Édition du
10 December 2016

La réécriture du 87 bis et la redéfinition du SNMG : La montagne qui accouche d’une souris 

 

Algerie pays stableL’article 87 bis du code du travail sera appliqué dès le mois d’août prochain, a annoncé M. Sellal samedi dernier, soulignant que ‘l’application de cet article « bénéficiera notamment aux bas salaires ». Il a précisé que les augmentations de salaires qui en découleront, vont osciller en moyenne entre 3.000 et 8.000 DA, selon les catégories de travailleurs, soit une moyenne de 5500 DA par mois. Des sources de l’UGTA ont précisé que cette augmentation touchera 3 millions de salariés dont un million de la fonction publique.

Sur la base de ces chiffres on peut aisément calculer l’impact annuel des augmentations qui seront supportées par le trésor public. Soit 5500 Da x 1.25 x 12 x 1 000 000 = 82,5 milliards de DA. Soit moins d’un milliard de dollars représentant 0.5 % du PIB.

Comme je l’avais souligné dans mes précédentes contributions sur le sujet on est très loin des dérives salariales dont nous avertissaient les experts attitrés du patronat et les 06 % voire 16 % du PIB d’impact avancés par ces experts.

A ce sujet je reprends ci-après un extrait de ma contribution publiée à l’occasion du 1er mai 2015, consacré à ce fameux article 87 bis.

Extrait :

L’article 87 bis institué en 1994 sur injonction du FMI « afin de contenir les salaires » a eu pour conséquence une réduction drastique de la part des salaires dans la répartition du revenu national qui est passée de de 34,7% en 1993 (à la vielle de l’application du 87 bis) à 26,1 % en 2013 après être descendue au-dessous de la barre des 20 % en 1999-2000. Ce ratio est de 36 % au Maroc, 37 % en Tunisie et dépasse les 50 % dans les pays de l’OCDE atteignant pour certains d’entre eux 75 %.
Durant cette période (1993-2013) la part de l’accumulation du capital à travers l’Excédent Net d’Exploitation et les amortissements des actifs de l’entreprise (Consommations de Fonds Fixes) est passée de 49.6% à 59.6 %. Autrement dit l’affectation de la richesse nationale a connu une évolution injuste au détriment des travailleurs et au profit du capital.
Lors de la tripartite tenue en 2005, alors que tous les indicateurs économiques étaient sur une courbe ascendante, le chef du gouvernement avait affirmé qu’il «était conscient que la situation découlant de l’article 87 bis est vécue comme une injustice par le monde du travail» promettant d’œuvrer progressivement à faire disparaitre cette injustice. Mais dix années après, l’absence de combativité syndicale autour de cette question due à la proximité avec les centres de décision pour certains syndicats avec à leur tête l’UGTA et à un certain esprit corporatiste pour d’autres, on se retrouve non pas avec une abrogation mais devant une redéfinition de l’article 87 bis qui se répercute grâce aussi à des artifices réglementaires, par des augmentations insignifiantes pour les corps communs de la fonction publique. Ceci en attendant ce que vont donner les négociations collectives dans le secteur économique public et surtout ce que vont concocter les patrons privés face à l’absence de syndicats et au laissez faire des pouvoirs publiques.
On est très loin de la dérive salariale imaginée par les experts attitrés du patronat qui nous informaient il y a pas longtemps que cette révision allaient engendrer un impact de l’ordre de 6-7 milliards de $ pour les uns et 11-12 milliards de $ pour d’autres. Un expert qui revient sur la question à la vielle de chaque tripartite nous avait même alerté qu’à cause de cet impact la masse salariale globale allait passer (en 2014) de 54 à 88 milliards de $ soit une augmentation de 34 milliards de $. Pour se rendre à l’évidence il n’y a qu’à consulter la loi des finances 2015 qui a abrogé l’article 87 bis pour découvrir que l’impact réel qui sera généré par cette redéfinition sera inférieur à 150 milliards de DA (soit moins de 2 milliards de $) c’est-à-dire ne dépassera pas 1 % du PIB contre 6% voire 17 % avancé par nos experts attitrés qui ont curieusement brillé par leur silence depuis cette loi des finance et la promulgation en février 2015 du décret redéfinissant le contenu du SNMG.
Je rappelle que dans une contribution1 datée du 25 septembre 2014 j’avais souligné je cite « Comment peut-on nous parler de l’impact qui sera généré par cette mesure lorsque les « experts économiques » prennent un plaisir fou pour intervenir à la veille de chaque tripartite afin de peser de tous leurs poids contre toute décision favorable à cette abrogation ou à une augmentation du SNMG en prenant appui sur des chiffres erronés ne correspondant nullement à la réalité ». Avant de conclure plus loin « Accepter la redéfinition du 87 bis au lieu de son abrogation c’est accepter de perpétuer l’injustice vécue par les travailleurs pour paraphraser l’ancien chef du gouvernement Mr Ouyahia ». Fin de citation

 

Nouredine BOUDERBA


Nombre de lectures : 3602
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • samy
    10 juillet 2015 at 11 h 42 min - Reply

    Enieme Escroquerie dont le pouvoir a le secret.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos