Édition du
9 December 2016

..RÉGIME ALGÉRIEN : LE DEVOIR PATRIOTIQUE D’INVENTAIRE.

 Indépendance11«…pense un peu à ta situation humiliante de colonisé, réduit sur son propre sol à la condition honteuse de serviteur et de misérable surexploité par une poignée de privilégiés, classe dominante et égoïste qui ne cherche que son profit sous le couvert fallacieux et trompeur de civilisation et d’émancipation. » (Extrait de l’appel de l’ALN, du 1er Novembre 1954, au peuple algérien.)
Essaid AKNINE et Hacène LOUCIF.
A l’heure où l’histoire de l’Algérie nous interpelle dans tout ce qui constitue notre algérianité, à l’heure où les bouleversements que connaissent les territoires anciennement colonisées, notamment ceux de Tafriqt U Gafa (l’Afrique du Nord), ceux du Moyen-Orient, ceux du Sahel et ceux de l’Afrique centrale, remettent en cause jusqu’à l’existence des Etats postcoloniaux, à l’heure où-au 53ème anniversaire de son indépendance- notre pays est endeuillé par les tueries des stratégies du chaos local ayant fait, cette fois-ci, une trentaine de morts dans la vallée du M’zab, à l’heure où, l’Algérie s’apprêtant à célébrer le 59ème anniversaire du Congrès de la Soummam, « le terrorisme résiduel » programmé et mené au grès d’intérêts claniques et antinationaux continue d’ôter la vie aux enfants de l’Algérie appelés à servir dans les rangs de l’Armée Populaire Nationale ou engagés sous l’uniforme d’autres corps constitués , il est fait appel à « la constitution d’un front intérieur solide et harmonieux ».
Comme le fut celui de Novembre, cet appel aurait pu offrir l’occasion de restituer au peuple son histoire, et de lui permettre d’être souverain de son présent et de projeter un avenir d’émancipation citoyenne à ses enfants. Or, il n’en est rien ! Autoproclamés tuteurs du peuple et dépositaires des richesses du pays, les décideurs de la Présidence, ceux du Commandement militaire et ceux du DRS persistent à maintenir les institutions de l’Etat en otage de leurs luttes claniques et à subordonner le devenir de la Nation algérienne à celui de leur régime criminel et mafieux.
Les récentes tueries de la vallée du M’zab et les attentats d’Aïn Defla ne laissent aucun doute sur l’implication des supplétifs des officines étrangères dans un conflit ayant pour enjeux l’arbre de l’après Bouteflika et la forêt de l’héritage du système de l’exercice informel du pouvoir et celui de l’économie rentière qu’il cache. Ces supplétifs se trouvent au niveau des hautes sphères du pouvoir. C’est dans ce contexte qu’il est procédé à une mobilisation massive des émotions et des traumatismes dus à l’intégrisme contrôlé des ignorances, fruit des « ignorances institutionnalisées », pour faire du peuple le Khemmas du régime militaro-mafio-DRS ou de l’un de ses clans.
Chers algériennes, chers algériens,
Repenser la citoyenneté algérienne pour sortir des impasses historique, identitaire, culturelle, cultuelle, politique, économique et géostratégique qui menacent notre pays dans son existence ne se décrète pas. Ce processus, nous devons le mener pour redéfinir la Nation algérienne de façon à lui donner les moyens de se nourrir des mémoires collectives, des pluralités et des diversités qu’elle recèle et les émanciper pour se réapproprier les institutions de l’Etat, à commencer par l’institution militaire. Car, n’en déplaise aux décideurs, l’armée doit être au service de la Nation.
Elle a pour vocation de veiller à la préservation de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale dont le prix fut chèrement payé par le peuple algérien. Le seul front qui doit nous unir, c’est celui du peuple !
Le seul objectif qui doit nous réunir, c’est celui de la restauration de la légitimité populaire via l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante pour, enfin, réaliser l’un des objectifs principaux de la Révolution algérienne : l’instauration d’une République garantissant toutes les libertés démocratique dans un pays libéré du dogme étatisé et des orientations idéologiques aliénantes.
Chers sœurs, chers frères,
Les leçons de patriotisme, c’est aux décideurs autoproclamés du régime de les prendre. A ces derniers, disons haut et fort : Le patriotisme, c’est se rappeler le devoir d’être fidèle au Serment de Novembre d’instaurer une République algérienne démocratique et sociale. Le patriotisme, c’est consacrer la primauté du politique sur le militaire, tel que préconisé dans les résolutions du Congrès de la Soummam. Le patriotisme, c’est s’astreindre au devoir d’inventaire du régime militaro-mafio-DRS depuis sa naissance. Le patriotisme, c’est restituer le récit historique du combat du peuple pour l’indépendance de l’Algérie aux algériennes et aux algériens.
Le patriotisme, c’est mettre à nu les « révolutionnaire » de la 25ème heure, ceux-là mêmes qui n’ont aucun passé réel dans la Révolution algérienne. Le patriotisme, c’est démasquer les commanditaires et les exécutants de tous les assassinats politiques commis contre les enfants de l’Algérie. Le patriotisme, c’est rendre justice à tous les militants politiques, des Droits de l’Homme, syndicalistes ou citoyens réprimés dans les mouvements d’insurrection ou de contestation du régime depuis l’indépendance. Le patriotisme, c’est mettre fin à la supercherie politique de « la famille révolutionnaire ».
Le patriotisme, c’est établir la vérité et la justice sur les 200 000 morts et les 20 000 disparus Le patriotisme, c’est donner suite par des mesures politiques et juridiques concrètes au rapport du Pr Issad sur les tueries de la Kabylie en 2001. Le patriotisme, c’est faire toute la lumière sur les tueries de la vallée du M’zab.
Le patriotisme, c’est réhabiliter le peuple dans son droit d’exercer ses souverainetés politique et économique. Le patriotisme, c’est rendre l’Etat à Nation. Le patriotisme, c’est dissoudre la police politique.
Le patriotisme, c’est démasquer les auteurs des hautes trahisons à la patrie. Le patriotisme, c’est dissoudre les cercles claniques de la décision politique et démanteler les réseaux informels de la distribution de la rente. Messieurs les décideurs autoproclamés du régime militaro-mafio-DRS, le jour où vous ferez preuve de patriotisme face à ces questions soulevées, le jour où vous aurez le courage de faire l’inventaire du régime clanique que vous représentez, ce jour-là, nous vous décernerons des médailles de bravoure.
Vive l’Algérie, Gloire à nos martyrs.

Nombre de lectures : 5239
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Youssef
    24 juillet 2015 at 6 h 25 min - Reply

    .
    LE POUVOIR MILITARO-MAFIEUX DEMEURE FORT, ET NE CEDERA PAS :
    ..
    Les Généraux ne sont sensibles à aucune ‘ supplique ‘, ou un appel à la trêve, ou à la réconciliation nationale, et ne se résoudront pas à lâcher du lest : Ils ont  » tué des milliers et volé des milliards « , et ne serait-ce que pour ces deux raisons, ils ne décideront jamais de céder, sachant qu’ils sont passibles devant les juridictions nationales et internationales. De plus, ils se considèrent comme les  » propriétaires uniques et exclusifs du pays « , se croyant donc fondés à faire ce qu’ils veulent, accaparer les richesses, massacrer la population, pratiquer et manipuler la violence extrême, instiguer  » la stratégie de la tension  » (guerre interne) de 1991 à 2015 (qui continue), créer des Groupes armés et les instrumentaliser, sévi r au pouvoir avec toutes les méthodes de répression et de dominations, tous les stratagèmes et les ruses, toutes formes de coercition…..
    .
    Le Régime militaire demeure fort, et ne cèdera pas tant qu’il
    – accapare et dispose des milliards du pétrole ;
    – a le soutien diplomatico-stratégique du Grand Gendarme américain qui a pris son Grand morceau au Sahara (Pétrole et Gaz),
    – a la  » caution politique  » de la France, qui donne le  » là « , et détermine la politique algérienne de l’Europe,
    – les  » appareils de répression  » sous la férule des Généraux du DRS,
    – les  » organes de propagande  » sont contrôlés  » par les Maitres du DRS,
    – la population est traumatisée par la Guerre civile (199-2014),
    – l’Opposition est neutralisée, cassée, émiettée et érodée, – etc.!
    .
    LE POUVOIR MILITAIRE BENEFICIE DU SOUTIEN DE L’OCCIDENT :
    .
    Tant que Le Pouvoir militaire octroie des contrats aux Multinationales, entretient de bonnes relations avec les Grands Lobbies occidentaux, dispose encore d’une cagnotte pour arroser les Réseaux de parlementaires, hommes politiques, espions et autres mafieux et véreux qui organisent le soutien aux Généraux et leur Junte dictatoriale, des sommes colossales sont en permanence dégagées sur les centaines de marchés surfacturés, faussement facturés…..
    .
    FACTEURS INTERIEURS : L’OPPOSITION NEUTRALISEE, LA POPULATION TRAUMATISEE :
    .
    A l’avantage du Régime militaire, certains facteurs intérieurs très déterminants : la neutralisation de l’opposition, le façonnage artificiel du champ politique et médiatique (partis-officines crées par la SM-DRS, l’intrusion du phénomène extrémiste ( des extrémistes de tous bords instrumentalisés par le DRS) , l’écartement des positions vers les extrêmes, le délitement du lien national, la division totale, érosion, désengagement militant et désaffection à l’égard de la classe politique ( corrompue par le Régime militaire, khobziste, participationniste, électoraliste, harkiste
    .
    LA CRISE EST FONDAMENTALEMENT POLITIQUE, C’EST LA QUESTION DE LA LEGITIMITE DU POUVOIR, EN SUSPENS DEPUIS 1962 :
    .
    La crise est d’abord « politique ». Essentiellement, fondamentalement, principalement, primordialement « politique ». Entendre par là que la crise multidimensionnelle qui frappe le pays, est liée d’abord à la « question du pouvoir », de la légitimité du pouvoir. Nous n’avons jamais eu de pouvoir légitime, il est confisqué par « la ruse et la force » depuis 1962. Et tant que la «légitimité » n’est pas établie, ça demeurera ainsi, le pays est bloqué et asphyxié par le Pouvoir militaro-mafieux tenu d’une main de fer par les Généraux criminels et prédateurs… Les questions de références civilisationnelles, culturelles, identitaires seront réglées une fois la « question de la légitimité du pouvoir » est réglée. Une Assemblée constituante élue au suffrage universel, au terme d’élections supervisées par l’Opposition (à construire), la Société civile, des Organisation internationales crédibles….De plus, il faut au tout début éviter de trop focaliser sur les question qui divisent? car « sensibles », conflictuelles, clivantes, et donc plutôt nous concentrer sur ce qui peut unir comme l’aspiration à l’Etat de droit, la justice, la légitimité, la paix….Donc la construction l’Etat de droit et la démocratie…..

    …………………………..
    Lire (mes textes) :
    – SM-DRS: ‘ ORGNISATION CRIMINELLE ‘ ET ‘ MAFIA TENTACULAIRE ‘
    -LA SM-DRS ET SES ACTIONS SANGLANTES

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos