Édition du
23 July 2017

ANNABA : Une femme et son enfant de 5 ans parmi les harraga

Le Soir d’Algérie


10 novembre 2011

Une jeune femme, accompagnée de son enfant de 5 ans, faisait partie des 28 personnes interceptées par les gardes-côtes aux premières heures de la journée d’hier mercredi à quelque 10 milles marins (près de 19 kilomètres) au large de Ras El Hamra (Annaba).
Agés de 16 à 35 ans, les 27 harraga, dont un mineur, outre la jeune femme et son enfant de 5 ans, ont pris la mer de la plage de Sidi Salem, daïra d’El Bouni, dans la wilaya de Annaba, à bord d’une barque artisanale, mardi vers 23h 30 mn. La jeune femme, âgée de 32 ans, et son enfant viennent de la wilaya d’El Tarf au même titre que trois autres personnes alors que le reste, soit 24 harraga, sont tous originaires de la wilaya de Annaba. Dans le lot des candidats à l’émigration clandestine, certains sont diplômés de l’université mais en chômage depuis plusieurs années. Ramenés sur la terre ferme, les harraga ont été auscultés par le médecin de la Protection civile qui les a déclarés en bonne santé. Appelé à cet effet par les gardes-côtes vers 6 heures du matin, ce corps de secours a mobilisé une ambulance médicalisée avec médecin et plusieurs autres éléments pour assister les malheureux harraga. Notons que les gardes-côtes de Annaba se refusent à communiquer avec la presse pour éclairer l’opinion publique sur un phénomène pourtant connu de tous depuis de longues années déjà. Nos multiples tentatives de les joindre au téléphone sont, de ce fait, restées sans aucune réponse.
A. Bouacha


Nombre de lectures : 1771
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ANNABA : Une femme et son enfant de 5 ans parmi les harraga
    10 novembre 2011 at 12 h 10 min - Reply

    […] rest is here: ANNABA : Une femme et son enfant de 5 ans parmi les harraga Tags: algerie, assister, brèves, les-harraga, milles-marins, personnes-alors, protection, […]




    0
  • ANNABA : Une femme et son enfant de 5 ans parmi les harraga
    10 novembre 2011 at 17 h 33 min - Reply

    […] LE QUOTIDIEN D’ALGERIE Tags: Annaba, enfant, femme, harraga, parmi […]




    0
  • samham
    11 novembre 2011 at 10 h 18 min - Reply

    qui aurait pense qu en algerie de 2011,une mere avec son enfant va utilise la harga ,j en deduis ce qui suit:
    1pauvrete
    2non assistance a une mere celibataire?
    3pêrte de nos valeurs musulmanes
    4 societe algerienne en pleine deconfiture




    0
  • elforkan
    11 novembre 2011 at 10 h 57 min - Reply

    « Une jeune femme, accompagnée de son enfant de 5 ans »!!!
    Allah yastarna !
    Sans oublier celles qui viennent( illa men rahima rabbi) des douars à la ville pour faire des études universitaires,s’adonnent la prostitution,la consommation et vente de drogues, les crimes, et n’oublions pas ce qui se passe dans certains patelins pas plus grands qu’une boite d’allumettes :Saida, Tiaret, Tissemsilt, Chalala la’a daoura, souguer etc..des crimes incroyables, voles, violes, infanticides, paricides..et les grands villes sont à leur tour contaminées etc…
    Allah yarham ibn Khaldoun !!
    et Sadaka Allah : les bédouins sont les plus endursis dans leur impiété et leur hypocrisie, et sont les plus enclin à méconnaitre les préceptes qu’Allah a révélé à son messager »




    0
    • Adam
      16 novembre 2011 at 17 h 05 min - Reply

      Pourquoi vous insurgez-vous de cette pauvre « jeune femme accompagné de son enfant de 5 ans »? Si vous étiez un peu plus croyant qu’hypocrite, vous vous auriez dis: Malheur à mon pays! Cela pourrait être votre soeur, votre cousine, votre voisine ou tout simplement, votre compatriote!!
      Le mal de l’Algérie profonde est bien matérialisé par cette image impitoyable que vous renvoyez de votre propre personne…Quel tord a commis cette pauvre femme avec un enfant de 5 ans qui est en quête de dignité humaine? en quête de liberté..en quête de la vie tout simplement!!!
      Allumez un peu vos cerveaux mes frères! Ne faites pas justice à l’injustice! La tolérance et la compréhension sont la base de toute reconstruction de la société…
      Une pensée particulière et poignante à tous mes compatriotes « harragas » (je n’aime pas ce terme) qui mettent leur vie en danger en quête d’une vie meilleure, ailleurs! Rabbi M3akoum!




      0

    Congrès du Changement Démocratique