez-nous n’est pas pour demain, il faut d’abord que le sionisme tombe, c’est le pilier….le reste s’écroulera de lui même !




    0
  • elforkan
    12 octobre 2011 at 21 h 44 min - Reply

    plutôt..  » c’est pourquoi le changement chez-nous.. »




    0
  • soltane
    12 octobre 2011 at 22 h 53 min - Reply

    le silence des services de la présidence de cette affaire grave et sur d’autres affaires de menaces de mort ou d’emprisonement sont une preuve de la complicité du président lui meme contre les acharnements contre des enfants dignes de l’algerie,le silence de sa majesté n’est ce pas un ecouragement pour commettre meme l’irreparable.pourquoi ce president n’a pas exigé une enquete sèrieuse sur l’assassinat du professeur kerroum à oran,et tout les autres assasnats politiques sans oublier les enlevements et disparitions forcées durant la decennie de sa majesté.

    Adm: Non seulement il ya un silence qui en dit long, mais certainement aussi des instructions pour le faire taire. Il a été congédié, persécuté dans le silence le plus total, harcelé par des baltaguias dans sa Tebessa natale, menacé et j’en passe. Adel le poète, Adel le journaliste libre, Adel le trublion, le libre penseur, le généreux et le courageux citoyen est tué dans le silence des moutons qui n’osent même pas bêler la plus petite protestation.




    0
  • elforkan
    13 octobre 2011 at 17 h 36 min - Reply

    @HAKIM.M
    « Je doute que Bouteflika est au courant des poursuites contre Adel Sayad. » !!!!!!!!
    Wallahi vous avez raison mon cher, il n’est pas au courant !!! il ne l’est pas également au sujet de l’agression de monsieur Belmouhoub,ni des problèmes de monsieur SiMozrag, ni au courant d’autres problème !!
    Alors, il est au courant de quoi ? de rien !! et justement c’est ça le problème de l’Algérie, nos responsables ne sont au courant de RIEN, ils sont trop occupés par leurs PETITES affaires !!!
    « qui ne se soucie pas de nos affaires, n’est pas des nôtres » disait notre Prophète .
    « Je doute que Bouteflika est au courant » !!! wallah vous êtes un philosophe, en une seule et simple phrase, vous avez tout dit !




    0
  • Said AIT ABDELLAH
    13 octobre 2011 at 19 h 42 min - Reply

    http://www.lematindz.net/news/4681-corruption-que-les-algeriens-se-mobilisent.html

    saidaitabdellah dit :
    24 septembre 2011 à 18 h 00 min
    Arretez de vous moquer du Peuple :

    Il ne faut pas vous moquer du peuple algerien, vous avez un exmple vivant. Mr Said AIT ABDELLAH laisse le peuple Algerien de juger.
    Suivez lien vidéo :
    http://www.youtube.com/watch?v=rnGz5QlRnOo

    Je suis la personne qui témoigne dans le documentaire CORRUPTION, mon nom complet est M. AIT ABDALLAH Said dés 1978,
    j’ai compris les dangers de la corruption. Mon engagement indéfectible va me mener en novembre 1979 dans l’enceinte
    maléfique du cabinet noir à la présidence de la République, d’où le sacrifice d’un bébé , mon enfant en novembre 1979.
    Dés lors, j’étais convaincu dans toute la profondeur de mes fibres, que d’autres enfants allaient mourir et que combattre
    ce système était une question de vie ou de mort. Durant plus de trente ans, seul, trop seul, assiègé dans l’arène,
    face à l’arrogance, la lacheté, les trahisons les plus viles, je regardais impuissant le venin se deversait
    du sommet de l’Etat pour envahir et endeuiller un grand peuple si valeureux et travestir son histoire.
    Il fallait relever le défi en implorant Dieu le Tout puissant de me préter vie, courage et détermination et laisser
    le soin au temps d’être un jour l’infaillible témoin. Il y’a trop de repères et trop de traces de mon sang sur le long chemin
    de la mort pour que notre valeureux général Toufik MEDIENE et son compère BOUTEFLIKA puissent relever le défi.
    Mon défi majeur dont le peuple algérien et sa jeunesse, j’en suis convaincu tirera sa fierté, sa grandeur, sa vraie histoire.
    ” Lettre de l’avocat de M. Ait Abdallah, victime du système mafieux Par Said Ait Abdellah, lundi 7 mars 2011, 16:51. 25 février, 2011 Posté dans Corruption Algerie :
    http://ffs1963.unblog.fr/2011/02/25/lettre-de-lavocat-de-m-ait-abdallah-victime-du-systeme-mafieux/




    0
  • D B
    13 octobre 2011 at 20 h 13 min - Reply

    L’affaire de Said Ait Abdallah est significative de l’indicible oppression que subissent les plus valeureux parmi nous. Nous allons la traiter prochainement, pour éviter qu’elle tombe dans l’oubli, comme de nombreuses autres.




    0
  • elforkan
    13 octobre 2011 at 21 h 16 min - Reply

    « Ils ont commencé par donner de violents coups de pieds à la porte »…..bien sûr pour impressionner, terroriser et se donner l’air terrible comme le faisait les petit soldats dans les années 91, ils barbouillaient leurs visages de suie pour faire peur…..aux gamins !!
    Mais quelle lâcheté ! en tous las cas, les changements dans la région et particulièrement en Libye n’augurent rien de bons pour les maffieux dont la presse algerienne ose enfin citer leurs noms et leurs méfaits, alors qu’il n’y a pas une année, c’était tabou….peut être qu’ils deviennent trop encombrants,et que ceux qui ont rien pris ou peu ne veulent pas payer pour eux !…parce qu’un jour, il faudra bien payer, c’est une loi incontournable !
    En tous les cas, chose est certaine : LA PEUR VA DE CHANGER DE CAMP !




    0
  • Mustapha Sari
    20 octobre 2011 at 21 h 54 min - Reply

    obscurantism, if you are referring to Islam my dear sayad I advice you to do some research about the golden age of human civilization and educate yourself, you will find that, we are now living exactly in the dark era of obscurantism ever,unless you are misinformed or getting your news from what the western values????? are sending you via Internets, satellites, medias. Hypocrite they are they will always see Muslims as a lower race ‘who can never govern themselves without their help’, however these pseudo emancipated race, the inventors of the democracy??? which a presume you know a lot about it but not about Islam of course??? this entity is running the world with dirty dirty tricks( usury, corruption, political vendettas, wars…) their politic system is based on lying then lying and lying to their people, have you heard about the 99% people in America? can’t you see the nearly collapsing of the monetary in Europe? can’t you see global human situation across the world is this because of Islam or because of FIS or Hamas or the brotherhood in Egypt or in Jordan …,mind you these people they never took power God seek!!! in saying this you are accusing our creature of being a dictator حشاء لله ان هو كذ. if you do not know seek knowledge but do not accuse the unknown,




    0
  • Congrès du Changement Démocratique