Édition du
26 July 2017

SYRIE : Massacre à huis clos

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 29.10.11

 

La Syrie a connu hier l’une des pires journées de répression depuis le début
des manifestations en  mois de mars dernier.

Au moins 42 civils ont été tués par les bras armés du tyran Al Assad au moment où des dizaines de milliers de manifestants réclamaient une zone d’exclusion aérienne au-dessus du pays.
Tout le monde pensait que le sort tragique réservé à Mouammar El Gueddafi allait donner à réfléchir au jeune dictateur alaouite et mettre fin à sa folie meurtrière. Erreur. Bachar Al Assad a frappé avec une sauvagerie inouïe, aggravant un peu plus son cas de tueur en série. Et tel père tel fils, Bachar a dirigé son arsenal de guerre contre les populations des régions de Homs et de Hama qu’il a fait massacrer sans pitié.
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), 12 civils ont été tués dans divers quartiers de la ville de Hama, 20 autres à Homs et un civil à Qousseir, dans la région de Homs. Les deux autres meurtres ont été commis à Tsil, dans la province de Deraa (sud). Et ce n’est pas fini. «Plus de 100 personnes ont été blessées hier en Syrie et 500 autres ont été arrêtées à travers le pays», a affirmé à l’AFP le chef de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. Et d’ajouter que la région de Homs a donné «40% des martyrs de la révolution syrienne».
C’est donc un autre vendredi rouge sang que les Syriens ont vécu hier. Quasiment tout le pays a été le théâtre de manifestations réclamant la chute du régime du président Bachar Al Assad. Fait inédit, en de nombreux endroits, une nouvelle banderole a fait son apparition : «Nous réclamons une zone d’exclusion aérienne». Eh oui, le peuple syrien, qui résiste stoïquement à plusieurs boucheries commises par «le fou de Damas», commence à en avoir ras-le-bol de ce massacre à huis clos. Ces affiches, très visibles sur les écrans des chaînes en continu, ont répondu à l’appel des militants «pro-démocratie» sur leur page facebook à manifester en faveur d’une zone d’exclusion aérienne, à l’image de la Libye, «afin de permettre à l’armée syrienne libre d’œuvrer avec plus de liberté».

Dans leur message, ces activistes soulignent que l’Armée syrienne libre est une force d’opposition armée dont la création a été «annoncée en juillet par le colonel Riad Al Asaad, qui a déserté et s’est réfugié en Turquie». Ces déclarations de guerre et les multiples désertions dans les rangs de l’armée, qui font pourtant craindre le pire, ne semblent pas inquiéter outre mesure l’apprenti dictateur qui ordonne invariablement d’ouvrir le feu sur la foule. Le scénario libyen est en train de se vérifier avec une précision chirurgicale en Syrie.
Le peuple réclame une zone d’exclusion aérienne
Le Conseil national syrien (CNS), qui a fait du refus de l’intervention étrangère son credo, risque de changer d’avis au regard de ces carnages à répétition commis par les troupes d’Al Assad. Se pose alors la question de savoir ce que fera la mission de la Ligue arabe à Damas à laquelle Al Assad a répondu par un massacre. Cependant, les Chinois, pourtant alliés sans réserve du maître de Damas, commencent à perdre patience. L’émissaire spécial de Pékin pour le Proche-Orient, Wu Sike, qui a effectué une visite dans la capitale syrienne, a appelé à «mettre fin à tous les actes de violence et à l’effusion de sang».

La Lituanie a annoncé hier avoir interdit le survol de son territoire par des avions syriens à destination et en provenance de l’enclave russe de Kaliningrad, craignant qu’ils ne soient utilisés pour transporter du matériel militaire. L’Espagne a convoqué, hier, l’ambassadeur de Syrie à Madrid pour dénoncer «le harcèlement et les intimidations» dont plusieurs opposants syriens vivant en Espagne se disent victimes de la part de l’ambassade.
C’est dire que de larges segments de la communauté internationale commencent à mieux saisir la couleur des «réformes» promises par Bachar Al Assad. Des réformes dont on ne voit qu’une face : des dizaines de cadavres jonchant les rues de Damas, Idleb, Homs, Hama et toutes ces villes horriblement tirées de l’anonymat.

Chronologie d’une répression sanglante :

– Mars
– 15 : à Damas, rassemblement à l’appel d’une page facebook pour «une Syrie sans tyrannie, sans loi sur l’état d’urgence ni tribunaux d’exception».
– 18 : manifestations réprimées à Damas, Deraa (sud) et Banias (nord-ouest)
– 23 : 100 morts à Deraa, foyer de la contestation
– 26/27 : violences meurtrières à Lattaquié (nord-ouest)

– Avril
– 18 : Damas dit vouloir mater une «rébellion armée de groupes salafistes»
– 21: levée de l’état d’urgence et abolition de la Cour de sûreté de l’Etat
– 25-26 : l’armée entre à Deraa, répression particulièrement brutale

– Mai
-18 : Washington sanctionne Al Assad, suivie le 23 par l’UE

– Juin
– 5/ 6 : 35 morts à Jisr Al Choughour (nord-ouest) ; 120 policiers y sont tués. Damas accuse des groupes armés ; des témoins évoquent une mutinerie
– 13 : le déploiement de l’armée s’étend au nord-est, près de l’Irak
– 26 : l’armée étend son offensive à Kseir, proche du Liban

– Juillet
– 8 : manifestation monstre à Hama, où se rendent les ambassadeurs des Etats-Unis et de France
– 11 : des partisans du régime attaquent les ambassades de ces deux pays
– 15 : plus d’un million de manifestants, en particulier à Hama et Deir Ezzor (est)
– 16 au 19 : au moins 50 tués à Homs (centre) par des tirs de l’armée ou dans des affrontements opposants/partisans du pouvoir

– Août
– 3 : déclaration du Conseil de sécurité qui «condamne les violations généralisées des droits de l’homme et l’usage de la force contre les civils»
– 7 : 54 morts, en grande majorité à Deir Ezzor.
L’Arabie Saoudite rappelle son ambassadeur, suivie par le Koweït et Bahreïn
– 18 : Barack Obama et ses alliés occidentaux appellent Al Assad à partir

– Septembre
– 12/13 : opération militaire d’envergure contre Hama. Intensification des arrestations et perquisitions
– 23 : Amnesty International dénonce les exécutions de prisonniers

– Octobre
– 2 : lancement officiel du Conseil national syrien (CNS) réunissant tous les courants de l’opposition.
– 4 : Veto russo-chinois à l’ONU à un projet de résolution condamnant le régime
– 13 : 8e train de sanctions de l’UE. Au total, 56 personnes et 19 sociétés visées
– 17 : 44 tués, dont 11 membres de l’armée régulière, devenue cible des déserteurs armés
– 21 : des militants saluent la «grande victoire» de la révolution libyenne, au lendemain de la mort de Mouammar El Gueddafi, capturé et tué à Syrte
– 24 : l’ambassadeur des Etats-Unis quitte la Syrie pour «raisons de sécurité». Damas rappelle son ambassadeur à Washington. Amnesty International dénonce le «climat de peur» dans les hôpitaux
– 26 : Al Assad reçoit une délégation de la Ligue arabe, nouvelle réunion prévue le 30
– 28 : 35 civils tués par les forces de l’ordre en Syrie, où l’opposition a appelé à manifester en faveur d’une «zone d’exclusion aérienne afin de permettre à l’armée syrienne libre (des déserteurs) d’œuvrer avec plus de liberté».

Hassan Moali

Nombre de lectures : 3988
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • elforkan
    29 octobre 2011 at 21 h 35 min - Reply

    La fin de Bechar est très proche, tous nous le disons comme on le disait au sujet d’un certain Kadhafi qui régna à une certaine époque sur le peuple libyen en tyran criminel et a fini comme un chien dans le désert et sa famille dispersée en Afrique !
    La famille Assad connaitra inchallah un sort plus terrible, Assad le sait, parce qu’il sait qu’il est inconcevable que le peuple qui a fait tout ce chemin et si proche du but , ferait marche arrière .




    0
  • samham
    29 octobre 2011 at 22 h 59 min - Reply

    les syriens ont decide de changer de regime malgre la sauvagerie de ce dernier ,DIEU aide les peuples qui aspirent a la dignite .ce boucher de bachar aura inchallah le meme chatiment que kadhafi ,il se cachera dans une conduite d eaux usees comme sadam et zenga zenga puis sera execute ,quelle fin sur terre?




    0
  • hakimM
    30 octobre 2011 at 0 h 32 min - Reply

    Un dictateur arabe rien ne l’arrêter sauf l’armée ou une puissance plus grande que son armée : l’OTAN, tant les privilèges sont immenses.




    0
  • Tahar
    4 novembre 2011 at 3 h 10 min - Reply

    Le plan de la Ligue Arabe pourrait constituer le début d’une stratégie de sortie pour Bashar et le mouvement de protestation. Nous avons juste publié une analyse sur la façon dont ce plan pourrait être une bonne occasion si elle est prise au sérieux par le régime de Bachar.

    Voici le lien de notre article: “La Syrie à la croisée des chemins: Ce que le plan de la Ligue Arabe pourrait faire pour débloquer la situation” http://laseptiemewilaya.wordpress.com/2011/11/03/la-syrie-a-la-croisee-des-chemins-ce-que-le-plan-de-la-ligue-arabe-pourrait-faire-pour-debloquer-la-situation/




    0
  • Congrès du Changement Démocratique