Édition du
4 December 2016

NOUS SOMMES TOUS DES ENFANTS DU M’ZAB !

paix à ghardaiaEssaid AKNINE et Hacène LOUCIF

Qu’il est dur de voir le sang usurper à la rose sa couleur !
Qu’il est dur de voir se faire massacrer ses sœurs et ses frères de sang et de cœur !
Qu’il est dur de parler d’un bourgeon de l’Algérie au passé !

El Amine Hamid Oudjana est un enfant de la vallée du M’zab. Il portait en lui l’espoir d’un jeune capable de faire de sa région un bouquet d’amour parfumé de fraternité entre tous ses enfants. Un bouquet à offrir à une Algérie assoiffée de paix, en ces temps de « canicule sans tendresse ».
A ses 20 printemps, il venait de décrocher son baccalauréat en Lettres et philosophie avec une mention « assez bien » et une moyenne de 13,79/20. El Amine aurait pu vivre le bonheur de ce succès. Il aurait pu le partager avec ses parents, sa famille, ses proches et ses amis. Seulement, la cruauté du régime militaro-mafio-DRS et la lâcheté de ses relais locaux en a décidé autrement.
El Amine nous a rejoint le firmament alors que notre pays célébrait le 53ème anniversaire de son indépendance.
A l’instar d’une trentaine de ses concitoyens, El Amine a payé de sa vie une machination macabre programmée et inscrite dans la durée. Une machination qui évolue au grès des luttes claniques au sein du pouvoir. Un pouvoir qui ne supporte aucune forme d’organisation politique ou sociale échappant à son contrôle, surtout quand cette organisation contrarie ses desseins dont certains sont, tout simplement, la manifestation d’une haute trahison à la patrie.

Depuis quelques années, la vallée du M’zab subit les affres d’une stratégie de chaos local qui ne dit pas son nom. En juin 2009, Daho Ould Kablia, alors ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, avait qualifié les événements qui secouaient, à l’époque déjà, la ville de Berriane, de « crise identitaire artificielle ». Sur un ton de confession, il avait fait un aveu lourd de vérités dites à demi-mots : « Elle (cette crise) a été accentuée depuis quelques années par des interférences. »
Seulement, en défenseur viscéralement attaché au régime, M.Ould Kablia avait évité de révéler la nature clanique de ces « interférences » et leurs origines qui remontent aux hautes sphères du pouvoir.

Le M’zab victime de luttes claniques sur fond de guerre géostratégique:

Le processus de légitimation d’une violence institutionnalisée et d’une corruption structurelle érigée en mode de gestion des affaires publiques ne peut être sans conséquence sur la sécurité des citoyens, les mémoires collectives qui font celle de notre pays, sa souveraineté et l’intégrité de son territoire.

Aussi, ce processus ne peut être dissocié de la guerre géostratégique menée par les puissants de ce monde sur les territoires anciennement occupés de la rive sud de la méditerranée. Cette guerre secoue le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Cela dit, à travers le M’zab, c’est l’ensemble du sud algérien qui est visé. Ainsi, le risque d’une « daechisation » sécuritaire est de plus en plus grand pour notre pays, surtout après « le lancement» de l’un des produits récents des laboratoires du pouvoir algérien, en l’occurrence le fameux groupe de « Jund Al Khalifa », en Kabylie.

Récemment, une énième mort de Mokhtar Belmokhtar, l’un des agents barbus du DRS, avait été annoncée. Ce natif de Ghardaïa aurait été tué en territoire de non-Etat de ce qui reste de la Libye par l’armée américaine Dans la foulée de cette annonce, le président français François Hollande a effectué « une visite éclair en Algérie ».
Au programme de cette visite : des rencontres officielles avec les tenants de la façade institutionnelle du pouvoir algérien et d’autres, officieuses, avec les dirigeants de l’ombre, à leur tête le patron du DRS, le général Tewfik.

Au menu de ce programme : la préparation de la succession du président Bouteflika en mettant sous veilleuse des affaires aussi sensibles que celle des Moines de Tibhirine et celle de Maître Ali Mécili, « l’intensification » du « partenariat » économique et, surtout, l’exploitation du gaz de schiste.

Une « trêve clanique » a suivi ces événements. Une trêve où les décideurs-supplétifs d’une néocolonisation agissant sous forme d’un néolibéralisme hégémonique, « négocient » leurs parts des différents marchés d’une économie mise à la merci de l’informel et « traitent » la question de l’héritage du régime dont l’après Bouteflika constitue l’arbre présidentiel qui cache sa forêt structurelle.

Seulement, ces « négociations » sont menées aux prix le plus fort pour le peuple algérien. Pour défendre leurs intérêts, les criminels du régime ont mis, encore une fois, la vallée du M’zab à feu et à sang. En guise d’insulte à l’histoire et à la mémoire nationales, ils l’ont fait au 53ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie !

Ces fossoyeurs de tout ce qui constitue l’identité et la personnalité algériennes, ces monstres assoiffés du sang et des larmes des algériennes et des algériens ont tout mis en œuvre pour que des algériens tuent d’autres algériens.

Ces traîtres avaient-ils besoin d’un nouveau fleuve de sang pour montrer que le projet de « la révision de la constitution » était loin d’avoir atteint son « stade ultime » ?

Plus précisément, l’auteur de l’inqualifiable théorie du « terrorisme pédagogique » avait-il besoin du sang des enfants du M’zab pour montrer que la « médaille de bravoure » dont il a été décoré à l’occasion du 53ème anniversaire de l’indépendance du pays était méritée ?

La bravoure est d’une valeur dont la perte ne peut être compensée par une médaille, aussi brillante soit-elle.
Qu’est-ce que la bravoure pour ceux qui ont trahi le serment de Novembre ?
Qu’est-ce que la bravoure pour ceux qui mènent une guerre contre leur peuple et pour leurs propres intérêts ?
Qu’est-ce que la bravoure pour ceux qui aident les multinationales à piller les richesses de leur pays, en contrepartie de commissions où l’humain est troqué contre la vibre végétale ?
Qu’est-ce que la bravoure pour ceux qui ne respectent même pas les constitutions qu’ils se taillent sur mesure?
Il n’est pas Larbi Ben M’hidi, Abane Ramdane, Mohammed Boudiaf, le Colonel Mohamed Chaâbani, Mohamed Khider, Ali Mécili, Tahar Djaout ou Saïd Mekbel qui veut !

L’âme de Moufdi Zakaria nous interpelle:

L’article 24 de la constitution Algérienne stipule que « l’Etat est responsable de la sécurité des personnes et des biens. Il assure la protection de tout citoyen à l’étranger ». Seulement que vaut le texte d’une loi fondamentale élaborée par des décideurs sans foi, ni loi pour substituer une légalité trompeuse à une souveraineté populaire bafouée ?

Les tueries programmées du M’zab montrent qu’il est illusoire d’ « inviter » des décideurs sanguinaires à faire preuve de retenue, à avoir « l’obligeance » de remettre en question la nature violente et liberticide de leur système.
Car, ceux qui ont le sang de 200 000 morts sur les mains, ceux qui ont fait disparaitre 20 000 algériennes et algériens, ceux qui ont tué des dizaines d’innocents en Kabylie au nom d’une violence « résiduelle » qu’ils font subir, actuellement, à la vallée du M’zab, n’ont aucun scrupule, aucune objection de conscience.

Ce qui se passe sur la terre natale du grand Moufdi Zakaria, l’auteur de l’Hymne national algérien qui fut contacté par l’architecte du Congrès de la Soummam, Abane Ramdane, pour l’écrire, rappelle ce qu’a subi le pays, dans la région de Kabylie en 2001. En une heure, pas moins de 24 citoyens ont été tués le 28 avril 2001, par des éléments infiltrés dans les brigades de gendarmerie et les commissariats de police. D’autres éléments avaient pour mission de pousser la population vers l’émeute.

A quelques « détails » près, le même procédé est suivi dans les tueries de la vallée du M’zab. En effet, une trentaine de citoyens ont été assassinés en 24 heures.

En plus de terroriser les populations ciblées, de les plonger dans les ténèbres du chaos local, de prendre à défaut l’adversaire clanique, de frapper de stupeur l’opinion nationale et de confiner l’opinion internationale à une neutralité appuyée par la raison sécuritaire d’Etat, ce mode d’opération a pour objectif de forcer la décision politico-économique engageant et hypothéquant l’avenir du pays.

A la lumière de tous ces éléments, nous avons le devoir de renouer avec les traditions de lutte du peuple algérien, le nôtre, pour sa liberté. En plus de faire preuve d’une vigilance citoyenne, l’urgence des urgences est d’entamer une dissidence de la pensée et de l’initiative politiques pour faire face aux tristes réalités imposées par le régime militaro-mafio-DRS et lui imposer la réalité de l’élection d’une ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUANTE.

Aujourd’hui, plus que jamais, nos cœurs ont besoin de s’abreuver à la source de « Qassaman », l’Hymne national où les meilleurs enfants de l’Algérie, nos aînés, ont fait le serment de servir leur pays. L’âme de Moufdi Zakaria, le ciseleur de cet hymne interpelle nos consciences et nous dit :
«F’ach hadou!
F’ach hadou !
F’ach hadou ! »

Vive le M’zab,
Vive l’Algérie
Gloire à nos martyrs.

Photo de Hacene Loucif.
Photo de Hacene Loucif.

Nombre de lectures : 8330
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • hamoudi
    10 juillet 2015 at 21 h 48 min - Reply

    Saha Fetou’km : permettez, les Allemands sont avec leurs Porsch et B.M.W; NOUS ON est toujours avec nos M’zab et Chaâbna? parfois abrika le barbu et draâ el mizane, d’après mes calculs on est en retard de 14 siècles sur le vieux continent et la civilisation, notre civilisation perdue y a 800ans maintenant, que nous sort de cette situation Amine ya rab el alamine

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Djamel Atta
    11 juillet 2015 at 3 h 43 min - Reply

    Oui une tres bonne analyse qui dévoile au grand public le vrai visage du régime politique imposé aux Algériennes et aux Algériens depuis que le colonialisme sauvage française a violé nos frontière, occupé nos terres, exploité nos richesses naturelles, affamé le peuple et confisqué notre souveraineté.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Youssef
    11 juillet 2015 at 5 h 18 min - Reply

    LE POUVOIR MILITARO-MAFIEUX JOUE LE POURRISSEMENT DE LA SITUATION, L’EXACERBATION DU CONFLIT….

    Comme à l’accoutumée, le Pouvoir militaro-mafieux -tous Clans et Cercles confondus – joue le pourrissement de la situation, l’exacerbation du/des conflits, engage l’épreuve de force, prône la répression féroce, manipule et instrumentalise les franges et groupes extrémistes, il l’avait fait à plusieurs reprises en Kabylie, et ce depuis 1963, à la Mitidja (1991-1997), et de nos jours dans le Mzab, déplaçant ainsi « de la violence » vers cette région, et probablement vers les Aurès par la suite…..

    UNE STRATEGIE DE LA  » TERRE BRULEE  » QUI A POUR BUT LA » MISE AU PAS » DE LA SOCIETE…

    Ratissages, tueries, massacres, assassinats, tortures, tous les crimes sont perpétrés au Mzab. « L’axe d’affrontement » est désormais déplacé vers cette région naguère pacifique, paisible, tranquille….. Le Régime militaro-mafieux souffle et déplace le feu, la violence, là où il veut, quand il veut : la Kabylie (1963-2015), La Mitidja (1991-1997), le Mzab (2010-2015)…… Le Régime militaro-mafieux exacerbe la situation, amplifie les conflits, joue le pourrissement et la fuite en avant dans l’affrontement et la violence, la mise aux prises des communautés les unes contre les autres, envenime les relations et les rapports intercommunautaires.…..

    Par cette terreur d’Etat, cette violence extrême et meurtrière, le Régime militaro-mafieux (DRS) a pour but d’aboutir à la » mise au pas » de la société, veut inoculer la peur totale, terroriser les individus, et régenter la société..

    POLICE POLITIQUE et GENDARMERIE : OPPOSITIONS, RIVALITES ET CONCURRENCES, DEPUIS 1962….

    Les observateurs avertis existent, bien que rares, et le savent que depuis 1962, il existe ces rivalités, des oppositions et des concurrences entre la Sécurité militaire, l’actuel DRS, et la Gendarmerie, deux « corps de répression », unis contre la population, bien que rivaux. La Police politique (DRS, ex-SM, ex-MALG) tue, massacre, manipule et instrumentalise, perpètre des attentats….La Gendarmerie aussi dispose d’un département de surveillance et de répression politique, et n’hésite pas à réprimer…..

    L’  » AXE D’AFFRONTEMENT  » déplacé VERS LE MZAB ?

    La question qui se pose est celle de savoir quel Clan ou Faction du Régime militaro-mafieux frappe et joue le pourrissement, et quel Clan manipule et joue le pourrissement de la situation et l’exacerbation du conflit. Ou bien c’est le même Clan qui frappe (la force) et manipule (la ruse) ? Autre chose à ne pas oublier, c’est l’éternelle et historique rivalité et l’antagonisme entre la Police politique (DRS, ex-SM) et la Gendarmerie ; laquelle remonte à 1962 : La SM tenue par Boumedienne et Kasdi , la Gendarmerie par le Colonel Ahmed Bencherif, craint par Boumedenne, car il était l’un des vrais déserteurs ( les autres c’étaient des faux, la V° Colonne…..)…..Durant les » années noires « , beaucoup de coups tordus contre la Gendarmerie étaient fomentés par la sinistre Sécurité militaire, comme en 2001 où bon nombre de ces » frappes très professionnelles » , ainsi que les mouvements contre la Gendarmerie étiraient venus de la SM, laquelle Police politique secrète « gestapiste « avait alors organisé une gigantesque manipulation pour normaliser la région, neutraliser l’opposition, obtenir la division totale, l’isolement définitif, la séparation effective et le discrédit (délégitimation) politique de la Kabylie (une région, plusieurs départements), ce qui garantit un » sursis assuré « , éternel, pour le Régime militaro-mafieux…..

    Et là, » « l’axe d’affrontement » est déplacé vers le Mzab….

    LA VIOLENCE, LOGIQUE INHERENTE AU REGIME MILITARO-MAFIEUX AU POUVOIR !

    Le Régime militaro-mafieux en place est né dans la violence (Guerre de libération, 1954/32), il pratique la violence (1956-2014), fait avec la violence, manipule la violence, vit avec la violence, par la violence et pour la violence. La violence est sa logique inhérente, intrinsèque, motrice, perpétuelle…..

    REGIME MILITAIRE et CLANIQUE, PAS ETHNIQUE OU REGIONAL

    Nous avons affaire à un Pouvoir dictatorial de nature » militaire et clanique » ‘clanique = mafieux, clans = réseaux militaro-mafieux). Mais pas ethnique ou régional. Les MAKistes et gens du Manifeste, ces tenants du discours culturaliste et identitariste lparlent de pouvoir régional, raciste, arabo-islamiste, etc. etc.  » pour ne pas dire  » sa  » vraie nature  » , la véritable nature du pouvoir en place, et donc fuir la vérité, car tout simplement ces / nos  » agitateurs extrémistes  » (ils ne sont pas des  » opposants politiques  » ) sont pour la plupart d’entre eux des valets et serviteurs zélés du DRS, ce sont des (manipulateurs) manipulés qui jouent sur les très sensibles  » fibres identitaires  » (linguistiques, culturelles et/ou religieuses), attisent les haines, et n’ont aucune position oppositionnelle face au Régime militaro-mafieux en place depuis 1962. Bien plus ils sont alignés sur la  » ligne dure « , celle des faucons et ultras de la Junte criminelle et prédatrice, à savoir celle des Maitres  » gestapistes  » du DRS (d’abord) et de l’Etat-major (secondairement)….Alors même que de nombreux Kabyles (et Chaouis) servent ce Régime sanguinaire et mafieux. Bon nombre de Kabyles à la tète de la Police politique, et ce depuis 1962, et à l’Etat-major. Bon nombre de Kabyles ont servi et servent encore dans les » appareils de répression : Le DRS surtout et d’abord, la Gendarmerie, la Police, les Forces spéciales, les Milices, les Escadrons de la mort, etc. Bon nombre de Kabyles dans les » organes de propagande » : journaux, radios, TV, Sites, Blogues….contrôlés par le DRS. Bon nombre de Kabyles dans la politique criminelle et abrutissante de l’arabisation-islamisation de l’enseignement et de la culture, et bon nombre de Généraux Kabyles du DRS sont dans le service de manipulation (recrutement et entrainement des extrémistes islamistes, séparatistes, éradicateurs)…Bon nombre de ces Généraux ont fait partie de ceux qui ont planifié et engagé la guerre civile (1991-2014), participé aux massacres, assassinats, attentats, et autres crimes de masse…Ce sont majoritairement des Kabyles qui sont à la tête du très » gestapiste » DRS.

    Le POUVOIR REEL : C’EST LE DRS

    Le DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la « Pyramide du pouvoir », c’est l’Enclave autoritaire principale, la Main de fer des Généraux, leur Bras politique, la Colonne vertébrale et l’Epine dorsale du Régime militaire, son Syndicat du crime, son Fer de lance, son Cœur et son Cerveau, son Centre névralgique, son Mur de soutènement, sa Digue de protection, sa Force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la « caste militaro-mafio-bureaucratique » qui détient le Pouvoir dictatorial, total, intégral, absolu..…

    Le DRS est derrière cette « guerre interne »…..

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Célafin DETOUT
    11 juillet 2015 at 17 h 07 min - Reply

    Irham babakoum comment voulez-vous qu’il n’y ait pas de la faoud’haa ou le bordel en Algérie quand c’est le directeur de « cabinet » de la présidence qui reçoit des chefs de partis politiques pour engager un débat sur l’avenir politique du pays, alors qu’on en connait ni la teneur ni les objectifs , ni les tenants et les aboutissants . C’est complètement sidérant, débile et idiot.

    Merci beaucoup ya dada Makri , le chef islamiste, d’aller en carpette et en serpillière pour parler de l’avenir du pays avec le bourourou de Ouyahia ! Mais qui est Ouyahia , bordel ? Est-ce que c’est lui qui a été élu (mascaradement) par le peuple algérien !

    Non mais des fois !!! Et avec çà on s’étonne, avec ce bordel au sommet de l’Etat, qu’il y a des citoyens qui se tuent entre eux, des citoyens qui se suicident, des procès graves de corruption qui n’ont aucun sens, que le pays connait des désordres, que des jeunes dressent des barricades, que des jeunes n’ont plus aucun espoir !

    Wouallah ya Sidna Mohammed (que le salut soit sur toi et tous les prophètes) , les républiques bananières c’est mieux que la république algérienne, wouallah sur le Coran et la tête de ammi Ali !!!

    Oh là là là , mais où suis-je ???

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

    • Zahiya
      11 juillet 2015 at 21 h 59 min - Reply

      @Célafin DETOUT

      Surtout que ce pitre de caméléon d’Ouyahia , ce bouffon d’Ouyahia, il change de costumes comme il veut : c’est un reptile qui peut passer pour un responsable à présidence de la république, pour un chef du parti né avec des moustache le RND, pour un chef du gouvernement , pour un « chef expert » en dossiers internationaux qui engagent le pays , etc…. etc…

      On se demande avec quel Ouyahia, le chef des islamistes a parlé, on veut bien le savoir !????

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • Mohand Chérif
      12 juillet 2015 at 12 h 46 min - Reply

      @Célafin DETOUT

      Cher ami, Ouyahia n’est pas le directeur de Cabinet de la Présidence de la Républqiue Algérienne, il est le directeur des « toillettes » de Bouteflika. Il y a là une grande différence !

      Avec tout le respect que je dois aux lecteurs en parlant de toilettes en ces jours de ramadhan !

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Redouane DJOUADI
    11 juillet 2015 at 18 h 04 min - Reply

    Même « notre » « grand » ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a parlé de Ghardaia dans une de ses sorties (khadja en arabe) d’inspection dans l’Oranie ! Ah , il parle très bien ya khaoua, ce ministre . Après avoir dit qu’au M’zab, les ennemis extérieurs et intérieurs de l’Algérie sont en action , il est vite revenu au sujet principal !

    C’est ainsi que « notre » « grand » ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a dit, et il a eu le courage de le dire ya el khaoua : “Notre ministère n’est pas celui des pensions et des licences de taxi » UGH j’ai di !!!

    Il a raison, merde, cet individu, car il ne pourra distribuer ou augmenter les pensions de moudjahiddines ou attribuer des licences de taxi, que quand Bouteflika (ou son frère, ou son cousin ou celui qui sera désigné par l’armée) se présentera à l’élection suprême de « rab edzaeir » !

    Il faut attendre merde… chacun son tour !

    Pôvres Abane et Ben M’hidi qui n’ont même pas réussi à obtenir ….même pas … une licence …. de taxi !!!! Ils auraient dû ne pas trop s’invertir dans la révolution algérienne et ils auraient pu obtenir plein de licences, qu’importe lesquelles, même une licence d’importation d’alcool, mais une licence quand même … ya el khaoua !!! Une licence, vous vous rendez compte ce qu’ils ont raté les Abane, Ben M’hidi et beaucoup d’autres ??!!!

    On s’en fout du M’zab, de la Kabylie, de l’Oranie, des Aurès, de la hogra, du Sud, du Nord, de l’Est, de l’ouest, de l’injustice sociale, de la démocratie , mais pour les licences d’importations, de taxis, de pensions …, …… « je s’occupe de tout » !

    De toute façon, au M’zab dans quelques jours on aura tout oublier, même ici sur LQA, car l’armée a décidé aussi en disant : « je s’occupe de tout » !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • ON EN VERRA ENCORE
    11 juillet 2015 at 18 h 36 min - Reply

    S’il vous plait chers compatriotes citoyens algériens, répondez à cette question:

    Est-ce qu’un chef de gouvernement, en l’occurrence Sellal, « premier ministre » est conscient quand il lance dans son discours à Ghardaïa:

    «Je sais qu’ici il y a le MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie)» et avec çà sous les applaudissements de notables arabes. Même si il a ajouté : …il ya d’autres encore , qu’il ne qualifie d’ailleurs pas comme il a qualifié le MAK ???

    Est-ce que s’est responsable pour un chef de gouvernement de l’Algérie de lancer une phrase aussi grave que celle là, sans qu’il ait eu une enquête, une commission indépendante ou ce que vous voulez ???? Est-ce que ce n’est pas de l’inconscience ??? Est-ce que ce n’est pas de la débilité au sens propre ??? Est-ce que ce n’est pas un manque de maîtrise de soi de la part d’un aussi haut responsable dans la hiérarchie du pays ???

    Je suis d’accord qu’il se pourrait que se soient les kabyles de Tizi ouzou ou Ferhat Mehenni, ou les salafistes ou Israêl ou Said Sadi ou Ali Belhadj ou le colonialisme français ou le Daesh ou les chinois qui soient derrière ce qui se passe au M’zab. Nos, les intervenants citoyens internautes, on peut à la limite le clamer car on n’a aucune responsabilité en incriminant «x» ou «y». Mais que c’est le chef du gouvernement algérien qui pointe du doigt Ferhat Mehheni sans vergogne, sans honte et sans preuve, c’est de la provocation et c’est une manière de mettre de l’huile sur le feu !

    Ya dada le petit du cerveau d’oiseau Sellal, rentre chez toi à Alger , ta femme t’attends pour la chorba, après avoir demander au chef de gouvernement Italien la pizza pour remplir ton ventre !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 14

  • Dria
    11 juillet 2015 at 21 h 38 min - Reply

    Maintenant que c’est claire comme l’eau de roche, ne pensez-vous pas qu’il est temps de s’entendre entre algérien, le temps d’une réunion que l’on soit Arabe ou Kabyle, Mozabite ou Chaambi , Tergui ou Chaoui , Athée Chrétien ou Musulman ….

    En pauvre Algérien nous continuons de subir les affres d’un pouvoir ignoble qui nous utilise les uns contre les autres, nous avons adopté l’égoïsme à l’image de ceux qui nous gouverne , nous avons apprivoisé l’injustice et appris à partager la Hogra entre nous , nous les critiquons depuis l’indépendance , alors que c’est l’heure de l’autocritique , il ne sont pas aussi fort qu’on le pense, mais il nous font croire qu’on est faible , on ne l’est pas on est juste désuni , Il est temps de se rassembler sur un idéale , un projet de société, nous avons tous compris….

    Je m’adresse une fois de plus à vous autres hommes et femmes politiques de tous bords, assumez vos responsabilité, sortez de votre terreau, ne pouvez-vous pas trouver un terrain d’entente, un minimum de concession de votre part pour le salut de la nation, un effort pour l’avenir de vos enfants et des générations futures, en épargnant la vie à de nouvelles victimes que ce pouvoir n’hésitera point à sacrifier pour sa pérennité et la sauvegarde de ses intérêts.
    A QUAND LE PASSAGE A L’ACTE PACIFIQUE

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

    • Mohand Chérif
      12 juillet 2015 at 12 h 16 min - Reply

      @Dria

      Cher frère ce que tu proposes, çà a été toujours mon rêve ! Moi je souhaiterais aussi que le prochain changement politique, qui j’espère sera proche, que la prochaine constituante consacre la liberté, la tolérance et le respect des minorités dans ses grands principes !

      Il est temps de régler ses drames, ses déchirures, ses injustice, ses dénis que nous a léguée le clan de Oujda pour qu’enfin on s’occupe du développement économique de notre pays, de la justice sociale et que notre pays se hisse un peu dans sa dignité et qu’il prenne sa juste place dans un monde en perpétuel mutation technologique et scientifique.

      Le consensus politique est clair : l’armée dans son rôle de gardien de la souveraineté nationale, garant de la sécurité des biens et des personnes et de la paix civile, un socle civilisationnel et culturel amazigho-arabo-islamique (ou arabo-amazighi-islamique , choisissez) bien compris et admis de tous, une république démocratique et sociale, l’alternance, la séparation des pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire), le respect des minorités , la garantie des libertés d’expression, d’opinion, de conscience et de culte.

      çà a l’air paradisiaque et irréel, mais c’est possible et réalisable! En tout cas, cela devrait être le bon objectif à chercher si on veut aplanir tous les graves problèmes politiques et de gouvernance que traversent notre pays ! Je sais que ce n’est pas facile et que ce n’est pas pour demain, mais c’est çà la trajectoire qu’il faut avoir à l’esprit !

      Mais il y a les dinosaures, les troglodytes, les truands qui nous assiègent depuis 1962 et aussi malheureusement la non préparation d’une bonne partie de notre peuple qui n’est pas prête à se transcender , à se projeter vers l’avenir ! Une bonne partie de notre peuple pense que seul le Coran et la religion est la solution à tous nos problèmes et ils ne sont pas prêt à donner à l’islam la juste place qui lui revient dans une société comme la notre ! La démocratie et les libertés humaines sont compatibles avec l’islam, à mon humble avis, et donc le défi est aussi à ce niveau !

      Bon courage à toi !

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

    Congrès du Changement National

    Galeries photos