Home » Actuel (1) » La blague de l’année : la télémédecine en Algérie selon El Moudjahid !!!!!!!

La blague de l’année : la télémédecine en Algérie selon El Moudjahid !!!!!!!

Des patients de Laghouat et de BÉchar soignés à partir d’Alger : Premiers pas de la télémédecine en Algérie

Abdelaziz Ziari : “La télémédecine dans le diagnostic doit être une activité permanente”

PUBLIE LE : 14-11-2012
El Moudjahid

Le secteur de la santé en Algérie s’est mis à l’heure des nouvelles technologies de l’information et de la communication avec le lancement, hier, à partir du CHU Bab El-Oued de la première étape du réseau pilote de télémédecine qui relie ce Centre hospitalo-universitaire à deux Etablissements publics hospitaliers (EPH) implantés à Laghouat et Béchar.

Le coup d’envoi de cette liaison de télécommunication médicale dédiée en fibre optique de 2 mégabits/seconde à chacun des trois établissements de santé a été donné par le Pr Abdelaziz Ziari et M. Moussa Benhamadi ministres respectivement de la Santé, de la Population et de Réforme hospitalière et de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication.
Tout en insistant sur  l’étendue de la superficie du territoire national, les deux ministres ont mis en exergue le rôle de la télémédecine qui permet de « raccourcir les distances et d’éviter le transfert des malades du Sud notamment vers le nord du pays ». Ils ont par ailleurs indiqué que la technique de la télémédecine entre les centres hospitalo-universitaires (CHU) du nord du pays et les hôpitaux des régions des Hauts Plateaux et du Sud contribuera à l’amélioration de la prise en charge médicale des habitants de ces régions.
Les deux ministres ont appelé les spécialistes à travailler d’avantage pour faire marcher ce projet en le généralisant afin de faire de cette opération « une réussite exemplaire ».
Ils ont affirmé que les populations des régions du Sud et des Hauts Plateaux ont grandement besoin de la technique de la télémédecine dans l’attente de la réalisation de nouveaux centres hospitalo-universitaires à Laghouat, Béchar et Ouargla.
L’Algérie dispose de compétences médicales de haut niveau ainsi que d’équipements sophistiqués, a fait savoir le ministre de la Santé qui a ajouté que les responsables du secteur de la santé doivent veiller à l’organisation et à la coordination afin que les habitants des régions concernées puissent bénéficier de la technique de la télémédecine.
Pour sa part, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a précisé que la technique de la télémédecine sera élargie à tous les hôpitaux à travers le territoire national.
Il a été procédé par la suite à une conversation en directe qui a eu lieu entre les médecins du CHU Bab El-Oued et des  EPH de Laghouat et de Béchar sur différents diagnostics liés aux malades des deux régions. Une conversation qui a permis aux médecins des deux régions d’intervenir à temps tout en évitant à leurs malades de se déplacer vers les CHU.
Ce  projet intégré faisant appel à plusieurs institutions, dont le ministère de la Santé, reliera dans un proche avenir 5 centres hospitalo-universitaires (CHU) du nord du pays à une douzaine d’EPH du Sud. Il entre dans le cadre du programme e-santé qui vise l’accès à l’expertise à distance, le désenclavement des médecins.
L’Agence nationale de promotion de parc technologique (ANPT) a été chargée, par le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication de la mise en place du volet technique, à savoir un réseau de pilotage de télémédecine en Algérie. Le projet consiste à relier les centres hospitalo-universitaires (CHU) du nord du pays à des établissements hospitaliers du Sud. Il s’agit de trois CHU d’Alger (Mustapha Bacha, Bab El-Oued, Beni-Messous), de Constantine et d’Oran, lesquels prendront en charge douze établissement du Sud (Adrar, Tamanrasset, Tindouf, Illizi, El Bayadh, Ouargla, Ghardaïa, Naama, Laghouat, Béchar, Biskra et El Oued). Un site central a été désigné au sein de l’Agence en tant que plateforme technique de pilotage du réseau.
Afin  d’assurer une réussite certaine de ce projet, il a été procédé  dans un premier temps, au lancement de la présente expérience du réseau type de télémédecine constitué des  EPH du de Laghouat et Béchar, et le CHU de Bab El-Oued. La seconde étape consistera la généralisation de cette activité aux autres  établissements inscrits. Ce prototype est conçu pour offrir d’importants services, notamment en faveur des zones enclavées qui souffrent du problème du transfert des malades et de manque de médecins spécialistes. Il permettra d’assurer l’accessibilité aux soins de santé à distance, allant des transferts des données à l’action directe du praticien sur le malade. Il assurera également, les applications de téléconsultations, de téléassistance, de télédiagnostic, de télé-expertise et de formation continue à distance.
Parmi les objectifs visés par cette activité l’amélioration de la prise en charge des malades du Sud, la nécessité de palier au manque de médecins praticiens et la mise à niveau des connaissances des praticiens. Pour ce qui est des premières spécialités traitées par cette technologie, les conférenciers citent la pédiatrie, la gynécologie, la médecine interne et la chirurgie ophtalmologique.
S. Sofi

Une technique qui favorise l’égalité d’accès aux soins
Encore au stade expérimental, la télémédecine a été définie par l’OMS en 1997 comme « la partie de la médecine qui utilise la transmission par télécommunication d’informations médicales en vue d’obtenir à distance un diagnostic, un avis spécialisé, une surveillance continue d’un malade, une décision thérapeutique».
Cette technique de santé permet, entre autres, d’effectuer des actes médicaux dans le strict respect des règles de déontologie, mais à distance, sous le contrôle et la responsabilité d’un médecin en contact avec le patient par des moyens de communication appropriés à la réalisation de l’acte médical.
La télémédecine favorise le renforcement de l’égalité d’accès aux soins notamment dans les régions appauvries en la matière, le  gain de temps médical pour les professionnels de santé (diagnostics, dépistages), l’augmentation des échanges médicaux.
S. S.

Abdelaziz Ziari : “La télémédecine dans le diagnostic doit être une activité permanente”
« L’objectif visé par cette activité technologique et médicale  réside dans  l’amélioration de la qualité des soins et de la formation médicale continue notamment pour nos jeunes médecins qui se trouvent au niveau des régions isolées afin de rester en contact permanent avec les professeurs des différents CHU pour la prise en charge du malade.
Cet usage de la télémédecine, dans le diagnostic, doit être une activité permanente dans le domaine de la santé. Les médecins de l’intérieur doivent aussi bénéficier de  la téléconférence dans le cadre de la formation continue. La télémédecine encourage les jeunes médecins et les spécialistes à aller s’installer à l’intérieur du pays afin de soulager l’isolement qui caractérise la population des zones isolées. Il y a lieu de convaincre et non pas obliger les jeunes médecins à occuper les structures de l’intérieur du pays qui sont très bien équipées avec un matériel de pointe».
S. S.

M. Moussa Benhamadi : « Nous devons généraliser cette technologie”
La télémédecine sera élargie à tous les hôpitaux à travers le territoire national.  C’est une technique développée qui permet un diagnostic  et une consultation à distance et un suivi précis des malades des régions isolées. Elle contribue également à la formation continue des jeunes médecins praticiens dans les régions isolées.
La télémédecine est le plus bénéfique pour les populations vivant dans les régions éloignées. Elle est appliquée dans pratiquement tous les domaines médicaux (radiologie, cardiologie…). La télémédecine est également utile comme outil de communication entre un médecin généraliste et un spécialiste disponible à un endroit éloigné.
« Nous devons généraliser cette technologie, la simplifier et l’introduire dans la vie quotidienne du citoyen ».
S. S.

M. Rabah Bar, directeur du CHU de Bab-El-Oued : “Une première à l’échelle nationale”
« C’est une première à l’échelle nationale. Le choix de notre établissement de santé n’est pas fortuit, car l’administration et le conseil scientifique ont travaillé sur le projet de télémédecine depuis plusieurs années. Nous avons inscrit ce projet dans le  cadre du partenariat avec les hôpitaux de Marseille et dans cadre du projet d’établissement 2010-2014.
Les équipements acquis par le ministère de la Poste et des Télécommunications sont déjà sur place au niveau des salles aménagées pour la circonstance.
Le démarrage aura lieu aujourd’hui avec les wilayas de Laghouat et de Béchar.
Cette activité de télémédecine est un soutien à la formation du corps médical à l’extrême Sud et les zones éloignées. Elle permettra aux malades aussi de se soigner sur place avec un diagnostic qui se fera à partir d’Alger ».
S. S.



Nombre de lectures: 3165 Views

19 Reponses pour " La blague de l’année : la télémédecine en Algérie selon El Moudjahid !!!!!!! "

  1. J’espère qu’à côté de l’introduction de cette HAUTE technologie dans notre pays, on s’assurera que:

    - les cafards ne cohabiteront plus avec les malades dans leur lit ou leur table de nuit,
    - des couvertures propres seront disponibles,
    - des draps seront changés puis désinfectés avant de placer un nouveau malade,
    - la nourriture des malades sera améliorée,
    - les fils chirurgicaux seront disponibles,
    - les médicaments pour grands malades seront disponibles
    - le taux de mortalité dans nos hôpitaux sera abaissé
    - etc..etc..

    En attendant, faisons une prière, tous ensemble, pour que cela se réalise!

    Mais on sait, à force ..à force, qu’on est les champions du monde des « grandes premières à la TV » en présence du président, des ministres ou des walis. Mais dès qu’ils ne sont plus là, ces appareils de « haute technologie » tombent en panne (scanners, appareils de radiographie, IRM,ordinateurs, etc..etc…).Allez savoir pourquoi!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  2. El-Watani dit :

    En voila une nouvelle qui fait vraiment chaud au cœur et qu’il faudrait encourager. J’ai connu ce personnel médical des hôpitaux publics du simple administrateur au grand professeur en passant par les infirmiers et infirmières qui font des miracles avec pratiquement rien comme moyens. Ce sont des travailleurs qui ont leur pays et leur peuple dans le cœur. Cette initiative de venir au secours du secteur médical afin de prodiguer des conseils et des diagnostiques pour soigner les populations du sud Algérien via cette méthode de télémédecine est très louable.
    Pour moi je dirai à tous ces gens connus et moins connus de ce secteur : Vous êtes la première fierté de notre pays. N’en déplaise à nos responsables trabendistes qui vont se faire soigner, qui en France, qui en Suisse, qui aux USA dés qu’ils ont le nez qui commence à couler.
    Salams !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  3. Abon dit :

    Ouach y-khassak ya-el 3ouryan? El-Khouitsma ya Sidi.
    (traduction: que te manque-il toi le gueux? Oh! une bague seigneur.
    J’en ai les tripes retournées. Allah y’daoui el-hall

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  4. Chers lecteurs de LQA , je vais vous faire part d’un sentiment étrange. Au début de l’article, je me suis vraiment laisser aller à la lecture de cette « nouvelle technologie ».
    Au début donc, je me suis laisser prendre au jeu et je me suis dis mince ! pourquoi pas une MERVEILLE en Algérie (une mou3hdjiza 3hadjibène)

    Ensuite quand j’ai vu l’intervention de Abdelaziz Ziari j’ai commencé à changer d’avis.Je suis un peu subjectif peut-être, mais j’ai mes raisons.

    Ce n’est qu’à la fin que j’ai bien lu le titre de l’article : »la télémédecine en Algérie selon …..El Moudjahid ».
    Pourquoi je n’ai pas bien lu le titre dès le début ? parce que je me suis mis au texte tout de suite dès que j’ai vu la photo qui accompagne l’article.

    Ma réponse est peut-être subjective mais j’ai de l’urticaire quand je vois le journal « El Moudjhahid » malgré tout le respect que je dois à ceux qui l’on créé.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  5. mohammed dit :

    la télemedicine en algérie c’est le partage de l’imcompétence.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  6. Donc les « par la force auto-imposer dirigeants de l’Algerie » resterons en Algerie dans des centres hospitaliers Algeriens pour se soignier par des professeurs Francais, Suisse et Americains a l’aide de la tele’. J’espere que la casoral ne va plus deliverer des prises en charge pour ce personels auto-proclamer’ dirigeants et vont les orienter vers les hospitaux ou les contribuables deperissent pas par manque de medecins Algeriens competents mais par manque de moyens que les auto-proclamer dirigeants ont vole’. Que vont-ils manger pour se fortifiers, de la cuisine de l’hopital ou ils appelent le catering que la secu dever payer pour les malades VIP.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • C’est vrai cher @Larbi Anti-DRS , on va voir si nos dinosaures vont désormais se faire opérer par « télémédecine » CHEZ NOUS et non chez les hôpitaux parisiens du type « cochin », »saint louis », « necker » ou « val …. de grâce » ou en Suisse carrément !

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  7. zoubir dit :

    Heureusement que le ridicule n’a jamais tué et ne tuera pas sinon adieu pour nous.
    Dans un pays où les maladies de la misère font leur émergence et les médicaments essentiels font défaut, où les hôpitaux sont des mouroirs on nous parle de télémédecine.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  8. Abbas dit :

    Que le ministre des tic s’occupe de ses distributeurs de billets toujours en panne avant de se lancer dans des operations de prestige bidon.Pauvres retraites

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  9. Ah, ah, ah , j’ai oublié de lire la déclaration de Abdelaziz Ziari mentionné juste en dessous du titre de l’article :

    “La télémédecine dans le diagnostic doit être une ACTIVITÉ PERMANENTE”

    ah, ah , ah ah !!!!!!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  10. said dit :

    Tiens tiens tiens! El Moujahid? ce journal que j’ai tant lu, et n’a jamais été connecté du bon débit, des mensonges à la longueur de la journée, je déteste ce journal et être franc avec vous je l’ai pas lu depuis 89 c’est à dire l’air de la presse libre.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  11. batni dit :

    Je tiens a rendre hommage aux personnels soignants des hopitauz Algériens; Lors de mes vacances au pays j’ai été hospitalisé (7 jours) d’urgence pour des douleurs atroces au niveau du ventre; j’étais agréablement surpris du professionnalisme et de humanité du personnel soignant (medecins, infirmier(e)s, personnel de soutient.
    Je tiens a leurs rendre un hommage appuyé et un gros MERCI. Un chouiya d’organisation est nos hopitaux rivalisés avec les meilleurs hopitaux européens.

    Mes respects,

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • Abon dit :

      Je me joins à vous pour l’hommage au personnel des hôpitaux. Ils font de leur mieux avec ce qu’ils ont ; plus vous montez en grade plus ils sont dévoués et volontaires, toujours prêt à donner encore plus. Sincèrement ils méritent mieux.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  12. batni dit :

    A @Abon
    Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.
    Je suis certain que si le système publique de santé resiste aux bourrasques et a ses destructeurs intéressés, c’est parce que les travailleurs des hopitaux ne sont pas tous des salauds et des sans coeurs.
    Une meilleure organisation, plus de moyens matériels et un peu plus de reconnaissance du travail fait rendront nos hopitaux plus performants.
    Je renouvelle mes hommages aux personnels soignants qui dont l’anonymat rendent le sourire et la joie aux enfants malades et dans leurs engagements exemplaires envers leurs patients.
    Mr Abon je ne parle des brebis galeuses qui jaugent
    l’épaisseur de votre porte-feuilles mais de la majorité du personnel qui ont une éthique de leurs métiers.

    Mes respects,

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • Monsieur @batni, on ne parle pas des personnels des hôpitaux allant depuis les chefs de services jusqu’aux agents de surface, non ! On parle seulement des hyènes qui sont au dessus de nos têtes.

      Nous on dit tout simplement que nous croirons jamais à la télémédecines tant que nos « gourous » ne soigneront dans nos hôpitaux et préfère se soigner ailleurs.

      Pas plus ni moins.

      Or aujourd’hui ces hyènes veulent nous faire croire que nous sommes au top de la médecine alors qu’EUX, ils se soignent …..ailleurs.
      Donc, ils connaissent la réalité de nos hôpitaux !
      et Donc, ils ne font pas confiance à ce qu’ils entreprennent eux-mêmes.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  13. AKERTHACHE dit :

    Je pense que c’est une tres bonne affaire.Mais plutot que de recevoir des avis medicaux du Nord,c’est au Sud de prodiguer des avis parce que la medicine etant ce qu’elle est a present, je suis certain que la medecine du Sud est plus avancee parcequ’on utlise la medicine traditionnelle( La3chaab wa Rrmal) a la facon de la medicine traditionnelle chinoise!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  14. Si Salah dit :

    C’est une tres bonne nouvelle pour des « gens » qui ont beaucoup d’argent a l’etranger mais qui ne peuvent pas l’utiliser pour se soigner. Comme Nezzar El Djezzar…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  15. bored2012 dit :

    Je tiens tout d’abord à féliciter le personnel médical algérien et surtout hospitalier pour les efforts et l’abnégation dont ils font preuve chaque jour pour sauver des vies, et ce malgré les conditions désastreuses dans lesquelles ils exercent leur rude tâche.
    Ceci dit, la télémédecine ou autre technologie sont introduite en Algérie, comme ça à la va-vite pour « être in » (être à la mode!), car une technologie, il faut prendre le temps de se l’approprier (la maitriser), de tirer un maximum de profit (utilisation+maintenance+recherche etc…) et cela dans un temps très court (les choses évoluent très vite !). Et c’est toujours le même constat que nous faisons: chez nous quand on veut réformer un secteur d’activité, on pense directement à rénover le matériel ( nouvelles technologies) et on pense peu ou jamais aux ressources humaines: rehausser l’encadrement et/ou changer les têtes, améliorer le savoir-faire par la formation, la motivation, le cadre de vie, l’organisation, les méthodes de travail etc. et ça ne coute pas aussi cher, que « d’acheter de la technologie de pointe » ( au fait, on n’achète pas la technologie « comme il a dit lui » -notre cher président, un jour-, on achète les produits de la technologie et là il y a une énorme nuance !).
    et je termine!, le changement ne peut se faire que dans un système de libertés, au moins économiques, comme à la chinoise! et cela nos rentiers ne peuvent se le permettre, et donc faites comme si je n’ai rien dit …je m’excuse d’être aussi long sur un problème aussi court…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  16. Après la télémédecine, voici que des Ministres et responsables annoncent encore d’autres « miracles » pour le premier semestre 2013 .

    ….Paiement des impôts sur internet, ….3G, …fin des files d’attente à la Poste…

    Ci dessous un article lu dans un journal online Algérien.

    « C’est connu : l’Algérie est très en retard dans le domaine des nouvelles technologies et des systèmes de paiement. Tous les pays de la région ont introduit la téléphonie de troisième génération (3G) à l’exception de l’Algérie. Le système demeure archaïque. Le gouvernement s’est même montré incapable d’imposer l’usage du chèque comme moyen de paiement des transactions élevées. Mais, patience, une « révolution » est en cours. Elle aura lieu le premier semestre 2013, promettent ministres et responsables. Pourquoi cette échéance ? Mystère.
    Payer ses impôts sur Internet : la promesse incroyable de Karim Djoudi

    L’annonce la plus surprenante est venue de Karim Djoudi. Hier, mardi 20 novembre, le ministre des Finances annonçait que le paiement des impôts par internet serait possible avant la fin du premier semestre 2013. Comment ? Karim Djoudi ne l’explique pas. En Algérie, les systèmes de paiement sur internet ne sont pas disponibles. Officiellement, le commerce électronique n’est pas autorisé. L’usage de la carte bancaire même pour des opérations de retrait d’argent reste très faible, les Algériens préférant le contact humain au guichet, symbole pour eux de sécurité.

    Ensuite, tout le monde le sait : l’administration fiscale algérienne est l’une des plus archaïques au monde. Elle a déjà beaucoup de mal à délivrer les documents en papier et à gérer des dossiers faciles. Mettre en place un système de paiement électronique suppose une véritable révolution à la fois technologique mais aussi dans les mentalités des agents des impôts. Il est peu probable que six mois seront suffisants pour atteindre ces objectifs. À moins que le ministre ne confonde payer les impôts et faire sa déclaration d’impôts sur internet !

    Algérie Poste promet une révolution technologique

    Autre promesse étonnante, celle faite le 18 novembre par le PDG d’Algérie Poste, Mohamed Laid Mahloul. Il a annoncé un nouveau système qui supprimera les encombrements aux guichets. Comme Karim Djoudi, le responsable d’Algérie Poste a retenu la date de la fin du « premier semestre 2013 ». « Afin de régler les problèmes de pannes au niveau des postes, un nouveau système informatique sera fonctionnel à la fin du premier semestre de l’an 2013 », a t il dit sur les ondes de la radio Alger Chaîne 3.

    Selon M. Mahloul, « le nouveau système, qui sera dimensionné sur vingt ans règlera les désagréments que connaissent les services de la poste, notamment la lenteur dans le traitement des transactions ». Dans ce raisonnement, le PDG d’Algérie Poste a oublié un détail d’importance : le facteur humain. Comment convertir des postiers algériens en « banquiers » qui utiliseront un système ultramoderne, avec une culture du respect du client et des délais ? Comme Karim Djoudi, Mohamed Laid Mahloul ne l’explique pas.

    La téléphonie 3G opérationnelle au premier trimestre

    Moussa Benhamadi, ministre des télécoms, fait encore mieux en matière de promesses : les Algériens vont pouvoir profiter de la téléphonie 3G dès le premier trimestre 2013, a t il promis fin octobre dernier. « Le projet de la 3G est en cours de préparation et je peux vous dire qu’il est en bonne voie. Nous espérons que les citoyens en bénéficieront au premier trimestre 2013 », a déclaré le ministre, en marge de l’ouverture de la première réunion de la Commission nationale du haut et du très haut débit, cité par le quotidien gouvernemental Horizons.

    Nous sommes fin novembre. L’appel d’offres pour la mise en vente de licences 3G n’a toujours pas été lancé. Même s’il venait à être lancé aujourd’hui, le ministre aura du mal à respecter le délai qu’il s’est fixé, entre temps de réponse, analyse des appels, attribution des licences et déploiement des réseaux. Un processus qui nécessite au moins un délai de dix mois. Mais M. Benhamadi n’en est pas à sa première fausse promesse sur le dossier ! »

    EXTRAORDINAIRE

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

Laisser un commentaire