Édition du
6 December 2016

La conférence de Bandoeng : en plus des indépendances, il y avait le rêve d’un Maghreb uni.

 

Conférence BandungJuste après le déclenchement de la guerre d’Algérie, le volet diplomatique représente une part non négligeable de l’action révolutionnaire. En effet, compte tenu de la disparité des moyens militaires, il était chimérique de miser sur une victoire militaire sur le terrain. Ainsi, bien que ces efforts soient rayés de l’histoire officielle pour ne pas reconnaitre le rôle primordial de Hocine Ait Ahmed, la diplomatie algérienne a contribué grandement à la victoire sur le colonialisme. D’ailleurs, comment peut-il autrement quand on sait que vers la fin de la guerre, il restait à peine 5000 soldats de l’ALN sur tout le territoire national? Quant au reste des forces militaires, celles-ci sont cantonnées aux frontières par Houari Boumediene –le GPRA a même voté en 1960 une résolution pour le retour des forces combattantes en Algérie – pour peser sur la prise du pouvoir après l’indépendance.

Cependant, pour rester sur le rôle capital de la diplomatie algérienne, il va de soi que celle-ci va connaitre un essor exceptionnel après la conférence de Bandoeng, qui s’est tenue du 18 au 24 avril 1955. À cette conférence, c’est Hocine Ait Ahmed, secondé par M’hamed Yazid, qui représente l’Algérie au nom du FLN historique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur mission n’est pas une sinécure. Et pour cause ! En 1955, les grands dirigeants du Tiers Monde reconnaissent plutôt Messali Hadj comme le leader désigné de l’Algérie. Cela dit, malgré le climat hostile, Hocine Ait Ahmed –arrivé, en Indonésie, deux mois avant la conférence – parvient à hisser le FLN au rang de représentant du peuple algérien.

Toutefois, à cette conférence, trois pays (Algérie, Maroc et Tunisie) unissent leurs forces pour un même objectif : reconnaitre leur cause. Ainsi, bien que la situation des pays nord-africains diffère d’un pays à un autre, les représentants des trois pays font preuve d’une grande fraternité. « Il est prévu de présenter unitairement les problèmes de nos trois pays : un Marocain ou un Algérien répondront à une question portant sur la Tunisie, un Tunisien ou un Marocain attraperont au vol une question sur l’Algérie », écrit Hocine Ait Ahmed dans les colonnes de « Jeune Afrique », le 22 mai 1985.

En tout cas, en ce qui concerne l’Algérie, cette participation constitue une grande victoire, voire un exploit. Du coup, dans l’histoire du mouvement indépendantiste algérien, il existe sans doute un avant et un après conférence Bandoeng. « C’est un succès spectaculaire, commenté au sein de toutes les délégations. Zhou En Lai (premier ministre chinois) nous reçoit avec une chaleur particulière. Il saluera, dans son discours d’ouverture, la lutte héroïque des peuples algérien, marocain et tunisien », note le fondateur de la diplomatie algérien, Hocine Ait Ahmed. Hélas, à peine les indépendances sont acquises, les trois pays se regardent en chiens de faïence. Et pourtant, avec la constitution des blocs régionaux puissants, l’Afrique du Nord ne peut pas rester en marge. Mais, pour que les promesses de Bandoeng puissent se réaliser, il faudrait que les dirigeants de ces trois pays cessent d’exploiter les crises politiques en vue de se maintenir indéfiniment aux commandes.

En guise de conclusion, il va de soi que la rencontre de Bandoeng a une double portée. D’un côté, il y a le triomphe des causes des trois pays et, dans l’autre côté, l’ébauche d’une union maghrébine. Malheureusement, si les souverainetés sont plus au moins recouvrées, il n’en est pas de même du projet commun. En plus, avec le retrait de Hocine Ait Ahmed de la vie politique et la disparition d’Abdelhamid Mehri du côté algérien, ce projet ne trouve pas d’héritiers. Cette remarque est aussi valable pour les deux autres pays. Enfin, pour qu’il y ait  une éventuelle relance de ce projet, il faudrait qu’il y ait des hommes qui reprennent les combats de Hocine Ait Ahmed, Allal El Fassi et Salah Ben Youcef, les trois représentants à la conférence de Bandoeng.

Ait Benali Boubekeur


Nombre de lectures : 2363
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ca21dz
    4 mai 2015 at 5 h 07 min - Reply

    Tres bon rappel des bonne liens qui nous liés pendant les difficultés. quelle similitude
    entre 1955 et aujourdhui on dirait le temps s’est arrêté pandant 60 ans

    Creusant dans notre passé pour cnstruiant l’avenir commun il plus que jamais d’actualité cette union du moins economique

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • k Seddikik
    4 mai 2015 at 16 h 35 min - Reply

    Merci,cher Mr Ait Benali B d’avoir pensé a « réactiver » ce vieux rêve des nationalistes algériens ! Je voudrais apporter mon humble témoignage : Si L’Hocine Ait Ahmed a toujours mis en avant cette revendication historique : Le Maghreb uni ! De Bandung à la prison de la santé,il a toujours demandé à ce que la lutte soit au niveau de toute l’Afrique du nord et dés l’indépendance de la Tunisie et alors que notre pays faisait face à d’atroces combats ,il a demandé à ce que l’union soit consacrée ,même si nous devons commencer par « TunisAlgérie  » !!!
    KS

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Si MEFTAH
    4 mai 2015 at 20 h 57 min - Reply

    Merci infiniment à Monsieur Aït Benali Boubekeur pour sa contribution sur ce sujet. Mais, à mon avis, ce projet de Maghreb « Uni » est une chimère, sincèrement. Quand on voit TOUT ce qui c’est passé depuis Juillet 62: guerre des sables 1963, la drogue envoyée par le mekhnez et le drapeau sacré Algérien qu’ils ont souillé le jour de la célébration du 1er. Novembre 54 et même avant 62: l’avion des 5 détourné sur Alger grâce à la complicité de…… et je vous aide « SI » vous acceptez de nous céder après votre indépendance – Oujda, Tindouf , Kenadsa et Béchar…. Non, merci mais je ne suis pas preneur. Allah ghaleb!

    Ferronier est maître chez soi! Que chacun reste chez lui et les vaches seront bien gardées.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

    • azwou
      6 mai 2015 at 2 h 26 min - Reply

      Toujours prompte à tordre le cou à l’histoire,la démagogie fln/drs vous étouffe le cerveau,vous n’arrivez pas à vous en débarrasser comme souhaite le faire la majorité du peuple algerien,les marocains se sont débarrasses de l’hyper centralisme makhzenien,le maroc est une monarchie millénaire constitutionnelle et parlementaire ,faites la même chose pour vous débarrasser de votre makhzen ou « makhnez » que vous applique le clan d’Oujda,heureusement que cette histoire est encore récente et que DA Lho Ait Ahmed lui même concerné par ces événements vous contre dit sur toutes les lignes ;vous avancez de faux « arguments » à dormir debout pour diviser les peuples du Maghreb,quand au Hachiche,ça fait des siècles qu’il existe et c’est maintenant que vous le découvrez, bizarre!! et le Karkoubi produit à tour de machine par Saidal et d’autres officines productrices de génériques pipi de chat et hautement plus toxique qui vient de l’algerie vers le maroc vous l’oubliez sciemment; vous servez une politique nihiliste schizophrène à la Corée du Nord,

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

      • Si MEFTAH
        6 mai 2015 at 15 h 14 min - Reply

        Mais arrêtez avec votre soit-disante monarchie « millénaire »… « constitutionnelle »… et « parlementaire » »… c’est quoi cette khalouta djalouta que vous débitez? Allez raconter cela à ceux qui sucent encore leurs pouces, pas aux algériens. Nous n’avons pas la culture de la génuflexion et du baise-main.

        Le peuple Algérien relèvera, comme toujours, TOUS les défits présents et à venir et il s’en sortira Inch’Allah… soyez-en sûr et certain. Comme il a toujours relevé – TOUS – les défis par le passé. Mais nous le ferons dans le calme et la paix sociale car nous ne voulons pas détruire notre pays pour lequel se sont sacrifiés un million et demi de martyrs.

        En réalité, c’est cela que vous n’arrivez pas encore à avaler et qui vous ai resté au travers de la gorge. Celui de voir – L’ALGÉRIE A FEU ET A SANG – Et bien non! On ne vous donnera pas ce « plaisir ». Et l’Algérie sortira vainqueur et non vaincue grâce à ses enfants qui sauront, comme toujours, relever TOUS le défis pour la sauver. Même si elle est, aujourd’hui, dans la gueule du loup…

        Il faut que vous sachiez, une fois pour toute, la chose suivante:

        NOUS NE SOMMES PAS TOMBÉS DE LA DERNIERE PLUIE. CAR L’ALGERIE POUR NOUS EST UNE AMANA QUI NOUS A ÉTÉ LAISSÉE COMME LEG SACRÉ PAR NOS CHOUHADAS AL ABRAR…!!!

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

        • hussein sharif
          6 mai 2015 at 21 h 40 min - Reply

          En Algérie, cette grossière histoire de l’avion des 5 détourné sur Alger à cause de la complicité du Palais Royal, est relayé exclusivement par des harkis du système, les Daf, les faux moujahidines et autres rats des frontières.
          En revanche, tout ce que compte l’Algérie de vrais Moujahidines, d’hommes d’honneurs, H.Ait Ahmed en premier , l’ont formellement démenti, et à vous – TarT ma3za – ça ne vous donne pas à réfléchir ????

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

        • azwou
          6 mai 2015 at 22 h 19 min - Reply

          Parlez pour vous même,vous n’êtes pas élu de dieu pour parler à la place des autres,l’epoque du parti unique est révolue,gardez votre frustration pour vous même,quand aux chouhada al abrare vous êtes le premier a les avoir trahi et puis cessez d’en faire un fond de commerce politique pour assouvir votre idéologie fln/drs.

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Boubekeur Ait Benali
    5 mai 2015 at 19 h 36 min - Reply

    @ Mrs Seddiki et Si Meftah.
    D’emblée, je suis content que vous ayez trouvé ce rappel historique intéressant. Cela dit, entre les espérances d’un Maghreb uni d’hier et les dissensions des régimes successifs des trois pays, il existe un véritable gouffre. À vrai dire, une telle alliance entre les trois peuples est rendue impossible par l’aveuglement de ces régimes à ne pas tolérer l’instauration d’un libre débat. Car, ce projet nécessite avant tout une concertation des peuples respectifs. Or, ce débat libre menace l’existence des régimes autoritaires. C’est pour cette raison qu’aucun de ces régimes n’a souhaité la concrétisation des promesses de Bandoeng. Enfin, je tiens à dire que ce point de vue n’est qu’une réflexion personnelle. Partant, il se peut que je passe à côté de la plaque.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Si MEFTAH
    6 mai 2015 at 15 h 27 min - Reply

    @Mr. Boubeker Aït Benali
    Encore une fois, je vous réitère tous mes remerciements ainsi que toutes mes félicitations pour votre article et je peux vous garantir que vous n’êtes nullement passé à côté de la plaque comme vous le dites, croyez-moi, loin s’en faut.
    Merci.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • hussein sharif
    6 mai 2015 at 23 h 17 min - Reply

     » En plus, avec le retrait de Hocine Ait Ahmed de la vie politique et la disparition d’Abdelhamid Mehri du côté algérien, ce projet ne trouve pas d’héritiers. Cette remarque est aussi valable pour les deux autres pays. »

    Je ne sais pas pour la Tunisie, en ce qui concerne le Maroc le projet d’Union du Maghreb Amazigh n’est plus l’affaire de telle ou telle personnalité mais c’est le projet stratégique de l’Etat marocain et j’en veut pour preuve la fin de non-recevoir opposé par le Maroc au projet d’union proposé par les monarchies du Golf en 2011.
    Je me rappelle qu’ à l’époque, le communiqué du gouvernement sur la décision du rejet de ce projet par le Maroc est tombé presque immédiatement, 2 ou 3 jours après les premières indiscrétions de la presse concernant l’offre des saoudiens et leurs alliés.
    Dans ce communiqué, relayé par la MAP, le Maroc réaffirmait clairement que le projet de l’Union du Maghreb Arabe ( « arabe » parceque le ridicule ne tue personne de rire à la MAP) reste le choix stratégique de l’Etat marocain, tout en restant ouvert à tout projet d’alliance et de collaboration le plus avancé possible avec les pays « frères » du Golf arabo-persique.
    Maintenant, on peut dire tout ce qu’ont veut du makhzen marocain, mais on ne peut que se filiciter de cette prise de position qui nous fait croire que ce makhzen, malgré tout, est capable de faire les choix justes quand celles-ci concèrnent l’avenir des marocains et de tous les maghrébins.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos