Édition du
9 December 2016

LES MINOTAURES DE LA PLANETE TERRE

 

 

Sissi« L e terrorisme moderne est le moyen par lequel les oligarchies mènent contre les peuples une guerre clandestine qu’il serait politiquement impossible de mener ouvertement »

W.G.Tarpley

 

 

L’oligarchie de la finance internationale  gouverne à sa guise  aujourd’hui la planète entière sans aucune exception prés, contrôle à sa manière  tous les grands médias, domine à sa façon  l’industrie militaire , manipule selon sa nature l’opinion, tous les pseudo- décideurs économiques et politiques de la planète  sont sous l’effet de son injonction , prépare et annonce  les guerres, met au pas le comportement de notre vie sociale , économique.

Elle  dispose d’une force inter nationale, nationale, régionale et même locale pour stopper toute aventure qui va à son encontre.

Le printemps arabe a pris une ampleur médiatique  pour nous faire bien croire  que les manifestations  de tout pays et  en l’occurrence de Tunisie, de la Lybie, de l’Egypte … font partie de ce  jeu démocratique à valeur universelle, alors  qu’au juste le dernier mot revient a cette force obscure qui nous manipule. E n 1880, John Swinton journaliste disait qu’il n’existe pas de presse libre et indépendante. Pas un seul parmi tous les journalistes de la planète n’ose écrire ses opinions,  car elles ne seront jamais publier.

Le salaire du journaliste est octroyé, pour ne pas publier ses opinions  car son le travail  consiste principalement  pour  la destruction de la vérité, pour mieux propager le mensonge  patent, aidé à la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service de l’oligarchie.

Que l’on fasse des manifestations   en tant que  révolution de

couleur, des pétitions franchissant le seuil de  l’ONU, des grèves paralysantes pour se débarrasser d’un pouvoir, d’un régime, d’un système, et même d’un  état. Les puissances impérialistes   n’ont jamais pensé  instaurer  de démocratie, regarder ce qu’ils ont  fait et ce passe actuellement   en Afghanistan, en Irak, en Palestine encore  en Lybie  le résultat est de mettre ces pays  dans la morne résignation.

Les théâtres d’opérations de la force impérialiste se propagent  comme une tache d’huile avec comme credo le  sacro saint  de la lutte contre le terrorisme « islamiste » ou « el djihad » ; une nouvelle conception pour nous faire croire que l’islam  en tant que religion est l’ennemi « number one » du monde libre.  Ce monde libre appartient exclusivement au monde occidental, au monde dit civilisé.

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » de cet adage d’A. Camus (la peste), découle  l’emploi  du « djihad » échafaudé par les médias (radio-journaux-TV…) est édifiant dans le sens péjoratif pour nous signifier directement qu’il s’agit de  « terrorisme islamiste » et mieux avilissant les musulmans pour bien les maudire.

Dans la signification et  tradition musulmane «  djihad » ne signifie pas  ce que l’on nous véhicule.

Le terme « el jihad » signifie selon son interprétation religieuse et sa tradition  musulmane  tantôt effort  qui veut insinuer qu’ à l’

intérieur de  chaque Homme, il y a des pulsions qui tirent vers des actes de bonté, de bienveillance ,d’empathie, de générosité, de vérité,  de joie, de paix, d’amour, d’espoir, de sérénité, d’humilité, c’est en somme de « bien » et d’autres qui tirent vers des actes vils ou des actes de malhonnêteté , de colère, d’envie, de jalousie, de chagrin, de regret, de cupidité, d’arrogance, d’apitoiement, de culpabilité, d’amertume, de mensonge, d’orgueil, de supériorité,  en somme de « mal ».

Le  « jihad » est cet effort fait par chacun pour atténuer les mauvais penchants cités ci-dessus  et aller vers les bonnes pulsions.

 

Les médias ont une grande part de   responsabilité dans cette confusion dictée par  ce mauvais impérialisme, sachant bien que certains  y voit un appel à la fameuse théorie du complot externe.

Par ailleurs, nous constatons que cet occident nous plonge dans  des contradictions systémiques flagrantes.  Il  prétend soutenir par tout moyens matériels, politiques, économiques, militaires et  humains…. au Moyen-Orient les forces qui œuvrent pour la soit disant « démocratie »

afin de justifier   leur soutient aux « djihadistes » et aussi  la livraison d’armes aux rebelles syriens et irakiens,  pour nous signifier l’ incompatibilité  avec valeurs occidentales de laisser sans armes  les Syriens qui préparent la démocratie  au prix de vies humaines .

La réalité ne correspond pas du tout à cette propagande construite sur du faux pour nous cracher une sale  vérité trompeuse.

Dans les pays  non codés (ceux du golfe), les femmes, les travailleurs et les minorités ne connaissent pas de droit. Les travailleurs étrangers sont des esclaves( les esclaves au Qatar) et les opposants sont régulièrement condamnés à la pendaison.  L’Arabie saoudite est le pays  le plus dictatorial, le plus  intégriste et  le plus corrompu de la région. Aucune des  institutions internes  du royaume ne reposent sur  un critère de valeurs  démocratiques, universelles ou morales .Il est bien sur  le laquais et le trésorier de l’impérialisme américain et sioniste. L’Amérique, et l’occident profitent de l’échange pétrodollars  contre  ferraille militaire avec une assurance extrême de sa sécurité énergétique.

Par conséquent, la stratégie sioniste et impérialiste  utilise efficacement  cette « petrocratie » pour mener à bien sa stratégie du chaos des pays du  moyen orient  afin de garantir la sécurité, suprématie d Israël dans cette géographie énergétique. Le fondamentalisme islamique est une carte « AS »  gagnante pour le sionisme et l’impérialisme , c’est avec cet « AS » que le communisme a été détruit  en Afghanistan via les talibans, ensuite l’Irak   sur la base du « 11 septembre »  cheval de bataille «  Qaeda » ensuite avec l élimination  de « BEN LADEN » stratégie oblige ,la CIA accouche un « l’état islamique » puis  « Daech »- « nosra » et d’autres noms qui vont venir  faire le décor de la presse avec  l’appui des USA et les puissances occidentales et la chaire à canon arabes et musulmanes et les petro$ du golfe. C’est toute une recette pleine de toxines que l’impérialisme nous réserve dans les jours , les mois et  les ans à venir.

Au début de la naissance de « l’Etat Islamique », ce dernier   était un allié « légitime » dans la lutte contre le régime syrien.

L’Etat Islamique en Irak et au Levant recevait les honneurs, les compliments et  des armes  achetés par l’Arabie Saoudite véhiculés par  la Turquie et fournis par les occidentaux. L’EI combattait  à son début uniquement  le régime syrien. Mais lorsqu’il  s’est attaqué à l’Etat irakien et a dépasser les limite du Kurdistan, allié des impérialistes, la coalition impérialiste a  décidé à le combattre médiatiquement et pour la forme, mais au fond elle  lui fournissait via  jet d’avions le nécessaire en  armes pour pouvoir  continuer sa sale besogne un remake avec  « -Qaïda » et les talibans , qui, dans les années 80 et 90, étaient soutenus par les Etats-Unis via l’Arabie Saoudite et le Pakistan.

Il est de  même, lorsqu’ils sont intervenus militairement en Libye, les impérialistes made in  « OTAN » ont soutenu les éléments les plus réactionnaires de l’opposition à Kadhafi, pour mieux  s’assurer  et garantir  pour leurs vassaux que le pouvoir ne basculerait pas entre les mains des masses libyennes. L’OTAN avait  armé, financé et appuyé les « islamistes » de la rébellion, comme ils sont en train de le faire  en Syrie avec le même scenario. Une  nouvelle guerre  vient de s’éclater, opposant les factions rivales des anciens alliés de l’OTAN.

La situation est devenue chaotique en Lybie, la menace des intérêts de l’impérialisme dans le bassin méditerranéen  est devenue probable et même certaine  car l’impérialisme, le sionisme , les oligarchies n’ont rien apporté aux peuples victimes des  « islamistes » ou des dictatures militaires à l’égyptienne, sinon de nouveaux dictateurs, à part la  misère et des guerres sans fin.

C’est aux peuples de  mener leur propre guerre  sans relâche pour chasser  leurs ennemis qui sont : les impérialistes, les  sionistes et les  oligarchies.

toutes les stratégies d’hégémonie, de  nouvelle colonisation et de vassalisation, que développent les impérialistes, l’ennemi commun des peuples. La politique  impérialiste d’agression met en péril la liberté et la sécurité de tous les peuples. Les étranges alliances  et les stratégies géopolitiques au Moyen-Orient ne semblent jamais surprendre personne. L’Occident et Israël sont en liens étroits et

secret-1* avec –Qaïda- Daech-Nosra… en Syrie, en Irak au Yémen, en Lybie et au Nigeria…… Nous constatons ce silence malsain, complice et hypocrite  des médias à sous  sur le rôle particulier d’Israël dans cette alliance dangereuse.

Israël est en train de  jouer un rôle purement « humanitaire » dans la guerre syrienne via la « presstituée »,  Israël soigne tous les combattants ASL- Nosra et Daech quelque soit leurs appartenances dans la guerre syrienne. L’occident soutient Israël, et se trouve ainsi très embarrassée de révéler cette scandaleuse collaboration entre Israël et Qaïda en Syrie. Cela fait partie d’un ensemble stratégique dans lequel les impérialistes et les oligarchies avec des acteurs régionaux ( vassaux)moralement douteux sont ignorés, minimisés ou déguisés activement par ordre du maitre à la presstituée.

 

Cette presse oligarchique contribue à maintenir l’illusion et l’image non fidele  que l’Occident mène « le combat de valeur » au « nom de la sainte  civilisation » contre les forces méchantes  qui contrôlent désormais la moitié de la Syrie et détruisent les vestiges de la culture antique, comme à Mossoul en Irak  et à Palmyre en Syrie.

Par conséquent  un fait prometteur, le journalisme  dit indépendant, nous permet  à discerner entre ces  deux réalités à savoir  la criminalité occidentale et ses médias vassaux à sous. Soutenir ce nouveau front  médiatique équitable, et  plus juste pour le bien des peuples.

BENALLAL Mohamed

 

 

1*Le document secret du Pentagone fournit ainsi l’extraordinaire confirmation que la coalition menée par les Etats-Unis combattant actuellement l’EI, avait il y a trois ans salué l’émergence d’une « Principauté salafiste » extrémiste dans la région comme un moyen de saper le pouvoir d’Assad, et bloquer l’expansion stratégique de l’Iran.

.


Nombre de lectures : 4751
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement National

Galeries photos