Édition du
11 December 2016

Sortir de la nuit coloniale

Colonialisme françaisSalim METREF

Entre éclipse solaire et marées hautes, la France a les yeux pétillants de joie et de curiosité. Mais en filigrane s’esquissent déjà des lendemains qui déchantent. L’arrivée des extrêmes au pouvoir en France est désormais une certitude. Et à Béziers s’invite déjà en guise de mémoire la nostalgie des causes perdues. Quel âge avait donc Robert Menard en 1962 pour avoir pu intérioriser autant de ressentiments et, disons-le sans hésitation,  de haine à l’égard de l’Algérie indépendante ? Juste 9 ans. Et peut-on à cet âge-là avoir déjà le vécu nécessaire pour s’inventer un passé, une histoire ? Né à Oran en 1957, celui qui ne cache plus ses opinions les plus radicales franchit le Rubicon et ose quelques pas de danse dans ce cercle révisionniste qui s’agrandit chaque jour en France, qui a aussi ses adeptes en Algérie, et qui n’a pas encore trouvé de réponse  ferme notamment de ce côté-ci de la Méditerranée.  

Le tonitruant et ancien président  et fondateur de Reporters sans frontières cachait-il donc si bien son jeu ? Et si sous les cendres couvent souvent les braises, celles des méchouis arrosés à l’anisette et à l’odeur insoutenable des mechtas enflammées, des « corvées de bois » et des grottes enfumées au gaz  d’où personne ne sortait jamais vivant semblent s’être  elles aussi soudainement ravivées

Mais dans la patrie du rugby, des anti-corridas et des afficionados, du linge qu’il ne faut pas étendre au balcon, du combat pour doter la police municipale d’armes véritables, le maire de Béziers trouve toujours du temps pour réécrire l’histoire. A sa manière. Robert Menard fait donc le deuil de l’Algérie française, lui qui en journaliste aguerri et impénitent a déjà entonné un livre à sa gloire.

Et  entre les drapeaux en berne  et  les rues rebaptisées s’insinue un parfum nauséabond, celui de la haine jamais récusée, de la nuit coloniale et de ses effets pervers de déstructuration et de désarticulation de sociétés entières qui ici aussi continuent de nous brouiller la vue et de rendre la visibilité incertaine.

Et  si personne ne peut contester à Robert Menard le droit d’agiter chez lui l’étendard de la France coloniale après avoir comme beaucoup d’autres de ses semblables fait son mea culpa et renoncer à défendre des causes bien plus nobles qui demandent plus de courage, récuser ses idées et les combattre  est une œuvre salvatrice.

En France aussi, les justes se sont éclipsés et le courage s’est effiloché avec les années  et sous les coups de boutoir des vrais désarrois et des fausses certitudes.  Peu importe cependant ce que Robert Menard dit où ce qu’il fait. Seul est utile de combattre toujours et  avec force et détermination ces idées fausses et le doute qu’elles induisent. Et dire aussi sans hésitation et avec conviction et  sérénité le courage et la sagesse de ceux qui en burnous et en djellabas ont depuis des siècles déjà tracé  la route !


Nombre de lectures : 2116
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • l’éveillé
    25 mars 2015 at 6 h 56 min - Reply

    ménard fait tout ça chez lui en France . en tant que maire élu, tout ce qu’il fait est légal aux yeux de la loi . il est dans ses bottes . il dit , fait , défait , baptise , débaptise autant qu’il peut et veut puisque que la loi l’y autorise . vous dites qu’il avait 9 ans en 1962 . et la mémoire monsieur metref ? vous m’étonnez sur ce point . en 1962 j’avais 4 ans et je peux vous parler de la guerre d’algerie , de ses drames et de ses souffrances comme si j’y était : il y’a quelques images , mais beaucoup de transmission de mémoire . ménard transmet la mémoire de ses proches , de ses parents , ce qu’il a vu et vécu à 9 ans ( les plus jeunes chahids avaient 13 ans dans les djebels et maquis d’algerie) . sa mémoire n’est pas la notre . que faisons nous pour transmettre la notre ? que font nos maires et consorts qui avaient 9 ans en 1962 pour transmettre la mémoire de la guerre d’algerie ? pour moi la guerre d’algerie est terminée en 1962 . le peuple de France n’est pas mon ennemi . ménard ne représente pas tous les français . balayons devant notre porte et on ne sera que mieux . restons lucides . nos problèmes sont en algerie . leur solution aussi .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos