Édition du
8 December 2016

JSK: LES DESSOUS D’UNE MACHINATION

JSK2Elle fait face à une déstabilisation menée depuis les hautes sphères claniques du pouvoir algérien

JSK: LES DESSOUS D’UNE MACHINATION

La boucle est bouclée! Du moins, c’est ce que semblent croire les membres du « comité de sauvetage de la JSK » Cela dit, lors de leur conférence de presse tenue 1e 27 juin 2015 et couverte, entre autres organes de presse, par les soins du support médiatique de ce « comité », en l’occurrence, la fratrie du Buteur, il s’est passé quelque chose de très important ! Quelque chose que la presse présente à la dite conférence a laissé filer entre les lignes de ses colonnes. Oui, il y a eu une révélation. Contre toute attente et à son esprit de rusé défendant, Me Salah Meriem, ancien avocat de la JSK et, actuellement, membre du comité de « ses sauveurs », s’est fait l’avocat du régime militaro-mafio-DRS ! Un régime où l’argent sale est érigé en moyen de mettre les affaires du pays, ses institutions, ses constitutions répétitives, ses richesses et, même, le quotidien de ses enfants, à la merci de l’informel et de l’irrationnel. Un régime qui a mis le pays entier hors-la-loi. En effet, lors de son intervention Me Meriem a lâché ces propos, pour le moins, inattendus : « Nous sommes dans une république de droit. Nous sommes dans un Etat de droit. Quand la loi est piétinée et que les documents existent, croyez-moi que l’Etat ne ferme jamais les yeux ». Rien que cela ! A le croire, l’Algérie serait une grande démocratie dont les affaires seraient gérées dans la légalité, où les lois tireraient leur force du texte fondamental, où la constitution tirerait, avant tout et après tout, sa légitimité du peuple. Hallucinant ! Naïveté excessive, ignorance des réalités du pays ou coup mal calculé ? Une chose est certaine : à tous ceux qui répètent à-tue-tête que l’agitation que connait l’environnement de la JSK n’a rien d’une manipulation politicienne et clanique, Me Meriem vient de prouver le contraire.

UNE FAF INSTRUMENTALISÉE ET UNE JUSTICE AUX ORDRES

Au fil des évènements, les fils de ce théâtre de marionnettes sont mis, un à un, à la lumière du jour. Preuve en est, la récente « visite » des membres du « comité » du siège de la FAF. Une « visite guidée », tenue secrète, jusqu’à ce que Compétition, au grand dam de la fratrie du Buteur, en fasse sa Une. Dos au mur, l’ex-défenseur de la JSK, Hamid Sadmi, et Me Meriem ont été obligés de réduire ce que certaines sources ont révélé comme « une réunion » tenue entre les représentants du « Comité » (MM.Iboud et Izri étaient, également, présents) et M.Mohamed Raouraoua, président de la FAF, à un concours de « hasards »… programmés. Seulement, il n’y a pas de fumée sans feu !

Ainsi, M. Raouraoua a accepté d’accueillir un comité dépourvu de toute légalité et de toute légitimité « avec un grand sourire ». A ce titre, son silence en dit long. Mieux, le secrétariat de l’instance fédérale qu’il préside a accepté d’enregistrer leurs « courrier » et de l’étudier, selon les dires des « sauveurs » autoproclamés de la JSK. Enfin, une telle attitude de l’un des relais du clan commandement militaire-présidence n’est guère étonnante.

A titre de rappel, au lendemain de l’assassinat du joueur vedette de la JSK, le camerounais Dominique-Albert Ebossé, alors que l’enquête n’était qu’à ses débuts, la FAF de Raouraoua et La Ligue de Kerbadj avaient vite fait de sanctionner lourdement la JSK et ses supporters, les mettant, de fait, au banc des accusés dans une affaire où ils n’étaient, pourtant, que victimes. Pis, MM. Raouraoua et Kerbadj avaient pris des mesures anticonstitutionnelles, voire dangereuses pour l’unité de l’Algérie.

Car, comment ces deux acolytes peuvent-ils expliquer l’interdiction faite aux supporters de la JSK de l’accompagner, même, quand elle jouait à l’extérieur ? Sur vérification de papiers et par le simple fait d’être de Kabylie, les supporters étaient refoulés des stades où évoluait leur équipe fétiche. A cette frustration, s’ajoutait l’humiliation d’obliger certains d’entre eux à se déshabiller pour montrer qu’ils ne portaient aucune arme !!!

Sur sa lancée, Raouraoua a mis « le dossier JSK » sur la table de l’Exécutif de la CAF en un temps record. Le seul souci, pour lui, était de sauver son ambition de briguer un mandat sur le siège de Hayatou, président de la CAF et compatriote de feu Ebossé. Seulement, ses desseins furent réduits à néant. Un tel comportement n’est guère étonnant de la part de Raouraoua que Hichem Aboud avait épinglé dans une enquête riche en révélations sur les malversations, les magouilles et toute sorte de pratiques illégales du concerné, l’accusant d’avoir « mis le football algérien hors-la-loi ». Face à cette accusation gravissime, quelle a été la réaction de Raouraoua ? Motus et bouche cousue. Et la justice algérienne, comment a-t-elle réagit ? Rien à signaler. Lutte clanique oblige, les autorités « politiques », quant à elles, ont fait simple : puisant dans le gisement de leurs méthodes liberticides, elles ont fermé « Mon Journal » et « Djaridati », les deux journaux de Hichem Aboud. Et dire que le « comité » veut remettre le sort de la JSK entre les mains de ces autorités claniques et de cette justice aux ordres ! En d’autres termes, il veut livrer la JSK mains et poings liés aux clans qui se livrent une guerre acharnée, entrecoupée de trêves claniques, pour l’après Bouteflika. A l’évidence, ce scénario rappelle celui de l’assassinat de Matoub Lounès dont l’affaire fut bâclée dans une mascarade de procès, tenu en début des années 2000, pour innocenter ses véritables assassins et leurs chefs militaires.

A l’époque de cet assassinat, Zeroual, en sa qualité de Président de la République, voulait s’affranchir de la tutelle du Janviéristes. Ayant compris ses visées, ces derniers avaient multiplié les manigances, les massacres à ciel ouvert et les assassinats. Celui de Matoub Lounès avait précipité son départ de la présidence, en 1998. Une telle tournure des événements rappelle, aussi, l’affaire du rapport Issad sur les événements de Kabylie, en 2001. Des événements provoqués par « El Mokh », à la tête de 12 colonels du DRS, en vue de reconfigurer le paysage politique national à la guise des services secrets algériens qui voulaient imposer à Bouteflika une politique d’amnésie générale sur les 200 000 morts et les 20 000 disparus de la guerre menée contre les civils durant les années 1990. A ce jour, ce rapport est resté dans les tiroirs des marionnettistes de l’ombre. Elle rappelle, également, le sort réservé, par les clans du pouvoir algérien, aux affaires de la BRC, de Sonatrach 1 et 2 et à celles, récentes, des procès de l’autoroute Est-Ouest et de Khalifa. Dans toutes ces affaires, aucun baron du régime militaro-mafio-DRS n’a été inquiété. Voici, donc, la nature du régime algérien que Me Meriem qualifie d’ « Etat de droit ».

Un régime qui, aujourd’hui, tente de se servir de la JSK comme moyen de maintenir un climat de tension, en Kabylie, en vue d’instrumentaliser cette région, en cas de besoin, dans la lutte pour la préparation de l’après Bouteflika. Pour le moment, les clans commandement militaire-présidence et DRS semblent observer une trêve clanique conclue sous l’influence de puissances étrangères agissant au nom de la raison sécuritaire d’Etat. En attendant, les agitateurs de tout acabit leur servent à faire diversion sur leurs « négociations ». C’est dans ce contexte que le comité des « sauveurs » de la JSK a été « autorisé » à organiser des marches vides de toute substance sociale et sevrées de tout sens politique, sans avoir une existence légale. Aussi, il a été « autorisé » à fouiner dans les archives de la DJS et à « solliciter » les « autorités » d’un pouvoir illégitime pour « régulariser la situation de la JSK ». Cherchez l’erreur !

LA MARCHE DU 05 JUILLET, UNE MANIPULATION DE TROP !

Les accointances politiques des « sauveurs » de la JSK avec certains partis et certains mouvements, dits séparatistes, issus des laboratoires du DRS ne sont plus à démontrer. La marche qu’ils ont organisée, la deuxième du genre, le 16 juin dernier s’en est chargée. A ce sujet, il est à rappeler que certains des « acteurs » de la machination de 2001 qui a fait des dizaines de morts en Kabylie agissent, aujourd’hui, dans le sillage des « sauveurs » du club le plus prestigieux de l’Algérie. Après la manœuvre qui visait, le 15 juin passé, à mobiliser la communauté estudiantine de Tizi-Ouzou pour la marche du lendemain, ces accointances se manifestent, encore une fois, à travers un rassemblement que « le comité » de ces « sauveurs » compte organiser le 05 juillet prochain au Trocadéro de Paris. Force est de constater qu’à ce titre, le choix de la date n’est pas fortuit. Celui du lieu non plus. Ainsi, au 53e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, des personnes organiseront un rassemblement, à Paris, pour…demander le départ du président d’un club algérien de football! C’est dire que le ridicule ne tue point ! Certains s’y sentent comme des poissons rouges dans un aquarium. A dire vrai, cette manifestation est une insulte à la mémoire des algériennes et des algériens. Elle est, également, une injure à leur intelligence. Car, elle vise à réduire à néant jusqu’à l’idée de la souveraineté nationale dont le peuple a payé le prix le plus fort. Au moment où des partis politiques légaux ne sont pas autorisés à organiser des rencontres et des manifestations politiques, au moment où d’autres partis attendent leurs agréments pour investir une scène politique réduite à une peau de chagrin, au moment où les syndicats autonomes font face à des tentatives de neutralisation menées d’ « en haut », au moment où des associations diverses peinent à trouver un appui financier à leurs activités, au moment où des journalistes, des militants des droits de l’Homme, des manifestants ou de simples citoyens sont arrêtés, humiliés, un « comité » se disant agir au nom de la JSK, sans qu’il soit mandaté à le faire, est autorisé à organiser des manifestations. Pourvu que ces manifestations servent d’accélérateur à une folklorisation programmée de la pensée et de la contestation citoyenne, en vue d’éloigner les algériennes et les algériens des questions sociales et démocratiques pouvant mettre à mal le régime militaro-mafio-DRS.

A la lumière de tous ces éléments, entendre Me Meriem dire que « nous sommes dans une république de droit » n’est, finalement, pas une grosse surprise.

Hacène LOUCIF


Nombre de lectures : 13237
36 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Jewdy
    1 juillet 2015 at 17 h 11 min - Reply

    Un grand merci Monsieur Loucif.Il était urgent que quelqu’un de sensé dévoile au grand jour les desseins de ces apprentis sorciers.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • Gaya
    1 juillet 2015 at 17 h 26 min - Reply

    M.LOUCIF,

    A ma connaissance, ce n’est pas ce comité de sauvegarde qui a transformé le cercle sportif de la JSK à Tizi-Ouzou en une permanence du candidat Bouteflika. Un portrait géant y a d’ailleurs été collé à côté de l’emblème du club.

    Ce n’est pas ce comité qui a signé un contrat avec El Chourouk, journal ostentatoirement anti kabyles qu’il désigne comme des mécréants et qu’il appelle à châtier.

    Pour votre information, un registre de commerce n’est pas un document confidentiel. Il fait l’objet d’une publication qui a pour but d’informer les tiers.
    Sous d’autres cieux, ce documents est téléchargeable sur le net.

    Vous partez vite en besogne en mélangeant tout et n’importe quoi.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 31

  • mokas
    1 juillet 2015 at 17 h 42 min - Reply

    JSK / UN COMITE AUX ORDRES POUR LA FITNA EN KABYLIE
    Ils ne sont pas habilités par les autorités. Ils manifestent de façon illégale et de plus ils déposent des plaintes (irrecevables normalement). Pourtant, pour la moindre autre réunion ou manifestation vous avez un débarquement de policiers…Mais là tout est permis.
    Mais à quel titre un avocat soumis au droit de réserve devient-il intrigant, investigateur, juge et partie .Qui l’autorise à braver / outrepasser allégrement les règles de sa profession. Au surplus ce médiocre et triste sire du nom de MYRIAM (au masculin) opère à visage découvert sans que personne n’ose relever son statut de membre d’un comité clandestin ? La fédération de football le reçoit dans ses locaux, la ligue accepte son dossier, le tribunal ne dit rien et…..l’état contemple avec une apparente jubilation ce paysage Kabyle kafkaïen, cette division créé de toute pièce autour de la JSK par une bassecour composée d’opportunistes et de régionalistes dangereux pour l’unité du pays ……..
    Dans toutes les démocraties les règles sont appliquées à la lettre. En Algérie apparemment L’ILLEGALITE DEVIENT LA REGLE NON DITE. Partant de cette réalité, créons tous un comité pour demander le départ d’un ministre ou pourquoi pas un journal (la clandestinité est permise) pour salir l’adversaire et jeter l’opprobre sur sa famille.
    Bientôt, quel beau spectacle, notre football avec pour étendard la JSK ira s’exhiber à PARIS en sitting le jour de notre indépendance pour fêter nos martyrs…..
    Dormez chers supporteurs sur l’autel de cette machination et je vous conseille de lire à votre réveil l’excellent papier de Mr LOUCIF sur le journal « le quotidien d’Algérie » ….Bien tardivement, vous constaterez le résultat de la FITNA voulue en KABYLIE…Votre comité aura réalisé le plus grand holdup du siècle et se fera dorer au soleil de quelques lointaines contrées pendant que vous vous lamenterez sur votre triste sort…….. Quel gâchis !
    Mocas

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • mouhou
    1 juillet 2015 at 18 h 09 min - Reply

    Le problème d ela jsk est réél et hannachi agit en despote avec l’aide de ses amis du 1er cercle prédsidentiel. que le drs s’immisce dans le bras de fer en soutenant ses opposants, c’est fort possible mais ça n’enlève rien à ce que l’origine du mal soit hannachi.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 14

  • djamal
    1 juillet 2015 at 21 h 33 min - Reply

    je partage entièrement cette analyse que je trouve très juste et objective.maintenant j’espère que nous sommes plus nombreux à le penser.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Salah B
    2 juillet 2015 at 0 h 13 min - Reply

    Monsieur Loucif,
    Vous n’avez rien compris, ce n’est ni le DRS ni les hautes spheres en algérie que complotent contre ce club SPORTIF, il y a aussi une main étrangère, la CIA, Le Mossad et meme Daech s’en mele de cette affaire de JSK. Aux dernieres révélations de sources sure le KGB aussi a été réactivé.
    Bref, si vous essayez de ramener des informations vérifiables comme l’ont fait les membres du comité de sauvegarde serai un énorme pas en avant du journalisme en Algérie!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 16

    • Amokrane
      2 juillet 2015 at 14 h 20 min - Reply

      Merci Loucif pour votre clairvoyance.

      C’est bien le DRS qui est derrière tout ce brouhaha, ces manipulations et machinations derrière la fameuse affaire de la JSK….

      On le sait depuis très longtemps déjà, que cette Association des Supporters était créée par la SM. Les Goumeziane, Ait Menguellet, Ait Said, Ait Hamouda, Mokhtar, Aissa, etc. etc sont affiliés à ladite Police politique secrète  » gestapiste « ….

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • Hacène Loucif
    2 juillet 2015 at 11 h 32 min - Reply

    Précisions sur mon article intitulé : JSK: les dessous d’une machination »
    LA LEÇON DE JÉSUS

    Comme attendu, cet article a suscité beaucoup de réactions. J’espérais que ces réactions allaient porter sur les faits et les arguments présentés dans le texte. Car, je ne prétends pas détenir la vérité.Au lieu de cela, beaucoup d’intervenants, en déficit flagrant d’éducation, ont versé dans l’insulte, l’invective et les accusations gratuites. Ainsi, Le Quotidien d’Algérie, l’un des rares journaux électroniques de l’opposition et les pages facebook consacrées à la JSK ont eu droit à ce traitement pour la simple raison d’avoir publié ce texte.

    Tout en remerciant mes amis de LQA et des pages qui ont publié mon article, je tiens à leurs présenter mes excuses pour les foudres de haine que cela leur a attiré

    Heureusement que nombreux étaient, également, les citoyens soucieux d’enrichir le débat, dont les interventions ont permis d’apporter d’avantage d’éclairages sur la machination visant à déstabiliser la JSK pour en faire un instrument de maintien du climat de tension que vit la Kabylie, cette région que les clans du régime militaro-mafio-DRS veulent « utiliser » comme « carte » de pression dans la bataille pour l’après Bouteflika. Je les en remercie du fond du cœur.

    Cela dit, je tiens à préciser, encore une fois, que je m’inscris en faux contre toute forme de bipolarisation programmée, du genre  » pour untel, contre untel ». Dans mon article, il n’a nullement été question de soutenir un enfant, contre un autre enfant de la JSK.

    Seulement, j’ai expose quelques faits montrant la manipulation qui entoure la démarche du « comité de sauvegarde de la JSK ». Une manipulation qui, dépassant largement le cadre sportif, tend à folkloriser les traditions de lutte démocratiques bien connues chez-nous. Aussi, cette manipulation est intimement liée à ce qui se passe dans les hautes sphères claniques du pourvoir, en lutte pour l’après Bouteflika. La preuve, c’est Me Meriem lui-même qui l’a donnée, en déclarant que nous étions « dans une république de droit, dans un Etat de droit ». C’est ainsi que cet avocat a qualifié le régime militaro-mafio-DRS pour justifier les manoeuvres du « comité » consistant à mettre le sort de la JSK entre les mains d’une FAF instrumentalisée contre la JSK, suite à l’assassinat d’Ebossé par les professionnels du crime du pouvoir algérien, des autorités qui fonctionnement au grès des décideurs et une justice aux ordres.

    Pour ce qui est des accusations de magouilles et d' »usurpation de qualité », portées par ceux-là mêmes qui ont cautionné cette façon de gérer la JSK pendant des années, laissez-moi vous rappeler, en ce mois de piété, l’exemple de Jésus.

    Un jour, alors qu’il prodiguait ses enseignements à ceux qui ont cru en son message divin, les scribes et les pharisiens, défenseurs de la loi de Moïse, lui amenèrent une femme prise en flagrant délit d’adultère. Voulant l’éprouver, lui qui interdisait toute atteinte à la vie, et l’accuser de ne pas obéir à la loi Moïse qui prévoyait la lapidation en pareil cas, il lui dirent :  » Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. 5 Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu? »

    Au bout d’un moment, Jésus qui « s ‘étant baissé »,  » écrivait avec le doigt sur la terre » se releva et leur dit : « Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. »

    Alors, que ceux, parmi les membres d’un comité illégale et illégitime, les responsables d’instances footballistiques et d’institutions complètement versées dans l’informel, prouvent leur habilitation à juger de la légalité ou de l’illégalité de la situation de la JSK. A bon entendeur, salut!
    Hacène LOUCIF

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • Mennad
      4 juillet 2015 at 15 h 34 min - Reply

      FOOTBALL POLITIQUE/ISE ET POLITIQUE FOOTBALLISTIQUE !

      Le Pouvoir militaro-mafieux est le plus grand gagnant de sa  » politique sportive  » en  » politisant le fotball  » tout particulièrement, les arènes sportives, les stades, où il encourage, le DRS je désigne, l’expression de la parole et la sloganation extrémiste…..pour diviser à fond, séparer les populations / communautés les unes des autres, isoler les régions (Kabylie, Mzab, Aurès ?) et faire tout (violences, racisme, extrémisme, etc.) pour amplifier la division, la désunion, la séparation, l’isolement, et donc l’effritement, l’atomisation et l’érosion des  » forces  » (?) politiques, et de ce fait, rendre impossible la fondation d’un Grand Pôle oppositionnel populaire, unitaire, unioniste, qui puisse affronter radicalement et directement la Dictature militaire, au pouvoir depuis 62, qui pille toutes les richesses, et massacre la population / les populations, hypothèque l’avenir du pays tout entier…..

      UN SEUL GAGNANT : LE REGIME MILITAIRE !

      Plus ça divise, ça sépare, ça isole, ça chamaille, ça met le feu aux poudre, ça casse, ça frappe, ça violente, ca s’effrite, ça s’érode, ça s’atomise…le Régime militaire ( en général ) est gagnant, ainsi pour ses Clans militaro-mafieux ( en particulier ) . Car, de ce fait, il ne peut pas y avoir de force politique qui puisse émerger, et constituer un quelconque danger.  » Diviser  » au maximum,  » isoler  » totalement les régions les unes des autres,  » séparer complètement  » les communautés et les régions : la formule est gagnante, porteuse et a réussi amplement….héritée du Maréchal Bugeaud !

      Cet autre  » opium du peuple  » qu’est le football est utilisé par les Pouvoir politiques pour amadouer, hypnotiser, séparer, diviser, embrigader la/les populations/s. Et encore davantage par les Régimes dictatoriaux militaire, comme celui sévissant en Algérie !

      La preuve en est que ceux qui gèrent les Equipes et les Associations de supporters sont tous affiliés à  » l’ « Organisation criminelle et mafieuse  » qu’est la SM-DRS, la Police politique secrète du Pouvoir militaro-mafieux régnant !

      Khalef, Hanachi sont notoirement connus pour leur appartenance à la SM-DRS. Et l’Association des supporters de la JET puis JSK est créée par la Sécurité militaire (SM-DRS) : les Goumeziane, Ait Menguellet, Ait Said, Ait Hamouda…tous de la SM

      Puis le fameux Comité de sauvetage, associant les extrémistes autonomistes et indépendantistes sponsorisés et instrumentalisés par le DRS (MAKistes et Amis du Manifeste (MAK-bis du DRS). Il n’y a qu’ décrypter et décoder » les slogans extrémiste, racistes, xénophobes » dans les stades et certaines marches pour voir qu’il y’a bien une incitation, une instrumentalisation, un manœuvre délibérée pour rajouter la division à la division, pour induire l’isolement et la séparation de la région, et la discréditer politiquement (des mots d’ordre extrémistes, torus, aux antipodes de ce qu’était naguère le MCB, rassembleur, fédérateur, patriotique, oppositionnel = des caractéristiques effrayantes pour la SM, laquelle a tout fait pour obtenir sa » mise à mort » par le RCD intéerposé, les Sadi, Ferhat, Ait Larbi, Lounaouci, Khalida, Benyounès et autres valets et ponce-pilâtes de la SM…..)

      Bref, la JSK exactement comme le Dynamo de Berlin, crée et entretenu par la STASI. C’est sur ce modèle. Après tout, plusieurs promotions d’Officiers de la SM étaient entrainés par la Stasi à Berlin et Alger….
      Sur Google, rechercher : Dynamo de Berlin Stasi Police secrète Mielke

      LE REGIME MILITARO-MAFIEUX A TOUJOURS EU une « STRATEGIE DELIBEREE « POUR NEUTALISER CETTE REGION

      Depuis 1962 déjà, le Pouvoir militaire naissant, par le biais du Coup d’Etat du 3 Juillet 62 (Officiers de l’Armée française, alliés aux Officiers de l’Armée des frontières) a conçu une  » Stratégie délibérée  » pour contrer, réprimer, embrigader, neutraliser et casser la Kabylie: assassinats politiques, kidnappings, meurtres en série, incursions dans les villages, terrorisme manipulé, partis-officines, associations-relais, kabyles des (d+e=S) Services (très nombreux à la Direction de la SM, puis du DRS), prolifération de la drogue, alcoolisme encouragé, prostitution et proxénétisme à des proportions hallucinantes ( ça rapport énormément d’argent pour les souteneurs, et ça embrigade ; ça endort les jeunes et autres clients), et autres maux et fléaux. Tout y est !

      La Kabylie (une région, plusieurs départements) est historiquement contestataire, protestataire, proche d’Alger (la capitale, lieu géographique et symbolique du pouvoir régnant), et a depuis toujours été  » le fer de lance  » et la  » tête de la locomotive  » rebellionnaire et révolutionnaire, et c’est bien pour ça que le Pouvoir militaire fait tout pour la casser……pour perdurer et se perpétuer !

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • Hacène Loucif
    2 juillet 2015 at 14 h 10 min - Reply

    Il est clair qu’il n’y a aucun critère sportif plaidant pour le maintien de Hannachi à la tête de la JSK. Seulement, quand les choses dépassent le cadre sportif, quand on organise des manifestations folkloriques pour vider les luttes démocratiques de toute substance sociale et de tout sens politique, quitte à le faire le jour du 53e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie et à Paris, quand on remet le sort d’un club comme la JSK entre les mains des instances footballistiques dont les responsables ont pris des mesures anticonstitutionnelles et antinationales contre la JSK et ses supporters, quand on sollicite des « autorités politiques » inféodées aux clans du pouvoir et une justice aux ordres pour juger de la légalité ou de l’illégalité de la situation de la JSK, les choses prennent une autre tournure. Une tournure extrêmement dangereuse pour la JSK, la Kabylie et l’unité de l’Algérie. En conséquence, la lecture des événements doit être au diapason de ce changement. Bien à vous. Hacène LOUCIF.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Dudesert
    2 juillet 2015 at 19 h 28 min - Reply

    @loucif
    Le soir d’Algerie a publié une contribution intéressante de Boukrouh sur Bouteflika.
    Il suffit de jeter un coup d’œil pour nous éviter des théories ubuesques, alors que le problème est simple.
    Hannachi a vécu trop longtemps à la tête de la JSK. En tant que président du CSA, association, les choses peuvent s’expliquer. Mais en tant que PDG de la SSPA, c’est claire qu’il est dépourvu de compétences et de moyens matériels et financiers pour devenir un président d’Un Conseil d’´Administration. S’il aime la JSK, il n’a qu’à acheter toutes les actions pour devenir un vrai actionnaire majoritaire mais avec un capital respectable. Sinon, qu’il ouvre le capital ou qu’il le CSA ouvrir le capital et qu’il se retire pour permettre a d’autres d’acheter les actions. C’est une affaire commerciale et financière.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • A.Hocine
    3 juillet 2015 at 1 h 46 min - Reply

    @ Dudesert
    Vous avez parfaitement raison.En effet,le problème qui se pose a la Jsk,relèvent de l`application des statuts et de la loi régissant les SSPA.
    Les manifestants des comités de soutien doivent êtres considérées simplement du point de vue de la defense du Club en tant que signe de mecontentement contre le sort que les decideurs,a l`echelon nationale,réserve au club phare de l`Algérie et plus encore parcequ`il est le représentant d`une ,qui a tort ou a raison est considérée comme rebelle .
    Jusqu`a ce jour ni la Faf,ni,le Ministre de la jeunesse et des sports n`ont
    exprimer ne serait-ce qu`un avis,alors qu`ils devaient agir en tant qu`instances nationales intéressées.
    Hannachi doit etre mis au ban s`il d`aventure il continu a attiser le feu . La Jsk appartient a ses fans c`est a tous les Algeriens qu`elle vive encore et continu a remporter des titres nationaux et internationaux.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Dudesert
    3 juillet 2015 at 10 h 51 min - Reply

    @A.Hocine

    En effet, les lois régissant les sociétés commerciales visent aussi et surtout à organiser leur fonctionnement :
    – actionnariat
    – organisation des AG
    – création du consei d’administration
    – etc…
    Une AG doit être organiser après une information publiée pour permettre à tous les actionnaires d’être présent
    Une augmentation de capital doit faire l’objet d’une publication aussi et doit permettre l’implication et l’acquisition d’action pour toute personne qui supporte le club ou pour toute actionnaire-investisseurs…
    Hannachi n’a aucun droit de se comporter de la sorte : ni moralement, ni juridiquement puisqu’il est un petit actionnaire, un actionnaire minoritaire. L’actionnaire majoritaire est une association …bizarre pour un club symbolique comme la JSK.
    S’agissant du comité de sauvegarde…ses membres ne demandes qu’une chose : remettre le club dans la normalité et la légalité pour qu’il revient au premier plan.
    Salutations

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Malek Rakem
    3 juillet 2015 at 15 h 10 min - Reply

    Cher Hacène LOUCIF

    Franchement, je vous félicite d’avoir choisi LQA pour vous exprimer ! Votre éducation a été même jusqu’à vous excuser auprès de ce blog pour les « foudres de haine » que cela lui a attiré !

    De mon côté, je me permets de féliciter LQA pour l’effort qu’il fait de donner la parole à toutes les sensibilités…. d’une extreme à l’autre . C’est rare de trouver un blog de cette accabit. Merci vraiment.

    Il est vrai que les gestionnaires de ce blog me paraissent plutôt proche du FIS et qu’ils n’ont pas admis l’arrêt qu processus életoral. C’est leur droit. Mais d’un autre côté, il me semble qu’ils n’ont rien à voir avec les idées de la frange extrémiste « jusqu’au boutiste » de cette mouvance. Il est vrai qu’ils ont l’air d’être pour une Algérie « dans le cadre des principes islamiques » (à definir un peu plus, à mon sens) mais il me semble qu’ils sont loin des « Hamdache, Ali Belhadj, Abbassi Madani, du borgne , ou des  » Signataires par le sang » et « d’El-Qaida au Maghreb islamique » même s’ ils ont « un petit chouiya » de la « sympathie critique » envers eux !

    Il est certain qu’ils sont , comme certains opposants, contre les dinosaures qui ont détourné la révolution algérienne, contre les Képis sanguinaires, le FLN de 1962, et bien sûr l’UGTA, le RND , le TAJ etc… etc… les nababs et les mafias comme les Bouteflikaet les Hanachi etc… etc..

    Mais ce qui est troublant c’est que LQA n’est pas d’accord avec la Coordination Nationale pour la transition démocratique (CNLTD) dont l’esprit est celui de l’appel au changement lancé par LQA il y a déjà quelques années. Mais je crois deviner que LQA en veut à l’opposition (quelqu’elle soit) de n’avoir pas voulu se mobiliser autour du FIS pour faire plier le régime en 1991, et qu’il est maintenant trop tard de ce rassembler. C’est un peu sévère comme jugement politique.

    Donc , et c’est dommage, chacun veut combattre à sa façon, même en ordre dispersé ! Mais on oublie que c’est avec cette posture « d’opposition divisée » que les Saidani, les Bouteflika, les Sidi Said et les Hanachi continue de prospérer !

    Pardon à LQA que je lis depuis presque une année , mais c’est ici mon ressenti après analyse de certains propos, certaines mises au point et interventions.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • melas
    3 juillet 2015 at 15 h 41 min - Reply

    meme le fln en 1954 etait un comité illegal

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    3 juillet 2015 at 15 h 55 min - Reply

    A Mr Malek Rakem,
    Cher compatriote,
    Nous ne sommes proches d’aucun parti ni d’une quelconque idéologie. Nous appartenons à ce peuple (avec ses qualités et ses défauts comme tous les autres peuples) et nous sommes PROCHES DE LUI. Nous croyons, dur comme fer, que l’Algérie appartient à tous ses enfants et que toutes les tendances politiques ont droit d’exister, pour peu qu’elles respectent la volonté populaire et le libre arbitre de la démocratie, la vraie, celle des urnes, pas celle des képis et des blindés.Et ce n’est pas à une minorité atteinte de schizophrénie boulitique de dicter ou encore moins d’imposer sa loi au peuple.
    Oui, nous n’avons pas admis le coup d’Etat (et pas seulement l’arrêt du processus électoral) des ex-sous-officiers « déserteurs » de l’armée coloniale et de leurs larbins de la « société servile » (faute de société civile) contre la volonté populaire représentée par les trois Fronts (FIS, FFS et FLN) sortis vainqueurs de ces élections et non pas seulement par le FIS. C’est cela la culture démocratique au sens noble du terme. Nous l’avons toujours clamé haut et fort, il ne s’agissait nullement pour ces putschistes de « sauver la République et la démocratie » pour reprendre leur phraséologie creuse et hypocrite, mais de sauver LEURS PRIVILEGES.
    Oui, nous n’avons pas honte de nos valeurs civilisationnelles berbéro-arabo-islamiques, pour faire plaisir à l’Occident et aux réseaux de Fafa, plus particulièrement. Nous tenons à notre AUTHENTICITE, forgée par l’Histoire et nous ne sommes nullement des indigènes déracinés. Oui, nous croyons en la démocratie comme moyen (le moins mauvais) de gestion politique de la société et au respect des droits de la personne humaine, sans exclusion ni exclusive, loin de l’ignoble indignation sélective.
    Oui, nous sommes persuadés de la faillite de la crasse boulitique (faute de classe politique) et de la pseudo-opposition qui « mange avec le loup et pleure avec le berger », celle qui se réunit au Club des Larbins avec les responsables de la police politique pour recevoir des ordres dans le cadre des luttes sournoises interclaniques. Ceux qui ont participé hier de près ou de loin à la destruction de notre Algérie, ne sont pas les plus aptes aujourd’hui à la reconstruire.
    Non, notre problème, n’est pas le locataire actuel d’El Mouradia, ni le 4e mandat. Notre problème est le SYSTEME en place depuis 62 qui baigne dans l’illégitimité depuis cette date et son OLIGARCHIE MILITARO-FINANCIERE qui est en train de brader l’Algérie, après l’avoir ruiné. Donc il n’est pas question pour nous de nous inscrire dans l’insane stratégie des luttes de gangs qui se déroule sous nos yeux. Notre Peuple (le « ghachi » pour notre abrutigentsia) auquel nous appartenons n’est pas dupe. Il sait séparer le bon grain de l’ivraie et ce ne sont pas les discours hypocrites des « opposants » des officines ni les papiers soufflés des plumitifs soudoyés qui vont aujourd’hui le tromper. Nous ne sommes plus dans les années 90 où régnaient les tristement célèbres « commandos médiatiques » chargés de tromper l’opinion publique tant nationale qu’internationale.
    Amicalement.
    Salah-Eddine SIDHOUM

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 15

  • HAMADACHE
    3 juillet 2015 at 18 h 02 min - Reply

    Monsieur Sidhoum

    Ce n’est pas la peine de vous énerver en ce mois de Ramadhan parce qu’un internaute a dit certaines choses considérées comme absurdes par les uns ou intéressantes par d’autres. ou pas. Mais cher Docteur respectable, vous vous détourner et condamner , et vous avez raison, « ceux qui ont participé hier de près ou de loin à la destruction de notre Algérie » . Ok, d’accord avec vous, ya sidi, sur çà !

    Mais Monsieur Sidhoum , si vous permettez , je vous pose une toute petite question : Est-ce que Abassi Madani (et beaucoup d’autres encore de sa trempe qui étaient sympathisants ou à la direction du FIS ) était auparavant FLN de 1962 auparavant oui ou non ya Monsieur Sidhoum ???? Est-ce qu’ils étaient impliqués avec ….. « des ex-sous-officiers déserteurs de l’armée coloniale et de leurs larbins de la société servile durant des années », OUI ou NON ???
    Je peux vous donner encore beaucoup de noms de dirigeants et sympathisants du FIS qui étaient avec les FLN des «sous officiers déserteurs » pendant de longues années et qui sont passés brusquement par opportunisme dans l’opposition après 1991 , en voulant être à la place de la dictature dite de la « légitimité révolutionnaire » pour la troquer par une autre dictature « au nom du Coran et de Dieu ».
    Ce qui est plus grave, vous n’êtes pas sans savoir Monsieur Sidhoum , qu’il existe parmi ceux qui ont voulu destituer le pouvoir tenu par « les ex-sous-officiers déserteurs de l’armée coloniale et de leurs larbins de la société servile durant des années » en 1991, beaucoup d’entre eux qui ont rejoint leur « hôtel originel de 1962 » après 1991, quand ils ont compris qu’ils ne pouvaient pas aller plus loin avec les chars des Tagarins , alors qu’ils étaient des supporters avérés et convaincus du FIS (tel les Belkhadem pour ne citer… QUE… celui là). Le FLN de 1962 avait déjà en son sein les « singuliers » de 1991.
    Donc, un peu de discernement pour chacun d’entre nous, …et que je sache le discernement n’a jamais tuer personne, contrairement à la dictature militaire ou à la dictature des « fous de Dieu »!
    Le CNLTD , il faut le respecter Monsieur Sidhoum, comme on respecte votre « appel pour le changement !
    Il faut arrêter de tourner l’histoire au détriment « des uns » et au profit «d’autres» surtout quand « les autres » ont choisi de leur côté le drapeau des Saoudiens à un moment grave de l’histoire politique de notre pays.

    Bon courage Monsieur Sidhoum pour votre combat, mais il n’y a pas que vous dans la vraie opposition ! Merci de me publier !

    ===================================
    Dire certaines vérités amères, ce n’est pas s’énerver mon cher compatriote. Le Ramadhan n’a rien à voir avec tout cela. Je partage avec vous certains points et particulièrement l’opportunisme de nos politicards qui changent de veste à chaque coin de rue. On s’oppose à ce régime parce qu’on est convaincu qu’il s’agit d’un ramassis de voyous et de criminels qui mène le pays droit dans le mur. On ne s’oppose pas au régime du jour au lendemain alors qu’on l’a servi durant des décennies, pour la simple raison qu’on a été chassé de la mangeoire ou d’une baraque du club des larbins. Et les exemples sont légions dans « l’opposition » des officines qui sert de vitrine au gang qui veut chasser l’autre gang qui se cache derrière la façade du locataire d’El Mouradia. Nul n’a le monopole du nationalisme, ni de l’Islam, ni de la démocratie ou de l’opposition ou encore du changement. Notre Peuple n’est pas dupe. Il saura au moment opportun séparer le bon grain de l’ivraie. Nous lui faisons confiance. Et encore une fois ce n’est pas la machine à fabriquer les pseudo-leaders et les fausses oppositions, aux desseins inavoués et son mercenariat de la plume qui le tromperont.
    Amicalement.
    Salah-Eddine.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Dria
    4 juillet 2015 at 0 h 13 min - Reply

    @Mr Rakem et Mr Hammadache
    Utiliser LQA pour faire les éloges du CNLTD frôle le politiquement correcte, mais c’est démocratiquement acceptable du moment que vous reconnaissez et louez la liberté de pensée et d’écriture de ce site. Je vous suggère de publier un texte qui traite du CNLTD et je peux vous assurez que vous aurez différents avis des lecteurs de LQA dont l’ensemble des réponses constitue à ma connaissance, un échantillon représentatif du peuple algérien et à vous d’en tirer les conclusions, vous saurez comment les algériens perçoivent le CNLTD.

    Personnellement je remercie le Dr Sidhoum pour ces vérités amères et ses espaces de partages qu’on déplore dans le reste de la société , dans nos média et surtout chez l’opposition.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • Rafik Boulares
    4 juillet 2015 at 15 h 10 min - Reply

    Salah-Eddine SIDHOUM

    Votre intervention en réponse à l’internaute @Malek Rakem est cliare ! Vous , dîtes , et je le pense que vous êtes un démocrate et que vous vous attacher beaucoup aux résultats des urnes !
    Ok, pour votre argumentation sauf qu’en 1991 , il y a eu comme depuis 1962 une mascarade électorale que vous le vouliez ou non !

    Bref, ce n’est pas grave ! Mais mon problème c’est juste de savoir comment faire en cas d’élection libre et transparente que la mouvance fondamentaliste acquiert la majorité (relative ou absolue) et décide d’insaturer une républqiue islamique régie pa la charia ! Si la charia dans ses « attributs » les plus rigouriste est instaurée que faire ??? Voilà , une réponse est souhaitable.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    4 juillet 2015 at 16 h 44 min - Reply

    A Mr Rafik Boulares,
    Il est clair que toutes les « élections » et autres « référendums » qui se sont déroulés depuis 62 à ce jour étaient truqués. Sauf que celles du 26 décembre 91 étaient les moins sales. Sauf aussi que certains bouliticards étaient malhonnêtes. Ils ont joué, dans un premier temps le jeu de la « démocratie » en participant amplement à la campagne électorale et lorsque l’urne a tranché, ils ont crié à la fraude et au scandale et ont même insulté leur propre peuple qui ne « savait pas voter » !! Pourquoi n’ont-ils pas crié à la fraude lors de la supercherie électorale de 97 qui a vu un parti issu des officines de la police politique, ce « bébé né avec des moustaches », rafler la majorité ? Non seulement, ils n’ont pas réagi mais ils ont même siégé dans la même assemblée d’enregistrement que ces fraudeurs !!
    Pour ce qui est de votre seconde question, à mon humble avis il ne peut y avoir d’élections libres que s’il y a un véritable changement du système politique. C’est une fumisterie que de dire qu’il suffirait dans l’état actuel des choses et avec ce système mafieux, de créer une « commission indépendante chargée des élections » pour avoir un scrutin libre et transparent quand on sait que la police politique contrôle tous les rouages de l’administration et de la société. Ceux qui prônent cette ineptie ne veulent en réalité qu’un changement clanique et de petites places de pions au sein de ce système. Le véritable changement et l’instauration d’un Etat de Droit et des Libertés démocratiques, en un mot, le destin de l’Algérie, est le dernier de leurs soucis.
    Si nous voulons instaurer un Etat de Droit et rien d’autre, il faut redonner la parole au Peuple Souverain à travers ses représentants, choisis par lui-même et non désignés, encore une fois, par les srabess. Et pour cela il faut avoir la patience et la persévérance de passer par un processus politique de transition démocratique et d’élection d’une Constituante. Et c’est cette Constitution CONSENSUELLE, issue de la volonté populaire (où tous les Algériens se retrouveront) qui balisera le terrain et évitera les dérapages des extrémistes de tous bords. La période de transition et la confection de la Constitution ne doivent en aucun cas, être une question de majorité ou de minorité. L’esprit consensuel doit-être de règle car il ne s’agit pas de faire triompher tel parti ou telle mouvance, mais de sortir le pays de cette impasse et l’emmener vers les rivages d’un Etat de Droit.
    En Algérie, il y a, en gros, 3 tendances politiques dominantes : les nationalistes, les islamistes et les sociaux-démocrates. C’était l’esquisse de la carte politique dessinée par la volonté populaire déjà en 90 avec la victoire des 3 Fronts. De quel droit doit-on effacer administrativement ou par la force des armes, une des 3 tendances qui sont des réalités socio-politiques du pays ? Au nom de quelle « démocratie » doit-on empêcher une partie de la population d’exprimer ses idées et d’activer politiquement ?
    Je crois que nous devons nous libérer de ces fantasmes et de ces clichés d’importation et repris par une certaine minorité élitiste déracinée et déconnectée de son peuple. Chaque société et chaque pays construit son Etat et sa démocratie sur la base de ses valeurs civilisationnelles. Sommes-nous des déracinés, n’avons-nous pas d’identité, de valeurs et de traditions pour aller importer des valeurs étrangères ? Sommes-nous incapables de construire notre propre démocratie comme l’ont fait d’autres pays d’Europe, d’Asie, d’Amérique….? Sommes-nous incapables de nous entendre pour construire une Algérie et une République des libertés démocratiques et de justice sociale, ancrée dans ses valeurs et ouverte sur l’Universel ?
    Les véritables élites sont-elles capables d’assumer leurs responsabilités historiques afin de mobiliser le peuple et de forcer ce régime moribond à accepter ce changement politique, afin d’éviter cette explosion sociale qui pointe à l’horizon et ce tsunami populaire qui risque de balayer le pays ?
    Cette question lancinante, que fuit beaucoup de gens, reste posée !
    Amicalement.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • Boudali
      5 juillet 2015 at 19 h 57 min - Reply

      mon cher maitre croyez vous que ce regime mafieux machiavelique et demoniaque va se laissez faire et rester les bras croisés? croyez vous que Ce regime acceptera que le peuple le depossede de la rente sans reagir?Meme si une minorité des elites et les gens de bonne volontés se mettent d accord, le pouvoir va essayer de les infiltrer, de les manipuler et de les corrompre.On le voit, on l’ a deja vecu, je ne suis pas defaitiste , Il suffit d un fruit avarié pour pourrir tout un cageot, il suffit d ‘un individu malhonnete qui s’ empare du pouvoir pour detruire tout un peuple, tout un pays ,toute une nation (hitler), ils ont l’ argent, l’ armée ,les institutions, la justice ,etc.Le cas du regime algerien ne peut etre comparé avec les regimes despotiques qui ont été vaincu ailleurs , le pouvoir algeriens est a bien des egards differents et bien plus demoniaques . Surement le peuple et le pouvoir le plus cupide et le plus pervers de la planéte.Evidemment qu il existe une minorité de gens honnetes mais ils ne font pas le poids devant la fourberie et la perfidie des maitres du pays.Le salut reside dans un nouvelle forme de combat à inventer dont je n ‘ais aucune idée.

      ==========================
      Donc, à vous lire, mon cher compatriote, il faut se taire et rester les bras croisés. C’est ce qu’on appelle le fatalisme !!
      Ayons le courage, la franchise et l’honnêteté de dire que cette voyoucratie n’est forte que de par notre faiblesse !!
      Nos 22 illustres inconnus de 54 faisaient-ils le poids devant la puissance coloniale ? Un homme politique de la frange assimilationniste de l’époque (que Dieu lui Pardonne) les avait même traités de « va-nus-pieds » !!!
      Cordialement.
      Salah-Eddine

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Boukezouha Redouane
    4 juillet 2015 at 17 h 15 min - Reply

    Cher @Dria bonjour !

    Personnellement, je ne crois pas que certains internautes veuille utiliser LQA pour faire l’éloge de la CNLTD (ils ont d’autres moyens de le faire). Si c’est le cas, on pourra sans se tromper déduire que Monsieur Sidhoum aura perdu la tête ! Il y a des internautes qui donnent leur avis et c’est tout à mon avis.

    Je pense aussi qu’il ne faut pas perdre du temps à demander à un autre internaute de publier un texte qui traite du CNLTD. Il suffit juste que vous nous disiez, vous, qu’est-ce qui vous fait dire que le CNLTD seraient des sortes de « satans diaboliques » manipulés par le pouvoir ou en accointance avec le pouvoir. Vous nous expliquer juste avec des arguments comment vous arrivez à cette conclusion sur cette « coordination » qui vous parait si « suspecte ». Expliquez nous, donnez nous des arguments convaincants et les lecteurs de LQA vous suivront, j’en suis convaincu.

    En dehors du fait qu’il existe parmi eux des personnalités qui ont déjà exercé dans les anciens gouvernement comme la souligner le Docteur SIDHOUM, je voudrais bien savoir ce que vous reprocher à leur « approche » sur la manière de gérer la transition démocratique. Que Benbitour , pour ne citer que lui, ait émargé au budget de l’Etat en tant que cadre puis en tant que chef de gouvernement, je n’en disconviens pas ! Mais il me semble qu’il a donné sa démission au Rab Edzair dès qu’il a senti qu’on voulait lui mettre les bâtons dans les roues des actions qu’il souhaitait bonnes pour le pays !

    Mais cher compatriote @Dria , il faut vous rendre à l’évidence qu’il existe des personnalités qui sont actuellement dans « d’autres opposition crédibles », donc pas dans la CNLTD, et qui ont, eux aussi, émarger à la chekara ou qui ont eu dans le passé des responsabilités dans le pouvoir ou dans la haute administration. Et je peux vous citer quelques exemples précis, (il y en a même des « opposants dits crédibles » qui interviennent de temps en temps sur LQA) mais je ne vais pas gâcher le débat en donnant des noms ! Donc, avoir participer dans les anciens gouvernements ou avoir connu de près ou de loin des personnalités ayant eu des fonctions dans la haute administration dans le passé, vous prive-t-elle d’office de passer dans l’opposition ou de changer d’opinion politique à un moment donné de votre vie (surtout si vous juger que le pays ne peut plus continuer dans une direction vraiment dangereuse) ???.

    Je voudrais bien savoir qu’elle est votre vraie définition d’un opposant et quelles sont les conditions pour devenir un vrai opposant ! Est-ce que pour être dans UN VRAI OPPOSANT, il faut prouver n’avoir jamais émarger au budget de l’Etat ou jurer sur le Coran de n’avoir jamais eu des fonctions gouvernementales ou particulières dans la hiérarchie de la fonction publique depuis 1962. Çà va être difficile dans ce cas de voir apparaître une opposition si on ne prend que cette façon de voir les choses!

    Et pour finir, je comprends très bien que vous n’êtes pas d’accord avec la méthode CNLTD , et c’est normal, mais comment faire alors pour construire une opposition crédible ! Moi, j’attends une autre solution idoine pour me convaincre ! De toute façon, a ce rythme, le pouvoir continu de jouer sa partition tout seul et ….. avec le cigare, comme dirait l’autre !!!! Cette partition qu’il a commencé de jouer depuis n’est pas prête de s’achever car il n’a rien en fasse pour l’arrêter !

    NB : sachez cher Monsieur @Dria que le CNLTD n’est pas du tout un parti politique, c’est juste un rassemblement temporaire de différentes sensibilités politiques et de personnalités qui ont décider de réfléchir ensemble sur la manière de voir l’avenir institutionnel et politique du pays et comment faire pression sur le pouvoir ! Pas plus ni moins ! Et puis de toute façon si vraiment ce « rassemblement’ est complice du pouvoir, il y a longtemps que le pouvoir aurait organiser des rencontres avec lui !!!! Or ce n’est pas du tout le cas et le pouvoir trouve même que le CNLTD est un agitateur politique dangereux pour le pays et qu’il appelle et incite « l’Etranger » à intervenir en Algérie! Rien que çà ! Je ne dis pas çà pour vous convaincre car je sais que vous êtes un homme libre. Vous êtes assez intelligent aussi et je sens que vous avez le libre arbitre pour choisir le côté que vous jugez le meilleur pour vous et le pays !

    Bon chance et saha ftrourouk !!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

    • Jewdy
      4 juillet 2015 at 21 h 48 min - Reply

      @SIDHOUM

      J’adhère parfaitement à votre analyse et à votre conception pour la mise en œuvre d’un processus démocratique. Cependant, permettez-moi de donner mon point de vue sur certains points de votre commentaire.

      Le respect de la volonté populaire n’est pas discutable, sous réserve que les partis politiques engagés dans un tel processus acceptent eux-mêmes les règles démocratiques et le respect de l’alternance. Beaucoup de citoyens étaient légitimement préoccupés. Ils étaient sceptiques quant à la volonté du FIS de respecter la démocratie. Plusieurs dirigeants de ce parti qualifiaient la démocratie de Kofr. Le programme politique du FIS ne promettait-il pas un changement radical de notre société avec l’application de charia ? Avant même la tenue des élections, certains de ses responsables demandaient au peuple de se préparer à changer ses habitudes alimentaires et vestimentaires. Les citoyens étaient paniqués à l’idée de voir leurs libertés individuelles bafouées et leurs intimités régentées. L’inquiétude était d’autant plus grande que le président de l’époque, les dirigeants du FLN et surtout l’ANP, sensés défendre la constitution, donnaient l’impression de s’accommoder des changements préconisés par le FIS. L’intrusion de Ali Belhadj au ministère de la défense, en tenue de combat, et l’accueil que lui a réservé le général Nezzar, étaient ressentis par beaucoup comme la soumission symbolique de l’armée. L’adoption de la nouvelle loi électorale par l’assemblée FLN était un autre signal fort du régime quant à sa volonté de remettre le pouvoir entre les mains du FIS. Il faut souligner que sans les changements introduits par cette loi, le FIS qui n’avait obtenu que 1/3 de l’ensemble des voix, ne pouvait pas avoir la majorité absolue et ne serait donc pas en position de changer la constitution.
      La suite des événements a montré que l’effervescence démocratique des années 1988-1991 était en réalité contrôlée par les officines du pouvoir. Leur but, du reste largement atteint, était de sauver le régime. La manœuvre consistait à redorer le blason du FLN qui était sa vitrine, quitte à lui associer des petits partis préfabriqués pour animer une vie politique virtuelle.

      Les élections de 1991 n’étaient donc pas issues d’un processus démocratique, mais le résultat d’une manipulation savamment orchestrée.
      L’adoption du système majoritaire à deux tours par une assemblée illégitime, constituée par les seuls « députés » du parti unique, biaisait toute élection issue d’un tel système.
      Pourtant des voix s’étaient élevées pour pointer du doigt le danger de l’adoption de cette loi. Je me souviens que le FFS, qui jusque là réclamait l’élection d’une assemblée constituante, sentant sans doute danger dont cette loi était porteuse, a tenté d’atténuer son effet en préconisant une proportionnelle par wilaya. Même le premier ministre de l’époque, M Ghozali, n’était pas favorable à cette loi.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 7

      • farid
        4 juillet 2015 at 22 h 26 min - Reply

        Je me souviens encore quand Benlahaj disait en direct radio télé journaux : el démocratiya Kofre, meme si toutes la population algérienne fascinée par le FIS de l’époque seule force d’opposition imposante.

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

        • Amine
          5 juillet 2015 at 12 h 48 min - Reply

          Abstraction faite de qui l’avait dit, il n’en demeure pas moins que la démocratie est du point de vue de la législation islamique « ko fr ». La démocratie à l’occidentale n’est et ne sera jamais compatible avec l’ISLAM. L’ISLAM en tant que tel est une religion qui englobe et la spiritualité et le modèle de société auquel tout musulman aspire. Cela ne veut en aucun dire que le non musulman n’a pas sa place dans la société. Bien au contraire, ses droits son protégés. Il faut d’abord être au claire avec soi-même avant de s’engager dans untel ou tel processus pour construire une société viable et pérenne. Certains veulent de la démocratie comme modèle de société mais tout en restant attachés aux valeurs de l’ISLAM. Ainsi, on veut qu’il y ait de l’alternance du pouvoir en respectant la volonté du peuple mais quid lorsque un parti politique accède au pouvoir avec un programme politique qui défend, entre autres, le mariage homosexuel par exemple ou la légalisation du commerce du sexe ou des stupéfiants. La société serait elle prête à respecter ce choix. Si oui, dans ce cas, il faut cesser de parler de l’ISLAM. Dans le cas contraire, il faut arrêter de se vanter les vertus de la démocratie. On ne fait pas les choses à moitié. كُنتُم خير أمة اخرجت للناس تأمرون بالمعروف و تنهون عن المنكر. Le problème n’est dans l’application de la législation islamique (الشريعة الاسلامية), il est plutôt dans le choix de ceux qui veulent l’appliquer et avec quelle intention.

          Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

          • Mohamed Djabali
            6 juillet 2015 at 12 h 53 min -

            cher compatriote @Amine

            Pour l’instant je n’ai entendu un quelconque parti politique en Algérie (ou même une quelconque personnalité politique) annoncait que dans son programme figure la légalisation de la pédophilie, le mariage homosexuel, la légalisation du cannabis ou la légalisation du commerce du sexe !

            Je crois que vous n’êtes pas au plus prêt des priorités de la politique et de la société en Algérie. Les partis politiques et la société civile algérienne ont d’autres problèmes beaucoup plus complexes à dénouer que de parler de ces sujets sociétaux propres aux sociétés vachement évoluées et qui ont déjà réglé le « minimum démocratique et politique » chez eux. Nous on n’est même pas encore sorti de « l’auberge de la khalouta et de la thektchouka politique  » et vous nous parlez de ces problèmes sociétaux.

            Je crois que vous faites une transposition ou une confusion de société entre la France et l’Algérie ! N’êtes vous pas, par hasard, un émigré qui vit en France ou carrément un binational vivant en France ???

            NB : Ceci étant, je ne vous apprends rien si je vous dis qu’il existe même en Arabie Saoudite , donc chez les gardiens des lieux saints de l’islam, la drogue, la prostitution et la pédérastie même si ces perversions sont bannies et interdites par l’islam. Les maux de la société peuvent toucher même les plus musulmans des musulmans ! Mais je sais que vous savez tout cela ! J’ai vu des vidéos filmées à l’intérieur même des mosquées montrant des imams ou des personnes âgées faire des choses inimaginables à des enfants ! Mais bon arrêtons, là , la discussion si vous permettez, nous sommes en période de ramadhan !
            Amicalement !

            Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • Dria
      5 juillet 2015 at 0 h 41 min - Reply

      Cher Redouane

      Tout d’abords je me permets de vous donner ce petit score CNLTD 07 JSK 0. Cet article était destiné à notre club phare et je ne sais par quel subterfuge de politicien aguerri, vous marquer dans votre post, par sept fois au nom de la coordination, avec ce chiffre sept et sa symbolique Si ce n’est pas des éloges à l’infini c’est quoi. …

      Je n’ai émis aucun jugement concernant le ou la CNLTD alors de là à me faire dire ce que je n’ai pas dit, tu penses donc à des sortes de « satans diaboliques » du moment que votre subconscient vous le suggère, je ne peux vous le confirmé, par contre je confirme que jusqu’ à preuve du contraire toutes les institutions , coordinations , associations sont noyauté et manipulé par le pouvoir , si nous en tant que simples citoyens, on se rend compte parfois qu’ on fut objet d’une manipulation que dire d’une coordination.

      C’est pas à moi de vous donner un certificat de virginité ; ni de satanité , mais s’ il y a d’ anciens ténors qui ont occupé des responsabilités au sein d’ancien gouvernement , ils ont certainement eu à faire a des haut gradés du DRS , s’ils ne sont pas eux même encore en fonction , je ne cite personne et si la présomption d’innocence les concerne tous , le syndrome du complots et des intérêts clanique et personnels prime sur l’intérêt national …

      Vous citez un candidat mascotte, que vous faite sortir au-dessus du lot , lors de son règne je n’avais vu aucune éclairci à ma drôle de vie d’algérien, d’ailleurs mais même lors du règne de ces prédécesseurs a qui je ne veux pas faire porter ni chapeau , ni parapluie , je n’avais vu aucune embellie non plus …
      Je ne dis pas non plus qu’ils n’ont plus le droit de faire de la politique ou de participer à la construction du pays, mais personnellement je ne cautionnerais plus jamais un ancien responsable et je ne voterais pour aucun d’entre eux , quelqu’un, soit l’expérience qu’ils ont et quel que soit la métamorphose et la mue qu’ils feront LIQARSU LAHNECH IKHAF MEN LAHBILA comme on dit chez nous .

      Je ne doute pas de votre sincérité, mais Il n’est plus question d’opposition crédible, mais d’opposition efficace entreprenante avec des actions sur le terrain, ce n’est pas avec des réunions creuse des débat à l’infini qu’on réussira à entamer le changement , si tous ce beau monde n’arrive pas à mobiliser des sympathisants et d’organiser des marches, des sit-in en bravant les interdictions du pouvoir en place , alors ce n’est surement pas des opposants

      à mon tour de poser quelque questions , quelles sont les actions concrètes sur le terrains qu’aurait fait le CNLTD, a tll mobilisé des sympathisant pour marcher avec les gens du sud, a-t-il soutenu les détenus incarcérés injustement dont certains sont en grèves de la fin au dépend de leur vie, se sont-ils manifester lors de la visite du président Hollande ; un sit in devant les palais d’injustice , des actions lors des procès bidons d’el khalifa , autoroute est ouest etc…y avait du boulot à faire mais s’il n y a pas foule c’est qu’il n’y a ni crédibilité , ni efficacité , et je ne vois aucune pression de votre part sur ce pouvoir au contraire, vous leur donnez une couverture pour faire croire à des non-initiés qu’il y a une opposition , comme il le font croire par le biais d’autres institution tel le parlement , le sénat, les ministères , toutes les institutions digne d’un état de droit avec au sommet une mafia qui règne sans partage avec le peuple .

      certes le CNLTD n’est pas un parti politique , c’est juste un rassemblement temporaire de personnalités politiques qui vise un siège à vie si possible , le peuple vient au second plan n’est-ce pas …si vous pensez réellement au peuple et à son bien être alors il suffit de ne plus penser temporairement et de regrouper toutes les forces vifs de ce pays, piocher dans les syndicats à qui on refuse les agréments, le CCD , les marginalisés dans les universités , les intègres qu’on a chassées des poste clés, des jeunes des associations non subventionnés,

      un peu de pratique faire un numéro vert afin de stopper le DRS appeler le 1649 par exemple, du moment que c’est impossible, on le fera des sites comme LQA. Que des anciens de ce service nous donne des brèches de réflexions, ou des tuyaux pour arrêter des injustice, ou balancer des dossier sulfureux, avec la guerre des clans, il suffit d’essayer et on verra ce que ca donne …

      si j’étais intelligent et si j’avais le libre arbitre , je ne discuterais jamais politique alors que j’en ai aucune notion, et surtout pas en ce 05 juillet fête de l’indépendance , je suis libre mais sans arbitre , sans projet de société , sans président, sans aucun parti d’opposition représentatif sur le terrain. On perd pas espoir on attend. et j’attend plus particuliérement à ce que le CNLTD à l’instar de la JSK mouille son maillot en se donnant à fond sur le terrain , le résultat viendra ainsi tot ou tard.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Mourad Madani
    4 juillet 2015 at 19 h 19 min - Reply

    Salah-Eddine SIDHOUM , salut , bonjour ou bonsoir (çà dépend à quel moment vous modèrez le blog)

    Je crois que depuis un moment, les débats redeviennent très instructifs sur LQA ! Merci beaucoup pour ce que vous faîtes ! Il y a là une pédagogie saine et le pays arabo-islamique que nous sommes, dirigé par des dinosaures qui ne veulent rien entendre depuis bientôt 53 ans déjà, en a vraiment besoin.

    Cher docteur, je ne vous apprends rien en vous disant que les dinosaures qui ont disparu il y a 60 millions d’années n’ont rien a voir avec nos dinosaures à nous, ceux de 1962. Nos dinosaures à nous, ils ne sont pas près de s’éteindre même à la suite d’une grande éruption volcanique qui a décimée à l’époque la terre entière ou bien après un énorme météorique qui tomberait sur la terre. Les nôtres sont capables de survivre même à la suite de tels cataclysmes, cher si Salah Eddine. Attention !!!?? Si on ne se regroupe pas, nous les forces du changement, rien ne changera, c’est moi qui vous le dis, mon frère !

    Je constate que vous avez un bel échange avec @Rafik Boulares et beaucoup d’autres aussi et c’est très interresant !

    Mais si vous permettez, je crois que vous êtes allez un peu trop vite en «décrétant » qu’il n’y a que trois (3) tendances politiques « dominantes » : les nationalistes, les islamistes et les sociaux-démocrates.

    Vous êtes accroché et définitivement fixés, Monsieur Sidhoum, et je ne sais pas pourquoi, sur les résultats des élections de 1991 qui ont vu le FIS (majorité relative), le FLN et le FFS arrivés en tête de ces élections (pourtant dans des élections pas très « catholiques » quoi que vous en pensisiez ) en décidant que ces tendances idéologiques et partisanes sont gravées dans le marbre pour la postérité et l’avenir politique du pays ! C’est aller vite en besogne à mon avis ! Il y a un peu de nostalgie dans votre argumentaire, je vous comprends, mais l’Algérie va évolué dans le combat partisan en cas de véritable démocratie, faite moi confiance !

    Ceci étant s’aurait pu être cette phase de 1991 aurait pu être intéressante dans le processus de transition politique , si les dirigeants du FIS n’avait pas l’intention de diriger le pays avec la charia. Et je suis convaincu, comme s’était parti à l’époque, que si le FIS avait pris la majorité absolue au deuxième tour, la pays serait parti sur une république islamique avec comme constitution la charia, c’est évident !

    Il y a un peu d’ambiguïté dans les réponses que vous donner ! Il me semble que l’internaute @boularas vous demande : « si la charia dans ses «attributs» les plus rigoristes est instaurée en Algérie que faire ??? Vous répondez par des questions détournées comme :

    « chaque société et chaque pays construit son Etat et sa démocratie sur la base de ses valeurs civilisationnelles. Sommes-nous des déracinés, n’avons-nous pas d’identité, de valeurs et de traditions pour aller importer des valeurs étrangères ?

    Ok , je suis d’accord avec vous. On sait très bien , TOUS, que nous sommes un pays-arabo islamique (pas seulement d’ailleurs, mais admettons qu’on ne soit que cela) où la religion joue un rôle important indéniable dans notre société , où la religion a une grande importance, mais vous semblez admettre quand même que parce que nous sommes de religion musulmane et si les urnes le décide, en filigrane, vous semblez ne pas trop être trop déranger par UNE REPUBLIQUE ISLAMIQUE REGIE PAR LA CHARIA , si les urnes le décide et ce, au nom de la démocratique électorale.

    C’est là où moi, je ne suis pas du tout à fait d’accord avec cette vision ! Car si on respecte la démocratie par les urnes, si les fondamentalistes prennent le pouvoir, on ne pourra pas remettre en question ce choix car … « le peuple à décider » ! C’est un peu chicané peut-être, mais c’est très important de répondre à ce type de questionnement d’une manière précise ! Les urnes oui, on respecte et c’est la démocratie, mais pas n’importe qu’elle vision applicable au moyen âge mais non applicable …. en 2015 ! C’est très sérieux ce que je dis !

    C’est là où se situe toujours l’ambiguïté, le plus souvent. C’est vrai que la religion musulmane, c’est la religion majoritaire et générale de notre pays, mais vivre dans une culture arabe et musulmane nous oblige t-elle à faire du Coran ….. NOTRE constitution ???

    Mais fort heureusement pour nous tous, vous avez fini par une bonne question qui porte de l’espoir et qui fait chaud au cœur à beaucoup d’entre nous : «Sommes-nous incapables de nous entendre pour construire une Algérie et une République des libertés démocratiques et de justice sociale, ancrée dans ses valeurs et ouverte sur l’Universel ? »

    Moi je vous réponds, oui Monsieur Sidhoum, nous en sommes capables, mais si, et seulement si , nous avons TOUS (parti politique de toute tendance, société civile, citoyens, armée, pouvoir) la volonté politique de le faire !

    Mais je continuer d’espérer, en ce qui me concerne, que chaque algérien ne peut vivre sa culture, sa religion, sa liberté de pensée, de conscience etc… que dans une authentique République Démocratique et Sociale non régie par les règles de la « charia ». Et même si nous baignons historiquement dans une culture arabo-berbéro-musulmane, chaque citoyen algérien doit être respecter pour ce qu’il est, car la citoyenneté a aussi SA valeur et son pesant d’or dans la civilisation UNIVERSELLE ! Cette option fera beaucoup de bien à notre pays, une fois les troglodytes qui nous gouvernent définitivement écartés !

    Je vous salue Docteur Sidhoum .

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 7

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    5 juillet 2015 at 1 h 08 min - Reply

    Mon cher compatriote Mourad Madani,
    Je reste persuadé que c’est par ce type de débats sereins et fraternels que nous pourrons avancer et briser les murs d’incompréhension qu’ont édifié entre nous les imposteurs au pouvoir pour entretenir la fitna et la division. Le drame, dans notre pays ce n’est pas le système seulement, mais une certaine élite minoritaire, hautaine, méprisante de son peuple (et qui le lui rend bien d’ailleurs), et déracinée qui voudrait imposer à sa société des valeurs étrangères qui n’ont rien à voir avec ses valeurs, ses principes et ses traditions.
    Vous parlez à juste titre des erreurs du passé. Il serait honnête pour nous tous, de faire notre autocritique, voire pour certains, leur mea-culpa. Des erreurs, voire des fautes graves ont été commises par toutes les tendances politiques de l’époque, sans exclusive. Tous se sont inscrits dans la stratégie du régime et sont tombés dans son piège mortel, ce qui n’a fait que renforcer ce régime pour des décennies.
    Je persiste à dire que le Coup d’Etat de 92 fut une faute grave, quelque que soient les erreurs monumentales de certains responsables du FIS qui voyaient déjà le pouvoir à leur portée. Nous avons toujours dit et depuis la supercherie démocratique d’octobre 88, que la crise de légitimité du pouvoir qui perdure depuis 62 ne pouvait être résolu ni par un zaïm à lui seul, ni par un parti ou une mouvance à elle seule. C’est par le rassemblement de toutes les volontés sincères et engagées de toutes les tendances politiques sans exclusion aucune que nous pourrons arriver à changer sérieusement la situation. Or à cette époque, certains dirigeants du FIS comptaient sur le nombre et sur les calculs politiciens de dessous de table, alors que de l’autre côté, les « démocrates non pratiquants » se faisaient entraîner aussi par des promesses et les intrigues des srabess, sur le chemin de la compromission, pour en faire une vitrine civile à leur Coup d’Etat en préparation. Seuls Ait Ahmed et Abdelhamid Mehri étaient lucides à cette époque, mais qui pouvait les entendre devant le tintamarre assourdissant des adeptes du tout-sécuritaire qui voulaient sauver par tous les moyens leurs PRIVILEGES et nullement l’Algérie. Or on a tendance à tout mettre sur le dos d’une partie et dédouaner l’autre partie. Non ! Ce n’est pas honnête.
    Non, mon cher compatriote, les aiguilles de ma montre ne se sont pas arrêtées à 92 et je ne suis nullement nostalgique de cette période annonciatrice de drames, de sang et de larmes. Mais seulement, mes principes n’ont pas changé. On ne règle pas un problème politique par des blindés et par la déportation d’innocents dans les camps du Sud. A l’époque l’Etat était assez bien outillé constitutionnellement pour bloquer toute dérive du parti majoritaire à l’assemblée. Bendjedid pouvait dissoudre éventuellement cette dernière si des blocages persistaient. Et là et là seulement, si les institutions étaient mises en danger, il pouvait faire appel à l’armée dans un cadre constitutionnel. Or tout cela a été balayé par la poignée d’ex-sous-officiers « déserteurs » de l’armée coloniale qui ont préféré le coup de force avec la complicité d’une minorité civile servile. C’est cette première violence sauvage du régime qui a provoqué la contre-violence aveugle d’une jeunesse sans présent ni avenir. Et nous connaissons tous le résultat effroyable.
    Nous devons avoir l’honnêteté et le courage demain dans l’Etat de Droit et des libertés démocratiques auquel nous aspirons In Cha Allah, de mettre à plat dans le calme et la sérénité toute cette période trouble. Qui a peur de la Vérité, de toute la Vérité ? Les chiliens, les argentins, les Péruviens, les Africains du Sud sont passés par là. Pourquoi pas nous ?
    Quant aux principaux courants (je dis bien courants et non partis), je persiste à dire qu’il y en a 3 principaux : le courant islamiste, le courant nationaliste et le courant social-démocrate. Rien n’a changé depuis. Tout comme aux Usa, il y a 2 grandes tendances : les démocrates et les Républicains, en Angleterre les conservateurs et les travaillistes, en Espagne un courant conservateur représenté par le parti populaire et un courant social-démocrate représenté par le parti socialiste, etc…. Je parle là encore une fois des principaux courants. Je suis d’accord avec vous pour dire que l’Algérie va évoluer demain dans le combat partisan dans un Etat de Droit et nous n’aurons plus de partis de façade, sortis des officines de la Présidence ou de Ben Aknoun.
    Il n’y a pas d’ambiguïté dans mes réponses à notre compatriote Boularés. J’ai bien dit qu’il faudrait arrêter de fantasmer sur des concepts dont se servent les services de l’action psychologique pour faire peur à cette minorité frileuse. Nous voulons une République Algérienne, telle que souhaitée par le Peuple Algérien, respectueuse de nos valeurs et où justice, respect de la dignité humaine et libertés démocratiques ne sont pas des mots creux. Je pense à mon humble avis que les gens ont mûri et que ces concepts de république islamique et de charia qu’agitent certains extrémistes et qu’exploitent admirablement le régime et son mercenariat de lettrés (rien à voir avec les intellectuels) pour faire encore une fois peur à une frange minoritaire de la société, ne sont que des slogans et dont les propres partisans ignorent le véritable sens. Des pays comme la Malaisie et la Turquie, pays musulmans avaient-ils besoin de claironner sur tous les toits qu’ils étaient islamistes ? L’Islam est travail, justice, respect de la dignité humaine. Ce ne sont pas des apparences et des slogans creux. Ces 2 pays cités ont avancé sur tous les plans grâce au travail, à la démocratie et à la justice sociale. Le taux de croissance à 2 chiffres n’a pas été obtenu par des slogans et des gesticulations, au nom de la religion.
    Pourquoi rester scotchés sur ces clichés du Moyen-Age et de je ne sais quoi ? J’ai bien dit que la Constitution issue de la Constituante doit être consensuelle et non pas une question de majorité qui impose sa vision à la minorité. La période de transition est une phase très sensible et cette Constitution doit refléter les aspirations de tous les Algériens et non d’une tendance ou d’un courant. Etes-vous de ceux qui pensent que le peuple algérien une fois libre de ses choix, est à ce point immature pour se faire harakiri et passer d’une dictature à une autre ? Je n’oserais pas le croire ! La majorité électorale en Tunisie, après la Révolution et après une phase de transition difficile mais réussie, a choisi d’élire de vieilles figures du régime ancien. Est-ce une raison pour tout démolir et faire intervenir les blindés pour renverser les urnes et les nouvelles institutions ? Ils ont peut-être fait un mauvais choix, mais étant respectueux de la volonté populaire souveraine issue des urnes, je respecte le choix de nos sœurs et frères tunisiens. Et je suis persuadé que dans 5 ans ils rectifieront le tir. C’est ainsi que se construit l’Etat démocratique. Lentement mais sûrement.
    J’espère avoir été clair, mon cher compatriote. Débarrassons-nous de ces clichés éculés et de ces carcans idéologiques stérilisants qu’exploite merveilleusement bien le régime pour nous diviser et construisons ensemble une Algérie de toutes et de tous, profondément ancrée dans ses valeurs et grandement ouverte sur l’Universel. Nous avons les richesses humaines pour cela. Que les élites (celle d’el Mebda, pas celles de la khobza et de l’opportunisme crasseux), prennent leurs responsabilités historiques pour constituer cette locomotive qui mobilisera notre peuple généreux et patient en vue d’un véritable changement afin d’instaurer un réel Etat de droit dans une Algérie fraternelle et apaisée.
    Cordialement.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 12

  • Naim BOUDERBALA
    5 juillet 2015 at 13 h 37 min - Reply

    Merci à LQA, merci à Monsieur SIDHOUM, merci à tous les internautes qui sont intervenus intelligemment et différemment, suite à cet article : JSK: LES DESSOUS D’UNE MACHINATION.

    Çà n’a l’air de rien, mais tout s’enchaîne et s’emboîte quand on décortique les différents avis de nos amis internautes !

    On est parti de l’affaire de la JSK, club sportif, et on est allé au fond du problème du pays! Car avec l’exemple d’un Hannachi (un homme au service du pouvoir qu’on le veuille ou pas puisqu’on connaît son attitude et son accointance avec l’homme au fauteuil roulant) on a dérouler la situation politique actuelle et toutes les règles de fonctionnement du système politique algérien ! Avec la JSK, on s’est situer à « l’échelle basse » du fonctionnement du système avec l’exemple d’un président de club de football qui ne veut pas quitter son fauteuil et à « l’échelle haute » , il y a un président qui ne veut et ne compte pas lui aussi quitter le fauteuil, fut-il roulant !

    Je pense que tous les points de vue se défendent même si on sent qu’il y a encore chez certains des inquiétudes, des appréhensions et des angoisses (somme toutes justifiées) sur la victoire possible aux élections des islamistes fondamentalistes à la direction des collectivités locales ou à la tête du pays surtout avec une dynamique géopolitique plus grave encore en ce moment (situation au Sahel, au Maghreb et au Moyen Orient etc.. ) que celle qui prévalait en 1991!

    Cet aspect n’est pas à sous estimer, à mon avis ! C’est une nouvelle donne qui n’a rien à voir avec la situation du début des années 90 dans notre pays ! Il faut y réfléchir sérieusement pour empêcher éventuellement des débordements graves sur notre pays avec les « Daesh and Co » fabriqué par l’occident et les pays du Golfe alliés ! Donc pour couper l’herbe sous les pieds à ceux qui veulent instaurer une république de la charia à la « Daesh and Co » dans notre pays, il faut bien faire attention aux articles de la constitution.

    Donc, il est urgent comme le dit Sidhoum d’aller vers une transition démocratique où « toutes les aspirations de tous les Algériens et non d’une tendance ou d’un courant » seront respectées !

    MAIS pour cela, il faut commencer par une constituante, comme l’a encore souligné Sidhoum, qui d’un point de vue logique est incontournable ! Mais comment arriver à cette « sacrée » constituante quand l’opposition entre elle n’est déjà pas d’accord sur la manière de faire ??? Mais comment arriver à cette « sacrée » constituante quand on se rejette et s’exclue mutuellement : la CNTLD est vue d’une manière suspecte, le FFS est dans la lune et croit découvrir le couteau à couper le beurre, le FIS s’est éclaté en plusieurs tendances dont certains sont au pouvoir et d’autres dans l’opposition, le « Front du Changement National » avec son appel sur LQA pour le compromis historique ne rencontre pas beaucoup d’adhésion alors que le contenu de l’appel est très, très intéressant, le FLN n’en parlant pas etc…. etc… Mais non de Dieu comment réunir tout ce beau monde ???

    C’est à ce niveau qu’il faut réfléchir et agir puisqu’on a défini, un tant soit peu, les contours d’une république qui nous convient à TOUS.

    Bon Dieu de Bonsoir, comment arriver à se rassembler ?? Bon Dieu de Bonsoir comment commencer le travail concret ??? Bon Dieu de Bonsoir, comment arriver à seulement discuter ya sidi entre nous les forces du changement ????

    Salut à tous et merci aux internautes de parler de choses sérieuses et constructives.

    PS :

    Définition de l’assemblée constituante sur Wikipédia :

    Une assemblée constituante est une institution collégiale avec pour tâche la rédaction, ou l’adoption, d’une constitution, c’est-à-dire le texte fondamental d’organisation des pouvoirs publics d’un pays. La façon dont les membres de l’assemblée sont désignés dépend des circonstances et des pays. Ils peuvent être désignés expressément pour cette tâche, ou bien avoir d’autres fonctions institutionnelles, voire s’autoproclamer. En effet, l’assemblée peut détenir le pouvoir constituant en vertu de la précédente constitution (on parle alors plutôt de révision), ou bien par les circonstances de faits, à la suite d’une crise de régime (révolution, guerre civile, coup d’État, invasion…).

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

  • Zaouche Ahmed
    5 juillet 2015 at 16 h 57 min - Reply

    Un grand salut à tous les lecteurs de LQA.

    Monsieur Sidhoum

    Franchement vous avez un bon fond et une bonne et sincère façon de concevoir l’avenir du pays et aussi une analyse du passé historique lointain ou proche de notre pays qui est respectable !

    Mais soyons sérieux quelques minutes ! A mon avis, il ne faut plus faire croire aux algériens que l’avenir du pays aurait tellement reluisant avec le compromis et le pouvoir collégial entre le FLN de 1962 , le FFS de l’après1988 et le FIS des années 80!

    Vous nous prenez pour des apprentis en politique ou quoi .

    Je suis désolé, et avec tout le respect que je vous dois, et peut être que je me trompe aussi, mais :

    – le FLN de Mehri ou de flène ou de schkoupi , c’est Le FLN de l’après 1962 et pas plus , même si Mehri a une envergure plus respectable que d’autres du FLN. Mais Mehri n’est pas tout le FLN que se soit avant ou après 1991.

    – le FFS de 1988 et de 1991 n’est plus le FFS de l’aube de l’indépendance et depuis les dates que le cite , notre grand zaîm da el Hocine, respectable pour son rôle historique de parti d’opposition jusqu’à une certaine date, est devenu un parti sans aucune consistance politique et il continue à perdre des sympathisants depuis 1991 où il a commencé déjà ses « flirts » et ses « machinations » avec le pouvoir qui se sont été avérés clairement au lendemain d’octobre 1988 , en après 1999 et se sont accentués au cours du temps jusqu’à aujourd’hui.

    – Le FIS existait déjà en tant que mouvance dans le FLN même de 1962 et ce parti n’est rien d’autre qu’une émanation du FLN (on l’appelle d’ailleurs le fils du FLN) , ce fils qui a voulu jouer un tour à son père et tout cela tout le monde le sait.

    Comment voulez vous faire une république avec des partis tocards de ce genre!

    Remarque importante :

    J’ai beaucoup de respect et de considération pour le FLN des années avant l’indépendance (et encore j’ai des réserves car parmi eux il y avait des criminels avides du pouvoir personnels qui ont éliminés beaucoup de révolutionnaires authentiques),

    J’ai beaucoup de respect pour Da el Hocine historique et pour le FFS des premières années de l’indépendance jusqu’au moment où il s’est « marié » avec le MDA de Ben Bella !

    Irham babak ya si Sidhoum , avec tout le respect que je vous dois aussi à vous car je vous respecte beaucoup, vous êtes en train de nous expliquer qu’avec ce « type de FLN » , ce « type de FFS » et ce « type de FIS » , on aurait pu sauver l’Algérie ! Mais je rêve ou quoi ??? Vous êtes un devin ou quoi !!!

    Vous savez Monsieur Sidhoum , moi je ne connais pas aussi bien que vous l’histoire politique du pays, mais je crois que même en « 1991 » , la culture démocratique n’a jamais été une culture, une certitude ou une conviction chez les partis politiques que vous citer et mis en perspectives par vous !

    Mehri et da el houcine sont respectable pour leur passé historique, pas plus ! Abassi Madani, un des chefs du FIS au côté de Ali Belhadj, je l’ai connu quand je fréquentais la faculté d’Alger centre et quand il était encore au FLN, donc motus et bouche cousue !

    =========================================
    Réponse :
    Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie, mon cher compatriote, pour ignorer ce que vous racontez sur ces partis et sur leurs insuffisances. Mais « la politique se construit sur des réalités » pour reprendre un Homme politique européen. Et la réalité de l’époque c’était cela. Notre peuple, plus ou moins libéré de l’emprise de l’appareil de contrôle administratif et sécuritaire du système a voté pour ces 3 fronts. C’est tout ce que nous avions à l’époque sous la dent. Donc si cette réalité ne convient pas à certains, il faudrait alors soit importer une classe politique ou carrément un autre peuple « intelligent » qui sait voter ! Doit-on qualifier le peuple frère tunisien de débile ou d’immature pour avoir voté pour les vieilles figures du système? Que non ! C’est cela l’apprentissage de la démocratie. Lentement mais sûrement. On ne demande pas à un bébé de se mettre debout à sa naissance. Ce n’est qu’après des mois qu’il finit par trouver son équilibre et marcher après des épreuves de chutes voire de blessures parfois. Evitons de donner des leçons de patriotisme, de politique et de démocratie à notre peuple très patient (sabour). Il est bien en avance sur ses « élites ». Ainsi va notre Algérie des paradoxes.
    Amicalement.
    Salah-Eddine

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Nait ali
    6 juillet 2015 at 17 h 10 min - Reply

    une bonne partie de nos concitoyens sont responsables et donc complices par cupidité et par opportunisme du declin du pays. c ‘est grace a eux que le regime s’ appuie et survit.c’ est grace a ces concitoyens , dans toutes les institutions, que le ^pouvoir continue à pourrir la vie et à persecuter les gens honnetes.si les algeriens avaient un tant soit peu une conscience, ils decreteraient une semaine de desobeissance civile pour chasser ce pouvoir predateur.En bloquant toutes les activités du pays le pouvoir n’y survivrait pas

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Hafid Cherrouati
    6 juillet 2015 at 18 h 54 min - Reply

    @Nait ali

    Moi je suis d’accord avec toi : la rue ou rien !!

    Mais l’occupation de « la rue » pas comme on l’obverse depuis des années dans le pays ! Pas ses sortes d’occupation de rues récurrentes, quotidiennes et perlées dans des villages, dans des villes, dans des douars chacun de son côté et qu’on recense mais qui ne servent pas à grand-chose et qui sont sans incidence ou danger sur le pouvoir !

    Les pneus, les cailloux à l’occasion des gaz de schistes ou pour les logements ou l’eau ou le gaz ou pour rendre les fusils de chasse ou pour les retraites mais chacun de son côté ou dans sa région ou dans village, tout çà , çà amuse le pouvoir !

    Pour moi, c’est absolument la seule solution « la rue » mais tous ensembles surtout que l’on constate que ce qu’on appelle les « opposants » ne sont pas déjà d’accord entre eux sur le comment faire pour changer les choses !

    Chacun défend sa chapelle et chacun croit détenir la meilleure façon de contrer le pouvoir et croit détenir la bague de sidna Souliman Ier le magnifique pour l’avenir politique et institutionnel du pays !

    Il n’y qu’à voir ici sur LQA les partisans du changement qui se tapent dessus … sans pitié et sans vergogne ! Le pouvoir est en train de rire derrière le rideau du « théâtre » des opposants. Et en plus, entre nous, chacun a l’art et la manière de taper sur toute initiative ou solution proposée pour contrer le pouvoir et chacun tire la couverture de son côté !

    Les uns sont pour revenir à 1963, d’autres en 1965, d’autres en 1988, d’autres en 1989, d’autres en 1991, d’autres à l’époque de Bendjedid, d’autres à l’époque de Boudiaf, d’autres à l’époque de Zerroual, d’autre à l’époque de Hamrouche, d’autres à l’époque de Benbitour, d’autres à l’époque de Benflis, d’autre à l’époque de Ali Belhadj etc … etc… etc..

    Non mais on se moque du peuple ou quoi !!! Je dis aux partis d’opposition et aux personnalités qui sont contre le régime et pour le changement, ou bien vous vous unissez pour définir tous ensemble la façon idoine comment faire front de manière efficace aux dinosaures (le minimum c’est l’union) , soit vous demandez au peuple de sortir dans la rue pour bloquer toutes activités, soit on ferme TOUS COMME ON EST SA GUEULE et ils nous reste plus qu’ aller manger une bonne chorba, de bons guelbelouz ou z’labyas et puis d’aller dormir jusqu’au el mouhaadène du lendemain … et la vie continue !

    Çà me fatigue tout çà, ya el khaoua , bien que le débat a son bon côté parce qu’il n’a jamais tué personne, … au contraire !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Nait ali
    7 juillet 2015 at 10 h 30 min - Reply

    @Hafid Cherouati et aussi à tous les gens honnetes de ce pays , juste honnete , c’ est suffisant :  » nous n’ avons pas besoin de sortir dans la rue, ni de crier, il suffit que chacun de nous reste chez lui pendant 1 semaine , la resistance pacifique. C’est juste le blocage de toute activité ,la vie s’ arreterait durant cette semaine.Ni bris de glace, ni pneu brulé, ni lacrymogene.Juste exprimer passivement et massivement notre ras le bol ,notre indignation.C’est pas difficile!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • Babouri Yacine
      7 juillet 2015 at 16 h 52 min - Reply

      Ok, aya ya kho, on va vous écoutez ! Mais alors dans ce cas vous dîtes au moins aux citoyens qui sortent dans la rue quotidiennement chacun de son côté pour brûler des pneus ou des cartons ou des troncs d’arbres chacun de son côté ue çà ne sert à rien et qu’il faut arrêter ce cirque.

      Et oui, ya kho !!! puisqu’il faut attendre que tout le monde se décide du jour où on va rester tous une semaine à la maison pour une « résistance pacifique » , il faut au moins condamner ces manifestations de rues improvisées ou décidées sur un coup de tête d’une manière isolée dans son douar, son quartier, son village ou sa ville car elles ne sont pas efficaces du fait que le pouvoir n’est pas du tout inquiété par çà !

      Regardez ce qui c’est passé pour les gaz de schistes à In Salah, çà a fait «tchouf » , et aussi les révoltes sans fins de Ghardaïa çà n’engendrent que des drames. Et le pouvoir sait qu’une manifestation de rue localisé et isolée, ou une bagarre de quartier à coup de couteaux et d’incendie entre groupe de population ou de tendances religieuse , çà l’arrange beaucoup car d’une part çà lui fait gagner du temps en disant qu’on n’est pas prêt pour le changement, et d’autre part, il se présente en « rédempteur » ou … en «arbitre plein de sagesse » , celui qui peut sauver l’Algérie du désordre !

      La semaine de désobéissance civile, ya kho, à mon avis il faut un sacré travail en amont et un sacré temps pour sa réussite ! Déjà que les «opposants » ou les « forces du changement » sont divisés entre eux, ce n’est pas demain la veille qu’on va réussir « cette semaine » !

      Finalement, ce que nous propose tonton @Hafid Cherrouati , ce n’est pas si bête que çà : …… « il ne nous reste plus qu’à aller manger une bonne chorba, de bons guelbelouz ou z’labyas et puis d’aller dormir jusqu’au el mouhaadène du lendemain … et la vie continue ! » …. Merci tonton Hafid !!!

      Malgré tout çà, il ne faut rien lâcher, il faut proposer des solutions, il faut se creuser les méninges et j’espère qu’un jour on trouvera le moyen de chasser ses troglodytes d’un nouveau genre qui ne veulent rien entendre !

      Est-ce une solution de se dire : »Non , pas la rue, car çà peut dégérer! » . Non, car çà va dégénérer et engendrer la violence ?? Mais, ya elkhaoua, on est en pleine violente depuis 1962, ya el khaoua ! Donc, il faut se décider , il faut faire bouger le mamouth !!

      Amicalement à vous tous et bon courage !

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • ghioul
    31 juillet 2015 at 15 h 56 min - Reply

    Ecoutez monsieur
    1
    Loucif Ebossé n’a pas été tué par bouteflika mais par de minables pseudo supporteurs qui n’ont pas avalé une minable défaite dans un minable match contre l’usma
    2 Hannachi joue la carte du régime depuis 20 ans
    3 la jsk est un club de foot il n’est pas en guerre contre les autres clubs
    4 le mob est aussi un club amazigh personne ne le sabote

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos