Édition du
9 December 2016

CCD. BULLETIN DES DROITS DE L’HOMME – JUILLET 2015

rachid aouine juillet 2015Une fois n’est pas coutume, le mois de juillet sera marqué par la libération de nombreux citoyens, après avoir purgé leur peine. De jeunes citoyens qui ont été arbitrairement condamnés pour avoir revendiqué leur droit au travail et à une vie décente dans leur pays.

02 juillet 2015 : Libération du citoyen Rachid Aouine d’El Oued, après avoir purgé sa peine de 4 mois de prison  suite à un procès inique et une condamnation arbitraire. Ancien fonctionnaire des douanes, il avait dénoncé il y a quelques années la gabegie et les détournements au sein de la structure où il travaillé, ce qui lui a valu sa révocation. Très actif au sein de la coordination des chômeurs, il sera accusé d’avoir diffusé une vidéo d’un citoyen lâchement tabassé par les services dit de sécurité, d’où sa condamnation et son incarcération.

boussaid06 juillet 2015 : Libération du citoyen Khaled Boussaïd, originaire d’El Menea (Ouargla). Membre  de la coordination nationale des chômeurs, il avait été arbitrairement condamné à 3 ans de prison pour avoir revendiqué son droit au travail lors d’un rassemblement pacifique.

06 juillet 2015 :

liberationLibération de 6 citoyens de la Ghardaïa (Boughloussa Khoudir, Guemghar Omar, Hadj Saïd Daoud, Hadjadj Mansour, Baouchi Yahia, Dabouz Abdelhamid) arrêtés lors des troubles qu’a connu la liberation2région, suite à des rafles des services dits de sécurité. Selon les témoignages de membres de leurs familles ils avaient été embarqués alors qu’ils se trouvaient près de la mosquée ou devant leurs locaux commerciaux. Ils ont été condamnés à 6 mois de prison suite à des procès iniques et sur la base de chefs d’accusation préfabriqués.

29 juillet  :

khencha-libre-juillet-2015Libération  de  Khencha Belkacem, Brahimi Belelmi, Mazouzi Benallal, Azzouzi Boubakeur, Korini Belkacem, Benkouider Faouzi, Bensarkha Tahar et Djaballah Abdelkader, de Laghouat, après avoir purgé leur peine.

Pour rappel ils avaient été arbitrairement condamnés à 6 mois de prison ferme pour avoir revendiqué leur droit à un travail.

Pour rappel :

Abdessami AbdelhaïOuld DadaNotre compatriote Abdessami Abdelhaï, correspondant  de l’ex- journal Jaridati, croupit en prison depuis le 18 août 2013, sans jugement. Il est accusé d’avoir aidé le directeur de son journal à quitter clandestinement l’Algérie vers la Tunisie, accusation que réfute Mr Abdessami.

Notre compatriote Youcef Ould Dadda croupit en prison depuis le 27 mars 2014, après sa condamnation en appel à 2 ans de prison ferme, pour avoir diffusé une vidéo montrant des individus en tenue de policiers, dévalisant un local commercial.

Notre compatriote Rag Mohamed, membre de la coordination des chômeurs et demeurant à Laghouat,  condamné à 18 mois de prison ferme pour  “violences envers agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions”. Il avait été arrêté le 22 janvier 2015 alors qu’il participait à Laghouat à un rassemblement pacifique de chômeurs et jugé le 11 février.

Cellule des Droits de l’Homme du CCD
Algérie juillet 2015

http://ccdalgerie.org


Nombre de lectures : 1784
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Dria
    1 août 2015 at 22 h 54 min - Reply

    La3kouba a ceux qui sont encore dans les geôles de la république et surtout aux 40 millions de spectateurs dont je fais partis hélas et qui n’ont pas connu encore d’indépendance.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos