Édition du
22 July 2017

Factum politique à l’usage du Président François Hollande en visite d’Etat à Alger.

 

Abdelkader DEHBI

Monsieur le président,

 

Votre visite imminente au pouvoir politique en place à Alger, que vous savez illégitime et mafieux à plus d’un titre, me donne l’occasion à travers ce factum politique, de m’adresser aussi, à une opinion publique française trop souvent abusée par les mensonges, les manipulations ou les silences, d’une désinformation sournoisement orchestrée par les médias, les lobbies autres relais de l’Ordre dominant, dont la France officielle est partie intégrante ; un Ordre dominant, usurpant le statut de « Communauté Internationale » pour mieux dissimuler sa vraie nature d’idéologie hégémonique impérialiste, sioniste et raciste, fondée sur les postulats détestables de l’exploitation, du bellicisme et de l’exclusion ; un Ordre dominant, parfaitement conscient des nouvelles donnes géostratégiques, doublées d’une conjoncture de crise économique persistante annonçant la fin prochaine de sa suprématie, qui semble reparti pour un tour, dans une nouvelle ère de Croisade contre l’Islam et le monde musulman pour tenter une fois de plus d’en contrôler les ressources, tout en cherchant à en empêcher l’inexorable renaissance, en tant qu’alternative idéologique, humaniste et morale crédible, contre le règne de la violence, de l’argent et de la chair qui ravage une société occidentale, désormais en phase historique décadente.

 

Une nouvelle ère de Croisade contre l’Islam et le monde musulman essentiellement tendue sur quatre directions:

 

1./ L’instrumentalisation politique du « terrorisme » réel ou souvent préfabriqué dans les officines de l’Ordre dominant et amplifiée à souhait, par les médias aux ordres pour briser psychologiquement chez les citoyens de base dans nos pays, toute volonté d’activité politique ou de résistance contre l’injustice et l’arbitraire des puissants, à l’intérieur comme à l’extérieur, et les décourager contre toute revendication pour le respect de leur dignité humaine, de leur liberté et de leurs droits civiques qui sont les conditions incontournables pour l’instauration d’Etats de Droit et d’Institutions authentiquement démocratiques dans nos régions ;

 

2./ L’encouragement, voire la mise en place, si nécessaire par la violence dans nos pays – et l’exemple du pouvoir en place à Alger en témoigne – d’un réseau de régimes politiques supplétifs et corrompus, véritables satrapes des temps modernes, totalement inféodés aux intérêts des puissances de l’Ordre dominant qui les protège en retour, contre leurs propres peuples qui leur dénient toute légitimité ;

 

3./ L’instauration de contrôles multiformes – à travers leurs officines, leurs chancelleries et leurs réseaux bancaires et financiers –  sur nos économies nationales pour les maintenir dans la dépendance et la surveillance de nos ressources financières et de l’usage qui en est fait, pour compromettre tous les investissements dans des secteurs éminemment stratégiques comme l’Education, la Santé ou l’Agriculture, tandis que les budgets des équipements militaires et sécuritaires sont surdimensionnés et constituent une véritable hémorragie nourrissant les marchands de canons et autres industriels de la mort ainsi que leurs complices compradores;

 

4./ L’exclusion par la marginalisation à l’intérieur ou l’exil sur l’étranger, de nos plus brillantes élites intellectuelles et de nos meilleures compétences scientifiques et techniques de standing international, que notre pays compte par dizaines de milliers, pour les tenir éloignés du champ des responsabilités politiques et de la gestion des affaires publiques Ceci afin de maintenir dans nos pays, le règne de la médiocrité, de la vénalité et de la trahison. Sauf le respect que l’on doit avoir pour une frange infime de cadres supérieurs de la nation, civils et militaires confondus, constituée par d’authentiques patriotes intègres et compétents, que les hasards de carrière ont fourvoyés dans les structures d’un Etat malade.

 

La France officielle complice du régime algérien

 

Monsieur le président,

 

Tout a été dit ou presque sur la tragédie algérienne des années 90. Des centaines, peut-être des milliers de documents, de témoignages, de livres, en arabe comme en français et dans d’autres langues, ont été écrits sur le long calvaire du peuple algérien, isolé du monde extérieur, sans défense et sans recours, faisant face les mains nues  aux lois martiales barbares de ses bourreaux grisés par leur pouvoir ; des soudards « patricides » , pétris de complexes et débordant de rancune contre leur propre peuple. Un long calvaire souvent vécu par les algériens entre la désinformation et le blackout le plus total des médias aux ordres, en Algérie comme en France.

 

Vous permettrez donc, Monsieur le président, au simple citoyen algérien que j’ai la fierté d’être, de vous dire crûment combien votre visite à Alger, tout autant que les visites officielles de vos deux prédécesseurs – M. Chirac en 2003 et M. Sarkozy en 2007 – ou celles d’autres leaders européens, étasuniens ou de l’Otan, témoigne une fois de plus, de la grave crise morale qui gangrène aujourd’hui plus que jamais auparavant, les puissances occidentales dont la France en particulier, volontiers donneuse de leçons de démocratie, de liberté, voire d’éthique politique… en tant que ces visites d’officiels occidentaux, sont perçues par une large frange du peuple algérien, comme de véritables forfaitures politiques et morales faisant hypocritement l’impasse, pour de basses considérations d’intérêts – pas toujours d’ordre public d’ailleurs – sur les terribles préjudices humains et matériels infligés au peuple algérien, tout au long des années 90 et dont certains relèvent de la qualification de Crimes de Guerre, du fait du pouvoir politique en place auquel vous vous apprêtez à rendre visite ; un pouvoir illégitime et mafieux,  issu – excusez du peu – d’un double Coup d’Etat :

 

— Celui  du 11 Janvier 1992, perpétré par une junte de généraux putschistes, avec la complicité servile de leurs mentors civils, les « démocrates » autoproclamés, contre la volonté souveraine du peuple algérien qui venait d’élire démocratiquement en Décembre 1991, une large majorité parlementaire, sous les couleurs du Front Islamique du Salut ;

 

— Celui du 15 Avril 1999, abusivement qualifié d' »élections présidentielles », portant à la présidence de la République, un candidat unique, M. Bouteflika, désigné par les généraux putschistes aux termes d’un deal immoral et honteux, conclu par-dessus la tête du peuple algérien et de l’intérêt de la Justice ;

 

Pour ce qui est du premier Coup d’Etat, j’en rappelle brièvement le bilan effroyable, dûment documenté par de nombreuses associations nationales ou ONG étrangères et s’établissant pour la période 1992 / 1999, que les algériens ont coutume de qualifier de « décennie noire » à plus de 200.000 morts; entre 15.000 et 20.000 « disparus »; des populations entières meurtries, sinistrées et déplacées, par centaines de milliers. Ce bilan désastreux, tant au plan humain et moral qu’au plan matériel est la conséquence directe des décisions et actes originels qui ont accompagné le Coup d’Etat, à savoir :

 

— destitution du Chef d’Etat légitime du pays, le défunt président Chadli Bendjedid, mensongèrement maquillée en « démission »;

— proclamation inconstitutionnelle d’un Etat d’Urgence qui s’est révélé meurtrier en autorisant tous les excès de la violence d’Etat ;

— désignation inconstitutionnelle d’un pseudo « Haut Conseil d’Etat » de 5 membres dirigé dans les faits par deux des généraux putschistes, Larbi Belkheir et Khaled Nezzar et présidé par le défunt Mohamed Boudiaf rappelé de son exil, le 16 Janvier 1992 et assassiné le 29 Juin de la même année, en pleine réunion publique télévisée depuis Annaba par ceux-là mêmes qui l’ont sollicité en croyant pouvoir le manipuler ;

— instauration du couvre-feu dans les grandes villes pour couvrir toutes sortes d’exactions des forces sécuritaires ;

— déportation dans le Grand Sud Algérien, par avions cargos et autres moyens de transport de l’armée, de plus de 15.000 citoyens accusés à tort ou à raison de « sympathies islamistes » et parqués dans 7 Camps de Concentration, parmi lesquels, l’ancien Site militaire de Reggane, où des centaines d’entre eux seront affectés à vie, par les radiations atomiques remontant aux essais nucléaires français des années 60 ;

— rafles et arrestations massives, de jour comme de nuit, dans les quartiers populaires, contre les islamistes ou supposés tels et dont des milliers feront partie des 15 à 20.000 « disparus », ou feront l’objet d’exécutions sommaires, c’est-à-dire  extra-judiciaires ;

— création de Tribunaux d’Exception, fonctionnant sur le mode des procédures expéditives et prononçant systématiquement les peines les plus lourdes, y compris les peines de mort ;

— apparition ex nihilo, de milices et autres escadrons de la mort et de l’assassinat ciblé, commandités par les généraux putschistes et opérant sous faux pavillon des GIA et autres groupuscules dits « terroristes », infiltrés ou créés de toutes pièces, afin de faire basculer les opinions nationale et internationale contre les islamistes ; dans les pures traditions de la « guerre psychologique », car, comme par une étrange répétition à l’identique, des méthodes de la répression coloniale dans ses épisodes les plus sanglants, on retrouvera parfois à la tête de la répression anti islamiste – terrible ironie de l’Histoire ! – jusques aux mêmes soudards en chair et en os, reconvertis entre-temps, en « généraux » de l’armée algérienne, cassant du « barbu » ou du « tango » – comme ils disent entre eux pour brocarder les islamistes –  comme il cassaient naguère du « fellaga » aux cotés des tortionnaires de Bigeard et autres Aussaresses ;

— massacres effrayants par leur sauvagerie, dans des agglomérations isolées ou à la périphérie des grandes villes, de populations civiles innocentes par centaines – en majorité des femmes et des enfants – soupçonnées de « sympathies islamistes », à l’exemple de ceux qui se sont déroulés dans le courant de l’été 1997 dans la banlieue d’Alger, à Bentalha ou à Raïs entre autres et qui ont soulevé l’indignation du monde entier. Au point de des voix autorisées de personnalités et autres organisations internationales militant pour les Droits de l’Homme, ont commencé à exiger haut et fort, une enquête internationale indépendante, pour faits de Crimes de Guerre contre les responsables de tels massacres.

 

Cette dernière tragédie a suscité une immense émotion dans une opinion internationale effrayée par l’ampleur et la sauvagerie des massacres. Un peu partout dans le monde, des voix de personnalités, et pas des moindres, se sont élevées pour exiger une enquête indépendante et l’instauration d’un Tribunal Pénal International ad-hoc, pour juger les coupables de ces Crimes de guerre, dûment documentés, sur la foi de témoignages irréfragables enregistrés par de nombreuses associations nationales indépendantes et ONG internationales.

 

Elle a aussi constitué – cette dernière tragédie –  un tournant décisif dans le cours des choses, en ce sens que les généraux putschistes, pris de panique à l’idée de devoir rendre des comptes par devant un Tribunal Pénal International ad-hoc, ont cru pouvoir échapper aux poursuites pénales en concluant avec M. Bouteflika le deal immoral et mafieux cité plus haut et aux termes duquel, moyennant sa désignation reconductible à la tête de l’Etat algérien, celui-ci s’engageait à les amnistier au plan intérieur et à les protéger, au plan extérieur, contre toute poursuite judiciaire devant un Tribunal Pénal International ad-hoc, pour les Crimes Imprescriptibles commis durant la décennie noire. Un véritable marché de dupes, quand on sait que, d’une part, les Crimes de Guerre sont Imprescriptibles  et que d’autre part, en prenant part à ce deal mafieux, M. Bouteflika relève lui-même, aux yeux du Droit pénal, du chef d’accusation de complicité et d’entrave à la Justice, a fortiori, à la Justice internationale en matière de Crimes de Guerre !. Mais qu’importe, ce deal immoral a permis à M. Bouteflika, malgré son état de sénescence avancée et ses lourds handicaps de santé –  connus même par les médecins du Val de Grâce… – de tenir la dragée haute aux généraux qui l’ont fait roi, en les menaçant, chaque fois que l’un des membres de son clan familial ou politique était dénoncé pour corruption, de ressortir les dossiers de Crimes de Guerre les concernant.

 

Ainsi donc, et comme si les malheurs de sang et de larmes de la décennie noire n’y suffisaient pas, l’arrivée au pouvoir de M. Bouteflika et de son clan, a fait entrer l’Algérie de plain-pied, dans une nouvelle décennie noire : celle de la grande corruption qui ravage quotidiennement notre pays qui a été mis en coupe réglée entre clans au pouvoir, par la prédation au grand jour des biens publics, par le bradage des ressources du pays aux intérêts étrangers, par les pillages en règle du patrimoine national et l’éclatement à intervalles réguliers, d’énormes scandales financiers et de détournements hors échelle, à coups de milliards de dollars au préjudice du peuple algérien, à la faveur du relèvement substantiel des recettes pétrolières et d’une aisance financière sans précédent, dont les surplus en devises étrangères dépassent largement aujourd’hui, le seuil de 220 milliards de dollars, gérés sous la seule responsabilité de M. Bouteflika et son clan, dans l’opacité la plus totale sans qu’aucune Institution nationale ou Autorité publique de contrôle n’en connaissent ni les adresses financières, ni la structure fiduciaire,  ni les mouvements scripturaux, ni l’emploi, ni les profits générés. Ce qui constitue en soi, un cas de forfaiture gravissime, justifiant largement la mise en accusation publique du Chef de l’Etat lui-même, de son Gouvernement et du Gouverneur de la Banque d’Algérie.

Un Chef de l’Etat corrupteur qui achète tout,  y compris la paix sociale en dilapidant des sommes énormes dans une consommation effrénée n’ayant aucun impact économique intérieur mais profitant largement à la faune adventice d’une clientèle politique de parvenus, faite de compradores, de concessionnaires et autres nouveaux riches ; au grand dam de millions de familles démunies dont certaines en sont réduites à aller fouiller les décharges publiques. Un Chef d’Etat corrupteur, devenu maître dans la pratique exécrable et immorale des enveloppes et des « mallettes », généreusement distribuées sur fonds publics, pour acheter les servilités politiques à l’intérieur ou les silences et les complaisances des puissants à l’extérieur. Pour acheter aussi, le silence ou la complaisance de certains médias bien en vue, à l’exemple du « Monde » et autres « Nouvelobs », pas très regardants sur le chapitre de la déontologie professionnelle, qui ont récemment rewrité de vulgaires pages publicitaires à l’occasion du Cinquantenaire de l’Indépendance – probablement rédigées à Alger même – et  payées rubis sur l’ongle par le clan Bouteflika à coup de centaines de milliers d’Euros, pour les transmuter en « reportages » journalistiques élogieux à la gloire d’un Chef d’Etat surréel, visiblement accroché par le syndrome de certains Ubus africains des années 70 de triste mémoire et caressant probablement des rêves impériaux et peut-être même, dynastiques…

 

En finir avec la « Françalgérie » néocoloniale.

 

Monsieur le Président,

 

La tragédie humaine qu’a vécue l’Algérie durant les années 90,  n’a nullement empêché les gouvernements français successifs de protéger leurs anciens soudards coloniaux, promus généraux en Algérie, en fermant les yeux sur les pires de leurs exactions, de leurs crimes,  relevant quasiment tous, de la qualification de Crimes de guerre, c’est-à-dire du ressort d’un TPI ad-hoc. Pis encore, ces gouvernements français successifs ont parfois commis de véritables actes de forfaiture, relevant du délit d’entrave à la Justice, comme ce fut le cas pour le général Khaled Nezzar, chef de la junte, aujourd’hui sous le coup d’une instruction judiciaire en Suisse, du chef d’accusations graves et documentées, pour fait de Crimes de Guerre… alors qu’en Avril 2001, ce même général – sur les instances pressantes de M. Bouteflika –  avait été scandaleusement soustrait à la Justice française et exfiltré sur l’Algérie par le gouvernement socialiste de cohabitation, alors dirigé par votre ami M. Jospin, qui a ainsi déshonoré la signature de la France, pays qui a ratifié la Convention de New York de 1984 contre la torture.

Ce qui laisse planer de graves interrogations, sur la nature réelle des relations entre Paris et le régime en place à Alger depuis le putsch de Janvier 1992.

Monsieur le Président,

Pardonnez-moi d’emprunter ici, l’heureuse et pertinente formule de la « Françalgérie », pour dénoncer une fois de plus, la collaboration extra-institutionnelle et contre-nature, inacceptable, entre les barbouzeries respectives des Services algériens et français, de la police politique et du renseignement, au nom du sempiternel et ô combien commode alibi, qu’est devenue la « guerre contre le terrorisme » – ce nouveau monstre du Look Ness – qui continue de couvrir tant d’exactions et tant crimes. L’expression de « guerre contre le terrorisme », cachant mal un encodage occidental sournois, pour désigner une véritable Croisade contre l’Islam, doublée d’un redéploiement néocolonial avançant à visage découvert en appuyant inconditionnellement les régimes totalitaires  et corrompus dans nos régions,

Une collaboration qui s’est singulièrement développée entre l’Algérie et la France, depuis le putsch de Janvier 1992, en-dehors du moindre contrôle, laissant de larges marges à l’arbitraire, à la manipulation et aux mensonges d’Etat, souvent nourris il est vrai – chaque fois qu’il s’agit de stigmatiser notre émigration ou l’Islam et les musulmans – par les propos irresponsables et incendiaires de vos propres ministres français de l’Intérieur, de Pasqua à Vals, en passant par les Sarkozy et autres Guéant, l’un y allant de son « Karcher » l’autre, portant des jugements d’ignare sur la Civilisation musulmane, quand l’autre crie désespérément sa fidélité éternelle – et quasi canine – à Israël sans que personne ne le lui ait demandé… Allez donc savoir là-dedans, qui est de gauche et qui est de droite… tant est devenue consensuelle et « politiquement correcte », la posture islamophobe en France.

Une collaboration qui est allée jusqu’à susciter de graves soupçons contre les Services algériens et français, portant sur l’organisation en commun, de criminelles manipulations de l’opinion publique, ainsi qu’en témoigne par exemple, la ténébreuse affaire de l’attentat terroriste de Juillet 1995, dit de la station Saint-Michel du RER à Paris, sur les circonstances duquel, aucune enquête publique parlementaire ou indépendante n’a été diligentée par les autorités françaises, pour confirmer ou démentir les graves accusations mettant en cause une manipulation criminelle organisée de concert, entre Services algériens et français, pour faire basculer l’opinion du peuple français contre les islamistes algériens établis en France ou qui y avaient trouvé refuge, afin d’échapper à la répression des milices et autres commandos, commandités par les généraux putschistes.

Sans oublier l’affaire dite des internés de Folembray où l’on vit, le 9 Novembre 1993, une opération « coup-de-poing-manipulation-spectacle » montée en coordination entre les Services algériens et les barbouzes du sulfureux Pasqua. Des policiers déboulant au petit matin et procédant brutalement aux arrestations dans leurs domiciles, devant parents, épouses et enfants, de dizaines d’algériens suspects de sympathies islamistes pour les transférer manu-militari dans une caserne de Folembray : une véritable forfaiture d’Etat, contre des algériens dont certaines résidaient depuis de longues années en France et y exerçaient régulièrement leur métier. A l’exemple de l’avocat, Me Ahmed Simozrag et de ses compagnons. d’exil, qui ont ensuite été arbitrairement exilés sans jugement et sans ressources au Burkina Faso où – faute de porter des patronymes sonnant comme Gilad Shalit –  ils continuent de moisir  depuis Août 1994, c’est-à-dire depuis 18 ans aujourd’hui, pour simple délit d’opinion islamiste, dans une indifférence criminelle totale des médias algériens et français, si prompts à larmoyer par ailleurs, sur le drame des chiens-perdus-sans-collier…

Ce qui conduit à poser d’une manière globale, le drame humain de dizaines de milliers de familles algériennes, séparées du jour au lendemain d’un des leurs, en particulier parmi les universitaires, scientifiques et autres intellectuels, qui ont choisi l’exil forcé à leur corps défendant, pour échapper à la répression des polices politiques et/ou aux persécutions procédurières et tatillonnes de l’Administration publique, en raison de leurs opinions – pas nécessairement de sensibilité islamiste – hostiles au régime corrompu des généraux et de leurs servants civils et militaires. Ce drame est encore vécu à ce jour, par des milliers de familles, malgré l’imposture dite de la « Charte pour la paix et la réconciliation nationale » et de ses textes d’application scélérats qui prétendent interdire tout débat national sur la tragédie de la décennie noire, en exigeant par ailleurs, des exilés politiques désireux de rentrer au pays, un engagement écrit, à respecter des conditions dégradantes et indignes, restreignant leur liberté citoyenne, comme le fait de renoncer à faire de la politique. Ceci dans le but ignoble et criminel, de maintenir éloignés de leur patrie, des centaines, sinon des milliers de scientifiques et chercheurs de haut standing, dont beaucoup jouissent d’une réputation internationale, maintenant ainsi, une grande nation pleine de potentialités comme l’Algérie, sous la férule d’une dictature répressive de gérontes délabrés et corrompus, qui ont perdu tout sens du réel et toute légitimité. Y compris cette légitimité « historique » dont ils se gargarisent tant, mais dont ils ont trahi la cause et les principes moraux.

 

Je n’aurais pas l’inélégance ici, d’oublier de citer les victimes françaises de la décennie noire en m’interrogeant sur la signification de ce black-out officiel observé par les deux gouvernements, sur l’odieuse affaire de l’assassinat des moines de Tibhirine en 1996, qualifié laconiquement, de « bavure » par les uns ou de « coup fourré » entre Services parallèles par les autres…Tout cela, dans l’opacité et surtout, l’impunité la plus totale, de part et d’autre.

 

 

Repentance et Traité d’amitié vont de pair

 

Monsieur le Président,

 

Le gouvernement de la France ne pourra pas se dérober indéfiniment à son devoir de solder sa dette morale historique et donc imprescriptible, d’une repentance solennelle à l’égard du peuple algérien qui en est l’ayant-droit légitime et le récipiendaire exclusif. Une repentance  dont ne sauraient l’y subroger aucunes personnes physiques, ni aucunes instances ou institutions, qui parleraient illégitimement en son nom. En termes plus clairs, ni le Chef de l’Etat actuel, ni la junte clandestine des généraux putschistes, installés au pouvoir par la violence et la fraude, ne sont qualifiés pour en revendiquer le mérite ou en retirer de quelconques dividendes politiques.

Cette reconnaissance historique est en effet incontournable qui seule, pourrait lever les obstacles socio psychologiques accumulés tout au long de l’Histoire coloniale – et même récente… et constituera un nouveau fondement juridique et moral, véritable socle auquel pourront solidement s’arrimer, les futures relations entre nos deux pays, entre nos deux peuples, fondées sur des rapports d’égal à égal, dans le strict respect réciproque de la personnalité de chacune de nos deux nations et des intérêts mutuels bien compris entre nos deux pays, loin des discours de circonstance et de l’insignifiance des gesticulations deçà-delà, des saltimbanques de la politique, ceux de Paris comme ceux d’Alger. Des relations saines et apaisées donc, d’où seront bannies les dérives des collaborations opaques, des copinages scélérats et autres magouilles  extra-institutionnelles entre Services, relevant censément de deux Etats souverains, mais qui s’autorisent en l’absence de tout contrôle politique, à faire bon marché de la légalité, de la morale, des Libertés publiques et des Droits de l’Homme.

Ce qui pose immanquablement la question de l’illégitimité du pouvoir algérien aujourd’hui en place, contre la volonté souveraine d’un peuple qui ne l’a pas désigné pour le représenter.

C’est vous dire combien, Monsieur le Président, à l’aune de ces nécessaires  préalables d’assainissement politique et moral, indispensables à la refonte des relations entre nos deux pays, entre nos deux peuples, des dossiers comme le « Grand traité d’amitié » que vous avez vous-même récemment évoqué, ou encore celui dit de l’Union pour la Méditerranée, font figure – pardonnez ma franchise – d’aimables gadgets politiciens, manifestement destinés à tromper son monde en escamotant la seule vraie problématique qui vaille qu’on s’y attelle honnêtement et loyalement en priorité : la moralisation et la normalisation des relations politiques et diplomatiques entre nos deux Etats : Une France qui n’aura pas à rougir d’une déclaration solennelle reconnaissant les crimes de la colonisation et ceux de la guerre d’Algérie, le sang des algériens n’étant en rien moins précieux que celui des juifs ou de toute autre communauté humaine martyrisée Une Algérie debout, souveraine et maîtresse de son destin, gouvernée par d’authentiques représentants du pays, tenant leur légitimité du seul peuple algérien.

 

Conclusion

Monsieur le président,

Je ne concluerai pas cette interpellation, sans vous dire toutes les préoccupations et toutes les interrogations qui pèsent sur le peuple algérien à propos de la situation confuse et opaque qui règne au Nord du Mali ; à nos frontières Sud donc, où la seule éventualité d’une présence armée de la France ou de l’Otan, suscite de profondes inquiétudes dans la mesure où il ne se trouvera pas un seul citoyen algérien digne de ce nom, à qui l’on fera accroire que le déploiement de ces forces armées étrangères signifie autre chose qu’une menace imminente et concrète contre la sécurité de notre pays et la pleine souveraineté de notre peuple sur ses territoires et sur ses ressources naturelles ; une souveraineté reconquise sur le colonialisme, au prix d’un des plus grands tributs humains que l’Histoire des guerres d’indépendances ait jamais connus et que ce peuple est prêt à rééditer, par fidélité envers ses aïeux ; par loyauté envers les centaines de milliers de martyrs de la lutte anticoloniale et de la guerre de libération ; par obéissance aux commandements de l’Islam, sacralisant la défense de la patrie.

Car, par-delà les terribles blessures qu’a endurées et continue encore d’endurer le peuple algérien, du fait de la décennie de sang découlant du Coup d’Etat criminel du 11 Janvier 1992, perpétré par une poignée de généraux putschistes contre la volonté souveraine de ce même peuple, rares sont ceux parmi les citoyens de ce pays qui commettent la grossière erreur de confondre l’Institution militaire de notre pays qu’est l’Armée Nationale Populaire, et les généraux putschistes qui auront à répondre de leurs actes.

Ceci pour vous dire qu’il ne se trouvera pas un seul citoyen algérien digne de ce nom, pour penser que notre armée, héritière d’une Armée de Libération Nationale qui a laissé son empreinte dans l’Histoire de la décolonisation, puisse se transmuter en une espèce d’armée de mercenaires auxiliaire de l’Otan, en charge de contribuer aux desseins impérialistes manifestes des puissances occidentales. Et je me demande même, si les hommes du régime en place eux-mêmes oseraient le penser.

Abdelkader DEHBI.

 

 


Nombre de lectures : 10280
17 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • fouad
    17 décembre 2012 at 19 h 43 min - Reply

    Ainsi donc, notre veritable president de la republique va nous rendre visite. Le gouverneur de la province en costume et cravate se prenant reellement pour un president de la republique de la province d’algerie, son excelencce tab djnanou, va deposer ses grosses levre sur sa joue tout en lui chantant talaa el badrou aalayna.Avec bien sur, le sourire auquel il doit à son futur hebergeur quand le peuple se decidera de l’envoyer dans la poubelle de l’histoire .Et ceci, s’il reussira à s’echapper.On est en 2013 et ce regime harki est encore dans ses vieux reflexes. Paindre la capitale afin de recevoir le prophete hollande.Je n’est jamais compris pourquoi on paint les routes les batiments quand les harkis recoivent leurs chouakers. Ca veut dire quoi ils ne savent pas que alger est devenu une foha pour ces habitants. La poubelle est devenu une oeuvre d’art chez nous , alors pourqoui ils se cassent la tête à rendre beau ce que eux ont rendu moche pendant 50 ans de harkisme.Et pour couronner sa visite on organise au chef du pays des bras d’honneur un bain de foule. L’astuce est trouvé il s’agit de le faire passer par les rues de la capitale où circulent les citoyens lamda. Sachant que lees gens sont gentils et sympatiques devant des gens connus et qu’ils voient à la television, surtout un chef d’état etranger, ils n’ont pas le choix que preter la main à ceux qu’ils nous la tend. C’est dans notre culture et notre relegion.Mais l’armada journalistique francaise est là pour faire passer ce bain de foule d’un peuple sans dignité qui reclame de la sympathie à l’égard du bourou d’hier vêtu en costume et cravate.Il faut que le peuple algerien sache que le bras d’honneur n’est ni de droite ni de gauche,il est colonialiste.




    0
  • khaled
    17 décembre 2012 at 21 h 25 min - Reply
  • hoocine
    17 décembre 2012 at 21 h 51 min - Reply

    Bien que ce factum, ne sera pas lu devant nos factotums qui vont occuper les sieges de notre antre du doigt lever des beni oui,oui,je me dois de joindre ma voix a la votre et de dire que au nom de l`Algerie et de ses habitants les Factotums qui occupent l`Apn accueilleront, leur President Francais,bien pour faire plaisir a fakhamatouhou.




    0
  • said
    17 décembre 2012 at 22 h 01 min - Reply

    Algerie 102 eme departement français.Des accords secrets existent entre les 2 rives de la mediterranée pour permettre a des quota de contingents d’ indigenes que nous sommes de s ‘installer dans la mère patrie .C est ainsi que Chaque année des centaines de milliers d algeriens s’installent en toute legalité dans un departement autre que celui d algerie. contrairement a toutes ces declarations officielles.Toutes les reactions loufoques telles que la demande de repentance ne relève d’une mise en scene concocté par les deux complices pour trompé leur monde.




    0
  • DANGER A L’HORIZON
    17 décembre 2012 at 22 h 45 min - Reply

    Je suis en accord avec la très grande partie de cette lettre ouverte, sauf sur un point :

    La « société occidentale » n’est, pour moi, « pas désormais en phase historique décadente » puisqu’elle a toujours la capacité de maintenir les pays arabo-musulmans dans la décadence et le sous-développement culturel, politique, scientifique, technique et technologique d’une part et d’autre part cette « société occidentale » arrive toujours à imposer ce qu’elle veut dans le monde par sa puissance militaire, scientifique, technique et technologique en faisant ce qu’elle veut sur la planète surtout en Palestine, au Maghreb , au Moyen Orient, en Irak etc…etc…sans qu’aucun pays arabo-musulman puisse faire quoi que ce soit envers elle ! Elle s’arroge même le droit de donner la définition de la démocratie. Et oui! Elle détient la force sur tous les plans.

    A la limite on peut parler de décadence morale de la société occidentale (et encore cela dépend de quel côté on se place), mais pas de déclin.

    Le monde arabo-musulman avant de s’occuper de charia-iser encore plus sa société (déjà musulmane en majorité) devrait se concentrer d’abord sur le développement économique, social, culturel technique, technologique de leur pays pour justement contrer cet hégémonisme sans limite de l’occident.

    Après çà, c’est-à-dire après l’effort d’ijtihâd, Dieu peut nous accueillir dans son vaste paradis ! Les chinois l’ont compris et ont donc fait leur « ijtihâd » taoïsme ou bouddhiste et c’est à partir de ce moment que les occidentaux ont commencer à les respecter !

    Si la culture politique de conquête de pouvoir dans les pays arabo-musulmans avait pour seul objectif de servir d’abord et avant tout son pays et son peuple pour l’émanciper et NON pour conforter l’individu « X » ou « Y » ou « le Zaim » ou « le tyran » ou « le monarque » ou « l’érudit en Coran » ou « même Dieu » (qui n’a jamais demandé çà à ma connaissance), eh bien on n’aurait pas attendu la venue de Chirac ou de Hollande pour les interpeller sur les droits de l’homme, l’autoritarisme, la liberté, la dictature ou l’Etat de droit.

    Donc à chacun ses responsabilités depuis le planton « bassite » jusqu’au colonel devenu général par miracle. D’ailleurs si dans notre pays la démocratie, la liberté au sens large, la séparation des pouvoirs avaient un sens, eh bien on n’aurait jamais connu ni 1965, ni 1988, ni 1991 , ni 1999.

    Nous avons tous à prendre des leçons du passé pour imaginer l’avenir.




    0
  • Djamil
    17 décembre 2012 at 22 h 52 min - Reply

    Il parait qu’on s’est trompé de personne, ce n’est pas Hollande qui sera en l’Algérie le 19 de ce mois mais le Roi Soleil selon le dispositif mis en place pour l’accueil. Il sera reçu par le Duc de Bourgogne Bouhef. Il le ramènera dans son fief de Tlemcen. Il va le nommer Docteur Honoris causa oubliant que c’est dans cette université où des étudiants algériens se sont faits tuer par la malveillance des responsable de l’université de Tab Jnanou.




    0
  • karim
    18 décembre 2012 at 10 h 36 min - Reply

    « 1. Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel.

    2. Pour atteindre leurs fins, tous les peuples peuvent disposer librement de leurs richesses et de leurs ressources naturelles, sans préjudice des obligations qui découlent de la coopération économique internationale, fondée sur le principe de l’intérêt mutuel, et du droit international. En aucun cas, un peuple ne pourra être privé de ses propres moyens de subsistance.

    3. Les Etats parties au présent Pacte, y compris ceux qui ont la responsabilité d’administrer des territoires non autonomes et des territoires sous tutelle, sont tenus de faciliter la réalisation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et de respecter ce droit, conformément aux dispositions de la Charte des Nations Unies. »

    Article premier du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

    citoyen karim




    0
  • Factum politique à l’usage du Président François Hollande en visite d’Etat à Alger. | midipress
    18 décembre 2012 at 14 h 38 min - Reply

    […] du régime en place eux-mêmes oseraient le penser.Abdelkader DEHBI.Nombre de lectures: 10 Views ici pour lire l’article depuis sa […]




    0
  • Nordine
    19 décembre 2012 at 8 h 12 min - Reply

    BWANA!, BWANA!
    Bwana Holland est arrivé en Algerie
    Bwana rend visites à ses serpillieres qui protegent ses interets
    Bwana vient controler ce qu’il faut et ce qu’il faut pas
    Bwana viens se servir ou plutot se sucré
    bwana vient rassurer ses serfs que bwana les protege(pour le moment)
    Bwana leurs garantie qu’ils n’ont pas à s’inquieter
    Bwana les motive de continuer
    Bwana les encourage à combattre le « terrorisme islamiste »
    Bwana leurs promet en cas de bon resultats beaucoup de susucre
    Bwana vient remettre les clés parceque c’est un symbole maçonnique
    Bwana est franc maçon
    Bwana fait semblant de les aimait mais du fond de son coeur Bwana n’a que du mepris et de l’inconsideration à l’egards de tels torchons.
    Bwana s’en mordra les doigts d’avoir parier sur des chiffons.
    Bwana est intelligent il sait que bientot est le changement.
    Bwana s’en debarrassera comme de vielles poubelles
    bwana s’est certain il les lacherat
    Voila Voila qui est Bwana




    0
  • papousse
    19 décembre 2012 at 12 h 59 min - Reply

    Un factum politique complet qu’il faudrait un jour ou l’autre l’évaluer financièrement pour des dommages et intérêts que la France doit payer à l’Algérie. Le solde doit être à zéro sur tous les plans pour espérer de bâtir des relations exemplaires et uniques entre les deux pays. Et que tant la France reconnaitra le régime illégitime d’Alger – qu’elle a elle même initié en 1962 – et que tant Sa parole demeurera rien que du vent, un énième blabla usuel que va faire Hollande à son tour prochainement.




    0
  • karim
    19 décembre 2012 at 13 h 12 min - Reply

    – Bonjour, je viens pour voir monsieur Berradja

    Le réceptionniste :

    – Vous avez un rendez-vous ? (en tenant d’une main le combiné du téléphone)

    – Non…

    Etonné, il repose le combiné:

    – Pourquoi voulez-vous le voir ? qui êtes-vous ?

    Je tire de mon gros classeur un quotidien à la page ou on peut lire :

    Crédibilité de la magistrature, Berradja répond à Ksentini.

    Le premier président de la Cour suprême défie les personnes doutant de la justice d’apporter des preuves.

    Je montre le papier au réceptionniste en lui disant :

    – Je suis un citoyen, j’apporte avec moi, dans ce classeur que vous voyez, des preuves formelles et tangibles, au premier président de la Cour suprême, attestant que la justice algérienne est une justice aux ordres, que celle-ci n’est rien d’autre qu’illusion…

    Le visage du réceptionniste deviens brusquement pâle et me dis :

    – Ce que vous dites est grave, je suis désoler je ne peux pas vous signaler…

    Avec un air faussement surpris, j’insiste en lui disant que c’est au concerné de décider de me recevoir ou non, et là il me dit :

    – Si j’appelle pour seulement vous annoncer, je vais avoir des problèmes par la suite, c’est certain. Comprenez-moi. Je suis désolé…

    Juste un fait ordinaire dans une conjoncture extraordinaire…

    citoyen karim




    0
  • Abdelkader Dehbi
    20 décembre 2012 at 22 h 15 min - Reply

    Beaucoup d’algériens qui ont eu le courage de regarder ce soir les retransmissions télévisées des humiliantes mascarades, allant du discours aussi vide qu’emphatique du président français devant ce qu’il a osé qualifier de « représentation nationale » au show indigne de Tlemcen, ont dû regretter amèrement que la « fin du monde » annoncée par le calendrier Maya ne soit qu’une fumisterie de farceurs pseudo scientifiques… M. Bouteflika vient-là, de laisser tomber le masque d’une imposture qui dure depuis 50 ans.




    0
  • Afif
    21 décembre 2012 at 0 h 10 min - Reply

    Balayons d’abord devant notre porte. Soyons exemplaires dans le monde dans notre comportement de musulmans. L' »ordre dominant » a-t-il obligé les foules musulmanes de plusieurs pays à manifester avec violence et dégâts après la projection d’un minable film d’un taré sioniste.

    La France, quant à elle, ne fait que défendre ses intérêts, elle doit agir dans le cadre des situations de fait : doit-elle attendre indéfiniment que les institutions algériennes soient réellement démocratiques, pour défendre ses intérêts en Algérie. Si elle le fait, elle sera vite remplacée par des puissances moins regardantes sur les droits de l’homme. Dans ce cas, à quoi bon écarter la France pour des pays peut-être encore plus voraces.

    Par conséquent, le problème ce n’est pas la France, la démocratie, ce n’est pas le problème de F. Hollande, c’est tout simplement nous-mêmes.




    0
  • Abdelkader Dehbi
    21 décembre 2012 at 8 h 25 min - Reply

    Devant l’infamie sans nom, du spectacle de l’accueil offert à M. Hollande par son « ami » Bouteflika à Tlemcen et retransmis hier soir jeudi 20 Décembre à 20 heures par la télévision algérienne je ne puis mieux exprimer mon indignation de citoyen algérien, qu’en reprenant en copie-collée, ce commentaire que m’a posté le blogueur et chroniqueur politique français bien connu, M. Georges Stanechy. — http://stanechy.over-blog.com/

    Cher Abdelkader,
    «  »Je partage ton analyse sur les “relations” franco-algériennes, ou du moins entre “oligarchies” au pouvoir dans nos deux pays.
    Dans une boutade, un ami me disait récemment : « L’OAS n’a pas réussi à s’emparer de l’Algérie. Heureusement pour les Algériens ! Mais, de l’Etat français… ». Réaction devant le bras d’honneur à l’idée d’une quelconque repentance à l’égard de l’Algérie, hautement symbolique de Gérard Longuet, ex-ministre de La Défense, etc.
    Symbolique de la voyoucratie qui nous tient lieu de « caste politique », dont l’essentiel du personnel est issu de l’ex-appareil colonial français, notamment d’Afrique du nord (Tunisie-Algérie-Maroc). Le propre père de François Hollande (Georges Gustave) est un ancien dirigeant de l’OAS. Même si le fils ne partage pas l’extrémisme du père, il y a des proximités ou des cooptations dans la “sphère dirigeante” qui ne relèvent pas du hasard, ni de la méritocratie…
    La France est, depuis un quarantaine d’années, aux mains de politiciens, et de leurs rejetons (nous en sommes à la deuxième génération), à la mentalité viscéralement coloniale et raciste. Donc, férocement arabophobes, islamophobes (donc : iranophobes, pakistanophobes, etc.), et sionistes jusqu’à l’hallucination. Le projet sioniste étant, pour eux, celui que l’OAS a raté en Algérie, et qu’ils veulent voir réussir à tout prix en Palestine…
    Autant dire que toute repentance de la part de cette engeance, pour les horreurs commises lors de la spoliation coloniale et de la guerre d’indépendance de l’Algérie, est inimaginable. Elle est pourtant, la condition fondamentale à tout pacte ou traité d’amitié fondateurs d’une nouvelle ère de relations fondées sur le respect, et même l’affection, mutuels.
    A défaut, les actes, postures, déclarations, politiques, quelles que soient leur mise en scène, de la part de l’oligarchie française ne sont que de l’hypocrisie destinée à obtenir marchés et rentes de situation pour les copains “financeurs” de caisses électorales et autres sinécures…
    Leurs manœuvres ne s’arrêtent pas là… Pire que des serpents !… L’Algérie doit rester vigilante (je sais que tu es parfaitement informé du contexte…) quant aux plans de déstabilisation et de « démembrement » qui sont actuellement sur les tables d’élucubration des « stratèges occidentaux » de tous poils… » »

    Cf : — http://abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com/article-factum-politique-a-l-usage-du-president-fran-ois-hollande-en-visite-d-etat-a-alger-113550708-comments.html#anchorComment

    Il m’a paru instructif d’informer les lescteurs de LQA, sur l’état de l’opinion d’une importante frange d’intellectuels français authentiques, souvent marginalisés par une oligarchie sans scrupules ni foi ni loi, au pouvoir en France et qui n’a rien à envier à notre faune politique.




    0
  • houda
    21 décembre 2012 at 9 h 45 min - Reply

    @ Mr Dehbi, vous avez lu dans mes pensées, j’ai eu le masochisme de regarder l’ENTV,je vous jure que j’ai souhaité de tout mon coeur que ce soit la fin du monde. que nous reste-t-il comme honneur pour vivre encore ?




    0
  • mannallah
    21 décembre 2012 at 19 h 39 min - Reply

    Merci…Ce que je viens de lire , je le sens , je le vis et combien je voudrais le DIRE…Merci Monsieur ABDELKADER DEHBI…CHOUKREN…Toute à l’heure j’écrivais et c’était pour me soulager :-Je reviens après une absence voulue ; combien d’ailleurs désirée du fait que je ne pouvais plus entendre ni les dignitaires du régime vanter les mérites de la France coloniale ni ces algériens qui courbent l’échine devant un président français qui n’arrive pas à oublier la violence de son pays en ce début du 19 ° siècle et qui se voit hélas remercier par un ALGÉRIEN ET de quelle façon..LUI BAISER LA MAIN Pour lui dire 1500 000 chahids et 132 ans de soumission qui restent à décrire tellement, les atrocités de la France coloniale sont inqualifiables puisqu’elles dépassent l’imagination..JE disais… Lui baiser la main pour lui dire L’Algérie a tourné la page…Que non ! Les ALGÉRIENS DIGNES NE VOUS PARDONNERONT PAS …Un jour prochain vous rendrez compte au peuple pour avoir souiller la mémoire de nos morts et en terre algérienne …Cette terre QUI AVAIT ALORS PAYE un lourd tribut pour retrouver une pseudo-indépendance et qui poursuit grâce à ses dignes enfants le combat pour une véritable souveraineté..NOUS L’ESPERONS PACIFIQUE ET POUR TRÈS BIENTÔT ..InchaALLAH…..Encore une fois CHOUKREN..Pour ce sublime travail….




    0
  • LE QUOTIDIEN D'ALGERIE » Vous n’êtes pas le bienvenu à Alger, M. Jean-Marc Ayrault ! (*)
    16 décembre 2013 at 18 h 46 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique