Édition du
9 December 2016

Astronomie et populisme scientifique

 

Aid El FitrAbdelhamid Charif

 

Si l’on ne s’en tient qu’à la sophistication des instruments d’observation astronomique actuels, en se contentant juste de présenter ses excuses à l’Eglise, Galilée n’aurait aucune chance de s’en sortir à si bon compte et si facilement ; il devrait aussi et surtout s’incliner et s’éclipser devant des millions de maîtres. L’astronomie, cette science physique de l’univers et ses mystères, de l’immensité du néant et l’antimatière, de l’infini et ses paradoxes, et des excursions spatio-temporelles, est la science de l’humilité et de la retenue par excellence.

Humilité, retenue, mesure, et décence doivent particulièrement marquer le profane que je suis, insuffisamment initié, mais me permettant exceptionnellement de réagir avec une opinion circonscrite au seul bon sens, sur le débat d’intérêt général autour des dates religieuses liées à la vision du croissant lunaire. Le bon sens est loin de suffire pour assimiler les fondements d’une science, mais peut toujours déceler des déficits en rationalité, notamment dans des méthodes prétendument déterministes d’une discipline où la liste des sources d’incertitude reste ouverte et non exhaustive, sans doute à jamais. Etant entendu que pour Le Créateur, toutes les sciences, pas seulement l’Astronomie, sont exactes, y compris les théories des variables aléatoires et du chaos.

L’astronomie est aussi la science qui a le plus fasciné et passionné l’homme et continue de susciter son engouement. Cet enthousiasme a permis à des savants autodidactes de contribuer au développement de cette discipline, et les amateurs de l’observation astronomique constituent toujours une main d’œuvre dévouée tout aussi gratuite qu’utile. Il convient de signaler à ce propos que la notion d’amateurisme doit être prudemment appréhendée avec toute son ambigüité civilisationnelle, car après tout ce sont des amateurs antiques et diluviens qui ont construit l’Arche de Noé, alors que des professionnels contemporains ont livré le Titanic.

Populisme scientifique

Il existe hélas un autre genre d’amateurisme scientifique que la crédulité publique et les maladresses complices des autorités et des médias peuvent piéger vers un populisme scientifique, se nourrissant de tout, y compris de l’irrationnel. Et c’est précisément sur la base des conditions propices à l’escroquerie intellectuelle, que Voltaire a situé les débuts de la para-science des étoiles :  » L’astrologie est née quand le premier charlatan a rencontré le premier imbécile. »

Le professeur J. Mimouni a déjà louablement dénoncé le charlatanisme scientifique sévissant en Algérie [1] et j’ai moi-même salué ce courage intellectuel, plutôt rare chez nous [2].

En tant que président de l’association Sirius, Mr Mimouni signe aussi régulièrement des communiqués dénonçant sans complaisance les erreurs sur les rendez-vous religieux liés au croissant lunaire. Toutefois, des détails paraissant juste regrettables au début, ont fini, à force d’être répétés, par devenir agaçants à mes yeux, et pour être franc, semer un peu de suspicion.

Clamer fort et sans retenue, que l’astronomie est « la science la plus précise », et que la vision du croissant lunaire est devenue « hautement déterministe » [3-5], est une démesure scientifiquement déplorable. Quand elle s’adresse régulièrement à un large public crédulement attentif et confiant, de par la nature de cette science, elle se transforme en une imposture intellectuelle préjudiciable ; qui surchauffe d’autant plus les galeries qu’elle émane de scientifiques de renom, et s’appuyant de surcroît sur une posture avantageuse d’opposition à un régime politique impopulaire.

Le second aspect agaçant à mes yeux, et qui risque tout aussi bien d’interagir avec le populisme, concerne le manque de respect à l’égard de la tradition d’observation oculaire du croissant, et particulièrement envers ces « archaïsants » d’arabes.

L’interaction populiste finit souvent par piéger ses promoteurs dans une spirale déviante, tout comme se font piéger des prêcheurs virulents, et tout comme le payent des leaders révolutionnaires qui finissent par faire du chef un tyran dont ils seront les premières victimes.

La nuit du doute ne tient pourtant qu’à des instants

Quand notre Prophète (Prière et Salut sur Lui) trouva un jour ses compagnons en désaccord, polémiquant sur les différentes méthodes de prédiction de la visibilité du croissant lunaire, il trancha sec : « Jeûnez à sa vision, et rompez le jeûne à sa vision. »

La nuit du doute, ainsi décrétée, n’a jamais découragé les musulmans dans la quête du savoir, de la naissance jusqu’à la mort, dans toutes les disciplines, et surtout en astronomie. Vite sortis de l’illettrisme, ils se sont d’abord mis à consommer de la science pour finir ensuite par en produire, et diriger l’humanité durant de longs siècles. L’existence d’une nuit de doute ne contredit nullement les versets relatifs à l’harmonie de l’univers. Elle devrait plutôt être perçue comme la limite supérieure de l’incertitude humaine entourant la visibilité du croissant.

Même si elle mérite tous les égards en tant que tradition prophétique, la vision oculaire n’est toutefois pas un rite fondamental sacré, ce n’est qu’un moyen de vérifier la condition temporelle du rite du Ramadan. Et il n’y a pas de mal à abandonner une modalité traditionnelle visant à s’assurer des conditions d’une prescription religieuse, pour la remplacer par un outil plus fiable. La boussole et le GPS permettent de déterminer plus facilement la direction de la Qibla, et sont unanimement adoptés.

Ecoutons, Al-Birouni, un des nombreux savants et pionniers musulmans, auteur de 146 livres scientifiques dont 95 sur l’astronomie : « La procédure d’estimation de l’apparition du nouveau croissant lunaire, est très difficile et très longue. »

Est-il possible d’affirmer aujourd’hui, dix siècles après, que ces propos ne sont plus d’actualité, que la tâche est devenue triviale et facile grâce à un déterminisme à toute épreuve, et que les croyants peuvent désormais tranquillement apprendre à domicile, sans aucun risque d’erreur, les dates du début et fin du mois de Ramadan ?

Un des savants contemporains, Ilyas [6], regrette que des astronomes musulmans, autoproclamés experts, confondent la précision de la position de la lune avec celle de la visibilité du croissant, et ce risque de confusion est également signalé par l’Observatoire Naval Américain [6,7]. Certains scientifiques ne se contentent pas de tenter de prédire la visibilité, mais utilisent les modèles surtout pour rejeter les témoignages oculaires. Des progrès, tel l’envoi de l’homme sur la Lune, ont été faussement interprétés comme des gages d’infaillibilité des prévisions astronomiques [6].

Des incertitudes cernées plutôt que des certitudes suspectes

Un scientifique, comme tout autre humain, n’aime pas vivre dans l’incertitude, mais hélas mêmes les mathématiques possèdent des branches non-déterministes ; mais c’est en reconnaissant et cernant ces incertitudes qu’on est arrivé à les chiffrer et maitriser. Contrôler l’imprécision entourant des calculs n’est pas toujours possible, mais l’ignorer c’est de l’amateurisme discréditant ; et connaitre mais faire l’impasse sur ces incertitudes, c’est substituer l’amateurisme par la malhonnêteté scientifique, sinon la lui greffer.

Il est tout à fait légitime et même louable de dénoncer le manque de crédit, voire les mascarades, de certains comités officiels censés surveiller le croissant. Il est cependant navrant et consternant de tenter de tourner en dérision les disciples de cette Sounna. Les pays où cette tradition est le plus observée et subventionnée par l’Etat à longueur d’année, sont taxés d’archaïsants.

Il arrive pourtant qu’en Algérie même, ces prévisions soient elles-mêmes régulièrement discordantes et loin d’être consensuelles [6], mais on n’assiste étrangement jamais à des joutes scientifiques contradictoires, directes et tranchantes. Dans certains cas, même la tâche relativement aisée d’interprétation de ces anticipations, n’est pas au-dessus de tout soupçon.

Examen astronomique profane de la visibilité du croissant lunaire

Le système solaire comporte le soleil comme étoile, et plusieurs corps célestes gravitant autour, dont les planètes et leurs satellites (lunes) ainsi que des astéroïdes et des comètes, la découverte future d’autres corps n’étant jamais exclue.

Ces différents objets, notamment les plus importants, sont suivis par des télescopes depuis des siècles. Ces observations expérimentales, de plus en plus sophistiquées et apportant de nouvelles connaissances quasi-quotidiennes, ne peuvent pas prédire les orbites ou diriger un long voyage astral. Une modélisation s’impose, et le modèle le plus complet est celui qui intègre tous ces corps connus en même temps, afin de considérer toutes les interactions. Cette dynamique céleste est fort heureusement suffisamment bien reproduite par la mécanique gravitationnelle de Newton. L’orbite isolée de chaque planète peut être suffisamment simulée en considérant deux objets seulement (Soleil, Planète). L’étude des mouvements de la Lune doit intégrer au moins les trois astres (Soleil, Terre, Lune). Si on veut prédire les éclipses, les dimensions des corps (assumés sphériques) doivent entrer en jeu. Et si en plus ces éclipses ou la visibilité du croissant lunaire doivent être simulées à travers les différentes régions de la planète, il faut alors coller les différents pays et continents sur la surface du globe. Ces études font notamment appel aux techniques d’intégration numérique, à la trigonométrie sphérique et ses différents systèmes de coordonnées, ainsi qu’à l’introduction judicieuse de paramètres numériques permettant d’ajuster les modèles Newtoniens de façon à reproduire au mieux les différentes observations.

Les auteurs de ces logiciels, devant maitriser des connaissances pluridisciplinaires de pointe, cernent mieux que quiconque les différentes sources d’incertitude ainsi que les limites de leurs outils. La précision moyenne sur un cycle annuel est meilleure que pour des durées courtes (jour, mois), car les erreurs fluctuantes s’opposent ; et par ailleurs les distances et vitesses sont loin d’être régulières, notamment pour la Lune, plus sensible aux effets des autres planètes. La durée moyenne d’un mois lunaire de 29.5 jours environ, ne se traduit pas par une régularité alternante, puisque on peut avoir jusqu’à trois jours successifs, voire quatre, soit de 29 ou bien 30 jours [9].

Le cumul des erreurs irrégulières dues aux interactions inconnues ou négligées ainsi que l’effet de l’expansion, limitent la durée de vie d’un logiciel. Ainsi, l’actuel calendrier hégirien Um-AlQura, basé sur un modèle de la NASA, ne sera plus valide après l’année 2200 [10].

Les musulmans s’intéressent plus à la naissance et visibilité du croissant lunaire, et ces dernières peuvent être plus facilement déterminées par l’observation régulière des positions de la Terre et la Lune par rapport au soleil. On se débarrasse ainsi de plusieurs incertitudes inhérentes au modèle général précédent. Peut-on pour autant parler d’infaillibilité alors que tout le monde s’accorde à dire que l’incertitude sur la visibilité est bien plus importante que sur les positions ?

Que ceux qui assimilent les éclipses et la visibilité du croissant se détrompent. Les vitesses relatives sont très différentes, et les quelques instants, pouvant être déterminants pour la visibilité du croissant juste après le coucher du soleil, sont insignifiants pour une éclipse en plein jour.

Le temps de la conjonction Soleil-Terre-Lune peut être déterminé avec précision (même si les rigoureux peuvent signaler que tout appareil de mesure comporte une certaine imprécision, qui paraitra appréciable pour les générations futures, disposant de meilleurs moyens), et la visibilité du nouveau croissant n’est possible que si le soleil se couche avant. Et c’est précisément dans ces conditions que les divergences d’appréciation principales existent.

Peut-on parler d’une prédiction « hautement déterministe » avec la disponibilité de plusieurs critères de visibilité différents [11,12] ? Et où les arabes ne donnent pas l’impression de trainer archaïquement comme les derniers du peloton [13].

Le déterminisme des mathématiques et de la trigonométrie ne peut pas éclipser l’indéterminisme des méthodes empiriques qui s’en servent. Ces critères livrent des contours de visibilité à travers la planète divisée en zones. Est-il à cet effet possible d’éliminer tout doute le long de la ligne de démarcation possible / impossible ?

La zone intitulée « Vision impossible » doit correspondre au cas où la Lune disparait avant ou avec le Soleil, ou que le croissant n’est pas encore né, et les visions rapportées dans ce cas sont rejetables. Les visions d’illusion ont été estimées à 15%, mais demeurent sans doute insuffisamment étudiées. La zone la plus intéressante étrangement dénommée « Vision pas possible » correspond au cas où le croissant est déjà né mais disparait peu de temps après le soleil (10-12 minutes) et serait trigonométriquement invisible. Cette dizaine de minutes et d’autres paramètres sont fixés sur la base d’anciens témoignages, limités en nombre et loin d’être statistiquement irréprochables car ne couvrant pas toutes les conditions possibles (acuité visuelle,  motivation, géographie, altitude, météo, période de l’année…).

Si les détenteurs de ce record minimal n’étaient pas parmi les heureux élus, et qu’ils réalisent leur prouesse quelque part dans un désert arabe la veille du Ramadan, ne seraient-ils pas ainsi recalés par cette technique qui se baserait alors sur une durée supérieure, mais ne perdant pour autant, aux yeux de certains, aucun iota de déterminisme ?

Cette zone ne peut jamais être « déterministe » et peut même être remise en cause [7,13,14]. Elle ne doit en tout cas pas servir comme base de rejet systématique et intransigeant.

La plante euphorisante « Qat » du Yémen à la NASA ?

La référence [14] rapporte le récit de scientifiques musulmans américains qui, après avoir lié les témoignages « rejetables » venant du Yémen, à la plante euphorisante « Qat », et suite à d’autres témoignages signalés en Amérique, décident alors d’accorder du crédit au sujet et finissent par apprendre à travers un savant musulman de la NASA, que cette large zone devrait plutôt s’appeler « Improbable mais pas impossible ». Et c’est précisément dans cette zone que tout le monde arabe se trouvait le Jeudi 16 Juillet 2015 [15]. Alors que le cri de détresse lancé par nos scientifiques offusqués évoque carrément « un croissant inexistant » [3].

Ces méthodes « déterministes », ont par ailleurs été utilisées pour étudier, ou autopsier, notre histoire ramadanesque contemporaine [16], et les résultats ne sont pas surprenants : Les arabes ont souvent raté leurs précieux rendez-vous religieux.

N’est-il pas plus responsable et audacieux d’ajouter les témoignages fiables de croyants sincères et motivés, à cette base de données, et actualiser ainsi régulièrement ces fameuses courbes empiriques de visibilité ? Ces critères et ces méthodes mêmes, ne risquent-ils pas d’être un jour taxés, à leur tour, d’archaïques ?

Revenant à l’astronomie, certains astres, comme la Terre, ne se contentent pas de tourner autour d’eux-mêmes et autour du Soleil, ils subissent aussi des mouvements mystérieux et irréguliers,  n’affectant pas les positions mais désaxant le globe (Chandler wobble) et générant des incertitudes échappant aux modèles de visibilité lunaire. Avec un cycle de 433 jours, cette source d’erreur déphasée et non synchronisée, et les autres, peuvent suggérer, au profane que je suis, de plaider davantage en faveur de l’observation oculaire défaillante à une nuit près, surtout face à une argumentation loin d’être aussi rassurante qu’elle le prétend.

Qui doit-on alors blâmer le plus, un croyant (pouvant être un érudit) qui se goure en prenant une trainée d’avion pour un croissant lunaire, ou bien un scientifique qui passe sous silence, ou carrément ignore, les incertitudes entourant ses prévisions, tout en montrant une assurance aussi hautaine et démesurée qu’injustifiable ?

Alors que des savants non-musulmans découvrent et reconnaissent les vertus scientifiques de l’Islam, y compris les traditions de la Sounna (le meilleur régime consisterait à jeûner trois jours par mois), certains experts musulmans, quant à eux, se basent sur des méthodes perfectibles, pour dire au monde que leur nation attachée à ses traditions se goure régulièrement en suivant le jeûne et en le rompant quand il ne faut pas.

Ces interrogations amères et embarrassantes pour l’auteur même, peuvent en appeler d’autres plus gênantes. Aurait-on par hasard peur, en révisant ces critères, ou juste en interprétant avec moins d’intransigeance les marges d’incertitude, de ne plus disposer de suffisamment de bédouins à croquer chaque Ramadan ? Et de perdre peut-être ainsi une autre visibilité ?

N’était la sacralité du sujet, l’auteur profane, ayant certainement raté des aspects importants, n’aurait jamais pris tant de risques pour s’exposer aux bourdes et retours de manivelle. Mais c’est presque un vœu, et dans ce cas c’est lui-même qui devrait assumer l’embarras et l’effet boomerang mérités ; les scientifiques, pouvant se sentir mis en cause, ne sortiraient alors que plus grandis. Et les excuses, déjà implicites, seraient alors explicitement répétées autant de fois que nécessaire.

 

Références :

[1] http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5197339

[2] http://lequotidienalgerie.org/2014/11/21/dilemme-du-traitement-des-effets-alimentant-les-causes-qui-seme-limmoralite-recolte-double-le-radicalisme-et-la-perversion/

[3] http://lequotidienalgerie.org/2015/07/19/celebrer-laid-sur-la-base-dun-croissant-inexistant-pas-sur-le-dos-des-scientifiques/

[4] http://www.siriusalgeria.net/ram15.htm#01

[5] http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5141890&archive_date=2010-08-24

[6] http://www.hizbululama.org.uk/files/visibility_models.htm

[7] http://aa.usno.navy.mil/faq/docs/crescent.php

[8] http://forum.setif.info/index.php?topic=12629.0

[9] http://www.moonsighting.com/faq_ms.html

[10] http://www.kamakuraco.com/PressReleaseJanuary272010.aspx

[11] http://www.islamicmoon.com/Moonsighting%20Visibility%20Advice.htm

[12] http://www.icoproject.org/pdf/2006_cri.pdf

[13] http://adsabs.harvard.edu/full/2005Obs…125…25A

[14] mustafaumar.com/…/questioning-visibility-curves-for-the-sighting-of-the-moon/

[15] http://www.icoproject.org/icop/shw36.html

[16] www.icoproject.org/pdf/guessoum_2000.pdf

 


Nombre de lectures : 6814
26 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Mokdad Boudaoud
    23 juillet 2015 at 20 h 48 min - Reply

    A mon avis, toute la problématique est dans le paragraphe suivant contenu dans cet article très, très interressant du Professeur Abdelhamid Charif :

    « Qui doit-on alors blâmer le plus, un croyant (pouvant être un érudit) qui se goure en prenant une trainée d’avion pour un croissant lunaire, ou bien un scientifique qui passe sous silence, ou carrément ignore, les incertitudes entourant ses prévisions, tout en montrant une assurance aussi hautaine et démesurée qu’injustifiable ?

    çà nous calme tous, du coup !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 14

  • hamdi
    24 juillet 2015 at 16 h 12 min - Reply

    Voici comment on constatent le premier jour du jeûne du mois de ramadhan raconte-elle ma grande mère dans les années 50, la maison qui nous abritait était isolée au milieu des champs et montagne, a 19h le soir mon grand père monta au col de la montagne pour constater la présence du croissant, une fois constaté sur place, le premier jour du ramadhan sous a france coloniale est beaucoup plus juste que sous l’algérie indépendante allah yakoune fi awna.

    observation : la montagne en question se trouve quelques part a l’est pas loin de constantine.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • anonym1
    24 juillet 2015 at 18 h 58 min - Reply

    Il fallait bien que quelqu’un ose le dire. Merci.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Zahir KHIMA
    24 juillet 2015 at 22 h 01 min - Reply

    @hamdi

    Et moi cher ami hamdi, je peux te faire ma propre confidence à mon tour.

    je me souviens qu’à mon époque (fin des années 50 et début des années 60) , il n’existait qu’une seule mosquée à Bejaia dont le nom est « Sidi soufi » , en hauteur de la ville certes, une seule mosquée , sans haut parleur, ni ammi ali , pour une population de près de 60 000 âmes à l’époque ! Maintenant il y a une quinzaine pour une population autour de 180 000 âmes. Il me semble que ces nombreuses mosquées au son de haut-parleurs de plusieurs décibels ne jouent pas le rôle même rôle que jouait notre «Sidi Soufi », et n’ont pas le même affecte que les Bougiotes avait pour « Sidi Soufi » ! Aujourd’hui, il existe même des luttes entre certaines d’entre elles : à qui peut rassembler plus de fidèles …pour « tel ou tel trucs » ….que je n’ai pas besoin de développer ici car çà va nous mener loin, loin encore dans les débats !

    Je me souviens qu’à l’époque dont je vous parle, quand le muezzin de Sidi Soufi lançait l’appel à la prière ou la rupture du jeûne, de sa voix douce, profonde et qui portait, on l’entendait sans haut-parleur de très , très loin jusqu’à l’extrémité de la ville au niveau de l’oued Seghir, c’est à dire à l’extrémité de ce qu’on appelle la plaine de Béjaia !

    De plus, pour le début du jeune, pour les heures exactes de la prière, pour la fin du jeune ou la date de l’Aid on n’avait besoin ni d’expert en sciences lunaire, solaire ou agraire, ni de la radio, ni de la télévision (il n’y en avait pas de toute façon) , on attendait l’appel de Sidi Soufi ou bien on allait parler au discret et respectueux imam de notre « Sidi Soufi » ! Et pour la nuit du destin ou la date de l’Aid, on allait juste s’informer auprès de lui et çà tombe toujours juste! Je ne sais pas comment il faisait mais çà tombait toujours juste ya si @hamdi!

    On n’avait aucune angoisse sur ce plan là puisqu’il était là , NOTRE imam de « Sidi Soufi » !!!

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 11

  • Abdelhamid Charif
    25 juillet 2015 at 10 h 26 min - Reply

    Chers frères du LQA, rédacteurs et lecteurs, essalamou alaykoum et bonjour

    Saha Aidkoum et puisse Allah agréer notre jeûne, nos prières et toutes nos dévotions.

    Puisse-t-il aussi nous guider et guider notre pays et toute la nation de l’Islam vers la paix et la sérénité, et nous faire parvenir au prochain Ramadan avec plus de foi et de bonheur.

    Je saisis cette occasion de l’Aid pour demander pardon à tous ceux que j’aurais pu heurter ou fâcher par mes écrits.

    Je m’adresse particulièrement au frère ainé Abdelkader Dehbi, qui me manque, et que je souhaiterais voir se défaire de cette visibilité de croissant qui ne lui sied pas, pour reprendre son rayonnement d’étoile

    Je souhaite également compléter ma contribution en évoquant un point important qu’on peut dénommer « DETERMINISME RELIGIEUX ».

    Imaginons (en les isolant) deux frères jumeaux qui ont toujours vécu ensemble, et que le destin a fini par séparer une fois adultes. Au début du Ramadan, les deux frères surveillent séparément le croissant lunaire, et l’observent et jeûnent à deux dates différentes. Le déterminisme scientifique dit qu’au moins un des deux frères s’est gouré, mais ont-ils pour autant violé les prescriptions religieuses ?
    « Jeûnez à sa vision, et rompez le jeûne à sa vision. »
    Le déterminisme religieux dit qu’il n’y a pas erreur, pour les deux !
    La religion et ses préceptes, ce n’est ni la trigonométrie, ni l’empirisme, ni les savants, ni les amateurs, ni les télescopes rudimentaires, ni Hubble, qui l’ont révélée.
    Si la science révèle des contradictions de fond avec la religion, là d’accord il y’a problème. Si la religion refuse l’assistance de la science, là d’accord il y’a problème.
    Sinon une prescription religieuse assouplissante ne doit pas déranger.
    L’autorisation accordée à un voyageur de faire (et réduire) les prières de Dhor et Asr avant l’entrée du temps normal de cette dernière, n’a à cet effet jamais déclenché de polémique.

    Il est donc SCIENTIFIQUEMENT DOUTEUX ET RELIGIEUSEMENT FAUX, surtout pour un scientifique musulman), de dire au monde que les arabes et les musulmans se gourent souvent (et forcément depuis toujours) sur leurs rendez-vous religieux !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 13

  • Abderrezak
    25 juillet 2015 at 11 h 34 min - Reply

    @Zahir Khima

    Mais vous , vous aviez aussi un petit plus : « yemma Gouraya » qui domine la ville !

    Elle n’a plus hélas la même mystique qu’auparavent (dommage) mais elle, déjà, elle vous protège en permanence. Vous avez un peu d’avance sur nous pour une place au paradis !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Afif
    26 juillet 2015 at 0 h 38 min - Reply

    Nous, musulmans du 15iè siècle, nous noyons dans un verre d’eau. Car, si le Prophète QLSSSL, doué de raison et le plus parfait des hommes, était de notre siècle, il aurait adopté la détermination scientifique pour arrêter le début et la fin du jeûne.

    Dans un hadith, il dit ceci : « Nous sommes une communauté illettrée. Nous n’écrivons pas et ne comptons pas. Les mois sont parfois de telle sorte et parfois de telle autre sorte, c’est-à-dire, parfois de 29 jours et parfois de 30 jours. » Rapporté par El- Boukhari – vol 5, p 2485 – selon la narration du fils de Omar, transmise par Said Ibn Awz. »

    D ans un autre hadith, il dit ceci : « Jeûnez quand vous voyez le croissant et cessez de jeûner quand vous voyez le croissant. Si vous ne l’apercevez pas, complétez à trente jours le mois de Sha’ban. » Rapporté par El-Boukhari – vol 5, p3476 – selon la narration de Abu Hurayra, transmise par Mohamed Ibn Ziyad.

    Quel est son but à travers ces deux hadiths : déterminer la durée du mois de jeûne avec les moyens de l’époque, c’est-à-dire la vision de la lune. Or, aujourd’hui, on donne plus d’importance à la forme du problème (la vision de la lune) qu’à son fond (la durée du jeûne).

    Question fond, si on présentait au Prophète QLSSSL, et à toute personne « douée de raison », les deux moyens de détermination de la durée du mois de jeûne, c’est-à-dire l’hypothétique vision du croissant et l’existence certaine de ce croissant immédiatement après la conjonction des trois astres (soleil, lune, terre) sur une même ligne droite, même s’il est impossible de le voir, il est évident que c’est le deuxième moyen qui serait considéré comme le plus fiable et en fin de compte adopté.

    Car, en effet, l’heure de la conjonction lunaire est connue avec exactitude à la minute près : selon cette méthode, le 1er jour de Ramadan serait le jour suivant l’heure de la conjonction lunaire et le dernier jour, serait le jour de la conjonction lunaire suivante (le jour ici étant défini comme celui qui commence à zéro heure).

    Par ailleurs, cette méthode est confortée par le Coran, verset 2/255 : en effet, « man chahida » veut dire aussi témoigner, attester.

    Combien d’eau va couler sous les ponts pour qu’enfin on arrive à cette solution raisonnable et combien utile pour la détermination anticipée des jours de fête et donc de la programmation des jours de repos (rendez-vous de travail, réservation de moyens de transport, etc…)

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

    • altair
      27 juillet 2015 at 7 h 38 min - Reply

      Lorsqu’il se produit une conjonction des trois astres (soleil,lune,terre ) Ces derniers ne sont pas nécessairement sur une même ligne droite comme vous le dites, La lune se trouverait tantôt en haut et tantôt en bas de cette ligne, mais s’ils se trouveraient exactement sur une même ligne droite alors il se produirait un deuxième phénomène qu’on appelle l’éclipse du soleil .

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

    • Othmani
      28 juillet 2015 at 21 h 47 min - Reply

      L’article se tord pour nous expliquer que la visibilite du croissant lunaire n’est pas deterministe. Or le probleme comme a dit Afif est la determination du MOIS du Ramadan et non la VISION du croissant. Or la determination du mois est claire et precise au centieme de seconde pres.
      L’acharnement des avocats de l’interpretation litterale des Hadiths (ce n’est q’une interpretation) a diaboliser ceux qui ne sont pas d’accord avec eux est ironique quand on sait que chacun d’eux regarde sa montre pour determiner l’heure de la priere et personne ne regarde le soleil !!!!
      C’est ridicule pour une nation musulmane qu’Allah a donne un livre purement logique et intellectuel tel que le Coran transmis par un prophete (Salla Allahu Alayhi wa Sallam) incomparablement et incontestablement contre toute pratique qui prete de pres ou de loin a un astre quelconque une influence sur les actes naturels ou humains, de considerer que le soleil est deterministe et que la lune est mysterieusement floue. Ce sont deux astres completement identiques du point de vue spirituel (Ibada) et nul d’entre eux n’a un role quelconque dans celles-ci (Ibadat) sauf celui de determiner le temps de la Ibada.
      Une autre remarque pour ceux qui s’acharnent a regarder les Hadith d’un seul angle. Le Hadith ou Rassoulou Allah, Salla Allahu Alayhi wa Sallam dit: « Nous sommes une communaute illetree… », je me demande, la communaute est ou bien la communaute musulmane ou la communaute arabe de son temps Salla Allahu Alayhi wa Sallam
      Dans le cas ou on choisit de l’interpreter comme la communaute musulmane, l’histoire du monde musulman riche en savants mathematiciens et astronomes ou plus de la moitie des noms d’etoiles sont des noms arabes, entre en contradiction directe avec ce hadith. Et comme Allah Taala nous affirme que son messager, Salla Allahu Alayhi wa Sallam « ne parle pas au hazard » « La yantiqou ani al hawa », cette interpretation (qui est NOTRE interpretation) est le probleme. De ce fait, Rasoulou Allah, Salla Allahu Alayhi wa Sallam, en fait, nous invite implicitement a nous instruire et determiner un moyen plus efficace pour determiner le debut et la fin du mois de Ramadan et parle de la oumma arabe de son temps a qui il dit: (mon interpretation): comme nous ne savons pas le faire maintenant adoptez la vision du croissant pour le moment.

      Wa Assalam,

      Othmani

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • Tewfik Hamadache
    26 juillet 2015 at 15 h 20 min - Reply

    @Afif

    Cher compatriote, il y a plein de suggestions logiques et raisonables comme les vôtres qui circulent aussi bien chez les scientifiques musulmans que chez les éxégtes du Coran , mais vous avez l’air d’avoir oublié que les pays arabo-musulmans ont pris une décision valable jusqu’à la fin des temps ou la nuit des temps : ne jamais s’entendre sur quoi que se soit !

    Nous sommes des pays maudits, arriérés et pétrifiés par notre conservatisme religieux et notre mode de gouvernance !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 8

  • ASIREM
    26 juillet 2015 at 19 h 46 min - Reply

    Continuer à déterminer le mois de ramadan au 21 ème siècle avec les yeux est le signe manifeste de la suprématie du fanatisme sur la raison.Dans une société moderne,le doute n’est pas permis pour fixer à l’avance les jours de féte et pas à la dernière minute ! Pourquoi pour l’Aid el kebir la date est fixée à l’avance ? Vouloir à tout prix suivre la sunna y compris pour certaines recommandations dépassées et inapplicables relève du fanatisme et de l’intégrisme qui gangrènt les pays musulmans.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

    • Othmani
      28 juillet 2015 at 21 h 53 min - Reply

      ASIREM,

      La determination du croissant lunaire par les moyens de vision n’est pas une SUNNA du tout. C’est juste un moyen consielle par le prophete Salla Allahu Alayhi wa Sallam, pour la oumma de son epoque pour determiner le debut et la fin du Ramadan. Je suis d’accord avec vous pour l’Aid ElKebir et aussi pour les cinq priere, as-tu rencontre quelqu’un qui regarde le soleil?? A le faire tous les jours ce serait facile de trouver quelqu’un qui s’acharnerait a suivre le soleil et qui vas « retarder » les prieres des que le temps est nuageux 🙂

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

    • hamidu
      29 juillet 2015 at 17 h 42 min - Reply

      Pour le 21ème siècle et la modernité que vous évoquer le Ramadhan doit tenir compte l’aspect économique et des jours féries et les congés, il faut que sa tombe au pic au jour de repos! ohhlalal..moi si je ne vois le croissant je ne mange pas point barre!

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

      • batni
        29 juillet 2015 at 19 h 30 min - Reply

        Faites attention Mr Hamidu, avec l’âge la vue diminue et vous risquez de vous retrouver a jeuner toute l’année. :), plus sérieusement et ceci expliquant cela, on voit bien l’état actuel pitoyable des musulmans.
        Mes respects,

        Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Afif
    27 juillet 2015 at 15 h 26 min - Reply

    @ Altair :

    D’accord pour votre explication, je ne suis pas un spécialiste.

    Mais je sais qu’après la conjonction des 3 astres, le fameux croissant lunaire commence à apparaître même s’il est invisible. Pourquoi attendre 24 H ou 48 H pour le voir à l’œil nu, et être dans l’incertitude.

    La vision lunaire n’est qu’un moyen pour déterminer la durée qui est le but de la vision (début et fin de mois).

    On peut déterminer cette durée par la conjonction lunaire plus précise que la méthode traditionnelle : qu’est-ce qui nous importe, le but ou le moyen ?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Achour
    29 juillet 2015 at 18 h 43 min - Reply

    Je m’adresse aux compatriotes qui ont donné votre avis sur cet article d’Abdelhamid Charif « Astronomie et populisme scientifique ». Qui parmi vous, vous qui me paraissaient connaître beaucoup de choses aussi les uns que les autres, comment faisait les fidèles (où même comment faisait le prophète lui-même) pour appelez aux différentes prières de la journée alors que l’horloge n’existait pas : A la limite pour la prière de l’aube al-Fajr et celle de la nuit Al ‘ichaa , je peux comprendre que c’est facile , mais pour les trois autres en cours de journée comment faisait-on à l’époque ??? On est dans le désert, il ne faut pas l’oublier ! J’ai vu dans le Coran, mais il n’y a rien de vraiment précis le dessus, si je ne me trompe pas !

    Je veux bien savoir, car çà m’intrigue, comment on peut savoir à quelques minutes près à l’époque du prophète pour déterminer les autres moments des trois autres prières de la journée ( ???? Je ne vois rien dans le Coran qui parle des heures de prières !

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

    • houy
      30 juillet 2015 at 16 h 05 min - Reply

      LE SOLEIL AU MILIEU TIENS C EST MIDI? LE SOLEIL AU QUART TIENS C EST 16H LE SOLEIL AU COUCHER TIEN C ‘est EL MAGHREB, a l epoque l important c ets de prier et rester attaché a la croyance, je ne suis pas un savant mais sa doit être comme sa car le solei a toujours juoer un rôle important dans le temps et la croyance divine.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Afif
    30 juillet 2015 at 13 h 43 min - Reply

    @ Achour :

    Je vais satisfaire votre curiosité : Dhohr, c’est le moment où l’ombre d’un objet vertical quelconque est la plus courte de la journée. Exemple : vous plantez à la verticale une barre d’un mètre le matin. Son ombre diminuera jusqu’à atteindre 10 cm, ou 5 cm ou 20 cm, etc… et puis recommence à augmenter. Dès qu’elle recommence à augmenter, c’est la période du Dhohr jusqu’au moment du Asr.

    Moment d’El Asr : c’est le moment où l’ombre d’un objet vertical quelconque est égale à sa hauteur plus l’ombre minimale constatée au Dhohr. Dans notre exemple ci-dessus, lorsqu’elle est égale à : 1.10m ou 1.05m ou 1.20m, etc…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

    • altair
      31 juillet 2015 at 8 h 04 min - Reply

      Je suis entièrement d’accord avec Afif qui vous a donné une explication très satisfaisante en employant un langage des plus simples.Le bâton mentionné dans l’exemple de Afif s’appelle le gnomon et lorsque l’ombre de ce gnomon est la plus courte de la journée considérée on appelle ça le midi solaire c’est à dire le passage du soleil au méridien du lieu.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • Bouzid
      31 juillet 2015 at 10 h 02 min - Reply

      Ce que vous racontez la est plus tard, les musulmans de l’époque dont le Fameux 3Ibn Rochd » a développé cette notion du temps et a inventé la montre, lui comme ‘autres ibn sina la medecine khouarismy les math etc…, on étaient des génie, cependant cette civilisation occidentale n’a jamais eu l’honneur de reconnaitre sa, actuellement les Suisse se prennent pour des inventeurs de la montre or ce n’est qu’un fantasme qui font.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

    • Kamel
      31 juillet 2015 at 17 h 09 min - Reply

      Afif

      C’est un bon truc ta technique, mais rien n’est dit dans le Coran sur le sujet soulevé par @Achour !!!

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Afif
    30 juillet 2015 at 23 h 42 min - Reply

    @ houy :

    Il faut supposer que vous n’avez pas de montre comme du temps du Prophète QLSSSL comme a demandé @Achour.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Abdelhamid Charif
    31 juillet 2015 at 8 h 47 min - Reply

    Je reproduis ci-après l’essentiel du contenu de la référence [14], dont l’auteur, Mustafa Umar, est un informaticien américain.
    Vendredi 27 Juin 2014, nuit du doute de Ramadan. Quand un ami qualifie de bourrés les témoins prétendant avoir vu le croissant au Yémen, je souris en pensant à la plante euphorisante « Qat », d’autant plus que je venais de consulter quatre cartes de visibilité différentes prouvant toutes qu’il était impossible de voir le croissant dans cette partie du globe.
    Des heures plus tard je suis en direct un débat de l’Assemblée des Juristes Musulmans Américains AMJA, devant décider sur ces témoignages. Trois observations oculaires sont alors signalées à Houston suivies d’une autre en Alabama. Je me demande si ces témoins ne sont pas eux aussi accrocs de la plante « Qat », mais à ma grande surprise, après quelques minutes AMJA confirme les témoignages Yémenis et Américains.
    Je téléphone immédiatement au Docteur Ahmed Salama, professeur en Astronomie et consultant à la NASA/JPL. J’interromps son diner, et lui demande :
    Quelle est l’incertitude de ces cartes de visibilité ? Je veux un pourcentage ! 0%, 5%, 20% ?
    Il répond : N’importe où non loin de la zone rouge se trouve une large zone « grise » (incertaine), où si les conditions sont idéales, la visibilité du croissant est improbable mais pas impossible.
    Ces témoignages sont toutefois rejetés par des érudits religieux sur la base des cartes.
    Plus tard la même nuit, deux autres témoignages sont signalés à Tucson et San Diego, et sont aussi rejetés. Je sais que les gens peuvent faire des observations erronées sans être sous l’effet d’aucune substance. Mais et si jamais une de ces observations se trouve dans la zone grise décrite par Dr Ahmed ? Je décide de pousser plus loin. Je téléphone à Mateen Khan, 39 ans, qui prétend avoir vu le croissant à San Diego. Voici son récit :
    « Je pars avec ma femme et mes enfants pour l’observation du croissant en dépit des doutes sérieux que nous avons. Nous nous dirigeons vers le mont Laguna où se trouve l’observatoire d’Etat de l’Université San Diego. Nous choisissons un lieu à 1220 m d’altitude et à 8:02 pm commence notre observation. Après une minute, nous voyons quelque chose et nous pensons alors qu’il s’agit de résidus d’une trainée d’avion. L’objet continue d’apparaitre. J’utilise les jumelles de mon fils et c’est clairement un croissant lunaire. Nous l’observons entre 8:03 et 8:11 pm. Je prends une photo avec mon téléphone mais la qualité de la caméra ne permet pas de capturer le croissant. Nous suivons son mouvement de coucher et à 8:12, il disparait. Sur le point de rentrer, nous remarquons un homme, non musulman, avec un télescope. Je lui demande s’il avait vu quelque chose. Vous voulez dire la lune, répond-il ? Oui, je l’ai clairement vue. Il ajoute qu’il est amateur et qu’il vient régulièrement observer le ciel. Il affirme qu’il s’agit bel et bien du croissant lunaire et qu’il est très rare de l’observer dans un jour pareil. Je décide alors de rapporter mon observation. »
    En dépit de ce récit détaillé de Mateen, son témoignage est aussi rejeté. J’appelle Dr Ahmed et lui raconte cette histoire. Il me rappelle quelques jours après pour m’annoncer que sur la base des données de ce témoignage, et en tant qu’expert en astronomie, il ne pouvait pas rejeter cette observation. Je ne le lâche pas : Quel alors est l’intérêt de ces cartes si elles ne sont pas exactes ?
    Sa réponse résumée : Ces cartes ne sont pas déterministes mais doivent être utilisées comme un indicateur de la location usuelle de la visibilité du croissant. Seule la position de la Lune par rapport au Soleil et la Terre est déterministe. Ces cartes ont été établies sur la base de témoignages d’astronomes amateurs qui affirment avoir vu ou non la lune dans certaines conditions. Si on double ou triple le nombre de témoignages, ces cartes pourraient changer considérablement. La visibilité initiale du croissant a toujours été problématique et dépend de plusieurs facteurs environnementaux, y compris la distorsion de la lumière par l’atmosphère terrestre. L’existence de la zone grise est par ailleurs confirmée par l’Observatoire Naval Américain. Il convient enfin de signaler que le Yémen et l’Amérique n’étaient pas dans la zone rouge mais dans la zone « Vision pas possible ». Cela ne mettra sans doute pas un terme aux divergences sur la visibilité, mais il s’agit d’une invitation à ne plus faire des allégations prévisionnistes prétendument exactes à 100%. La vision oculaire de Mateen, ou de quelqu’un d’autre, ne peut pas être confirmée avec certitude, mais il serait injuste de dire que ces témoins sont bercés d’illusions ou bourrés.
    Fin du récit de Mustafa.
    Je termine en retenant qu’en dépit de l’insistance de son ami Mustafa, Dr Ahmed ne s’est pas aventuré à chiffrer l’incertitude dont il ne cerne pas tous les contours, et que j’aurais comme lui accepté ce témoignage de Mateen.
    Les témoins « frères arabes » – que la gêne de certains habille désormais de guillemets – ne sont ni « archaïsants » ni moins dotés de raison et de sagesse que Mateen, et sont même mieux équipés avec des télescopes mobiles modernes, et mieux habitués à cette pratique. Mais hélas l’anti-arabisme aveugle, rampant, et ratissant large au-delà du berbérisme radical, fait désormais des ravages populistes auprès d’élites en pannes de souffre-douleurs. Même si on doit rejeter des observations, on ne doit surtout pas entamer l’intégrité morale du témoin, mais juste émettre des réserves sur sa capacité à discerner ce qu’il a vu.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Afif
    31 juillet 2015 at 16 h 10 min - Reply

    @ Abdelhamid Charif :

    Ne nous attardons pas inutilement sur la vision du croissant lunaire, ce n’est qu’un moyen : ce qui importe, c’est de déterminer le début et le fin du mois de jeûne pour jeûner la durée correcte 29 ou 30 jours.

    Du temps du Prophète QLSSSL, la société arabe était illettrée, il le dit lui-même dans un Hadith. Par conséquent, les musulmans n’avaient pas d’autre moyen de déterminer le début et le fin du mois de jeûne que la vision du croissant.

    Mais aujourd’hui, on peut déterminer à la minute près le début d’un mois lunaire : le croissant apparaît juste après la conjonction lunaire. Ce croissant est invisible par tout moyen, mais il existe, il est là, on le sait. Et quand enfin, on le voit à l’œil nu, il est déjà vieux de quelques dizaines d’heures.

    Le monde musulman a des problèmes beaucoup plus fondamentaux pour sa survie que de perdre son temps à vérifier l’apparition du croissant lunaire, nonobstant son existence certaine au moment de la conjonction lunaire connue de tous à la minute près.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Jamal Mimouni
    8 août 2015 at 20 h 22 min - Reply

    Salam à tous
    Je ne polémiquerais pas inutilement avec mon collègue, très impliqué dans les problèmes de culture, et fin observateur de la scène politique Algerienne. Je dirais seulement qu’il y a un certaine incompréhension de sa lecture de mon article. Il a toutefois fait un effort louable de documentation sur le sujet mais s’il me permet, il n’est pas à mon avis assez familier avec le sujet dans tous ses « intricacies » pour juger de manière experte.
    1- Mr.Charif me reproche :
    « Clamer fort et sans retenue, que l’astronomie est « la science la plus précise », et que la vision du croissant lunaire est devenue « hautement déterministe » [3-5], est une démesure scientifiquement déplorable ».
    Or ma première affirmation est assez correcte sauf que par précision et en tant que physicien théoricien je devrais dire que l’Astronomie est devancée par la QED (Quantum Electrodynamics) qui arrive à une précision de 10^^-11, et juste derrière, se situe en précision certains tests de la Relativité Générale, mais je m’étais épargné ce degré de description vu le niveau de la discussion. Ma deuxième l’est aussi : J’ai utilisé le qualificatif « hautement » et non « totalement » à dessein. Donc aucune démesure scientifique mais ‘juste « common knowledge ».
    2- Sa déclaration qui semble t-il me visait: « les croyants peuvent désormais tranquillement apprendre à domicile, sans aucun risque d’erreur, les dates du début et fin du mois de Ramadan » ne me touche pas – il suffit de relire mon article; et son commentaire « Certains scientifiques …utilisent les modèles surtout pour rejeter les témoignages oculaires. » est assez déplacé vu que c’est justement le propre des différents critères astronomique de visibilité, d’El-Birouni à ceux adoptés par toutes les conférences islamiques sur le sujet y compris de celle historique d’Istanbul de 1977 de faire cela. C’est ce qu’on appelle utiliser l’astronomie pour le nafyi (Rejet) et ceci est légitimisé par quasiment toutes les instances religieuses du Monde Musulman, et de manière emphatique par notre Ministère des Affaires Religieuses. Il est donc inutile d’etre plus royaliste que le Roi là dessus.
    3- Mr Charif donne le lien à l’article de N. Guessoum qui justement documente comment l’Algérie s’est trompé sur 40 ans dans 75% des cas : Ceci devrait nous donner une idée de la crédibilité de « l’observation » du croissant dans quatre Wilayas en Algerie cette année. En Arabie Saoudite une étude similaire arrive à un taux d’erreur qui approcherais les 90%. De plus les cas des Chaouafa de la région de Sdir et Shakra en Arabie Saoudite qui chaque année voient avant tout le Monde meme quant la Lune est sous l’horizon est bien documenté dans les différent blogs astronomique et vire au comique.
    4- J’ai aussi été membre expert du Comité des Croissants Lunaire et par devoir de réserve je ne décrirais pas comment les observations sont homologuées. Argument je reconnais en dessous de la ceinture, mais pour me dédouaner voyez pour indication :
    http://siriusalgeria.net/ram15.htm#10
    http://siriusalgeria.net/ram10b.htm#05
    http://www.echoroukonline.com/ara/?news=138999
    et puis aussi et comment certains Bédouins de Shagrah (proches de Riyad) voient à travers les nuages.
    et aussi:
    http://siriusalgeria.net/khaf1.htm
    ainsi que les révélations très graves dans la presse nationale il y a quelques années de A.Tamime qui fut pendant plusieurs années le Chargé de la Communication du Ministère des Affaires Religieuses concernant au moins une année expliquant comment le croissant avait été « concocté » et estampillé « vu « sans passer par le Comité des Croissants …
    5- Ce qu’il relate avec force détails concernant le Ramadhan 2014 (et la question de zone d’incertitude qui nous amènerait trop loin et je doute que le lecteur soit intéressé à tout cela ici). Tout ceci est bien documenté et on peut consulter la blogosphère astronomique arabe (ICOP, various forums…) la dessus en particulier ce qui s’est passé en Afrique du Sud (Voir aussi la page Ramadhan 2014 de Sirius là dessus).

    C’et pour toutes ces raisons esquissées rapidement que je ne peux accepter, même en mode modestie de la part de Mr Charif, l’ affirmation: « …peuvent suggérer, au profane que je suis, de plaider davantage en faveur de l’observation oculaire défaillante à une nuit près, surtout face à une argumentation loin d’être aussi rassurante qu’elle le prétend. »
    pas plus que je n’apprécie évidement ma caractérisation:  » … un scientifique … montrant une assurance aussi hautaine et démesurée qu’injustifiable … »
    Maa salam
    J.M.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Afif
    8 août 2015 at 23 h 01 min - Reply

    Bonnet blanc, blanc bonnet ou qui Hamou qui Tamou : on n’est pas sorti de l’auberge pour longtemps malheureusement.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos