Édition du
23 July 2017

COORDINATION NATIONALE POUR LE CHANGEMENT ET LA DEMOCRATIE D’ORAN ETAT DE DROIT OU ETAT DE LA TERREUR

La Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie d’Oran, à travers ce communiqué, ne peut se contenter de dénoncer la situation actuelle vécue par de larges franges de la société, confrontées à une violence multiforme car il est grand temps de demander à ce que les fautifs payent pour leur mode de gestion.
L’immolation par le feu semble devenir la seule forme de protestation d’une partie de la population qui se sent victime des abus et que nul recours ne vient stopper ou tempérer.
Les drames exemples récents survenus à Oran ne sont qu’une illustration de l’émiettement du lien social.
Qui traduira en justice ceux et celles qui refusent le droit à la jeunesse de ce pays de persévérer dans sa quête du savoir et des diplômes ? Comment sont gérés les établissements scolaires, lieux qui se devaient être ceux de l’épanouissement des jeunes pour les amener à faire le choix de l’immolation ?
Comment est géré le problème des expulsions alors que le nombre de victimes de tels phénomènes ne cesse d’augmenter ? Peut-on oublier le fait que l’actuel wali d’Oran s’était vanté de vouloir procéder aux expulsions quel que soit le prix à payer lors de son arrivée confondant ainsi l’État de droit et l’État de la terreur ? Comment ne pas chercher des coupables quand on sait que même les cités de transit, palliatif qui existent dans tous les pays n’existent plus ? Qui veut-on punir à travers ce type de gestion ?
Ces questionnements deviennent d’autant plus nécessaires quand on apprend qu’un ministre d’État déclare que « nous ne sommes pas des bouddhistes pour s’immoler » et quand on sait que les autorités locales veulent relancer la corrida au niveau des arènes de la ville d’Oran. Faut-il être un ange pour savoir qu’il est préférable de dépenser les deniers publics pour tenter d’empêcher le sacrifice d‘une partie de la population, à travers la construction de cités et de réquisition des logements inoccupés, que de se payer le spectacle de sacrifice de taureaux.

P/ CNCD Oran Kaddour CHOUICHA


Nombre de lectures : 863
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • balak 89
    13 octobre 2011 at 12 h 12 min - Reply

    Comment CE peuple est devenu insensible a la souffrance des autres? En Tunisie il a suffit qu une seule personne s’ immole pour que le regime disparaisse a tout jamais. En algerie chaque jour nous constatons des immolations et personne ne bouge le petit doigt, c ‘est horrible ce que les gens sont monstrueux et s ‘accomode des pires drames.Pourtant les mosquées sont pleines a craquer les candidats a la OMRA et au HADJ se comptent par dizaines de milliers,mais alors ou sont passés les valeurs pronés par l’ islam? suffit il d’accomplir un pelerinage pour etre un bon musulman?l’ islam ne recommande t il pas que l’ on doit denoncer et combattre les injustices chacun selon ses capacités?Quel pays de m…!




    0
  • Militant pour la citoyenneté
    14 octobre 2011 at 2 h 22 min - Reply

    soyons franc et réalistes, les algeriens ne s’engageront pas dans un combat contre ce regime mafieux et assassin s’ils ne sentent pas vraiment que l’occident ne le (le regime)soutient pas, souvenez-vous bien bien que plus de 200000 algeriens ont été tué par les armes fournis par ce meme occident et le soutien indirect ou consentant de ce meme occident, alors prenons notre mal en patience mais n’abdiquons pas devant le défaitisme…. resistance, resistance, resistance passifique toujours passifique




    0
  • HOUARI
    15 octobre 2011 at 20 h 05 min - Reply

    Oui les fautifs doivent payer pour leur mode de gestion basé sur la corruption et sur la hogra.
    Mais comment voulez vous qu’un peuple aussi sceptique et egoiste que l’Algerienne puisse agire pour changer les choses.
    Quel est d’apres vous l’exemple de personnalité Algerienne qui pourrait reunir, rassembler le peuple sous un seul mot d’ordre soit le changement ??????.
    A ma connaissance aucun et pas un.
    Un laic, un Athé, un francophile, un khobziste, un corrompus, un extremiste religieux, un extremiste democrate, un arabophone, un berberophone ces modeles ne reuniront qu’un groupe qui ne representent qu’eux meme.
    Donc avec quel esprit, quel personnalité, quel projet de societe, avec quelle coordination convaincre la majorité silencieuse avec qui le changement pourrait se concretiser ?????????????????????????????????????.
    Voici la question a laquelle il faudrait trouver reponse.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique