Édition du
6 December 2016

1 million d’oliviers pour la paix en Palestine

  yves_chilliardYoucef L’Asnami

 

Il s’appelle Yves CHILLIARD. C’est un grand chercheur à l’INRA de Theix. Spécialiste du métabolisme lipidique chez les ruminants. Il a fêté son départ à la retraite le 4 juin dernier et a tenu à ce que j’y sois. Et j’y étais avec une cinquantaine d’autres invités : d’anciens collègues du monde de la recherche : des chercheurs, des techniciens et des animaliers dont certains perdus de vue depuis une vingtaine d’année. Ses anciens collaborateurs ont rappelé le parcours de ce « jeune homme » au travers un jeu consistant à tirer d’un chapeau une dizaine d’étiquettes comportant soit une photo soit un mot qu’il devait commenter pour raconter son parcours de chercheur. Des dizaines de pays visités dans le cadre de ses missions, 271 publications à son actif et 5 récompenses scientifiques. On a aussi rappelé qu’il fait partie des 1% de chercheurs les plus cités dans le monde scientifique. Très ému, il a joué le jeu jusqu’au bout devant une assistance ébahie. Quand il a pris la parole pour reconstituer sa carrière scientifique, il n’a oublié personne : ni les très nombreux stagiaires qu’il a encadrés dont beaucoup d’étrangers, ni les secrétaires, ni les animaliers, ni les techniciens de laboratoire. Cette anecdote qui m’a rappelé mon propre parcours : ingénieur agronome de formation, il s’est dans un premier temps, orienté vers l’économie agricole qu’il a fini par abandonner considérant que « ça manquait de concret ». Son directeur de thèse de l’époque, Daniel SAUVANT, lui conseilla alors de s’orienter sur les aspects liés à la nutrition animale, mais pour cela il lui fallait 360 h de cours supplémentaires et six examens. Ce qu’il fit !!!!
Pendant les quatre années que j’ai côtoyé Yves, je ne l’ai jamais vu parler de ses engagements politiques en dehors de ses activités de recherche. Je me rappelle juste de cette anecdote : un jour au café, en pleine guerre du Golf – en 1990- le directeur du laboratoire a fait une réflexion que je considérais comme déplacée  car s’appuyant sur une info du JT de TF1 et à laquelle j’avais répondu «  nous n’avons apparemment pas les mêmes sources d’info ». Je me souviens que cette réflexion d’un « thésard » au puissant directeur du labo a laissé un froid dans et le débat s’est arrêté net. Aucune autre personne n’a réagi, pas même Yves et j’ai quitté le café contrarié par cette pensée unique. Le soir même, Yves est venu chez moi prétextant une invitation à une conférence. Autour d’un thé il m’a fait comprendre qu’il avait bien saisi ma réflexion et qu’il est difficile de débattre des sujets sensibles dans un cadre de travail très protocolaire. Et là on a eu une longue discussion sur le Moyen orient. Et c’est là que j’ai découvert l’autre facette de cet homme : son engagement pour la cause palestinienne. Un engagement sur le terrain et uniquement sur le terrain. Yves n’a ni facebook ni Twitter. Il fait partie de la Coalition BDS 63 (40 organisations) dont il est un membre très actif. Actuellement il milite pour le boycott d’Orange et de Carrefour à cause de leur soutien pour Israël. Dans son discours, il a rappelé l’arrachage, depuis 1967,  d’un million d’oliviers appartenant à des palestiniens mais aussi la campagne « 1 million d’oliviers pour la paix en Palestine », une opération qui consiste à soutenir les agriculteurs palestiniens en proposant l’achat d’un olivier à 10 euros qui sera planté  en terre de Palestine et qui portera le nom du donateur.

Lorsque j’avais raconté à ma mère – Allah Yerhamha- le parcours de cet homme qui m’a ébloui par ses connaissances, sa rigueur scientifique et ses engagements pour les causes qu’il considérait comme justes, elle était étonnée et m’avait répondu :

–          « Had eradjal, etkhoussou ghir ech’hada ! »

Réflexion à laquelle je n’ai pas répondu ! Elle m’a juste rappelé cette citation de Vaclav Havel « L’ Espoir est un état d’esprit (…) C’est une orientation de l’esprit et du coeur (…) Ce n’est pas la conviction qu’une chose aura une issue favorable, mais la certitude que cette chose a un sens, quoi qu’il advienne. »

 

Youcef L’Asnami


Nombre de lectures : 4843
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement National

Galeries photos