Édition du
6 December 2016

Trois morts à Ghardaïa où des renforts sont arrivés: l’Etat défié par les ultras

ghardaiaTrois morts et plus d’une cinquantaine de blessés ce mardi 07 juillet à Guerrara et Berriane, dans la wilaya de Ghardaïa où des renforts ont été acheminés des deux wilayas voisines, Ouargla et Laghouat.

Un déploiement de forces sur le terrain soutenu par des rondes d’hélicoptères pour tenter de reprendre le contrôle de la situation qui a dérapé depuis l’aube. D’abord à Guerrara, à plus de 100 km du chef-lieu de wilaya puis à Berriane, à 45 km.

Un mort, puis deux morts et des dizaines de blessés dans une journée dramatique où selon des témoins, des tirs de chevrotines ont été enregistrés. Un sombre présage.

La gravité de la situation a amené le Commandant de la 4ème Région Militaire, le Général-Major Cherif Abderrezak, à se rendre sur place à Ghardaïa où, selon un communiqué du ministère de la défense nationale (MDN), il s’est « enquis de la situation et a tenu une réunion afin de réajuster le plan sécuritaire et coordonner les efforts visant à éviter la récurrence de tels incidents et à prévaloir la sécurité et la stabilité dans la région de Ghardaïa.

Le chef de la 4ème région militaire qui, précise le communiqué du MDN, s’est déplacé « en exécution des instructions du Haut Commandement visant à renforcer les efforts menés par les différentes institutions officielles et les représentants de la société civile, afin de réconcilier, renforcer la cohésion sociale et faire régner la quiétude dans la ville » a rencontré également les « acteurs concernés par l’opération d’apaisement et de rétablissement de la sécurité et du calme à Ghardaïa ».

Situation chaotique

Le premier décès a été enregistré à l’aube à Guerrara où un jeune homme de 22 ans, a été grièvement blessé par un projectile avant d succombé lors de son admission à l’hôpital.

Des correspondants de presse font le récit d’une nuit chaotique où les affrontements entre jeunes mozabites et chaambis se sont progressivement étendus avec une rage destructrice incendiaire. Des magasins, des véhicules et même des maisons ont été attaqués et incendiés. Les forces de l’ordre avaient fort à faire à essayer de s’interposer entre les groupes de jeunes déchaînés et à l’évidence programmés pour le pire.

Des violences ont également marqué la ville de Berriane, à 45 km au nord de Ghardaïa. Deux personnes, âgées de 30 et 40 ans, ont été grièvement atteints par des tirs de projectile et ont succombé au cours de leur transfert vers les hôpitaux de la région.

La RN1 qui fait office de « frontière » dans la ville de Berriane entre les deux communautés était fermée à la circulation. Les automobilistes en sont réduits à emprunter des chemins de piste.

LIRE AUSSI : Les violences à Ghardaia ont coûté plus de 35.4 milliards de dinars en 20 mois

Une soixantaine de blessés dont des policiers ont été enregistrés au cours de cette poussée de violences. Un policier a été renversé délibérément par une voiture et a été laissé pour mort.

Une agression très mal vécue par ses collègues qui ont réclamé, selon une source locale, des moyens plus conséquents pour faire face à la situation. Le policier, grièvement blessé, a été évacué vers l’hôpital. Un autre policier blessé à la tête dimanche lutte toujours pour la vie. Des renforts, très importants, ont été mobilisés pour stopper la spirale des affrontements qui se poursuivaient en milieu de journée.

Les ultras mènent la danse macabre

« J’ai l’impression que les deux camps sont débordés par leurs ultras » note un journaliste qui suit avec attention la crise qui déchire Ghardaïa depuis deux ans.

Il est en tout cas loisible de noter que cette flambée intervient après la visite, jeudi, du ministre de l’intérieur, Nourredine Bédoui, qui a installé une commission interministérielle « chargée de l’examen des voies et moyens pour consolider le retour à l’ordre public dans la région de Ghardaïa ».

Les appels réguliers de notables des deux communautés paraissent sans effet sur des groupes de jeunes chauffés à blanc par ces « ultras » qui cherchent visiblement à empêcher une stabilisation de la situation et un retour à la paix civile.

Lors de son passage, le ministre avait affirmé que le gouvernement agira avec « rigueur, dans le cadre des lois de la République, avec ceux qui attisent la fitna et la discorde… ». Il avait affirmé également qu’aucune « complaisance n’est tolérée avec quiconque s’avise d’attenter à la sécurité de nos enfants et nos frères à Ghardaïa ou de compromettre l’avenir de la région ».

L’explosion de violence enregistrée après son passage sonne comme un défi des ultras qui semblent l’emporter sur les éléments modérateurs dans les deux communautés.


Nombre de lectures : 6937
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • barhoum
    8 juillet 2015 at 11 h 41 min - Reply

    le produit de la démocratie, si on veut mettre fin à la violence il faut absolument éduqué nos enfants dès leurs jeune âge, ceux qui sur la photo donnent l’impression qui sont capable de tuer, trop de liberté en algérie en ce qui concerne le jeunse comme je l’ai toujours dit, nos enfants de 12 a 30ans nous pourri la vie, détruisent tous ce que l’état entreprend, « el moufssidine fawka el ard »ceux qui ont mis une bouteille de vin dans le main gauche du statut de ben badis c’est le même espèce qu’on trouvent tous jours soir dans nos rue, el amen el imane c’est dans l’islam aux responsables : vous êtes incapable d’éduquer nos enfant pire encore vous avez clochardisés notre société avec l’ensej et tous ses sommes offertes gratuitement bon vent.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Daoud KARA
    8 juillet 2015 at 13 h 42 min - Reply

    Eh voilà, çà ne finit pas ! C’est maintenant claires que se sont les pratiques religieuses de l’islam, donc les mouvances, qui viennent s’ajouter aux différences ethniques et qui viennent perturber dans notre chère et aimée Ghardaia , notre Ghardaia qu’on connaissait jadis calme et sage !

    Au Moyen Orient c’est la guerre entre chiites et sunnites, à Ghardaïa c’est entre Ibadites et Malikites, et ce qui encore plus grave à Ghardaïa , c’est qu’il y a une guerre sous jacente entre berbères (majoritaires et Ibadites) et arabes (minoritaires et Malikites).

    Les Mozabites (Ibadites et Malékites ou autres) avaient la réputation depuis des lustres d’être un peuple pacifique et qui n’a jamais posé de problème à quiconque ! J’utilise l’imparfait et le passé car il semble que ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    Je ne veux pas dire aussi que les arabes malikites mozabites sont les premiers responsables dans ce drame, mais je suis certains que les bagarres et les drames viennent aussi de la guéguerre entre justement les différentes croyance et pratiques de l’islam dans cette région ! C’est çà qui a exacerbés depuis quelques années la confrontation arabe-berbère dans le M’zab ! La Kabylie a connu çà , mais à Ghardaïa il y le problème supplémentaire de la « mouvance religieuse ».

    Je sais que je vais recevoir un flots d’insultes et d’injures de la part de certaians internautes et qu’on va me traiter d’ ennemi extérieur qui cherche la faoudha et la fitna dans la pays, mais on ne peut cacher avec un tamis… le soleil ! Ceux qui vont me dire que c’est le le DRS et le gouvernement qui sont derrière çà , je ne peux leur donner raison. Car ce foutu gouvernement gagnerait plutôt à voir la paix civile revenir à Ghardaia ou ailleurs dans le pays pour prouver sa «maîtrise de la situation politique , sécuritaire» dans le pays et pour continuer à piller tranquillement le pays. Donc ce type d’explication , je l’écarte ! Reste donc la question de l’islam et la question de l’ethnie ! Je sais très bien que la situation économique et sociale joue un rôle aussi mais cette problématique concerne tout le pays et non Ghardaïa seulement ! Donc les facteurs déclenchant cette guerre civile latente n’est pas seulement d’ordre économique et sociale. La confrontation religieuse et la confrontation ethnique dans cette région du M’zab n’est pas une vue de l’esprit.

    D’où ma petite conclusion, même si elle est trop rapide et lapidaire, sur le rôle de l’islam politique : l’islamisme d’aujourd’hui , noyauté et manipulé par l’occident et par les pays du Golfe complices (dont notamment l’Arabie saoudite), avec toutes ses dérives sectaires, sa radicalisation et ses méthodes violentes et hégémoniques n’est pas un bon présage pour les pays musulmans et arabes dans la nouvelle géopolitique régionale et mondiale. Le Wahabisme fondamentaliste n’a pas encore dit son dernier mot dans le désordre dangereux dans lequel sont empêtrés les pays arabes et musulmans. Attention , ce n’est parce les sunnites sont majoritaires qu’ils sont en droit de dicter leurs « lois religieuses » sur les musulmans de la planète !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 7

    • Salim Meddour
      8 juillet 2015 at 18 h 22 min - Reply

      @Daoud KARA

      Il y a beaucoup de choses vraies dans ce que vous dîtes et je partage avec vous l’idée que l’islamisme politique ou l’islam politique est en train de foutre la merde non seulement dans le monde arabe mais aussi dans la monde en général. On est effectivement en présence d’un islam politique qui perturbe fortement la nouvelle donne politique et géostratégique mondiale, qui dénature complètement la légitimité des peuples arabes de sortir des dictatures multiples et de la corruption. Cette nouvelle situation est en train de faire beaucoup de mal en Libye, en Irak , en Syrie et pourquoi pas bientôt en Algérie.

      L’utilisation de l’islam politique fondamentaliste comme base de révolte et de revendications politiques dans les pays arabes d’une part, et l’islam fondamentaliste politique comme instrument de déstabilisation des pays arabes eux-mêmes d’autres pas , il faut en parler et beaucoup et vous avez raison ! On a le droit de dire sans subir la foudre de Dieu que l’islam politique a défigurer complètement l’islam de nos aïeux ! D’où l’urgence à séparer la politique de la religion. Cela ne veut pas dire combattre le vrai islam, car l’islam est la religion principale de la majorité des pays arabes et c’est notre culture qu’on le veuille ou non !

      Aujourd’hui il semble qu’il n’y ait pas beaucoup de frontière entre l’islam tel que nous l’ont enseigné les « anciens » ( et qui est respectable) et le nouvel islam qui se « politilise » de plus en plus et de manière dangereuse! Les intellectuels musulmans (en dehors de certains courageux) ont peur de condamner cette dérive de l’islam car ils ont peur de subir les haches, les épées et les kalachnikovs des fous de Dieu !

      Moi aussi, je crois que Ghardaia n’échappe pas dans une certaine mesure à cet islam de propagande « new look » , et c’est même sûr qu’il y ait quelque part de la manipulation entre les différents islam qui existent dans le M’zab !
      Cependant, il y aussi une grande part de responsabilité chez les gouvernements successifs algériens depuis 1962 ! Le pouvoir ne s’intéresse au Sud du pays que pour demander aux chefs religieux des tribus ou aux marabouts du coin de lui faire allégeance au moment des élections (le grand spécialiste , c’est Bouteflika, il y avait aussi Belkhadem qui était très actif sur ce plan là , à son époque) ! Les chefs marabouts et religieux c’est très utile pour « crédibiliser » le pouvoir (tiens, tiens !!!! encore la manipulation de la religion à des fins politiques !!!!???)

      Mais une fois les élections passées, donc après les élections, le Sud est oublié sauf la zone pétrolifères bien sûr ! Mais ,on oublie que même au Sud , il y a une jeunesse algérienne et qui est aussi inquiète pour son avenir.
      Aujourd’hui, avec Internet et la télévision satellitaire, les jeunes du Sud (comme du reste du pays) voient ce qu’est le monde d’aujourd’hui et comment il évolue et comment vivent les autres nations développées. La misère , la précarité sociale et le désespoir rongent la jeunesse algérienne. Tout cela n’est plus accepté par les jeunes d’aujourd’hui , et ils ont raison . Ils ne veulent pas rester sur les bas côté de la route de la civilisation humaine . Mais vu leur fragilité vu que les jeunes ne trouvent de travail, vu qu’ils ne voient pas comment sortir de leurs modes de vie anciens, quand ils ne trouvent aucun espoir dans l’avenir du pays, eh bien par désespérance ils écoutent n’importe qui et surtout ceux qui leur fait miroité un monde meilleur … dans l’au-delà. Et , tout le monde sait que l’islam politique sait très bien faire ce job . Cet islam là, sait comment récupérer le désespoir des jeunes !

      Et donc, les jeunes ont vite fait le choix de la violence pour se venger sur l’ordre établi, se venger sur celui qui n’est pas dans la même mouvance religieuse que lui, se venger sur celui qu’i n’est pas de la même ethnie que lui, ou bien de tomber dans la facilité du trafic de drogue ou bien d’avoir, en dernier ressort , au moins une place au paradis de l’au-délà … etc…. etc… etc…

      L’Algérie , c’est sûr est dans une mauvaise passe dangereuse car elle subit l’instabilité qui règne à ses frontières !

      Merci Bush, merci Sarkozy, merci BHL, merci Hollande, merci Cameron, merci au roi d’Arabie Saoudite et du Koweit et du Quatar de nous avoir contaminer avec votre merde !

      Cependan

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • algeriemeilleur
    8 juillet 2015 at 15 h 29 min - Reply

    Soyez maudits…

    Nous en appelons à ceux qui sont passés,
    A ceux qui sont morts pour son honneur,
    Même s’il se plaint, ils ne l’entendent plus,
    Tous ceux-là, ont disparu un jour.

    Mes frères, si quelqu’un vous contait,
    Ce pays que vous aimez tant…
    S’il vous contait ce qu’ils en ont fait,
    Même les arbres le pleurent.

    Le premier éléphant l’a brisé,
    Le second l’a dévoré.
    Le pays sera enterré par celui qui attendra,
    Nul ne leur a posé de limites.

    De nouveaux vices apparaissent,
    Dont vous êtes la source.
    Quand nous pensons en avoir terminé,
    Il nous apparaît qu’aujourd’hui est pire qu’hier.

    Le pays que vous pleurez, vous l’avez détruit.
    Il ne s’en remettra pas, n’en guérira pas.
    Mais peut-être vous maudira-t-il,
    Peut-être sa malédiction vous reviendra.

    Un jour, si le vent souffle.
    Espérons qu’il vous emporte sur son passage.
    Laissant ainsi place à la lumière,
    Ou alors que dieu vous maudisse…

    Lorsque tout commença,
    Chaque homme, en venant,
    Pensait que la liberté était le but,

    En fait, vous aviez tout préparé :
    Le but était le pouvoir
    Et non le colonisateur.

    Une fois votre but atteint,
    Il ne nous restait plus rien.
    Vous lui avez même donné un nom…
    Soyez maudits…

    Sur son passage, le brasier
    A laissé des veuves, des orphelins,
    Des blessures et des larmes

    Celui qui s’est engagé, avec honnêteté,
    A laissé sa maison vide,
    Il ne reste plus que vous.

    Vous avez bridé le peuple,
    «Avance ou dénonce-toi !»
    Et vous nommez cela : «Liberté».
    Soyez maudits…

    Le pays est devenu votre,
    Vous en abusez comme il vous sied,
    Puisqu’il est entre vos mains.

    Vos désirs sont des ordres,
    Nul ne peut s’opposer à vous,
    Sous le regard impuissant du peuple.

    Le pays est devenu votre propriété,
    A celui qui s’oppose, vous dites : «c’est ainsi»
    Et vous nous dites : «c’est le socialisme»
    Soyez maudits…

    Pour que dure votre pouvoir
    Vous avez divisez nos terres,
    Séparées en Est et Ouest.

    Nos oppositions ont empiré,
    Vous les avez attisées
    En restant dans l’ombre.

    Nous nous épions les uns, les autres.
    Nous nous entre-déchirons,
    Et vous nous dites : «ainsi est la camaraderie»
    Soyez maudits…

    Aujourd’hui, même si le pays souffre en son sommet
    Même s’il nous manque tant de choses

    Même si le feu d’antan s’étiole,
    Votre présence,
    Reste un mal indélébile

    Mais nous, pauvre peuple,
    Malgré ce qui nous arrive
    Nous persistons à applaudire,
    Soyons maudits…

    http://www.youtube.com/watch?v=GvuHRTkyxS4

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 7

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos