Édition du
6 December 2016

KHALIFA. Le fils, les parrains et Hizb frança

Publié par Saoudi Abdelaziz

http://www.algerieinfos-saoudi.com

Photo DR

Photo DR

L’Etat et la finance françaises ont-ils utilisé un des atavismes génétiques du système algérien, symbolisé par le golden boy, pour imposer la prééminence des banques françaises en Algérie?

L’Algérie est un pays où, plus qu’ailleurs, la filiation d’un individu est l’une des clés de son itinéraires. Dans un commentaire à un article du Matin-dz, en février 2008, un lecteur Wahab Benidir écrivait : « Le GoldenBoy est le digne descendant de son père, Laaroussi Khalifa un ancien du MALG de la frontière occcidentale de l’Algérie. Beaucoup de choses en commun : dans les années 60 le papa était DG d’Air Algérie -Fin 90 le gosse réalise son rêve d’enfance en devenant PDG de Khalifa Airways – Le père a longtemps vécu en Angleterre (Ambassadeur d’Algérie) : le gamin y est pour trés longtemps. Drôles de coincidences quand même. Mais il faut quand même précisé par honnêteté que Moumene-Rafik a commencé à installer son empire avant l’arrivée de l’actuel président. Qu’en est-il exactement ? Des intervenants bien informés pourront-ils fournir une ou des explications ? Merci à toutes et à tous ».

En octobre 2002, « Lorsque l’étoile L’étoile du milliardaire algérien Khalifa  commence à pâlir« , ainsi que le titrait le Canard Enchaîné, la presse française s’est penché sur l’itinéraire du golden boy, qui avait été adopté puis déchu par la jet-set. Il faut toutefois noter que ces enquêtes à charge étaient notamment alimentées par les informations de la DGSE. La finance français voulait-elle briser la concurrence?

Un câble de l’ambassade américaine d’Alger vers Washington, paru sur notre blog le 6 septembre 2011 sous le titre  Wikileaks et « Hizb frança », rapporte l’entrevue de l’ambassade US Robert S. Ford d’Alger vers Washington relate une entrevue en date du 31 janvier 2007 avec expert financier algérien: «Mohamed Ghernaout nous a dit que la liquidation de Khalifa relève d’un deal entre les dirigeants algériens et le renseignement français, justement pour laisser le champ libre aux banques françaises en Algérie. Il nous a dit aussi que Khalifa est devenu trop grand en un tout petit laps de temps. Les Français, qui voulaient avoir leur part du gâteau, ont misé sur l’imprudence du playboy Abdelmoumen pour appuyer leur thèse et faire tomber la banque». Et, semble-t-il, l’analyse de Ghernaout a marqué l’Américain : «sa prophétie est devenue réalité. En ces dernières années, les banques françaises, Société Générale et BNP Paribas qui ont ouvert plus de 50 succursales en Algérie ont affiché leurs intentions à reprendre le Crédit populaire algérien (CPA), listé parmi les sociétés privatisables». (Câble publié dans Le Soir d’Algérie du 6/9/2011).

Dans le journal Libération, « Pour situer le fils, chercher le père » est un intertitre  de l’enquête intitulée ‘ »La face caché de l’Empire Khalifa » réalisée par Renaud Le cadre, Florence Aubens, José Garçon et Cédric Mathiot,  paru le 30 octobre 2002. EXTRAIT:

En Algérie, Khalifa affiche 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires, 200 millions de bénéfices et 12 000 employés. Pourtant, ce fleuron national, «symbole de l’avenir du pays», loue absolument tout, jusqu’à ses bureaux d’Alger. «Comme s’il voulait pouvoir plier boutique du jour au lendemain», note un économiste. Quelle que soit la manière dont on tente d’agencer les pièces du puzzle, il y en a toujours une qui ne colle pas. Et l’éblouissante aventure plonge soudain dans les rouages secrets du pouvoir algérien.

Dans sa version officielle, un mot est sans cesse brandi pour éclairer la saga Khalifa : la chance. L’hagiographie du jeune homme, publiée l’an dernier, raconte ainsi une succession abracadabrante de miracles qui lui auraient permis de décrocher autorisations bancaires ou aéronautiques là où «d’autres n’ont plus d’ongles à force d’essayer d’entrouvrir la porte d’un puissant», selon les termes d’un cadre algérien.

Car la construction de l’empire conduit dans la pénombre des antichambres du pouvoir où l’élite algérienne ne se renouvelle que par cooptation. «Pour situer le fils, cherchez le père.» Celui de Rafik s’appelle Laroussi et on pénètre avec lui dans une dimension qui va bien au-delà de la simple réussite financière. Il va lui léguer quelque chose qui, en Algérie, n’a pas de prix : plus qu’un nom, une appartenance.

Car Laroussi est l’un des organisateurs de ce qui deviendra, après l’indépendance, la Sécurité militaire (SM), la toute-puissante police politique, ce cercle fermé qui constitue toujours la colonne vertébrale du régime. Pendant la guerre, on le retrouve en effet à Tripoli, en Libye, où est basé le Malg (ministère de l’Armement, des Liaisons générales et des Communications), l’ancêtre des «services» algériens. Il y devient directeur de cabinet d’Abdelhafid Boussouf, le «patron» du Malg, l’un des hommes forts des appareils militaires qui vont présider aux destinées de l’Algérie.

L’argent des autres…

Dans le Le Canard Enchaîné repris par Algérie-watch, Nicolas Beau, écrivait le 23 octobre 2012:

 » Khalifa lave plus blanc.  » Voilà comment la rue, à Alger, résume la formidable réussite de Rafik Khalifat, qui, à trente-six ans, a déjà investi des milliards de francs. Une insinuation relayée en France par l’ancien candidat Vert Noël Mamère. Lequel devant la formation d’une commission d’enquête sur le groupe algérien.

La croissance de ce dernier doit beaucoup en effet à la puissance des réseaux issus du ministère algérien de l’Armement et des Liaison générales (le MALG, pour les initiés), ancêtre pendant la guerre Algérie de la redoutable sécurité militaire. Le père de Rafik, Laaroussi Khalifa, en fut le secrétaire général et joua à ce titre un rôle décisif dans les accords d’Evian en 1962, avant de devenir ministre de Ben Bella, puis patron d’Air Algérie. Au début des années soixante, ce puissant personnage s’intéressera, dit-on, au partage du trésor de guerre que le FLN avait planqué en Suisse.
Le groupe Khalifa ne manque pas de relations, les dirigeants du Mouvement social pour la paix (ex-Hamas) du cheikh Nahnah, par exemple. Soutenus par le régime algérien, ces islamistes légaux ont, pour la plupart d’entre eux, fait fortune dans la région de Blida, l’ancienne cité des roses, fief de Khalifa père. Et les fonds dont ils disposent se trouvent bien au chaud dans les agences de la Khalifa Bank, où ils bénéficient d’une confortable rémunération de près de 20%.
Dernier appui, et pas le moindre, l’entourage du président algérien. Avant de se faire élire par les généraux, et durant sa longue traversée du désert, Bouteflika a pu compter sur le soutien d’un milliardaire algérien, proche de la famille Khalifa, Abdelkader Koudjeti, qui réside toujours à Paris. Et le frère de Bouteflika, est l’avocat-conseil de Khalifa Airways. Quant au général Larbi Belkheir, actuel directeur du cabinet du président, il veille à la bonne marche du groupe, et sa famille est invitée aux fêtes données à Paris par Khalifa.

 


Nombre de lectures : 4913
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamal
    12 mai 2015 at 20 h 57 min - Reply

    SaoudiAbdelaziz, votre papier est un mélange, bref une vraie pizza:
    1) Laroussi Khelifa a été ambassadeur à Londres de 1964à 1965,son fils Abdelmoumen est né en 1966 et n’a jamais vécu en Angleterre à cette époque.
    Khelifa Laroussi n’a rien à voir avec la sécurité militaire qui est née après le coup d’etat de 1965. Il a arrêté toute activité de renseignement à l’indépendance!
    Le reste des informations de votre papier font référence à des journalistes français ennemis de l’algérie, qui ont contribué à la chute du groupe khalifa pour faire place nette aux banques et compagnies aériennes françaises!En fait je ne voulais même pas réagir à cet article qui entre dans la campagne de désinformation contre khalia orchestrée depuis 2002.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • fahim
    12 mai 2015 at 21 h 29 min - Reply

    cette analyse conduit a déduire que khalifa et d’autres milliardaires avant lui comme djilali mehri etc …représente les caisses noires de la SM .
    Désolant qu’aucune investigation ne soit faite sur les dégâts collatéraux ,des milliers de pilotes d’air algerie recrutés par khalifa airways laissés sur le carreaux et ordre donné a air algerie et son dg de l’époque de ne pas les reprendre…des pilotes formés par l’état a l’étranger…obligés de s’expatrier ,repris par les compagnies du golf…cela s’appelle un crime économique , complot,une déstructuration sociale de l’algerie en tant que nation ,une déportation déguisée d’algériens sous d’autres cieux pour faire place aux hordes venus d’ailleurs dans l’algerois sous chadli,
    on est d’accord que ce complot dont l’émergence de khalifa date d’avant bouteflika .
    NB;je ne vois absolument pas comment peut on encore dire ou reprendre les expressions imbéciles de  »la redoutable SM »qui a semé l’horreur et le chaos de notre pays avec ses caisses noires de milliards détournés par ces montages via des ridicules bergers devenus des .milliardaires …Mehri le nègre avec ses crocs et le berger de benidouala le rab rab (rab ntâa rab edzair toufik )

    voir  »de la guerre a la guerre  »de miloud zatar qu’on a tenté de liquider a plusieurs reprises …le chaos des hordes sauvages de chadli benguedid
    ces hordes ont pris place dans le grand alger à tous les niveaux socio profesionnels et pratiquent le  » behind and wait  » après avoir volés des centaines de terres agricoles a l’est ,a l’ouest d’alger pour construire des cités entières de villas et de commerces (‘cheraga ,ouled fayet dely brahim,,etc,)et deportés des milliers d’algérois dont tout le monde connaît l’origine ethnique ,
    j’ai pleuré quand j’ai vu qu’ils ont déplacé les anciennes halles et le chouaa de bouzelouf vers un de leur fief mafieux ,draria
    je souhaite un grand chaos pour mettre a terre le complot des criminels de l’ère chadli ne deplaise aux colporteurs des antithèses qui essuient le couteau sur le dos de l’époque bouteflika qui a fini d’achever l’état et la nation,
    je souhaite que le QDA ne me censurera pas ,malheureusement le matin dz fonctionne en circuit fermé seuls quelques personnes 5 ou 6 animent les articles et cloue le bec a la majorité,
    en ne validant même pas nos inscriptions pour participer a ce journal qui se dit journal d’idées et de débats ,j’ai tente avec d’autres pseudos mais ils ont sûrement les IP de nos ordinateurs ,
    pauvre Algérie ,

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 12

    • hamin
      15 mai 2015 at 9 h 55 min - Reply

      Bonjour, Quel Matin DZ ?! sont tous complice de ce pouvoir et de la france tous les journaux à l’exception pré de ce quotidien et el watan quoi que el watan ne publie les commentaires qui critique la France et son rôle d’influence dans les affaires d’algérie… tous ce système tombera un jour car n’a pas de base de tenir plus longtemps…..

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • mansour
    13 mai 2015 at 21 h 06 min - Reply

    A défaut de justice corrompue et détruite par la mise en place des réseaux DRS en son sein ou autre espions qu’il appartient justement au DRS de dénoncer publiquement sil existe d’autre officines occultes du FLN , que les journaux qui se disent libres ouvrent une tribune  »spéciale » ‘aux petits épargnants POUR LES DENOMBRER et apporter leurs témoignages .Nombreux ils ont mis leur argent chez khalifabank, ils n’ont jamais été indemnisés contrairement aux informations et allégations colportées par ces joujoux de la presse dite fallacieusement indépendante ,complices de l’obscurité qui règne partout dans la jungle qu »est devenue notre pauvre algerie
    livrée aux chiens
    mon cousin maternel 51 célibataire chômeur voulait se suicider quand il a perdu 380milions que ses grands frères ont déposé a son compte pour quitter la maison familiale occupée par le frère aîné devenu grand père et ses 11 enfants .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • ca21dz
    15 mai 2015 at 12 h 42 min - Reply

    Cette analyse montre une chose tres importante et medité dessus, c’est que l’algerie n’est pas sortie idemne et n’a pas eu son indépondance complete d’ailleur meme pas besoisn de cette analyse en réalité, rien que voir l’état des chose on comprend tous,
    L’erreur de Kalifa et ces mentor est de s’etablir en France, meme si je ne suis pas d’accord avec lui, mais au moins il devait s’etablir ailleur si il a une bonne intention de donner un exemple de reussite a ce pays qui deverait un jour au l’autre d »clarer pays

    A bonne eenttedeur

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Afrite Mohamed
    15 mai 2015 at 13 h 02 min - Reply

    Ya sahbi @Saoudi Abdelaziz

    Tu parles de Hizb françà, alors que des algériens type arabo- islamistes , de simples algériens musulmans convaincus, des algériens non croyants et même des anciens moudjahed qui tiennent aux « constantes nationales » (thaouabètes) n’ont qu’un seul rêve ; allez vivre en France (surtout) , en Suède ou en Suisse !
    C’est un vrai paradoxe mon frère !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Toufik Lamraoui
    16 mai 2015 at 16 h 12 min - Reply

    @Afrite Mohamed

    Je partage complétement ton avis ! Tu as raison d’évoquer cette fascination envers l’occident (pourtant kofars) qu’a une bonne grosse partie des citoyens et des dirigeants des pays arabo-musulmans.

    A titre d’exemple, chez nous en Algérie, les anciens moudjahed du FLN qui appellent tous les matins la France à se repentir et qui traitent ceux qui ne sont pas d’accord avec eux de harkis et de hizb frança, eh bien ce sont eux les premiers à aller investir dans des logements à l’Etranger dans les pays des « kofars » , pour aller s’y soigner et pour aller y vivre en famille avec toute leur progéniture, y compris leurs mères et belles-mères etc… etc.. !

    Le hizb françà , ce ne sont pas uniquement les galonnés des tagarins, les francisants, le DRS ou le gouvernement , pourquoi ? Et bien il faut reconnaître que beaucoup d’entre nous citoyens algériens (et même ceux de l’ensemble des pays arabo-musulmans) rêvons d’aller y vivre dans ces pays de la liberté et pourtant nous sommes farouchement réfractaire, dans nos propres pays, au changement. On refuse de se départir de nos mentalités dites «conservatrices » , très souvent rétrogrades et arriérés. La majorité d’entre nous refusons qu’il y ait dans nos propre pays l’ouverture, le progrès, l’émancipation, la liberté, la démocratie et la modernité, en revanche on fait tout pour aller chercher toutes ces valeurs … ailleurs !

    C’est pour moi un grand paradoxe, … paradoxalement paradoxal !!!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos