Édition du
29 March 2017

LE «BON» VOTE ET LA MAUVAISE LANGUE

par M. Saadoune, Le Quotidien d’Oran, 2 novembre 2011
La France sera «vigilante» en Tunisie et conditionnera son aide au respect des droits de l’homme. Le message du ministre français des Affaires étrangères a choqué car il était oublieux de l’extraordinaire appui de l’Etat français au régime policier de Ben Ali. Il est en effet amusant de relire les déclarations des responsables français, il y a encore quelques mois, à l’aune de cette soudaine exigence en matière de respect des droits de l’homme immédiatement après une expression reconnue libre des Tunisiens.

Pourtant, il faut reconnaître à M. Juppé qu’il fait dans une forme de mesure et de pondération quand on compare avec le torrent de commentaires condescendants et méprisants qu’on lit dans les journaux. Là, on ne contente pas d’être «vigilant» – chose qui pourrait être souhaitable dans tous les cas -, on juge, on étripe et on adresse des sommations. Chez ces spécialistes qui se piquent de connaître l’intérêt des Tunisiens mieux que les Tunisiens eux-mêmes on a carrément oublié que la Tunisie n’est plus sous protectorat français depuis 1956. Hubert Védrine, qui n’a rien d’un défenseur de la démocratie sous nos latitudes, s’est senti obligé, face au déferlement de commentaires ridicules, de rappeler que la Tunisie n’est pas sous protectorat de la France. Merci, merci !

Le vote des Tunisiens est «gênant» ? C’est vrai que ce vote n’est pas conforme à l’image qu’ils se sont faite de la Tunisie et qu’ils ont contribué à propager. Aujourd’hui, ils y reviennent presque. On ne tardera pas à entendre exprimer crûment que la Tunisie avait une «bonne dictature» et que Ben Ali était un grand homme, un «visionnaire». Des chroniqueurs donneurs de leçons, qui ne trouvent aucun reproche à faire à la théocratie en Israël et qui considèrent que le Front national fait partie «naturellement» de l’échiquier politique français, ne supportent pas le vote des Tunisiens.

Au fond, ils considèrent toujours qu’au sud de la Méditerranée, le système du double collège doit se perpétuer. Il y a le bon collège – celui des Ben Ali, gardiens et «remparts», et quelques élites qui «nous ressemblent» – qui doit gérer le pays par délégation. Quant aux autres, il faut les considérer comme des mineurs, des subversifs dangereux, des kamikazes en puissance qui font de la «contre-révolution» en votant. Ces bien-pensants sont des idéologues néoconservateurs qui, même s’ils s’en défendent, n’ont que la guerre des civilisations comme argument. La démocratie tunisienne, avec ses urnes libres, n’est pas loin de devenir un nouvel ennemi de la Civilisation. Peu leur importe que les «laïcs» en Israël invoquent la Bible pour occuper les territoires palestiniens, mais ils sont choqués de découvrir que, pour une partie des Tunisiens, la «foi religieuse» puisse exister.

On découvre même un reproche totalement inattendu fait à Rached Ghannouchi : sa seconde langue n’est pas le français mais l’anglais ! Oui ! Faute grave ! L’anglais, cette langue que «tout le monde» connaît, devient dans cette plume savante la langue du Londonistan ! Risible !

Il y a dans ces jugements à l’égard de la démocratie naissante quelque chose de définitif qui relève de la psychanalyse. Le score soviétique – et indéniablement falsifié – au référendum constitutionnel au Maroc a été suivi par un concert de louanges dans les médias français. Voilà le «bon vote» donné en exemple. Logique : on n’aime que les votes qui ne changent rien. Il faut espérer que les Tunisiens mèneront leur débat national de manière vigilante et libre, mais qu’ils ne tiendront pas compte des intrusions de ceux qui croient encore que la Tunisie est sous protectorat.


Nombre de lectures : 1951
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abdelkader DEHBI
    2 novembre 2011 at 12 h 06 min - Reply

    «  » » »Ces bien-pensants sont des idéologues néoconservateurs qui, même s’ils s’en défendent, n’ont que la guerre des civilisations comme argument.[……..] On découvre même un reproche totalement inattendu fait à Rached Ghannouchi : sa seconde langue n’est pas le français mais l’anglais ! Oui ! Faute grave ! L’anglais, cette langue que «tout le monde» connaît, devient dans cette plume savante la langue du Londonistan ! Risible ! » » » »

    — M. Jean Daniel serait-il devenu un « néoconservateur » entre-temps ?

    N’auriez-vous pas lu son édito sur le Nouvelobs du 31 Octobre, fustigeant le mauvais choix du peuple tunisien ?

    C’est pourtant le même sioniste de gauche – accessoirement ami du régime des généraux d’Alger – qui n’a pas osé prononcer un seul mot ou écrit une seule ligne pour condamner le long mois de bombardements criminels de l’armée sioniste contre le peuple palestinien à Gaza.

    Pourquoi ne pas appeler un chat un chat ?




    0
  • Ali La Pointe
    2 novembre 2011 at 14 h 36 min - Reply

    Une bonne réponse trouvée dans un blog d’une Tunisienne fehla.

    http://jolanare.blogspot.com/2011/10/depuis-des-eternites-elle-pas-tellement.html

    Aujourd’hui, nous sommes le 27 octobre 2011 en Tunisie. Je rappelle la date pour rappeler l’histoire à ceux qui semblent aujourd’hui souffrir d’amnésie partielle ou faire semblant…130 ans depuis le traité du bardo de 1881, qui plaçait la Tunisie sous protectorat français. Depuis il y a eu l’indépendance en 1956, une présidence à vie puis une dictature à laquelle le peuple tunisien fort heureusement privé du savoir faire français a su mettre fin, par la force incantatoire de son destin chanté dans l’hymne national peut être…par hasard ou encore par un coup d’état savamment orchestré, le peuple tunisien s’est débarrassé d’une dictature.

    Pour le tunisien, « lafrance » n’est autre que ce pays si proche et si lointain qui a cautionné la dictature des années durant, qui en voyant un soulèvement populaire s’est rangé du côté du tyran là où la charte des droits de l’homme dont les français sont si fiers et si peu dignes, aurait voulu qu’elle condamne le dictateur, non ceux qui se soulèvent pour leur dignité… « lafrance » même après la révolution a continué sa répression en refoulant à sa frontière une poignée de jeunes migrants portant l’espoir d’un avenir meilleur, alors que les tunisiens peinant à se redresser ont ouvert leurs frontières et leurs coeurs à tous les réfugiés en provenance de Lybie. Quand les français se payent le luxe de ne pas aller voter, les tunisiens sont debout, des heures durant, sous un soleil de plomb, à attendre que vienne leur tour pour exercer pour la première fois de leurs vies, leur devoir patriotique et leurs droits de citoyens. Vous êtes un peuple déphasé, chers français…toujours un train de retard sur l’histoire.

    Je suis scandalisée aujourd’hui en écoutant Monsieur Alain Juppé « La FRANCE va rester vigilante. LAFRANCE VA DIRE : attention, il y a une ligne rouge qu’il ne faut pas franchir et POUR NOUS la ligne rouge ce sont un certain nombre de valeurs et de principes démocratiquescomme l’alternance démocratique, les droits de l’homme ou encore l’égalité homme-femme NOUS ALLONS être très vigilants et NOUS AVONS les moyens d’exprimer cette VIGILANCE ( …) NOUS allons mettre en place une AIDE (…) c’est DANS NOTRE INTERET. CETTE AIDE, NOUS l’apporterons DANS LA MESURE OU LA LIGNE ROUGE ne sera PAS FRANCHIE». Monsieur, lors des élections, c’est de la Tunisie qu’il s’agit, pas de la France… la nombre de fois où vous employez « la France va » et « Nous » est symptomatique de votre sentiment de supériorité et de votre nombrilisme. Ah égo démesuré…

    Monsieur Juppé, je vous demanderai d’abord de balayer devant votre porte, car si la Tunisie a des leçons à prendre ce n’est surtout pas d’un ministre des affaires étrangères, ex maire de bordeaux, qui est intervenu en 1995 en faveur de son « pauvre » fils pour diminuer le loyer de son logement relevant de la propriété de la ville de Paris et qui a en plus entamé des travaux aux frais du contribuable… En 2004, Juppé est condamné 18 mois de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris et à une peine de dix ans d’inéligibilité.

    Quand la douce France accepte en son gouvernement des ministres voyous, il est fort mal venu d’intervenir dans les affaires d’un pays souverain . Si les français, peuple de poltrons et de faux culs, a eu la bêtise de vous accepter en tant que ministre, je n’accepte pas, en tant que tunisienne et en mon pays, qu’un voleur vienne me faire la morale et me donner la charité, et je parle au nom de tous les tunisiens. Cher Alain Juppé, si vous croyez aux valeurs que vous défendez et si la France appliquait les valeurs qu’elle veut imposer aux autres, vous seriez derrière les barreaux monsieur. Mais la France à qui l’on ne doit rien aujourd’hui, d’une condescendance scandaleuse applique à la lettre « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Nous ne sommes plus sous tutelle, cher ministre, et vos menaces envers notre pays est encore une fois une honte pour vous, car après tout ce que je viens d’exposer, la Tunisie a plus à vous apprendre, vigilance, ligne rouge etc. nous vous mettons en garde monsieur, de ne pas les franchir les lignes rouges et nous, les tunisiens, n’avons pas attendu la France pour chasser un dictateur, nous ne vous attendrons pas, si notre démocratie est menacée. Nous avons su gérer notre pays SANS VOTRE AIDE et nous continuerons la lutte sans votre aide et vos positions de néocolonialistes. Nous avons fait des élections démocratiques et sommes libres de mettre qui bon nous semble à la tête de notre pays, islamiste, conservateur, libéral, athée, nazi… le choix du peuple s’est exprimé par le peuple et sous la vigilance du peuple. Vous oubliez que vous-même la France sous tutelle de l’Europe ne commandez plus rien…C’est l’hôpital qui se fout de la charité… De plus, et fort heureusement, la France n’est pas le seul pays au monde avec qui la Tunisie traite, le monde est vaste monsieur et ne soyez pas étonné d’une nouvelle configuration géo-économique de notre pays… Je ris de voir qu’une civilisation sur le déclin vienne faire la leçon à une civilisation naissante… Votre jeunesse s’assied sur votre monde en ruine monsieur…

    Nous ne sommes plus en 1881 sous protectorat, nous savons nous protéger et encore mieux sans l’importation de votre savoir faire national… Le gouvernement de Sarkozy est la pire chose que la France a subi. Pauvre France… J’espère qu’un jour les français feront à leur tour une révolution en s’inspirant de la notre et alors monsieur nous nous montrerons vigilants en vous apprenant à respecter la dignité des autres. Cela, monsieur, vous semblez encore aujourd’hui l’ignorer… En guise de conclusion, je m’abstiendrai de dire « ta gueule Juppé » je cède la parole à votre cher Renaud :

    Etre né sous le signe de l’hexagone,
    C’est vraiment pas une sinécure,
    Et le roi des cons, sur son trône,
    Il est français, ça j’en suis sûr.




    0
  • fateh
    2 novembre 2011 at 19 h 54 min - Reply

    ِِCombien sont ils a savoir que ce juppe s’est vu refuser une chaire d’enseignant au CANADA et aux USA, raisons invoquees: vOUS N’ETES PAS UN EXEMPLE DE MORALITE POUR ENSEIGNER DANS UNE UNIVERSITE..reference aux avantages etc…durant son passage a la mairie de Paris…pour son fils.
    J’ajoute qu’un journal anglais a titre : un voleur aux affaires etrangeres en France…Perssonne en France n’a ose leve la voix pour protester contre ce qualificatif…
    Et le voila avec une menace voilee…a cause du choix libre des TUNISIENS.
    Voyez comment ce torchon sioniste-hebdo s’en prend a notre prophete et cela releve de la liberte d’expression…
    Je defie n’importe quel journal en france de publier pareilles ordures sur MOÏSE ET LE JUDAISME….
    Mais le plus malheureux il y a des gens chez nous qui venerent FAFA …




    0
  • Ahmed
    2 novembre 2011 at 20 h 47 min - Reply

    M.Dehbi, les néoconservateurs et les sionistes font cause commune… Je n’ai pas besoin de rappeler comment l’administration américaine sous Bush et même sous Obama est sous leur influence. L’éditorialiste n’a pas tort de mettre Jean Daniel dans la catégorie plus large de néocons.




    0
  • fhamtelmeqsoud
    3 novembre 2011 at 17 h 40 min - Reply

    Les Peuples du Maghreb s’ils arrivent à se libérer totalement des dictateurs-tyrans (reste le Maroc et l’Algérie) doivent retrouver leur pleine conscience, bâtir le grand Maghreb uni et rompre totalement et définitivement les relations politiques avec la france coloniale et qui a soutenu la dictature à sa merci au détriment de ces vaillants Peuples du Maghreb. Ennif, Ennif et toujours Ennif. Vive le Maghreb uni




    0
  • HAMMANA
    3 novembre 2011 at 18 h 36 min - Reply

    A Mr Abdelkader DEHBI,
    Jean DANIEL n’est pas le seul à fustiger le choix tunisien dont la seule lacune demeure qu’il a porté ENAHDA(un parti qui conscillie savament conservatisme et modernité)au pouvoir .Ce choix est interprété cyniquement par le monde libre comme un contresens aux valeurs universelles.Chacun le fait à sa façon.Et si on parlait de la presse algérienne avec ses quotidiens d’avant-garde: ECHOUROUK-ENAHAR-LE TEMPS D’ALGERIE etc…qui prirent les devants de la scène pour faire le procès d’intention du parti tunisien vainqueur irréprochable aux élections en agitant l’épouvantail de la menace intégriste à l’endroit d’une Europe toujours attentive ,en raison de sa haine viscérale à l’islam ,aux inepties de nos plumitifs et auxquels Mr Jean DANIEL n’a rien à envier?




    0
  • aquerado
    4 novembre 2011 at 14 h 31 min - Reply

    Salam,
    @Fateh, entierement d’accord avec votre contribution, les Tunisiens doivent rester tres vigilants et defendre leur pays contre toutes ingerences qui risqueraient de leur faire connaitre le sort Funeste Algerien. Tous les medias sionistes sont dans cette optique, mais charlie abdique et rit jaune en se faisant harakiri. Ce ne sont pas des mongoles mais l’ambiance y est. D’une pierre il voudrait lapider deux coups! Stigmatiser les musulmans et faire une arnaque aux assurances. Pour cela sharia hebdo sort totalement du dogme musulman et devrait s’intituler plutot shia hebdo.




    0
  • aquerado
    4 novembre 2011 at 18 h 10 min - Reply

    Salam,
    Autre chose, merci ALI LA POINTE d’avoir poste ce texte de cette Tunisienne fehla, j’epouse entierement ses idees: Quelle femme!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique