Édition du
10 December 2016

L’INTELLECTUEL EN ALGERIE

intellectuel algérienMohamed Maiz

L’Algérie est passée en un peu plus de deux décennies d’un intellectuel exclu à un intellectuel d’appareil fortement rétribué.
Dans un contexte ou se développe une précarisation générale des conditions de travail et de vie , se produit une coupure coupable du role que devrait tenir l’intellectuel Algérien envers sa communauté . Ouvriers du systéme , comment en effet peuvent ils concilier un appel a l’unité et au changement et la sécurité qu’ils ont obtenue au plan de leur propre vie? Comment peuvent ils etre porteurs d’une volonté de changement alors qu’ils sont douillettement engoncés dans un confort étranger a la majorité de leurs concitoyens ? Une telle situation qui en fait des privilégiés , aux yeux de la société comme a leurs propres yeux d’ailleurs, les rend d’une certaine maniére coupables sinon silencieux . Tout discours qu’ils pourraient tenir se révélerait immanquablement inopérant et sans impact sur la société dans un tel contexte . Leur propre position est un obstacle à l’exercice de leur fonction de parole . La disjonction réside dans le fait que l’intellectuel , non seulement s’est coupé d’une réalité , mais surtout qu’il s’inscrit inéluctablement dans le problème posé . Aux yeux de la société , comme aux siens propres , il est le problème .Pour le moins , il en est la manifestation. Il n’est plus le guide. Au nom de quoi peut il en conséquence influencer la société sur la voie du changement ? Au nom de quoi peut il la sortir de sa léthargie quand lui mémé n’aspire qu’au repos et a la quiétude d’une situation de sécurité . Comblé par la position qu’il occupe il n’est plus intéressé qu’au statu quo . Il ne cherche plus qu’a rester la ou il est , a éviter toute remise en cause , bien accroché qu’il est a sa situation . Indifférent au cours des choses et des conditions de la société autour de lui et confortablement assis dans et autour du système , il a abandonné toute toute prétention a dire son pays . Il a relégué ses responsabilités d’intellectuel pour n’en conserver que le titre .
Je termine par cet « autre » (ami mais néanmoins esclave du régime qui l’emploie) qui a la fin du diner , après lui avoir demandé qu’il avait beaucoup changé me répondit sèchement :quand on m’a appelé a ce poste , je l’ai accepté avec l’idée qu’il y avait quelque chose a faire , que j’avais un rôle a jouer . Maintenant je m’aperçois que le seul que l’on joue , c’est le maintien du statu quo et surtout ne pas questionner … Mais , vois tu , aujourd’hui a quel autre endroit pourrais -je travailler et faire vivre ma famille ?!!!!


Nombre de lectures : 2728
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • POPOY
    9 avril 2015 at 18 h 57 min - Reply

    y a si Mohamed! se ne sont pas des intellect se sont des carriéristes un œil dans la poche l’autre dans le ccp et point à la ligne
    le pays aujourd’hui mais ne le connaissent pas hier ni demain
    des carriéristes vassaux laquais et acolytes pire que les baiseurs de mains du pays voisin ouest.
    un wali et un walou
    un ministre est un vassal
    un directeur est une sangsue
    ce peuple ne devrait pas continuer a se prendre a une plèbe sinon le statut quo nous élimine pour nous rendre des serviteurs à la merci de nos maitres extérieurs
    un mot pour l opposition le terrain vaut la peine et le pouvoir a ses propres piliers il s’agit de lui ôter les principaux piliers pour qu’il s’écroule comme un château de cartes.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Dria
    9 avril 2015 at 22 h 40 min - Reply

    Ou sont les autres.

    Mais intellectuel ne rime pas obligatoirement avec poste de responsabilité, alors de grâce faisant la part des choses, si certains se sont alignés avec le pouvoir c’est qu’ ils ont bradés beaucoup de principes et doivent restreindre leurs libertés de pensés et de là, perdent automatiquement le statut d’intellectuelle au sens propre du terme.
    Mais ou est le reste ceux qui n’ont pas cautionnés ce système, les intellectuels de l’oppositions , les intellectuels tous court ceux qui disent haut et fort leurs pensées , ceux qui crient à l’injustice d’ou qu’elle émane, ceux qui défendent leurs peuples sans attendre de redevance en contre partie, ceux qui luttent pour la liberté d’expression car ils connaissent le prix , ceux qui pronent les valeurs démocratiques tout en étant spirituelle et authentiques …

    Bref , la question qui se pose ou sont les intellectuels que le systeme n’a pas pu phagocyter ? Il faut se rendre à l’évidence qu’ils sont en voie de disparition, personnellement je ne leur reconnais aucune action et pourtant une dizaine aurait pu faire inverser la vapeur ….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • l’éveillé
    11 avril 2015 at 16 h 19 min - Reply

    pas facile comme sujet . nombre de notions et de concepts à définir et à distinguer . difficile aussi de dire en quelques lignes  » le role et la place de l’intellectuel dans la société  » . peut etre qu’il est temps de faire le point sur l’état de l’intelligentsia dans le pays ? ceci dit l’histoire nous enseigne que les intellectuels peuvent porter des idées très contradictoires : intellos dans le pouvoir , intellos pour le pouvoir , intellos contre le pouvoir … il y’a à boire et à manger et malheureusement il n’ y a pas d’éthique/ de déontologie tellement c’est proche de l’idéologie .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • HOUARI
    11 avril 2015 at 16 h 30 min - Reply

    J espere que l’auteur de cet article ne s’est pas trompeé de titre . Car desormais, en Algerie j ai vraiment de la misere a croire qu’il en existe , et si c’est le cas ils se comptent au bout des doigts d’une seule main. Par contre des KHOBZISTE, des RIDICULES, des CORROMPUS et des OPPORTUNISTES oui il y ‘en a et a la pelle. Soyons serieux et un peu de bon sens
    De manière minimaliste et triviale, pour moi un intellectuel est avant tout un universitaire ayant au moins un minimum de bagage dans une discipline donnée, et dans sa manière de faire, de penser, d’agir, concilie le bon sens, l’éthique, la vérité, la probité et l’humilité. L’intellectuel est celui qui agit de façon désintéressée mais aussi celui qui de par ses activités participe à l’émergence des idées innovantes et à la production des savoirs pratiques et théoriques.
    Si nous nous entendons sur cette définition qui n’engage que ma conception de l’intellectuel et de sa façon d’agir, nous pouvons préjuger à présent que l’intellectuel est celui qui agit en respectant les différents éléments que j’ai cités plus haut à savoir : éthique, vérité, et probité ( actionnaliste ) dans l’exercice pluriel et intemporel des missions auxquelles, il accepte d’y participer.
    En fin mes chers amis Etre un intellectuel c’est être humble, critique, honnête, engagé pour le bien collectif. Tout bon citoyen même dépourvu de savoirs savants spécifiques peut adopter des attitudes d’intellectuel dans ses quotidiennetés. C’est par l’agrégation tous azimuts des comportements ancrés sur la vérité que nous Algeriens arriverons à impulser un souffle nouveau à ce pays. Avec toutes les ressources que nous disposons sans engagement effectif et réel de tous ceux que nous qualifions d’intellectuel en Algerie, notre pays restera toujours dans son état actuel. Un pays avec d’énormes ressources mais complémentement moribond et exsangue de ses dirigeants et de la mauvaise gestion dont elle subit depuis plusieurs décennies. Pour avancer nous devons faire de la rigueur morale la boussole qui oriente nos actes. Et décider en toutes circonstances que c’est l’intellect qui prime sur tout et qui guide nos manières de travailler. Si non les nullars et les mediocres n’engendrent que la mediocrité. la voyoucratie et n’encouragent que les voyous dont l’Algerie en est victimes.

    AU ROYAUME DES VOYOUS LES MEDIOCRES SONT ROI.

    GLOIRE A NOS MARTYRS

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Fred
    14 avril 2015 at 12 h 18 min - Reply

    Y a pas d’ intellectuels en Algerie, c’est des carrieristes opportunistes sans plus qui finissent par oublier tout ce qu’on leur avait appris ou du moins le peu de chose qu’on leur avait appris, ensuite ils se consacrent sur les vrais problemes a resoudre si vous voyez ce que je veux dire : leur probleme de logement ( villa etc ) leur probleme de salaire ( categorie, avantage, enveloppes de mission en Euro SVP), leur voiture de luxe, et a la fin leur retraite doree.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Fateh
    23 avril 2015 at 15 h 57 min - Reply

    Cela craint d’être intello ,je me suis imaginé un instant dans la tete d’un intellectuel pas facile les amis ,faut être courageux, mais ya le DRS qui t’attends au coin de la rue ,plutôt écrire, pareil faut aller en France ou au Qatar c’est selon ce que l’on pense et de faite vous êtes un vendu ;que reste -il precher la bonne parole aupres de notre bon vieux (jeune peuple) toujours pas évident, au bout de la quatrième personne on dira de toi que tu philosophes trop ,et entre temps on te dira on crève la dalle,……c’est quand même bizarre plus d’universitaires et trop peu d’intellos ,décidément on ne fait rien comme les autres

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos