Édition du
5 December 2016

Le DRS algérien grand perdant de la guérilla judiciaire contre Bouteflika

– mondafrique.com le

Le Tribunal d’Alger, a rendu son verdict, le jeudi 7 mai, dans le scandale de l’autoroute Est Ouest. Le proches des militaires ont été lourdement condamnés, le DRS accusé de torture, et les ministres de Bouteflika innocentés. Récit.

Pendant les dix années qu’aura duré le scandale de l’autoroute Est-Ouest, les clans qui se disputent le pouvoir en Algérie se sont mené une guerre sans merci. À travers les enquêtes judiciaires et les articles orientés dans la presse, les hommes d’Abdelaziz Bouteflika, chef de l’État depuis 1999 et ceux du général Toufik, puissant patron du DRS depuis un quart de siècle, ont livré à l’opinion publique les noms des coupables supposés.

Des accusations de torture, une première !

Et des corrompus, il y en avait une pelletée durant ces travaux pharaoniques. Cinq milliards de pots-de-vin ont été distribués. C’est ainsi qu’ont été suspectés d’être arrosés des centaines d’élus locaux, des patrons du BTP, proches de la présidence, comme le puissant Ali Haddad, dont le groupe industriel est à l’origine de tronçons défectueux, des gradés et de modestes chefs de service et enfin les entourages des principaux ministres concernés — dont celui des Travaux publics, Amar Ghoul, qui possède incontestablement la médaille d’or des marchés arrangés.

Dans le dernier round, la guérilla judiciaire a tourné au profit de la Présidence qui a remporté une incontestable victoire contre les frères ennemis du DRS. La cohabitation entre Bouteflika et Toufik, les deux pôles du pouvoir algérien, a pris un sacré coup dans l’aile. À quand la prochaine manche? Le paradoxe veut que les grands perdants in fine de cette saga judiciaire, les services algériens, aient été à l’origine de l’éclatement du scandale. Ce sont eux qui ont dénoncé, les premiers, les embrouilles financières avec les sociétés chinoises, japonaises et canadiennes.

Pierre Falcone, dit « la Banane »

Nous sommes en 2008, un an avant la réélection d’Abdelaziz Bouteflika pour un troisième mandat. Des contacts sont pris à Pékin pour lancer des appels d’offre avec des groupes de BTP chinois. Le ministre des Affaires étrangères d’alors, Mohamed Bedjaoui, ainsi qu’un général du DRS, sont à la manœuvre entre Pékin et Alger. Les deux composantes du pouvoir algérien sont représentées par l’aréopage qui négocie les contrats. Personne, à ce stade, ne se sentait lésé. Mais la trêve sera de courte durée.

Du coté chinois, le principal négociateur est  l’intermédiaire multicartes Pierre Falcone, héros judiciaire du scandale de l’ « Angolagate » en France, où l’on vit Charles Pasqua et ses principaux lieutenants condamnés par la justice en octobre 2009 dans une affaire de trafic d’armes entre l’Angola et la France. Pierre Falcone, qui s’est reconverti depuis dans l’intermédiation à Pékin, connait fort bien l’Algérie. Son propre père dirigeait avant l’indépendance une société prospère, « les sardineries Papa Falcone. »

Initialement, ce polyglotte doué doit sa fortune à un commerce fructueux de fruits en Amérique latine qui lui valut le surnom de « la Banane ». Notons que ce personnage clé du dossier de l’autoroute, très proche de Mohamed Bedjaoui, l’ancien ministre et l’interlocuteur des Chinois, n’a fait l’objet d’aucun « mandat d’arrêt » et n’a même pas été cité comme témoin.

Premières escarmouches

Mais voici qu’entre, par effraction, dans ces discrètes négociations, un intermédiaire flamboyant, du nom de Chani Madjdoub. Créatif, Pierre Falcone a imaginé un accord habile où Alger pourrait régler la facture des travaux de l’autoroute à Pékin en barils de pétrole. Seul obstacle, le ministre du pétrole et ami du président Bouteflika, Chakib Kellil s’y oppose. Chani Madjdoub se rapproche du ministre de l’Économie Abdelatif Benachenhou, achète des tableaux à sa femme peintre et parvient à arracher à Alger un accord pour le deal  « Pétrole contre travaux. »

Au mieux avec certains militaires du DRS qu’il entraîne dans de folles virées à Paris avec de belles ukrainiennes, Chani Madjdoub est résident luxembourgeois et maître dans l’art de monter de discrètes fiduciaires. Et cet amoureux des belles voitures et de la vie nocturne  n’a pas son pareil pour offrir à ses amis militaires ou musiciens de belles villas à Oran et à Alger.

Cette fois, ses amis du DRS ont de mauvais retours sur son rôle dans la négociation avec les Chinois. N’en ferait-il pas un peu trop? Pourquoi ouvre-t-il des comptes à Singapour, mais aussi en Israël où il se rend avec Pierre Falcone? Comment peut-il se présenter constamment face aux Chinois comme le représentant autorisé des services algériens?  Des méthodes pas très halal qui agacent en haut lieu. En  2008, Chani Madjdoub est arrêté à l’aéroport d’Alger, jeté dans une geôle, privé de sommeil et malmené pendant une vingtaine de jours.

Pourtant les interrogatoires des services algériens dans ce dossier financier ne sont pas menés par le service d’investigations habilité. C’est le service antiterroriste du général Hassan, plus habitué aux barbus du GIA, qui s’y colle. Du brutal…. Durant les audiences, des accusations de tortures ont été portées contre le DRS par Chani Madjdoub, devenu l’accusé numéro un. De nationalité luxembourgeoise, il a pu porter plainte en Europe pour « mauvais traitements. »

Je me tiens, tu me tiens

Les perquisitions chez Medjoub et ses amis se révèlent fructueuses. Des traces de comptes suspects sont retrouvées. Le nom du général Abdelhali, qui a la haute main sur les services à l’étranger, est évoqué. Son patron, le général Mohamed Mediene, dit « Toufik », monte immédiatement au créneau. Ce collaborateur ne doit à aucun prix être livré en pâture à la justice. Il n’est pas question pour Toufik que « ses » généraux soient mis en cause, pas plus pour « la sale guerre » des années 1990 qu’en matière de corruption.

L’on va assister alors à un formidable bras de fer entre le président Abdelaziz Bouteflika, tout juste réélu pour un troisième mandat et le général Toufik. Le premier compte bien asseoir son pouvoir, marginaliser le DRS par des mises en cause judiciaires et enfin nommer son fidèle ami, le ministre de l’Énergie, Chakib Kellil, au poste de Premier ministre.

La riposte ne va pas tarder. Le DRS va lancer les premières investigations contre les hauts cadres de la Sonatrach. Dans la foulée, Kellil, l’ami du Président, est mis en cause et contraint, plus tard, de s’exiler aux États-Unis. Dans l’enquête de l’autoroute Est-Ouest qui se poursuit, aucun général n’est poursuivi. Seul le colonel Khaled, correspondant du DRS au ministère de la Justice et bras droit du principal accusé, est abandonné à son propre sort.

Malgré ce dégât collatéral, le DRS a remporté la deuxième manche du duel judiciaire. Mais c’est Bouteflika et les siens qui vont remporter l’ultime étape de cette guerre de l’autoroute.

Après le grand déballage, le grand pardon….

La surprise finale, la voici : ce sont les proches des militaires qui sont le plus lourdement condamnés par une justice algérienne aux ordres. Le jeudi 6 mai, Mohamed Khelladi, le véritable lanceur d’alertes qui a mené les investigations pour le compte du général Hassan du DRS sans enrichissement personnel, en a pris pour dix ans pour « association de malfaiteurs ». C’est cet ancien cadre du service de renseignement de la gendarmerie qui a mis en cause face au tribunal la gestion du ministre de Bouteflika, Amar Ghoul, donnant les montants et les comptes. Un verdict en forme de Scud contre le DRS…

Et ce n’est pas tout. Des accusations de tortures furent portées, durant les audiences, contre le haut commandement des services algériens. Ainsi le chef de la lutte antiterroriste, le général Hassan, qui a mené les investigations et a démissionné fort opportunément en janvier 2014 malgré son jeune âge, a été nommément cité pour des mauvais traitements que ses services auraient infligés à certains accusés. Une première avec dépôt de plainte à Genève et au Luxembourg,

En revanche,  les ministres de Bouteflika, souvent mis en cause par les accusés et dans la presse, notamment le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, proche des islamistes, n’ont jamais été sollicités, pas même pour comparaitre. Pas un dignitaire du régime qui ne soit condamné. Pas un ne sera même entendu comme témoin. Le Procureur se contentera de lire les réponses convenues du ministre Ghoul. Ce ministre qui représente les Frères musulmans au gouvernement a compris les règles du jeu depuis l’avènement de Bouteflika qui a imposé la concorde nationale avec les islamistes. Sur fond d’attribution de marchés.

République bananière

L’Algérie, qui possède 12OO kilomètres de côtes maritimes, importait en 2014 pour 300 millions de sardines congelées et conditionnées (sans parler des 36 millions de dollars de mayonnaise). Cherchez l’erreur ! Au début de la présidence de Bouteflika et alors qu’Amar Ghoul était ministre de la Pêche,  de nombreux islamistes ont financé des chalutiers dont le produit était revendu en haute mer à des Espagnols, avant d’être conditionnés, puis réexportés en Algérie. Promu au ministère des Transports malgré la gestion calamiteuse du dossier de l’autoroute, ce saint homme de Ghoul peut désormais songer à de nouveaux marchés mirifiques comme le renouvellement de la flotte d’Air Algérie et la construction du siège de la compagnie aérienne, confié à la société canadienne Sim. Laquelle a été condamnée pour corruption dans l’affaire de l’autoroute à une amende ridicule, près de 30 000 euros, par le tribunal d’Alger !!!

Pendant  les affaires, les affaires continuent.


Nombre de lectures : 7707
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ca21Dz
    13 mai 2015 at 11 h 10 min - Reply

    Le staan des algeriens se nome DRS malheureusement ils ont crées un climat de dégout et abandon de ce pays au main des opportuniste, tellement personne ne peut faire confiance a ce systeme et comme la nature n’aime pas le vide, tous les braves de ce pays ont démissionés de leurs role d’etre humain, le resultat est que aujourdhui on importe des sardines

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 20

  • sacco et vanzetti
    13 mai 2015 at 15 h 29 min - Reply

    Qu’attendent les autorités algerienne pour saisir manu militari les fruits de la rapine de la canaille algerienne partout dans le monde? En n ‘inquietant pas les gens malhonnetes, le regime adopte une attitude suicidaire car il est en train d’ecoeurer et de demobiliser toute la population qui ne croit plus en rien et cela se repercute dans la vie de tous les jours ,dans tous les secteurs d ‘activités, le pouvoir ne semble pas prendre la mesure des degats pervers et des effets destructeurs pernicieux de cette impunité .cette population qui croit qu’ etre malhonnete est plus juteux que de travailler honnetement. Il est temps que le regime reagisse energiquement pour gagner en credibilité, sinon c ‘est la descente aux enfers, on y est………

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • samy
    13 mai 2015 at 17 h 55 min - Reply

    Finalement en résumé les services algériens couvrent et protègent depuis l’indépendance tous les réseaux mafieux du pouvoir car ils s’enchevêtrent avec ses propres réseaux de ses caisses noires
    ces services d’espionnage devenus une véritable pègre avec des ramifications mafieuses dans toutes les institutions ;s’ils étaient sous un contrôle institutionnel quelconque toutes les autres personnes deviendraient justiciable.
    parce que les espions sont intouchables et sans contrôle l’édifice Algérie s’est écroulé
    Au travers de leur institution sans contrôle avec ses fichiers destructeurs ,règlent des comptes très souvent à des personnes innocentes pour leurs propres comptes et celui de leurs connaissance dans des affaires mafieuses (juste pour avoir été un témoin accidentel ou inopportun,pour avoir vu ou suspecté quelque chose de louche )
    combien de personnes hommes et femmes ont ils détruits avec leurs fichiers pour des affaires mafieuses très souvent financières .
    j’ai saisi personnellement en tant que victime de ces réseaux DRS le directeur général des services mes bourreaux courent toujours et moi anéanti sans réponse.
    pire ils m’ont livré par l’intermédiaire du consulat de paris et les réseaux de l’amicale des algériens aux services français.juste pour souligner leur prolongement dans les services français à moins que ça ne soit le contraire …d’où falcone et les réseaux puissants pasqua dans toutes les affaires de la maison « d’Algérie » et mêmes de simples algériens qui auraient gênés d’une quelconque manière l’édifice louche  »ALGERIE  » mis en place en 62 et ses réseaux d’espionnage qui nuisent aux seuls citoyens algériens le plus souvent simples
    dans une inteview kasdi merbah aurait parlé de plusieurs reseaux d’espionnage
    et ou sont les services de securité pour metre de l’ordre là dedans .A qui de simples victimes inocentes doivent elles s’adresser ,en cas de fichier coment le faire consulter par un avocat et aporter la contradiction et denoncer les personnes douteuses de crime économique contre la nation
    si quelqu’un a une réponse

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 14

  • reda
    13 mai 2015 at 18 h 51 min - Reply

    « …..le drs grand perdant contre bouteflika….. » En êtes-vous bien sûr?

    Sincèrement, quand on voit et quand on constate l’état dans lequel a été réduit le pauvre abdeka, aujourd’hui, sur un fauteuil roulant….. on peut supposer du contraire.

    Allah i khafaf aâlih wi selekna menhoum, nch’Allah!

    Une chose est cependant sûre: les évènements s’accélèrent à une vitesse vertigineuse et elle le sera d’autant plus encore avec la venue de Flambie en juin pour « speeder » les futures passations qui se feront avec l’aval de Fafa….. et TOUS…. s’inclineront face aux ordres qu' »ILS » auront reçu de Jacques a dit….. DEBOUT! Jacques a dit….. ASSIS!

    Pauvre pays des éternels fossoyeurs…..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 17

  • Youssef
    14 mai 2015 at 8 h 09 min - Reply

    SM-DRS : « ORGANISATION CRIMINELLE » et « MAFIA TENTACULAIRE ».

    DRS, ex-DGPS, ex-SM, ex-MALG ou les » mues du serpent »

    Ceci ressemble à une lapalissade : le serpent demeure un serpent en dépit de ses mues ! Pourtant, c’est une vérité : le Régime militaro-mafieux d’Alger avait procédé à plusieurs reprises à des changements d’appellation pour son « organe répressif » principal. Et ce n’est pas anodin ou sans intérêt, mais plutôt pour brouiller les pistes, et tenter d’atténuer les très mauvaises associations liées à sa nature et son passé amplement criminels et mafieux, comme partout ailleurs dans le monde les officines semblables ont changé de « logo » pour mieux tromper et leurrer. Mais, les observateurs avertis ne se trompent sur la véritable mission de cette « machine à broyer les hommes et les femmes patriotes » de ce pays.

    La SM-DRS : « instrument de terreur » et « mafia tentaculaire » au service des Généraux criminels et prédateurs

    Le DRS n’est pas le DRS s’il ne sème pas la terreur ! Exactement comme la Gestapo. Cette dernière a été définie et qualifiée « organisation criminelle » par le Tribunal de Nuremberg. Ainsi va du DRS, dont la logique principale, la marque spécifique de la dite Police politique du Régime militaro-mafieux d’Alger est « la violence meurtrière permanente ». Ce « modèle gestapiste » de la violence extrême est celui emprunté par toutes les Polices politiques des Régime militaires post 1945, en Europe (Grèce, Espagne, Portugal…) et en Amérique latine (Chili, Argentine,…). Et c’était en fin connaisseur, de l’intérieur même de la « boîte » que Mécili disait en 1962 déjà : « Le MALG va dévorer l’Algérie ! »…….

    La SM-DRS et ses crimes.

    Assassinats, massacres, tueries, attentats, rapts, kidnappings, la manipulation massive des extrémistes de tous bords (islamistes, baassistes, séparatistes, régionalistes, etc.), et toutes autres sortes de crimes dans son parcours. Faut-il rappeler aussi qu’à sa naissance, les Généraux français n’avaient ressenti aucune inquiétude : ils savaient que le MALG de Boussouf est conçu pour exercer le contrôle et la surveillance de la société, de la population « indigène ». Et c’était au plus fort de la Guerre d’indépendance que le criminel Boussouf avait commencé ses besognes sanguinaires, ciblant les héros du mouvement libérateur : Abbane, Mellah, Amirouche, Zighout et autres grandes figures de la Résistance contre la barbarie coloniale… La liste est longue de ces Grands Hommes tombés sous les balles et/ou les tortures du MALG, de la SM, puis du DRS. Et combien de mouvements, de protestations ont été cassés, dont la Grève des dockers d’Alger en 1976, le Printemps berbère et ses suites, le Printemps noir 2001et ses 121 victimes, les 250 000 victimes de la Guerre civile, instiguées et planifiée par le Cabinet noir, et mise en pratique par le DRS. Les 20 000 disparus, 40 000 veuves, 300 000 orphelins, 900 000 exilés, xxx 000 milliards de dégâts matériels et logistiques font aussi partie de la comptabilité macabre induite par la » Stratégie de la tension » érigée par les Maitres du DRS (1991-2013)….Cette collection d’horreurs pourra être consignée dans un « Grand Livre noir des Crimes de la Dictature militaire d’Alger ».

    La SM-DRS : « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs.

    La Police politique a toujours été la « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs depuis 1956, qui consacrent la victoire et l’emprise du Clan fort. Le Pouvoir dictatorial militaire repose sur un « trépied » : primo, le DRS ; secundo : le Commandement militaire (DRS + Etat-major) ; tertio, les Clans rivaux, unis contre la population civile, (bien que) désunis entre eux, en raison de l’immense butin à partager, le Clan fort étant le Clan le plus fortement amarré/arrimé/accroché au DRS… Le Régime militaire forme un « mouvement d’intérêts communs », selon la formule Wébérienne : ses membres, franges et factions sont animés par des réflexes et des sentiments de solidarité clanique, familiale et idéologico-politique construits durant 50 ans….Pour une nette et meilleure précision sur les termes et les notions, il faut dire que ce sont les Maitres du DRS et les Généraux de l’Etat-major ( la Hiérarchie) qui commandent, et non l’Armée (l’Institution militaire, cadre institutionnel).

    La SM-DRS : une mafia tentaculaire, ramifiée partout.

    De nos jours, le DRS s’est mué en « mafia tentaculaire », « ramifié » à tous les domaines d’activité sécuritaire, politique, économique, sociale et associative, et tissé sa « toile d’araignée », son quadrillage partout : institutions, associations, entreprises, sociétés, tous les secteurs, à tous les stades et échelons. Ses agents et correspondants ont pour domaines de prédilection : le commerce extérieur, l’import-export, le trabendo, les trafics en tous genres, le proxénétisme, la prostitution, les hôtels de passes, les lieux de débauche, les bars et restaurants, la drogue, le net, les sites, les blogs, les médias, la presse, les radios, partis, associations, le BTP et autres secteurs où ça rapporte énormément d’argent, l’argent comme autre instrument de domination. Le DRS recrute fortement dans les institutions (facs, lycées, hôpitaux, usines, administrations, entreprises) convoitées quotidiennement par les flux importants de populations, ces populations que le Régime militaire considère comme « l’ennemi intérieur », l’ennemi à abattre, et tient à le surveiller, le contrôler, l’embrigader, le terroriser, le régenter et l’empoisonner par la propagande et l’intox.

    Son « système concentrationnaire » constitue la « 49° Wilaya » .

    Bagnes, prisons, redoutes, cachots, caves…..où ses sbires assoiffés de sang pratiquent « la torture généralisée », héritée de triste mémoire, celle des sinistres pratiques de Bigeard, Massu, Aussaresses, Le Pen, Godard, Trinquier, Léger et compagnie …..

    La SM-DRS quadrille le pays.

    Le DRS est « partout et nulle part » ! Partout, du fait de son quadrillage systématique. Nulle part en raison de son organisation et sa structuration secrètes, invisibles, imperceptibles…mais décelables !

    La SM-DRS : l’Enclave autoritaire principale qui bloque le pays.

    Le DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la « Pyramide du pouvoir », c’est l’Enclave autoritaire principale, la Main de fer des Généraux, leur Bras politique, la Colonne vertébrale et l’Epine dorsale du Régime militaire, son Syndicat du crime, son Fer de lance, son Cœur et son Cerveau, son Centre névralgique, son Mur de soutènement, sa Digue de protection, sa Force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la « caste militaro-mafio-bureaucratique » qui détient le Pouvoir dictatorial, total, intégral, absolu, qui est l’Ennemi principal, l’Ennemi commun, le Mal originel, l’Origine du mal, le Démiurge, qui accapare et pille les richesses, réprime et embrigade la population, hypothèque l’avenir du pays tout entier…….
    ————————————–

    LA DISSOLUTION DE LA POLICE POLITIQUE EST LA CONDITION SINE QUA NONE POUR LA TRANSITION DEMOCRATIQUE ET L’ETAT DE DROIT.

    C’EST CONTRE LE SYSTEME MILITARO-MAFIEUX TOUT ENTIER qu’il faut s’insuger, nous insurger, de manière pacifique, en déjouant les manipulation et les provocations des criminels et mafieux du DRS.

    A bas » tout » le système militaro-mafieux », globalement et dans le détail !

    A bas le Régime-Pouvoir militaro-mafieux tout entier, en général et en particulier !
    A bas tous les Clans/ Factions /Cercles militaro-mafieux !

    A bas les Maîtres du DRS , ces assassins et prédateurs, corrompus et corrupteurs/manipulateurs !

    A bas les Généraux criminels et prédateurs !

    Attention aux manipulations et provocations du DRS ! le DRS qui a des partis, des associations, organes de propagandes, des milliers de provo-casseurs / baltaguias, des milliers d’indicateurs et indicatrices, rabatteurs/trices, informateurs/trices…..

    SANS LA DISSOLUTION de la POLICE POLITIQUE , il n’y’aura pas de TRANSITION DEMOCRATIQUE.

    Pour la dissolution immédiate, effective et définitive de la Police politique, et toutes ses ramifications et tentacules, tous ses prolongements et bras armés et politiques, partis-officines, associations-relais, journaux khorotistes, sites et blogues infestes, ses milices assassines, ses escadrons de la mort, ses troupes d’assaut, ses groupes dits (pudiquement) d’auto-défense, ses groupes armés (islamistes, terroristes, djihadistes, etc. GIA, GSPC, AQMI.. crées dans ses Labos’….

    La Police politique est une » organisation criminelle et mafieuse « , formé sur le » modèle gestapiste « , la violence extrême étant sa matrice principale, son identité : le DRS n’est pas le DRS s’il ne sème pas la terreur ! La branche » police politique » du DRS , je désigne ! La Police politique a pour mission la surveillance généralisée et la répression permanente de la population civile et de l’institution militaire……au profit de la » caste militaro-mafieuse » dirigeante, qui embrigade et massacre la population , pille et accapare les richesses du pays.

    Sans la surpression de la cette Police politique » gestapiste « , criminelle et mafieuse, il n’y’aura pas de » transition politique « , ni d’Etat de droit…..Car la Police politique a dévoré le pays (Cf. Mécili), gangréné la société, cassé toutes résistance pacifique, terrorisé les individus et régenté la société. Car le DRS est « partout et nulle part » ! Partout, du fait de son quadrillage systématique. Nulle part en raison de son organisation et sa structuration secrètes, invisibles, imperceptibles…mais décelables ! Le DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la « Pyramide du pouvoir », c’est l’Enclave autoritaire principale, la Main de fer des Généraux, leur Bras politique, la Colonne vertébrale et l’Epine dorsale du Régime militaire, son Syndicat du crime, son Fer de lance, son Cœur et son Cerveau, son Centre névralgique, son Mur de soutènement, sa Digue de protection, sa Force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la « caste militaro-mafio-bureaucratique » qui détient le Pouvoir dictatorial, total, intégral, absolu..…

    Le DRS, ex-SM est une Police politique/secrète.

    L’appellation » services secrets ou services de renseignement » est complètement fausse, et qu’il faut donc abandonner. Car e DRS (ex-SM, ex-MALG) n’est qu’une Police politique, agissant dans l’ombre, en secret, et ayant pour mission la surveillance et la répression politique, l’élimination des opposants au Régime dictatorial » militaire et mafieux » (double nature). Et de ce fait, le DRS est » organisation criminelle et mafieuse « , formée sur le modèle » gestapiste « , la violence extrême étant son action principale, son marquer distinctif. Criminelle, elle est derrière les assassinas politiques, les massacres, les rapts et kidnappings, la création et la manipulation des Groupes armés terroristes, des Escadrons de la mort, des Malices. De plus, cette Police politique a toujours été la » cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs depuis 1957.

    Le DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la Pyramide du Pouvoir, l’Enclave autoritaire principale, le Cœur et le Cerveau du Pouvoir militaro-mafieux, son Centre névralgique, son Syndicat du crime, sa Main de fer, son Bras politique, sa Digue principale, son Mur de soutènement……contre tout ce qui peut menacer la » caste militaro-mafio-bureaucratique » qui pille et accapare les richesses du pays….

    Le DRS : » ORGANISATIO N CRIMINELE et MAFIEUSE « ..

    – Mafieuse : ses Officiers tiennent des Bars, Restaurants, Hôtels et lieux de passe, de prostitution, de débauche, des réseaux de proxénétisme et de drogue, d’import-export, d’immobilier, de transport (taxis, bus) , en Algérie et en France. Tous les secteurs où ça rapporte gros ( en liquide) , ça embrigade et ça anesthésie ( prostitution, drogue) la population, et où toutes les magouilles et malversations sont pratiqués, les trafics en toujours genres…..

    – Criminelle : formée sur le modèle » gestapiste « , la violence extrême étant son action principale, son marquer distinctif. Criminelle, elle est derrière les assassinas politiques, les massacres, les rapts et kidnappings, la création et la manipulation des Groupes armés terroristes, des Escadrons de la mort, des Malices. De plus, cette Police politique a toujours été la » cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs depuis 1957.

    Sans la dissolution définitive et effective de cette terrible, criminelle et mafieuse de Police politique (DRS), il ne peut y avoir de » dégel « , d’amorce d’un véritable processus vers une réelle transition à la démocratie et l’Etat de droit. Depuis 1989, nous n’avons eu qu’une » ouverture contrôlée » ou » fausse ouverture « , un poker menteur, où les acteurs et agitateurs sponsorisés et propulsés au devant de la scène n sont que des valets et ponce-pilâtes des Maitres de la SM DRS, qui ont instigué et crée ce partis-officines, ces associations-relais, ces organes de propagande (médias aux ordres)……

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 30

    • reda
      15 mai 2015 at 11 h 20 min - Reply

      Tout ce que vous dites sur le DRS est parfaitement vrai! Malheureusement….

      Néanmoins, la question qui se pose et s’impose à nous tous: EST-CE QUE LE DRS EST SEUL…. dans son oeuvre destructrice? C’est ça la question fondamentale. Pour toute réponse, consultez le site du MAOL où vous avez TOUS les noms et prénoms, fonctions et nationalités des conseillers des services secrets militaires étrangers (français, israéliens, sud-africains et autres pays occidentaux….. qui aident ce DRS) alors, vous aurez une idée beaucoup plus exacte de la force du DRS.

      Au fait, que devient le sieur Barjolais… qui était en fonction à l’ambassade de France en Algérie???

      Alors, vous comprendrez TOUT….. absolument TOUT!!!

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 19

  • jamal
    15 mai 2015 at 20 h 29 min - Reply

    tout le monde aura compris que boutef ou n’importe quel escroc ne serait rien sans cette pieuvre et ses crimes de tout genre contre les algeriens et algerienes exprimant toute forme de villleité ,de sursaut faces aux gabegies des mis en palce en 62 et de leurs affidés dans le grand appareil administratif qui nous est proposé en lieu d’un veritable etat
    helas l’algerie aurait pu devenir un veritable etat moderne .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • Nordine
    20 mai 2015 at 19 h 09 min - Reply

    Le DRS reste et restera la serpillière de la france

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

  • k Seddiki
    26 mai 2015 at 19 h 15 min - Reply

    Bonsoir,chers amis
    Il est faut de clamer que la DRS (et non le) est en perte de vitesse :l’ex SM demeure le pouvoir réel du pays et ce n’est certainement pas Boutefllika qui y mettra un terme,alors qu’il a été « fabriqué » par elle (n’oublions pas que lui même est issu du fameux MALG).Ce que nous « admirons » depuis quelques temps est tout simplement de la poudre aux yeux,destinée à occuper les esprits .La DRS se débarrassera de ce dernier quand elle jugera qu’il n’est plus utile au régime .Point barre . KS

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos