Édition du
25 July 2017

Affaire des « Redresseurs »: BENFLIS en filigrane présidentielle…


Il est des évènements, dans la pratique politique algérienne, qui peuvent sembler périphériques, mais qui permettent pourtant, en ces temps de black-out intégral, de faire des lectures intéressantes.
Ainsi, et alors qu’elle avait été interdite, non seulement par la direction du FLN, mais aussi par l’administration, la conférence des « Redresseurs » du FLN fut autorisée, soudainement et sans crier gare, par le ministre de l’intérieur lui-même.
Branle-bas de combat au sein de ce parti. Belkhadem, son « patron », refusa de s’y plier, et, dit-on, remua ciel et terre pour faire annuler cette décision. Peine perdue. Toutes les lignes étaient occupées.

L’autorisation fut maintenue, et les « Redresseurs » purent se réunir, à Draria. Ils furent plus de 500 délégués, venus de tout le pays, à s’y rendre. Entre autres nombreuses personnalités qui pèsent, la présence du Général à la retraite Abdelmadjid Chérif a été signalée. Elle signifie, à elle seule, que le rapport des forces a réellement basculé. Bien côté auprès de ses pairs, beau-frère du président Zeroual, homme d’affaires avisé et fin tacticien, cet homme a toujours joué gagnant-gagnant. Il est un thermomètre à lui seul, pour ne s’être jamais allié à qui n’a pas 100% de chance de remporter la mise. A 99,99%, il ne s’engage pas ouvertement. C’est dire.

Belkhadem tenta désespérément de faire capoter la rencontre, en appelant personnellement des redresseurs parmi les plus influents, pour essayer de les diviser, et peut-être même pour les débaucher, en leur proposant des alternatives individuelles. Rien n’y fit, et la réunion put se tenir, sous la protection inusitée d’un impressionnant cordon de sécurité, dépêché sur ordre du …ministre de l’intérieur. Retournement cocasse de l’histoire, en décembre 2003, c’était Belkhadem qui était le chef des « Redresseurs » du FLN, contre le secrétaire général de l’époque, un certain Ali Benflis.

Et ainsi donc, jeudi passé, le 13 décembre 2001, n’ayant pu rallier à lui l’encadrement de sa propre formation, où une lecture appropriée de l’autorisation avait été faite, bien sûr, Belkhadem opta pour un recours désespéré, de quelqu’un qui ne sait pas nager et qui se noie, et qui s’accroche à n’importe quoi. Il fit appel à ses propres baltaguias, dans le plus pur style des conflits tribaux des hautes plaines, en usant d’un discours où le régionalisme le plus excessif le disputait à une hystérie échevelée. Il a fait circuler l’information que c’était là un coup de force des gens de l’Est algérien contre l’Ouest. Et de fait, les hommes de main qu’il envoya à Draria, pour saboter la réunion des « Redresseurs » étaient venus de plusieurs mouhafadhates de l’Ouest du pays, et seulement d’une partie de l’Ouest, avec à leur tête deux de ses fils, et nombreux de ses neveux, cousins et autres parents. Hallucinant ! La police, comme de bien entendu, interpella un de ses fils, et s’arrangea pour que l’information parvienne aux médias. Bien sûr !

Au sein du FLN, les poids lourds du parti, à qui on ne la conte pas, qui avaient bien compris le message subliminal contenu dans cette autorisation, et qui ont pour principe de ne jamais se compromettre avec celui qui est lâché par les vrais décideurs, commencèrent à montrer les signes d’une vraie sédition, voire d’une proche curée. Voici un extrait d’un excellent article du journal Le Soir d’Algérie : « un groupe de personnalités du parti, conduit par l’ancien président de l’APN, Amar Saïdani, signeront une pétition dans ce sens adressée à Belkhadem où ils l’exhortent à éviter la confrontation, la rencontre étant de toutes les façons autorisée par les pouvoirs publics. Vainement. Le patron de l’ex-parti unique aurait même déchiré ce document ! «Celui qui ne se rendra pas demain à Draria est contre moi», aurait également répliqué le ministre d’Etat à d’autres interlocuteurs dans la journée de mercredi. » Belkhadem a réllement tout fait pour que tous les cadres du FLN, sans exception, se rendent à Draria pour empêcher physiquement la tenue d’une réusion autorisée par le régime. On aura tout vu! Belkhadem contre Bouteflika et les les chefs du Haut Commandement militaire réunis. Un Ché en kamis.

Et de fait, le noeuf gordien de toute cette affaire se trouve exactement là ! Si la rencontre a été autorisée par « les pouvoirs publics », elle n’est certainement pas une initiative du ministre de l’intérieur. Le précautionneux Ould Kablia, rompu à la pratique politicienne du régime, et qui en connait toutes les règles non dites, ne s’aventurerait jamais, en aucun cas, à mettre le doigt dans un tel engrenage s’il n’en avait pas reçu, au préalable, la consigne, voire l’injonction, de l’autorité idoine. Celle du Président Bouteflika.

En clair, cela signifie qu’il a été décidé de remettre en selle celui dont tout le monde pensait qu’il était mort politiquement, et dont l’ombre discrète plane sur les « redresseurs », Ali Benflis en l’occurrence. Il est difficile, en l’état, de faire une lecture approfondie de cet évènement, de savoir si un consensus s’est fait autour de lui, comme prochaine alternative présidentielle, mais il semble très probable en tout cas, que l’ostracisme a été levé. Et cela ne se fera pas sans bouleversements de toute nature, à commencer par une recomposition au sein du FLN. Et c’est précisément cela qui a mis Belkhadem dans tous ses états. Lui aussi n’est pas tombé de la dernière pluie, et il sait parfaitement que l’autorisation délivrée aux « Redresseurs » par le Ministre de l’Intérieur n’est pas une initiative de celui-ci, mais qu’elle vient du plus haut sommet de la pyramide, et même qu’elle a été le fruit d’un consensus au sein du régime. Et si malgré cela il a réagi de cette façon, aussi irraisonnée qu’intempestive, lui qui connait si bien les possibilités de ceux qu’il a défiés, c’est parce qu’il s’est su condamné à l’irrémédiable disgrâce. C’est cela qui l’a poussé dans ses derniers retranchements. Un Belkhadem n’est ni en mesure de contrecarrer une volonté des décideurs de réaménager le FLN, ni encore moins de s’opposer à des perspectives de succession présidentielle, en ces temps d’intenses tractations. Il est bien placé pour le savoir, lui qui a été parachuté aux responsabilités qu’il exerce aujourd’hui, par ceux-là mêmes qui ont décidé de renverser la vapeur.

D.Benchenouf


Nombre de lectures : 7340
37 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abderrezak
    15 octobre 2011 at 18 h 34 min - Reply

    Le salut de l’Algérie réside dans la dissolution des services tels qu’ils existent actuellement,avant l’organisation d’élections libres et la révision de la Président légitimement élu aurait à restructurer les services,selon le schéma général en cours dans les autres démocraties dignes de ce nom.car les services doivent être au service du président de la république et non le contraire.




    0
  • bouzid
    15 octobre 2011 at 19 h 03 min - Reply

    On s’en fous de ces êtres, des clivages entre hommes? on s’en fous pas mal de ça, on veut une constitution, des lois, et des citoyens respectant ses lois pour vivre en paix et justice point, le taxieure me dit c’est la bled de mikki? je lui répond?! il me dit que l tarif avec le quel on roulent n’est pas appliquable on demande plus? et personnes ne nous contôle? il me dit tu fais ce que tu veux dans la bled de miki.




    0
  • Abderrezak
    15 octobre 2011 at 19 h 31 min - Reply

    Le salut de l’Algérie réside dans la dissolution des services tels qu’ils existent actuellement,avant l’organisation d’élections libres et la révision de la constitution.Le Président légitimement élu aurait à restructurer les services,selon le schéma général en cours dans les autres démocraties dignes de ce nom.car les services doivent être au service du président de la république et non le contraire.




    0
  • samham
    15 octobre 2011 at 20 h 00 min - Reply

    j espère qu il ne sera pas président par quel raccourci vous mettez benflis en selle ,lui qui s est tu après sa défaite?




    0
  • iris samy
    15 octobre 2011 at 21 h 02 min - Reply

    Monsieur le président de la République a décidé, en vertu des pouvoirs que lui confère la Constitution, de me démettre de mes fonctions de chef du gouvernement, tout en sachant, naturellement, que je suis le premier responsable de la formation politique qui détient, à l’heure actuelle, la majorité au sein de l’Assemblée populaire nationale.

    Par cet acte, Monsieur le président de la République met un terme à l’action d’un gouvernement, dont je laisse l’appréciation du bilan à l’opinion publique, non sans mettre en exergue les conditions difficiles qui ont entouré l’exercice de sa mission, un gouvernement qui jouit du soutien de l’Assemblée populaire nationale. Je souhaite, à travers cette déclaration, prendre à témoin l’opinion publique nationale sur le fait que je n’ai pas présenté ma démission et que j’ai été démis de mes fonctions par une décision souveraine de Monsieur le président de la République. Je n’ai pas démissionné malgré les facteurs qui entravaient le bon accomplissement de ma mission, et ce, dans le seul souci de préserver le pays d’une nouvelle crise institutionnelle. De surcroît, et malgré ma qualité de responsable de la formation politique majoritaire dans le pays, je n’ai pas été consulté sur le choix de mon successeur, en l’occurrence, le nouveau chef du gouvernement. Par ailleurs, le nouveau chef du gouvernement n’appartient pas à la formation politique qui détient la majorité au sein de l’Assemblée populaire nationale, ce qui constitue en soit un fait inédit. Nonobstant son caractère inédit, le parti du Front de libération nationale appréhendera cette situation avec retenue et esprit de responsabilité, et déterminera sa position vis-à-vis du gouvernement sur la base de son programme et de sa composante. Je voudrais réaffirmer ici que je suis et que je serai toujours soucieux de préserver le bon fonctionnement des institutions de l’Etat, afin d’épargner à notre pays et à notre peuple les incertitudes de l’instabilité dont ils ont tellement souffert par le passé.




    0
  • samham
    15 octobre 2011 at 21 h 51 min - Reply

    salut iris ,si j ai bien compris mr belkhadem fera comme la fois précédente lorsque il a été demis de sa fonction de chef du gouvernement,il se tairera quelque parts dans notre vaste algerie en attendant son retour ,pour le changement ……………..




    0
  • Mouloud Y
    15 octobre 2011 at 22 h 35 min - Reply

    Il n’y a rien de nouveau sous le soleil !




    0
  • ALGÉRIE RÉVOLUTION
    16 octobre 2011 at 1 h 51 min - Reply

    DILAPIDATION ET DÉTOURNEMENT DE LA RICHESSE NATIONALE ALGÉRIENNE SANS QUE PERSONNE NE S’EN MÊLE, PERSONNE NE DÉRANGE, AUCUNE ENQUÊTE, AUCUNE JUSTICE , AUCUN DÉFENSEUR DES INTÉRÊTS ALGÉRIEN ET DU PATRIMOINE NATIONAL!!!!
    TOUS COMPLICE, TOUS VOLEURS, TOUS CRIMINELS, TOUS SONT PASSIBLE DE PRISON, TOUS DOIVENT ÉTRE JUGÉ DEVANT UNE JUSTICE NATIONAL ALGÉRIENNE LIBRE, TRANSPARENTE ET INDÉPENDANTE…TOUS …DU PRÉSIDENT AUX SIMPLE POLICIERS, EN PASSANT PAR LES GÉNÉRAUX, LES CHEFS MILITAIRES, ET TOUS AUTRES SERVICE DE SÉCURITÉ , DE DOUANE, ADMINISTRATIFS, BANQUE….LE PEUPLE ALGÉRIENS DOIT ENVOYER DES MILLIERS DE VOLEURS ET CRIMINELS AU FIN FOND DU DÉSERT.
    ——————–
    EL WATAN 14 OCTOBRE 2011

    La facture dépassera les 12 milliards de dollars à fin 2011
    L es importations de services par l’Algérie dépasseront cette année le seuil historique des 12 milliards de dollars.

    C’est, du moins, ce que révèlent les statistiques et les prévisions de la Banque d’Algérie, dont nous nous sommes procuré une copie. Ces informations statistiques provenant de la plus haute autorité monétaire du pays font remarquer que le coût du recours à l’expertise étrangère est passé de 4,78 milliards de dollars en 2006 à 11,90 milliards de dollars en 2010.
    La facture de l’année en cours risque d’être encore plus pesante, surtout lorsqu’on sait que l’évolution, en valeur, des importations de l’Algérie en services est de 13,9% durant le premier semestre 2011 comparativement à la même période de l’année écoulée. Tel est en substance la sentence de la Banque d’Algérie traduite par les chiffres. Après une batterie de mesures destinées à faire reculer les importations de biens alimentaires et non alimentaires, dont l’institution du crédit documentaire (crédoc) comme seul moyen de paiement des importations, le gouvernement a été surpris par un autre feu qui se caractérise par une envolée effrénée de la facture des services

    le Premier ministre,dans un courrier classé «confidentiel» diffusé sous forme de circulaire (n°680/PM du 21 décembre 2009), avait tenté d’instruire les présidents de directoires des SGP, les PDG des entreprises publiques économiques (EPE) ainsi que les directeurs généraux des instituts sous tutelle de «centraliser les études de faisabilité réalisées, réduire le recours aux bureaux d’études étrangers,…

    La situation devient catastrophique pour le pays, surtout lorsqu’on sait qu’au bout du circuit bancaire, certaines indications font état de l’existence, à l’étranger, «d’un véritable marché d’études virtuelles et fictives que des opérateurs étrangers font payer en devises à des opérateurs nationaux non informés ou complices».




    0
  • Nazim
    16 octobre 2011 at 3 h 17 min - Reply

    Ces voyous du «Front de Liquidation Nationale» (pour paraphraser le Dr Sidhoum qui commence à manquer sérieusement sur LQA) ont commencé par voler le flambeau de notre révolution, ils ont pris les commandes, se sont appropriés notre mémoire, et ont ensuite fait au pays plus de mal que le pire de ses ennemis n’aurait pu lui faire.
    C’est normal, car s’il y a un mot qui résumerait bien le FLN «postindépendance», c’est celui de «violence». Ils se sont imposés par la violence, se sont maintenus par la violence, et même quand ils se «redressent» entre eux, ils le font par la violence.
    Ces brigands ont volé notre passé, pourrit notre présent, et maintenant ils veulent gangrener l’avenir de nos enfants.
    L’éviction définitive de ce parti devrait être le premier geste de l’Algérie nouvelle. Allez ouste, dégagez !




    0
  • Mourad
    16 octobre 2011 at 3 h 43 min - Reply

    Belkhadem est un très grand danger pour la nation, c’est lui qui à tout fait et praparer avec Belkheir le retour de Bouteflika cet homme originaire d’aflou et qui veut semer la zizanir entre les gens de l’est et de l’ouest alors qu’ils sont tous des Algériens cet homme proche du clan de OUJDA clan des faux Algériens ces Marocains qui occupent le pays avec qui Belkhadem s’enrichit donc il est temps de mettre un terme à cet homme et à tout ces agissements crupuleux et il faut le juger devant une cour militaire pour tout le mal qu’il a causer au peuple Algérien, il envoit ces fils fils et ces lecheurs de bottes comme il la fait avec son ami Hadjar ce bouledog au moment ou Benflis s’est présenter à la présidentielle , lui est hadjar soutenais le Marocain Bouteflika et ils ont envoyer des voyoux tabasser et jeter des pierres sur les sympatisans de Benflis cet homme est un voyou notoire, c’est un grand traitre il faut que le peuple Algérien se révolte contre cet assassins qui a vendu son honneur et son pays au Marocain, comment il a put construire cet hotel 3 étoile à mostaganem ou il a trouver tout ces milliards, il a meme un fils dans les douanes c’est un voleur et un traitre .




    0
  • ÂAZIOUEZ
    16 octobre 2011 at 4 h 11 min - Reply

    jE PENSE QUE TOUT CECI N’EST QU’UN ÉPISODE DU LONG MÉTRAGE DRAMATIQUE QUE VIVRA ENCORE LE PEUPLE ALGÉRIEN. C’EST DU CINÉMA DU STYLE DRAMATIQUE QUE MADAME FAFA NOUS A CONCOCTÉ DEPUIS BELLE LURETTE AVEC LA BÉNÉDICTION DE CERTAINS DE NOS THOUARS.
    SINON METTRE (Y) À LA PLACE DE (X), PUIS LE REMPLACER PAR (Z) OU AUTRE C’EST DU KIFKIF AU MÊME.




    0
  • MissTmourt
    16 octobre 2011 at 8 h 35 min - Reply

    @ DB

    Vous avez oublié un fait important: Belkhadem se prenait à réver du poste préseidentielle. Je pense que c’est surtout cette erreur qu’il est en train de paye. Il s’est vraiment pris pour le successeur de Boutef…




    0
  • IRIS SAMY
    16 octobre 2011 at 9 h 45 min - Reply

    les acclamations des ministres FLN, quelques membres du comité central, du bureau politique et quelques députés, Ali Benflis précisera à l’assistance qu’il n’a pas démissionné de son poste. «Le président de la République a mis fin à mes fonctions» et «je n’ai pas été consulté à propos de la désignation de mon successeur, malgré le fait que le FLN est le parti majoritaire à l’APN».
    Dans cette salve de précisions, Ali Benflis révèlera qu’un haut responsable de la présidence de la République, sans citer son nom, lui a expliqué que s’il voulait rester à la tête du gouvernement et poursuivre son travail, il doit soutenir Bouteflika pour un deuxième mandat. La réponse de Benflis a été la suivante : «Vous avez en face de vous un bâtonnier. Je ne peux parler au nom des militants du parti FLN. Je suis un libérateur du FLN et non un dompteur du FLN». Il précisera qu’il «n’acceptera pas le chantage». Prié de divulguer le nom de ce haut responsable, Ali Benflis promettra de le faire le moment venu. «J’aurai d’autres rencontres avec vous», lancera-t-il à l’adresse des journalistes. Il précisera dans ce sillage que le président Bouteflika ne lui a jamais demandé de déposer sa démission. Benflis a écarté l’existence d’un conflit avec le président Bouteflika. Revenant sur son limogeage, Ali Benflis dira qu’il «ne trouve aucune justification à la décision du président de la République», en liant cet acte de Bouteflika aux élections de 2004. «On m’a reproché la déviation du parti lorsque j’ai parlé de l’autonomie de décision du FLN». Ali Benflis affirmera que le «FLN n’appartient qu’à ses militants». Applaudissements nourris dans la salle. Donnant l’apparence d’un homme serein face aux journalistes, Ali Benflis donnait aussi l’impression d’avoir été «trahi», quand il a évoqué la manière dont s’est effectué sa succession. «C’est un fait inédit, affirmera-t-il. Le nouveau chef du gouvernement n’est pas issue de la majorité», argumentera-t-il. Le FLN participera-t-il à la coalition gouvernementale ?
    «Sous certaines conditions», répondra Benflis. Lesquelles ? «La direction du parti désignera ses propres ministres», conditionnera-t-il la participation de son parti.
    «Notre position sera déterminée en fonction aussi du programme du nouveau Premier ministre», poursuivra-t-il sur ce registre. Dissolution de l’APN ? «Constitutionnellement, ce pouvoir appartient au président de la République», précisera-t-il.
    Benflis sera-t-il candidat aux présidentielles de 2004 ? «Je suis à la disposition des militants du FLN. C’est un parti organisé. Ce n’est pas n’importe qui prétend être militants du FLN. A qui a-t-il adressé ce message ? «C’est le congrès extraordinaire qui décidera», rappellera-t-il.
    Pour marquer à sa manière que le FLN version Benflis est aux antipodes des méthodes de mobilisation à l’ère du parti unique, il lancera cette phrase lourde de sens : «Nous sommes avec l’Algérie.»
    L’époque du béni oui-oui est révolue, selon lui. «C’est une histoire ancienne pour le FLN», relèvera-t-il. L’ex-chef du gouvernement a, par ailleurs, parlé de blocages dans l’application du programme du Président, mais sans toutefois s’étaler sur des cas précis. Il relèvera qu’il n’a pas pu exercer ses prérogatives en tant que chef du gouvernement. «J’ai été démuni de mes prérogatives», soulignera-t-il. Pourquoi avoir attendu trente-trois mois pour parler de «prérogatives» ? «J’ai fait une mauvaise appréciation. Je me suis dit que les choses s’amélioreront». Il parlera de l’adoption du projet de loi relatif aux magistrats par le Conseil du gouvernement qui n’a pas été présenté en Conseil des ministres. Il estimera que l’indépendance de la justice et la liberté de la presse sont les piliers de la démocratie.
    «La justice ne doit pas être au service de l’exécutif», indiquera-t-il. Le secrétaire général du parti du FLN a évoqué la crise en Kabylie, en affirmant qu’un dialogue sérieux sans exclusive règlera cette question. H.




    0
  • IRIS SAMY
    16 octobre 2011 at 9 h 53 min - Reply

    Le fils de Belkhadem à la tête des “bataguis” du FLN
    13 octobre, 2011 La politique en Algérie est-elle devenue une histoire de famille ? Ce jeudi matin, le fils du secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, a conduit un groupe de “baltaguis”pour empêcher les redresseurs de l’ancien parti unique de tenir leur conférence nationale des cadres à Draria (Alger). Cette rencontre a regroupé des députés, des sénateurs et des ministres hostiles à l’actuelle direction du FLN. Les policiers ont empêché les “baltaguis” de se rapprocher du lieu où se tient la réunion des “redresseurs




    0
  • IRIS SAMY
    16 octobre 2011 at 10 h 24 min - Reply

    La balle est dans notre camp: la société civile algérienne de tous les horizons. Algériennes et algériens qui se disent fiers (ères) de l’être, à nous de proposer un candidat libre et liberal pour les prochaines elections…Il nous suffira d’atteindre le plus gros nombre de citoyens et de signer dans un gigantesque drapeau tous les noms des citoyens qui veulent en lire un candidat libre…Tous les drapeaux seront ainsi réunis et assemblés les uns aux autres et formeront ainsi une grande muraille de drapeaux avec les noms des citoyens qui veulent un vrai changement…L’idée semble farfelue mais avec un peu de volonté, OUI, C’EST POSSIBLE. L’idée m’est inspirée des récents evenements d’Iran où la disapora vivant à l’étranger a signe une petition sur un grand tissu vert et qui est envoyé en France pour être exposé sur le mur de la démocratie…Tous les moyens seront bons pour barrer la route à ces opportunistes du pouvoir, de leurs rejetons et de leus arrières rejetons…Allez, Basta tabarnac!
    Prenez la rente du pétrole et foutez le camp ailleurs…Laissez-nous l’Algérie pour la bâtir et la rendre telle une jeune mariée resplendissante en attente de son beau destin…
    Vive l’Algérie des Algériennes et des Algériens, pas celle du président, du gouvernement et de ses sbires…!ACCUSÉ DE VIOLATION DE DOMICILE
    Le fils de Krim Belkacem mis en prison puis relâché

    Sur plainte du ministre des Transports, Amar Tou, le fils de Krim Belkacem, Djamel-Eddine, a été présenté samedi devant le procureur de la République du tribunal de Chéraga qui l’a aussitôt mis sous mandat de dépôt et incarcéré à la prison d’El-Harrach. Il sera remis en liberté le lendemain, dimanche, après que le ministre eut retiré sa plainte.
    Sofiane Aït-Iflis – Alger (Le Soir) – Krim Djamel-Eddine, âgé de 51 ans, est accusé de violation de domicile. Les faits se sont produits à la résidence d’Etat à Club-des-Pins où les familles de Krim Belkacem et de Amar Tou occupent des villas mitoyennes. Le fils de Krim Belkacem, qui vit en Espagne, passe ses vacances en Algérie et loge dans la villa familiale à Club-des-Pins. Samedi matin, il aurait eu la fâcheuse idée de s’aventurer à l’intérieur de la villa du ministre des Transports. La fille de Amar Tou, qui se trouvait à l’intérieur de la villa, a alerté la brigade de gendarmerie de Club-des-Pins qui a interpellé le mis en cause et présenté devant le procureur de la République du tribunal de Chéraga. Ce dernier l’a mis aussitôt sous mandat de dépôt et incarcéré à la prison d’El-Harrach. Il ne passera cependant qu’une seule nuit en prison. Le procureur de la République l’a remis, en effet, en liberté
    dimanche après-midi, après que le ministre des Transports eut décidé de retirer sa plainte. Dimanche matin, le ministre des Transports et sa fille se sont déplacés au tribunal de Chéraga. Ils ont dû patienter toute la matinée avant de pouvoir s’entretenir avec le procureur de la République. Ce dernier était indisponible toute la matinée. Il se trouvait à la cour de Blida où il était convié à la cérémonie d’installation du nouveau procureur général. Dans l’après-midi de dimanche, le magistrat instructeur, au niveau du tribunal de Chéraga, a entendu la fille du ministre et a recueilli sa déposition.
    Ce n’est pas une idée propre à l’Algérie mais la nouvelle version de la politique américaine qui découle de la nouvelle vision de la politique OBAMA sur le maghreb entre autre et le reste du monde .IL s’agit d’assoir dans ces pays les représentants de la nouvelle politique d’OBAMA dans le monde, une sorte d’éléctions régionales aprés la présidentielle aux USA. Nous avons vécu l’époque BUSH ou les gouverneurs régionaux ont clairement suivi la politique du tout sécuritaire, ils ont suivi et mis en place les tensions nécessaires à la prolifération de la violance et du pur capitalisme .Aprés la faillite du systéme BUSH qui a fait son temps, qui s’est soldée par une crise économique, soit disant, Une nouvelle version plus fun, plus colorée et moins sombre en apparence de la même politique américaine se mise en place pour le même but et les mêmes résultats hélas .Elle a besoin un renouveau en matiére d’images et d’hommes plus amènes d’offrir du sourire et du schow comme le fait le président OBAMA .Le changement s’impose de lui même mais il ne touchera que la façade et peut être la maniére d’imposer la même politique mais avec sourir. la même dictature s’éxercera par les plus de la progéniture des enciens régimes préparés par les écoles spécialisés, plus souriant, mieux habillés se montrant avec leurs belles épouses ce qui fera le bonheur des fan des show télévisés mais du Maroc à l’arabie saoudite ce sera que de la dictature, pas moyen de faire autrement la parade a commencé déja, Maroc, puis Algérie avec le frére du présient, la tunsie, la Lybie et l’égypte avec le fils des dictateurs. Espérant juste que nous n’aurons que la misére sociale sans la guerre c’est le seul changement que nous éspérant garce à la nouvelle politique d’OBAME on aura moins d’argent et moins de guerres sa nous va. Dormir dans la peur en plus le ventre vide ce n’est pas toujours facile pour nous.
    Si cela se confirme, c’est la meilleure chose qui puisse arriver à cette Algérie meurtrie. Donner des agréments à deux partis politiques satellites pour le parti que Said Bouteflika veut créer et assassiner par la même occasion le FLN et le RND, je serai le premier à approuver, wallah que je suis pour ! Pourquoi ? Élémentaire monsieur Watson ! Les vieux éléphants du FLN et du RND (qui ne font qu’un en vérité) n’accepteront jamais d’être écartés du pouvoir, pour cela donc ils mèneront un bataille des plus féroces contre tous ceux qui tenteraient de les mettre sur la touche. On assistera à une guerre sans merci entre ces voyous, ils s’entretueront. Nous seront des spectateurs heureux. créer et agréer des partis remparts, çà signifie la fortification de la centrale, le parti qui n’a pas la même pensée unique, doit juste se contenter de sa survie.Quant au peuple s’exposerait à toutes les couleurs de la misére, et serait livré à lui même:

    Le FLN a été depuis 1962 en tant qu’appareil sans réel pouvoir, soutenu tous les régimes en place, il ne lui reste aucun principe hérité de la guerre d’indépendance ; quant à Belkhadem « la voix de son maitre », il sera éjecté comme un simple indésirable, puisque n’ayant comme soutien que le président Bouteflika, lequel l’utilise pour des basses besognes. Rappelons nous le cas de Ben Bella, en 1963/64, il était adulé par des gens sans scrupules, on le considérait comme le président le plus populaire, non pas de l’Algérie, mais de l’Afrique toute entière. Cependant le 19 juin lorsqu’il a été renversé, alors qu’on s’attendait à un affrontement entre ses partisans et ceux de Boumediene, personne n’a levé le petit doit. Pour Belkhadem, ce sera aussi facile que d’arracher une dent parce que en Algérie, le pouvoir ne nomme jamais les hommes politiques populaires, mais uniquement les opportunistes sans base réelle. Quant à son rejeton de fils, il risque de connaitre le méme sort que Djamel Moubarak et son frère
    La famille révolutionnaire est employée par le pouvoir  » est une évidence de Lapalice qui n’échappe à personne, la réciproque est vraie aussi puisque des condamnés à mort de la guerre de libération , rien que ça, se sont bruyamment manifestés pour booster et faire gagner leur président pour un 3ieme mandat. Est-ce que ce n’est trop demander, n’est-ce- pas ? des excuses, de la technologie et des idées pour s’en sortir lorsqu’on est en panne de tout. La réponse de la France lors de la nationalisation des hydrocarbures de 1974 a été pourtant claire : « Nous n’avons pas de pétrole mais nous avons des idées. » Exiger aujourd’hui des excuses de Sarkozy , ce sera juste à mon avis, pour se consoler de ne pas avoir d’idées en plus du pétrole et des richesses de cette terre pour réussir et surtout de ne pas avoir été à la hauteur des sacrifices et des idéaux de nos glorieux chouhadas




    0
  • kokara
    16 octobre 2011 at 15 h 23 min - Reply

    Belkhadem, par l’intermediaire d’un simulacre de redressement, va être discretement soustrait aux feux de l’actualité pour lui donner le temps de paufiner l’avenement de la future république islamique d’Algérie. Tout le tapage fait autour de la soit-disant réunion des redresseurs participe d’un tour de passe-passe pour attirer l’attention sur un non évenement tandisque que le coup fourré se prépare à l’abri des regards. Le reveil sera pénible …




    0
  • BRAHIM
    16 octobre 2011 at 15 h 48 min - Reply

    L’affaire des « redresseurs » ou des « radicaux » ou « des conservateurs » ou des « appelons les comme on veut » au sein du FLN n’est pas en train de faire « son printemps arabe » quand même !. Ce n’est rien d’autre qu’une bataille de leadership à l’intérieur du parti. Le FLN ne change et ne changera rien à sa ligne politique ni à la vision future du pays. Il continuera à utiliser et à encourager les mêmes techniques et les mêmes méthodes de gouvernance. Est-ce qu’un dinosaure peut muter « génétiquement parlant » en un siècle. Impossible ! Il ne faut pas se laisser illusionné par ces gesticulations internes. Le FLN a été, est, et sera toujours, un allié objectif du pourvoir




    0
  • saad
    16 octobre 2011 at 17 h 33 min - Reply

    Pauvre peuple algérien qui croit tjrs a ce FLN , un parti des voleurs, des cahyatines, des vaux rien , ce parti a massacré l’algérie depuis le 05 juillet 1962 à ce jour , ils gouvernent au nom du ATTAWRA alors que la majorité d’eux c’est des harkis .
    jetez ce FLN à la poubelle ainsi que son fils RND et son cousin HAMS + les généraux harkis et l’algérie sera meilleure




    0
  • Sadek
    16 octobre 2011 at 17 h 38 min - Reply

    La lecture que j’en fais et que cette levée de boucliers contre Belkhadem est un signe que les décideurs sont déjà à la recherche de celui qui succédera à Bouteflika dont personne ne sait dans quel état de santé il se trouve.
    Benflis successeur de Bouteflika, c’est peu probable tant le régime n’est pas enclin à designer un président qui n’est pas conçu dans son moule clanique. Vous avez cité le General Abdelmadjid Chérif, c’est peut être là la clé du mystère qui entoure cette restructuration du FLN.




    0
  • abd el allah el muslim
    16 octobre 2011 at 21 h 42 min - Reply

    permeter moi de vous rappelez une phrase du défunt
    président boudiaf .il a dit ,le fln est mort a
    l’indépendence ,alors question ! pourquoit en parler
    toujours hautans .a qui veut bien me répondre.salam.




    0
  • BRAHIM
    16 octobre 2011 at 22 h 01 min - Reply

    Je voulais pas dire : « Le FLN a été, est, et sera toujours, un allié objectif du POURVOIR » ., mais : »
    « Le FLN a été, est, et sera toujours, un allié objectif du POUVOIR » bien évidemment.
    J’ajoute que le FLN VEUT rester un allié du pouvoir sans réserves et quelles que soit les circonstances même si le pays compte QUOTIDIENNEMENT : des morts, des torturés, des déportés, des manifestations sanglantes, des revendications permanentes des citoyens, des cris de détresse contre la hogra et l’absence de justice, des dénonciations contre la corruption, des appels contre la situation des hôpitaux qui deviennent des mouroirs, du projet auto-routier-ouest qui a englouti des milliards et milliards de $ , de l’école et l’université en situation de détresse, des jeunes qui préfèrent être bouffés par les poissons que de vivre dans leur pays, etc… etc… et bien NON ! le FLN ne s’occupe pas de tout çà mais SEUKLEMENT de savoir comment recomposer le parti pour qu’il reste toujours et à jamais le parti de la « légitimité historique …et ….de la légitimité révolutionnaire ».
    Voilà le rôle du FLN et des ses députés ! Je parle du FLN seulement car les autres (RND, MSP, UGTA) ne sont que des appendices de ce parti ! C’est le FLN qui a construit cette toile d’araignée dans sa configuration actuelle qui soutien « le programme » du brizidène, brizidène qui est actuellement, d’après certaines sources, en soin à l’étranger c’est-à-dire en France, pays auprès duquel il exige …. la repentance par Belkhadem interposé !




    0
  • djeha
    17 octobre 2011 at 3 h 32 min - Reply

    Belkhadem,Benflis,Ouldkablia,Ouyahia,Saidani,Rnd,Msp,Fln,RCD,PT,intégristes islamistes,intégristes pseudo modernistes,Boutef,Drs,Décideurs…& Co. : C’est du pareil au même,un théâtre d’ombres où la bassesse et l’insignifiance le dispute à la cupidité,l’indignité,la prédation et le crime.
    Cette bande de truands a ruiné le pays et leurs querelles d’hier et d’aujourd’hui ne peuvent en aucun cas nous intéresser car franchement cela changera quoi à nos vies que ce soit Benflis,Ouyahia,Belkhadem ou une autre racaille qui l’emporte?Rien évidemment!Bientôt Boutef rejoindra son créateur et l’héritier du trône des brigands Ouyahia ou un autre le remplacera.Et puis?
    C’est le genre de sujets qu’il faut dépasser car le peuple algérien a déjà payé un prix trop lourd à cause de leur lutte perpétuelle pour le pouvoir.
    Le tsunami déclenché à Tunis submergera tôt ou tard leur royaume de pourris.
    Le jour venu,les autorités de la nouvelle république devraient prendre une première décision de salubrité publique:Tous ceux qui ont été nommés par décret depuis 1962 seront bannis de toute fonction officielle de l’état algérien sans préjudice de poursuites judiciaires pour association de malfaiteurs et de complicité de crimes graves contre le peuple algérien.
    Bonne journée.




    0
  • djoundi
    17 octobre 2011 at 8 h 55 min - Reply

    Aujourd’hui et plus que jamais nous pleurons l’Algerie tout en se lamentant sur son sort ainsi que sur son peuple,mais on oublie une chose qui a mes yeux a une importance capitale c’est que nous sommes tous complices et que nous avons récolté ce que nous avons semé . Un peuple a les dirigeants qu’ils méritent.




    0
  • amar
    17 octobre 2011 at 13 h 28 min - Reply

    @joundi : je ne partage pas ton opinion sur la question car le peuple est analphabète et victime de la liberté imposé par l’etat c’est un peuple qui ne connait pas ses droits de ses obligations, il faut donc lui apprendre ca avant de lui donner la liberté, cette escroquerie de liberté etc…




    0
  • Larbi Anti-DRS
    17 octobre 2011 at 16 h 36 min - Reply

    Belkhadem a ete et est toujours un sale klinex qu’ils (eux les sales parasites, criminels qui squatent l’etats Algerien) utilisent puis ils le jete . Benflis ou autres redresseurs sont aussi crapuleux que leurs utilisateurs. Ils faut d’autres equipment de gouvernants jeune et non affilies aux parasites criminels.




    0
  • TBK
    17 octobre 2011 at 16 h 48 min - Reply

    Je demande ace que mon premier commentaire soit publié en premier lieu et en second lieur beaucoup semblent se préoccuper du cirque politico-médiatique entretenu depuis 1962 dans le pays par la clique franco-juive qui gérait le pays, mais qui vient de trouver son terme.
    Les intervenants ne semblent pas saisir que l’Algérie n’est pas une ile déserte ou une lointaine planète seule dans une galaxie inconnue.
    Actuellement il y a plus de 100 000 soldats aux frontières car la guerre,(la vraie, celle ou il y a des centaines de milliers pour ne pas dire des millions de morts et elle est entrain de se répandre et le touchera l’Algérie inéluctablement), est a nos portes, que le monde va vivre d’une manière imminente un immense effondrement financier, économique et alimentaire qui va plonger la planète dans un effroyable chaos et qu’il y a des évènements d’ordre cosmique, que beaucoup connaissent ou en ont entendu parler,mais dont personne ne parle qui vont agir d’une manière décisive et cataclysmique sur le monde actuel dès l’année prochaine sans compter la guerre civile que veut déclencher la France-Israel dans le pays.
    Il faudrait donc s’occuper de ce qui essentiel pour la survie du pays qui risque ne plus vendre quoique ce soit, suites aux conséquences de l’effondrement précité, et de ne plus rien acheter car nos réserves financiers et notre or auront volatilisés.
    Les prétendus partis politiques sont déja morts ainsi que tout le système politique actuel et les jeunes militaires sont entrain de s’en débarrasser par tous les moyens car le temps presse.
    Il faut donc de nouvelles énergies et de nouveaux homes capables ,crédibles et qui soient en mesure d’affronter ces terribles échéances et non des vendeurs de vent, complètement abrutis et totalement incapables, qui ont passé leur temps depuis longtemps.
    Il est donc nécessaire de voir les réalités ,toutes les réalités, en face et d’agir et de penser par ordre de priorité de menaces sur le pays et ses populations maintenues dans l’ignorance.




    0
  • BRAHIM
    17 octobre 2011 at 23 h 17 min - Reply

    Cher @TBK, les algériens n’arrive pas encore à régler leurs « propres problèmes catacycliques internes » et tu veux qu’ils s’occupent des « problèmes catacycliques régionaux, mondiaux ou planétaire ». Tu leur demande trop ya kho !




    0
  • TBK
    18 octobre 2011 at 11 h 59 min - Reply

    Les algériens doivent s’arrêter de pleurnicher et doivent se prendre résolument en charge,et cela a n’importe quel prix, il n’y a qu’avoir le cas de la Libye.
    Ou ils font tout pour survivre ou ils crèvent sans broncher.Dieu n’aide que ceux qui s’aident eux-même.




    0
  • Salah Bouzid
    18 octobre 2011 at 14 h 56 min - Reply

    Ces manoeuvres servent à affaiblir le FLN au profit du RND pour les élections legislatives de 2012 et ainsi positionner le chef du RND en position de favori pour les présidentielles de 2014 ou même avant si la santé de Bouteflika ne lui permet pas de terminer son troisième mandat. Ceci est le plan clair et net des généraux décideurs.




    0
  • BRAHIM
    18 octobre 2011 at 15 h 10 min - Reply

    C’est la vacance au sommet du pouvoir qui fait que les hyènes s’affrontent sur le terrain. La vacance par définition est le temps pendant lequel une fonction n’est pas remplie. Or il se trouve que le trône de la Présidence de la République est vacant du fait de l’absence prolongée de son « locataire ».
    A mon avis, rares sont les pays au monde qui laissent pourrir une telle situation sans agir. Je ne sais plus quel écrivain a dit : « CHAQUE VACANCE DU TRONE EST SUIVIE D’UNE AFFREUSE GUERRE CIVILE »
    Je sais qu’on est en pleine guerre civile depuis longtemps déjà mais la prochaine sera encore plus féroce car se sera la guerre des gangs et des mafias. Attention,car le rééquilibrage des forces à l’intérieur du pouvoir ne sera pas aussi aisé qu’auparavent !!!!!




    0
  • hakimM
    19 octobre 2011 at 1 h 57 min - Reply

    Ce n’est que scénarios pour faire croire au monde occidental qu’il y a un mouvement de démocratie et ce n’est qu’un scenario des occidentaux que de dire on veut une démocratie en Algérie.
    Le président ne veut pas mourir, les loups ne veulent pas rendre le FLN au peuple, la mafia du RND manipuleront toujours, les faux-partis popcorn existeront toujours et surtout le peuple observateur, qui s’autoexclu de la gestion du pays, applaudira toujours en rêvant le jour.
    Les vraies choses se passent ailleurs, la ou personne ne voit ce qui se prépare.




    0
  • W A H I D
    19 octobre 2011 at 3 h 16 min - Reply

    LES REFORMES ou les DÉFORMES.

    La chakchouka politique algérienne.

    Lisez pour en juger?????????????????

    Actualités : LES MINISTRES-CANDIDATS NE SONT PLUS TENUS DE DÉMISSIONNER
    Le coup de force de Belkhadem

    http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/10/19/article.php?sid=124653&cid=2

    « ……l’article 93 devait être supprimé », affirme notre source. Selon lui, le président de la commission des affaires juridiques n’a pas «soumis l’abrogation de l’article 93 au vote comme l’exige le règlement intérieur». «Les membres ont été sommés de donner leur avis lors d’un simple tour de table. Le plus étrange, c’est que les députés du Rassemblement national démocratique (RND) ont donné leur quitus alors qu’ils étaient totalement contre cette abrogation. A mon avis, il a dû y avoir un deal entre les représentants des partis de l’Alliance présidentielle. D’ailleurs le lendemain, la décision de la commission a été présentée comme étant une instruction du président de la République par deux journaux appartenant à des partis de cette Alliance.» Une version que dément Chérif Nezzar, le président de la commission des affaires juridiques de l’Assemblée populaire nationale. «C’est totalement faux. Les membres de la commission, dans leur majorité écrasante, ont adopté la suppression de cette disposition car ils l’ont jugée anticonstitutionnelle »………….

    Anticonstitutionnel et Inconstitutionnel

    Ces deux termes ne sont pas concurrents. Ils sont différents sur le plan sémantique : anticonstitutionnel signifie qui est hostile à la constitution politique du pays, qui est dirigé contre la constitution: disposition, manœuvre anticonstitutionnelle.

    Inconstitutionnel signifie qui n’est pas conforme à la constitution du pays : « Le règlement sera abrogé puisqu’il a été jugé inconstitutionnel. ».




    0
  • BRAHIM
    19 octobre 2011 at 13 h 47 min - Reply

    D’où cher khouya @W A H I D, l’occupation des rues en urgence. On ne s’en sortira jamais avec ses rascasses. On ne s’en sortira jamais avec ses dinosaures si on n’occupent pas les rues et les places de nos grandes villes. Moi, je demande aux jeunes de ne pas faire des escarmouches par quartier ou bloquer des routes épisodiquement selon les mécontentements mais de décider de l’OCCUPATION PACIFIQUE DES PLACES PUBLIQUES pour forcer ces monstres à comprendre que les majorités des citoyens en on marre de leurs entourloupettes et que nous voulons le vrai changement.
    Voilà c’est tout. Maintenant comment faire l’appel et décider du jour et de l’heure çà cette la GRANDE QUESTION !
    On ne prend pas le maquis avec des armes mais on ocuupe les places publiques, c’est tout !




    0
  • BAMAKO TAHYA L´EMO
    19 octobre 2011 at 17 h 45 min - Reply

    c´est quoi les redresseurs!!!. des centralistes du MTLD ou……..




    0
  • TBK
    20 octobre 2011 at 9 h 10 min - Reply

    Les parlementaires en semblent pas avoir compris qu’ils vont vers la sortie forcée a coup de pieds soutenus.Le chef, le vrai, leur demande pas de philosopher, de décider, mais d’avaliser pour la dernière fois de leur carrière et surtout de se la fermer.
    Quand a la non-constitutionnalité d’un quelconque article ou texte il faut savoir qu’il existe un conseil constitutionnel pour en débattre et ce n’est pas de la compétence d’une commission.
    Et ces parlementaires de pacotille ne se rendent surtout vraiment pas compte de ce qui les attend après leur mise a a la porte car la trahison des intérêts vitaux de l’état se paie et elle se paie cher.
    pour celui qui veut sortir dans la rue, cela ne sert arien, car les choses se font tranquillement et le changement radical et massif arrive et il faut tout de même savoir qui tu défends ? Quels sont les intérêts que tu défends ? Car si la populace voulait sortir en force elle ne te demanderait pas ton avis, la populace sait ou son tes intérêts.
    Quand aux prétendus « élus » (par le DRS s’entend) il faut seulement remarquer qu’ils ne défendent que leur place, et jamais les intérêts vitaux du pays, c’est ce qu’a si bien dit ZIARI au début de l’année ‘ils veulent prendre nos places », il n’a toujours pas compris qu’il s’agissait d’un changement radical de régime et in ‘y a plus de place indue a défendre mais du travail et des risques par contre lui et se semblables ont des places a combler quelque part.
    De plus Bouteflika leur avait clairement précisé au début de l’année qu’il n’y aura plus dorénavant de bourrage des urnes ,c’est a dire que leur place est désormais garantie dans l’écurie de sortie (celle des tocards et des vieux chevaux de retour seulement bons pour l’abattoir).




    0
  • Duvent
    20 octobre 2011 at 9 h 46 min - Reply

    Salam,

    On nage toujours à contre courant ! Nous devons mettre TOUT ce beau monde dans un sac et les expulser…en enfer ! Que choisir d’entre tous ces chiots ? Ils sont tous de la race canine !

    Quelques remarques s’imposent :

    …/… »Entre autres nombreuses personnalités qui pèsent, la présence du Général à la retraite AbdElMadjid Chérif a été signalée. »
    ===> Ce général AVANT la retraite, était bien avec LES AUTRES c’est à dire TOUTE la RACAILLE qui continue de nous empoisonner la vie ! Une fois retraité, alors ON lui trouve des vertus ?!!

    …/… »Bien côté auprès de ses pairs, beau-frère du président Zeroual, homme d’affaires avisé et fin tacticien, cet homme a toujours joué gagnant-gagnant »
    ===> Quand on est le beau-frère du président Zeroual :
    * On devient Général !
    * On devient « un homme d’affaires » AVISE et FIN tacticien !
    * On est toujours Gagnant-Gagnant !

    …/… »Et ainsi donc, jeudi passé, le 13 décembre 2001, n’ayant pu rallier à lui… »
    ===> On parle ici au Présent avec un jeudi passé daté le 13/12/2001 ???

    …/… »plusieurs mouhafadhates de l’Ouest du pays, et seulement d’une partie de l’Ouest… »
    ===> Il y a l’Ouest et…l’Ouest ???

    « Un Ché en kamis »
    ===> Tendancieux !!!

    …/… »il semble très probable en tout cas, que l’ostracisme a été levé.  »
    ===> Absolument FAUX ! Bouteflika ne PARDONNE JAMAIS !




    0
  • W A H I D
    21 octobre 2011 at 2 h 35 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique