Édition du
6 December 2016

Le devoir d’écriture

8 mai 45 bAhmed Halfaoui

Il y a tellement de choses qui ont été dites sur le 8 mai 1945 de Sétif, Kherrata, Guelma, livrées à la lâcheté criminelle de l’armée et des milices coloniales, celui des douars soumis au feu du ciel, quand d’autres feux, festifs ceux-là, illuminaient de leurs couleurs les nuits parisiennes et celles de toutes les villes et villages de France.

Il y a tellement de choses qui ont été racontées sur les fusillades, sur les exécutions sommaires, sur les lynchages et sur les cadavres amoncelés en charniers, pour l’exemple, quand les bals musettes faisaient vibrer les places des villes et villages de France.

Il y a tellement de choses qui ont été écrites, qu’il semble qu’il n’y a plus rien qui vaille la peine de dire, de raconter, d’écrire l’innommable barbarie qui a meurtri à jamais la mémoire algérienne.

Pourtant, il faut continuer à en parler, à redire, à répéter et à réécrire, sans cesse.

Parce que se taire, c’est lâcher la bride aux criminels, c’est peut-être même leur donner raison. Car la bête est toujours à l’œuvre et ne semble pas près de renoncer.

Elle revient plus féroce et plus déterminée que jamais, sous d’autres oripeaux qui cachent mal ses desseins morbides. Elle n’a pas désarmé et n’a jamais cessé de rêver de puissance et de prédation. Elle rode autour de la proie, qu’elle voudrait voir tomber pour l’aider à mourir, pour se vautrer ensuite dans son sang. Elle voudrait même l’aider à succomber. Elle l’y pousse.

Au nom des mêmes principes qu’elle brandissait du temps des conquêtes sans risques, quand elle a « civilisé » dans leur sang les « indigènes » à travers le monde.
Elle a le sourire aux lèvres et la main sur le cœur, elle crie à la bienfaisance de ses bombardements « révolutionnaires » et de ses guerres « zéro mort ». La bête, la barbarie, qui a massacré hommes, femmes et enfants, notre peuple, il y a 70 ans, il y a 61 ans, il y a 185 ans, tout au long d’un horrible déni de droit, est la même que celle qui chante cette « démocratie » revisitée.

Pour cela, ne pas se taire, jamais, convoquer le souvenir, la mémoire des victimes, faire revivre sans cesse le passé de la bête, si réel, si présent, si menaçant. Ce 8 mai 2015, nous ne devrions pas faillir à la mémoire des dizaines de milliers d’Algériens qui ont témoigné et qui témoignent par leur mort, par delà les années, de l’infamie colonialiste.

 

 


Nombre de lectures : 2993
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Dria
    5 mai 2015 at 15 h 12 min - Reply

    Trés bien dis écris et résumé. Que cette puissance, au nom de la démocratie « revisitée » cautionne un président APHASIQUE, qu’elle sache que le peuple n’est pas et ne sera jamais AMNÉSIQUE.

    Mais il faut se rendre à l’évidence que les tenants du pouvoir on fait plus de mal à ce peuple libéré du joug du colonialisme que le colonialisme lui même. si les premiers agissaient dans l’intérêt de leur peuples, nos dérigeants agissent ainsi au nom de qui et pourquoi????

    Gloire à nos martyrs d’hier et d’aujourd’hui.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Fachhadou
    8 mai 2015 at 22 h 10 min - Reply

    > L’HOMME DE L’AVENIR EST CELUI QUI A DE LA MÉMOIRE.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Nordine
    11 mai 2015 at 16 h 49 min - Reply

    nos gouvernants ne peuvent plus et ne pourrons plus dire raconter ou sortir je ne sais quoi sur les souffrances endurés par les français durant la période colonial et celle de la guerre d’Algérie , vous savez pourquoi :
    tous ont investis l argent volé du peuple en france , si ils ont le malheur de chucoter quoique ce soit sur la france leur patrie, les fromages vont les degagés pire que des rats d’egoute parcequ’ils le sont deja
    avez vous constater comment ils ont considéré les harkis en 62 !!! hé bien ce sera pire pour les voleurs de notre pays
    AMIN

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos