Édition du
21 November 2018

Mustapha Toumi, compositeur engagé : Il est mort le poète

Taille du texte normaleToumi poéteEl Watan le 04.04.13

Le grand poète, parolier et auteur mythique de la chanson chaâbi Sobhane Allah Ya Eltif immortalisée par cheikh El hadj M’hamed El Anka, Mustapha Toumi, est décédé, à l’âge de 76 ans, dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital Mustapha-Pacha, à Alger. «Le lion, même mort, reste un lion.» Mustapha Toumi, poète, parolier, compositeur, politicien, militant de la cause nationale et grand homme de culture, s’est éteint dans la nuit de mardi à mercredi, à l’âge de 76 ans.

L’homme à la longue barbe blanche avait rénové le melhoûn en signant, en 1970,  l’un des textes les plus emblématiques de la chanson chaâbi. La qacida Sobhane Allah Ya Eltif,  interprétée par hadj M’hamed El Anka, évoque à la fois l’injustice, la corruption, la transformation sociale et l’inversion des valeurs. Elle dresse un constat politique qui reste, 40 années plus tard, toujours d’actualité. «Je ne suis pas cultivé, écrit-il,  j’ai eu pour maîtres la faim et le dénuement.»  «Un lion déclame-t-il,  demeure un lion; même vieillissant, les loups le redoutent. On ne peut être mené et mener à la fois, tenir la barre au plus fort de la tempête. L’auteur de cette composition poétique n’est pas un illuminé.»  Se confiant sur les colonnes du journal El Watan, il disait vouloir exprimer, à travers cette qacida, ce que les Algériens vivaient. «Tout ce que je dis dans la chanson est arrivé, soulignait-il. Ce n’est pas de ma faute. Moi, j’ai prévenu. C’est l’éternel problème de Cassandre. Quand quelqu’un prévient, ça devient lui l’auteur de ce qui se produit par la suite. J’avais prévenu la régression et la régression on y est en plein dedans. On est loin de tous les schémas rationnels.»

Mustapha Toumi est né à La Casbah en 1937. Il  manifeste, très tôt, un penchant pour les arts. Il fait ainsi du théâtre radiophonique en kabyle, en arabe et des jeux radiophoniques en français. Il publie, parallèlement, des poèmes dans Alger Républicain et joue avec Mustapha Kateb dans El Kahina, théâtre de Abdallah Nekli. Il fréquente ainsi Habib Réda, Touri, Debbah, Djelloul Bachedjerah, Kazdarli, Mustapha Badie, Mohammed Hilmi, Nouria et Keltoum. Lorsque la guerre pour la Libération éclate, il participe naturellement à la radio clandestine «la Voix de l’Algérie libre et combattante» Plus tard, il exprimera sa désillusion face à ce qu’il considère comme une «révolution avortée». «Il y a eu, disait-il, des déviances volontaires ou dues à la lutte pour la prédominance et l’appropriation du pouvoir, qui ont abouti à faire, en dernier ressort, de la révolution une simple guerre de Libération.

Il y eut d’abord la grande crise de l’été 1962, au lendemain du 19 mars, qui opposa entre elles, des wilayas de l’intérieur, puis ce fut la grande empoignade entre les djounoud des frontières, dotés de matériel de combat lourd, d’une part, et les djounoud de la Wilaya IV d’autre part avec le bémol de ‘sabee snine barakat’, (sept ans, ça suffit) qu’entonnèrent les manifestants dans les rues d’Alger.» Après la mise à l’écart du journal Alger Républicain, il rejoignit Mohamed Boudia dans Alger Ce Soir, aux côtés de  Serge Michel et Malek Haddad.Dès l’ouverture démocratique des années 1990, il crée un parti politique, l’Alliance nationale des démocrates indépendants qui aura  fait long feu.
Tout au long de sa carrière de parolier, Mustapha Toumi a travaillé sur les textes d’Africa pour Myriam Makéba, Guevara pour Mohamed Lamari, Ya dellal pour Nadia, Ki lioum ki zmane pour Zerouali…

Il est aussi l’auteur du scénario, des dialogues et de la musique du film Echebka, avec la fameuse chanson Rayha Ouine. Véritable touche-à-tout, Mustapha Toumi s’était consacré à l’étude de la psychologie clinique, la parapsychologie et les phénomènes PSI (perception extra sensorielle) tout en contribuant à créer le supplément culturel d’El Moudjahid. Vers la fin de sa vie, il ambitionnait de publier un ouvrage sur les différents parlers amazighs depuis les îles Canaris et le Maroc en passant par l’oasis de Sioua, en Haute-Egypte, et jusqu’à la Palestine séculaire.


Nombre de lectures : 8898
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • khaled
    5 avril 2013 at 12 h 41 min - Reply

    Il a vécu parmi le peuple, a écrit pour le peuple et sur le peuple…

    Et il est mort parmi son peuple dans ce mouroir qu’on appelle Hôpital Mustapha….

    Que Dieu l’accueille dans son vaste paradis….




    0
  • l artiste
    6 avril 2013 at 9 h 14 min - Reply

    Bravo l artiste ,sobhane allah a mediter




    0
  • Ffateh
    7 avril 2013 at 20 h 45 min - Reply

    Ce fameux couplet « lion demeureras lion même vieux »
    et comprendre un lâche mourra lache ,une allusion aux lâches tachetés de bassesse de ceux qui gouvernent notre Algérie




    0
  • khaled
    9 avril 2013 at 11 h 53 min - Reply

    De cet exile mortel, le chant de la Casbah résonne
    Je ne sais si mon âme verra son salut éternel

    Mais, au fond de moi-même ton verbe me saigne
    De cette terre, qui un jour recueillera ce corps sans âme

    Dis-moi Maitre, toi qui a écrit l’Amour, la Vie
    Pourquoi cette Algérie est scène de guerre après guerre,

    Pourquoi, quand Alger était perdu dans les cimetières, Damas pleurait,
    Pourquoi, au moment ou Damas est perdu dans les cimetières, Alger pleure,

    Alger Pleure Damas, Alger Pleure Le Caire, Alger Pleure Baghdad,
    Sommes-nous maudits a se pleurer sur ce qu’on aime et nous mêmes….




    0
  • toumi
    27 janvier 2017 at 1 h 26 min - Reply

    Mustapha TOUMI reste aggraver dans la mémoire des algériens, il a laissé derrière lui un patrimoine culturel immortel.
    Les paroles utilisaient à l’époque sont toujours d’actualité.
    Un excellent parcours effectué par l’infatigable parolier.
    J’ai eu le plaisir de discuter durant de bons moments avec le regretté.Il a une mémoire d’éléphant et une intelligence irréprochable.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique