Édition du
5 December 2016

De l’opposition sponsorisée et autres cartels de l’amnistie.

lièvreZineb AZOUZ

«Pourquoi il faut une amnistie générale pour sauver l’Algérie…. Je crois que la peur de nos dirigeants d’être traduits en justice et emprisonnés est un véritable frein pour ouvrir la voie à une véritable transition démocratique » Rachid Nekkaz. (http://www.elwatan.com/contributions/pourquoi-il-faut-une-loi-d-amnistie-générale-pour-sauver-l-algerie-07-06-2015-296688_120.php).

Pour rappel l’amnistie, c’est ce « Pardon collectif, parfois communautaire et souvent calculé accordé par le souverain », en revanche, la justice c’est cet incontournable talion qui s’exprime lui, au nom du peuple.

Hélas, dans tous les cas, c’est l’amnésie,qui bien sûr ne se décrète pas, qui reste l’arme la plus redoutable et la plus perverse pour imposer toutes les amnisties, maquiller toutes les injustices et normaliser avec tous les criminels et leurs bourreaux.
Nous comprenons enfin l’essence et le sens du changement que viennent vendre ces avocats du diable, ces charlatans de la politique triés sur le volet par le DRS, ils osent  venir carrément nous menacer et  disserter sur les « peurs » des bourreaux !

Nous notons néanmoins que puisque vous parlez d’amnistie, vous reconnaissez qu’il y a eu au moins guerre, une guerre dans laquelle, et c’est unique dans les annales de l’humanité, on demande au peuple d’amnistier. Comme comme quoi on n’arrête pas le progrès !

Quelle transition et quel changement proposez-vous vous et vos confrères non- recyclables Mr Nekkaz ?

Quelle pantalonnade encore voulez-vous vendre au peuple Algérien ? Effacer l’ardoise, accompagner les bourreaux éreintés de nous fouler, dans leurs somptueuses maisons de retraite pour ensuite introniser leurs poulains et autres congénères ?

Non, messieurs, personne n’est dupe,ces sommations et ces chantages que vos maîtres vous ont délégués pour transmettre au Ghachi ne changeront rien à la destinée du pays, une destinée qui dorénavant vous échappe.

Depuis quand, prend-t-on la peine dans ce pays d’expliquer quoi que ce soit aux éternelles victimes ? Qui doit pardonner quoi et à qui Mr Nekkaz ?

Les chambriers du pouvoir occulte semblent paniquer à l’idée que, la vérité se sache enfin sur les «sauveurs » de la république, que les lampistes qui ont accompagné les tortionnaires soient enfin mis devant leurs responsabilités et surtout leur complicité et que les véritables victimes se muent enfin en une force AUTONOME.

Au moment où le prix du baril chute et menace, où les guerres de clans se disputent jusqu’aux scandales des sujets du BAC, où l’Africom s’invite sans préavis pour « inspecter », où nos voisins s’ils ne sont pas visités par Daech concluent des pactes avec l’OTAN, où personne ne sait toujours qui dirige ce pays, voilà que des agitateurs, ces bouffons de plateaux TV, viennent insulter la mémoire et les horribles souffrances de ce peuple réduit, certes, au silence mais jamais à la sénilité politique prônée par nos « élites » et nos journaux apprivoisés, fragilisés par la guerre de succession mais toujours téléguidés.

Malgré vos efforts sur plus d’un « front »,sachez que ce pays est condamné tant que les criminels qui le dirigent et l’ont toujours dirigé sont au commandes. Tant que la société ne s’est pas affranchie de la répression, du mensonge, de la propagande, de l’histoire dépravée, et de la justice aux ordres.

Il n’y aura de transition démocratique que si la confiance revient, et la confiance ne s’attable ni avec les cravaches, ni avec l’amnésie décrétée, tout comme la démocratie ne poussera jamais sur la terre des charniers et des tombes x-Algérien.

Aucun pays n’a pu s’en sortir en tournant le dos à son passé et ses crimes,vous avez, avec vos maquignons créé une nation qui vomit son présent, craint son futur et ne peut que regarder en arrière pour essayer au moins de comprendre ce qui lui arrive.Le seul frein à un quelconque processus, le plus modeste qui soit, c’est vous, vos clapiers et vos maîtres aux mains salis par le sang des innocents et que, dommage pour vous, aucune autre amnistie ne saura laver.

Constantine, le  08 juin 2015

Z.A.


Nombre de lectures : 7512
19 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rachid Nekkaz
    8 juin 2015 at 20 h 10 min - Reply

    Bonjour,
    Merci pour votre analyse de ma contribution.
    J’ai l’amère impression que vous n’êtes pas allé au-delà du titre de ma contbution.
    En effet….
    Pourquoi vous ne parlez pas du fait que j’inscris cette amnistie afin qu’une nouvelle équipe dirigeante,  » propre  » et compétente renégocie tous les contrats avec les multinationales étrangères qui nous  » volent » chaque année 15 milliards de $, soit plus que le budget de notre armée.

    Pourquoi, vous ne parlez pas des 65% que la France possède dans le gaz naturel d’Adrar à l’insu du peuple algérien?

    Pourquoi, vous ne parlez pas de ma proposition d’instaurer une nouvelle règle de participation (75% pour la Sonatrach et 25% pour les compagnies étrangères) dans la signature de tous les contrats dans les secteurs hautement stratégiques que sont le gaz et le pétrole ?

    J’ai un seul maître, c’est la Jeunesse algérienne et les intérêts vitaux de notre Algérie. Rien d’autre et personne d’autre. A bon entendeur!

    Au plaisir de vous lire…

    Rachid Nekkaz

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • Zineb Azouz
    8 juin 2015 at 22 h 03 min - Reply

    Monsieur Nekkaz,
    Merci pour votre contribution et votre civisme, hélas nous ne semblons pas puiser dans les mêmes concepts malgré le drame que vit ce pays.

    Comme à l’accoutumée, vous citez, à raison, des forfaitures cruelles, mais vous évitez scrupuleusement de citer les véritables responsables de la situation tout comme vous prenez toutes les précautions pour ne jamais parler des crimes de sang et de la sale guerre dont nous connaissons les chefs les bourreaux et les généraux.
    C’est un noble projet que de s’intéresser à la jeunesse mais etes-vous sérieux en pensant avancer vers un quelconque changement en faisant fi de l’histoire, de la mémoire et surtout du DRS.
    Quel projet proposez-vous maintenant que vous venez clairement pour défendre les bourreaux contre une quelconque recherche de vérité.
    Ces jeunes que vous dites représenter, savez-vous combien parmi eux sont des fils de disparus ?
    La technicité et les statistiques utiles que vous présentez, ne servent à rien si vous n’êtes pas capable d’affronter le pouvoir illégitime dans sa nature d’abord.
    Ce pays est une dictature, l’expliquez-vous suffisamment à ces jeunes ?
    Pensez-vous que l’on puisse s’attaquer aux multinationales et à la corruption en couvant les criminels ?
    L’intérêt vital de l’Algérie est que les criminels quittent le pouvoir, alors par pitié, cessez ces slogans à la peter pan, cessez de nous prendre pour des gobe-mouches et de cessez d’insulter les 250.000 morts et les 20.000 disparus.

    Cordialement,
    Z.A.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 31

  • Dria
    9 juin 2015 at 11 h 08 min - Reply

    Mr Nekkaz

    l’amnistie commence par un travail de mémoire, de vérité, d’authenticité des faits et des actes de chacun, notre jeunesse ne se retrouve plus dans cette culture du mensonge, on nous lègue une histoire falsifié, on a le droit de savoir et la soif de connaitre ce qui s’est réellement passé , une fois ce cap passé, s’il y a reconnaissance et repentance , l’amnistie se fera d’elle même …

    Mais dans la conjoncture actuel même en regardant en arrière on arrive pas à comprendre ce qui nous arrive, la culture de mensonge est ancré dans ce pouvoir et fut pratiqué lors de la révolution, oui il y a un travail à faire avant de parler d’amnistie, quand on saura comment, qui et pourquoi à ton tué les Abane Ramdane , Zighout Amirouche Chaabani …… c’est aux survivants de cette guerre de libération de faire une amnistie avec leur conscience et de nous relater les faits , afin de libérer cette jeunesse sans repère, ni passé et qui ne demande qu’à connaitre son histoire. Mr Nekkaz l’avenir appartient au peuple qui aura la plus longue mémoire, disait Nietzsche.

    Idem pour ce qui est de la décennie noir et les 250000 disparus, c’est le devoir de vérité qui doit primé , c’est un passé récent , les preuves matérielles existent , les témoignages aussi , pourquoi ne pas faire à l’instar de l’Afrique du sud avec les victimes de l’apartheid , par le biais d’une justice , ce ne sont pas les indemnités et réparations qui régleront cette injustice plus important est la reconsidération les victimes et de leur proche certains n’ayant mémé pas fait leur deuils à ce jour, ils ont le droit de savoir avant de pardonner et de parler d’amnistie.

    En bien Monsieur Nekkaz faite de ce dossier des disparus, ainsi que des compatriotes qui continuent de disparaitre à ce jour, vu les exactions, les injustices, la hogra, la liquidation physique des opposants … la culture du mensonge sévissant encore le temps de l’amnistie n’est pas une urgence à mon humble avis car les conditions requises ne sont pas encore réunis, des représentants élu démocratiquement et des institutions représentatives à leur tête une justice forte et indépendante…

    Mr Nekkaz si vous êtes un vrai opposant, je vous souhaite une longue vie et la réalisation de vos promesses que Mr Hollande n’appréciera pas lui qui sera bientôt à Alger et il parait que le dossier des prochaines présidentielle est en ligne de mire …

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • fateh
    9 juin 2015 at 11 h 32 min - Reply

    Je crois Mr. Nekkaz, que vous faites fausse route en parlant d’amnistie. La liberte n’a jamais ete un cadeau offert a l’homme. Il me semble que vous etes d’une naivete d’un croyant qui a la conviction que tous les gens peuvent devenir des pieux….Et pourtant le texte CORANIQUE est tres claire envers les injustes, qui refusent la TOUBA. De meme qu’il est tres claire envers ceux comme far3oun, n’ont cru qu’une fois la mort venue.
    Mon propos n’est pas de m’etaler sur l’amnistie, parceque , pour la simple raison que ceux qui ont pris ce people en otage surtout depuis boukharouba -3ALAIHI MA YASTAHIK MIN ALLAH- ne connaissent du pardon que le crime a repetition. Vous vous efforcez par des statistiques certes non negligeable, pour nous amener a accepter une amnistie, mais en meme temps vous oubliez qu’il s’agit d’un systeme ancre dans la culture de ses tenants et qe ceux la ne sont en aucune maniere digne d’une quelconque confiance.
    Pourquoi voulez-vous que ces gens acceptent l’amnestie, alors qu’ils sont en position de continuer d’imposer leurs volontes criminelles.
    Non frère Nekkaz, les blessures ne guerrissent que par la cauterisation, parce que c’est la seule maniere d’en finir avec ltout ce qui les empeche de guerir.
    Ces gens au pouvoir ont vecu et grandi dans la lachete ,le mensonge ,la rapine et le crime. Une personne produit de cette espece comment peut -elle accepter l’aumone de l’amnestie???
    Ces gens que vous voulez absoudre de leurs crime en epargant l’algerie et son people ne sont pas des etres humains au sens ou vous le pensez, ce sont des etres morts au sens ALLAH du terme.
    Quand madame Zineb Azouz, parle de memoire ,elle ne fait que rappeler qu’un people ne peut se reliever sur des cendres que l’on a englouti. La memoire est le lien qui permet a l’homme de s’identifier,dans votre proposition d’amnestie, vous l’effacez. Dans ce cas, que dira la maman a son fils a propos de son pere lachement assassin ou disparu?
    Comment allons nous ecrire l’histoire de ce people trahi par qui s’est tu face a des crimes qui n’ont d’egale que ceux de pol pot?
    Moi je crrois qu’il faut travailler dans le sens de la conscientisation du people. Certes c’est une demarche qui prendra du temps mais ses fruits seront porteurs d’un resultat surement tres positif. Ceci empechera a jamais un quelconque rejeton de cette racaille criminal d’essayer de s’aventurer pour reprendre le blazon ensanglante de son pere.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • karim
    9 juin 2015 at 13 h 21 min - Reply

    ‘’Alors qu’il est attendu de toutes les forces du pays qu’elles fassent bloc autour de la préservation des intérêts suprêmes de la Nation, il est des voix qui, partant d’intérêts étroits et mues par la volonté de s’adonner à des règlements de comptes personnels, se sont élevées pour appeler publiquement l’ANP à violer la Constitution et la Loi afin qu’elles puissent mettre à exécution les complots fomentés contre l’Algérie et son peuple’’

    La succession d’événements dans tout environnement chaotique, particulièrement chez nous, ne peut résulter de la seule volonté des protagonistes du Chaos –qui ne sont que pantins pris dans le piège des fils qui les animent-, elle obéît, au point où nous en sommes, à la réactivité instantanée de cette structure anatomique la plus ancienne de notre cerveau qu’est le reptilien et son corollaire, la peur.

    La sensation du vertige, pour certains, se fait de plus en plus dense et intense.

    Deux scénarios se disputent une probable situation à venir :

    1- Effondrement soudain du régime en place avec l’enchaînement de cette période trouble de règlements de comptes tous azimuts, inhérente à cette circonstance.

    2- Prise de conscience salutaire, dans un même élan, de tous ceux et celles qui souhaitent, veulent un changement pour l’intérêt suprême de notre Patrie et de son Peuple.

    Il n’y a plus aucune place pour un troisième scénario.

    citoyen karim

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • alpha14
    9 juin 2015 at 16 h 56 min - Reply

    Bonsoir, A mon avis Monsieur Nekkaz cherche une solution pour sortir le pays de l’état déconfiture et saladier dans il se trouve, Monsieur Nekkaz a donc eu la gentillesse de nous proposer une idée avec laquelle on peut être où non d’ accord?
    force est de constater que je ne partage en aucun cas les projets politique de Monsieur Nekkaz, toutefois je permets de donner mon opinion sur la situation actuelle du pays, un pays clochardisé sans sécurité ni âme, chez nous la délinquance fait rage, un pays totalement corrompu, L’idée d’une amnistie générale entre autre la pardon aux voleurs, je serais éventuellement d’accord pour vu que les voleurs rembourse les sommes colossales qu’ils ont accumulé durant ses 15ans…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Dihiya BERCHICHE
    9 juin 2015 at 20 h 47 min - Reply

    Monsieur Nekkaz,

    Le DEVOIR DE MÉMOIR envers tous nos frères, nos soeurs, nos enfants, nos vieilles et nos vieux, lâchement assassinés nous interpelle.

    Il serait injuste et donc de mauvais aloi que de vouloir tenter, d’une manière ou d’une autre, disculper pleinement et totalement des meurtriers qui pourront demain commettre à nouveau d’autres crimes d’autant plus pires… Tout crime NE DOIT PAS rester impuni! C’est contre la morale civique, sociale ou autres.

    Une maman ne pourra JAMAIS pardonner à l’assassin qui a tué son fils.

    Nous voulons comprendre ce qui s’est réellement passé dans notre pays. Qui a intimé l’ordre à nos généraux de massacrer leur propre peuple? Qui a été le donneur d’ordre?

    Le Peuple Algérien n’est pas un troupeau d’agneaux dociles que l’on tue impunément. L’heure des comptes et de la justice sont là car elles interpellent nos consciences. On ne peut pas trahir la mémoire de tous nos morts: ce serait la plus suprême des injustices sur terre.

    Pour que nos coeurs s’apaisent, ENFIN ! Il faut que la JUSTICE passe et suive son cours. Pas dans un esprit de revanche mais dans un esprit de JUSTICE et d’ÉQUITÉ.

    Il faut que le Peuple Algérien JUGE LUI-MÊME ses propres prédateurs et ses propres monstres afin de leur éviter, peut-être….. le T.P.I.

    A EUX DE CHOISIR.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Roger Said
    9 juin 2015 at 22 h 08 min - Reply

    Si on avait le pouvoir d’oublier, on oublierait. Toute mémoire humaine est chargée de chagrins et de troubles. Par contre, la politique, ce n’est pas compliqué, il suffit juste d’avoir une bonne conscience, et pour cela, il faut juste avoir une mauvaise mémoire.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Dihiya BERCHICHE
    9 juin 2015 at 22 h 49 min - Reply

    Une conscience SANS mémoire, est une mémoire SANS conscience.

    Une mémoire sans SHOA est une SHOA sans mémoire.

    Une conscience sans SHOA est une SHOA sans conscience.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • ca21dz
    10 juin 2015 at 11 h 12 min - Reply

    Bonjour tout le monde, à la lecture des commentaires des uns et des autres, la plus part s’accorde sur le devoir du mémoire.

    Je suis plutot de ceux qui veulent sauver le peut qui reste de cette algerie et je m’accorde avec Monsieur nekkaz sur le fait que le maitre c’est la jeunesse

    Permettez moi mes frères, jusqu’a quand vous continuez de demander des comptes?

    La bataille aujourd’hui c’est déja avoir une place dans cette Algérie pour les jeunes et pour tout le monde d’ailleurs ensuite quand on aura une place que chacun effectuer les petits pas de changement

    N’est pas le FIS a été arrêté sur des rumeurs ? alors que vous la ou vous êtes vous parler de comptes, comment compter juger les responsables de la crise des années 90 ? si ce n’est pas l’histoire qui va les juger c’est a dire bien après nitres époque d’ailleurs il y a tellement de jugement depuis notre indépendance que meme les tribunaux du monde entier ne suffaisent pas. Un peu de réalisement pensant a la construction du pays laissant les choses se font dans l’ordre et faisant confiance en nous pour l’avenir de notre pays

    Monsieur Nekazz heureusement que vous exister contunier votre combat elle juste et votre vision elle est en avance de notre temps

    Merci

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • karim
    10 juin 2015 at 11 h 13 min - Reply

    Lorsque j’avais pris conscience en 2007 de la nature réelle et surtout des objectifs visés du personnage –Abdelaziz Bouteflika- que des puissances étrangères, noyautées par des lobbys surpuissants, ont placé à El Mouradia en 1999, j’avais cette intime conviction qu’il n’est pas près de partir dans l’au-delà sans avoir fait un maximum de dégâts ici-bas.

    Afin de faire passer le message, j’avais essayé de sensibiliser les médias et les formations politiques sur les dangers à venir, je me suis heurté au mur de ces paradigmes coloniaux qui nous divisent depuis toujours.

    Le récit est long à raconter alors que le temps presse…

    Le dernier événement en date –la fausse intrusion d’Ahmed Gaïd Salah- lève presque complètement le voile, en attendant la visite de François Hollande, sur une scène théâtrale qu’on imaginait que par représentation mentale pour les plus éclairés. Il a pour mérite de nous questionner sur nos devoirs et sur nos responsabilités.

    L’Algérie est sur le point d’être prise en otage par une organisation criminelle internationale acculée dans son propre fief.

    Devant cet état de fait, ce n’est pas d’opposants dont l’Algérie à besoin mais de sincères patriotes.

    citoyen karim

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Ali sbih
    10 juin 2015 at 17 h 50 min - Reply

    Faut il ériger les potences et/ou préparer les urnes?

    Il est vrai que l’on ne peut faire l’impasse sur des félonies et des tragédies commises gratuitement et dont on aurait pu en faire l’économie.

    C’est un pays qui n’est pas l’exclusivité de ceux qui détiennent la force ni de ceux qui savent bien parler ni de ceux qui crient plus fort que leur voisin.

    Il appartient à ceux qui l’aiment très fort même si quand ils le disent ou en parlent , ils sont maladroits.

    @Z.A nous a habitué à plus de hauteur ,un vocabulaire moins colorié ,une perspicacité originale sur les sujets sensibles ,d’avantage de courtoisie dans les propos et un certain courage politique qui cette fois ne semble pas être au rendez vous.

    Notre pays a au cours de sa longue existence connu des pillages et des assassinats de masse consécutivement à des invasions pour des motifs la plus part du temps inavouables. Plus proche de nous ,rares ont été les décennies qui ont été exemptes de meurtres collectives ou la mort gratuite d’homme a été la règle et le pillage des biens de la communauté le droit du plus fort.

    Le monde évolue, les législations particulières propres aux pays sont en train de s’effacer devant le nouvel ordre mondial ,il existe des tribunaux internationaux à même de traiter toutes les demandes pour autant qu’elles soient fondées, certains de nos concitoyens y sont allés.

    La dégradation de la stabilité régionale, la porosité des frontières ,la chute du baril ,l’instabilité sociale qui touche toutes les régions et les couches de la population liée à des impératifs de survie et de mal vie et d’autres facteurs connus de tous ne font que refléter/ traduire dans les faits l’incapacité de l’Etat à prendre en charge les questions cruciales voire vitales posées .

    La mise en place d’un projet de société ,le retour du pays à l’exercice de sa souveraineté sur les hommes ,sur les biens et sur sa capacité à recouvrer son influence sur le cours des événements régionaux et pourquoi pas internationaux devient cruciale.

    La question qui mérite d’être posée est « est ce qu’il est légitime de hiérarchiser les priorités voire les urgences »quand on sait le peu de temps qui reste pour réagir et soustraire le pays à la prédation qui se dessine voire à sa dislocation.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

    • Dria
      11 juin 2015 at 14 h 57 min - Reply

      @Sbih

      si c’est pour rafistoler se sera l’une (potence) ou l’autre (urne), mais si c’est pour construire un état solide les deux à la fois sont indispensable, je m’explique par ce proverbe « chasser le Moubarek il revient au galop » si on avait appliqué la potence on n’ en serait pas là , et comme Morsi avait opté rien que pour les urnes , malheureusement le pauvre il risque la potence …

      Je pense que pour une bonne gouvernance, les deux sont souhaitables, bien que pour la potence il ne faut jamais faire dans l’urgence. Ce n’est point par vengeance ni par ignorance que je dirais que Moubarek la mériter amplement cette sentence, ces mains et celles de ses services sont maculés à jamais par le sang d’innocents, dont la plupart sont des femmes et des enfants, quelle amnistie devant des injustices aussi aberrantes, la question qui se pose avons-nous des gens de la trempe de Moubarek …..

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Roger Said
    10 juin 2015 at 21 h 42 min - Reply

    Les arcanes de la mémoire sont comme d’immenses souterrains où la lumière de l’esprit ne pénètre jamais mieux que lorsqu’elle a cessé de briller au-dehors. Rien ne ressemble plus à la vive persuasion que le mauvais entêtement : de là les partis, les cabales, les hérésies, les caractères et les ignorants etc…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • reda
      10 juin 2015 at 23 h 44 min - Reply

      Le respect de la mémoire portée à nos glorieux Chouhadas est le gage de la lumière libératrice qui éclairera les arcanes des chemins tortueux de notre destinée.

      Il est vrai que tout change afin que rien ne périt – LA MÉMOIRE – qui doit rester éternellement vive dans nos coeurs et nos esprits.

      Il est également vrai que c’est à cause du mauvais entêtement que la SAGESSE se mêle de toutes les choses qui entravent en ce bas monde la bonne marche vers l’idéal non pas: des partis, des cabales, des hérésies, des caractères et des ignorants maléfiques qui veulent nous plonger à tout jamais dans les abysses de l’ignorance infinie tramée de manière insidieuse par l’état profond maçonnique… pour qui le peuple, hélas, n’est qu’une bête suggestionnable qu’il faille mener vers une mort sociale programmée tant il est vrai qu’on offre toujours au chien un os pour lui faire oublier sa laisse…

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Zineb Azouz
    10 juin 2015 at 23 h 24 min - Reply

    @Ali Sbih
    Merci pour cette remarque, je vous rappelle que mon humble analyse sur le front des effrontés et autres reliques du pouvoir n’a pas changé, ce que vous lisez est une brève réaction à des propos et surtout à un logos redoutable, certes qui mériterait un décryptage, mais tout est dit hélas !
    On ne battit pas sur du vide et on n’affronte pas le pouvoir on occultant ses crimes, surtout et c’est ce qu’il faut bien saisir, que ce n’est pas un luxe que d’exiger un ETAT FORT dans cette conjoncture justement au moment où les Etats sont dépecés de tous leurs attributs au profit d’un dictature aveugle qui ne comprend pas que ts les régimes sont sur des sièges éjectables et qui refuse de voir qu’il y a plus fort et plus sadique qui nous guette aux portes.
    Construire un Etat Fort est notre seule chance face à un empire qui a privilégié pour un temps les voyoucraties mais qui peut du jour au lendemain décider de les intégrer sous la bannière d’un Khalifat Wahabito-ultra libéral.

    Cordialement,
    Z.A.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • karim
    11 juin 2015 at 11 h 26 min - Reply

    El Biar, ministère de la Justice, bureau d’ordre général, 16 février 2014 :

    – Bonjour,

    – A votre service…

    – J’ai déposé une plainte le 29 août 2013 (à peine quelques heures avant que le Conseil d’Etat n’annule la réunion du CC du FLN), par lettre recommandée, et à ce jour je n’ai eu aucune suite,

    – Une plainte au civil ou au pénal ?

    – Au pénal.

    Je lui tends mon récépissé postal (n° 000179 du 29/08/2013 – 8h), sur son verso est portée la mention ‘’livré le 01/9/2013 – El Biar’’

    – Veuillez vous asseoir un moment…

    Quelques minutes après :

    – Désolé, je ne trouve pas votre courrier,

    – Écoutez moi bien, j’ai envoyé au ministre de la Justice un courrier
    hautement sensible portant sur une plainte au pénal contre un magistrat toujours en exercice, laquelle plainte est dûment accompagnée de preuves incontestables à charge. Je n’ai pas eu de retour d’accusé alors que la Poste vient de me confirmer que le courrier à bien était livré, et là vous me dites que vous ne le trouver pas. Situation plutôt anormale vous ne trouver pas ?
    Alerté par le vacarme de mes propos –j’ai haussé le ton histoire de prendre à témoins tous ceux qui étaient présents-, un responsable de la garde pénitentiaire vient s’enquérir de la situation, je lui relate les faits, il demande au préposé du bureau d’ordre d’effectuer une autre recherche. Quelques instants après le préposé sort un autre registre sur lequel sont repris les références de ma correspondance :

    – Votre courrier a été transmis au Cabinet le 01 septembre 2013, il n’est plus redescendu depuis.

    Je fais clairement savoir que je ne sortirai pas du ministère sans voir, dans ce cas là, le chef de Cabinet.

    Le responsable de la sécurité demande au chargé du bureau d’ordre de lui transcrire les références sur un bout de papier, et me demande ensuite de le suivre dans son bureau, de là, il prend le combiné de son téléphone fixe et appel le Cabinet :

    – Bonjour, j’ai devant moi un citoyen qui vient s’enquérir… (son visage blêmit soudainement)

    Il balbutie des excuses, raccroche, reste un instant figé et marmonne d’un air dépité :

    – Vous voulez rendre service, vous-vous retrouvez piégé !

    Il ignore que toute la scène devant le bureau d’ordre est suivie fébrilement, en live, par les concernés en haut de la tour, via la télésurveillance. Il ne se doute pas une seconde qu’il est dans une affaire qui dépasse, et de loin, le cadre même du ministère de la Justice.

    – Venez avec moi, on va voir mes supérieurs, me dit-il d’un air désemparé.

    Je le suis jusqu’à un bureau situé à un niveau supérieur. Il entre seul un moment puis ressort, complètement ébahi devant tout ce qui lui arrive.

    – Allez voir le juge ! Finit-il par me lancer,

    – Il est où ce juge…

    Il m’accompagne jusqu’à la porte d’un bureau portant mention bureau des affaires pénales.

    – C’est là, attendez votre tour…

    Il s’apprêtait à sortir vers l’extérieur pour prendre de l’air quand son portable sonne. Il décroche, me fusille du regard et rentre à grand pas vers le bureau d’où il venait de sortir.

    J’attends un bon moment -deux heures environ- tout en faisant les cent pas dans le couloir, une greffière finie par m’inviter à entrer voir le sous-directeur des affaires pénales.

    – Bonjour,

    – Bonjour, à votre service (visiblement anxieux),

    – J’ai déposé une plainte au pénal contre un magistrat toujours en exercice, cela depuis fin août 2013 (je lui remets mon récépissé), je viens pour m’informer des suites et on me donne ceci, (je lui tends le bout de papier jaune sur lequel le bureau d’ordre a inscrit ceci : 7963 du 01/09/2013 voir C/C, (et en arabe) ediwan)

    Très mal à l’aise, il appel sa greffière, lui donne le bout de papier et lui demande de prendre attache avec le Cabinet pour en connaître le dossier et de l’informer ensuite. Après ça, il tente presque timidement une question tout en précisant que je ne suis pas obligé de lui répondre :

    – c’est quoi comme affaire ?

    Je lui dis que tout est dans mon envoi et que je souhaite d’abords qu’on puisse mettre la main dessus.

    Il me demande d’attendre à l’extérieur de son bureau, visiblement soulagé de ne pas s’être impliqué dans ce qui lui semble le dépassé.
    Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire dit l’adage.

    Quelques minutes après, la greffière vient me dire, presque dans mon oreille… que mon dossier est introuvable.

    « Nul n’est en droit d’attenter aux fondements de l’édifice républicain ni aux acquis. Nul n’est en droit de régler ses comptes personnels avec les autres au détriment des intérêts suprêmes de la nation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays » énoncera le communiqué de la Présidence 48 heures après le récit ci-dessus.

    citoyen karim

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Dria
    11 juin 2015 at 13 h 45 min - Reply

    Cher citoyen Karim votre commentaire mérite d’être publié , même avec ce pseudo , car on sent l’authenticité et la véracité des faits, Mais pourquoi continuer à subir les affres de cette justice made IN chez nous, notre ministère de l’INjustice étant après le cabinet noir l’une des institutions vitale pour ce pouvoir illégal, à l’instar de son premier magistrat, c’est de là qu’on puise la légitimité des scrutins, qu’on avalise des décrets présidentielles, qu’on propose des arrêtes ministérielles, qu’on étouffe des affaires scabreuses, qu’on concocte des lois et des jugements le plus souvent injustes envers des citoyens honnêtes …

    A défaut de pouvoir importer des juges et une justice intègre, ne serait-il pas plus judicieux de frapper à la porte des institutions onusiennes ou de droits pénales internationales ( Amnesty international, Human Rights Watch, TPI, ELKARAMA …) ou l’on a la chance de voir sa cause aboutir surtout quand on a des preuves irréfutables sont en sa possession , et sachant pertinemment que faire affront de face avec ce régime , on risque des représailles lâche et le plus souvent dans le dos ….

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • karim
    12 juin 2015 at 14 h 20 min - Reply

    De tous les fléaux des plus anciens et des plus endémiques ayant à son actif les ravages et les destructions d’ampleurs qui continuent de marquer la Terre, pourtant joyau de l’Univers, la corruption de l’homme est incontestablement celle qui laisse l’empreinte la plus indélébile sur le support de la grande histoire humaine.

    Elle est derrière le fourvoiement des gouvernances de ces derniers siècles à travers le monde, la principale cause des conflits actuels et le fondement même de ces nouveaux concepts qui entraînent des milliers de gens vers cette folie du XXIème siècle qu’est le djihadisme sans réelle croyance.

    M. Hollande, en acceptant de venir donner son onction à un régime des plus corrompus de la planète –induit sans doute en erreur par sa représentation diplomatique ici à Alger- ne fait que perpétuer cette image d’un colonialisme hideux dont se nourrissent toutes les mouvances extrémistes.

    (Je vous ai assez suivi dans votre trajectoire politique M. Hollande pour savoir que, contrairement à certains de vos prédécesseurs, vous n’êtes pas quelqu’un de foncièrement mauvais, seulement voilà, lorsque vous viendrez prendre ce petit café avec votre ‘monsieur Algérie’ à Zéralda, sachez qu’il se dit que c’est de cette endroit qu’est partie le germe du choléra qui a fini par envoyer définitivement aux Invalides Thomas-Robert Bugeaud le 10 juin 1849.)

    citoyen karim

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos