Édition du
26 July 2017

«Roi des rois d’Afrique» : Il a fini dans un égout

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 22.10.11

Une odeur nauséabonde prend au nez, mélange de chair carbonisée et de caoutchouc brûlé.

Des dizaines de cadavres sont étendus parmi les restes d’un convoi détruit par les flammes : ici, dans un égout en bord de route, a pris fin le règne du défunt Mouammar El Gueddafi. Sur les terres arides d’une ferme à trois kilomètres en périphérie ouest de sa région natale de Syrte, la scène témoigne des derniers instants, jeudi, de celui qui avait gouverné la Libye d’une main de fer pendant 42 ans, après que son convoi eut été visé par un bombardement aérien de l’OTAN. «Il a été traîné hors du tuyau d’égout par des combattants de Misrata qui l’ont empoigné par le cou», raconte Mohammed Belhaj, révolutionnaire, lui-même originaire de cette ville portuaire à l’ouest de Syrte assiégée pendant de longs mois par les forces gueddafistes.

Des dizaines de cadavres mutilés sont toujours étendus de part et d’autre de la route. Trois corps, portant des bandages aux jambes et aux mains – apparemment d’anciennes blessures – ont été recouverts en contrebas dans le fossé, près d’un tuyau d’évacuation d’eau de la hauteur d’un homme accroupi, qui passe sous le macadam. A l’autre sortie du conduit, des morceaux de corps carbonisés gisent çà et là sur le sol sablonneux. Les carcasses métalliques des 4×4 et l’état des corps illustrent la violence de la frappe aérienne sur le convoi qui tentait alors de fuir la ville assiégée de Syrte depuis près d’un mois et sur le point de tomber aux mains des «révolutionnaires».

La ferme voisine s’étend sur un immense terrain aride parsemé de quelques arbustes, des bâtiments en brique, un transformateur électrique brisé d’où sortent des câbles tordus. «Quand les avions de l’OTAN ont frappé le convoi, les chauffeurs ont paniqué et se sont dispersés sur les terres de la ferme», raconte Louaï Zaïni, qui affirme être arrivé sur les lieux quelques instants après le raid. On ignore comment l’ex-dirigeant libyen est parvenu à échapper aux bombes pour courir se cacher dans son égout. Mais la plupart des conducteurs et passagers du convoi, eux, n’ont pas eu cette chance.

Mouammar El Gueddafi, qui se faisait appeler «roi des rois d’Afrique», a été capturé vivant puis tué par balle, dans des circonstances qui restent pour l’instant floues. Mais quelle étrange destinée pour celui qui insultait à longueur de discours les «rats» ayant osé se soulever contre son pouvoir, que de finir à genoux dans un égout. Vendredi, près de 24 heures après les faits, des dizaines de véhicules de guerre bourrés de combattants des nouvelles autorités, criant triomphalement «Allah Akbar» (Dieu est grand) se bousculaient pour visiter les lieux. Certains d’entre eux filmaient la scène avec leur téléphone, tout en se couvrant le nez pour se protéger de l’insupportable puanteur.

«Mon oncle est le commandant du groupe qui a capturé et tué Mouammar», se vante Belhaj, affirmant que les combats ont été intenses entre les rebelles et les survivants du convoi. Sur leur téléphone portable, les combattants se repassent en boucle les vidéos du corps de l’ancien despote. Ahmed Bisu clame ainsi à l’AFP sa jubilation d’avoir pu lui aussi filmer les dépouilles des derniers loyalistes entourant El Gueddafi. «C’est la meilleure chose qui pouvait arriver à notre révolution. Un dictateur aussi cruel ne méritait qu’un seul châtiment, la mort. Je suis heureux aujourd’hui, comme tous les autres Libyens», affirme-t-il avec le sourire. «Cette ferme est désormais un site historique. C’est ici qu’a pris fin la tyrannie d’El Gueddafi», se réjouit Ahmed, tout en continuant à filmer la scène macabre.

AFP

Nombre de lectures : 3736
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djoundi
    22 octobre 2011 at 20 h 21 min - Reply

    Ainsi finissent les tyrans, au suivant .




    0
  • lyes
    22 octobre 2011 at 21 h 20 min - Reply

    les images transmise a travers le monde ont ternis la revolution libyenne,au depart le monde entier etaient solidaire avec eux,mais voir les images barbare ou kadafi se fait tirer par les cheveux ,frapper,puis executer ensuite ils se disputaient sa chemise ,sa bague,ses bottes cest pas digne dun peuple civilises.




    0
  • zanga zanga
    23 octobre 2011 at 0 h 10 min - Reply

    @ lyes
    toi et ton peuple vous etes exemplaires,dignes et civilés. Mettez vous à la place de ces gens qui ont subit la dictature de cette marionnette durant 40 ans.
    juste ca:combien de millions de dollars a t il loué à Donald Trump une partie de son domaine situé à Bedford, à 70km de Manhattana la ou il a lrrigé sa tente bedouine.on aura nostalgie de son grain de folie dans ses sorties.A eu ce qu’il mérite.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique