Édition du
11 December 2018

Bilan de Marzouki: salve maghrébine contre les « prétentions » des éditocrates parisiens

In Maghreb Emergent 28 décembre 2012

La prétention des « éditocrates » parisiens à décréter ce qui est bon ou mauvais pour les sociétés maghrébines agace des membres des élites maghrébines. En s’empressant de dresser un constat d’échec de Moncef Marzouki moins de deux mois avant son accession à la présidence de Tunisie, Caroline Fourest s’est attiré une salve de répliques. Au-delà de Fourest, les « spécialistes » parisiens qui se piquent de connaître le Maghreb mieux que les maghrébins sont invités à plus de mesure.

M.Moncef Marzouki est président de la république depuis le 12 décembre 2011 dans une Tunisie en transition et en effervescence politique et sociale. Le 23 janvier, dans un article publié par Huffington Post, Caroline Fourest, a estimé que moins deux mois de présidence était un temps suffisant pour faire un bilan et décréter que ce militant « des droits de l’homme, longtemps persécuté par le régime Ben Ali et ses sbires, a fait deux promesses aux démocrates : « veiller aux objectifs de la Révolution » et ne pas transiger ». Selon elle, Marzouki a déjà failli sur ces deux promesses. L’argumentaire déployé pour disqualifier en si peu de temps, le président tunisien, a suscité rapidement une réaction d’un blogueur marocain très respecté, Ibn Kafka dans un texte intitulé « Moncef Merzouki est foutu, Caroline Fourest n’en veut plus » qui fait fureur sur la toile. Sur le pamphlet de Fourest, Ibn Kafka sent « poindre une certaine impatience agacée avec ce président d’un pays souverain et récemment démocratisé qui s’obstine à ne pas partager les opinions (pour ne pas dire obsessions) de Caroline Fourest ». Il livre en clair l’acte d’accusation dressé par Caroline Fourest : Marzouki a publié un livre avec Vincent Geisser que Fourest n’aime pas, il est soutenu par Mediapart, il n’est pas « internationaliste » selon les canons souhaités par elle… Et, suprême manquement, il « dé-diabolise » les islamistes dans les médias français !

Une « curieuse agence de notation de la civilisation »

« A la place de Moncef Merzouki, je me méfierais: il n’est pas loin de perdre la confiance de Caroline Fourest, dont chacun a pu mesurer, avant le 14 janvier 2011, l’engagement sans faille contre la dictature de Ben Ali » écrit Ibn Kafka. Dans le Quotidien d’Oran, l’éditorialiste K.Selim décerne un « Triple A de l’arrogance » à Caroline Fourest qui exprime « parfaitement la prétention de présumés «spécialistes» des Arabo-Berbères et des musulmans en général à s’ériger en censeurs généraux et distributeurs de bons et de mauvais points. Ces spécialistes forment de fait une curieuse agence de notation de la Civilisation ». Sur SlateAfrique, deux tunisiennes, Hèla Yousfi (sociologue) et Nawel Gafsia (avocate), répliquent avec beaucoup de punch et des arguments à la « nouvelle croisade de Caroline Fourest en Tunisie ». D’abord le rappel qui fait mal, la passion récente de Fourest pour le sort des Tunisiens contraste avec le désintérêt qu’elle leur manifestait « lorsque Ben Ali bafouait les conventions internationales contre la torture au nom de la lutte contre l’islamisme ».

Obsession islamiste

Après un rappel référencé des positions et des pré-jugés de Caroline Fourest dont les lectures sont uniquement fondés sur une obsession pour les islamistes, Hèla Yousfi et Nawel Gafsia, reviennent à son papier-bilan contre Marzouki. « L’obsession de l’éditorialiste pour la question dite islamiste l’a empêchée d’apercevoir la nature éminemment diverse et riche des combats politiques menés sur le terrain en Tunisie, particulièrement à travers la force du mouvement social depuis 2008. Mais soutenir les «syndicalistes» ou les «laissés pour compte» dans le combat pour une alternative économique n’est pas aussi exaltant que sa croisade contre les islamistes. Occulter les manifestations de révoltes quasi-quotidiennes des Tunisiens depuis le 17 décembre 2010, c’est nier encore une fois la nécessaire prise en main de leur destin, dont elle ne se préoccupait pas en tout état de cause à l’époque où Ben Ali tenait les rênes du pouvoir d’une «main de fer» pour reprendre son expression ». La sociologue et l’avocate relèvent qu’en France sévit une politique d’immigration de plus en plus xénophobe avec des « quotas d’expulsions » et des traitements indignes réservés aux immigrés. « La liste est encore longue… Caroline Fourest a l’indécence de vouloir donner des leçons de démocratie et de respect des libertés au peuple tunisien, alors même qu’en France l’on compte de nombreuses atteintes aux droits fondamentaux sans que cela ne heurte autant sa sensibilité. »


Nombre de lectures : 4669
20 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • balak89
    29 janvier 2012 at 12 h 26 min - Reply

    Caroline Fourest la fasciste drapée de democratie que l’ on peut bizarrement pas commenté ses analyses sur facebook et qui donne des leçons de morale qu’ elle ne s’ applique pas à elle meme: à savoir la liberté d’expression qui est accepter d’ etre contre dit.Encore un imposteur(trice) , mais en plus raffiné, plus esthetique, plus machiavelique, decidemment l’ enfer est pavé de bonnes intentions.




    0
  • Salah-Eddine SIDHOUM
    29 janvier 2012 at 12 h 53 min - Reply

    Ce sont ces mêmes prétentieux donneurs de leçons qui soutenaient l’oligarchie militaro-financière d’Alger et la minorité élitiste éradicatrice durant les années de sang et de larmes. Et voila qu’aujourd’hui ils se permettent de donner des leçons de « démocratie » et de « droits de l’homme » aux représentants élus du peuple tunisien frère. Quel crétinisme de ces réliques de Lavigerie, Bugeaud et Massu !!!




    0
  • AS
    29 janvier 2012 at 13 h 28 min - Reply

    Fourest est la khalida gia Toumi algerienne… une sioniste de la plume et du porte feuille, issue de la maison mossad-pasqua de Lyon, une ultra haineuse raciste habillée en mouton pour les besoins de la cause, qui a fait de sa haine de l’Islaam et des afro-maghrebins son fond de commerce, exactement comme la famille le pen qu’elle pretend combattre… allez savoir ce qui est ecrit par elle et ce qui l’est pas les services francais du ministere de l’interieur … elle a les memes relants racistes que l’ultra sioniste melanie phillips a Londres… toutes 2 partagent leur amour eternelle d’israel et sa politique d’extermination des palestiniens… n’est pas philosophe qui le veut ni defenseur des droits qui le pense




    1
  • Abdelkader DEHBI
    29 janvier 2012 at 13 h 57 min - Reply

    Attendez, attendez s’il vous plait ! je ne comprends pas : C’est quoi Caroline Fourest ?




    0
  • Djamel Eddine U
    29 janvier 2012 at 15 h 43 min - Reply
  • naim
    29 janvier 2012 at 16 h 14 min - Reply

    Ce que BHL et cie veulent,c’est agrandir Merakeche,acheter des riads,tout ces faux democrates s’insurge contre l’islam et les droits de l’homme.Moralité et que la plus part ne s’offusque pas contre l’ésclavage des enfants dans l’asie du sud est.Aujourd’hui ils ont transformer la ville de Merakeche pire que Bangkok,la pédophilie des soit disant bien pensant a fait ,et fait des ravages contre les petits marocains avec la bénédiction des autorités chérifien,la quasi totalité des grands groupes français ,la plus part des PDG,et meme ministre français s’adonne a la pédophilie dans ce pays ,et personne ne trouve a dire.




    0
  • OrO
    30 janvier 2012 at 8 h 52 min - Reply

    Pourquoi aller si loin?La (longue) »contribution » de Noureddine Boukrouh généreusement publiée par Le Soir d’Algérie n’a rien à envier en matière de clichés néo-orientalistes à C.Fourest.Il s’agit des mêmes « appréciations expéditives,essentialistes et culturalistes » comme l’ont si bien dit Hela Yousfi et Nawal Gafsia.
    Morceau choisi: »De quoi pouvaient accoucher les révolutions arabes sachant que les despotes ont tout fait pendant leur règne pour que ne se forment pas des partis démocratiques capables d’apparaïtre comme une alternative à leur pouvoir.

    Ont-ils pour autant contenu les idées islamistes ?

    La boîte de Pandore, c’est l’inconscient collectif arabo-musulman.

    C’est à travers leur histoire et leur prisme culturel qu’il faut scruter les peuples arabo-musulmans si l’on veut comprendre leur comportement social et politique.

    Ils ont une longue expérience du despotisme qui a marqué leur psychologie, leur imaginaire est rempli de l’idéal islamique qui les tourmente depuis des siècles. mais ils n’ont pas d’expérience de la démocratie qui est d’abord une culture. Et cette culture suppose que l’on a intégré l’idée de passer du peuple monolithique qu’ont était à une société plurielle par ses idées et diverse par sa composante.

    Est-ce le cas ?

    La réponse… se trouve dans la prégnance de la culture théocratique sur l’esprit de larges pans de la société… Le gisement électoral islamiste réside dans le fond mental de la population.

    La culture théocratique, que ce soit en monarchie ou en république, c’est l’attitude qui consiste à ramener tout à Dieu et à tout attendre de lui ou des hommes qui prétendent être mandatés par lui.

    L’aspiration à un Etat islamique idéal… n’a pas quitté l’inconscient arabo-musulman depuis les quatre premiers califes dont la gouvernance représente l’âge d’or.

    Avant d’être un citoyen, le musulman est d’abord un croyant. Il n’a de souveraineté que celle d’Allah, et même quand ils sont désignés par des électeurs, ils estiment être les élus de Dieu ».Caroline Fourest n’aurait pas mieux dit.




    0
  • farid beo
    30 janvier 2012 at 9 h 43 min - Reply

    BHL c’est un faiseur de guerre , serbie, irak , darfour , libye , il a cautionné les massacres de Bentalha et Rais commis par Nezzar et cie .

    Mais ce que j’arrive pas à comprendre c’est l’invasion de la Libye ,il engage la france dans une guerre sans l’aval des AE ( Juppé )c’est comme si c’etait une ( la france )propriété privée . Et à la fin il le dit ouvertement que c’etait pour Israel .
    Pauvre france !

    C’est ce philosophe sanguinaire que les eradicateurs et les generaux affairistes ont acceuillis a grandes pompes !!!




    0
  • Bilan de Marzouki: salve maghrébine contre les « prétentions » des éditocrates parisiens | midipress
    30 janvier 2012 at 14 h 25 min - Reply

    […] de nombreuses atteintes aux droits fondamentaux sans que cela ne heurte autant sa sensibilité. » ici pour lire l’article depuis sa […]




    0
  • Ali La Pointe
    31 janvier 2012 at 2 h 46 min - Reply

    C’est clair pourquoi cette dame aurait un probleme avec l’Islam. Lire ce que dit Wikipedia sur elle.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_Fourest

    Je pense qu’on perd beaucoup de temps a essayer de changer des choses qu’on pourra jamais changer.

    Il faut essayer de ne plus donner d’importance a des personnes qui cherchent la publicite. La France et l’Europe ont tellement de problemes chez eux … des pays au bord de la faillite tout simplement. On a pas de lecon de recevoir de chez eux.

    Il faut que nous travaillons tous dur dans nos pays du Maghreb afin qu’on apprene a se respecter et vivre ensemble quelques soient nos differences. La vieille colonie au bord de la faillite n’aime pas cela. Elle veut nous dicter meme qui doit on aimer et qui doit on hair!

    Hachakoum: « Les chiens aboient, la caravane passe. »

    Je souhaite tout le succes au peuple Tunisien et ses leaders elus.




    0
  • batni
    31 janvier 2012 at 3 h 54 min - Reply

    A @OrO,
    Mr Boukrouh lui même un islamiste a bien dissiqué la société Algérienne en particulier et musulmane en générale; C’est un disciple de Bennabi et un féru de la pensée benabienne.
    La clarté de la lumière nous aveugle, ne sommes nous pas la meilleure civilisation que le bon dieu a donner a l’humanité?. A force de se regarder le nombril on se prend pour le centre non pas du monde mais de l’univers.

    Mes respects,




    0
  • OrO
    31 janvier 2012 at 13 h 38 min - Reply

    @batni
    Décréterque « La boîte de Pandore, c’est l’inconscient collectif arabo-musulman »et que « La réponse… se trouve dans la prégnance de la culture théocratique sur l’esprit de larges pans de la société… Le gisement électoral islamiste réside dans le fond mental de la population » ou encore parler avec mépris de « charialand »,c’est bien disséquer la société musulmane ?Même un orientaliste islamophobe notoire comme Bernard Lewis ne s’est pas exprimé en des termes aussi hautains et méprisant envers le monde musulman.




    0
  • aquerado
    31 janvier 2012 at 20 h 04 min - Reply

    Salam,
    Franchement, la redaction LQA aurait pu eviter de nous exposer ces faces diaboliques, j’ai eprouve un grand mal a lire le texte qui reste toutefois de bonne qualite. Enfin, Vade retro satana! Val/fourest et compagnie sont les hienes du systeme comme j’ai pu le lire par un internaute. Leur fond de commerce est la stigmatisation a outrance des musulmans afin de faire un maximum de mal et de profits dans un creneau tres porteur pour un but machiavelique non avoue. Mais leur jeux vicieux et infames a conduit a des genocides innacceptables au travers du monde musulman en conditionnant une Europe a l’aide des mass medias qui leur sont totalement acquis. Ces pleurnichards de la shoah culpabilisent de maniere incessante les europeens qui en dernier ressort leur offrent et leur laissent accomplir leur desirs les plus fous, quittent a renier leurs valeurs humaines universelles les plus fondamentales. Alors que nous musulmans vivons quotidiennement des nuits de chrystale!Cette attitude nefaste des europeens(imaginaire chretien?) qui eux, naguere etaient si combatifs les a conduit lentement et surement vers les tenebres et la pensee mediocre comparativement aux siecles des lumieres et a tous ces philosophes et scientifiques qui ont donnes cette formidable dynamique intellectuelle a cette Europe renaissante grace a l’immense heritage scientifique et intellectuel du monde arabo musulman. Ingratitude quand tu nous tiens. Enfin bref, je salue Oro de nous avoir informe par le texte du Boukrouh. Inversement a batni je pense que si Boukrouh est un islamiste ou un disciple de Bennabi Allah y rahmo, moi je suis le pape en personne. Tout est faux dans son texte et des la premiere ligne qui ne veut rien dire du tout: »La boîte de Pandore, c’est l’inconscient collectif arabo-musulman » je suis desole mais le monde musulman est pluriel et tres divers ce qui fait sa grande richesse. La boite de Pandore est une creation mythologique grecque, berceau de la civilisation europeenne.Donc cette boite appartient aux europeens qu’ils ont ouverts les premiers, et qu’ils savent tres bien utiliser. La derniere phrase est aussi totalement fausse: » ils estiment être les élus de Dieu » Ce qui est faux aussi. Dieu nous interdit de penser de cette facon, a la maniere des juifs. Chacun est retribue selon ses actes, d’ou la pensee du Coran est de pousser tous les musulmans a etre responsable de leurs actes afin de ne pas commettre des actes ou des crimes injustes et reprehensibles. Vous pouvez priez toute votre vie Allah et aller en enfer parce que vous avez commis a la fin de votre vie un acte ignoble et injuste a l’egard d’un juif, un chretien, un Boudhiste ou autre. Car comme le dit ALLAH: « et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste », ainsi que « la vie humaine est sacree ».




    0
  • MADJID
    1 février 2012 at 21 h 54 min - Reply

    Et bien oui c’est le boomerang !!
    Hier on jubilait et on acclamait ces éditorialistes quand ils s’immiscer dans les affaires des pays maghrébins pour soit disant instaurer la démocratie et aujourd’hui on crie aux loups ! Hier ces éditorialistes étaient « adulés » tant que çà arrangeait … une certaine tendance ! Aujourd’hui, on baisse le rideau et ils doivent se cantonner dans : « je ne vois rien, je n’entends rien ,je ne dis rien »
    Le jour où la vraie démocratie et la vraie liberté sera instaurée dans les pays arabo-musulmans alors on leur clouera le bec DÉFINITIVEMENT à ces donneurs de leçon occidentaux. Malheureusement la faiblesse des pays arabo-musulman est à ce niveau : à l’unicité de pensée imposée par nos dictateurs et nos monarques d’hier se substitue une autre pensée unique mais cette fois-ci décidée par la magie des urnes ! Dans les pays arabo-musulmans , on doit tous être identiques, on doit tous avoir le même mode de pensée, on doit tous croire aux mêmes choses, on doit tous avoir la même manière de se représenter l’au-delà. Dans le cas contraire, on est alors traité soit de traitres à la nation ou à la Oumma , soit de harkis, d’hérétiques, de blasphémateurs, de non patriotes, de mécréants, d’apostats, de renégat, d’allié de l’occident au motif qu’on ne pense pas comme la majorité. Et oui, il est là le nœud cordien. Les hommes politiques des pays arabes sont habités immédiatement par « la pensée unique arabo-musulmane exclusive » dès qu’ils prennent le pouvoir (par la force ou par les urnes).
    Tout en gardant et en préservant notre propre culture, nous les pays arabo-musulmans sommes condamnés, au risque d’être à la traine des pays, de nous ouvrir progressivement à la muti-culture, au multi-linguisme, à la modernité, à la libre pensée, au débat contradictoire, à la tolérance, à la diversité, au respect des minorités culturelles , ethniques et cultuelles. Les hommes politiques au commande ne doivent pas se sentir « effarouché, angoissé, trahi ou fiévreux » dès qu’un citoyen ose raisonner différemment que la majorité. C’est à se prix que, je le répète, nous pourrons clouer à jamais le bec aux donneurs de leçon occidentaux ou autres!

    LA VERITE FAIT MAL , mais je n’y peux rien !




    0
  • batni
    2 février 2012 at 4 h 02 min - Reply

    @oRo
    « « La plus grave parmi les paralysies, celle qui détermine dans une certaine mesure les deux autres (sociale et intellectuelle), c’est la paralysie morale. Son origine est connue : « L’islam est une religion parfaite. Voilà une vérité dont personne ne discute. Malheureusement il en découle dans la conscience post-almohadienne une autre proposition : « Nous sommes musulmans donc nous sommes parfaits ». Syllogisme funeste qui sape toute perfectibilité dans l’individu, en neutralisant en lui tout souci de perfectionnement. Jadis Omar ibn al-Khattab faisait régulièrement son examen de conscience et pleurait souvent sur ses « fautes ». Mais il y a longtemps que le monde musulman a cessé de s’inquiéter de possibles cas de conscience. On ne voit plus qui que ce soit s’émouvoir d’une erreur, d’une faute. Parmi les classes dirigeantes règne la plus grande quiétude morale. On ne voit aucun dirigeant faire son mea culpa. C’est ainsi que l’idéal islamique; idéal de vie et de mouvement a sombré dans l’orgueil et particulièrement dans la suffisance du dévot qui croit réaliser la perfection en faisant ses cinq prières quotidiennes sans essayer de s’amender ou de s’améliorer : il est irrémédiablement parfait, Parfait comme la mort et comme le néant. Tout le mécanisme psychologique du progrès de l’individu et de la société se trouve faussé par cette morne de satisfaction de soi. Des êtres immobiles dans leur médiocrité et dans leur perfectible imperfection deviennent ainsi l’élite d’une société morale d’une société où la vérité n’a enfanté qu’un nihilisme. La différence est essentielle entre la vérité, simple concept théorique éclairant un raisonnement abstrait, et la vérité agissante qui inspire des actes concrets. La vérité peut même devenir néfaste, en tant que facteur sociologique, lorsqu’elle n’inspire plus l’action et la paralyse, lorsqu’elle ne coïncide plus avec les mobiles de la transformation, mais avec les alibis de la stagnation individuelle et sociale. Elle peut devenir l’origine d’un monde paralytique que Renan et Lamennais dénonçaient en disant que l’islam « pourrait devenir une religion de stagnation et de régression ».»

    Ce n’est pas BHL ni un islamophobe (nouveau terme a la mode qu’on utilise lorsque quelqu’un nous montre nos défauts, nos vices et notre laideur) qui le dit c’est Bennabi en 54 et j’imagine que beaucoup de ses contemporains conservateurs (islamistes) l’on traité de tous les noms d’oiseaux.

    Mes respects,




    0
  • OrO
    2 février 2012 at 8 h 36 min - Reply

    @Madjid
    Caroline Fourest était adulée par qui?Certainement pas par les véritables forces d’opposition qu’elles soient islamistes ou laiques,mais par une minorités d’éradicateurs accrochées au basques de pouvoirs dictatoriaux.
    Quant aux hommes politiques aux commandes,je ne sais pas de qui vous parlez,des Ben Ali,Moubarak and co,où de ceux qui leur ont succédé?Si c’est des premiers que vous parlez,je n’ai pas souvenance que Ben Ali par exemple ait été particulièrement « effarouché angoissé,trahi et fièvreux » dès qu’un citoyen ose raisonner différemment de la majorité.Au contraire,il semblait éprouver un malin plaisir à encourager le laicisme le plus extrême d’un minorité d’intellos sans attache avec son peuple.Si vous parler des seconds,ne trouvez-vous pas qu’à peine deux mois aux affaires,c’est un peu court pour émettre une appréciation définitive?




    0
  • MADJID
    2 février 2012 at 16 h 13 min - Reply

    cher @OrO, je ne juge personne et je ne désigne personne. Je parle de la société et des régimes politiques arabo-musulman d’une manière générale et globale. Je croyais avoir été clair mais ce n’est pas le cas à ce que je vois. Dans le cas où l’opinion arabe et la société pensent dans sa majorité qu’il n’y a rien à changer dans la société et que tout est parfait, qu’à cela ne tienne !




    0
  • OrO
    4 février 2012 at 8 h 41 min - Reply

    @batni
    J’ai bien peur que vous n’ayez pas saisi la différence essentielle entre la pensée de Bennnabi et la pseudo-pensée de Boukrouh.Pour Bennabi,les critiques s’adressent aux musulmans d’une époque donnée:ceux qu’il appelle les « musulmans post-almohadiens »,c’est-à-dire les musulmans de la décadence.Boukrouh,lui dirige ses critiques non pas contre les musulmans décadents,mais contre les musulmans en tant que tels.On le voit nettement lorsqu’il dit que « L’aspiration à un Etat islamique idéal… n’a pas quitté l’inconscient arabo-musulman depuis les quatre premiers califes »ou encore lorsqu’il dit « Avant d’être un citoyen, le musulman est d’abord un croyant. Il n’a de souveraineté que celle d’Allah, et même quand ils sont désignés par des électeurs, ils estiment être les élus de Dieu ».Ce n’est donc pas de la critique,mais du dénigrement.
    Quant à l’attitude des islamistes à l’égard de Bennabi,sachez que Sayyed Qotb,l’un des grands théoriciens de cette mouvance se procurait des ouvrages de Bennabi dès leur parution en Egypte y compris quand il était en prison.




    0
  • MADJID
    4 février 2012 at 15 h 16 min - Reply

    « Avant d’être un citoyen, le musulman est d’abord un croyant. Il n’a de souveraineté que celle d’Allah, et même quand ils sont désignés par des électeurs, ils estiment être les élus de Dieu »
    Je partage entièrement cette phrase de Boukhrouf et je ne la considère pas comme un dénigrement des musulmans et de l’islam. Boukhrouf veut simplement dire que le musulman n’a pas de culture citoyenne. Il est plus concerné par l’au delà que par la vie de la cité ici bas. Si il y avait une juste répartition des rôle au sein de L’ETAT dans les pays musulman çà nous aurez pas fait beaucoup de bien, à mon avis.(séparation entre le politique et le religieux, séparation des pouvoirs entre le législatif, l’exécutif et le judiciaire, liberté de conscience, liberté de la presse, etc…)
    En ce qui concerne Malek Bennabi, cet ALGERIEN en avance sur son époque, était fortement imprégné de la culture arabo-musulmane et occidentale. Et oui, la multi-culture çà sert ! On lui doit un concept sur la « colonisabilité » , concept selon lequel, les sociétés colonisées ont une aptitude, un comportement et un mode de vie favorable à la colonisation étrangère, et c’est justement le cas des pays musulmans dans leur majorité.
    Où on sort les ALGÉRIENS du crétinisme primaire ambiant ou on s’enfonce petit à petit dans la décadence. Il n’est pas suffisant d’être un croyant bête et discipliné. Les sociétés chrétiennes, juives, hindouistes, Bouddhistes ont su concilier d’une manière intelligente leur foi à la modernité. Pour moi la modernité et la citoyenneté est une condition « sine qua non » à notre époque pour prétendre à une place dans un monde en perpétuelle mutation.Si tout est régit par les percepts des livres révélées, les société n’évolueraient pas ! La religion a certes une place importante dans la société mais elle a ses limites, oui je répète, elle a ses limites !
    Il ne faut pas laisser notre merveilleux pays l’ALGERIE ni entre les mains des despotes, des dictateurs, des autocrates, des monarques ni également entre les mains d’ « imams ou de quelconques ayatollahs ». Le rôle des imams est de nous inciter à croire et à aimer Dieu et non celui de faire de la politique.Chacun son métier! Il faut, à mon avis encore une fois, éviter le « mélange des genres ».




    0
  • MADJID
    4 février 2012 at 16 h 21 min - Reply

    Il faut lire :
    « Si il y avait une juste répartition des rôle au sein de L’ETAT dans les pays musulman çà nous aurez fait beaucoup de bien, à mon avis »
    Et non :
    « Si il y avait une juste répartition des rôle au sein de L’ETAT dans les pays musulman çà ne nous aurez pas fait beaucoup de bien, à mon avis »
    Le lecteur aura corrigé de lui-même , je pense !




    0
  • Congrès du Changement Démocratique