Édition du
27 March 2017

La folle d’Alger

Folles d'AlgerLA FOLLE D’ALGER

Roman AHMED HANIFI Amarante LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES MAGHREB, MOYEN ORIENTAlgérie 

La folle d’Alger se déroule dans les années 1990. La « sale guerre » provoqua la disparition forcée de plusieurs milliers de personnes. A l’instar des mères contre la dictature en Argentine et en Bolivie, les mères de ces disparus mènent depuis de nombreuses années une lutte difficile pour que la vérité et la justice leur soient enfin rendues. Leur combat est hélas souvent invisible, inaudible ou entravé.

 


Nombre de lectures : 6376
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Larbi Anti-DRS
    1 septembre 2014 at 12 h 00 min - Reply

    Merci pour les victimes et l’histoire.




    0
  • ExAlgérien
    1 septembre 2014 at 14 h 32 min - Reply

    Il faut persécuter ce système et l’acculer par les différentes affaires scabreuses telles que l’affaire des moines de tibhérine, l’attenta de l’aéroport, l’attentat du commissariat central, le kidnapping des français de télemly, l’archevêque d’oran, Kasdi Merbah, Bouslimani, le RER à paris, KELKAL, Boudiaf, Serkadji etc… Toutes ces histoires doivent être vivantes en permanence dans leur mémoire pour torturer jusqu’à leur dernier jour.
    A vous journalistes libres et épris de justice c’est ça la noble fonction de journaliste; il est là où la justice est bafouée pour dénoncer le mal où qu’il soit. Bon courage mes amis que justice soit faite.




    0
  • ExAlgérien
    1 septembre 2014 at 16 h 42 min - Reply

    Il faut persécuter ce système et l’acculer par les différentes affaires scabreuses telles que l’affaire des moines de tibhérine, l’attentat de l’aéroport, l’attentat du commissariat central, le kidnapping des français de télemly, l’archevêque d’oran, Kasdi Merbah, Bouslimani, le RER à paris, KELKAL, Boudiaf, Serkadji etc… Toutes ces histoires doivent être vivantes en permanence dans leur mémoire pour les torturer jusqu’à leur dernier jour.
    A vous journalistes libres et épris de justice c’est ça la noble fonction de journaliste; il est là où la justice est bafouée pour dénoncer le mal où qu’il soit. Bon courage mes amis que justice soit faite.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique