Édition du
28 July 2017

Quelle solution pour la question du Sahara occidental ?

Abdelkrim Badjadja

10…9…8…Le compte à rebours a commencé….7…6…5…Cinq images formant un « pic » (*) improvisé s’affichent sur les écrans TV du monde entier qui suit en direct, avec une attention soutenue et un frisson d’excitation, cet évènement historique…4…3…2…Le moment tant attendu depuis des siècles par les peuples du Maghreb arrive enfin…1…0… ! Il est minuit pile.

Les barrières frontalières qui séparaient les pays du Maghreb se lèvent en même temps. Gros plan de l’image 5 du « pic » : frontière tuniso-libyenne, la barrière levée cède le passage aux files de voitures qui s’alignaient de part et d’autre de la frontière depuis le matin, dans l’attente de cet évènement historique. Les véhicules passent sans s’arrêter, devant les policiers et douaniers des deux pays, déchargés de leurs fonctions frontalières, et occupés uniquement à prendre des photos de ces instants mémorables. Le drapeau de l’UMA est exhibé par tous les véhicules, des cris de joie et des youyou fusent de partout, on entendrait presque les manifestations de fierté et d’immense bonheur qui jaillissent en même temps des millions de foyers maghrébins.

Plus de contrôle de passeports, plus de formalités de douanes, la circulation est libre dans les deux sens, à peine gênée par les obstacles en béton qui marquaient la défunte frontière. Des ouvriers tunisiens et libyens, mêlés les uns aux autres au gré de leur désir, attendent que le flux de véhicules s’estompe quelque peu pour entreprendre la démolition des constructions frontalières. Un deuxième mur tombe, après celui de Berlin, en attendant celui de la Palestine.

L’image 5 se rétrécit au fond de l’écran pour céder peu a peu la place à l’image 4 : la frontière algéro-tunisienne. Mêmes scènes de véhicules qui s’entrecroisent des deux cotés de la frontière, avec toutefois un flux de véhicules plus important dans le sens Algérie-Tunisie. Que de vieux souvenirs de files interminables devant les postes frontaliers des deux pays sont refoulés au fond des mémoires. Désormais, on fera le trajet Alger-Tunis sans s’arrêter nulle part, si ce n’est pour se ravitailler en carburants.

———————————————–
(*) « pic », affichage simultané de plusieurs chaînes TV.

Puis, survient l’image 3 : Zoudj Bghal, frontière algéro-marocaine, fermée depuis 1994, et qui s’ouvre enfin devant les familles partagées de part et d’autre de la frontière, sans possibilité de se rendre visite, si ce n’est en faisant le détour par Oran et Casablanca pour prendre l’avion, alors que quelques dizaines de kilomètres a peine séparent Oujda de Tlemcen. Voilà bien une parfaite illustration d’un proverbe arabe pour qualifier une situation ridicule : « Où es ton oreille ? La voici », en gesticulant de la main droite pour montrer l’oreille gauche !

Gros plan sur l’image 2, frontière du Sahara Occidental, occupé par le Maroc, avec la Mauritanie : mêmes scènes de liesse, de joie, de bonheur intense, les drapeaux marocains et mauritaniens sont ramenés, et on hisse à leur place un seul drapeau, celui de l’Union du Maghreb Arabe. Désormais, les tribus bédouines qui vivaient depuis des siècles à cheval sur les frontières entre la Mauritanie, le Sahara Occidental, le Maroc et l’Algérie, n’auront plus à exhiber de papiers quelconques pour effectuer leur transhumance, ni à subir de tracas : « Que transporte-tu dans tes bagages ? ». La voie est libre, vive le Grand Maghreb arabe !

Ne reste plus à visionner en gros plan que l’image 1 : le monde entier est tenu en haleine, toutes les frontières ayant déjà été passées en revue, que reste-t-il à voir ?

L’image 1 tant attendue s’affiche enfin à l’écran : frontière algéro-marocaine au niveau de Tindouf ! Une colonne militaire, composée de chars suivis de camions de transport de troupes, surgit à droite de l’écran et s’engouffre en territoire sahraoui occupé jusque-là par les forces armées marocaines. A la tête de cette colonne apparaît Mohamed Abdelaziz, le président de la défunte République Arabe Sahraoui Démocratique. De l’autre coté de la frontière, l’attendent des troupes marocaines avec à leur tête le général commandant la zone Sud Maroc, qui relève directement de l’autorité du roi Mohamed VI. Le monde entier retient son souffle : que va-il se passer ? Une nouvelle guerre des sables en direct ?

Les deux corps armés sont maintenant face à face. Mohamed Abdelaziz descend calmement de son véhicule blindé, pendant que le général marocain s’avance vers lui tout aussi sereinement. Les deux hommes échangent le salut militaire, puis s’embrassent chaleureusement devant leurs soldats au garde à vue. Le général marocain donne un ordre strict, on lui ramène aussitôt un drapeau plié en triangle. Le drapeau marocain ? Que non. Le général déploie le drapeau, et l’exhibe bien haut dans le ciel. C’est le nouvel étendard de l’Union du Maghreb Arabe ! Des flashs fusent de partout, tout un chacun voulant garder des photos souvenirs de ces moments historiques qui se produisent rarement dans l’histoire des peuples.

Le général tend le drapeau avec solennité à Mohamed Abdelaziz. Celui-ci le prend avec précaution et respect. Les deux hommes se dirigent ensemble vers un mat dressé au niveau de l’ancienne borne qui séparait les deux frontières. Chacun d’eux est suivi par un soldat de son contingent respectif. Les quatre hommes, d’un même mouvement synchronisé, accrochent l’étendard du Maghreb sur le mat, et le hissent bien haut. « Garde à vous ! », ordonne une voix partie d’on ne sait où. Tous les soldats, marocains et sahraouis au début de la cérémonie, devenus uniquement maghrébins maintenant, se redressent et bombent leurs torses de fierté difficilement contenue. Un moment de recueillement fige sur place toute l’assistance, y compris les journalistes présents venus couvrir l’évènement, tant le soulagement est grand de ne plus avoir à se faire la guerre entre frères, tant le bonheur est immense en cet instant tant espéré par tous les peuples de la région.

« Repos », ordonne la même voix. Le général, non plus marocain mais maghrébin, salue de nouveau Mohamed Abdelaziz, et ordonne la mise en route de ces troupes, drapeau de l’UMA en tête : direction le nord, Rabat, mission terminée.
De son côté, Mohamed Abdelaziz, non plus président de la RASD mais Secrétaire Général de l’Union du Maghreb Arabe, ordonne la marche vers le coté opposé, drapeau de l’UMA sur tous les véhicules : direction le sud, El Ayoun, proclamée capitale du Maghreb.

Soulagement, et admiration dans le monde entier, voilà une source potentielle de conflits définitivement fermée. Hors du Maghreb, dans toutes les capitales arabes du Caire à Mascate, on ne cache pas sa fierté et son bonheur : « Mabrouk, Alf Mabrouk pour nos frères maghrébins, bientôt notre tour In Chaa Allah, bientôt l’Unité du Monde Arabe ! ».

« Un rêve ? Oui, mais l’avenir n’est-il pas
la réalisation des rêves du passé ? ».

 


Nombre de lectures : 2336
27 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Alilou
    2 novembre 2011 at 12 h 04 min - Reply

    Jamais mon thé que je fume ne m’avait donné autant de frissons et autant de plaisir que de lire ce reve si lointain et tant a portée de main si…SI nos peuples ne decident definitivement de tourner le dos a nos gouvernement corrompus jusqu’a la moelle.

    Merci Mr Badjadja pour ce reve…j’espere le voir et le vivre avant le grand someil…

    maintenant revenons a la realité, que doit-on faire pour realiser ce reve ? fumer encore du thé ou bien sortons tous dehors pour degager nos bourreaux?/????/




    0
  • Aït Mohand Ouyidir
    2 novembre 2011 at 14 h 25 min - Reply

    Allah a fait naître l’Homme : LIBRE !!!

    Que le peuple Sahraoui soit selon la volonté d’ALLAH : LIBRE !!!

    Ainsi, ni maître ni esclave….

    Mais certains sont tellement aveuglés par le concept du »LEBENS RAUM » ou »l’espace vital » cher au dictateur Hitler qu’ils vont finir par faire plonger toute notre région dans la guerre et la désolation. C’est bien dommage !

    Dés lors, quelle solution pour la question du Sahara Occidental ?

    Mais l’INDEPENDANCE et la LIBERTE pour le Peuple SAHRAOUI !!! Tout simplement… et le problème sera réglé définitivement pour le bien de toute la région.

    AZUL.

    ========================================
    Et si, là aussi on laissait les populations sahraouies s’exprimer librement et choisir leur voie, débarassées de la tutelle des mercenaires à la solde de la police politique d’Alger et protégées des menaces du Makhzen? Oui à une véritable autodétermination, pas celle des officines. Evitons de parler au nom des peuples.
    Le problème du Sahara est une véritable bombe à retardement laissée par Hassan II et Boukherouba et qu’exploitent aujourd’hui le makhzen marocain et la police politique d’Alger à des desseins inavoués.
    Salah-Eddine




    0
  • aboumaroi
    2 novembre 2011 at 19 h 57 min - Reply

    m.badjadja je salue votre courage d’avoir oser rever




    0
  • sharif hussein
    2 novembre 2011 at 20 h 11 min - Reply

    L’article de « Ashark Al Assat » en arabe qui rapporte le témoignage de Echeikh Errgueibi:

    قصبة تادلة (وسط غرب المغرب ): علي أنوزلا

    قال الشيخ الخليلي بن محمد البشير الركيبي، والد محمد عبد العزيز زعيم جبهة البوليساريو، إنه «اذا نظم استفتاء في الصحراء سأصوت لصالح مغربيتها». وأردف قائلا: «سأصوت حتما للبلد الذي انتمي اليه. لن أصوت الا لبلدي المغرب». وذكر الشيخ الركيبي، الذي يقيم في مدينة قصبة تادلة (وسط غرب المغرب )، في حديث خص به «الشرق الأوسط» هو الاول من نوعه يدلي به للصحافة، «ان هناك امرين لا نقاش حولهما، الاول هو الجهاد، وعندما ندعى للجهاد فلا شيء يقف بيننا وبينه، والثاني هو الملكية المغربية التي لن تجد منا من يبخل بأغلى ما عنده من أجل صونها».
    وحول ما اذا كان يتبرأ من أبوته لمحمد عبد العزيز، قال الشيخ الركيبي «لا اتبرأ من ابوتي له كما انني لا اتحكم في تصرفاته. لقد أصبح رجلا وما تربطني به هي علاقة ابوة لا اتنكر لها لانه يبقى ابني من لحمي ودمي». واوضح ان اخر مرة رأى فيها ابنه كانت عام 1972، مشيرا الى ان محمد عبد العزيز حينما قرر الالتحاق بجبهة البوليساريو «لم يخبرني بقراره لانه كان يدرس في الرباط، وكنت آنذاك جنديا مرابطا على الحدود». وقال الشيخ الركيبي انه اذا التقى ابنه محمد عبد العزيز سيستمع الى ما سيقوله وسيرد عليه. وأردف قائلا: «لن اقول له اي شيء قبل أن استمع الى ما سيقوله، وسأجيبه على كل ما سيقوله بما يدحضه»، مشيرا الى انه لو كان بإمكانه القيام بأي شيء من شأنه ان يجد حلا للمشكلة القائمة (قضية الصحراء ) فلن يتأخر عن القيام بذلك.

    ووجه الشيخ الركيبي عبر «الشرق الأوسط» رسالة الى اهله في مخيمات جبهة البوليساريو في تندوف قال فيها «من يبغي غير الحق فلا هو مني ولا انا منه».

    وعزا الشيخ الركيبي عدم عودته للاقامة في الصحراء بعد ان احيل الى التقاعد، عقب سنوات طويلة من الخدمة في صفوف الجيش الملكي المغربي، الى كونه لا يملك بيتا في الصحراء يمكنه من العودة الى هناك، كما أن الكثير من افراد عائلته سيلجأون اليه طلبا لمساعدتهم، بينما هو ليس له ما يقدمه لهم، لذلك يفضل أن يبقى في مدينة قصبة تادلة بعيدا عن كل حرج




    0
  • Rbaoui
    2 novembre 2011 at 22 h 25 min - Reply

    @Sharif Hussein

    Il suffit d’un Referendum organise par l’ONU et la Question est réglée.




    0
  • Salah Bouzid
    3 novembre 2011 at 3 h 44 min - Reply

    Je suis peut-être égoiste, mais je préfère un voisin plutôt que deux. J’économiserai et le coût d’une ambassade supplémentaire et le coût de couvrir les besoins des réfugiés Sahraouis en Algérie. Donc, les Sahraouis peuvent rentrer chez eux où le Maroc leur a proposé une autonomie ou devenir Algérien s’ils le préfèrent, mais pas en tant que réfugiés. Mais le status-quo ne peut être éternel. Il y a eu un fait accompli et çà a trop duré. Il est temps de régler le problème. nous avons besoin de stabilité et trop de problèmes internes.




    0
  • Med Tahar
    3 novembre 2011 at 11 h 07 min - Reply

    Une frontière fermée avec le Maroc, une autre fermée avec la Libye, l’Algérie qui boude la Tunisie de Gannouchi, les frontières sahariennes trés surveillées et presque fermées. L’Algérie se recroqueville sur elle même, s’isole contre « l’ennemi extérieur »…La Corée du Nord n’a pas fait mieux. Oui, mais jusqu’à quand ?
    Le Polisario est une invention du pouvoir en place depuis 1962 et la solution réside dans la jeune génération qui remplacera ces vieilles couches culottes.




    0
  • nomade
    3 novembre 2011 at 17 h 49 min - Reply

    Si le sahara occidental était vraiment une terre marocaine, pourquoi le roi hassan dos était prêt a abandonner la moitié que la mauritanie a refusée ?

    ce n’est pas parceque le makhzen et le régime d’Alger jouent a la roulette russe pour se maintenir, illgétimement, tous les deux au pouvoir qu’on va lâcher ce peuple se faire écraser dans le cafouillage des mercenaires de part et d’autre,
    il fut d’autres voix , dans le temps, contre l’indépendance des algériens.mais le contraire s’est concrétisé
    il ne faut tuer le poussin dans l’oeuf. donnons lui le temps pour briser la coquile-tutelle-algerienne-makhzenienne.
    vive les sahraouis libres.




    0
  • sidiyazid
    3 novembre 2011 at 18 h 25 min - Reply

    Bizarre chaque fois que je lis des propos pro polisario irreductibles , je me trouve en contact avec un « sahraoui » de l’interieur qui mange la soupe et qui crache dans la soupière aprés!

    En effet, un algerien nationaliste ne pourra jamais dire « vive les sahraouis libres » parec que cela veut
    qu’il cautionne les revendications d’independance potentielles des « sahraouis » d’algerie , voire des kabyles, des mozabites et de toutes les minorités qui se trouvent mal à l’aise dans l’algerie d’aujourd’hui.




    0
  • nomade
    3 novembre 2011 at 19 h 03 min - Reply

    ALWAYS , WITH THE UNDERDOG.




    0
  • Salah Bouzid
    3 novembre 2011 at 19 h 38 min - Reply

    Ceux qui comparent notre lutte d’indépendance à celle des Sahraouis font une erreur dans le sens que la notre n’était pas téléguidé du Caire, de Tunis ou de Rabat. Notre peuple souffrait sur sa terre et l’indépendance était devenu inéluctable. Ce n’est pas le cas des Saharaouis. Sans le support de l’Algérie, je ne pense pas que le Polisario aurait trouvé les moyens de mener sa lutte pendant plus de 30 ans. Si les Sahraouis trouvent un terrain d’entente avec le Maroc, nous ne devrons pas nous y opposer.




    0
  • nomade
    3 novembre 2011 at 21 h 39 min - Reply

    dire  » vive les sahraouis libres » n’a aucun lien avec le nationalisme algerien. c’est une question de droit , de liberté et de dignité.
    mais tu es libre de fertiliser ton imagination et tes fantasmes.

    un ghanéen, un malien ou un italien peuvent autant proclamer ‘vive les sahraouis libre’.

    ceux qui crachent dans la soupe ne sont que ceux qui se sont attablés a la mangeoire. et ils peuvent être de l’intérieur comme de l’extérieur , exemple a l’ouest d’oujda.

    le Sahara occidental était colonisé par l’armée de franco . le Maroc , durant tout ce temps, n’en n’a pas revendiqué un seul cm carré.

    la Kabylie est une partie intégrante et indivisible de l’Algérie, il n a jamais été question de son indépendance mise a part sur les plateaux parisiens avec pour acteurs quelques toutous, préfabriqués, en mal de publicité de leur cordes vocales déclinantes.

    le problème des kabyles, celui des mozabites est le même que ceux de tous les algériens opprimés.

    il n y a aucun mouvement de libération qui a résiste et réussi sans l’aide et les soutiens extérieurs.
    ces mouvements ont pour dernier soutiens les vendeurs d’armes.

    que le makhzen quitte les terres sahrouies et met fin a son occupation , pour permettre aux sahraouis de vivre libres, dignes et prospères.

    pour trancher cette question définitivement que le makhzen accepte un référendum , clair , net , transparent et sans fraude.




    0
  • Afif
    3 novembre 2011 at 22 h 37 min - Reply

    @ Aït Mohand Ouyidir :

    Vous avez dit : « Allah a fait naître l’Homme : LIBRE !!! Que le peuple Sahraoui soit selon la volonté d’ALLAH : LIBRE !!! Ainsi, ni maître ni esclave…. »

    Question : ces principes que vous estimez justes, puisque divins, sont-ils compatibles avec la dictature ?




    0
  • Ettaki
    3 novembre 2011 at 22 h 46 min - Reply

    SALAM
    WACHI HADHA ASSAHRA MA SAHRA ALORS QUE D’ICI 20ANS l’union des pays du Maghreb sera de l’histoire ancienne et on parlera alors de l’union du Machrac avec le Maghreb et pouquoi pas l’union du monde musulman avec plus de cinq milliards de musulmans d’ici la, alors on pourra changer le monde et le bien être des hommes sur terre in chaa Allah ameennnnnn




    0
  • Afif
    3 novembre 2011 at 22 h 53 min - Reply

    @ Salah Bouzid :

    Notre lutte d’indépendance n’est pas comparable à celle des Sahraouis pour une raison fondamentale : notre résistance a commencé le jour où le premier soldat français a mis son pied en Algérie et s’est prolongée pendant 70 années, jusqu’en 1900.

    La raison que vous avez invoquée n’est pas valable : sans l’aide de l’Egypte, des pays arabes et du camp socialiste, nous serions toujours sous occupation. C’est ce qui nous est arrivé au 19 siècle où malgré une résistance à huit-clos de 17 années, l’Emir Abdelkader a été obligé de signer un armistice pour éviter la disparition du peuple algérien.




    0
  • ahmed
    4 novembre 2011 at 11 h 16 min - Reply

    Bonjour,

    Je pense que nous faisons fausse route . Il y a des priorités en politique et dans la vie . Avant d’aborder la question sahraoui,commençons par régler la question de démocratie en Algérie .




    0
  • Mohammed Abdelkader
    4 novembre 2011 at 11 h 48 min - Reply

    L’équilibre des forces entre le Maroc et l’Algérie, c’est le principal handicap qui freine l’évolution vers un grand Maghreb uni, un seul Etat, regroupant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Sahara et la Mauritanie.

    L’équilibre des forces doit être « rompu » en faveur de l’une des deux entités qui devrait constituer le noyau du futur Maghreb.

    Voilà aussi, l’un des enjeux du conflit du Sahara Occidental.

    Certaines puissances mondiales préfèrent faire durer le « plaisir », car si cet équilibre instable est rompu, il y aurait émergence d’un force régionale « appréciable », alors que la subsistance de ce conflit, permettre d’avoir toujours deux pays « aspirants » à jouer dans la cour des puissances régionales et toujours prêts à faire concession au profit des tuteurs de ce monde pour bénéficier de leurs bénédictions …




    0
  • elforkan
    4 novembre 2011 at 13 h 35 min - Reply

    Le problème du Sahara occidental n’est pas le problème de l’Algerie et le ministre de l’intérieur n’a pas tort de dire que le Tindouf n’est pas l’Algerie, tellement plein de réfugiés sahraouis qui infestent meme nos grands ville, bientôt l’algérien serait minoritaire dans son pays !!!




    0
  • Rbaoui
    4 novembre 2011 at 17 h 06 min - Reply

    @elforkan

    J’aimerais bien savoir comment vous arrivez a identifier les réfugies sahraouis qui infeste votre ville ?




    0
  • Adel
    4 novembre 2011 at 17 h 10 min - Reply

    La question du Sahara Occidental se pose à deux niveaux.

    Le premier est de celui du droit à l’autodétermination de la population sahraouie, c’est-à-dire 270.000 habitants. Le second est celui du blocage de la construction du Grand Maghreb (90 millions d’habitants, environ).

    Le conflit dure depuis plus de 35 ans. Depuis 1975, les réfugiés sahraouis s’entassent dans des camps dans des conditions qui sont loin d’être acceptables. La solution la plus raisonnable et qui a le plus de chances d’aboutir est celle qui consisterait à rattacher ce territoire au Maroc avec une large autonomie régionale.

    Parler de nationalisme quand il s’agit de relations entre pays du Maghreb me semble être un non-sens. Nous parlons de cinq pays que rien ne sépare. Ces pays pourraient très bien être considérés comme cinq régions ou provinces d’un seul et même pays sans que le citoyen en ressente le moindre inconvénient. Par contre, les avantages seraient énormes pour les populations de la région, à commencer par les 270.000 sahraouis eux-mêmes.

    Le problème du Sahara Occidental est vraiment le symbole de l’étroitesse de vues, de la médiocrité et de la stérilité des pseudo-élites qui dirigent les pays du Maghreb depuis 50 ans.

    Il est grand temps de sortir de cette avilissante médiocrité.




    0
  • Adel
    4 novembre 2011 at 17 h 23 min - Reply

    @Mohammed Abdelkader

    Bonjour,

    Quand vous parlez d’équilibre des forces, je présume que vous faites surtout allusion à la force militaire. Il me semble que cette vision des choses n’a plus cours aujourd’hui. L’unité de l’Europe s’est bien faite avec l’Allemagne et la France, deux pays qui se sont fait trois fois la guerre depuis 1870.

    Ce sont les impératifs économiques qui mènent le monde et la construction d’ensembles régionaux ne se fait plus par la conquête mais par la négociation et de manière pacifique. Mais pour cela, il faut d’abord à la tête des pays de vrais hommes d’États qui ont une vision claire de l’avenir pas des charlatans et des voyous.

    Cordialement




    0
  • Aït Mohand Ouyidir
    4 novembre 2011 at 18 h 21 min - Reply

    Mais crénom de dieu ! Pourquoi voulez-vous à tout prix rattacher le Sahara Occidental au Maroc ? De quel droit ?

    Ne serait-il pas mieux de reconnaître, une fois pour toute, au peuple Sahraoui de pouvoir vivre enfin LIBRE et INDEPENDANT sur son propre territoire le Sahara Occidental et ainsi le problème serait réglé définitivement.




    0
  • ahmed
    4 novembre 2011 at 19 h 17 min - Reply

    Bonjour,

    Nous jouons le jeu du régime algérien en abordant des sujets que l’opposition que nous sommes devrait traiter non pas en urgence mais une fois la démocratie établi en Algérie . Je constate que nous débattons comme des intellectuels et non pas en qualité d’opposants à un régime qui brade nos richesses et nous impose anarchie et médiocrité . Il y a quelques jours,le régime algérien a signé un contrat de partenariat avec la Qatar en vue de produire 5 millions de tonnes de produits mettalurgiques par an en Algérie . L’opposition devrait se poser des questions. Pourquoi ce partenariat avec le Qatar,alors que l’Algérie a assez de reserves en devises et surtout que le Qatar n’a aucune téchnologie à nous exporter . La réponse est simple,la corruption du régime algérien a dépassé nos frontiéres . En effet,aprés avoir corrompu les jeunes algériens en leur accordant des « prêts » pour créer des entreprises qui n’existent pas,le pouvoir veut acheter le silence de la chaine de télévision Al jazeera en bradant les richesses du pays au Qatar .




    0
  • Adel
    4 novembre 2011 at 20 h 09 min - Reply

    @Aït Mohand Ouyidir

    Bonjour, cher compatriote,

    Vous raisonnez en partant d’une situation théorique qui n’existe pas. La réalité du terrain est :

    1- Le territoire du Sahara est actuellement contrôlé par le Maroc.

    2- Le Polisario (créé en 1973, pourquoi si tard?) est aujourd’hui un pion entre les mains du DRS algérien.

    3- Les réfugiés de Tindouf sont les otages du Polisario et de l’État-DRS algérien (tout comme le peuple algérien d’ailleurs) et ils vivent dans des conditions désastreuses.

    4- Le conflit n’oppose pas le Maroc au Polisario, mais le Maroc et l’Algérie, par Polisario interposé.

    5- Ce conflit dure depuis 35 ans et la situation est bloquée, puisque l’Algérie et le Maroc n’arrivent pas à s’entendre sur les modalités du referendum. La situation peut rester ainsi ad vitam æternam. Il suffirait que les deux États s’entendent pour que le problème disparaisse de lui-même et le Polisario s’alignant sur le DRS.

    6- Objectivement, les Sahraouis ne perdront rien en étant rattachés au Maroc, avec une large autonomie régionale.

    7- Notre avenir à tous – Algériens, Sahraouis et Marocains – est dans l’Union du Grand Maghreb et c’est cet objectif qui doit nous guider. L’indépendance du Sahara ne représente rien par rapport à cet objectif.

    @ahmed

    Militer pour la démocratie et militer pour la construction du Grand Maghreb sont deux choses qui vont de pair et notre avenir ne saurait être sérieusement envisagé en dehors de l’un et l’autre.

    Cordialement




    0
  • Sadek
    5 novembre 2011 at 8 h 10 min - Reply

    Les inconditionnels d’un Sahara Occidental indépendant pour la majorité d’entre eux adoptent cette position plus par hostilité au royaume Marocain que par attachement au concept d’autodétermination qu’ils prétendent vouloir défendre. C’est un peu par cet instinct de « Zkara » bien ancré dans nos sociétés que certains campent sur leurs positions.
    Hors a y réfléchir sérieusement, quel intérêt a l’Algérie à voir naitre à ses frontières un état qui risque de devenir une source de soucis pour sa stabilité ? Ne serait-il pas plus raisonnable d’essayer la solution du rapprochement entre nos deux états ou du moins une médiation pour le règlement du conflit ? Pourtant nos dirigeants par le passé n’ont jamais manqué une occasion pour exhiber l’Algérie comme la championne des médiations (L’affaire des otages US en Iran, conflit Iran-Irak, réconciliation des factions Palestiniennes etc…,)
    En usant de l’alibi islamiste, l’Egypte de Moubarak qui a soutenu la rébellion du sud du Soudan, s’est en fait tirée une balle dans le pied en affaiblissant le régime de Khartoum qui sous la pression internationale n’avait d’autre choix que se plier au dictat de l’ONU et d’accepter sa partition. Aussitôt cette partition enclenchée, les sionistes on débarqué pour lancer leur projets de barrages sur les fluents du Nil sous le couvert de la relance de l’agriculture dans ce pays. Mais en fait l’objectif recherché n’est autre qu’un complot diabolique visant à assécher ce fleuve en aval, c.a.d en Egypte. Qui peut garantir qu’un scenario similaire ne se reproduira pas avec la complicité d’une RASD indépendante sur un autre aspect stratégique crucial pour l’Algérie que ceux qui nous guettent ne manquerons pas de relever ?




    0
  • Afif
    8 novembre 2011 at 19 h 23 min - Reply

    @ Aït Mohand Ouyidir :

    Pour votre information, Mohamed Harbi était présent au dernier colloque de Tlemcen.

    Cela dit, effectivement, le peuple algérien est orphelin de son histoire depuis l’indépendance et on lui a servi une histoire falsifiée faisant en sorte que c’est l’Association des Oulamas qui a préparé et qui a déclenché le 1er Novembre 54 : c’est ce que les écoliers apprenaient dans leurs livres scolaires pondus par Ahmed Taleb Ibrahimi, fils du président de l’Association des Oulamas, et qui fut ministre de l’Education nationale de 1965 à 1970.

    Comme tu le sais, tous les organisateurs de Novembre étaient issus du PPA et lorsque l’Association des Oulamas, l’UDMA de Ferhat Abbas et le PCA ont rejoint le FLN, deux années plus tard en 1956, le premier CNRA qui a regroupé toutes les organisations intégrées au FLN et qui s’est tenu en août 1957, comprenait 75% d’éléments PPA, 3 ex-membres de l’UDMA et un seul membre de l’Association des Oulamas.

    Malgré ces faits historiques avérés, si vous interrogez les nouvelles générations de l’indépendance, notamment les militants des partis islamistes, toutes tendances confondues, ils sont prêts à parier leur chemise pour vous affirmer que c’est l’Association des Oulamas qui a fait le 1er Novembre.

    Pourtant, le passé de l’Association des Oulamas est assez riche pour ne pas l’encombrer de ces contre-vérités nuisibles à la mémoire nationale.

    Azul




    0
  • sidiyazid
    12 novembre 2011 at 9 h 29 min - Reply

    beaucoup ici veulent faire du maroc le laboratoire de leurs elucubrations et de leurs mirages !

    -pour ceux qui rêve d’un leadership , d’une suprematie de l’algerie sur la region du maghreb , je dis : il faut d’abord apprendre à vivre en tant qu’état normal avec une société en paix , des institutions democratiques, une culture propre et non pas empruntée
    -pour ceux qui cultivent le principre de la liberté dans l’islam , je dis , allez relire le livre saint ….mais tout d’abord apprenez à lire et à ecrire !
    L’islam conditionne la liberté de l’individu à celle de la communauté! il prone l’union et non pas l’emietement

    vous voyez tous que vous avez beaucoup à faire chez vous parce que vous avez un grand retard sur tout :
    -avant de donner des leçons de liberté , arrachez la votre des mains des generaux qui vous asservissent
    -avant de parlez de pauvreté , hissez vous au niveau de vie des autres pays petroliers
    -avant de vouloir l’independance des autres , commencez par la donner à ceux parmi vous qui la reclamment depuis longtemps et qui paient cette revendication par des repressions systematiques




    0
  • Congrès du Changement Démocratique