Édition du
21 July 2017

Ghanouchi : voir la Tunisie développer une démocratie qui marie l’islam et la modernité.

Les priorités politiques du nouvel homme fort de Tunisie

Le monde 28 octobre, 2011

Agé de 60 ans, Rached Ghannouchi, de vrai nom Rached Kheriji, qui fut étudiant à
la Sorbonne en France, a cofondé au début des années 1980 le Mouvement de la tendance islamique (MIT) qui prendra plus tard le nom d’Ennahda (”renaissance”). Condamné à la prison à perpétuité, il s’exile d’abord à Alger, avant de s’installer en 1991 dans la banlieue de Londres. Le 30 janvier 2011, il est revenu en Tunisie. Son parti a remporté les premières élections libres de Tunisie. Le Monde l’a rencontré à Tunis quelques heures avant l’annonce des résultats définitifs, jeudi 27 octobre.

Vous avez été absent pendant vingt-deux ans de Tunis. A quoi attribuez-vous le succès d’Ennahda aux élections de l’Assemblée constituante ?

C’est le résultat naturel de la résistance de nos militants et aussi le fruit de la fidélité du peuple tunisien. Ben Ali a échoué à détruire la mémoire des Tunisiens. Cela prouve que, malgré notre absence qui a duré vingt-quatre ans et malgré la machine médiatique et policière qui a essayé de nous anéantir, la volonté populaire est plus forte.

Vous insistez sur la question identitaire, arabo-musulmane, tandis que le secrétaire général du parti, M. Jebali, déclare que les minorités chrétiennes et juives trouveront toute leur place en Tunisie. Y a-t-il un partage des rôles entre vous ?

Il n’y a pas de contradiction. La diversité religieuse n’est pas nouvelle dans le monde musulman où se trouvent les lieux de culte les plus anciens. La synagogue de Djerba a plus de 3000 ans, et certaines religions n’existent qu’en Irak, par exemple. Dans l’histoire des musulmans, nous avons connu des guerres politiques, pas de religion.

Le bureau de liaison avec Israël, à Tunis, restera-t-il fermé ?

Ce sera au gouvernement de décider. Mais nous sommes contre toute normalisation des relations avec Israël car c’est un Etat d’occupation qui n’a même pas pu trouver un accord avec l’OLP [Organisation de libération de la Palestine], les plus modérés, ni avec Arafat, ni avec Abou Mazen.

Vous voulez une coalition la plus large possible pour gouverner, mais existe-t-il cependant des partis, laïcs, avec lesquels vous ne voulez pas vous associer, des lignes rouges, pour vous, de désaccord ?

Nous sommes prêts à une coalition avec tous les partis qui ont été dans l’opposition à Ben Ali, peu importe leur idéologie. Nous pouvons discuter de tout. Mais nous excluons Hachemi Hamdi parce qu’il a été un allié de la dictature.

Réformerez-vous le code du statut personnel qui protège les femmes tunisiennes ?

Non, nous n’y toucherons pas. Nous pourrions même consolider les acquis de la femme, par exemple sur l’inégalité des salaires, ou sur la création de crèches sur le lieu de travail. Il y a aussi beaucoup de harcèlement sexuel. Nous voulons nous occuper de cela.

Quelles sont vos priorités en matière d’éducation ?

La priorité, aujourd’hui, ce ne sont pas les questions culturelles, qui prennent beaucoup de temps, mais les questions économiques et sociales. Nous n’avons qu’un an devant nous avant d’être de nouveau devant les urnes, et alors les Tunisiens nous demanderont des comptes. Nous voulons nous concentrer sur les questions qui ont un impact immédiat sur les citoyens comme la sécurité, le développement, assurer la stabilité, réformer la justice, et poursuivre les affaires de corruption en y mettant fin sous toutes ses formes.

Comment allez-vous gérer votre base, qui est parfois plus radicale et composer avec les salafistes ?

Il n’y a aucune preuve que la base d’Ennahda soit plus radicale que la direction. Si c’était le cas, cela se serait vu: la direction aurait changé lors des congrès. Cette accusation vient de nos adversaires politiques qui ont aussi utilisé, durant la campagne électorale, l’argument du double langage sans la moindre preuve.

S’agissant des salafistes, ils sont là. Nous avons quelques débats avec eux afin qu’ils changent leur vision de l’islam, comme le fait de dire que la démocratie est “haram” [interdite] ou “kafir” [mécréante]. Beaucoup d’entre eux n’ont pas voté. Nous, nous pensons qu’il n’y a aucune contradiction entre l’islam et la démocratie, l’islam et la modernité, l’islam et l’égalité des sexes. Les salafistes ont le droit d’avoir leur opinion. Même si elle n’est pas bonne, l’Etat n’a pas à s’en mêler, sauf s’ils commettent des violences.

Au lendemain du scrutin, vos partisans chantaient “république islamique” devant votre siège. Est-ce votre but, établir une république islamique ?

Nous sommes déjà selon l’article1 de l’actuelle Constitution un état musulman dont la religion est l’islam. Nous n’avons pas besoin de l’importer. Cet article fait aujourd’hui consensus dans tous les partis, nous ne voulons rien ajouter, rien retrancher. Tous les Tunisiens s’accordent sur leur identité arabo-musulmane.

Vous citez souvent le modèle turc de l’AKP [Parti pour la justice et le développement], mais la Turquie dispose de solides contre-pouvoirs avec l’armée notamment…

Il y a dix minutes, Recep Tayipp Erdogan m’a appelé pour me féliciter. Ici, tous les partis ne seront pas au gouvernement, il y aura aussi une opposition. Mais nous nous dirigeons vers un consensus de toutes les forces nationales afin de réussir cette nouvelle étape en Tunisie.

Qu’y a-t-il de religieux dans votre programme et, demain, dans votre gouvernance ?

Ce sont les valeurs islamiques basées sur l’égalité, la fraternité, la confiance et l’honnêteté. Ces valeurs-là sont l’essence de la charia et celle-ci n’a jamais quitté
la Tunisie. La loi tunisienne en est en grande partie inspirée, surtout le code civil et le code du statut personnel. Même la partie importée de France, Napoléon l’a empruntée à la jurisprudence malékite…

Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé a déclaré que les aides de la France seraient conditionnées à la question des droits de l’homme. Comment réagissez-vous ?

Nous n’avons pas besoin d’une telle parole pour respecter les droits de l’homme. Cela fait partie de nos valeurs et de notre religion, et les Tunisiens n’acceptent pas les aides conditionnées. Dans les accords entre Ben Ali et l’Union européenne figurait le respect des droits de l’homme, mais l’Europe a fermé les yeux. Nous souhaitons qu’elle les garde désormais bien ouverts…

Quel sera le rôle du nouveau président de la République ?

L’Assemblée constituante le désignera, il aura des pouvoirs importants, mais  symboliques, comme ceux de l’actuel, Fouad Mebazaa. C’est un sujet de discussion avec nos partenaires.

Vous avez déclaré que vous ne briguiez aucun poste. Comment envisagez-vous votre rôle ?

Je me trouve beaucoup mieux dans l’univers de la pensée que dans celui de la politique. Ce qui m’intéresse, c’est de voir la Tunisie développer une démocratie qui marie l’islam et la modernité. Je serai très heureux quand je verrai cela. Je suis vice-président de l’organisation mondiale des savants musulmans, et s’il ne me reste plus à rien à faire en Tunisie, le monde musulman est vaste…

Propos recueillis par Isabelle Mandraud


Nombre de lectures : 3635
34 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abdelkader DEHBI
    28 octobre 2011 at 21 h 30 min - Reply

    Ayant eu le privilège de fréquenter et de recevoir dans ma famille, le Dr Rachad GHANNOUCHI durant son séjour à Alger entre 1990 et 1991, je peux vous confirmer que l’homme qui est d’une admirable culture qui donne envie, est très ouvert sur le monde en restant foncièrement pondéré dans ses propos et mesuré dans ses jugements politiques.
    Durant son séjour à Alger, il a tenu à rencontrer un maximum de personnages politiques – historiques ou non – pour s’informer. Alger était alors en ébullition, après l’ouverture du champ politique et la création du FIS. Au cours d’un certain nombre de dîners ou auxquels j’ai personnellement participé et qui étaient organisés en son honneur par les uns et les autres, j’ai remarqué qu’il évitait pudiquement d’émettre la moindre opinion, dès que la discussion s’orientait sur la situation politique de l’Algérie.
    J’ai la certitude que la sagesse de ce leader tunisien contribuera éminemment à asseoir les Institutions politiques de la Tunisie sur les bases solides du respect de l’altérité, de la solidarité et de la tolérance qui sont enseignées par l’Islam, telles qu’enseignées par le Coran et la Tradition du prophète Muhammad – sur Lui le salut.
    Puisse l’expérience institutionnelle de la Tunisie nouvelle réussir et servir à notre propre inspiration.




    0
  • maicha
    29 octobre 2011 at 8 h 18 min - Reply

    Je ne sais pas si les demicrates ou les ripouxblicians auraient fait autant de concessions s’ils avaient gagné les élections de façon aussi éclatante. Appeler les islamistes pour un gouvernement d’union nationale.
    BRavo mister Ghanouchi




    0
  • elforkan
    29 octobre 2011 at 12 h 24 min - Reply

    « voir la Tunisie développer une démocratie qui marie l’islam et la modernité » ?????????

    La modernité est une notion qui ne tire pas son sens d’une quelconque objectivité, mais plutôt d’une conception de notre esprit : par exemple l’occident voit la modernité dans le nudisme de la femme, nous, nous la voyons dans sa pudeur, eux ils voient la modernité dans le mariage gay et la liberté sexuelle, nous , nous la voyons dans la lutte contre toute déviation et la dépravation des mœurs ; alors qui a tort et qui a raison ???
    Oui, l’Islam est sans nul doute contre la modernité, si modernité signifie copier les mœurs des hommes et femmes de l’occident, par contre, il est pour la modernité, si modernité signifie, progrès scientifique et technologique !
    Non ! non ! non ! on n’a pas de leçons à recevoir de leçons de ceux qui ne connaissaient les bien faits de prendre une douche que recemment, mais les leçons, se prennent de ceux qui se lavaient 5 fois par jour et prenaient une douche après chaque relation avec leurs épouses, et connaissaient déjà le brossage des dents voilà 14 siècles (le siwak avant la prière) !




    0
  • aquerado
    29 octobre 2011 at 14 h 07 min - Reply

    Salam,
    A travers les propos de mr, Rached Ghannouchi on peut deceler un homme pondere et de grande culture, au courant des faits de ce monde et sachant mener sa barque face aux medias et devant son electorat. Rassurer les gens et s’attaquer au veritable probleme de la corruption pour instaurer un climat de justice et de confiance sont des objectifs prioritaires qu’il met en avant, je pense qu’il n’a pas tort, le peuple Tunisien soude peut produire un miracle en vivant son islam d’une maniere sereine. Je felicite mr Rached Ghannouchi et tout le peuple Tunisien et lui souhaite tous mes voeux de reussite.




    0
  • Ensemble
    29 octobre 2011 at 14 h 15 min - Reply

    Aux anciens du FIS
    Ennahda n’a rien à voir avec le manque de maturité des anciens dirigeants du FIS qui sont aussi résponsables que nos généraux du sang coulé pendant dix ans.
    – Les occidentaux sont deçus par les résultats car ils ont projeté leurs propres idéaux sur les événements en Tunisie.
    – Les islamistes algériens sont deçus car ils croyaient qu’Ennahda est la continuité de leur parti le FIS.
    Ennahda a eu 90 députés dans cette assemblée constituante et 42 sont des femmes, ce qui est inpensable avec le FIS qui a toujours dit que la place de la femme est la maison.
    Chers amis du FIS, vous avez bien lu, 42 sur 90 élus sont des femmes.
    Je suis loin de partager les idés d’Ennahda mais je dois dire bravo aux tunisiens et aux dirigeants d’Ennahda qui essayent de concilier islam et modernité.
    Amicalement.




    0
  • SAID
    29 octobre 2011 at 16 h 52 min - Reply

    mon cher compatriote ELFORKAN,

    Nous nageons dans la prosperité depuis 14 siècles !! Boutef, kadafi, zadam, ben ali, moubarek, hassan 2, alsaoud etc … se lavent aussi 5 fois par jour.
    De meme que nos « rois » andalous qui se sont fait virés d’espagne aprés 7 siècles.
    Oui, comme vous dites, modernité signifie : progrés scientifique et technologique, signifie aussi democratie, signifie aussi TOLERANCE et non agression.
    Ceux qui font croire que la démocratie et la modernité = dépravation des meurs, sont ceux qui veulent affronter l’islam à la démocratie pour arriver au pouvoir. c’est un slogan politique que nos islamistes ont utilisé pour dénigrer « tout ce qui vient de l’occident » (c-à-dire meme le concept de démocratie en politique).
    Je pose une question simple :
    Comment se faisait (et se fait encore)l’alternance aux postes politiques depuis 14 siècles chez les pays arabes ??
    Depuis 14 siècles – hormis le regne des 4 premiers Califes – le citoyen arabe avait-il droit de cité ?? avait-il le droit à la parole ?
    C’est sur ces aspects qu’il faut aussi mesurer notre « islamité », sur ce qu’elle a apporté de positif au citoyen musulman de manière générale.
    De nos jours, on continue à dire de nos despotes : al-malik nassarahou-allah !! et on continue à pratiquer le baise-main.




    0
  • Jeff
    29 octobre 2011 at 18 h 14 min - Reply

    @ Abdelkader DEHBI

    J’ai mesuré la valeur de l’homme lors d’un colloque international tenu à Londres. Il a développé son intervention sur le thème de « la question des libertés dans l’Islam. ». La présence des européens était plus importantes que des musulmans. L’homme est d’une érudition extraordinaire bien qu’introverti par pur pudeur. A ce moment là, j’ai appris à travers une de ces connaissances algérienne, qu’il a été refoulé de l’Arabie Saoudite par les autorités alors qu’il effectué officiellement son pèlerinage incognito en tant qu’un simple musulman. Il a tenu pour que l’information ne soit pas diffusée pour ne pas faire la honte aux musulmans et à l’Islam. Comble de l’ironie, quel Maktoub, le dictateur bac – 3, est réfugié en Arabie Saoudite comme un minable. Ghannouchi ira en Arabie en tant qu’un chef d’Etat.
    Voir la vidéo de sa première interview à une télé tunisienne qui pourtant n’était pas tendre avec lui : http://www.siba-immobiliere.com/2011/09/sara7a-ra7a-invite-rached-ghannouchi-10-09-2011/

    Bonne vision




    0
  • Tazaghart
    29 octobre 2011 at 19 h 55 min - Reply

    Cher Ensemble,

    il me semble avoir vu votre commentaire sur un autre fil.
    Quand a la presence des femmes parmi les islamistes je vous rappelle que jusqu’a aujourd’hui aucun mouvement politique algerien n’a mobilise a ce jour autant que les femmes islamistes y’a plus de 20 ans en faveur du code de la famille.

    Pour le reste, permettez moi de vous dire que la deception est plutot votre, car cette victoire electorale va encore booster les islamistes dans bien d’autres pays.




    0
  • Mouloud Y
    29 octobre 2011 at 20 h 06 min - Reply

    Ayant été contraint d’accepter la tenue d’une assemblée constituante, les grandes puissances et leurs relais locaux ont cherché à dénaturer le sens des elections en les transformant en une espece d’élection legislative. En quelques semaines 120 partis ont été légalisé, la plupart d’entre eux n’étant qu’une fiction. Enahdha, le seul parti national parmi les 4 autre, a avoir une réalité, et Enahdha, en plus , avec de gros moyens financiers et matéreiel en provenance du Qatar.
    Cette assemblée athéoriquement pour objectif d’instaurer une nouvelle constitution et non pas de monter des coalitions gouvernementales. D’autre comme le PDM refusent. Derrière toutes ces manœuvres et combinaisons, certains partis comme Enahdha veulent occulter la nature de la révolution tunisienne qui s’est dressé contre les liens de subordination à l’UE et au FMI. Enahdha a bien rassuré les investisseurs étranger sur la poursuite d’une politique qui respecterait les lois du marché. Le salaire minimum est officiellement de 380 dinard (190 euro). Où est la souveraineté avec tout cela ?

    =================================
    Appelez cela censure ou non respect de la liberté d’expression, c’est votre droit le plus absolu mais notre ligne éditoriale n’accepte pas des vidéos d’agents du RCD de Benali qui viennent nous déverser des insanités sur d’hypothétiques fraudes. Cela rappelle les pantins civils de nos putschistes de 91.
    La Rédaction LQA




    0
  • elforkan
    29 octobre 2011 at 20 h 37 min - Reply

    @Said
    « Nous nageons dans la prosperité depuis 14 siècles !! Boutef, kadafi, zadam, ben ali, moubarek, hassan 2, alsaoud etc … se lavent aussi 5 fois par jour. »

    Mon cher, même au temps de notre Prophète, les HYPOCRITES se lavaient 5 fois par jour, dés fois plus pour paraitre plus musulmans que les musulmans !
    Les individus que vous avez cité n’ont rien à avoir avec l’Islam, en Islam les gouvernants sont choisis par le peuple: Abou Bakr à sa mort n’a pas cédé sa place à son fils Abdou rahmane, mais c’est omar qui lui succéda et à la mort de ce dernier, son successeur était Othman et non pas son fils Abdou Allah…etc…ça veut dire qu’en Islam le Koursi ne se transmet pas de père en fils, et ceux qui le font sont des égarés, des innovateurs (ahl el bidaa)ceci dans le meilleur des cas, dans le pire des cas comme c’est le cas des actuels dirigeants, des hypocrites, c’est à dire qui font apparaitre la foi, et cache leur mécréance !
    L’alternance au pouvoir est une nécessité sinon comment se débarrasser de ceux (les élus) en qui nous avons placé notre confiance , puis une fois au pouvoir se mettraient à servir uniquement leur clan !




    0
  • Ensemble
    29 octobre 2011 at 21 h 27 min - Reply

    @ Elforkan
    Au collège , notre prof de tarbiya el Islamiya, qui est un grand religieux , nous a appris que Omar et Othmane étaient assassinés pour le Koursi .
    Pourquoi vous parlez de mort alos qu’il s’agit d’assassinat.
    Vous voyez, la lutte pour le koursi ne date pas de 1991.




    0
  • samham
    29 octobre 2011 at 22 h 48 min - Reply

    c est ce que je souhaite aussi pour l algerie ,que dieu exauce votre voeux mr ghanouchi ,peut etre qu un vent soufflera et sèmera cet espoir sur l ensemble de l afrique du nord ,j espère que nos islamistes (sauf msp) vont enfin comprendre et propose une vraie alternative a notre dictature




    0
  • batni
    30 octobre 2011 at 0 h 56 min - Reply

    Pourvu que Ghannoouchi n’est pas d’agenda caché et que son but n’est pas d’imposer sa charia.
    Il faut être optimiste est laisser la chance au coureur.
    Dans tout les cas de figures la Tunisie etant un pays sans ressources naturelles la réalité et le pragmatisme sont les remparts contre toutes dérives.

    A Mr Dehbi,
    Vous m’étonner car d’après mes lectures Ghannouchi en 90-91 n’avais pas la maturité politique qu’il a maintenant. Dans ces années là, C’était un islamiste radical a l’instar de Abbassi et Belkhadj et de tout les autres leaders de toutes les mouvances islamistes.
    ont-ils devenus pragmatiques et réalistes ? Se sont-ils inspirés erreurs et des désastres qu’ils ont provoqués en Afghanistan, Iran, Soudan et Algérie? Autres temps autres moeurs? . Seul le temps nous le dira.

    Mes respects,




    0
  • batni
    30 octobre 2011 at 4 h 42 min - Reply

    D’aprés mes lectures Rachid Ghannouchi était dans les années 90-91 aussi radical que les leaders islamistes Algériens. Moi je dirais autre temps autres moeurs, lui et ses amis sont devenus pragmatiques et réalistes, ils doivent avoir tirés les lecons qui s’imposent aprés avoir constatés les désastres économiques, sociaux, culturels et autres engendrés par l’islamisme radical dans divers pays (Afghanistan avec les Talibans, l’Iran avec les mollahs,le Soudan avec Tourabi/Bachir, Somalie avec les Shebabs, La Palestine avec Hamas, l’Algérie avec le FIS etc…) .
    Je souhaite que le parti de Ghanouchi réussisse lui et les autres partis a donner aux tunisiens plus de LIBERTÉ, plus de prospérité économiques , plus en matières de respect des droits de l’homme et que dieu fasse qu’il parvienne a devenir un parti comme les autres a l’image des partis démocrates chretiens en Europe et que les islamistes Algériens s’inspire de Ghanouchi pour plus de pragmatisme et de réalisme et moins d’arrogance (je l’ai constaté sur ce site après la victoire de Nahdha 🙂 ).

    Mes respects,




    0
  • hassan
    30 octobre 2011 at 13 h 32 min - Reply

    @batni dit : 30 octobre 2011 à 4 h 42 mi.

    « Moi je dirais autre temps autres moeurs, lui et ses amis sont devenus pragmatiques et réalistes, ils doivent avoir tirés les lecons qui s’imposent aprés avoir constatés les désastres économiques, sociaux, culturels et autres engendrés par l’islamisme radical dans divers pays (Afghanistan avec les Talibans, l’Iran avec les mollahs,le Soudan avec Tourabi/Bachir, Somalie avec les Shebabs, La Palestine avec Hamas, l’Algérie avec le FIS etc…) ».

    Partie I:
    @batni.

    Il ne faut pas prendre ses désirs pour des réalités. A aligner de telles contre-vérités criardes,vous êtes soit ignorant ou de mauvaise foi . Admettons que vous ne saviez pas que :

    L’Afghanistan sous le règne des Talibans,sortait d’une très longue guerre d’occupation sanglante, barbare que leur avaient livré les Soviets russes. Un pays ravagé, exsangue où tout était à reconstruire. La victoire majeure gagnée par ce gouvernement islamique était d’avoir éradiqué à 90% la production et le trafic du pavot, cette culture de mort que les Talibans punissaient de mort, en tant que crime capital. Le monde entier, en particulier les grands pays consommateurs de drogue durs, tels que les USA et l’Europe, leur doivent assurément une dette morale pour avoir contribué efficacement et radicalement à la guerre contre les terroristes narcotrafiquants internationaux.

    Malheureusement, pour la santé mondiale, cette victoire sur « la mort blanche », a été réduite à néant par l’invasion/occupation des USA et ses supplétifs européens. Les Américains et leur CIA, peuvent s’enorgueillir d’avoir réintroduit et exploité massivement cette culture de mort à des fins tant financières que comme arme de subversion des peuples. Dans un de ses articles, le brillant économiste canadien Michel Chossudowsky soulignait que la seule victoire en Afghanistan, après l’invasion/occupation US de 2001 était, non pas la démocratie, mais celle du pavot.

    Pour les autres pays que vous accusez, je vous livre mon désaccord dans une seconde partie.




    0
  • Salah Bouzid
    30 octobre 2011 at 14 h 05 min - Reply

    Men and Women in the 112th Congress
    While the partisan composition of the Congress is fairly close to that of the electorate, there are larger disparities between the Congress and the general citizenry in term of sex and race. In the House, there are currently 362 men and 76 women. In the Senate, there are 17 women and 83 men.




    0
  • hassan
    30 octobre 2011 at 15 h 34 min - Reply

    @batni .

    Partie II. Suite. Au sujet de l’Iran.

    Votre Iran des « mollahs » est une grossière caricature que seuls les ennemis irréductibles de cette république islamique utilisent ad-nauseam, sur tous les tons et sur toutes les formes.

    La république islamique d’Iran n’est certainement pas celle que vous décrivez. La réalité est tout autre et, elle est annoncée clairement par les Américains eux-mêmes que l’on ne peut accuser de sympathie pour cette Révolution trentenaire. L’Iran est en effet un exemple de réussite de tout un pays qui, bien que sous embargo depuis 30 ans par l’Occident, force l’admiration dans les hautes sphères scientifiques internationales. Une analyse de l’institut de recherches américain, Science-Metrix, nous apprend que la vitesse du développement de la production scientifique en Iran est astronomique :

    03.09.2010

    I / Un institut de recherches américain, Science-Metrix, a estimé dans un rapport sur les productions scientifiques dans diverses régions du monde, que la vitesse du développement de la production scientifique en Iran était astronomique par rapport à la moyenne mondiale.Le rapport met en examen les évolutions politiques survenues ces 3 dernières décennies dont la victoire de la révolution islamique en Iran, l’offensive militaire du régime de Saddam, soutenu par l’Occident contre l’Iran, les sanctions anti-iraniennes des Etats-Unis et de leurs alliés, l’effondrement de l’URSS et les retombées de ces évolutions sur la situation scientifique de divers pays.

    Le rapport fourni par Science-Métrix conclut que la croissance des capacités scientifiques au Moyen-Orient a été 4 fois plus rapide que l’échelle mondiale et que l’Iran et la Turquie ont joué le rôle majeur à cet égard. Or la part de l’Iran a été 2 fois plus importante que celle de la Turquie. L’institut américain estime que l’indice de la croissance scientifique d’Israel est le pire au Moyen-Orient.
    A rappeler que Science-Metrix est un institut privé et indépendant américain qui coopère avec les gouvernements et les centres universitaires.

    II / L’Iran est un exemple d’un pays qui a fait des avancés considérables par l’enseignement (éducation) et la formation, malgré des sanctions internationales dans presque tous les aspects de recherche pendant les 30 ans passés. La population universitaire de l’Iran s’est gonflée de 100,000 en 1979 à 2 millions en 2006. Soixante-dix pour cent des étudiants d’ingénierie sont des femmes. Le progrès de la science de l’Iran est la plus rapide dans le monde. L’Iran a fait le grand(super) progrès dans des secteurs différents, y compris la science aérospatiale, nucléaire, le développement médical, aussi bien que la cellule souche et multipliant la recherche.

    *http://en.wikipedia.org/wiki/Science_and_technology_in_Iran

    * http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://en.wikipedia.org/wiki/Science_and_technology_




    0
  • hassan
    30 octobre 2011 at 16 h 41 min - Reply

    @batni
    Partie III.Suite. Au sujet de la Somalie.

    Début des années 80, les assassins financiers du FMI et de la Banque Mondiale entrent en scène.

    A LIRE ET A FAIRE LIRE: COMMENT ON FABRIQUE UNE FAMINE. Par Michel Chossudowsky,économiste canadien. Texte publié dans Le Monde diplomatique (1993) * http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25739

    Ce brillant économiste nous dévoilait les vrais responsables de la tragédie somalienne – Les manœuvres en coulisses de la Banque mondiale et du F.M.I avec la complicité active des membres du régime en place sont clairement établies.

    Le remboursement de la DETTE IGNOBLE concoctée par l’ingénierie financière du F.M.I et de la Banque mondiale permit à ces derniers « d’imposer au gouvernement en place un programme qui mit en péril le fragile équilibre entre le secteur nomade et sédentaire ».

    LE DESASTRE ETAIT DEJA INSCRIT DANS TOUTES LES MESURES QUI REDUISAIENT A NEANT LES MOYENS DE L’ETAT. Ainsi le pays était tenu dans la camisole de force de l’ajustement structurel pour le contraindre à assurer le service de la dette. On connait la suite, la guerre, la famine et finalement l’opération US « rendre l’espoir » (restore hope).

    « L’histoire de la Somalie est une expérience exemplaire, d’abord pour l’Afrique, où il existe d’autres sociétés pastorales nomades que les programmes du F.M.I et de la Banque mondiale s’emploient à éliminer. Plus largement, l’histoire récente de la corne de l’Afrique confirme le danger pour le tiers-monde de politiques d’ajustement structurels qui affaiblissent l’Etat et conduisent à l’implosion et à la guerre civile ». Michel CHOSSUDOWSKY .

    Nous avons été donc bel et bien prévenus mais, il est consternant de noter que nos « intellectuels » se complaisent inlassablement à nous occuper avec leur litanie stérile sur la « démocratie » , les « droits de l’homme » et les généreux principes de « l’humanisme » et de la « tolérance ». Sur les sites algériens, il n’est question que de pensées personnelles, de souhaits et d’imprécations.

    Et pourtant. « D ’après R.Gannouchi et les penseurs islamiques de la même ligne de pensée, le monde occidental ne permet pas au monde islamique de faire les réformes adaptées à leur propre contexte et manière de pensée. L’occident exerce une hégémonie intellectuelle et politique sur le monde islamique. L’insistance à vouloir continuer à imposer le cadre et le contenu de ces réformes est due au fait que l’Occident doit à cette domination, sa prospérité depuis deux cents ans. La pérennité de la prospérité à l’Ouest a un lien absolu avec l’hégémonie politico-intellectuelle dans les pays musulmans. L’Occident, partant du principe qu’il ne peut y avoir d’esprits pouvant avoir une pensée propre au monde islamique, les réformes ne peuvent se faire que dans les limites tracées par l’Occident. La traduction socio-économique de ceci est que la gestion les ressources internes du monde islamique, par le billet des élites nationales, restent sous le contrôle de l’Occident. » Ali Bulaç (1)

    Et, d’une manière plus radicale, cet Occident fossoyeur de nos peuples ne s’interdit pas de nous asséner sa terrifiante vérité dans la bouche même de cet Alien de l’Américain Mac Namara, le boucher du Vietnam, ex-directeur de la Banque mondiale qui, répondant à un journaliste au sujet d’une question relative aux solutions préconisées par la Banque Mondiale pour résoudre le phénomène de la « surpopulation » de l’Afrique, déclarait sans vergogne : : « la maladie ou la famine » ! (2)

    Sources : (1) Ali Bulaç (1) Journal Zaman 20/01/2011 « Les libertés publiques dans la pensée islamique » ww.alterinfonet.net (2) Rolande Girard « Tristes chimères » 1987 , chez Grasset.




    0
  • elforkan
    30 octobre 2011 at 17 h 34 min - Reply

    @ensemble
    Sachez qu’Omar a été tué par un adorateur du feu (madjoussi) et Othman par des bédouins khawaridjs quant à accuser les khalifs rachidines de courir derrière le Koursi c’est faire preuve de mauvaise foi, sachez qu’à l’époque le Koursi ne rapportait rien comme privilège,mais que des problémes, et sachez surtout que les khalifs de l’époque vivaient comme le commun des musulmans et lorsqu’il y a une guerre, ils sont toujours en tète de leurs troupes, avec leurs fils…..pas comme Nazzar, Toufik, Smain, mohamed Lamari qui n’ont jamais mis les pieds au maquis , ni senti l’odeur de la poudre !




    0
  • elforkan
    30 octobre 2011 at 17 h 38 min - Reply

    @batni
    Si jamais un parti islamiste prendrait le pouvoir, il appliquerait les lois qui lui convienne, il a la légitimité populaire, et à celui à qui cela ne conviendrait pas…..il n’a qu’à prendre les armes !!!!!!!
    Nous sommes MUSULMANS,monsieur Batni, même si cela te déplait !!!




    0
  • salem
    30 octobre 2011 at 17 h 56 min - Reply

    VOILA LA DIFFERENCE ENTRE LE GENERAL AMAR UN AUTHENTIQUE TUNISIEN ET LE GENERAL CRIMINEL NEZAR CELUI QU A DETRUIT L ALGERIE A CAUSE D UN CHOIX DEMOCRATIQUE.




    0
  • salem
    30 octobre 2011 at 18 h 01 min - Reply

    LA TUNISIE VIENT DE DONNER UNE LECON DE DEMOCRATIE SUITE A DES ELECTIONS PROPRE ET TRANSPARENTE;VOLA UN EXEMPLE D UN PEUPLE TRES MATURE.QUOI QU ILS DISENT LES ENNEMIES DE LA DEMOCRATIE,L TUNISIE VIENT DE FRANCHIR UN PAS VERS UN AVENIR RADIEUX.




    0
  • batni
    30 octobre 2011 at 18 h 19 min - Reply

    @hassan,
    Il faut être d’un cynisme incroyable pour défendre les Talibans, ayant au moins une pensée aux millions de femmes qu’ils ont « engrillagés » et aux millions d’hommes braves qu’ils ont rammenés a l’age de la pierre.

    Pour L’Iran, j’ai la conviction intime que le régime des mollahs et comme un chateau de carte qui s’effondrerai au premier souffle, n’est-ce pas qu’on disait du temps de Boukharouba que l’Algérie va atteindre le niveau de développement de l’Espagne en 1980? vous connaissez le résultat.

    Mes respects,




    0
  • kamel
    30 octobre 2011 at 20 h 20 min - Reply

    j’aime bien lire les aricles de ce site, mais il me semble que, pour moi qui ne suis ni islamiste ni démocrate (dans leur sens politique, l’espace devient un lieu d’exhibition de la haine envers l’autre. vous croyez vraiment que l’Algérie se construira temps que les islamistes fustigentles démocrates et vice versa? je suis triste de voir mon pays partagé (selon ces deux points de vue)entre « islamistes obscurantiste et laïcs kouffar ». L’Algérie, pour moi et c’est mon avis) ne sera bien que lorsqu’on la verra comme notre mère qui bien que ses enfants divergent ils s’aiment quand même. Tant qu’on se haie, notre mère Algérie sera toujours triste. Et, si les islamistes nous parlait d’amour ainsi que les démocrates? d’ailleurs, excusez moi de divaguer un peu,et, si notre mère venait, par miracle, à nous rappeler qui est notre « vrai père »? car, jusqu’à présent, elle nous méprise nous qui croyons que notre père n’est pas un authentique berbère. salam alikoum.




    0
  • kamal
    30 octobre 2011 at 20 h 24 min - Reply

    nous serons un vrai peuple musulman, le jour où nous affirmeront haut que nous sommes des berbères. Dieau n’aime pas les hypcrites et encore moins ceux qui nient leur identité.




    0
  • samham
    30 octobre 2011 at 20 h 39 min - Reply

    une certaine presse aux ordres veut nous faire peur en perspective des législatives algériennes en présentant la victoire de nahdha comme un péril pour nous autres aussi,sachez messieurs que notre pays n a jamais été gouverne par les islamistes,la seule fois ou vraiment les élections ont été correctes c était je crois 1992 avec arrêt du processus électoral par nezar et Cie ,si aujourdhui des élections sont organises dans la transparence nous seront les vainqueur inchallah




    0
  • djeha
    30 octobre 2011 at 22 h 03 min - Reply

    Bonjour,
    Les passions se déchaînent autour de la victoire historique du peuple tunisien.La haine qui transparaît à travers certains écrits démontre que le problème en Algérie dépasse de loin l’arrêt brutal et injuste du processus électoral en 1992.
    Les uns se veulent plus modernes et plus laics que certains occidentaux en rejetant toute référence à notre religion,nos traditions et notre culture.
    Les autres se posent comme toujours comme les seuls vrais musulmans et s’improvisent même en historiens détenant seuls la vérité sur le seul fait de répéter le slogan:Le coran et la sunna . Or, s’il y a une vérité dans l’histoire humaine,c’est que ce genre d’attitude a toujours mené vers le totalitarisme (communisme,facisme,nazisme…) et le génocide de ceux qui ne pensent pas comme il faut.
    Les criminels janviéristes et leurs relais dans les partis et les médias sont de ceux là,eux qui depuis la guerre de libération ont mené le pays vers l’impasse où il se trouve aujourd’hui.
    Ennahda en Tunisie est un parti islamiste qui jusqu’à preuve du contraire respecte les règles démocratiques et s’adapte aux réalités tunisiennes.Il n’a pas décrété la démocratie Kofr ni les autres partis impies.Certains aimeraient que l’expérience échoue et que la Tunisie sombre dans la chaos.Cela prouve ,une nouvelle fois,qu’ils n’ont rien de démocrates.
    Les islamistes du FIS applaudissent et c’est une bonne chose.Il reste à espérer qu’ils en retiennent les leçons et que certains d’entre eux arrêtent de croire que parce qu’on est islamiste on est les seuls musulmans.
    Je pense que chacun doit avoir le droit d’exprimer librement ses opinions et ses convictions sans insultes ni menaces.Certains écrits dégagent à mots couverts l’exclusion,l’intolérance et beaucoup de violence.

    ==============================
    Merci pour ces paroles de sagesse. C’est ce à quoi nous oeuvrons et je crois que nous devons persévérer dans cette voie du juste milieu et ce ne sont pas les extrémismes de tous bords minoritaires certes mais agissants qui vont obstruer cette voie libératrice et reconciliatrice. Merci encore une fois pour ce message franc et apaisant.
    Salah-Eddine




    0
  • nina
    30 octobre 2011 at 23 h 26 min - Reply

    salam
    mabrouk pour ce resultat et pour le parti de cheikh rachid ghannouchi, en lisant cet interview, le peuple Tunisien et bcp plus l’opposition ont tirés des leçons des erreurs des autres et que la voie du juste milieu et aussi une voie réconciliatrice pour la construction d’etat libre pour moi je vois la tunisie la Turquie du grand maghreb et la malysie inchaallah. toute mes felicitations a ce peuple.




    0
  • Adam
    1 novembre 2011 at 3 h 48 min - Reply

    Cet homme que je respectais tant, m’a vraiment déçu aujourd’hui dans son entretien avec El-dJAZEERA, en promettant une coopération avec l’Algérie (il n’a pas précisé avec qui: le peuple ou le pouvoir?!), mais je pense qu’il parlait des représentants de l’Algérie, c’est évident, feignant d’ignorer que ceux-ci sont pires que celui qu’il condamne , c’est à dire son ancien président! Il a parlé aussi de ce qu’il a appelé notre grande soeur, en parlant de l’Algérie et c’est comme s’il se soumettait volontairement au paternalisme du pouvoir algérien, en remerciant celui-ci d’avoir consenti à aider financièrement la Tunisie après la révolution. Aussitôt sorti d’un diktat, qu’il tend la main à d’autres ultra-dictateurs, qui eux, je présume ont beaucoup plus d’argent. Étranges réponses d’un homme qui, voyant le pouvoir près de ses yeux, oublie vite que d’autres Bouazizi existent aussi en Algérie, la grande soeur de la Tunisie!!!!!




    0
  • Tazaghart
    1 novembre 2011 at 16 h 02 min - Reply

    A l’impossible nul n’est tenu. Il ne peut vraiment pas se permettre ce que vous lui exigez.




    0
  • jamal
    2 novembre 2011 at 8 h 55 min - Reply

    Voila une preuve de sagesse. ils ont patienter et voila que le Bon Dieu les récompenses. La patience est une trés grande vertu. et pourtant Mr Ghenouchi a bien conseiller Abassi madani au début des années 90 de patienter au lieu de se révolter mais hélas Abassi était obstiné par le pouvoir et c’était quoi le résultat … une régression de la societé algérienne.Bon continuation a ENNAHDA de TUNISIE.




    0
  • Tazaghart
    2 novembre 2011 at 16 h 40 min - Reply

    Abassi ne s’est revolte contre personne et Ghennouchi a subit ce qu’a subit Abassi et la Tunisie a regresse pendant 20 ans.

    trouvez vous d’autres excuses.




    0
  • SAID
    2 novembre 2011 at 20 h 49 min - Reply

    @ ELFORKAN
    Mon cher ami, vous n’avez pas répondu à ma question. Je suis entierement d’accord avec toi en ce qui concerne les 4 premiers califes (meme si certains historiens – TABARI – disent qu’à partir de OTMAN la guerre des clans a commencé pour le pouvoir).
    Mais à partir de cette période, qu’est ce que nos ancetres musulmans, nous ont legué comme systeme politique pour qu’on puisse les suivre ?
    Qu’ont-ils fait de notre Islam depuis Mouaawiya à nos jours ? Des dynasties ! donc des DICTATURES.
    Voilà pourquoi je ne crois pas à une solution « islamique ».




    0
  • Tazaghart
    2 novembre 2011 at 22 h 57 min - Reply

    @Said,

    Vous etes libre de ne pas croire aux dynasties mais je voudrais juste vous rappeller que la democratie representative et le multipartisme est le fruit des dynasties anglaises. Veuillez ne pas y croire svp.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique