Édition du
9 December 2016

Pour en finir (vraiment) avec le terrorisme

L'imbécileAffrontement factice entre civilisation et barbarie

Pour en finir (vraiment) avec le terrorisme

http://www.monde-diplomatique.fr/

Les attentats de Tunis et de Sanaa viennent de confirmer que les pays musulmans sont les plus touchés par les actions djihadistes contre les populations civiles. Le dernier numéro de « Manière de voir » rappelle également que, si elle permet de mobiliser l’opinion, la « guerre contre le terrorisme » contribue à l’aggravation des problèmes politiques sous-jacents, notamment au Proche-Orient.

par Alain Gresh, avril 2015

Ce fut une bataille homérique, couverte heure par heure par tous les médias du monde. L’Organisation de l’Etat islamique (OEI), qui avait conquis Mossoul en juin 2014, poursuivait son avancée fulgurante aussi bien vers Bagdad que vers la frontière turque ; elle occupait 80 % de la ville de Kobané, en Syrie. Les combats firent rage pendant plusieurs mois. Les miliciens kurdes locaux appuyés par l’aviation américaine reçurent des armes et le soutien de quelque cent cinquante soldats envoyés par le gouvernement régional du Kurdistan d’Irak. Suivis avec passion par les télévisions occidentales, les affrontements se terminèrent début 2015 par un repli de l’OEI.

Mais qui sont ces héroïques résistants qui ont coupé une des têtes de l’hydre terroriste ? Qualifiés de manière générique de « Kurdes », ils appartiennent pour la plupart au Parti de l’union démocratique (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Or le PKK figure depuis plus d’une décennie sur la liste des organisations terroristes dressée aussi bien par les Etats-Unis que par l’Union européenne. Ainsi, on peut être condamné à Paris pour « apologie du terrorisme » si l’on émet une opinion favorable au PKK ; mais à Kobané, leurs militants méritent toute notre admiration. Qui s’en étonnerait à l’heure où Washington et Téhéran négocient un accord historique sur le nucléaire et où le directeur du renseignement national américain transmet au Sénat un rapport dans lequel l’Iran et le Hezbollah ne sont plus désignés comme des entités terroristes qui menacent les intérêts des Etats-Unis (1) ?

Ce fut un été particulièrement agité. A Haïfa, un homme déposa une bombe sur un marché le 6 juillet ; vingt-trois personnes furent tuées et soixante-quinze blessées, en majorité des femmes et des enfants. Le 15, une attaque perpétrée à Jérusalem tua dix personnes et fit vingt-neuf blessés. Dix jours plus tard, une bombe explosa, toujours à Haïfa, faisant trente-neuf morts. Les victimes étaient toutes des civils et des Arabes. Dans la Palestine de 1938, ces actes furent revendiqués par l’Irgoun, bras armé de l’aile « révisionniste » du mouvement sioniste, qui donna à Israël deux premiers ministres : Menahem Begin et Itzhak Shamir (2).

Un concept flou

Résistants ? Combattants de la liberté ? Délinquants ? Barbares ? On sait que le qualificatif de « terroriste » est toujours appliqué à l’Autre, jamais à « nos combattants ». L’histoire nous a aussi appris que les terroristes d’hier peuvent devenir les dirigeants de demain. Est-ce étonnant ? Le terrorisme peut être défini — et les exemples du PKK et des groupes sionistes armés illustrent les ambiguïtés du concept — comme une forme d’action, pas comme une idéologie. Rien ne relie les groupes d’extrême droite italiens des années 1970, les Tigres tamouls et l’Armée républicaine irlandaise (Irish Republican Army, IRA), sans parler de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et du Congrès national africain (African National Congress, ANC), ces deux derniers dénoncés comme « terroristes » par Ronald Reagan, par Margaret Thatcher et, bien sûr, par M.Benyamin Netanyahou, dont le pays collaborait étroitement avec l’Afrique du Sud de l’apartheid (3).

Au mieux, on peut inscrire le terrorisme dans la liste des moyens militaires. Et, comme on l’a dit souvent, il est l’arme des faibles. Figure brillante de la révolution algérienne, arrêté par l’armée française en 1957, Larbi Ben Mhidi, chef de la région autonome d’Alger, fut interrogé sur la raison pour laquelle le Front de libération nationale (FLN) déposait des bombes camouflées au fond de couffins dans les cafés ou dans les lieux publics. « Donnez-nous vos avions, nous vous donnerons nos couffins », rétorqua-t-il à ses tortionnaires, qui allaient l’assassiner froidement quelques jours plus tard. La disproportion des moyens entre une guérilla et une armée régulière entraîne une disproportion du nombre des victimes. Si le Hamas et ses alliés doivent être considérés comme des « terroristes » pour avoir tué trois civils pendant la guerre de Gaza de l’été 2014, comment faut-il qualifier l’Etat d’Israël, qui en a massacré, selon les estimations les plus basses — celles de l’armée israélienne elle-même —, entre huit cents et mille, dont plusieurs centaines d’enfants ?

Au-delà de son caractère flou et indécis, l’usage du concept de terrorisme tend à dépolitiser les analyses et par là-même à rendre impossible toute compréhension des problèmes soulevés. Nous luttons contre l’« empire du Mal », affirmait le président George W. Bush devant le Congrès américain le 24 septembre 2001, ajoutant : « Ils haïssent ce qu’ils voient dans cette assemblée, un gouvernement démocratiquement élu. Leurs dirigeants se désignent eux-mêmes. Ils haïssent nos libertés : notre liberté religieuse, notre liberté de parole, notre liberté de voter et de nous réunir, d’être en désaccord les uns avec les autres. » Pour affronter le terrorisme, il n’est donc pas nécessaire de modifier les politiques américaines de guerre dans la région, de mettre un terme au calvaire des Palestiniens ; la seule solution tient à l’élimination physique du « barbare ». Si les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, auteurs des attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, sont mus fondamentalement par leur haine de la liberté d’expression, comme l’ont proclamé les principaux responsables politiques français, il est inutile de s’interroger sur les conséquences des politiques menées en Libye, au Mali et dans le Sahel. Le jour où l’Assemblée nationale rendait hommage aux victimes des attentats de janvier, elle votait d’un même élan la poursuite des opérations militaires françaises en Irak.

N’est-il pas temps de dresser le bilan de cette « guerre contre le terrorisme » en cours depuis 2001, du point de vue de ses objectifs affichés ? Selon le Global Terrorism Database de l’université du Maryland, Al-Qaida et ses filiales ont commis environ deux cents attentats par an entre 2007 et 2010. Ce nombre a augmenté de 300 % en 2013, avec six cents actes. Et nul doute que les chiffres de 2014 battront tous les records, avec la création du califat par M.Abou Bakr Al-Baghdadi (4). Qu’en est-il du nombre de terroristes ? Selon les estimations occidentales, vingt mille combattants étrangers ont rejoint l’OEI et les organisations extrémistes en Irak et en Syrie, dont trois mille quatre cents Européens. « Nick Rasmussen, le chef du Centre national de contre-terrorisme américain, a affirmé que le flot de combattants étrangers se rendant en Syrie dépasse de loin celui de ceux qui sont partis faire le djihad en Afghanistan, Pakistan, Irak, Yémen ou Somalie à un moment quelconque au cours de ces vingt dernières années (5). »

Ce bilan de la « guerre contre le terrorisme » serait bien fragmentaire s’il ne prenait en compte les désastres géopolitiques et humains. Depuis 2001, les Etats-Unis, parfois avec l’aide de leurs alliés, ont mené des guerres en Afghanistan, en Irak, en Libye et, de manière indirecte, au Pakistan, au Yémen et en Somalie. Bilan : l’Etat libyen a disparu, l’Etat irakien sombre dans le confessionnalisme et la guerre civile, le pouvoir afghan vacille, les talibans n’ont jamais été aussi puissants au Pakistan. Mme Condoleezza Rice, ancienne secrétaire d’Etat américaine, évoquait un « chaos constructif » en 2005 pour justifier la politique de l’administration Bush dans la région, annonçant des lendemains qui chanteraient l’hymne de la démocratie. Dix ans plus tard, le chaos s’est étendu à tout ce que les Etats-Unis appellent le « Grand Moyen-Orient », du Pakistan au Sahel. Et les populations ont été les premières victimes de cette utopie dont on a du mal à mesurer ce qu’elle a de constructif.

Des dizaines de milliers de civils ont été victimes des « bombardements ciblés », des drones, des commandos spéciaux, des arrestations arbitraires, des tortures sous l’égide de conseillers de la Central Intelligence Agency (CIA). Rien n’a été épargné, ni fêtes de mariage, ni cérémonies de naissance, ni funérailles, réduites en cendres par des tirs américains « ciblés ». Le journaliste Tom Engelhardt a relevé huit noces bombardées en Afghanistan, en Irak et au Yémen entre 2001 et 2013 (6). Quand elles sont évoquées en Occident, ce qui est rare, ces victimes, contrairement à celles que fait le « terrorisme », n’ont jamais de visage, jamais d’identité ; elles sont anonymes, « collatérales ». Pourtant, chacune a une famille, des frères et des sœurs, des parents. Faut-il s’étonner que leur souvenir alimente une haine grandissante contre les Etats-Unis et l’Occident ? Peut-on envisager que l’ancien président Bush soit traîné devant la Cour pénale internationale pour avoir envahi et détruit l’Irak ? Ces crimes jamais poursuivis confortent le crédit des discours les plus extrémistes dans la région.

En désignant l’ennemi comme une « menace existentielle », en le réduisant à l’« islamo-fascisme » comme l’a fait le premier ministre Manuel Valls, en évoquant une troisième guerre mondiale contre un nouveau totalitarisme héritier du fascisme et du communisme, l’Occident accorde à Al-Qaida et à l’OEI une visibilité, une notoriété, une stature comparable à celle de l’URSS, voire de l’Allemagne nazie. Il accroît artificiellement leur prestige et l’attraction qu’ils exercent sur ceux qui souhaitent résister à l’ordre imposé par des armées étrangères.

Certains dirigeants américains ont parfois des éclairs de lucidité. En octobre 2014, le secrétaire d’Etat John Kerry, célébrant avec les musulmans américains la « fête du sacrifice », déclarait en évoquant ses voyages dans la région et ses discussions concernant l’OEI : « Tous les dirigeants ont mentionné spontanément la nécessité d’essayer d’aboutir à la paix entre Israël et les Palestiniens, parce que [l’absence de paix] favorisait le recrutement [de l’OEI], la colère et les manifestations de la rue auxquels ces dirigeants devaient répondre. Il faut comprendre cette connexion avec l’humiliation et la perte de dignité (7). »

Il y aurait donc un rapport entre « terrorisme » et Palestine ? Entre la destruction de l’Irak et la poussée de l’OEI ? Entre les assassinats « ciblés » et la haine contre l’Occident ? Entre l’attentat du Bardo à Tunis, le démantèlement de la Libye et la misère des régions abandonnées de la Tunisie dont on espère, sans trop y croire, qu’elle recevra enfin une aide économique substantielle qui ne sera pas conditionnée aux recettes habituelles du Fonds monétaire international(FMI), créatrices d’injustices et de révoltes ?

Infléchir les politiques occidentales

Ancien de la CIA, excellent spécialiste de l’islam, Graham Fuller vient de publier un livre, A World Without Islam Un monde sans islam ») (8), dont il résume lui-même la conclusion principale : « Même s’il n’y avait pas eu une religion appelée islam ou un prophète nommé Mohammed, l’état des relations entre l’Occident et le Proche-Orient aujourd’hui serait plus ou moins inchangé. Cela peut paraître contre-intuitif, mais met en lumière un point essentiel : il existe une douzaine de bonnes raisons en dehors de l’islam et de la religion pour lesquelles les relations entre l’Occident et le Proche-Orient sont mauvaises (…)  : les croisades (une aventure économique, sociale et géopolitique occidentale), l’impérialisme, le colonialisme, le contrôle occidental des ressources du Proche-Orient en énergie, la mise en place de dictatures pro-occidentales, les interventions politiques et militaires occidentales sans fin, les frontières redessinées, la création par l’Occident de l’Etat d’Israël, les invasions et les guerres américaines, les politiques américaines biaisées et persistantes à l’égard de la question palestinienne, etc. Rien de tout cela n’a de rapport avec l’islam. Il est vrai que les réactions de la région sont de plus en plus formulées en termes religieux et culturels, c’est-à-dire musulmans ou islamiques. Ce n’est pas surprenant. Dans chaque grand affrontement, on cherche à défendre sa cause dans les termes moraux les plus élevés. C’est ce qu’ont fait aussi bien les croisés chrétiens que le communisme avec sa “lutte pour le prolétariat international” (9). »

Même s’il faut s’inquiéter des discours de haine propagés par certains prêcheurs musulmans radicaux, la réforme de l’islam relève de la responsabilité des croyants. En revanche, l’inflexion des politiques occidentales qui, depuis des décennies, alimentent chaos et haines nous incombe. Et dédaignons les conseils de tous ces experts de la « guerre contre le terrorisme ». Le plus écouté à Washington depuis trente ans n’est autre que M.Netanyahou, le premier ministre israélien, dont le livre Terrorism : How the West Can Win (10) prétend expliquer comment on peut en finir avec le terrorisme ; il sert de bréviaire à tous les nouveaux croisés. Ses recettes ont alimenté la « guerre de civilisation » et plongé la région dans un chaos dont tout indique qu’elle aura du mal à sortir.

Alain Gresh


Nombre de lectures : 2953
17 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • swiss leaks
    2 avril 2015 at 19 h 33 min - Reply

    En finir avec le terrorisme ? Facile, il suffit que les occidentaux et les USA cessent leur soutiens aux regimes despotiques et illegitimes, en soutenant les peuples opprimés ceci en intervenant militairement pour mettre fin aux dictatures.Ils interviennent bien militairement pour aider les dictatures.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • SI MEFTAH
    3 avril 2015 at 4 h 17 min - Reply

    Tout comme les articles de Ben Yamine Stora sur l’Algérie, le présent article d’Alain Grecs est bourré de contradictions dangereuses et d’idées vicieuses allant toutes à l’encontre des intérêts arabes et musulmans. Un papier très subtil mais totalement nauséabond qui ne nous apprend rien de ce que nous connaissions déjà. Je vous recommande de bien lire entre les lignes pour débusquer l’ensemble de l’idéologie tendencieuse qui y est véhiculée.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Larbi Anti-DRS
    3 avril 2015 at 10 h 18 min - Reply

    La France fournis des armes au renegats et criminels « general » Haftar pour faire de lui un president despote, criminels, et genocidaire pour que Total, la societe’ de petrole Francaise aura des concessions sur de petrole et gas de meme pour ENI l’italienne et de meme pour Sissi, qui veut remplace’ le peuple de Libye par des Egyptiens.
    Ca se passe maintenant contre tous les resolutions des nations unies et contre le droits international et pas 10 ans ou cent ans passe’.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • djamal amran
    3 avril 2015 at 18 h 52 min - Reply

    Au contraire de certains commentateurs ici, j’y vois une analyse et sans complaisance où Alain Gresh montre la duplicité occidentale, l’instrumentalisation du « djihadisme » par les USA : est terroriste qui lutte contre les intérêts occidentaux, comme ce fut le cas pour les Palestiniens combattant Israël, le PKK luttant contre l’allié turc; les « résistants » étant ceux qui les servent.
    Dans le même temps, A.Gresh dénude de leur couverture idéologique et religieuse les mouvements armés de l’OEI ou d’Alqa’ida, mais pour leur attribuer les motifs réels qui les ont fait naitre et durer : les agressions sournoises ou déclarées de l’occident, les humiliations et les spoliations de toutes natures, l’appui aux despotes locaux. Parce qu’il détient les plus puissants moyens d’action et de propagande, nous dit A.Gresh, l’occident noircit ou blanchit les uns ou les autres selon ses intérêts, sans jamais se remettre moralement ou politiquement en question lui-même.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • SI MEFTAH
    3 avril 2015 at 23 h 28 min - Reply

    Quand le sieur A. Gresh affirme que: « …Si les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, AUTEURS DES ATTENTATS (!?), contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, sont mus par….etc, etc, etc… ». Où est ici – L’OBJECTIVITÉ – dont DOIT faire montre un vrai journaliste tel que Mr. Alain GRESH? En affirmant, puisqu’il l’encrait noir sur blanc que ces jeunes sont les « auteurs » des deux attentats cités il ne fait que conforter la thèse qui fait accroire la thèse de la piste islamiste et donc terroriste. A-t-on une seule fois vu les corps de ces trois « terroristes »? La réponse est NON ! Donc…..
    De plus, Mr. A. Gresh peut-il nous donner ou nous indiquer le – VÉRITABLE – nom et prénom du tueur sanguinaire ce pseudo aboubakr al baghdadi et qui l’a créé et qui le manipule…!? NON ! Car il n’osera pas. Combien même s’il le sait….. Donc, Mr. Gresh rejoint le camp ou est du même camp que ceux qui sont en train de nous formater afin de mieux manipuler nos conscience. Dés lors, Mr. Gresh, – UNE QUESTION – Mr. Gresh: A QUI PROFITE TOUS CES CRIMES MONSTRUEUX COMMIS CONTRE DE PAUVRES INNOCENTS…??? Sûrement pas aux arabes et aux musulmans de France qui sont tous contre ces crimes abominables et les criminels, SURTOUT, qui manipulent dans l’ombre pour STIGMATISER D’AVANTAGE encore et encore… les arabes et les musulmans. Où sont dans tout cela, Mr. Gresh votre OBJECTIVITÉ et votre DÉONTOLOGIE qui DOIVENT gouverner vos écrits???

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • supplicié
    4 avril 2015 at 9 h 43 min - Reply

    Le terrorisme? c’ est le pain beni , la vache a lait, des occidentaux et les USA qui le suscitent et le provoque en soutenant les regimes illegitimes, Tout est planifé .Les occidentaux et les USA ont trouvés un faramineux moyen de faire tourner leur industrie et leur economie en vendant des armes et les technologies de guerre, aux regimes totalitaires confrontés au terrorisme dont ils'(les occidentaux) sont les geniteurs machiaveliques( tout est bien huilé).Les peuples opprimés sont aussi complices de par leur cupidité, leur lacheté et leur stupidité .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • IDIR
    4 avril 2015 at 11 h 18 min - Reply

    C’était, le 7 février 2014

    Lors de son discours à l’Assemblée, pour l’adoption de la nouvelle Constitution tunisienne, le président français déclare : « Vous montrez que la démocratie vaut pour tous les continents, toutes les civilisations, toutes les religions, toutes les cultures. Il revient toujours, à chaque Nation, d’écrire sa propre histoire. Vous avez désormais le cadre qui vous permet d’agir, une Constitution. Gardez l’esprit qui a présidé à sa fondation, a-t-il conclu.

    Et, pendant ce temps, Botul le représentant de la tribu d’Israël, né à Beni Saf, veut recommencer son messianisme en Algérie.

    Visionner : https://www.youtube.com/watch?v=rE8mxw0Qamo

    LA SECTE DES JUIFS MESSIANIQUES :

    France Télévision a diffusé mardi – 31 mars – le documentaire de son correspondant à Jérusalem Charles Enderlin, sur la montée en puissance du messianisme juif. Un éclairage salutaire sur les forces qui ont aidé Netanyahou (le croque-mort) à remporter les dernières élections et à se maintenir au pouvoir.

    A Tunis, Essebsi « le vieux président » ne commet pas de lapsus en confondant François Hollande et François Mitterrand. Hollande est de la lignée politique génération Mitterrand – En 1981, le premier voyage, de l’ancien président français à l’étranger a été devant le mur des lamentations – le subconscient d’Essebsi lui inspire sa mission de vie.

    Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=LcSI6d9UBFs

    Vous remarquerez que parmi ce flot de « bonnes intentions » qui n’engagent que ceux qui y croient, « on » ne nous dit toujours pas comment allons-nous en finir (vraiment) avec le terrorisme et changer la vie économique et sociale des peuples sans être lié au jeu de complots des juifs messianiques, un« casino de machines à sous » qui rapporte très gros.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Bensalem Omar
    4 avril 2015 at 15 h 13 min - Reply

    En ce qui me concerne, je suis d’accord sur plusieurs aspects avec tous les internautes qui interviennent ! Mais je ne suis d’accord que sur l’analyse des faits et de la situation dans les pays arabo-musulmans en général !

    En effet, il y a une chose que beaucoup ne mettent pas en valeur avant toute chose : si le monde arabo-musulman est le théâtre de troubles et de manœuvres, de décadence en tout genre ou qu’il est tourné en ridicule, c’est de leurs fautes et de responsabilité propre en premier lieu. Mettre la responsabilité de la catastrophe dans les pays arabes sur Bush, Hollande, Cameron, Netannyahou, Sarkozy, BHL ou autres est une fuite en avant !

    Tous le monde évoque souvent Malek Bennabi sur ce cite (et sa thèse sur la colonisabilité du monde musulman), et pourtant les gouvernants ne font pas en sorte de sortir leur de la domination multiforme et la déchéance dans lesquelles il se trouve ! Et donc ce qu’il faut relever d’abord c’est que le grand mal ne vient pas seulement de l’extérieur mais surtout de l’intérieur même des pays arabo-musulman : gouvernance basée depuis des lustres sur soit la monarchie, soit sur la dictature militaire, soit sur la puissance divine du chef religieux ! Et dans chaque type de gouvernance, il y a évidement la religion qui est utilisé à des fins politiques et qui vient toujours au secours des tyrans ou monarques pour légitimer leur pouvoir ! C’est une bonne méthode car ces tyrans savent que les citoyens musulmans n’osent pas parler de cet islam politique, de peur de se faire « gronder » par Dieu !

    Dans la totalité de ces pays il n’y a aucune avancée sur le plan de la gouvernance pour aller vers le respect des droits de l’homme, vers la consécration des libertés individuelles et collectives, vers la démocratie, vers l’alternance, vers la liberté de conscience, vers le progrès, etc… etc…

    Et cerise sur le gâteau, les gouvernants des pays arabo-musulmans, ces pays jadis parmi les plus prolifiques en connaissances scientifiques, ont transformé leur citoyen en tube digestif et en consommateurs effrénés de la religion mais dans son aspect le plus primaire et le plus rétrograde ! Et donc même l’islam ils l’ont souillé et réduit à un simple «examen de passage» pour accéder au «paradis céleste» , ce paradis d’en haut qui viendrait compenser l’impossible accès au « paradis terrestre ». Alors que l’islam est une religion qui incite à l’ijtihad et d’effort sur soi pour progresser dans ce bas monde ! Car si on fait un effort pour bien comprendre le message coranique, l’jtihad n’est pas seulement un effort d’illustres savants à atteindre le vrai sens des messages coraniques ou de donner les justes avis juridiques, mais c’est aussi de faire des efforts pour améliorer la connaissance et le savoir dans ce bas monde et pour apporter sa contribution pour le développement du monde au sens large du terme. Aujourd’hui malheureusement dans le cerveau inculte, acculturé et déformé de beaucoup d’entre nous, l’idjtihad et djihad sont des synonymes ! C’est grave !

    Et en plus, j’entends souvent beaucoup de citoyens dépités et contrariés dire à propos de leur gouvernants : « i’ddirou waaach ihebou , bessah kayeune rabi ». (traduction : ils (les dirigeants) ont beau faire ce qu’ils veulent mais heureusement Dieu, celui qui veille et qui voit tout, est là). Les citoyens musulmans comptent plus sur le Bon Dieu pour punir leur autocrate et leur despote que de se prendre en charge eux-mêmes pour les « dégager » ! Tout est remis entre les mains de Dieu ! Il y a une sorte de résignation et de dépit, généralisés !

    Moralité 1 : il ne faut pas toujours se plaindre ou désigner les « autres » comme étant les seuls responsables de la descente aux enfers des pays arabes !

    Moralité 2 : faisons en sorte que la religion musulmane soit préservée, protégée de la politique et des pouvoirs politiques en tout lieu et en tout temps pour ne pas en faire une arme entre les mains du terrorisme national et international ! çà c’est le rôle des vrais théologiens et des intellectuels musulmans !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

    • SI MEFTAH
      4 avril 2015 at 23 h 44 min - Reply

      Certes, ce que vous dites est parfaitement vrai mais il y a des atténuations à faire et à apporter à votre raisonnement et donc à votre analyse. Oui, il est vrai que c’est de notre faute ce qui nous arrive mais… d’autres forces étrangères y contribuent grandement tout de même. Nous savons tous que nous sommes l’objet d’affreuses manipulations de l’intérieur comme de l’extérieur.
      Tout le monde sait que l’islam d’aujourd’hui n’est pas le VÉRITABLE islam ou du moins tel qu’il devrait l’être. C’est un ISLAM POLITIQUE trés différent de l’islam tolèrent qui nous a été enseigné par nos parents. L’islam politique est fabriqué sinon concocté dans les officines des services… et vous savez ceci mieux que tout le monde. Donc, l’action extérieure est trés prenante voire trés présente qu’on le veuille ou non. Ce n’est pas une volonté délibérée de de notre part que de vouloir rejeter à tout prix sur « l’autre » nos propres fautes et nos propres tares, mais c’est la RÉALITÉ et la VÉRITÉ! Car le « remodelage » du monde dans le cadre de la mondialisation globale de la part du monde occidental et de la haute finance mondiale (banques), SURTOUT, est une exigeance vitale de la part de celui-ci contre le monde musulman. Les circonstances de l’heure et de l’avenir, la création du Grand Moyen Orient (G.M.O.) l’exigent dans la mesure ou après la destruction du communisme, il fallait trouver tout de suite un « nouveau » danger: L’ISLAM. Donc, désigner « l’autre » comme source de tous vos malheurs puisqu’il agit concrètement pour vous détruire est une RÉALITÉ….. ce n’est pas une pure fiction spéculative. Dés lors, il y a donc DEUX maux essentiels. Le premier mal, « l’autre », qui acte réellement pour vous détruire mais il y a également le second mal qui est interne et qui provient de nous mêmes: notre incapacité à bien réagir aux évènements qui NOUS SONT IMPOSÉS de….. L’EXTÉRIEUR que vous le vouliez ou pas. Ce sont deux forces interactives pas nécessairement contradictoires ni concurentielles, loin s’en faut: l’Islam et les musulmans qui sont devenus après la CHUTE du communisme, selon les banquiers et les détenteurs de la haute finance….., si vous voyez de qui je parle et à qui je fais allusion, les « ennemis » d’aujourd’hui. C’est injuste, mais c’est ainsi et on n’y peut rien. Si le communisme est tombé après 70 ans de lutte acharnée contre le monde occidental ! La lutte contre l’Islam et les musulmans par la haute finance mondiale durera au moins 100 ans….. pour le bénéfice essentiel d’Israël mais l’Islam ne disparaîtra pas comme le fût le communisme. C’est une CERTITUDE.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

      • Ahmed NOUI
        5 avril 2015 at 17 h 01 min - Reply

        @SI MEFTAH

        Dans votre réponse à l’internaute @Bensalem Omar, vous avez raison , il est désormais clair que le monde occidental, en alliance avec Israél, veut bel et bien affaiblir le monde arabe et musulman !

        Mais je suppose que ce que veut dire @Omar , c’est que si les pays arabes étaient des pays véritablement démocratiques et que les gouvernants arabes avaient plus chercher à développer économiquement leur pays, à ne pas étouffer la pensée et le débats d’idées, à former leurs citoyens par un attention particulière pour l’éducation, la science et la recherche, eh bien cela n’aurait pas été aussi facile à l’occident de faire ce qu’il veulent de nos pays ! Si les pays arabes étaient :

        – plus puissants économiquement, technologiquement et scientifiquement,
        – plus démocratique dans le fonctionnement de la politique et de leurs institutions (démocratie, alternance, respects des libertés etc..)

        … ils seraient plus forts et ne seraient pas des …. quémandeurs ou des carpettes à ce point et seraient même un peu plus souverain et moins esclaves des puissants !

        Quand on pose aux médias occidentaux, à leurs hommes politiques à leur gouvernement pourquoi on accepte qu’Israel possède l’arme nucléaire mais pas à l’Iran, ils ont une réponse implacable bien maligne : « Israêl est une démocratie ». C’est une manière subtile de contourner la question mais çà passe !

        Concernant l’islam, il est évident que l’islam ne disparaîtra pas, comme ne disparaîtra pas le christianisme, l’hindouisme ou le judaïsme ou même l’athéisme car se sont là toutes les différentes croyances ancrées chez l’homme!

        Il me semble que le sujet ici concernant la religion, c’est : « est-ce qu’il faut à tout prix que les politiques utilisent l’islam comme instrument de puissance et de domination sur les citoyens donc comme un élément de pouvoir politique ? « Est-ce que la religion musulmane est une « foi » seulement, qui est en nous et qui se respecte, ou bien est-ce que c’est une « loi » qui s’imposerait obligatoirement à toute la société ?? Là est la question à mon avis ! çà c’est un point ! Cela ne veut pas dire que c’est une manière d’affaiblir l’islam , bien au contraire , on conforte cette religion en ne la souillant pas par une proximité , une promiscuité avec la politique!

        L’autre question c’est : « faut-il condamner ….ou pas… l’utilisation ou l’évocation de l’islam et du Coran dans des guerres intestines ou des conflits internationaux ou régionaux ? Est-ce qu’il faut accepter que des « martiaux » criminels crient « allah Ouakbar » quand ils font des carnages et crient à la figure du monde que quand ils tuent c’est pour venger le prophète ou Dieu ou même plus grave « purifier » les pays musulmans en éliminant les non musulmans ??? Est-ce que tout çà sert l’islam ou pas ??? Est-ce que, dans le cas où nous les musulmans continuons de laisser ces « fous de Dieu » criaient des inepties et des stupidités sans les condamner, les laisser détruire des mausolées, des œuvres archéologiques etc…etc.. sans les condamner, nous ne serions pas un peu complice avec eux ? Laisser faire ses pitres, n’est-il pas donné des arguments à l’occident de justifier leur acharnement sur les pays arabo-musulmans ???

        Il faut donc condamner à haute voix tout çà et partout dans les pays musulmans, d’autant que certains ne cessent de nous expliquer que ce sont les puissances occidentales qui sont derrière ces actes horribles, répréhensibles et condamnables.

        Préservons, protégeons les musulmans et notre livre révélé !

        Merci à tous les lecteurs de LQA pour leurs contributions !

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

        • SI MEFTAH
          5 avril 2015 at 20 h 51 min - Reply

          @Ahmed NOUI

          Je suis parfaitement d’accord avec vous et avec Mr. Bensalem Omar. J’ai très bien compris ce que Mr. Omar voulait dire et je suis d’accord avec vous deux que les pays arabes ne sont pas démocrates et ne le seront malheureusement jamais. C’est une tragédie grandissime pour nos peuples et nos pays. Mais la nuance que j’ai apportée ou le petit bémol, si vous voulez, c’est qu’il y a DEUX FORCES malheureusement et à notre grand dam qui concourent à ce que nos pays et nos peuples soient stratifiés pour qu’ils n’évoluent pas et qu’ils n’aillent pas dans le sens de l’exercice de la démocratie que nous souhaitons tous.
          La première force, au risque de me répéter: nos dictateurs. La seconde force, ce sont ces pays dits « démocratiques » qui apportent un SOUTIENT TOTAL à ces dictateurs qui nous « gouvernent » pour nous empêcher d’aller vers cette démocratie Arlésienne dirai-je. Les pays occidentaux et à leur tête Israel et ses banquiersNE VEULENT PAS que les pays arabes/musulmans se dirigent vers la gouvernance démocratique. Nos dictateurs et les pays occidentaux avec Israel à leur tête sont des alliés stratégiques qui se soutiennent mutuellement pour nous combattre et nous détruire. Car tous deux savent pertinemment que s’ils nous laissent aller vers la voie de la démocratie cela représente pour eux un danger éminemment mortel car nous nous dirigerons vers notre propre émancipation. Celle de nos pays et de nos peuples. Donc, ils sont tous les deux complices….. c’est ce que je voulais dire.
          Je vous cite un exemple très simple Mr. Noui: l’assassinat d’un très grand Monsieur et d’un très grand Démocrate en l’espèce Mr. MECILI, paix à son âme par Malek Oumelou qui l’assassine à Paris, en plein centre de cette ville. Que fit le GOUVERNEMENT FRANÇAIS? Immédiatement, et sur ordre du président de la république française, le ministre français de l’intérieur de l’époque, Mr. Pasqua, ordonne à ses services de relâcher immédiatement le tueur de feu Mr. MECILI, de le conduire à l’aréoport d’Orly, et de l’embarquer illico presto sur le premier avion d’Air Algérie en partance pour Alger….. (à suivre)

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • IDIR
    5 avril 2015 at 12 h 14 min - Reply

    TERRORISME D’ÉTATS

    Comment en finir(vraiment) avec le terrorisme d’États, la manipulation, la propagande, la carotte ou le bâton, le paradis fiscal (boite noire de la corruption). Enfin, les attaques false flags (ou attaques sous fausse-bannière) et le contrôle des foules. Les false flags servent à maintenir – le troupeau – dans la crainte irraisonnée pendant que les terroristes financiers le pendouillent tranquillement grâce à leurs sbires-serpillières en-cravatées qui écrivent des lois pro-banques, pro-gaz de schiste, pro-cancer, pro-sectes évangélistes, pro-sectes sionistes, etc.

    France : Lettre ouverte aux traîtres à la République

    C’est à vous, députés et sénateurs qui allez bientôt voter d’une seule voix le projet de loi sur le renseignement présenté par le gouvernement, c’est à vous que ce message s’adresse.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-chemla/030415/lettre-ouverte-aux-traitres-la-republique

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Boudali
    5 avril 2015 at 18 h 27 min - Reply

    SI MEFTAH :nous continuons a faire des constats, des analyses, nous listons les causes, mais globalement ceci est due a notre incapacité chronique a nous elever au rang des nations intelligentes qui dominent le monde.La raison est en chacun de nous, notre ego, notre cupidité, notre lacheté, notre fourberie, notre stupidité, n’existent nulle part ailleurs dans ces proportions gigantesques que les notres .ceci explique pourquoi nous serons toujours dominés et meprisés.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

    • SI MEFTAH
      5 avril 2015 at 21 h 09 min - Reply

      @Boudali. Avez-vous quelque chose d’autre à nous proposer que nos: constats, nos analyses, lister les causes, notre incapacité chronique à nous élever au rang des nations « intelligentes » qui dominent….. le monde (nous, je présuppose). Proposez-nous enfin votre propre ego pour combattre notre cupidité, notre lâcheté, notre fourberie (de Scapin, je suppose), notre stupidité qui n’existerait nulle part ailleurs dans des proportions aussi gigantesques, voire dantesques que les nôtres. Ceci expliquera, peut-être et pourquoi, Inch’Allah! que nous ne SERONS JAMAIS dominés et méprisés…..

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

      • Boudali
        6 avril 2015 at 20 h 59 min - Reply

        @SI MEFTAH, Ne vous en faites pas, j’ en fais partie de cette satanée societe, je n ‘ais aucune pretention , je constate , c est mon avis ,c ‘est tout. il faut appeler un chat un chat et cessez de tourner en rond si on veut vraiment changer les lignes.Vous dites dans une magnifique langue de bois emprunté aux despotes qui n ‘aurait pas trouvé mieux , je vous cite « inchallah que nous ne serons jamais dominés et meprisés » bien que notre situation actuel depasse de loin ces adjectifs utilisés. si vous ne voyez rien du chaos qui nous devore alors il y a quelque chose qui cloche chez vous, »Il n ‘y a pas plus pire aveugle que celui qui ne veut pas voir » .

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

        • SI MEFTAH
          7 avril 2015 at 22 h 35 min - Reply

          @Boudali, concoctez-nous une solution de sortie et nous vous suivrons les yeux fermés pour ne pas continuer de tourner en rond.

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Farouk Boudebouz
    8 avril 2015 at 17 h 48 min - Reply

    Bonjour chers compatriotes lecteurs de LQA

    Je suis depuis quelque temps ce débat. Il est très intéressant avec divers avis et çà donne de l’espoir pour la marche vers la démocratie et de la liberté dans notre pays à tous !

    J’ai relevé aussi que certains internautes parlent des faiblesses en tout genre des pays arabo-musulman (ce qui est une réalité), que certains autres appellent à la condamnation de ceux qui utilisent le Coran à des fins de violence, de terrorisme ou de politique (c’est une nécessité vitale pour l’islam) et certains autres qui font appel aux intellectuels musulmans pour s’impliquer positivement pour empêcher l’islam, le vrai, de donner une mauvaise de son image légendaire !

    Eh bien, pour ce que çà intéresse, je leur propose une vidéo (interview de Ghaleb Bencheikh).

    Monsieur Bencheikh, je suppose que beaucoup le savent, est d’origine algérienne, qu’il est né à Djeddah en Arabie saoudite et que c’est un docteur en sciences. C’est le fils du Cheikh Abbas Bencheikh el Hocine et frère de Soheib Bencheikh, ancien recteur de la Grande Mosquée de Paris et ancien mufti de Marseille. Parfait bilingue (il peut même donner des leçons de français et d’histoire aux français de souche) , il est également de formation philosophique et théologique et il anime l’émission Islam dans le cadre des émissions religieuses diffusées sur une chaîne française le dimanche matin.

    Moi en ce me concerne c’est ce type de musulman que j’appelle un « intellectuel musulman » ! Pour d’autres ce n’est peut-être pas une référence, mais à chacun son avis. Voici donc pour ceux qui ont le temps, la vidéo en question pour se faire leur avis ou pour le critiquer. Pour moi, Bencheikh est sublime d’intelligence, de leçon et de dignité ! C’est peut être un peu exagéré de ma part, possible !!?

    https://youtu.be/A5JuTjWOxhA

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos